Navigation – Plan du site

Les liaisons franco-russes de Suxovo-Kobylin

Suhovo-Kobylin’s Franco-Russian Connections
Michel Niqueux
p. 413-425

Résumés

À partir de documents utilisés pour la première fois, sont éclairées les relations d’Aleksandr Suxovo-Kobylin (1817-1903) avec Louise Simon-Demanche, modiste parisienne, dont le meurtre (ou l’assassinat), en 1850 à Moscou, valut au futur dramaturge sept ans de péripéties judiciaires, et avec Marie de Bouglon, fille de la « fiancée » platonique de Barbey d’Aurevilly, qu'il épousa en 1859 et qui mourut de phtisie un an plus tard. En 1902, A. Suxovo-Kobylin eut la satisfaction de voir le Mariage de Krečinskij, mis en scène à Paris, être relativement bien accueilli par la presse.

Haut de page

Texte intégral

1Le 7 décembre 1850 (ancien style), Lev Tolstoj écrit (en français) à sa tante Tat′jana Ergolskaja :

  • 1 L. Tolstoj, Полное собрание сочинений, M., AN SSSR, t. 59, 1935, p. 64.

Commes vous êtes amateur d’histoires tragiques, je vais vous en raconter une qui fait bruit à Moscou. Un certain Mr. Kabiline entretenait une certain [e] M-me Simon et lui avait donné pour la servir deux hommes et une femme de chambre. Or Mr. Kabiline avant qu’il n’ait entretenu cette M-me Simon avait été en liaison avec Mme Narichkine née Knor [r] ring, une femme de la meilleure société de Moscou et une femme très à la mode et, quoiqu’entretenant Mme Simon, n’avait pas cessé d’être en correspondance avec elle ; sur ces entrefaites on trouve un beau matin Mme Simon assassiné [e] et de [s] preuves certaines qu’elle l’a été pa [r] ses propres gens. – Ceci ne serait encore rien mais en arrêtant Kabiline la Police a trouvé dans ses papiers des lettres de Mme Narichkine dans lesquelles Mme Nar. lui reproche de l’avoir délaissé [e] et menace Mme Sim. Ce qui fait qu’on est convaincu encore par beaucoup d’autres raisons que les assassins n’ont été que les instruments de Mme Nar1.

  • 2 Alexandre Souxovo-Kobylin, Images du passé, trilogie traduite par André Markowicz, P., José Corti, (...)
  • 3 Dimanche, devenu Demanche dans tous les documents russes.
  • 4 Il existe plusieurs « docuromans » sur l’affaire, à commencer par un roman de P. Boborykin, На суд, (...)

2Ce « Mr. Kabiline » n’est autre que le futur auteur d’une trilogie dramatique à côté de laquelle la satire de Gogol′ est bénigne2, – Aleksandr Vasil′evič Suxovo-Kobylin (1817-1903), « Mme Simon » est une modiste française (Louise Simon-Demanche3) que Suxovo-Kobylin entretenait à Moscou depuis 1842, « Mme Narichkine » est la future épouse d’Alexandre Dumas fils. Le meurtre (ou assassinat ?) de la Française défraya la chronique mondaine (Tolstoj rapporte les bruits qui couraient) et valut à Suxovo-Kobylin deux séjours en prison (six jours au début de l’enquête puis six mois en 1854), sept ans de procédures et de péripéties judiciaires et une fortune dépensée en pots-de-vin. Telle est l’« affaire », pour reprendre le titre de la deuxième pièce de la trilogie, qui a tous les ingrédients d’un roman policier4.

  • 5 Prénommée Louise en mémoire de Louise Simon-Demanche, elle naquit à Paris en 1851, reçut le nom de (...)
  • 6 Alexandre Dumas fils l’avait rencontrée à Bade en 1859 et l’appelait Nadine. « Ce que j’aime en elle (...)

3Suxovo-Kobylin, issu d’une vieille famille noble, a fait de bonnes études à l’Université de Moscou, avant de passer quatre ans à l’étranger : il suit des cours de philosophie à Berlin et à Heidelberg, séjourne à Rome, mène une vie de riche patachon à Paris. En 1841, il y rencontre une modiste, Louise Simon-Demanche, qu’il invite à s’installer en Russie, ce qu’elle fait à l’automne 1842. Suxovo-Kobylin lui assure un bon train de vie, avec quatre domestiques, sans pouvoir (barrière sociale oblige) ni vouloir l’épouser : le don juan veut rester libre et en 1850, il s’affiche avec une « lionne » de Moscou, Nadežda Naryškina (1825-1895), dont il aura une fille5, et qui épousera Alexandre Dumas fils en 1865 après la mort de son mari (Aleksandr Grigorevič Naryškin, 1818-1864)6.

