Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVI-3La presse française, miroir des «...

La presse française, miroir des « modes russes » à Paris

The French Press as a Mirror of ‘Russian Fashions’ in Paris
Xénia Borderioux
p. 267-290

Résumés

Dans les années 1780, l’impératrice Catherine II cultive son image d’impératrice sensible à sa manière aux questions de goût et d’élégance. Incarnée par sa souveraine, alors très populaire, la Russie influence la garde-robe française. Si le célèbre Cabinet des modes propose les modèles à la Czarine et à la moscovite, l’hostilité au luxe de Catherine II n’échappe pas non plus aux journalistes. L’analyse des modes françaises qui font allusion à la Russie met en évidence leur esprit militaire pour la plupart. Catherine II ne cesse pas de souligner cet aspect dans ses propres habits et les directives adressées à ses sujets et à son entourage. En 1782, l’héritier du trône Paul Petrovič, accompagné de son épouse Maria Fedorovna séjourne à Paris sous le nom de comte et comtesse du Nord ; une attention particulière est accordée aux cadeaux apportés en France (tel le costume enfantin créé par Catherine II) et à ceux emportés en Russie (des achats chez Rose Bertin, la marchande de modes de la reine). Le comte du Nord et son épouse contribuent à l’image distinguée de la maison impériale russe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Boucher, Histoire du costume en Occident : des origines à nos jours, Paris, Flammarion, 20 (...)
  • 2 Pierre Morane, Paul Ier de Russie avant l’avènement (1754-1796), Paris, Plon-nourrit, 1907, p. 241.

1Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la mode est atteinte par la vogue du cosmopolitisme, notamment par l’orientalisme et l’anglomanie qui se partagent l’admiration des Français, à la cour, à Paris et en province. Les prétendues façons orientales se multiplient : à la turque, à la sultane, à la pachà, à la levite, etc. Et l’Angleterre gagne progressivement la première place dans la hiérarchie des nations qui inspirent le plus la mode1. Cependant, une autre « manie » s’entremêle à ces tendances : en 1907, Pierre Morane estime qu’en 1782 « la mode voulait qu’on admire tout ce qui venait de l’empire des tsars.2»

  • 3 Olga Medvedkova emploie ce terme dans son article « Royauté et féminité : l’invention de l’image de (...)
  • 4 Grimm à Catherine II, le 20 (31) août 1782, Сборник императорского русского истoрического общества (...)
  • 5 Siméon-Prosper Hardy, Mes loisirs, 5 juillet 1782, t. 7 ; mesloisirs.uqam.ca/page/titre.php ?tri =1 (...)
  • 6 Gazette de France, no 48 du 14 juin 1782, p. 233-234, de Dantzick, le 21 mai 1782 : « la maladie qu (...)
  • 7 Catherine II à Paul Petrovič et à Maria Fedorovna, Saint-Pétersbourg, 27 janvier (7 février) 1783, (...)
  • 8 Journal historique et politique des principaux événements de différentes cours de l’Europe, 1782, v (...)

2Coïncidence : la vogue des « russeries3» se répand à Paris en 1782 en même temps qu’une épidémie de grippe sévère appelée la coquette du Nord dont le baron Frédéric Melchior Grimm4 et Siméon-Prosper Hardy5 parlent comme d’une maladie russe6. De Moscou à Novgorod « il y a bien eu dix à quinze milles personnes malades de la même maladie pendant dix jours7. » Cette influenza8, dont les Français veulent tellement se guérir, ne rappelle-t-elle pas l’influence russe simultanée dans le domaine des modes ?

3Le sujet est traité sous trois axes en fonction des voies de diffusion de l’information, principalement : la presse, les voyages et les voyageurs, la correspondance. Ainsi, dans un premier temps, je brosse le tableau de la presse des modes pour identifier les pièces du costume faisant allusion à la Russie, notamment, dans le recueil de gravures Galerie des modes. La seconde partie analyse les aspects « médiatiques » du séjour de l’héritier du trône russe à Paris pour démontrer comment les différents actes d’ordre vestimentaires contribuent au prestige de la maison impériale russe. L’ensemble des éloges chantés à Paul Petrovič et son épouse est un corpus jamais étudié auparavant. Dans la troisième partie je mets en lumière la personnalité de Catherine II, sa popularité de souveraine ayant du goût et de l’originalité. Je démontre, comment son positionnement complexe et contradictoire vis-à-vis de la mode française est interprété à sa faveur dans l’opinion publique ; et ceci grâce aux journalistes et à ses correspondants comme Voltaire, le baron Grimm. Les modes tirées du Cabinet des modes (1788) qui honorent Catherine II permettent de constater l’évolution de son image depuis l’époque de Galerie de modes, soit en l’espace de dix ans.

Les éditions périodiques des modes dans les années 1770

  • 9 « The last scheme is… to write a Weekly Journal or Gazette which would be entirely dedicated to the (...)
  • 10 Cf. Barbara Spadaccini-Day, ≪ La poupee, premier mannequin de mode ≫, Fastes de cour et ceremonies (...)
  • 11 Journal de Paris, no 51, 20 fevrier 1777, p. 3.

4Le fait d’être à la mode va de pair avec celui d’être informé. Dès les années 1750, l’on rêve d’une revue de mode hebdomadaire9, mais c’est seulement en 1785 que se met en place une édition pour communiquer les nouveautés de la capitale vers les provinces, et depuis la France vers les autres pays. La presse reprend alors le rôle d’ambassadrice des modes parisiennes, auparavant joué par les pandores, des poupées de modes10. Plus que la simple communication de nouveautés c’est le désir de se procurer les modes que la presse fait naître : la fonction publicitaire devient principale. Des noms de créateurs et leurs adresses nous sont parvenus grâce aux annonces, aux avis, aux descriptions de gravures. La gravure de mode est mise en valeur par le texte qui l’accompagne et la décrit, sous l’influence du public qui réclame la mode vue et commentée, ce que constate le Journal de Paris : « alors nous croyons devoir parler aux yeux11 ».

  • 12 Caroline Rimbault dans sa these donne la liste exhaustive des almanachs, qui comporte des dizaines (...)
  • 13 Galerie des modes et costumes francais dessines d’apres nature, graves par les plus celebres artist (...)

5L’image, muette, privée de commentaires, ne correspond plus au goût du jour comme le prouve la disparition des almanachs de gravures dans les années 1780, alors qu’ils étaient nombreux dans la décennie précédente12. Les almanachs cherchaient déjà à marier l’image et le texte. Si les premières gravures de la Galerie des modes et costumes français13 portent seulement un titre, par la suite la légende raconte toute une histoire : où se trouve la dame, ce qu’elle est en train de faire, et même à quoi elle pense ; et mentionne les particularités de la façon et les couleurs des étoffes.

6Dans ses premières années, la Galerie des modes publie rarement des figurines entières, mais surtout des bustes, présentant des coiffures, nom que l’on donnait aussi bien à une aigrette ou des boucles, qu’à un bonnet, un échafaudage de nœuds, une composition de fleurs, des plumes ou une perruque.

1. Coiffure à la Frégate la Junon - Galerie des modes et costumes français, 1779

1. Coiffure à la Frégate la Junon - Galerie des modes et costumes français, 1779
  • 14 Galerie des modes et costumes français…, t. 1, 1779, 1re partie, cahier 6, planche 1.
  • 15 Michelle Sapori, Rose Bertin : couturiere de Marie-Antoinette, Versailles, Chateau de Versailles, P (...)

7Les chapeaux à la Belle-Poule et à la Frégate la Junon (ill. 1), très souvent cités par la suite14, donnent un bel exemple de ces premières publications. Ces chapeaux doivent leurs noms aux événements de la guerre d’indépendance d’Amérique où la France soutient les insurgés. Le 17 juin 1778, le combat de la Belle-Poule contre la frégate anglaise HMS Arethusa ouvre les hostilités ; la frégate la Junon illustre son nom dans différentes batailles, notamment, le 27 septembre 1778, elle capture le HMS Fox et, le 17 août 1779, le vaisseau anglais l’Ardent. En effet, dans les deux cas, un édifice pittoresque reproduit un navire. Selon Michelle Sapori15, la création serait inspirée par les succès du comte de la Pérouse durant cette guerre. Le marin n’avait pas de navire portant le nom la Junon, mais il est possible que l’on ait appelé cette coiffure différemment au moment de son invention.

Allusions à la Russie dans la Galerie des modes : modes à la minerve, à la circassienne

  • 16 Galerie des modes et costumes français…, t. 1, 1re partie, 1re suite des costumes français pour les (...)
  • 17 Journal de Paris, no 10, 10 janvier 1777
  • 18 L’Indicateur, no 24, t. 3, 1778, p. 200-01.

8Dans la Galerie des modes les lectrices trouvaient également une autre coiffure, d’esprit militaire : un chapeau intitulé Casque à la Minerve ou la Dragonne16 (ill. 2). Il est déjà connu depuis quelques années : en 1777, le Journal de Paris présente la coiffure à la Minerve17 ; en 1778, l’Indicateur publie le chapeau à la Dragonne18 et le recueil Soixante coiffures à l’usage des modes, paru vers 1778, les donne tous les deux. La Galerie des modes ne présente pas uniquement les nouvelles coiffures, mais aussi les plus populaires parmi celles qui sont déjà connues.

  • 19 Medvedkova, op.cit. ; Vera Proskurina, Мифы империи. Литература и власть в эпоху Екатерины II [Myth (...)
  • 20 Stefano Torelli, Allegory of Catherine II. as Minerva and Patron of the arts, 1770. Bien avant, en (...)
  • 21 « Je reçois dans ce moment une suite de médaillons depuis Rurik jusqu’à l’immortelle Catherine. Ell (...)
  • 22 Le buste en question est exposé au musée Tropinin à Moscou. http://commons.wikimedia.org/wiki/File: (...)

9La mythologie est à la source de cette mode qui honore la patronne de la guerre et de la sagesse : son chapeau couronné d’une houppe de plumes est fidèlement reproduit sur la gravure du journal. Mais la déesse du panthéon romain n’est pas seule évoquée par cette mode car depuis le début du xviiie siècle l’image de Minerve est également associée à celle de la Russie : la divinité est très sollicitée lors des cérémonies et fêtes curiales et, après 1762, elle est associée à Catherine II en personne19. À partir de ce moment, cette dernière se fait appeler, peindre20, graver21, sculpter22 en Minerve « du Nord ».

  • 23 Magasin des modes nouvelles, Paris, no 13, 20 mars 1788, p. 100.

10La question de savoir si les lecteurs de la Galerie des modes voyaient vraiment l’impératrice russe derrière la nouvelle mode reste sans réponse. Cachée ou évidente, l’idée qui associe une mode à la Minerve et l’empire russe réapparaît une dizaine d’années plus tard. Le Cabinet des modes publie sur des pages mitoyennes, la robe à la Czarine, dont la provenance ne laisse pas de doute, et la girandole en forme de Minerve pour la cheminée23 en tant qu’objet d’intérieur à la mode.

