Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVI-1-2Chronique bibliographiqueElena Simonato et Patrick Sériot ...

Chronique bibliographique

Elena Simonato et Patrick Sériot (eds.), Polivanov Evgenij : pour une linguistique marxiste

Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 252 pages
Roger Comtet
p. 202-207
Référence(s) :

Polivanov Evgenij : pour une linguistique marxiste, Elena Simonato et Patrick Sériot (eds.), articles choisis, édités et présentés par Elena SIMONATO, trad. Elena SIMONATO et Patrick SÉRIOT, Limoges, Lambert-Lucas, 2014, 252 p.
ISBN 978-2-35935-079-1

Texte intégral

  • 1 Au point d’inspirer à V. A. Kaverin le personnage du professeur Panaev dans Grand jeu et celui de D (...)
  • 2 Les actes en ont été publiés dans l’édition suivante : S. Archaimbault et S. Tchougounnikov (eds.), (...)
  • 3 Voir entre autres « Е. Д. Поливанов », in : V. M. Alpatov, История лингвистических учений, Moskva, (...)

1Avant même que Polivanov ne soit réhabilité en 1963 avait commencé un important travail de redécouverte et de réédition de son œuvre qui s’est prolongé jusqu’aux années 1970 et au début de la décennie suivante ; désormais, on en est au temps de la récolte, avec l’évaluation et l’interprétation de l’œuvre d’un linguiste à la pensée profondément originale, à la destinée aussi romanesque1 et exceptionnelle que tragique et dont les multiples facettes sont encore loin d’avoir été toutes explorées. Rappelons qu’un colloque lui avait déjà été dédié à Paris en 2009 : « Evgenij Polivanov (1891-1938) et sa contribution à la linguistique »2, cependant que le japonisant Vladimir Alpatov s’emploie à éclairer avec érudition les zones d’ombre qui entourent encore ce linguiste hors normes3.

  • 4 E. D. Polivanov, За марксистское языкознание..., Moskva, Federacija, 1931 ; le texte a été depuis r (...)

2C’est dans ce contexte qu’il faut replacer l’édition dont nous rendons compte et qui ne saurait se limiter à une simple traduction en français de textes emblématiques de cet auteur, tant le travail annexe de présentation, de commentaire et de mise en contexte y est important. Le titre de l’ouvrage reprend bien sûr celui du recueil publié par Polivanov en 19314 ; des onze composantes de celui-ci, n’ont été retenus que quatre textes à même de « donner un échantillon représentatif des sujets de prédilection de notre auteur » (p. 29) et qui trouvent leur place parmi les cinq grandes parties du recueil. Il s’agit de « Linguistique historique et politique linguistique » (p. 41-87), « La phonétique du parler de l’intelligentsia » (p. 101-125), « Caractéristiques phonétiques des dialectes des groupes sociaux et en particulier du russe standard » (p. 131-171) et « À propos du jargon des élèves et des “slavonismes” de la révolution » (p. 183-205).

3L’introduction d’Elena Simonato (p. 11-30) est suivie de la traduction de ces textes assortis chaque fois d’une présentation et de « notes des traducteurs » ; on rappellera que, conformément aux principes de la collection « Bilingues en sciences humaines » des éditions Lambert-Lucas et selon une présentation désormais bien rodée, on nous propose chaque fois une confrontation, page par page, du texte russe et de sa traduction française ; la pagination originale est par ailleurs indiquée au fil du texte, pratique peu courante et pourtant appréciée par les chercheurs.

  • 5 Reprise de celle établie en 1957 par Vjač. Vs. Ivanov, « Лингвистические взгляды Е. Д. Поливанова » (...)

4La première partie où figure « Linguistique historique et politique linguistique » est placée sous l’en-tête de « Le planificateur linguistique » (p. 31-92). On trouve ensuite, dans une deuxième partie intitulée « Le pionnier de la linguistique urbaine », « La phonétique du parler de l’intelligentsia » (p. 101-125) et « Caractéristiques phonétiques des dialectes de groupes sociaux et en particulier du russe standard » (p. 131-175). Le recueil se termine sur une troisième partie, « Penser l’avenir linguistique » (p. 177-208), articulée autour de « À propos du jargon des élèves et des “slavonismes” de la révolution » (p. 183-205). Le tout est complété par d’utiles annexes (p. 209-269) où l’on trouvera un index des auteurs et personnages cités par Polivanov, un relevé chronologique de ses œuvres connues à ce jour, un autre des inédits les plus importants conservés dans les archives, une bibliographie générale5, et, pour finir, trois lettres adressées par Polivanov à Nikolaj Marr, l’une sans date, les deux autres de 1925 (p. 237-249), assorties de leurs fac-similés et qui sont conservées dans les archives de l’Académie des sciences à Saint-Pétersbourg.