  • 7 « Le terme d’assassin m’a atteint comme du poison et s’est attaché à mon honnête nom », écrit-il au (...)
  • 8 Le Sénat était l’un des trois grands corps de l’État russe d’avant la Révolution, avec le Conseil d (...)

4Le 9 novembre 1850, Louise Simon-Demanche est retrouvée morte, égorgée et contusionnée, dans la neige, près d’un cimetière de Moscou. Commença alors une série d’enquêtes et de contre-enquêtes (peresledovanie), de commissions et de commissions extraordinaires, d’aveux et de rétractations des domestiques de Louise, de requêtes de Suxovo-Kobylin (à Nicolas Ier7, au ministre de la Justice), d’arrêts des plus hautes instances gouvernementales (Sénat8 et Conseil de l’Empire), entérinés par les empereurs eux-mêmes (Nicolas Ier puis Alexandre II). Cette épopée bureaucratique, dont toutes les pièces ont été conservées, et qui vit des serfs, initialement condamnés aux verges et au bagne, obtenir gain de cause contre leur propriétaire (Suxovo-Kobylin) qui les accusait d’assassinat, dura sept ans et se termina par un verdict ambigü, prononcé sur la base d’un arrêt du Sénat du 21 février 1856, après examen des sept volumes de l’affaire, qui contredisait les données de l’enquête réalisée hâtivement à Moscou :

  • 9 Дело Сухово-Кобылина…, op. cit., p. 219-220.

1) Le meurtre de Simon-Demanche n’a pas été perpétré dans son appartement ni à l’endroit où le corps a été retrouvé ; 2) les aveux [des quatre domestiques] sur l’assassinat de Demanche sont tellement invraisemblables qu’ils ne peuvent servir à les condamner en tant qu’assassins […] ; 3) […] nombre de circonstances, selon le Sénat dirigeant, font suspecter Suxovo-Kobylin sinon du meurtre lui-même, du moins d’une participation plus ou moins directe à celui-ci9 […].

5Le verdict définitif, qui sera confirmé par le souverain le 9 décembre 1857, déchargeait finalement Suxovo-Kobylin « de toute responsabilité » dans le meurtre de Louise Simon-Demanche, mais le soumettait à une pénitence publique à l’église pour sa liaison (Louise était catholique), qu’il avait toujours niée, contre toute vraisemblance, disculpait aussi les domestiques, qui s’étaient accusés avant de se rétracter, et condamnait deux commissaires de police pour les avoir maltraités. L’affaire était close sans avoir été élucidée…

6Suxovo-Kobylin notera dans son Journal, le 18 décembre 1857 :

  • 10 Ibid., p. 318.

J’ai reçu la Confirmation de la malheureuse affaire. Les criminels sont justifiés. Je suis tellement épuisé que cela ne m’a fait aucune impression10.

  • 11 Suxovo-Kobylin avait trois sœurs : Evdokija (Eudoxie) Vasil′evna (1819-1893), épouse du colonel Mix (...)

7La mort de son amie affecta profondément et sincèrement Suxovo-Kobylin, qui se confia ainsi (en français) à sa sœur Eudoxie et à son beau-frère Mixail Petrovo-Solovovo11 :

  • 12 E. N. Konšina, « Письма А. В. Сухово-Кобылина к родным » [Lettres de A. V. Suxovo-Kobylin à ses pro (...)