2. Casque à la Minerve ou la Dragonne - Galerie des modes et costumes français, 1779

2. Casque à la Minerve ou la Dragonne - Galerie des modes et costumes français, 1779

3. Robe à la Circassienne. Galerie des modes et costumes français, 1780

3. Robe à la Circassienne. Galerie des modes et costumes français, 1780
  • 24 Magasin de modes nouvelles, liège, no 12, 1788.

11Comme la Minerve est une déesse guerrière, la naissance de cette coiffure et sa popularité sont liées à des événements militaires. Le conflit entre la Russie et la Turquie, qui se déroule dans les années 1768-1774, influe probablement les modes françaises. Il peut aussi être à l’origine d’un autre modèle également publié par la Galerie des modes : à plusieurs reprises des planches y présentent la robe à la Circassienne (ill. 3). Même dix ans plus tard, on trouve une robe et une coiffure à la Circassienne dans le Magasin de modes nouvelles24.

12Entre autres raisons, ce nom est vraisemblablement apparu suite à la paix de Kütchück-Kaynardja qui, en 1774, met fin à la guerre russo-turque. Les frontières de l’empire de Russie sont élargies et elles deviennent limitrophes du territoire de Circassie, région montagneuse. On peut considérer à juste titre cette façon comme étant aussi bien turque que russe, puisque la terre en question, la Circassie, évoque les deux pays à la fois. C’est à ce moment que l’on perçoit les deux vogues simultanées : à la turque et à la russe. Catherine II le commente à sa manière dans sa correspondance :

  • 25 Catherine II à Grimm, Saint-Pétersbourg, 25 décembre (5 janvier) 1778 (1779), SIRIO, t. 23, p. 121.

Eh bien, vous êtes à présent à Paris avec des chapeaux, des rubans, des enseignes, des hôtels et des cafés de Russie et à la Russe ; je me souviens du temps où tout était à la marabout25.

13En réalité, la coexistence dure pendant presque toute la décennie, où on trouve des toilettes russes et turques côte à côte dans les publications de modes. Cependant, la provenance des nouveautés, c’est-à-dire une forme d’éloge du pays ou du peuple qui les a inventées, n’est point le souci de la presse française des modes. La Galerie des modes n’est rien d’autre qu’un catalogue publicitaire, ayant pour but de promouvoir les modes françaises, source d’enrichissement de la nation.

  • 26 Модное ежемесячное издание или библиотека дамского туалета [Journal mensuel des modes, ou bibliothè (...)
  • 27 Zachenbuch zum Nuken und Bergnugen, Goetingen, J. C. Dieterich, 1779.

14Cette édition a joué un rôle important en Russie : les gravures du premier journal des modes en langue russe, Publication mensuelle des modes26 trouvaient partiellement leur source dans l’almanach Galerie des modes, et dans l’édition allemande Zachenbuch zum Nuken und Bergnugen27, inspirée par des planches de Galerie des modes traitées avec une approche satirique.

Séjour Parisien des Comtes du Nord

  • 28 « Il [le grand-duc] ne faisait pas un pas qu’il n’entendit répéter a ses oreilles : Ah; mon Dieu, q (...)
  • 29 Madame de Polignac s’est prononcée sur l’embonpoint de la princesse Elisabeth et de sa sœur la prin (...)

15L’arrivée des modes russes à Paris est nettement liée au séjour, en mai-juin 1782, du grand-duc Paul et de sa femme Maria Fedorovna sous le nom de comte et comtesse du Nord (ill. 4). Le public ne fait pas l’éloge de leur apparence physique : il n’est pas très beau28, elle est un peu corpulente29 ; mais ils sont décrits comme en tout courtois, instruits, dignes de l’admiration la plus sincère.

4. Gavrila Skorodumov, Portraits du grand-duc Paul Petrovič et de la grande-duchesse Maria Fedorovna 1782, Musée-réserve d’État « Pavlovsk »

4. Gavrila Skorodumov, Portraits du grand-duc Paul Petrovič et de la grande-duchesse Maria Fedorovna 1782, Musée-réserve d’État « Pavlovsk »

© SPb GBUK Musée-réserve d’État « Pavlovsk », Saint-Pétersbourg, 2015

16Plusieurs périodiques publient des éloges en leur honneur : l’Almanach des muses, le Journal des gens et du monde, l’Année littéraire, le Journal de Paris.

  • 30 Alexandre-Jacques du Coudray, Nouveaux essais historiques sur Paris, Paris, Belin, t. v, Le comte e (...)

17Les vers de Jean-François de La Harpe, adressés aux comtes du Nord sont ceux qui sont le plus souvent publiés, cités, commentés. Le personnage principal de son poème Vers à M. Le comte du Nord, récité à l’Académie Française n’est autre que Pierre le Grand, dont l’« ombre » est « de vos pas la compagne assidue30 ». L’image de l’ancêtre qui avait visité Paris en 1717 est fort présente dans tous les écrits, tout comme celle de Catherine II.

18Le nombre de vers dédiés à Maria Fedorovna n’est pas négligeable. Cependant les auteurs s’attardent surtout sur sa séduction et son charme majestueux, alors que les vertus et les bontés caractérisent toujours les deux époux ensemble, en tant que couple.

19Adrien-Michel-Hyacinthe Blin de Sainmore prétend être le premier à leur adresser des vers lors de leur arrivée. Il annonce :

Dans les traits séduisants d’une jeune Princesse,
Reconnaît à la fois Minerve & la beauté.

  • 31 Adrien-Michel-Hyacinthe Blin de Sainmore, Correspondance littéraire de Moscou, éd. Elena Lebedeva, (...)

20Le sujet du poème ne lui est pas inconnu, car depuis 1781, Blin de Sainmore envoie à la grande-duchesse sa Correspondance littéraire31, comme La Harpe expédie la sienne au grand-duc Paul, et Grimm, à Catherine II.

  • 32 C’est Aglaé qui est la beauté dans ce qu’elle a de plus éblouissant, la splendeur. Les grâces « aîn (...)

21Par la suite, tous les vers dédiés à la grande-duchesse développent des images que l’on trouve déjà dans ces lignes de Blin de Sainmore. Elle est associée à la beauté, grâce à son aspect recherché, splendide : « à son port noble, à son air gracieux on a cru voir la plus jeune des Grâces32 » (Anecdote russe), « ce front où la splendeur s’unit à la beauté, / cet accord de la Grâce et de la Majesté » (Fréron). La grande-duchesse, âgée de 22 ans, incarne la jeunesse (Fréron), le fleurissement (Anecdote russe), le printemps (Madeleine de Puisieux). Elle est entourée de divinités, Minerve et Junon, Flore et Pomone, elle est l’une d’entre elles.

22Dans son huitain, Madeleine de Puisieux, moraliste, romancière et féministe ardente, peint Maria Fedorovna en tant qu’« étoile du Nord », adresse d’une femme éclairée à une femme éclairante – la grande-duchesse – qui répand sa « brillante lumière » et, par sa présence, augmente « le charme et l’éclat » de la cour de Versailles.

  • 33 Alexandre-Jacques du Coudray, op.cit., p. 111.

23Apparemment, ce texte est relativement peu connu à l’époque. En 1782-1783, seul le chevalier de Coudray publie ces vers dans son ouvrage Le comte et la comtesse du Nord : anecdote russe33. Dans cette édition, présentée sous la forme d’une sorte de recueil, les vers en question ont pour titre Prédiction à Madame la comtesse du Nord par une femme philosophe. Et ils prédisent l’admiration que la grande-duchesse suscitera à la Cour.

  • 34 À énumérer toutes les œuvres de Madeleine de Puisieux, elle fait éditer précisément 32 volumes au c (...)
  • 35 Mémoires de la baronne d’Oberkirch…, p. 197.

24Comme la baronne d’Oberkirch le révèle, on présente ce poème à Maria Fedorovna au milieu de son séjour, vers le 7 juin 1782. L’auteur des Mémoires juge les vers “singuliers” et leur titre “assez prétentieux”. D’après elle, ils s’intitulent Prédiction à Madame la comtesse du Nord, par une femme philosophe, auteur de trente-deux volumes. La baronne ajoute : « ce n’est pas la peine d’avoir imprimé trente-deux volumes34 pour composer une semblable platitude35 ».

25Une autre œuvre importante appartient à Louis-Marie-Stanislas Fréron. Cette fois-ci il s’agit d’un poème publié trois fois dans l’Anecdote russe, Journal de Paris et Almanach des muses.

  • 36 L’analyse de la versification ne fait pas partie de cet article. Cependant cette œuvre de Fréron est (...)

Vous venez embellir notre brillante scène
Souffrez, quand tout un peuple, ivre de votre aspect,
Dans le nouveau palais où règne Melpomène,
Vous environne avec respect36.

  • 37 Mémoires secrets…, t. xx, p. 362-364.

26Il célèbre tout d’abord l’auguste dame, mais aussi… la nouvelle salle du Théâtre Français. Ces deux nouvelles apparaissent côte à côte dans un autre poème, un « vaudeville historique »37, dont les deux couplets racontent :

  • 38 Ibid. La note explique : « la nouvelle salle de Comédie française est peinte en blanc, ce qui a fai (...)

Qu’un grand-duc de Moscovie
voyage superbement

Que la troupe de Molière
Quitte le Louvre à grand frais
Pour effrayer nos sifflets
Dans la vaste bonbonnerie38.

27Pour peindre la Princesse, Fréron fils utilise des images conventionnelles : la magnificence, la présence des divinités, la nature qui accorde ses grâces. C’est « Mlle Mezerai, âgée de huit ans, fille du limonadier du Théâtre Français », « portant une corbeille de fleurs et d’oranges » qui incarne la nature, bienfaisante envers la grande-duchesse, lui offrant « les prix le plus doux ».

  • 39 Journal de Paris, no 167, 1782, p. 675. M. Ruquier, agrégé de la faculté des Arts de l’Université d (...)

28Fréron parle ici de ses bontés, ses « vertus que dans vous applaudira la France », chose rare, car si la presse les souligne, la poésie semble omettre les qualités morales de Maria Fedorovna, comme si la faculté de faire du bien et d’être quelqu’un de bon appartenait, non pas à elle personnellement, mais au couple. On lit ainsi chez Riquier : « Notre œil charmé découvre en vous / l’assemblage parfait des vertus et de grâces », « Vos lois sont des vertus, vos armes les bienfaits / et tous les cœurs sont vos sujets39 », et La Harpe écrit : « Tout ce qui vous approche y trouve la bonté. »

29C’est à deux seulement que les comtes du Nord dégagent une harmonie parfaite. « Auguste couple, heureux époux », ils composent littéralement un seul personnage, ils cohabitent un même corps. La métaphore est filée dans les descriptions de leur « morphologie » commune : « votre œil perçant se plaît à reconnaître » (Riquier), votre âme (idem), votre cœur (Sieur Belleval), « cœur tel que le vôtre » (La Harpe). À cet être unique formé par les comtes du Nord forment le même être pour les poètes sont attribués pour père Pierre le Grand et pour mère Catherine II.

