Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVI-1-2Chronique bibliographiquePiotr Pałys, Państwa słowianskie ...

Chronique bibliographique

Piotr Pałys, Państwa słowianskie wobec Łużyc w latach 1945-1948

Opole, Stowarzyszenie instytut śląski, 2014
Jean Kudela
p. 218-220
Référence(s) :

Pałys Piotr, Państwa słowianskie wobec Łużyc w latach 1945-1948, Opole, Stowarzyszenie instytut śląski, 2014.
ISBN 978-83-7126-301-9

Texte intégral

1L’auteur resitue la question sorabe au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par rapport à l’attitude des pays slaves. Il rappelle l’attitude spontanée des populations nourries du slavisme ambiant après l’effondrement de l’Allemagne nazie, et montre que l’attitude des gouvernements s’explique, dans la plupart des cas, par des considérations d’ordre politique et d’intérêt national. Il souligne que c’est la position soviétique qui aura une influence prédominante sur les gouvernements slaves, dont les États se situent tous dans l’orbite du Kremlin.

2Ce fait était connu, mais le mérite de Piotr Pałys est de faire le point après avoir méthodiquement consulté les Archives culturelles sorabes de l’Institut sorabe, les archives diplomatiques des différents États, les documents des universités de Wrocław et Poznań en rapport avec la question sorabe, les archives des associations d’amitié tchéco- et polono-sorabes, la presse de l’époque, les études sur la question ainsi que des correspondances privées, et d’apporter une documentation très riche, précise et en partie nouvelle. L’auteur rappelle au début de son étude l’évolution du mouvement national sorabe entre les deux guerres et sa renaissance à l’issue de la Seconde Guerre mondiale dans un nouveau contexte. Il décrit en détail les rapports qui se gâtent entre la Domowina refondée et installée en Lusace et le Comité national sorabe de Prague, en raison de l’alignement de la Domowina sur les positions du SED.

3Le chapitre 2 qui porte un titre éloquent « La Tchécoslovaquie : les espoirs déçus » rappelle les liens historiques entre Tchèques et Sorabes, l’action d’Adolf Černý au début du xxe siècle, la venue à Paris de deux émissaires sorabes dans le cadre de la délégation tchécoslovaque lors de la Conférence de la Paix, le rôle de Vladimír Zmeškal et de l’association des Amis de la Lusace, la création du Sokoł sorabe sur le modèle tchèque et les distances prises peu à peu par le gouvernement tchécoslovaque à l’égard de la question sorabe, les problèmes territoriaux gardant la priorité pour les Tchécoslovaques. Occasion manquée de créer un État de Lusace qu’on pense pouvoir faire aboutir entre 1945 et 1947, grâce au soutien tchécoslovaque. Il y a de fait un immense mouvement populaire en faveur des Sorabes et des manifestations à Prague. Mais les mêmes espoirs sorabes seront de nouveau déçus, pour d’autres raisons cette fois : alors que le président Beneš annonce à la Noël 1945 que tous les Allemands ont quitté la Tchécoslovaquie, les Tchèques sont peu pressés de recréer une nouvelle minorité qui comprendra nécessairement des germanisés. Quant à la revendication sorabe visant à remplacer en Lusace les troupes soviétiques par des unités tchécoslovaques, on comprend qu’en dépit des droits historiques, le gouvernement n’est pas chaud, peu soucieux de se faire accuser d’impérialisme sur le terrain de l’Armée rouge... Un sous-chapitre intitulé « Žytawa / Zittau une Lusace tchèque ? » rappelle la revendication tchécoslovaque qui incluait aussi certaines localités polonaises et qui fut finalement abandonnée.

4L’A. s’intéresse ensuite aux positions polonaises « La Pologne veille sur la Lusace ! » ou bien « Liberté pour la Lusace ! ». Il remonte à l’avant-guerre où de nombreux jeunes Sorabes vinrent étudier dans les universités polonaises : on retiendra les noms des écrivains Jurij Brězan, Michał et Anton Nawka et du professeur Nowotny. En Allemagne même, les rapports étaient étroits entre l’Union des Polonais d’Allemagne et les patriotes sorabes comme le publiciste Jan Skala, rédacteur de la revue des minorités Kulturwehr, ou le dessinateur Měrćin Nowak-Njechorński. Un développement intéressant est consacré aux relations des patriotes sorabes avec les services de renseignement polonais dès l’avant-guerre dans le cadre de l’action « Michał ».