Que la volonté de Dieu soit faite, ce n’est pas ainsi que j’attendais cette existence, mais je suis tout pret à la supporter comme une expiation des torts que je pouvais avoir avec ma malheureuse amie. Que sa triste mémoire soit sacrée parmi nous – comme la mémoire d’une bonne et honnête créature dont le dévouement pour moi ne connaissait pas de limites. Ce que je vous dis la, n’est pas une exagération, c’est une vérité, une conviction profonde que je porte dans mon cœur et qui en fait et la consolation et la souffrance. Je suis fermement convaincu que ma perte est immense et que je ne retrouverai jamais un attachement qui puisse jamais égaler celui-ci. On ne peut être aimé ainsi qu’une fois dans sa vie ; toute ma jeunesse a passé pour faire naître et consolider cet amour, je le savais, j’en étais trop sûr, c’est pourquoi aussi je commitais l’injustice de le négliger. Ce n’est qu’après avoir tout perdu que je pus reconnaître et mes erreurs et l’énormité de ma perte. Vous dire combien de souvenirs poignants surgissent dans mon cœur à côté du souvenir déchirant de sa triste fin – est impossible – il y a quelques unes de ses paroles de reproche, de ses justes plaintes qui me reviennent constamment à l’esprit et dont la touchante vérité me pénètre maintenant bien davantage qu’alors. Ne croyez pas à la calomnie. Elle était bonne, je vous le jure, elle portait le principe du bien dans son bon et noble cœur et elle est morte victime de la malveillance, de la cruauté et du brigandage. Elle ennuyait ses gens, mais elle ne les maltraitait pas, et puis je suis convaincu, et tout le prouve que son assassin serait d’un jour à l’autre devenu l’assassin d’un de nous. Il paraît l’avoir dit. Elle est morte victime de son dévouement pour moi, pour nous tous et c’est la mort d’une martyre12 […].

8Il revient sur sa douleur dans une autre lettre à cette même sœur (« Doucha »), à qui il lègue une broche de Louise :

  • 13 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 237, lettre en français du 18 mars (environ) 1851, orthographe (...)

Chère et bonne Doucha.
Permettez-moi, chère et bonne amie, vous léguer un souvenir d’une femme dont la mémoire m’est plus que sacrée et que je ne puis m’empêcher de regretter de toutes les souffrances de mon cœur. – Vous avez été bonne pour elle, et vous l’avez été bien davantage pour moi encore pendant les tristes moments que le sort a voulu vous faire partager avec moi. La part que vous avez prise à mes souffrances a été si vraie et si sincère que j’en garderai un souvenir éternel et ineffaçable. Ce qui m’a touché le plus c’est que vous avez été bonne et indulgente pour sa mémoire même qui a été criblée par des accusations iniques et injustes. La vérité commence cependant à se faire jour, et la commission elle-même qui < a > eu la légèreté d’attribuer ce crime à la mauvaise conduite de Louise envers ses serviteurs, commence à revenir sur son idée première. Je suis en train de présenter un papier qui leur offre quelques documents du contraire – je vous l’enverrai et je suis trop certain que non seulement vous lui donnerez votre sympathie, mais que vous chercherez à la faire partager aux personnes qui en valent la peine. Je vous serre les mains, bonne amie, et vous prie de garder ces objets aussi longtemps que vous le pouvez et peut-être plus longtemps que la mémoire de Louise pourra vivre ; il est une triste loi de ce bas monde que les monuments durent plus longtemps que la mémoire de ceux aux quels ils sont dressés ; portez cette broche souvent, ma chère, je désire de tout mon cœur qu’elle vous porte bonheur, et dans tous les cas j’aurais toujours un triste mais doux plaisir de voir sur vous cet objet. Je vous embrasse de tout mon cœur et me dis tout à vous.
Alexandre13

9Les trois comédies dramatiques de Suxovo-Kobylin, qui furent, sauf la première, longtemps interdites de scène par la censure, – le Mariage de Krečinskij (écrit en 1852-1854, joué en 1855), l’Affaire (1856-1861, jouée en 1882 dans une version édulcorée), la Mort de Tarelkin (1857-1869, montée en 1900) sont le fruit de son expérience du système judiciaire de la Russie d’avant les réformes d’Alexandre II. S’estimant victime de la justice, Suxovo-Kobylin se fait justicier :

  • 14 A. Suxovo-Kobylin, Images du passé, op. cit., p. 149.

La pièce l’Affaire ci-offerte au public n’est pas, selon l’expression de jadis, un Fruit de mon Loisir, ni, comme cela se fait aujourd’hui, une Production du métier littéraire, mais bien une affaire, des plus réelles et des plus véritables, arrachée, chair et sang, à la vie la plus vraie14.

  • 15 En français, ont été traduits les ouvrages suivants de L. Grossman : Balzac en Russie, P., O. Zeluc (...)