  • 40 Mémoires secrets…, p. 309.

30Le fait que Maria Fedorovna soit une femme d’esprit, instruite, échappe également aux auteurs des éloges poétiques, tandis que les journalistes en parlent, à Notre-Dame « elle a tout admiré avec quelques réflexions… annonçant son esprit et ses connaissances40 ».

31La posture des poètes diffère de celle des journalistes : ils font leur cour à Maria Fedorovna au lieu de commenter ses actes, ses paroles, ses qualités. Une autre observation concerne le public. En effet, les Français eux-mêmes sont très souvent présents dans les éloges. Si les hôtes augustes sont charmants, les spectateurs veulent, aussi, être charmés et recherchent la bienveillance des comtes du Nord. « Un peuple ivre de votre aspect » (Fréron) demande au couple d’« exercer sur moi ta bienveillance » (Anecdote russe).

32Ces souhaits mutuels se réalisent en effet, et les comtes du Nord prodiguent leurs « bienfaits » y compris dans le domaine vestimentaire.

Costume du grand-duc Alexandre

  • 41 Alexandre Stroev, « L’art d’être grand-mère : les écrits pédagogiques de Catherine II », Femmes édu (...)

33En premier lieu, ce sont les modes enfantines qui subissent une forte influence russe, qui s’étend par la suite aux vêtements des femmes. Tout débute par une pièce apportée en cadeau à la famille royale française par la comtesse du Nord. Les monarques d’Europe, autres que Marie-Antoinette, reçoivent cet habit. Les princesses italiennes en ont bénéficié au passage de Maria Fedorovna lors de son voyage41. En 1778, le modèle est communiqué au roi de Suède Gustave III qui attend un héritier.

  • 42 Ibid.

34Ce costume de bébé, élaboré par l’impératrice russe en personne pour ses petits-fils, avait d’après elle, une foule d’avantages : enveloppant le petit sans qu’il s’en aperçoive, il le laissait libre dans ses mouvements. La commodité et la légèreté étaient issues tout droit des idées éducatives de John Locke, comme l’a montré Alexandre Stroev dans son article « l’art d’être grand-mère »42.

35Selon Grimm, le succès de ce vêtement est immédiat auprès d’un large public, et c’est à lui-même qu’on le doit. Il communique, sans regrets, ni fierté, qu’un certain M. Fagot, tailleur, lui en a volé la gloire et le profit de ces inventions russes.

  • 43 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 302.

36Le tailleur a « donné à ses habits le surnom à la Princesse du Nord, parce que je lui ai confié bêtement que madame la comtesse du Nord avait fait présent d’un pareil habit à la Reine de France pour M. Le dauphin43 ».

  • 44 Pour le moment, nous n’avons pas trouvé de référence sur cette personne ni aux archives nationales, (...)

Le fait est que M. Fagot est un serpent que j’ai réchauffé dans mon sein. Il a vu chez moi l’habit à la Monsieur Alexandre ou à Sieur Constantin ; je lui ai permis d’en prendre le dessin, et voila qu’il en fait commerce44.

37Cette anecdote montre la façon dont les noms des nouveautés apparaissent : le tailleur ou le marchand de modes baptise le modèle. La fantaisie de M. Fagot, fait du costume d’Alexandre, associé à l’événement qui l’introduit en France, un costume dit à la Princesse du Nord, et non à la Comtesse du Nord, qui est le nom de substitution de Maria Fedorovna, ni à la grande-duchesse qui est son titre officiel. Grimm continue :

  • 45 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782…, p. 303.

M. Fagot y [dans le costume d’Alexandre] a découvert d’un clin d’œil que les dames peuvent porter cet habit pour monter à cheval ; qu’il n’y aura rien de plus galant et de meilleur goût : et voilà le commencement d’une révolution dont on ne peut calculer les suites ; peut-être l’année prochaine serons-nous tous obligés de porter des habits à la Monsieur Alexandre45.

38Si le baron Grimm peut s’imaginer habillé ainsi, c’est parce que ce costume, bien qu’original, n’était pas choquant pour le goût français contemporain. L’habit se composait d’un pantalon, ce qui est tout à fait masculin, et d’une veste dans l’esprit oriental, avec un rabat rappelant la façon à la levite, adoptée dix ans plus tôt par les costumes féminins.

  • 46 Galerie des modes et costumes français, 21e cahier de costumes français, 15e suite d’habillement à (...)

39L’adaptation de pantalons pour les dames cavalières est difficile à confirmer. S’habiller en homme était admis et même courant pour monter à cheval. Cependant, la cavalière habillée en homme porte toujours une jupe. La planche de la Galerie des modes de 1779 présente « une jeune dame montant à cheval ; elle est habillée en homme avec un fraque à la bavaroise et une jupe ; sa coiffure est un chapeau noir couvert de plumes de la même couleur46 ».

40Cette tendance se retrouve dans les journaux de mode en Angleterre où les nouvelles françaises arrivent aussitôt : les deux pays subissent une influence réciproque.

Robes russes de chez Mlle Bertin

41La visite des comtes du Nord crée une large voie d’infiltration d’un imaginaire russe en France, car « tous les cœurs avec vous se mettent en voyage ». Le baron Grimm atteste en effet de ce voyage imaginaire des Français :

  • 47 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 303.

En général la nation russe est considérablement à la mode dans ce moment-ci, à la ville et à la cour47.

  • 48 Grimm à Catherine II, le 28 juin (9 juillet), p. 240.
  • 49 Anecdote russe, 1782, p. 133.

42Un des buts, et non le moindre, de ce voyage européen est culturel : le couple prête une vive attention aux monuments, lieux de curiosités, manufactures. Ainsi, ils visitent la manufacture de porcelaine à Sèvres. L’intérêt est réciproque, et la fameuse manufacture dévoile alors des médaillons ornés des augustes portraits48. Une magnifique toilette fabriquée à Sèvres devient un cadeau de Marie-Antoinette à Maria Fedorovna49.

  • 50 Le 27 mai 1782, elle note : « Madame la comtesse du Nord avait eu la bonté de me demander une matin (...)
  • 51 « La Comtesse du Nord, qui avait sur elle une grand quantité de diamants superbes, ne se lassa pas (...)

43Quant à la grande-duchesse, son attention s’oriente tout naturellement vers les boutiques, surtout parisiennes. La baronne d’Oberkirch souligne dans ses Mémoires le goût de la grande-duchesse pour les parures, coiffures, accessoires50. Ce n’est pas à Paris uniquement, que la grande-duchesse « apprend » les modes : à Venise, elle désire étudier de près les parures les plus impressionnantes, vues sur les dames à l’opéra51.

  • 52 Archives de Paris, D 4B6, 107, dossier 7584.
  • 53 Sapori, Rose Bertin : couturière…, p. 59.

44Le séjour de marie Fedorovna est l’occasion d’un élan considérable de ses commandes auprès de la modiste de la Reine, Rose Bertin. Son concurrent, Sieur Beaulard, compte lui aussi, la grande-duchesse parmi ses clientes52. La politique de vente de Rose Bertin consistait à faire connaître ses œuvres avant qu’elles ne soient envoyées aux cours européennes. Ces créations étaient exposées dans son atelier, où se trouvaient parfois quelque 200 caisses prêtes à partir53. C’était aussi certainement le cas des toilettes de la grande-duchesse.

  • 54 Natalia Vershinina, « Rose Bertin et les commandes de la grande-duchesse de Russie », Fastes de cou (...)
  • 55 Succession de Marie-Jean-Rose Bertin née à Abbeville en 1744… décédé à Paris le 22 septembre 1813, (...)
  • 56 Ibid., carton 2, dossier 127, fo 1422. Anastasia Mixailovna Ščerbinina, née princesse Daškova (1760 (...)
  • 57 Ibid., carton 1, dossier 39, fo 266, 267. Anna-Juliana Benkendorf née Schilling von Kanschtadt (175 (...)
  • 58 Ibid., carton 8, dossier 664, f. 6308, 6313. Ivan Grigor′evič Černyšev (1726-1797), diplomate, maré (...)
  • 59 Le 27 août 1782 : « Pour un habit Russe du satin bleu. Une garniture […] couverte de taffetas blanc (...)
  • 60 Succession de Marie-Jean-Rose Bertin…, carton 4, dossier 292, fo 2801.
  • 61 Michel Pastoureau, l’Étoffe du diable : une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, éd. Fr (...)

45Il faut préciser que les robes dites russes constituaient la majorité des commandes de Maria Feodorovna dans les années 178054. D’autres femmes russes distinguées font faire une robe russe chez Mlle Bertin : en 1780, la princesse Golicyna55 ; en 1782, la comtesse Ščerbinina56 et la baronne Benkendorf57. En 1791, le comte Ivan Grigor′evič Černyšev58 passe une commande analogue. On a probablement fait des habits russes pour d’autres clients. (La liste complète de tous ses débiteurs russes ne peut être établie, car une partie seulement des dossiers est parvenue jusqu’à nos jours). La façon des robes russes reste incertaine sauf pour un détail déterminant qui est la deuxième paire des manches ; les garnitures sont abondantes59 ; les couleurs varient : blanc, blanc et gris, violet, bleu, bleu et argenté, noisette, « rose très intense brodé à pois »60. Souvent, il s’agit de tissu et de garniture rayée appelée zébra qui reflète parfaitement les modes du moment61.

  • 62 Xenia Borderioux, « Мода и вкус во второй половине XVIII века » [La mode et le goût dans les années (...)
  • 63 William Coxe, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Dannemarc, trad. M. P. H. Mallet, Genève, 1786, t.  (...)
  • 64 A. M. Gribovskij, Записки об императрице Екатерине Великой [Mémoires sur l’Impératrice Catherine la (...)
  • 65 Élisabeth Vigée Le Brun, Souvenirs, éd. Geneviève Haroche-Bouzinac, Paris, H. Champion, 2008, p. 52 (...)
  • 66 Камер-фуриерский церемониальный журнал [Journal des cérémonies à la cour], Sankt-Peterburg, 1880. E (...)

46Ces démarches « patriotiques » dans le domaine de la mode n’étaient pas le fait de la volonté des dames russes. C’est Catherine II qui promulgue la « russerie » des costumes de cours et en donne l’exemple62. Comme beaucoup de témoignages le prouvent – le voyageur William Coxe63, le diplomate Louis-Philippe de Ségur, le secrétaire de l’impératrice Adrian Gribovskij64, l’artiste peintre Élisabeth Vigée-Lebrun65 – l’impératrice elle-même porte la robe russe dans diverses occasions et pas seulement lors des fêtes officielles. Les peintures ne font que renforcer ce nationalisme vestimentaire : le portrait réalisé par Stephano Torelli montre Catherine II vêtue du costume traditionnel (sarafane, kokochnik), parée d’un riche collier de perles, un bijou de parade typiquement russe. Catherine II impose la robe russe comme habit de cérémonie aux courtisans dans les années 177066. Les pages du Journal des cérémonies à la cour contiennent plusieurs notes qui indiquent que pour les fêtes, religieuses notamment, les dames se sont vêtues de robes russes.