  • 6 Voir entre autres le recueil Elena Simonato (éd.), la Linguistique urbaine en Union Soviétique, Lau (...)

5De toute évidence, la thématique qui sous-tend la présentation des textes est celle de la sociolinguistique, thème qui est loin d’épuiser l’infinie variété de l’œuvre polivanovienne, avec son ouverture aux langues orientales et extrême-orientales, son intérêt pour la phonologie, la didactique des langues, la théorie littéraire (voir sa collaboration à l’Opojaz), etc. Ce choix a été visiblement orienté par les centres d’intérêt personnels d’Elena Simonato dont on connaît les contributions au thème de la planification linguistique et de la sociolinguistique en URSS entre les deux guerres6.

  • 7 La critique se fait directe quand Polivanov rappelle que cela nie les prétentions de la japhétodolo (...)

6Pourtant, le premier texte est axé sur la défense de la méthode historico-comparative qui avait dominé la linguistique jusqu’alors contre ceux qui la remettent en cause ; Polivanov réfute soigneusement tous les arguments qui voudraient en faire une science bourgeoise marquée d’a priori contre les langues non indo-européennes ; il montre que ses acquis sont un noyau dur résultant d’un autodynamisme du système, noyau qui n’est pas plus discutable que les formules de la chimie et de l’algèbre, et que sa méthode a pu s’appliquer déjà avec succès au domaine non indo-européen, en fonction des aléas de l’histoire et de la géographie (par exemple, les langues finnoises ont été étudiées par les savants occidentaux plutôt que les langues caucasiennes pour des raisons évidentes de proximité dans l’espace). Apparaît ici en filigrane la critique du japhétisme, de « nos révisionnistes idéologiques » qui pourfendent l’« aristocratisme racial » (p. 72-73)7 et Elena Simonato aurait pu insister sur cet aspect polémique du texte alors que son introduction (p. 33-39) concerne en fait l’ensemble de Pour une linguistique marxiste et non spécifiquement ce texte polémique.

7Le texte qui suit, consacré à la phonétique du parler de l’intelligentsia, est d’abord le prétexte à un long exposé consacré au rapport entre l’influence de la société sur la langue et les lois purement linguistiques qui en règlent l’évolution ; la conclusion, comme dans le texte précédent, préserve les acquis de la linguistique traditionnelle dans une sorte de distribution complémentaire des deux approches : « En réalité, reconnaître le fait que le langage dépend de la vie et de l’évolution de la société (et, par conséquent, du développement économique en premier lieu) n’annule et ne nie aucunement le rôle des “théories de l’évolution langagière” historico-naturalistes. » (p. 105) Polivanov constate aussi que les changements linguistiques induits par la Révolution concernent en fait surtout le vocabulaire, c’est-à-dire les superstructures de la langue ; on croirait déjà ici lire la réfutation du marrisme par Stalin en 1950 ! Ceci fait, Polivanov passe au vif du sujet en montrant que les particularités phonétiques du parler de l’intelligentsia russe s’expliquent par l’influence des langues étrangères avec lesquelles ses représentants sont familiers.

  • 8 Déjà, au XVIIIe siècle, Trediakovskij recommandait de se prendre soi-même comme objet d’étude en se (...)

8La problématique du texte suivant consacré à la phonétique des dialectes sociaux est du même ordre ; Polivanov s’interroge sur la langue standard de l’époque postrévolutionnaire, pense que l’on s’oriente vers un certain nivellement favorisé par la loi d’économie et constate que, si le changement s’opère surtout dans le domaine lexical, il subsiste encore des particularités phonétiques qui caractérisent les différents dialectes sociaux, à commencer, comme dans le texte précédent par celui de l’intelligentsia ; en observant son phonétisme propre8, Polivanov ajoute ici à l’influence de la connaissance des langues étrangères sur les habitudes de prononciation celle des formes écrites, qui ne transcrivent pas toujours exactement la phonologie de la langue ; tout cela aboutit en fait à esquisser un véritable marqueur social.

  • 9 On est proche ici de ce que Kornej Čukovskij appellera pour s’en moquer dans les années 1960 kan- c (...)