10C’est cette histoire d’un crime non élucidé que raconte Leonid Grossman, né à Odessa en 1888 et mort à Moscou en 1965, auteur d’ouvrages sur Puškin, Dostoevskij, Turgenev, sur les salons littéraires du Moscou des années 1840 et sur le théâtre de Suxovo-Kobylin15. Leonid Grossman a été le premier à pouvoir consulter les dossiers de l’enquête et à interroger des personnes qui avaient connu Suxovo-Kobylin. Il insère l’histoire du crime et des démêlés judiciaires de Suxovo-Kobylin dans le contexte de la jeunesse dorée du futur dramaturge, de la vie du grand monde moscovite de l’époque, et la complète par une analyse de la trilogie, en relevant les sources françaises de son art théâtral (Scribe, le comique Bouffé). Il définit Suxovo-Kobylin comme le créateur d’un genre de « tragédie sans catharsis ».

  • 16 Lettre du 13 septembre 1927 de Sorrento, Литературное наследство, t. 70, 1963, p. 146.
  • 17 Viktor Grossman, Дело Сухово-Кобылина, M., GIKhL, 1936. Né en 1887, Viktor Grossman est mort en 197 (...)

11L. Grossman mène une enquête à charge : pour lui, il ne fait pas de doute que Louise Simon-Demanche a été tuée dans un accès de colère par Suxovo-Kobylin (ou peut-être par Nadežda Naryškina, qui partit en France un mois après le meurtre) et que les domestiques serfs, que Suxovo-Kobylin aurait incités à se charger du crime, sont innocents : à l’époque soviétique, il était de bon ton de charger les nobles. Grossman souligne d’emblée le caractère héréditairement impulsif et violent de Suxovo-Kobylin. Gor′kij loua cependant l’« attitude humaine [de Grossman] envers la personne, fût-elle criminelle16 ». Cependant, en 1936, un homonyme, Viktor Grossman, reprendra les matériaux de l’enquête pour démontrer l’innocence de Suxovo-Kobylin et accuser (comme Suxovo-Kobylin) les domestiques de Louise de crime crapuleux17. Aujourd’hui, la thèse du mystère domine.

  • 18 Дело Сухово-Кобылина, op. cit., p. 477-478. Tous les deux étaient catholiques. Jacques Petit, dans (...)
  • 19 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 207. Lettre en français, orthographe et ponctuation de la publ (...)

12Leonid Grossman ne possède pas l’art d’un André Maurois ou d’un Henri Troyat (répétitions, abus d’adjectifs, maladresses de composition) mais son ouvrage, qui tend parfois au « docuroman », reste précieux pour qui s’intéresse au théâtre (français et russe) et aux mœurs de la noblesse russe, très liée à la France. Ainsi, Suxovo-Kobylin épousa en septembre 1859 une jeune baronne, Marie de Bouglon, dont il avait fait la connaissance à Paris par l’intermédiaire d’amis, – Adélaïde-Angélique Ivanovna Galitzin (Adélaïde de Molette de Morangiès, 1820-1899), épouse du prince Anton Petrovič Galitzin (1818-1883), qui joua le rôle de marieuse18 : elle choisit pour Suxovo-Kobylin une Française, vu que « l’origine et l’éducation russes vous sont odieuses », – lui écrit-elle en avril 1859, en le pressant de venir à Paris et en lui vantant les qualités morales et physiques de la jeune fille, – « gentille, spirituelle, cultivée, simple, modeste », « très jolie », avec « des yeux noirs ravissants, des sourcils foncés, de charmants cheveux blonds joliment ondulés, un joli teint de lis et de rose, un mignon nez, de mignonnes dents, – une charmante apparence générale19 ». Suxovo-Kobylin relate ainsi à sa sœur (en français) les circonstances de son mariage :

  • 20 Erreur de lecture du manuscrit (l’écriture de Suxovo-Kobylin est difficile à déchiffer) ou erreur de (...)
  • 21 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 244-246, (lettre de Suxovo-Kobylin à sa sœur Eudoxie et à son (...)