47Les robes russes soulèvent un nombre de questions dont les réponses sont ambigües. Sont-elles dans l’esprit national ? Sans doute, mais, souvent, on les fait venir de Paris, et c’est la célèbre modiste qui les imagine. Sont-elles relativement plus simples ? – si c’est le cas, on reste perplexe devant la description de la garniture, qui occupe une page entière. Prévoient-elles une certaine uniformité ? Peut-être, mais la robe de la cour, appelée française est plus réglementée et conservatrice. Un atout certain, par comparaison avec les autres modèles est qu’elles sont moins coûteuses : confectionnées chez Mlle Bertin, elles valent rarement plus de 1 000 livres contre 3 000 ou 4 000 pour les robes à la française ou par exemple à la turque.

48On peut dire que les robes russes des dames de la cour n’ont pas mis fin aux habits recherchés, changeants, associés aux modes européennes.

Oukases contre le luxe

49Peu de temps après le voyage des comtes du Nord, la restriction vestimentaire de la cour russe connaît une nouvelle vogue :

  • 67 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 304.

On m’a parlé de coiffures baissées, de garnitures réduites à une largeur effrayante quant à l’étroit, enfin de simplicité conseillée dans les ajustements et d’uniformes honorés à la cour par-dessus tout, même sur le dos de femmes des premiers rangs67.

50Le baron Grimm, omniscient, n’est pas le seul à être au fait de ces changements à la cour de Saint-Pétersbourg. Le 14 décembre 1782, le Journal historique et politique publie une note que voici :

  • 68 Journal historique et politique des principaux événements de différentes cours de l’Europe, 14 déce (...)

Russie. L’impératrice voulant mettre des bornes au luxe qui augmente chaque jour, vient d’ordonner qu’à l’avenir, les dames ne paraissent à la Cour qu’avec des habits simples et débarrassés de tous les ornements coûteux, que le goût inconstant des modes y emploie avec une variété plus dispendieuse encore. Les broderies des habits seront assujetties à une largeur déterminée ; et comme chaque Gouvernement a une couleur particulière, que doivent adopter tout ceux qui y sont employés, S. M. I. a déclaré qu’elle verrait avec plaisir les dames de la Cour porter des robes de la couleur de leurs maris ou de leurs pères. Cette nouvelle réforme s’étend à la hauteur des coiffures, qui seront plus décentes, en même temps plus avantageuses à la beauté68.

  • 69 Полное собрание законов Российской империи [Collection complète des lois de l’Empire russe], Sankt- (...)
  • 70 Ibid., p. 713-714, no 15557.
  • 71 Ibid., p. 726-727, no 15569.

51Ce texte fait référence à trois oukases à la fois : le premier, daté du 23 octobre 178269 limite notamment la taille des ornements sur les robes et la hauteur des coiffures de dames qui se présentent à la Cour à deux verchoks (9 cm environ). Le deuxième, du 24 octobre 178270 parle de couleurs et concerne cette fois-ci la noblesse de tout le pays. Il détermine les couleurs, conformément à la province (goubernia) ; l’habit officiel des messieurs et des dames peut désormais être bordeaux, vert ou bleu, toujours confectionné d’étoffes russes. Le troisième, du 6 novembre 178271, impose des restrictions sur les habits de fête des dames de la Cour.

  • 72 Pierre Morane, op.cit., p. 270.
  • 73 Natalia Vvershinina affirme, que « Aucun document d’archives prouvant que des achats auraient été re (...)

52De toute évidence, l’impératrice tolère l’enthousiasme de Maria Fedorovna pour les habits français jusqu’à un certain degré, car ses commandes chez Mlle Bertin ne s’interrompent pas, mais les tentatives de la grande-duchesse de révolutionner les modes restent sans suite. Pierre Morane signale que deux cents coffres, entièrement remplis de marchandises de modes venues de Paris fin 1782, ont été renvoyés sans être ouverts72 sur ordre de Catherine II73.

  • 74 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 304.

53Il arriva que les oukases, ces mesures d’hostilité, trouvent un écho à Paris. Selon Grimm, l’interdiction des habits français fut un sujet d’entretien entre Marie-Antoinette et Rose Bertin74. Mais les Parisiennes, étant grâce à la presse très rapidement au courant des innovations de l’impératrice russe, auraient été, selon Grimm, charmées de la sagesse de Catherine II.

  • 75 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782…, p. 305.

Toutes les femmes de Paris et de la cour se sont données le mot pour admirer la législatrice du Nord à propos de la proscription des falbalas. Elles félicitent les dames russes qui sont ici, d’avoir une telle souveraine ; elles disent que c’est le règlement le plus sage qui ait été fait dans ce siècle, que c’est une folie, une frénésie sans exemple, sans goût et sans aucune jouissance réelle, que de se ruiner en chiffons75.

54Les propos font l’éloge de Catherine II et de la simplicité qu’elle introduit. Mais, quoique dise le baron Grimm, la nation française est fière de trouver « une jouissance réelle » dans le fait « de se ruiner en chiffon » et encore plus d’instruire l’Europe tout entière de ce savoir-vivre.

55En même temps que Grimm rédige sa lettre, en novembre 1782, le Journal des gens du monde remarque que la simplicité s’installe à Paris :

  • 76 Journal des gens du monde, t. II, 1782, no 7, p. 9.

Le luxe n’est plus que dans les édifices et dans les décorations intérieures. Les voitures sont simples, les domestiques moins nombreux, les beaux habits de mauvais goût, les chevaux de prix supprimés, les diamants tombés, les bijoux ridicules, les filles mal payées, les repas économiques76.

56La simplicité est-elle novatrice pour les Parisiennes, ou alors ces idées sont-elles vivement partagées parce que le goût pour la simplicité et l’économie régnait déjà à Paris ?

57Aucun journal de modes n’est capable de nous renseigner sur cet épisode, car il n’en existe aucun au seuil des années 1782 et 1783. Il s’agit de la période de transition entre les almanachs de mode, très répandus dans les années 1770, et les vrais périodiques de modes dont la première édition est le fameux Cabinet des modes paru en 1785.

  • 77 « Que les libraires de Weimar et de Liège, qui contrefont nos cahiers, et qui ont juré de mentir à (...)
  • 78 Fashionable Magazine ; or Lady’s and Gentleman’s Monthly Recorder of New Fashions, London, 1786 ; K(...)
  • 79 Магазин английских, французских и немецких новых мод [Magasin des modes nouvelles, anglaises, franç (...)
  • 80 Rodolphe Baudin, « Mode et modernité en Russie au xviiie siècle : le Magasin de modes nouvelles, pr (...)
  • 81 Journal des Luxus und der Moden, Carl Bertuch, Weimar, Verl. des Landes-Industrie-Comptoirs, 1787-1 (...)

58C’est avec cette publication périodique que la diffusion des informations sur les modes, textuelles et visuelles, prend un élan européen. Ces reproductions sont répandues sous différentes formes : il peut s’agir de contrefaçons (gardant donc la langue originale), comme dans le cas de « représentants » illégaux à Liège et à Weimar, ouvertement accusés par Lebrun-Tossa, éditeur du Cabinet des modes77. Il existe aussi plusieurs traductions de journaux français78, ou encore des cas de reproductions moins évidents comme le périodique russe le Magasin des modes nouvelles, anglaises, françaises et allemandes79. Son titre évoque le Magasin des modes nouvelles, françaises et anglaises (1786-1789)80, mais la version russe est adaptée d’un journal allemand Journal des Luxus und der Moden81, qui lui-même copie, dans ses premières années, le Magasin des modes nouvelles, françaises et anglaises.

Robe à la Czarine, amazones à la moscovite

  • 82 Magasin des modes nouvelles, 10 janvier 1787, no 6, p. 41.

59Le Magasin des modes nouvelles n’est rien d’autre que le titre acquis par le Cabinet des modes en novembre 1786. Désormais, il est plus cosmopolite. Des modes londoniennes et d’autres pays que l’Angleterre sont présentées sur ses planches. Mais comme l’éditeur l’estime, « à parler exactement, elles (les Françaises) […] n’empruntent que les noms82 ». Cette remarque nous invite à réfléchir : les modes anglaises, turques, russes, sont-elles réellement les modes des autres nations ? Sont-elles inspirées par la culture étrangère ? Ou en portent-elles seulement les titres ? On trouve dans le cahier no 13 du 20 mars 1788 la robe dite à la Czarine (ill. 5).

  • 83 Magasin des modes nouvelles, 1788, no 13, p. 98-99.

La Russie est le dernier pays qu’a fréquenté la mode ; elle en a apporté les robes à la Czarine.
La robe à la Czarine, que porte la Femme représentée dans la Planche Ire, fait de satin vert-pomme, est garnie d’une collerette montante à deux rangs de gaze découpée, comme les manchettes.
Cette collerette montante paraît être la seule différence de cette robe à celles que nous avons données. Elle doit être en effet la seule, puisque la Russie s’applique à suivre les modes de la France. La différence que les dames russes mettent entre leurs habillements et ceux de nos dames, ne peut jamais être bien grande.
Sous cette robe, la Femme représentée porte une pièce d’estomac de satin blanc, coupée en pointe par le haut, et très élargie par le bas, attachée avec les cordons par-derrière ; et un jupon de linon blanc découpé par en bas, mis sur un transparent de satin rose.
Elle est liée d’une très longue ceinture de taffetas rose à flocons de gaze découpée, nouée sur la côte.
Cette espèce de ceinture a été la première dont nos dames se sont liées. La Femme porte sur son col un très ample fichu de gaze tout uni, très bouffant, dont la pointe par-derrière est enfermée dans la robe et dont les bouts par devant sont cachés sous la pièce d’estomac.
Sur sa tête, un bonnet à la Czarine, de gaze blanche à mouches d’or. Ce bonnet n’est qu’un simple toquet ; il est ceint d’un bandeau fait d’un ruban satin-rose à mouches blanches, formant deux gros nœuds, un par devant et l’autre par-derrière. Il est orné de deux grosses plumes blanches à cotes roses, et à bords verts.
Elle est frisée toute en grosses boucles détachées. Quatre, sur deux rangs, lui tombe de chaque côté sur le sein. Ses cheveux par-derrière flottent à la Conseillère.
À ses mains, des gants de peau blancs, montant jusqu’aux coudes.
À ses pieds, des souliers de satin vert, ornés de larges rosettes de ruban-satin blanc.
La robe dont est vêtue la Femme représentée est tirée du grand Magasin de la rue Salle-au-Comte. On trouve dans ce magasin les plus beaux habillements pour les femmes.
Au mois d’avril, ce Magasin sera rue de la Monnaie, no 4183.

  • 84 Journal des Luxus und der Moden, juin 1788, p. 223-224, planche 17.
  • 85 La description en allemand est plus courte, elle omet notamment l’introduction « La Russie est le d (...)