9Le dernier texte qui s’intitule « À propos du jargon des élèves et des “slavonismes” de la révolution » fait écho aux préoccupations des puristes, inquiets de l’ « abaissement du style » (p. 185), de la « corruption du langage » (p. 87) ; pour lutter contre le premier phénomène qui sévissait déjà avant la Révolution (et qui va être valorisé dans un premier temps par les bolcheviks), Polivanov nous invite à en chercher les causes qu’il trouve dans le besoin de la jeunesse de s’affirmer à travers un code identitaire provocateur emprunté à l’argot criminel ; il s’en prend ensuite aux nouveaux « slavonismes », c’est-à-dire à des clichés éculés repris dans le discours politique et pratiquement vidés de sens qu’il convient d’éliminer au profit de la « parole vivante » (p. 205) dans la mesure où ils ont perdu toute « fonction communicative réelle » (p. 201)9. On découvre ainsi un Polivanov partisan d’une conception normée du langage.

  • 10 V. Larcev, Евгений Дмитриевич Поливанов. Страницы жизни и деятельности, Moskva, Glavnaja redakcija (...)
  • 11 Ibidem, p. 281.

10Des trois lettres de Polivanov à Marr qui figurent à la fin du recueil, la troisième, datée du 20 août 1925, avait déjà été publiée dans la monographie de V. Larcev consacrée à Polivanov en 198810 qui signalait aussi l’existence de la deuxième lettre11 ; même si elles ne nous apprennent rien de vraiment nouveau, ces missives nous rappellent que les relations entre les deux savants demeurèrent longtemps empreintes d’une neutralité bienveillante et Polivanov ne trouva guère à redire au japhétisme tant que celui-ci se cantonna aux langues du Caucase méridional (c’est d’ailleurs avec Marr que Polivanov s’était initié au géorgien) ; c’est peu après, à partir de 1926, que les choses se gâtèrent lorsque s’affirma la « Nouvelle théorie du langage » que n’aura plus de cesse de critiquer Polivanov. Mais on n’est ici encore qu’en 1925 et on voit Polivanov, qui réside à Tachkent depuis 1921 et s’y sent isolé, demander au « très respecté Nikolaj Jakovlevič » de faciliter ses projets de publication et de l’aider à obtenir un poste à Léningrad et aussi de s’opposer au démantèlement de la bibliothèque de l’ancien Institut Lazarev (fonds géorgiens et arméniens, ces derniers en représentant « la partie la plus précieuse », p. 242) ; Polivanov consulte aussi le spécialiste des langues caucasiennes sur des étymologies dont il a besoin dans ses recherches sur les « “japhétismes” dans les langues finnoises » (p. 248) ; on pourra d’ailleurs se reporter à l’introduction au recueil pour en savoir plus sur les relations entre les deux savants à cette époque (p.18-22). Peut-être aurait-il été indiqué ici de préciser si les projets de publication évoqués par Polivanov furent suivis d’effet et de rappeler, si ce fut le cas, leurs références bibliographiques.

  • 12 Polivanov, « La perception des sons d’une langue étrangère », Travaux du Cercle linguistique de Pra (...)
  • 13 Signalons cependant la traduction de « Le principe phonétique commun à toute technique poétique », (...)
  • 14 Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, Berlin, Mouton de Gruyter, 1974 [Janua (...)

11Tel qu’il se présente, l’ouvrage peut constituer une introduction utile à l’œuvre de Polivanov pour les non russisants, dans la mesure où nous ne disposions jusqu’alors de pratiquement aucun texte en français du grand linguiste, exception faite de l’article classique de 1931 consacré à la « surdité phonologique »12 et de quelques autres textes moins connus publiés à la même époque hors de l’URSS13. On disposera là désormais d’une traduction à la fois exacte, précise et fluide, avec des choix judicieux qui nous rendent parfaitement accessible un texte parfois assez technique. Les anglophones étaient plus chanceux, ils disposaient depuis 1974 d’une traduction du recueil des articles de linguistique générale publié en 196814. Quant aux linguistes capables de lire le russe, ils auront accès en version originale à des textes peu aisés à consulter et seront à même d’apprécier le travail des traducteurs. Il est donc évident que l’on a ici affaire à un document de travail des plus utiles, avec un appareil critique de qualité (les « notes des traducteurs »), le tout appuyé sur un travail de documentation important qui inclut des recherches menées dans les archives conservées par l’Académie des sciences à Saint-Pétersbourg.