Chère Doucha et Michel.
Enfin, enfin, enfin je me marie. C’est décidé, bien décidé cette fois-ci ; je ne doute pas, mes amis, de la part que vous prenez à cette grande nouvelle et de tous les vœux que vous faites pour mon avenir.
[...] Voici bientôt deux semaines que je suis promis. J’étudie avec beaucoup d’attention la personnalité et la nature de ma future femme et plus je la connais, plus je l’aime. C’est une nature assez remarquable et assez compliquée [ ?]. Comme sang son père est d’une ancienne et honorable famille française connue et estimée dans son pays, où ils ont une ancienne propriété qui leur appartient. Sa mère est alsacienne, de bonne famille – tous militaires, – c’est une nature fine, délicate, excellente musicienne, – une femme qui aime ses enfants avec une sorte de fureur, d’une conduite irréprochable, quoique veuve depuis l’âge de 28 ans. Cette famille a peu près 12 m. [ille] fr. de rente, que la mère a employé toujours pour l’éducation de ses enfants, éducation assez rigide, sévère ; la jeune personne a été élevé au couvent de L’abeille au bois20, une des meilleures institutions du pays. Elle a été excellente élève, diligeante au travail, mais un peu raide comme caractère. Elle en est sortie depuis trois ans et a passé deux hivers à Paris, allant dans le monde du Fg St.-Germain. Elle a eu beaucoup de partis entre autres un très riche. Elle n’a jamais voulu épouser, qu’un homme d’esprit et de noblesse – il paraît que l’année passée on lui a parlé de moi dans les meilleurs termes (des personnes qui m’ont connu à Biaritz – peut-être même dans des termes trop pompeux). Arrivé ici je n’ai pas trop plu à ces dames à la première soirée chez Mme de Ségur et leur oncle le vieux Mr de Ségur, ayant appris la chose a été excessivement contre ce mariage. Mais déjà nous nous étions vus plusieurs fois et nous nous sommes convenus, – j’avais fais beaucoup de frais et j’avais plu à la jeune personne. À la troisième entrevue j’ai raconté toute mon affaire de Russie, – il était temps car le lendemain M-r Ségur leur arrivait avec une autre version, – tout le roman tel qu’il a été crié à Moscou – et puis on a parlé de N. [adejda] N. [arychkine] – cela a été presque une rupture. Je me suis expliqué franchement, comme les choses étaient ; on a été prendre des renseignements à l’ambassade de Russie, – on a répondu, que j’étais un homme parfaitement honorable, tout cela a fait le même bruit et les mêmes cancans dans le Fg St. G. comme si c’était à Moscou. C’est la jeune personne qui a tenu bon. Enfin depuis deux semaines tout est arrangé et tout est rentré dans le calme. La jeune personne m’a dit, je sais que vous êtes honnête homme et je vous crois plus qu’à l’univers entier. Quand à elle, c’est une nature loyale, et je crois qu’elle sera une honnête femme. Je leur ai expliqué nettement la position de ma fortune ainsi que ce que je puis attendre dans l’avenir, sur quoi la mère m’a dit : – « Je comprends vous êtes un riche mal-aisé, et bien, il faut aller à la campagne, et ne pas en sortir sans que que vos affaires ne soient arrangées. Je suis plus riche que vous, car je n’ai pas un sou de dettes. Tant qu’on a des dettes on est pauvre ; il faut que Marie le sache et qu’elle sache ce qu’elle va faire ». Aussi pour te dire – voilà comme nous vivons. Je n’ai pas le sou – elle ne me laissent pas prendre ni équipages, ni loges, – ni bouquets – rien. Nous allons au Palais-Royal déjeuner ou dîner à 3 fr. par tête avec le vin. Enfin j’attends de l’argent tous les jours et il ne me vient pas, je pourrais bientôt me trouver dans une situation qui sera cruelle. [...]

Ah, j’oubliais. On est venu dire à la mère que j’étais un panier percé, et que je n’avais que des dettes. C’est ce qui m’a été le plus désagréable et [il] paraît qu’elle veut en conséquence faire le contrat de mariage de sorte que sa fille ne puisse jamais retirer son argent de France – elle a 150 m. fr. Elle prétexte la possibilité d’une révolution en Russie21.

  • 22 Ukmergé, en Lituanie. Mme de Bouglon était venue à la rencontre de sa fille à Dinaburg (Daugavpils, (...)
  • 23 Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 143. Madame de Bouglon avait un château du xviiie siècle (...)
  • 24 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 208 (lettre à sa sœur Eudoxie du 16 novembre 1860, extrait don (...)