60Le Journal des Luxus und der Moden84, qui s’inspire du Magasin de modes nouvelles français, la reproduit, avec une description modifiée85.

5. Robe à la Czarine, Magasin des modes nouvelles, 1788

5. Robe à la Czarine, Magasin des modes nouvelles, 1788

6. Fedor Rokotov, Portrait de Catherine II, 1780

6. Fedor Rokotov, Portrait de Catherine II, 1780

Musée de l’Ermitage © Vladimir Terebenin

61Son nom à la Czarine est une allusion claire à la Russie (Ill. 6). Au premier abord, on peut penser que la robe à la Czarine n’est russe que par son titre : en effet, comme mentionné précédemment, les nouvelles appellations ne présentent pas toujours un objet de nouveau goût, mais donnent un nouveau nom à une chose connue qui devient en vogue.

  • 86 Selon Natalia Vershinina « La robe de cour à la russe se distinguait par ses fausses manches, longu (...)
  • 87 William Coxe, op. cit., p. 227. C’est Raissa Kirsanova qui souligne ce détail. Voir R. M. Kirsanova (...)

62Le modèle est très courant : les autres planches présentent des tenues du même effet, au corsage et au jupon, à la coupe exquise, peu décorées, aux couleurs vives. De ce point de vue, cette robe est loin d’être à la russe, car elle n’en reproduit pas la façon caractéristique, qui se distingue, entre autres, par de fausses manches longues et étroites86 et une traîne beaucoup plus courte que d’habitude87. Mais ces critères décrivent des caractéristiques des habits de cour, alors que la robe à la Czarine prétend être portée au quotidien.

  • 88 Cette similarité n’est pas exclusivement le cas des habits à la russe. Par exemple, « le chapeau à (...)

63En réalité, les robes russes n’étaient pas si différentes des françaises. À ce propos la même publication affirme : « la différence que les dames russes mettent entre leurs habillements et ceux de nos dames, ne peut jamais être bien grande88 ». Rappelons-nous que c’est Mlle Bertin qui confectionne les robes russes pour les dames les plus brillantes de la cour à Saint-Pétersbourg.

  • 89 Caraccioli, le Livre à la mode…, op. cit.
  • 90 Ibid., p. 28.

64Cette double appartenance aux styles russe et français concerne également les couleurs : rose et vert. Il semble que cette combinaison d’inspiration florale soit particulièrement appréciée par les modes françaises de l’époque. Différentes gravures le prouvent, ainsi que les deux chapitres du Livre à la mode89 imprimés, respectivement, en encre verte et rose. Ceci, pour amuser, faire plaisir, « intéresser les sens »90 de ses lectrices.

  • 91 « Oрдер Г. Потемкина генерал-майону М. Леонтьеву от 10 ноября 1775 г. » [ordonnance du prince Potem (...)

65Étrangement, ce sont ces mêmes couleurs qui apportent, plus que tout autre aspect, un surcroit de russité à la toilette. En effet, le vert est porté par plusieurs régiments de l’armée russe : le régiment de la garde Preobraženskij, par exemple. En  775 l’ordonnance du prince Potemkin instaure l’uniforme vert et rouge pour les dragons91. Une autre raison de considérer le vert-rose comme un coloris russe est la tenue des amazones.

  • 92 Alexandre Kibovskij indique qu’elles viennent à la rencontre de l’impératrice, en faisant partie de (...)

66En 1787, le même Potemkin crée une compagnie de femmes-guerrières. Il s’agit là d’une des multiples mises en scène préparées pour le voyage de Catherine II en Crimée. Le détachement se compose d’une centaine de femmes et filles nobles, issues de familles de militaires du bataillon grec de Balaklave92.

67La commandante des Amazones, Elena Sardanova, décrit leur uniforme plusieurs années après cet événement et fait faire un dessin.

  • 93 « Записка об Амазонской роте (записал Г.Дуси) » [« Mémoire sur la compagnie des Amazones, par G. Do (...)

On a composé les habits des Amazones ainsi : des jupons de velours pourpre, entourés de galons et de franges dorées, des vestes de velours vert, également galonnées ; des chapeaux de gaze blanche, brodés d’or et de paillettes, un plumage blanc93.

  • 94 Kibovskij, op.cit., p. 18.

68Selon Aalexandre Kibovskij, ce costume n’est rien d’autre que l’habit traditionnel des femmes balaclaves94. Il pouvait adopter des couleurs différentes, on choisit alors le vert et le rouge pour créer une uniformité, et, pour le rapprocher des habits de l’armée russe.

  • 95 Une des planches de Collection d’habillements modernes et galants, représente la Coiffure d’une Dam (...)

69On peut supposer que la robe dite à la Czarine par son coloris et dans son aspect général a été inspirée par la tenue des amazones de Crimée. Le chapeau y ajoute encore plus de ressemblance. En effet, le décor du chapeau des amazones et celui du chapeau à la Czarine sont similaires : avec des « mouches » (une sorte de paillettes) et un plumage. Cependant, la forme présentée dans le Magasin des modes nouvelles « n’est qu’un simple toquet », tandis que le chapeau des Amazones est un couvre-chef grec traditionnel. On voit ce genre de coiffure à Paris au début des années 1780, par exemple dans la Collection d’habillements modernes et galants95.

  • 96 Selon le Mémoire sur le régiment des Amazones de Douci, Joseph II avait embrassé Elena Sardanova su (...)

70Ce spectacle sans pareil, de la compagnie des Amazones marque les voyageurs : l’impératrice les salue chaleureusement, Joseph II les admire96, le prince de ligne note à propos de ce régiment de femmes :

  • 97 Prince de ligne à Madame la Marquise de Coigny, de Caffa, ou ancienne Théodosie, non daté, Lettres (...)

Albanaises d’une petite colonie macédonienne établie à Balaclava : 200 jolies femmes et filles, avec des fusils, des baïonnettes et des lances, avec des seins d’amazone, et des cheveux longs et tressés avec grâce, étaient venues à notre rencontre97.

  • 98 « C’est un fort beau coup d’œil dans ces salles immenses, que les costumes des gentilshommes et de (...)

71La question des habits retient quelquefois l’attention du prince de ligne pendant ce voyage98 car, d’après lui, les vêtements des orientaux surpassent les exemples parisiens. Il écrit :

  • 99 Prince de ligne à madame la marquise de Coigny, ce 1er juin 1787, ibid., p. 53.

Quand je rencontre des détachements de Circassiens, beaux comme le jour, dont la taille, enfermée dans des corps, est plus serrée que celle de madame de L. ; quand je trouve ici des mourzas mieux mis que la duchesse de Choiseul aux bals de la reine, des officiers de cosaques ayant plus de goût que Mlle Bertin pour se draper, et des meubles et vêtements dont les couleurs sont aussi harmonieuses que celles de Mme Lebrun dans ses tableaux, je ne reviens pas de mon étonnement99.

  • 100 Charles-Joseph de Ligne, Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires, Vienne et Dresde, Walt (...)
  • 101 Magasin des modes nouvelles, no 9, 10 février 1788, p. 68-69. En 1781, l’allemand Foltz annonce la (...)
  • 102 On la trouve dans les gravures, cf. Galerie des modes et costumes français, t. 2, 2e partie, 56e ca (...)

72Même si les Lettres à la marquise de Coigny n’ont été rédigées qu’a posteriori, vers 1801100, le voyage en Tauride, qui suscite une polémique dans la presse européenne, n’est pas resté sans effet sur le marché des modes. Huit mois tout au plus après ce voyage, l’idée des costumes russes séduit les modistes parisiennes. Un des Avis publicitaires du Magasin des modes nouvelles annonce qu’au Magasin d’habits de femmes, rue Salle au Comte, no 28, on « distingue, entre autres objets, des robes à la Czarine, des caracos Zélandais, des habits d’Amazones à la Moscovite, des robes à la demi-négligente, des caracos de bals à la Hollandaise, et toutes sortes d’autres robes101 ». Diverses pièces nommées à l’Amazone sont connues à cette époque, une veste102, par exemple. Mais un habit d’Amazone, sous-entendu habit pour l’équitation, avec la précision « à la Moscovite » désigne tout autre chose. Est-ce une invention du tailleur M. Fagot, un costume pour monter à cheval appelé jadis à la princesse du Nord ?

73Les raisons de l’apparition de modes russes en France en 1788 sont nombreuses cette année-là, où des événements majeurs de la politique européenne se jouent, avec la Russie en vedette.

    • 103 On donne le Caraco à la Suédoise dans le cahier du mois d’avril 1788, Galerie des modes…, 29 févrie (...)

    Au cours de l’année 1788, la Suède profite du conflit en Orient et attaque l’Empire de Russie. La guerre russo-suédoise éclate103.

  • La guerre russo-turque, commencée en 1787, apporte des victoires importantes à Saint-Pétersbourg en 1788, notamment la prise de Khotine et d’Otchakov (à la fin de l’année).

  • En 1787, la Russie et la France signent un traité de commerce, préparé grâce à l’ambassadeur le comte de Ségur qui a su gagner l’estime de l’impératrice. C’est un signe de rapprochement diplomatique entre la Russie et la France, qui auparavant soutenait la Turquie.

  • 104 Mémoires de Madame Campan, première femme de chambre de Marie-Antoinette, Paris, Mercure de France, (...)
  • 105 Magasin des modes nouvelles, 20 janvier 1787, no 7, p. 49.

74Il est vraisemblable que les robes russes soient apparues suite aux discussions sur ces événements dans la société, les journaux, les salons, aux promenades : « toutes les modes, toutes les coiffures prirent des noms analogues à l’esprit du moment104 », par des chapeaux, des parures, des accessoires, – par exemple, à la Bohémienne, à la Créole, à la Nouvelle France, à l’Anglo-américaine ou Franco-Anglomanes105 – ce sont les actualités du jour qui transparaissent.

En guise de conclusion. Une paire de bas tricotée par Voltaire

75En 1789 une édition périodique affirme la place de l’empire de Russie dans le monde de la mode et du goût. Cette fois-ci il s’agit d’une anecdote, confiée aux lectrices. Le texte raconte l’histoire suivante :

  • 106 Ibid., 21 décembre 1789, no 36, p. 283-284. Reproduit à la lettre de l’Esprit de journaux, décembre (...)

L’impératrice de Russie avait envoyé à Voltaire une boîte d’ivoire qu’elle avait faite au tour. Cette boîte donna à ce célèbre écrivain l’idée d’une plaisanterie. Après avoir pris quelques leçons de sa nièce, il donna à Catherine II, en retour de son cadeau, le commencement d’une paire de bas de soie blancs, tricotés de sa main, et accompagnés d’une charmante épître en vers galants, dans laquelle le poète mandait à l’impératrice, qu’ayant reçu d’elle un ouvrage d’homme, travaillé par une femme, il priait sa majesté impériale d’accepter un ouvrage de femme, sorti des mains d’homme. On tient cette anecdote, très peu connue, d’une personne qui, se trouvant à Ferney à cette époque, eut le plaisir de voir voltaire tricotant106.