  • 15 Polivanov, Словарь лингвистических и литературоведческих терминов, Moskva, Librokom, 2010.
  • 16 Id., Труды по восточному и общему языкознанию, Moskva, Glavnaja redakcija vostočnoj literatury izd (...)
  • 17 Id., Op. cit. (voir n. 6), p. 31-44.

12Cela n’empêche pas que l’on peut parfois trouver dans le recueil des interprétations discutables ; ainsi en est-il quand il est affirmé, à propos de l’école constituée par les élèves pétersbourgeois de Baudouin de Courtenay, que « plusieurs de ses membres deviendront d’éminents linguistes, dont des adeptes du “formalisme” : I. Jakubinskij, V. Šklovskij, Ju. Tynjanov, B. Eichenbaum » (p. 13) ; il s’agit ici, à l’exception de Jakubinskij, de théoriciens de la littérature plutôt que de linguistes véritables. Par ailleurs, dans une traduction à quatre mains, on sera surpris de lire à propos des difficultés de traduction : « Voici deux exemples de difficultés de traduction auxquelles j’ai été confrontée. » (p. 28) (souligné par nous) ; il est sûr qu’ici l’usage du nous de modestie s’imposait doublement. On peut aussi relever que les introductions aux différents textes sont souvent décalées et trop générales, comme pour les deux premiers textes pourtant clairement axés sur la polémique. On trouve également des citations non référencées comme celle mise en exergue au volume (p. 11), ou celle de la note [m], p. 91-92, ou les renvois de la note [n], p. 92. Il faudrait aussi préciser que le Dictionnaire des termes linguistiques et littéraires rédigé en 1937 et signalé comme publié en 201015 l’avait été dès 1991 dans le recueil des Travaux de linguistique orientale et générale16. Relevons encore, entre autres choses, que les éditeurs du recueil des Articles de linguistique générale publié en 196817 ont été confondus avec les auteurs de l’introduction au même ouvrage intitulée « Vie et œuvre de E. D. Polivanov » (voir p. 25). Le renvoi à Genty 1988 correspond certainement à Genty 1977 (p. 21). Par ailleurs, très curieusement, dans la translitération du russe, le groupe {ь + lettre voyelle} est assez souvent rendu par {j + lettre voyelle}, contrairement à l’usage habituel (voir par exemple Vorobjev pour Vorob′ev, p. 19 ; Vasiljevskij pour Vasil′evskij, p. 21 ; Grigorjev pour Grigor′ev, p. 23 ; statji pour stat′i, p. 25 ou n. 15, p. 233 ; Djakonov pour D′jakonov, p. 235, etc.) ; il s’agit là certainement d’une interférence de la notation phonologique, cependant que l’on trouve aussi likvidatsija pour likvidacija (p. 17) ; japhetičeskij pour jafetičeskij (p. 24, 25) ; samojë pour samoë (p. 178) ; jazykoznanije pour jazykoznanie (p. 230)...

13Ces quelques menus défauts ou erreurs n’entament cependant guère l’intérêt de cette édition bilingue, même si une relecture attentive et minutieuse aurait pu permettre de les éliminer, et laisse entier l’intérêt de cette traduction de Polivanov que l’on peut considérer de fait comme une première dans l’édition française ; on ne peut ici que rendre hommage aux traducteurs et à l’éditeur qui, après une série d’autres publications, poursuit sa politique audacieuse de mise à la disposition du public francophone de grands textes des sciences humaines où figure en bonne place le domaine russophone.

Haut de page

Notes

1 Au point d’inspirer à V. A. Kaverin le personnage du professeur Panaev dans Grand jeu et celui de Dragomanov dans le Faiseur de scandales ou les soirées sur l’île Vassilevski de 1929 (voir C. Depretto, « Entre l’histoire et le mythe : E. D. Polivanov (1891-1938) » ; in id., le Formalisme en Russie, Paris, Institut d’études slaves, 2009 [1977], p. 267-269).

2 Les actes en ont été publiés dans l’édition suivante : S. Archaimbault et S. Tchougounnikov (eds.), Penser le langage au temps de Staline, Paris, Institut d’études slaves, 2013.