13Marie de Bouglon était la fille d’Émilie Hortense de Sommervogel, baronne de Bouglon, veuve du baron Rufin de Bouglon, née en 1821, que Barbey d’Aurevilly avait rencontrée en 1851 et qui restera pour lui sa « fiancée » platonique, sa « chère âme » et son « Ange blanc » (mais à qui il ne légua pas ses droits d’auteur, et que Joséphin Péladan soutiendra contre sa rivale, Louise Read). La correspondance de Barbey d’Aurevilly avec Madame de Bouglon, que ne semblent pas connaître les biographes russes de Suxovo-Kobylin, mentionne souvent le dramaturge, et d’abord le nouveau drame qu’il connut : à l’automne 1859, les jeunes mariés s’installèrent dans la propriété de campagne du père de Suxovo-Kobylin (Kobylinka, dans la province de Tula), mais Marie mourut de phtisie un an après son mariage. « Devenue sujette russe, Marie ne put être ramenée en France dès le début de sa maladie ; l’attente de l’autorisation retarda le départ et elle mourut sur la route du retour, à Wilkomir22. Madame de Bouglon poursuivit son voyage avec le corps de sa fille, qui fut inhumée à La Bastide le 17 novembre 186023. » « C’était une femme étonnamment religieuse, bonne et intelligente, qui m’était dévouée de toute son âme... J’ai versé beaucoup de larmes sur elle24 » écrivit Suxovo-Kobylin à sa sœur. De son côté, Barbey d’Aurevilly écrit à Mme de Bouglon :

  • 25 Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 30 (lettre du 16 novembre 1860). Dans une autre lettre (m (...)

Pauvre chère Marie ! pauvre M. Kabylinn ! et pauvre vous, la mère des mères, qui aimiez tant cette enfant et qui l’avez ensevelie de vos propres mains. Ah ! que n’étais-je avec vous et Kabylinn pour prendre mon tiers de ce saint devoir25.

L’écrivain lui dédiera Un prêtre marié (1864) :

À Marie-Ange Soukhowo-Kabylinn née de Bouglon, ce livre qui plaisait à son âme religieuse, et que j’écrivais sous ses yeux purs, fermés, hélas ! avant d’en voir la fin.

14Suxovo-Kobylin se remariera en 1867 avec une Anglaise (Emilie Smith) qui mourra moins d’un an plus tard d’un refroidissement, et il continuera à fréquenter Madame de Bouglon, ainsi que Barbey d’Aurevilly, qui parfois récrimine contre « ce diable d’homme » :

  • 26 Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 78 (lettre du 19 mars 1879).

Je suis grippé depuis mon dîner avec Kabylinn. Ce diable d’homme nous est funeste. Vous, il vous fait pleurer de souvenir ; il vous opprime de sa conversation ; il vous ennuie de ses affaires et de ses embarras. Moi, il me donne la grippe, ne pouvant faire pis. Le jour que je dînai avec lui, sa fille [Louise] qui était à faire des commissions par la ville (ils partaient le lendemain), se faisant attendre, il me reçut et me garda plus d’une heure dans le salon de lecture du Grand Hôtel du Louvre, chauffé par d’effroyables gueules de chaleur, à dissoudre le corps de l’homme le plus fortement organisé. Je croyais dîner tout au moins, chez lui, à l’hôtel, dans cette atmosphère ; mais il se rappela qu’il avait été jeune et qu’il avait autrefois bamboché chez Philippe et il voulait dîner chez Philippe, quoiqu’il n’y ait plus de Philippe, — que la maison de Philippe ait été abattue et que sur son emplacement, il y ait une maison nouvelle qui exploite ce vieux nom de Philippe. Or, il m’y traîna à pied, par un froid vif, en sortant de ce four de l’Hôtel du Louvre. Cet homme riche, — et dépensier, — fit l’économie de bout de chandelle d’une voiture et je pris froid. Sa fille semblait heureuse de trottiner ainsi par la ville, comme une grisette de Paris26.

  • 27 Ibid., p. 112 (lettre de mars  1884).

15Kabylinn devient même un « nom appellatif », comme Suxovo-Kobylin le dit de ses personnages : « Des discussions d’affaires, avec des éditeurs – qui sont pour moi des Kabylinn – ont dévoré mon temps dans des discussions qui durent encore », écrit Barbey d’Aurevilly27. La même année 1884, il sermonne Madame de Bouglon :

  • 28 bid., p. 116-117 (15 novembre 1884).