  • 107 Catherine II à Voltaire, à Saint-Pétersbourg, le 19 (30) décembre 1768, Voltaire, Catherine II…, p. (...)
  • 108 Voltaire à Catherine II, 26 février 1769, à Ferney, ibid., p. 75. La lettre contient notamment des (...)

76Le premier épisode, l’histoire du cadeau de Catherine II, est véritable : une lettre de Catherine II107 et une réponse de Voltaire avec ses remerciements108 indiquent que ce cadeau a existé. La suite est plutôt une légende, pour le moment, rien ne permet de le confirmer.

  • 109 Grimm à Catherine II, à Paris, 6 (17) juin 1781, SIRIO, t. 44, p. 73.
  • 110 Catherine II à Grimm, à Saint-Pétersbourg, 9 (20) mars 1783, SIRIO, t. 23, p. 271.

77Véridique ou pas, cette anecdote est intéressante à l’égard de la mode du moment. Les petits travaux manuels dont elle parle étaient comme tant d’autres choses, sujets aux changements perpétuels des modes. Les loisirs, les choix de la lecture et de la musique, les lieux de promenade, ainsi que l’ameublement et les animaux domestiques étaient affectés par l’évolution du goût. L’anecdote montre deux philosophes de l’époque échangeant galamment leurs chefs-d’œuvre. La familiarité avec laquelle le journal traite le sujet est faite pour rapprocher la vie de ses lectrices de celles des grands de ce monde, et aussi pour présenter de glorieux personnages s’adonnant à une occupation selon la mode. Dans le cas de Catherine II, connue des Français comme hostile aux « colifichets109 » et autres « brimborions110 », ces épisodes sont particulièrement importants.

  • 111 « On ne peut cacher que l’Impératrice de tous les Russes et de tous les cœurs ne soit prodigieuseme (...)

78Les modes russes font partie de tendances plus larges : mode pour les russes et notamment pour l’impératrice « de tous les Russes et de tous les cœurs »111, comme la nomme Grimm.

  • 112 Journal de Paris, 9 avril 1783, no 99, p. 413.

79En même temps qu’elle devient au goût du jour à Paris, la Russie joue son rôle de pays guerrier : en Europe on parle de ses victoires. Et ce n’est pas une simple coïncidence : les conflits militaires offrent l’occasion de créations, prisées par la mode des années 1780112. Grâce à Catherine II, Minerve et couturière, la Russie occupe une place non négligeable dans les garde-robes des Français.

Haut de page

Bibliographie

Poèmes adressés au Comte et à la Comtesse du Nord

M. Andrieu, « Au Grand Duc de Russie à son passage à Lyon », Journal de Paris, no 145, 25 mai 1782, p. 579 ; Correspondance secrète, politique et littéraire, le 29 mai 1782, p. 73-74 ; Mercure de France, 22 juin 1782, p. 145-146 ; Anecdote russe, 1782, p. 47-48 ; Almanach des muses, 1783, p. 118.

Adrien-Michel-Hyacinthe Blin de Sainmore, « Aux deux illustres Voyageurs, sur leur arrivée à Paris », Journal de Paris, no 147, 27 mai 1782, p. 587-588 ; Anecdote russe, 1782, p. 55-57 ; Almanach des muses, 1783, p. 31-33.

Jean François La Harpe, « Vers à M le Comte du Nord, récité à la séance de l’Académie Française le lundi 27 mai 1782 », Mercure de France, 15 juin 1782, p. 97 ; Anecdote russe, 1782, p. 66-70 ; Almanach des muses, 1783, p. 93-96.

Barthélémy Imbert « Vers à M. le comte du Nord », Mercure de France, 1er juin 1782, p. 3 ; Anecdote russe, 1782, p. 73-74 ; Almanach des muses, 1783, p. 71-72.

Louis Stanislas Fréron, « À Mаdame la Comtesse du Nord, en lui offrant, à la Comédie, une corbeille remplie de fleurs et d’oranges, présentée par Mlle Mezerai, âgée de huit ans, fille du Limonadier du Théâtre Français », Journal de Paris, no 166, 15 juin 1782, p. 671 ; Anecdote russe, 1782, p. 103 ; Almanach des muses, 1783, p. 61.

M. Riquier, « Vers présenté à M le Comte et Madame la Comtesse du Nord », Journal de Paris, no 167, 16 juin 1782, p. 675 ; Anecdote russe, 1782, p. 136-137.

Le Grand, « A M. le Comte du Nord », Journal de Paris, n164, 13 juin 1782, p. 663 ;

Correspondance secrète, politique et littéraire, le 12 juin 1782, p. 96.

Anonyme, « Vaudeville historique », Mémoires secrets, t. xx, 27 juin 1782, p. 362-364 ;

Correspondance secrète, politique et littéraire, de Versailles, le 8 juillet 1782, p. 139-141.

Sieur Beleval, « des couplets », Mémoires secrets, t. xxi, le 30 septembre 1782, p. 153.

Membre de l’Académie de Dijon, « Vers à M. le Comte du Nord », Mercure de France, 13 juillet 1782, p. 52-53.

Madeleine d’Arsant de Puisieux, « Prédiction à madame la Comtesse du Nord par une femme Philosophe », Anecdote russe, 1782, p. 111.

Par M.P.G.D.B., « Sur les voyages de M. le Comte du Nord », Journal de Paris, no 170, 19 juin 1782, p. 687 ; Anecdote russe, 1782, p. 125.

M. Bartoli, « A M. le Comte et à Mme la Comtesse du Nord sur leur voyage », Journal de Paris, no 164, 13 juin 1782, p. 663.

Louis-Antoine de Caraccioli, « La ville de Paris à M. le Comte du Nord », Anecdote russe, 1782, p. 139-140.

Vers anonymes, dans Anecdote russe, 1782, p. 61, 100-102, 105, 120, 142, 144.

Haut de page

Notes

1 François Boucher, Histoire du costume en Occident : des origines à nos jours, Paris, Flammarion, 2008, p. 270. Il cite notamment le Courrier de la mode qui, en 1768, recommande pour le bal « les habits anglais à manches serrées ».

2 Pierre Morane, Paul Ier de Russie avant l’avènement (1754-1796), Paris, Plon-nourrit, 1907, p. 241.

3 Olga Medvedkova emploie ce terme dans son article « Royauté et féminité : l’invention de l’image de l’impératrice en Russie au xviiie siècle », Modernités russes, Lyon, Centre d’études slaves André Lirondelle, t. 4, 2002, p. 21-36.

4 Grimm à Catherine II, le 20 (31) août 1782, Сборник императорского русского истoрического общества (SIRIO) [Recueil de la société impériale historique russe], t. 44, p. 268.

5 Siméon-Prosper Hardy, Mes loisirs, 5 juillet 1782, t. 7 ; mesloisirs.uqam.ca/page/titre.php ?tri =1782-01-01,1782-12-31

6 Gazette de France, no 48 du 14 juin 1782, p. 233-234, de Dantzick, le 21 mai 1782 : « la maladie qui de Pétersbourg s’est répandue le long de la Baltique, et que par cette raison on appelle la maladie Russe, a pénétré jusqu’à cette ville ».

7 Catherine II à Paul Petrovič et à Maria Fedorovna, Saint-Pétersbourg, 27 janvier (7 février) 1783, SIRIO, t. 9, p. 117.

8 Journal historique et politique des principaux événements de différentes cours de l’Europe, 1782, v. 2, p. 509. La note du 15 juin parle d’influenza à Londres et Westminster.

9 « The last scheme is… to write a Weekly Journal or Gazette which would be entirely dedicated to the service of the Beau Monde, and should treat only of dress and fashion », Lady’s curiosity or Weekly Apollo, no 13, 1752, p. 842 ; « Je voudrais qu’un journal périodique nous annonçât, de semaine en semaine, les nouvelles modes », Louis-Antoine Caraccioli, le Livre à la mode suivi du Livre des quatre couleurs , Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2005, p. 41.

10 Cf. Barbara Spadaccini-Day, ≪ La poupee, premier mannequin de mode ≫, Fastes de cour et ceremonies royales : le costume de cour en Europe, 1650-1800, Chateau de Versailles, 31 mars-28 juin 2009, Paris, RMN, 2009, p. 226-229.

11 Journal de Paris, no 51, 20 fevrier 1777, p. 3.

12 Caroline Rimbault dans sa these donne la liste exhaustive des almanachs, qui comporte des dizaines de titres, cf. Caroline Rimbault, La presse feminine de langue francaise au XVIIIe siecle : place de la femme et systeme de la mode, these de 3e cycle, dir. Daniel Roche, Paris, EHSS, 1981.

13 Galerie des modes et costumes francais dessines d’apres nature, graves par les plus celebres artistes en ce genre et colores avec le plus grand soin par Madame Le Beau, Paris, A la ville de Coutances, 1778- 1785. Cf. Dictionnaire des journaux 1600-1789, sous la dir. de Jean Sgard, Paris, Universitas, t. 1, 1991, p. 436-439 (notice de Claude Labrosse et Francoise Tetart-Vittu).

14 Galerie des modes et costumes français…, t. 1, 1779, 1re partie, cahier 6, planche 1.

15 Michelle Sapori, Rose Bertin : couturiere de Marie-Antoinette, Versailles, Chateau de Versailles, Paris, Perrin, 2010. La premiere edition est plus complete : Michelle Sapori, Rose Bertin : ministre des modes de Marie-Antoinette, Paris, Institut francais de la mode ; Ed. du Regard, 2003.

16 Galerie des modes et costumes français…, t. 1, 1re partie, 1re suite des costumes français pour les coiffures depuis 1776, cahier 1, planche 4.

17 Journal de Paris, no 10, 10 janvier 1777

18 L’Indicateur, no 24, t. 3, 1778, p. 200-01.

19 Medvedkova, op.cit. ; Vera Proskurina, Мифы империи. Литература и власть в эпоху Екатерины II [Mythologie de l’Empire. Litterature et pouvoir à l’époque de Catherine II], Moskva, NLO, 2006.

20 Stefano Torelli, Allegory of Catherine II. as Minerva and Patron of the arts, 1770. Bien avant, en 1765, Louis de Jaucourt mentionne le casque de Minerve dans son article « Portrait » de l’Encyclopédie. Il s’agit du discours qui porte sur la ressemblance et le déguisement : « En effet peut-on aisément reconnaitre le portrait de sa femme, ou de tout autre à qui on s’intéresse, dans l’image païenne d’une folle échappée de l’Olympe, parcourant les airs sur une nue, ou d’une Minerve avec le casque d’un soldat ». Dans ce passage ironique, le chevalier de Jaucourt vise les portraits dans le goût antique (Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de Gens de lettres, Paris, Briasson, t. 13, 1765, p. 154).

21 « Je reçois dans ce moment une suite de médaillons depuis Rurik jusqu’à l’immortelle Catherine. Elle est gravée en Minerve avec un casque et une cuirasse » (Voltaire à Catherine II, à Ferney, le 21 septembre 1777 ; Voltaire, Catherine II : correspondance 1763-1778, prés. et notes Alexandre Stroev, Paris, Non Lieu, 2006, p. 321.)

