Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVI-3Chronique bibliographiqueM. E. Byčkova, Ju. A Petrov (eds....

Chronique bibliographique

M. E. Byčkova, Ju. A Petrov (eds.), Рукописный трактат « О коронах » начала XVIII в. : памятник руссковенгерских культурных связей

Moskva, Institut rossijskoj istorii RAN, Pécs, Univ. g. Peč, 2013
Vera Tchentsova
p. 364-366
Référence(s) :

Рукописный трактат « О коронах » начала XVIII в. : памятник руссковенгерских культурных связей = « A koronákról » : egy XVIII. század eleji kézirat, az orosz-magyar kulturális kapcsolatok dokumentuma, M. E. Byčkova, Ju. A Petrov (eds.), Moskva, Institut rossijskoj istorii RAN, Pécs, Univ. g. Peč, 2013.
ISBN 978-5-8055-0258-4

Texte intégral

1Une équipe de chercheurs russes et hongrois nous offre ici l’édition et le commentaire d’un singulier petit traité en langue russe intitulé Sur les couronnes, d’après un manuscrit de Kazan′. Daté du début du xviiie siècle, ce petit traité se révèle une traduction abrégée d’un ouvrage du savant héraldiste allemand Martin Schmeizel publié à Iéna en 1712 sous le titre Commentatio historica de coronis. Ce traité qui attira l’attention d’un traducteur anonyme porte sur l’histoire de l’un des attributs majeurs du pouvoir politique, retraçant l’histoire du port de couvre-chefs par les souverains, depuis les guirlandes de fleurs jusqu’aux couronnes modernes, de la préhistoire jusqu’au xviie siècle. Schmeizel s’était servi, pour la rédaction de son ouvrage, de récits empruntés aux auteurs de l’Antiquité relatifs aux usages des peuples anciens, mais aussi de sources contemporaines reflétant l’évolution de cet insigne suprême de la royauté. Il offrait une classification des couronnes souveraines selon la hiérarchie des États reconnue par la diplomatie européenne et fondée surtout sur la distinction entre rangs « royal » et « impérial ». Une place à part était faite à la « sainte couronne de l’État hongrois », symbole même de la Hongrie et de l’Empire des Habsbourg envoyée, selon la légende, au fondateur du royaume de Hongrie, saint Étienne, par le pape Sylvestre II sur l’inspiration des anges. L’édition était amplement illustrée de représentations des couronnes, soigneusement reproduites dans le manuscrit russe.

2La traduction de l’ouvrage de M. Schmeizel a été découverte dans le fonds de manuscrits de la Bibliothèque de l’Université fédérale de Kazan′ et éditée par M. Aljosin et E. Amerxanova. Les commentaires sont dus à M. Font, E. Sashalmi, O. Horuzsenko et T. Bótor. L’édition et les commentaires sont tous bilingues, russe et hongrois. La question essentielle qui se posait aux éditeurs du traité était celle de la datation de la traduction russe et du contexte de sa rédaction. Au début du xviiie siècle, la Russie espérait s’insérer dans la hiérarchie européenne des États à la place qu’elle estimait être la sienne en vertu du titre d’empereur que revendiquait Pierre Ier. En 1721, il s’était fait décerner par le Sénat russe le titre impérial et l’appellation honorifique de « Grand ». Dès lors, il prétendit ne pas le céder en dignité à l’empereur du Saint-Empire romain germanique. Les ambitions européennes de Pierre le Grand expliquent donc l’intérêt alors porté en Russie aux regalia et à l’ordre hiérarchique que celles-ci sous-tendaient. Néanmoins, les origines et la datation exacte de la traduction ne sont pas certaines.

3L’édition et la description scientifique du texte russe du traité sont précédées par deux articles analytiques d’E. Sashalmi et Marta Font. Ces chercheurs mettent l’accent tant sur la symbolique européenne de la couronne et la place de l’ouvrage de M. Schmeizel au sein du corpus des traités relatifs aux regalia en Occident, que sur le contexte russe de la traduction. M. Font met ainsi en lumière les sources du traité latin de Schmeizel.

4E. Sashalmi s’arrête pour sa part sur les sources du manuscrit russe et les circonstances de sa rédaction. Selon lui, le livre de Schmeizel a pu attirer l’attention de quelque membre du personnel diplomatique russe lors du discours inaugural que le savant prononça à l’occasion de son élection au poste de professeur à l’Université d’Iéna en 1722. En effet, ultérieurement publié sous le titre Oratio inauguralis de titulo imperatoris, quem Tzaarus Russorum sibi dari preatendit, ce discours portait sur les aspects juridiques et symboliques de l’adoption par Pierre le Grand du titre impérial. Les écrits de M. Schmeizel pouvaient d’autant plus intéresser la cour russe que se préparait alors en Russie le couronnement impérial de la seconde épouse de Pierre le Grand, Catherine Ire.