La famille vous est funeste. Récapitulez ! Depuis Choisy [mari de la sœur de la baronne de Bouglon] jusqu’à ce Bouglon, – en passant par Kabylinn qui n’est pas Bouglon, mais qui a épousé une Bouglon, – tous ils ont été pour vous des fléaux, et vous vous êtes sacrifiée à eux avec un héroïsme familial que, certes, aucun d’eux ne méritait28.

  • 29 D’après la correspondance de Barbey d’Aurevilly avec Madame de Bouglon, il s’agit de la propriété d (...)

16Des affaires d’argent (« dot à rendre29 ») ne mettront cependant pas fin à ces relations franco-russes.

  • 30 La fin juridique (le non-lieu) était intervenue fin 1857, mais il s’agit maintenant d’un dédommagemen (...)

17En avril 1888, Suxovo-Kobylin exprima le désir de remercier l’Empereur (Alexandre III) « pour la fin de [son] affaire30 », au cours d’une audience collective, comme il le rapporte dans une lettre à sa sœur Eudoxie, en exprimant ses idées politiques :

  • 31 Isidore de Faletans, comte et capitaine, époux de la fille de Suxovo-Kobylin et de Nadežda Naryškina (...)
  • 32 À l’exception de celle-ci, les indications entre crochets sont de notre fait.
  • 33 Ibid.
  • 34 Il doit s’agit de la charge de la brigade de chasseurs à cheval que le général Gallifet (1831-1909) (...)
  • 35 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 254-255 (lettre en français du 9 avril 1888, Saint-Pétersbourg (...)

[...] À 1. et demi l’Empereur parut. Il est très grand très forte bien plus fort qu’Isidore31. Il a un maintien calme, honnête et digne ; il parle lentement et très doucement. Une masse de Généraux s’était rangée sur une seule ligne. Eugène [de Sailhias] s’était placé 4-me Numéro et [en] comptant par la fin de la file et moi je suis allé me mettre le dernier calculant que j’aurai l’avantage de ne plus avoir tout ce public pour témoin. Je ne me suis pas trompé. Au fur < et > à mesure que l’Empereur avançait le monde partait – et enfin je me suis trouvé seul il me donna la main (comme aux précédants). Sire, – lui dis-je, – j’ai à vous remercier pour deux bontés. Il y a quelque temps vous avez eu la grâce de m’autoriser d’adopter ma fille. Ce fut le commencement [ ?]32 de mon bonheur de famille, qui est le plus grand de tous les bonheurs. – L’Empereur me dit avec beaucoup de douceur : je me le rappelle. Sire lui dis-je, ce bienfait a porté fruit (il me regarda), depuis ma fille a épousé un homme du [ ?]33 de son cœur, qui est un excellent homme et un bon soldat, il porte un nom antique, il sert son pays et s’est battu pour lui, il prit part à la grande charge de Cavallerie conduite par le Général Marquis de Gallifet34 (l’Empereur a dit : je me le rappelle) – il a eu son cheval tué sous lui et fut fait prisonnier sur le champ de l’attaque ; l’Empereur m’a demandé : est-il en retraite ? Je demande pardon à votre Majesté – il sert toujours – il est Capitaine commandant au C < amp > Chasseur – et maintenant ils sont chez moi. – Vous vivez à la campagne. Oui, Sire, constamment. Est-ce que vous écrivez pas une pièce de Théâtre. Sire, lui répondis-je, c’est un genre qui demande beaucoup de je < u > nesse d’esprit, de l’imagination et je suis dans un âge où ces qualités disparaissent. Vous n’avez jamais servi ? Je demande pardon : j’ai servi 11 ans comme juge de Paix honoraire et je suis depuis plusieurs années membre de Conseil municipal... (je ne puis me rappeler comment cela tourna), mais à la fin j’ai dit que toute ma famille était pénétrée du sentiment de la plus profonde reconnaissance, et que certes il n’y avait [pas] une maison dans la Russie ou son nom soit plus chéri et plus sacré que dans ma vieille Maison в моем старом доме. [...]