22 Le buste en question est exposé au musée Tropinin à Moscou. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Catherine_II_as_Minerve_%28Tropinin_museum.jpg

23 Magasin des modes nouvelles, Paris, no 13, 20 mars 1788, p. 100.

24 Magasin de modes nouvelles, liège, no 12, 1788.

25 Catherine II à Grimm, Saint-Pétersbourg, 25 décembre (5 janvier) 1778 (1779), SIRIO, t. 23, p. 121.

26 Модное ежемесячное издание или библиотека дамского туалета [Journal mensuel des modes, ou bibliothèque pour le cabinet de toilette des dames], Sankt-Peterburg, Weitbreht – Schnoor, 1779. Ce journal existait uniquement en langue russe, quoique Caroline Rimbault mentionne cette édition comme étant francophone (Caroline Rimbault, op. cit.).

27 Zachenbuch zum Nuken und Bergnugen, Goetingen, J. C. Dieterich, 1779.

28 « Il [le grand-duc] ne faisait pas un pas qu’il n’entendit répéter a ses oreilles : Ah; mon Dieu, qu’il est vilain ! » (Louis Petit de Bachaumont, Mémoires secrets pour servir à lhistoire de la République des lettres en France, Londres, J. Adamson, t. XX, 18 mai 1782, p. 296-297).

29 Madame de Polignac s’est prononcée sur l’embonpoint de la princesse Elisabeth et de sa sœur la princesse de Piemont. « Pour moi, a répondu sèchement l’auguste étrangère, [Maria Fedorovna] elle-même très corpulente, je ne leur ai point trouvé ce défaut. Elles m’ont paru parfaitement bien » (ibid., p. 307-308, 23 mai 1782). La Baronne d’Oberkirch raconte également cet épisode (cf. Mémoires de la baronne dOberkirch : sur la cour de Louis XVI et la société française avant 1789, Paris, Mercure de France, 1989, p. 237).

30 Alexandre-Jacques du Coudray, Nouveaux essais historiques sur Paris, Paris, Belin, t. v, Le comte et la comtesse du Nord : anecdote russe, 1782, p. 67.

31 Adrien-Michel-Hyacinthe Blin de Sainmore, Correspondance littéraire de Moscou, éd. Elena Lebedeva, Genève, Slatkine, 2005.

32 C’est Aglaé qui est la beauté dans ce qu’elle a de plus éblouissant, la splendeur. Les grâces « aînées » sont : Euphrosyne, déesse de la bonne humeur et de joie de vivre, et Thalie, la personnification de l’abondance, de la festivité.

33 Alexandre-Jacques du Coudray, op.cit., p. 111.

34 À énumérer toutes les œuvres de Madeleine de Puisieux, elle fait éditer précisément 32 volumes au cours de sa vie. Curieusement, l’Encyclopédie de Diderot, lequel fut amant de Mme de Puisieux dans son jeune âge, compte, elle aussi 32 volumes.

35 Mémoires de la baronne d’Oberkirch…, p. 197.

36 L’analyse de la versification ne fait pas partie de cet article. Cependant cette œuvre de Fréron est particulière : ce poème dédicacé représente un sonnet prolongé où le noyau de 14 vers est suivi par un septain. Sa forme burlesque remontant au baroque, est un défi au classicisme et un présage de la vague des passions romantique. Typiquement, la figure féminine prend l’avant-scène même si le poème sous-entend la présence de l’époux. Cette disposition est liée à l’archétype pétrarquien et se réfère aux modèles qui chantent la duchesse de Ferrare, Diane de Poitiers, Marie Stuart, la duchesse de Longueville et s’éteindront sur la princesse de Lamballe dans peu de temps. (Je remercie Nadezda Vashkevich pour ce commentaire).

37 Mémoires secrets…, t. xx, p. 362-364.

38 Ibid. La note explique : « la nouvelle salle de Comédie française est peinte en blanc, ce qui a fait dire qu’elle ressemblait à une salle de sucre ».

39 Journal de Paris, no 167, 1782, p. 675. M. Ruquier, agrégé de la faculté des Arts de l’Université de Paris.

40 Mémoires secrets…, p. 309.

41 Alexandre Stroev, « L’art d’être grand-mère : les écrits pédagogiques de Catherine II », Femmes éducatrices au siècle des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 299-319.

42 Ibid.

43 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 302.

44 Pour le moment, nous n’avons pas trouvé de référence sur cette personne ni aux archives nationales, ni aux archives de Paris. en 1782-1782, M. Fagot (ou M. Cochois) ne donne pas de publicité pour ses inventions ou ses services dans le périodique quotidien Avis, affiches et annonces divers.

45 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782…, p. 303.

46 Galerie des modes et costumes français, 21e cahier de costumes français, 15e suite d’habillement à la mode en 1779.

47 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 303.

48 Grimm à Catherine II, le 28 juin (9 juillet), p. 240.

49 Anecdote russe, 1782, p. 133.

50 Le 27 mai 1782, elle note : « Madame la comtesse du Nord avait eu la bonté de me demander une matinée pour examiner des toilettes et recevoir des marchandes qui lui apportaient leurs chefs-d’œuvre » (Mémoires de la baronne d’Oberkirch…, p. 228). Le 28 mai : « Madame de Benkendorf vint me prendre de bonne heure, et nous courûmes toute la matinée les marchands… Nous choisîmes le joujou à la mode, une sorte de petit moulin pour mettre à la montre. Madame la comtesse du Nord en emporta beaucoup en Russie ». (Ibid., p. 233). Le 2 juin, en partant au bal, « Madame la comtesse du Nord prit un superbe domino en chauve-souris, suivant la mode. Elle le laissa ouvert pour montrer son devant de robe tout orné d’une broderie admirable de jayet et de papillons » (Ibid., p. 250). Le 13 juin : « Cependant je me suis levée de bonne heure pour me faire coiffer et essayer les frisures à la mode. Madame la comtesse du Nord me l’avait fait promettre… Je reçus des compliments de tout le monde ; j’étais, à ce qu’il paraît, réellement mieux ainsi » (Ibid., p. 281). Les exemples de ce genre sont multiples.

51 « La Comtesse du Nord, qui avait sur elle une grand quantité de diamants superbes, ne se lassa pas de remarquer les garnitures des Dames Vénitiennes. Lorsqu’elle se retira dans sa loge, elle désira même avoir entre les mains les boucles d’oreilles de Madame Mocenigo, le collier de perles de Madame Delfino, et quelques autres bijoux qu’elle avait particulièrement remarqués », Relation des fêtes données au grand-duc et à la grande-duchesse de Russie pendant leur séjour à Venise, en janvier 1782, sous le nom de comte et comtesse du Nord, s. l., n. d., les pages ne sont pas numérotées.

52 Archives de Paris, D 4B6, 107, dossier 7584.

53 Sapori, Rose Bertin : couturière…, p. 59.

54 Natalia Vershinina, « Rose Bertin et les commandes de la grande-duchesse de Russie », Fastes de cour et cérémonies royales…, p. 236.

55 Succession de Marie-Jean-Rose Bertin née à Abbeville en 1744… décédé à Paris le 22 septembre 1813, INHA, ms 1, carton 4, dossier 292, fo 2785. Les mémoires comportent des noms de clients qui ne sont pas toujours faciles à identifier. Quelques décennies passées, vers 1820, les héritiers de Rose Bertin n’y arrivent pas malgré de longues recherches. L’ambassade russe est interrogée, mais dans la plupart des cas, les diplomates ne coopèrent pas à une telle enquête. Par exemple, Alexandre Turgenev répond à l’avocat Grangeret que la famille Golicyn est très nombreuse et il est impossible de savoir qui sont les bons Golicyn qui ont séjourné à Paris et passaient des commandes chez Bertin (fo 2770-2771). Dans le cas précis de « la comtesse Galitzin, autre que la sœur du General », il s’agit de Praskov′ja Ivanovna Golicyna née Šuvalova (1734-1802), épouse du prince Nikolaj Golicyn, comme les Mémoires l’indiquent (fo 2765).

56 Ibid., carton 2, dossier 127, fo 1422. Anastasia Mixailovna Ščerbinina, née princesse Daškova (1760-1831), fille de Ekaterina Romanovna Daškova. En 1776, elle épousa Dmitrij Evdokimovič Ščerbinin. Elle commande de Saint-Pétersbourg des cartons avec les modes de Paris.

57 Ibid., carton 1, dossier 39, fo 266, 267. Anna-Juliana Benkendorf née Schilling von Kanschtadt (1758-1797). Demoiselle d’honneur de la comtesse du Nord, elle l’accompagne dans son voyage européen. Ses commandes ont lieu quelques mois après le séjour parisien de la grande-duchesse.

58 Ibid., carton 8, dossier 664, f. 6308, 6313. Ivan Grigor′evič Černyšev (1726-1797), diplomate, maréchal, amiral et sénateur, fait plusieurs voyages et séjours en Europe, y compris à Florence (1792) et à Vienne (1793), ce qui permet de l’identifier (f. 6287). Cependant, l’avocat qui cherche à réclamer le paiement, dit ne pas être sûr que ce comte Černyšev était bien celui qui était en tête de l’amirauté de Saint-Pétersbourg (f. 6296). Ces commandes comportent des habits de modes féminins. Des dames ont bénéficié de la « fourniture faite à Monsieur Simolin [Ivan Matveevich Simolin, ministre plénipotentiaire en France entre 1784 et 1792] pour le compte de Monsieur Comte de Czernicheff ».

59 Le 27 août 1782 : « Pour un habit Russe du satin bleu. Une garniture […] couverte de taffetas blanc, le parement relevé, une draperie brodée de deux plissées à blonde à chenille grande hauteur, une guirlande au-dessus… jacinthe bleue et couleur de chair en rang à gros plis le long des devants en gaze rayée bordée d’un ruban de blonde à chenille. des bouillons […] en même gaze rayée, séparés par des branches de jacinthes bleues, blanches, à couleur de chair et par des nœuds de ruban à satin zèbre doublé d’un ruban à blonde à chenille […] un jupon en belle gaze anglaise érayée, bordé de blonde de chenille et d’un ruban de satin zèbre, un second volant à coquille de deux plissés de blonde et d’une guirlande de jacinthe avec un nœud de chaque côté, de satin zèbre doublé de blonde à chenille » etc. (Succession de Marie-Jean-Rose Bertin…, carton 1, dossier 39, f. 266).

60 Succession de Marie-Jean-Rose Bertin…, carton 4, dossier 292, fo 2801.

61 Michel Pastoureau, l’Étoffe du diable : une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris, éd. France loisirs, 2005, p. 78.

62 Xenia Borderioux, « Мода и вкус во второй половине XVIII века » [La mode et le goût dans les années 1750-1800], Российские императрицы. Мода и стиль, конец XVIII – начало XX века [Les impératrices russes. La mode et le style, fin du xviiie – début du xxe], Moskva, Kučkovo pole, 2013, p. 120-131.