  • 1 О. G. Аgeeva, Титул императора Петра I и понятие « империя » в России в первой четверти XVIII в., М (...)

5E. Sashalmi souligne le lien entre cette cérémonie, célébrée en mai 1724, et la réalisation de nouveaux regalia, y compris une couronne. On le sait, les rituels de couronnement russes furent calqués sur les modèles occidentaux1, mais il demeurait impossible d’identifier la source qui inspira l’exécution de la couronne de l’impératrice Catherine Ire. La Commentatio historica de M. Schmeizel, ou sa traduction, aurait pu fournir des prototypes iconographiques aux orfèvres qui œuvrèrent à la réalisation de la couronne « romaine » utilisée à l’occasion du couronnement. Comme le montre E. Sashalmi, l’hypothèse, aussi séduisante et raisonnable qu’elle soit, ne peut toutefois être démontrée et la cour russe aurait pu avoir un accès direct aux sources auxquelles Schmeizel puisa lui-même.

  • 2 F. B. Uspenskij, « Петр Первый и переосмысление понятия империя », Факты и знаки : Исследования по (...)

6Il n’est absolument pas fortuit que la couronne de Catherine ait copié la couronne « romaine » de l’empereur Rodolphe II, réalisée en 1602. Cet insigne incarnait en effet au mieux la dignité « impériale » des Habsbourg. Or, dès 1710, le gouvernement russe avait entamé des pourparlers en vue d’obtenir de Vienne la reconnaissance du titre impérial russe. En 1718, Pierre Ier fit publier une copie de la lettre envoyée en 1514 par Maximilien Ier au grand-prince de Moscou Basile III, dans laquelle ce dernier était appelé « césar » par le souverain Habsbourg, un équivalent donc du titre impérial2. En outre, dans les années qui précédèrent le couronnement de Catherine Ire, et notamment après la victoire de Poltava en 1709, la cour de Vienne s’affirma comme l’alliée politique, tout autant que la rivale, de Pierre le Grand (O. Horuzsenko). Le Saint Empire Romain servait donc de point de repère aux héraldistes russes, ce qui rendrait compte de la décision de traduire l’œuvre d’un héraldiste d’Iéna.

7Une observation d’E. Sashalmi relative au choix des sections de l’ouvrage de Schmeizel (ou d’un résumé intermédiaire qui nous reste inconnu) traduites en russe mérite d’être notée : le texte relatif au couvre-chef du tsar russe, la chapka de Monomaque, est déplacé dans la partie dédiée aux couronnes royales, plus prestigieuse, tandis que dans l’original cette description côtoyait d’autres regalia considérés comme étrangers aux modèles européens et, comme tels, de catégorie inférieure ou, en tout cas, secondaire.

8Si le contexte de l’exécution de la traduction du traité sur les couronnes et son transfert à Kazan′ au sein d’une collection de manuscrits rassemblée puis offerte à la bibliothèque universitaire par un bibliophile local nommé I. G. Kalašnikov (M. Aljosin et E. Amerxanova) semble clair, sa provenance soulève des questions. La traduction n’existait-elle qu’en un seul exemplaire ? Comment celui-ci est-il parvenu entre les mains d’un particulier ? Ces questions doivent pour l’instant demeurer ouvertes. Il est indéniable que la publication de la traduction du traité Sur les couronnes relancera utilement la réflexion sur les influences européennes en Russie à l’époque de Pierre le Grand, telles que les reflète l’évolution des attributs royaux et des emblèmes souverains d’un pays qui se transformait en empire.

Haut de page

Notes

1 О. G. Аgeeva, Титул императора Петра I и понятие « империя » в России в первой четверти XVIII в., Межславянские взаимоотношения и связи, Moskva, 1999, p. 5-8.

2 F. B. Uspenskij, « Петр Первый и переосмысление понятия империя », Факты и знаки : Исследования по семиотике 3, 2014, p. 210.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vera Tchentsova, « M. E. Byčkova, Ju. A Petrov (eds.), Рукописный трактат « О коронах » начала XVIII в. : памятник руссковенгерских культурных связей »Revue des études slaves, LXXXVI-3 | 2015, 364-366.

Référence électronique

Vera Tchentsova, « M. E. Byčkova, Ju. A Petrov (eds.), Рукописный трактат « О коронах » начала XVIII в. : памятник руссковенгерских культурных связей »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-3 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/732 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.732

Haut de page

Auteur

Vera Tchentsova

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search