3 Voir entre autres « Е. Д. Поливанов », in : V. M. Alpatov, История лингвистических учений, Moskva, Jazyki slavjanskoj kul′tury, 2001, p. 245-253 ; le chapitre 2 intitulé « Следственное дело Е. Д. Поливанова », in : F. D. Ašnin, V. M. Alpatov et D. M. Nasilov, Репрессированная тюркология, Moskva, Vostočnaja literatura, 2002, p. 21-50 ; « Евгений Дмитриевич Поливанов », in : F. М. Berezin (éd.), Отечественные лингвисты ХХ века, Moskva, Rossijskaja akademija nauk, t. 2, 2003, p. 97-110 ; sans oublier les textes de présentation dans E.D. Polivanov, За марксистское языкознание : сборник популярных лингвистических работ, 2e éd., Smolensk, Smolenskij godudarstvennyj pedagogičeskij universitet, 2003 [1931], p. 184-226.

4 E. D. Polivanov, За марксистское языкознание..., Moskva, Federacija, 1931 ; le texte a été depuis réédité à Smolensk, ville natale de Polivanov, en 2003 (voir supra, n. 4).

5 Reprise de celle établie en 1957 par Vjač. Vs. Ivanov, « Лингвистические взгляды Е. Д. Поливанова », Вопросы языкознания, 3, p. 73-76, qui compte 5 entrées de plus que celle qui figure dans les œuvres choisies de 1968 (E. D. Polivanov, Статьи по общему языкознанию, Moskva, Glavnaja redakcija vostočnoj literatury, 1968, p. 31-45).

6 Voir entre autres le recueil Elena Simonato (éd.), la Linguistique urbaine en Union Soviétique, Lausanne, Université de Lausanne, 2014, 127 pages (Cahiers de l’ILSL, no 39), dont nous avons rendu compte dans la Revue des études slaves, t. LXXV, fasc. 2, 2014, p. 380-384.

7 La critique se fait directe quand Polivanov rappelle que cela nie les prétentions de la japhétodologie à édifier une nouvelle linguistique (p. 72-75).

8 Déjà, au XVIIIe siècle, Trediakovskij recommandait de se prendre soi-même comme objet d’étude en se plaçant devant un miroir pour étudier l’articulation des sons russes.

9 On est proche ici de ce que Kornej Čukovskij appellera pour s’en moquer dans les années 1960 kan- celjarit, comme si c’était une maladie (d’après le mot kanceljarizm désignant les tournures figées du russe traditionnel de chancellerie). Voir K. Čukovskij, Живой как жизнь, Moskva, Detskaja literatura, 1966, chapitre VI.

10 V. Larcev, Евгений Дмитриевич Поливанов. Страницы жизни и деятельности, Moskva, Glavnaja redakcija vostočnoj literatury, 1988, p. 280-281.

11 Ibidem, p. 281.

12 Polivanov, « La perception des sons d’une langue étrangère », Travaux du Cercle linguistique de Prague, t. 4, 1931, p. 79-96 (repris sous une forme très abrégée in Change 3, Paris, Le Seuil, 1969, p. 111-114).

13 Signalons cependant la traduction de « Le principe phonétique commun à toute technique poétique », Change 6, Paris, Le Seuil, 1970 ; un court extrait de l’introduction Pour une linguistique marxiste a été publié dans le recueil de F. Gadet, J.-M. Gayman, Y. Mignot et E. Roudinesco, les Maîtres de la langue : avec des textes de Marr, Staline, Polivanov, Paris, Maspero, 1979, p. 51-52, accompagné de « Les particularités spécifiques de la dernière décennie 1917-1927 dans l’histoire de notre pensée linguistique (1929). En guise de préface », p. 53-54 et de « La révolution et les langues littéraires de l’U.R.S.S. », p. 55-76.

14 Polivanov, Selected works. Articles on general linguistics, Berlin, Mouton de Gruyter, 1974 [Janua linguarum. Studia memoria Nicolai van Wijk dedicata. Series Major, 72].

15 Polivanov, Словарь лингвистических и литературоведческих терминов, Moskva, Librokom, 2010.

16 Id., Труды по восточному и общему языкознанию, Moskva, Glavnaja redakcija vostočnoj literatury izdatelstva « Nauka », 1991, p. 318-506.

17 Id., Op. cit. (voir n. 6), p. 31-44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roger Comtet, « Elena Simonato et Patrick Sériot (eds.), Polivanov Evgenij : pour une linguistique marxiste »Revue des études slaves, LXXXVI-1-2 | 2015, 202-207.

Référence électronique

Roger Comtet, « Elena Simonato et Patrick Sériot (eds.), Polivanov Evgenij : pour une linguistique marxiste »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-1-2 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/640 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.640

Haut de page

Auteur

Roger Comtet

LLA – CREATIS Université Jean Jaurès Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search