5Pendant la guerre déjà, les Polonais songent à avancer leurs frontières en direction de l’ouest ; à Londres, Józef Majewski propose même de créer entre Oder et Elbe un État slave de Lusace. La position polonaise sur la question sorabe évoluera du soutien accordé aux solutions les plus radicales à la plus grande prudence. Il y a là plusieurs raisons, et d’abord la revendication tchécoslovaque sur Zittau, qui complique le problème sorabe. Et puis les dissensions entre la Domowina et le Comité national sorabe de Prague, qui nomment l’une et l’autre d’autres représentants officiels à Varsovie avec des consignes différentes. Enfin la politique internationale de l’Union soviétique, derrière laquelle le gouvernement polonais va s’aligner. Un long développement est consacré à l’intérêt porté à la Lusace par la société civile polonaise grâce à des associations comme l’Union polonaise Occidentale ou Prołuż animées par d’ardents militants tels que Alojzy Matyniak.

6Après un rappel des relations anciennes entre Sorabes et Russes sur le plan scientifique et universitaire, l’auteur décrit ensuite l’attitude de l’administration militaire soviétique, qui reste très réservée à l’égard des revendications sorabes, notamment celles formulées par des éléments conservateurs. D’où la fin de non-recevoir opposée à la demande d’autorisation d’un parti socialiste sorabe ou de la libération des prisonniers d’origine sorabe. Les Soviétiques liaient la question sorabe au règlement général du problème allemand et donnaient la priorité à l’activité diplomatique internationale. Ils étaient au courant de l’hostilité du parti SED à toute solution menant à une indépendance ou à une autonomie réclamée par les Sorabes. Or, ils devaient impérativement s’appuyer sur le SED pour construire une Allemagne de l’Est à partir du moment où la rupture était consommée entre l’Est et l’Ouest sur l’application du Traité de Potsdam. En revanche, les Soviétiques imposèrent aux Allemands un statut de simple autonomie culturelle sorabe en exigeant des Sorabes le respect d’une activité politique dans le sillage du SED.

7En ce qui concerne la Yougoslavie, les rapports étroits d’avant-guerre entre Slaves du sud et militants sorabes expliquent le rôle joué par les Yougoslaves au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Un membre sorabe du Comité national sorabe, Jurij Rjenč, qui avait étudié à Zagreb, fut investi par le Comité des fonctions de représentant officiel et reçu comme tel par Tito. C’est à la délégation yougoslave à l’ONU que furent confiés les Memorandums sorabes, et les gens du Comité National Sorabe de Prague eurent un temps l’illusion d’une reconnaissance internationale officielle. Une brigade de la Jeunesse sorabe participa à la construction d’une voie de chemin de fer en Yougoslavie et se distingua comme la plus efficace. Malgré ses efforts, la Délégation militaire yougoslave à Berlin ne parvint pas à faire évoquer la question sorabe à la conférence de Moscou en avril 1947. Le Comité Panslave, dont le président était le général soviétique Gundurov, avait déjà depuis longtemps banalisé le rôle des Sorabes. La résolution du Kominform condamnant la Yougoslavie de Tito enterra définitivement tous les espoirs.

8Reste enfin la position des Bulgares. Ceux-ci se limitèrent essentiellement à des déclarations et à des gestes de bonne volonté, l’alignement rapide de la Bulgarie sur l’Union soviétique mettant fin à toute avancée dans le domaine.

9La rhétorique antiallemande et panslave de 1945 – partagée par toutes les opinions slaves de l’époque – céda vite la place à la prise de conscience par l’Union soviétique de ses intérêts propres et de la nécessité de faire taire tous les nationalismes pour assurer son emprise sur des frères slaves réduits à l’état de satellites.

10Cet ouvrage est complété de trois résumés en anglais, en sorabe et en allemand, d’une liste des abréviations employées, d’une bibliographie qu’on est tenté de qualifier d’exhaustive, d’un index des toponymes, d’un index des noms de personnes citées, de cartes et de photos d’époque. Ce livre de 466 pages est une somme et un trésor de références qui fait le tour de la question dans ses moindres détails. On ne peut qu’en chaudement recommander la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Kudela, « Piotr Pałys, Państwa słowianskie wobec Łużyc w latach 1945-1948 »Revue des études slaves, LXXXVI-1-2 | 2015, 218-220.

Référence électronique

Jean Kudela, « Piotr Pałys, Państwa słowianskie wobec Łużyc w latach 1945-1948 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-1-2 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/638 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.638

Haut de page

Auteur

Jean Kudela

Inalco

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search