63 William Coxe, Voyage en Pologne, Russie, Suède, Dannemarc, trad. M. P. H. Mallet, Genève, 1786, t. 1, p. 227.

64 A. M. Gribovskij, Записки об императрице Екатерине Великой [Mémoires sur l’Impératrice Catherine la Grande], Moskva, 1864, p. 48.

65 Élisabeth Vigée Le Brun, Souvenirs, éd. Geneviève Haroche-Bouzinac, Paris, H. Champion, 2008, p. 529.

66 Камер-фуриерский церемониальный журнал [Journal des cérémonies à la cour], Sankt-Peterburg, 1880. En 1776 cela s’est produit le 1er et le 3 janvier, le 22 et le 25 mars, le 3 avril, le 28, 29 juin, le 22 septembre, le 26 et le 30 novembre, le 24, le 25 et le 27 décembre. Quelquefois on note « Sous un ordre de l’impératrice ».

67 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 304.

68 Journal historique et politique des principaux événements de différentes cours de l’Europe, 14 décembre 1782, p. 482.

69 Полное собрание законов Российской империи [Collection complète des lois de l’Empire russe], Sankt-Peterburg, t. 21, 1830, no 15556, p. 713.

70 Ibid., p. 713-714, no 15557.

71 Ibid., p. 726-727, no 15569.

72 Pierre Morane, op.cit., p. 270.

73 Natalia Vvershinina affirme, que « Aucun document d’archives prouvant que des achats auraient été renvoyés par la cour de Russie n’a été retrouvé » (Vershinina, op. cit., p. 240).

74 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782, SIRIO, t. 44, p. 304.

75 Grimm à Catherine II, le 24 novembre (5 décembre) 1782…, p. 305.

76 Journal des gens du monde, t. II, 1782, no 7, p. 9.

77 « Que les libraires de Weimar et de Liège, qui contrefont nos cahiers, et qui ont juré de mentir à leurs souscripteurs, en se montrant comme nos correspondants… », Magasin des modes nouvelles, no 6, 10 janvier 1787, p. 45.

78 Fashionable Magazine ; or Lady’s and Gentleman’s Monthly Recorder of New Fashions, London, 1786 ; Kabinet van mode en smaak, Haarlem, 1791-1794 ; Giornale delle nuove mode di Francia e d’Inghilterra, Milano, 1786-1794 ; La Donna galante ed erudita, giornale dedicato al bel sesso, Venezia, 1786-1788 ; cf. Dictionnaire des journaux 1600-1789…, t. 1, p. 213-214 (notice de Suzanne van Dijk).

79 Магазин английских, французских и немецких новых мод [Magasin des modes nouvelles, anglaises, françaises et allemandes], Moskva, Okorokov, 1791.

80 Rodolphe Baudin, « Mode et modernité en Russie au xviiie siècle : le Magasin de modes nouvelles, premier journal russe consacré à la mode », Modernités russes, 4, 2002, p. 57-68.

81 Journal des Luxus und der Moden, Carl Bertuch, Weimar, Verl. des Landes-Industrie-Comptoirs, 1787-1812.

82 Magasin des modes nouvelles, 10 janvier 1787, no 6, p. 41.

83 Magasin des modes nouvelles, 1788, no 13, p. 98-99.

84 Journal des Luxus und der Moden, juin 1788, p. 223-224, planche 17.

85 La description en allemand est plus courte, elle omet notamment l’introduction « La Russie est le dernier pays… ». La couleur indiquée est plus proche du bleu canard (meeres grün), que du vert pomme ; la façon est vue comme « demi négligeante ». Le changement radical concerne la coiffure : le chapeau à la Haufarde noir, remplace le simple toquet de ton clair.

86 Selon Natalia Vershinina « La robe de cour à la russe se distinguait par ses fausses manches, longues et étroites, cousues par-derrière à l’emmanchure et tombant le long du dos, ainsi que par un décor plus sobre ». (Vershinina, op. cit., p. 236)

87 William Coxe, op. cit., p. 227. C’est Raissa Kirsanova qui souligne ce détail. Voir R. M. Kirsanova, « Из истории костюма российских императриц », РОССИЯ/RUSSIA [Notes sur l’histoire des costumes des Impératrices russes », RUSSIE/RUSSIA ], v. 3 (11), Moskva, OGI, 1999, p. 71-81.

88 Cette similarité n’est pas exclusivement le cas des habits à la russe. Par exemple, « le chapeau à la Chinoise… est fait à peu-près comme les chapeaux à la Tarare ». Tarare est l’opéra d’Antonio Salieri sur un livret de Beaumarchais, très en vogue (Magasin des modes nouvelles, no 2, 1787, p. 9.)

89 Caraccioli, le Livre à la mode…, op. cit.

90 Ibid., p. 28.

91 « Oрдер Г. Потемкина генерал-майону М. Леонтьеву от 10 ноября 1775 г. » [ordonnance du prince Potemkin au général Leontiev du 10 (21) novembre 1775], Kiril Tatarnikov, Материалы по истории русского военного мундира, 1730-1801 [Documents sur l’histoire des habits militaires russes, 1730-1801], Moskva, Russkaja panorama, t. 2, 2009, p. 218-219.

92 Alexandre Kibovskij indique qu’elles viennent à la rencontre de l’impératrice, en faisant partie de ce bataillon. Les dames marchent à pied, et non à cheval, comme le prince de ligne l’affirme et malgré une gravure créée postérieurement, А. В. Kibovskij, « Амазонская рота », [« La compagnie des Amazones »], Zeughaus, no 6, 1997, p. 16-20.

93 « Записка об Амазонской роте (записал Г.Дуси) » [« Mémoire sur la compagnie des Amazones, par G. Douci »], Москвитянин, 1844, no 1, p. 266-268. Le texte est présenté comme étant rédigé d’après les propres paroles d’Elena Sardanova, chef militaire des Amazones. https://memoirs.ru/texts/AmazonskRota.htm

94 Kibovskij, op.cit., p. 18.

95 Une des planches de Collection d’habillements modernes et galants, représente la Coiffure d’une Dame Grecque. En ce qui concerne la date, elle peut être postérieure à 1785 ; cf. Raymond Gaudriault, Répertoire de la gravure de mode française des origines à 1815, Paris, Promodis-éd. du Cercle de la librairie, 1988, p. 174.

96 Selon le Mémoire sur le régiment des Amazones de Douci, Joseph II avait embrassé Elena Sardanova sur la bouche.

97 Prince de ligne à Madame la Marquise de Coigny, de Caffa, ou ancienne Théodosie, non daté, Lettres et pensées du maréchal prince de Ligne, Genève, 1809, p. 82.

98 « C’est un fort beau coup d’œil dans ces salles immenses, que les costumes des gentilshommes et de leurs femmes. Les gouverneurs d’orient portent le brun, l’or et l’argent ; les autres, le rouge et le bleu céleste », Prince de Ligne à Madame la Marquise de Coigny, de Toula, non daté, ibid., p. 86.

99 Prince de ligne à madame la marquise de Coigny, ce 1er juin 1787, ibid., p. 53.

100 Charles-Joseph de Ligne, Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires, Vienne et Dresde, Walter, t. XXI, 1801, p. 3-62. Sur les attitudes épistolaires du prince de Ligne, voir : Alexandre Stroev, « “Si vous étiez ici, je ne ferais plus gémir les presses ni les lecteurs…” : les enjeux épistolaires du prince Charles-Joseph de Ligne », Épistolaire. Revue de l’A.I.R.E., 2009, no 35, p. 73-92.

101 Magasin des modes nouvelles, no 9, 10 février 1788, p. 68-69. En 1781, l’allemand Foltz annonce la production de “chapeaux pour robes d’Amazones” dans le périodique russe Московские ведомости (t. 2, 1781, no 46, p. 363).

102 On la trouve dans les gravures, cf. Galerie des modes et costumes français, t. 2, 2e partie, 56e cahier de costumes français, 50e suite d’habillements à la mode en 1787.

103 On donne le Caraco à la Suédoise dans le cahier du mois d’avril 1788, Galerie des modes…, 29 février 1788, no 11, p. 83.

104 Mémoires de Madame Campan, première femme de chambre de Marie-Antoinette, Paris, Mercure de France, 1988, p. 83.

105 Magasin des modes nouvelles, 20 janvier 1787, no 7, p. 49.

106 Ibid., 21 décembre 1789, no 36, p. 283-284. Reproduit à la lettre de l’Esprit de journaux, décembre 1787, p. 385.

107 Catherine II à Voltaire, à Saint-Pétersbourg, le 19 (30) décembre 1768, Voltaire, Catherine II…, p. 73.

108 Voltaire à Catherine II, 26 février 1769, à Ferney, ibid., p. 75. La lettre contient notamment des vers : « Qui le voit et qui le touche / Ne peut borner ses sens à le considérer ; / Il ose y porter une bouche / Qu’il n’ouvre désormais que pour vous admirer ».

109 Grimm à Catherine II, à Paris, 6 (17) juin 1781, SIRIO, t. 44, p. 73.

110 Catherine II à Grimm, à Saint-Pétersbourg, 9 (20) mars 1783, SIRIO, t. 23, p. 271.

111 « On ne peut cacher que l’Impératrice de tous les Russes et de tous les cœurs ne soit prodigieusement à la mode depuis six mois […]. Non, pas à la vérité, au club des Jacobins ou des enragés […]. Mais depuis qu’on a vu l’Impératrice bâcler d’abord cette paix de Wärla et puis, après la convention de Reichenbach, montrer le même calme qu’avant », Grimm à Catherine II, Paris, 20 (31) janvier 1791, SIRIO, t. 44, p. 404-405.

112 Journal de Paris, 9 avril 1783, no 99, p. 413.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Coiffure à la Frégate la Junon - Galerie des modes et costumes français, 1779
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre 2. Casque à la Minerve ou la Dragonne - Galerie des modes et costumes français, 1779
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 3. Robe à la Circassienne. Galerie des modes et costumes français, 1780
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/702/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre 4. Gavrila Skorodumov, Portraits du grand-duc Paul Petrovič et de la grande-duchesse Maria Fedorovna 1782, Musée-réserve d’État « Pavlovsk »
Crédits © SPb GBUK Musée-réserve d’État « Pavlovsk », Saint-Pétersbourg, 2015
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/702/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre 5. Robe à la Czarine, Magasin des modes nouvelles, 1788
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/702/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre 6. Fedor Rokotov, Portrait de Catherine II, 1780
Crédits Musée de l’Ermitage © Vladimir Terebenin
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/702/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xénia Borderioux, « La presse française, miroir des « modes russes » à Paris »Revue des études slaves, LXXXVI-3 | 2015, 267-290.

Référence électronique

Xénia Borderioux, « La presse française, miroir des « modes russes » à Paris »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-3 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/702 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.702

Haut de page

Auteur

Xénia Borderioux

Docteur en littérature comparée, Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM), Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search