Il est grandement question en Ville de la somme qui m’a été accordée, généralement on est mécontent, les uns trouvent que c’est trop – d’autres que c’est contre la loi – d’autres qui trouvent injuste que l’on aye donné cet argent à un homme qui a de la fortune, tandis qu’il y a tant de gens qui sont pauvres. Il semble que le temps n’est plus loin où on trouvera juste de dépouiller ceux qui possèdent pour donner à ceux qui ne possèdent pas et de construire [conduire ?] ainsi un monde où il y a des riches et des pauvres dans un monde où il n’y aura que des pauvres. [...]

Ma troisième Piece [la Mort de Tarelkin] – corrigée et diminuée n’a pas trouvé grace devant Mr Féoktistow. Il prétend que c’est une Satyre injuste et violente35. [...]

  • 36 La pièce a été traduite par J.-W. Bienstock, mais Suxovo-Kobylin semble avoir d’abord tenté de trad (...)

18Un an avant sa mort, en 1902, le dramaturge aura la consolation de voir le Mariage de Krečinskij joué à Paris, au Théâtre de la Renaissance36. Il donna à cette occasion l’autobiographie suivante (en français, à la troisième personne), qui fut publiée dans le programme du spectacle :

  • 37 Suxovo-Kobylin avait aussi entrepris un traité philosophique utopique (précurseur du « cosmisme »), (...)
  • 38 Autobiogaphie de Suxovo-Kobylin, dictée le 25 janvier 1902 à Maxime Kovalevsky (sociologue [1851-19 (...)

L’auteur du Mariage de Kretchinsky, M. Soukhovo-Kobiline, appartient à l’une des plus illustres familles russes ; ses ancêtres ont joué un rôle important à la cour d’Ivan-le-Terrible. Il est né en 1817. Son père, lieutenant-colonel d’artillerie, prit part aux campagnes contre Napoléon et participa à l’occupation de Paris en 1814

M. M. Soukhovo-Kobiline fit des études de mathématiques à l’Université de Moscou ; il en sortit brillamment avec le no 1. Poussé par son ami d’enfance, plus tard le célèbre émigrant russe Herzen, il s’adonna aux occupations littéraires et surtout à la philosophie de Hegel. Il étudia à Heidelberg, Rome, Paris*. Partout, il se lia avec les plus remarquables savants et littérateurs. De retour en Russie, il s’installa à la campagne et se mit à traduire Hegel ; ce travail dura vingt ans. En 1899, un terrible incendie ravagea le domaine de M. Soukhovo-Kobiline, et cette traduction fut la proie des flammes37.

Le mariage de Kretchinski fut joué pour la première fois en 1855 au Théâtre impérial de Moscou ; il y obtint un succès inouï dans les annales de l’art dramatique russe ; en un jour, on s’arracha les billets pour les vingt premières représentations, la pièce fut immédiatement montée sur toutes les scènes des capitales et de la province. Le nombre des représentations données en Russie jusqu’à ce jour est incalculable. Les noms des deux héros, Kretchinsky et Raspluïeff sont devenus des noms appellatifs ; beaucoup d’expressions, de phrases du Mariage de Kretchinski sont restées proverbiales.

Outre le Mariage de Kretchinski, M. Soukhovo-Kobiline a écrit deux pièces : un drame, L’Affaire (1857*) et un autre drame, les Jours gras de Raspluïeff (1858). Ces deux derniers drames présentent un tableau remarquable des rouages de l’administration russe, avant les réformes de l’empereur Alexandre II ; ils font suite au Mariage de Kretchinski, formant avec cette pièce une sorte de trilogie. L’Affaire et les Jours gras de Raspluïeff ont été interdits par la censure jusqu’à ces dernières années. La seconde pièce a été jouée au Théâtre artistique de Saint-Pétersbourg, sous le nom de la Mort de Tarelkine.

M. Soukhovo-Kobiline, qui a maintenant quatre-vingt-quatre ans est, depuis peu, l’hôte de la France ; il s’est installé sur la Côte-d’Azur, à Beaulieu38.

19Tous les journaux parisiens rendirent compte du Mariage de Krečinskij, de manière plus ou moins élogieuse. Voici quelques exemples de la critique, de la plus laudative à la plus négative (le site The European Library permet une recherche par mots dans tous les journaux) :

  • 39 Type de ceux qui cherchent à séduire de jeunes bourgeoises tout en les méprisant : cf. l’École des (...)

Le beau Kretchinsky, le grand seigneur, beau parleur, joueur, rincé, escroc au besoin, mais séduisant quand même et adoré des femmes pour sa galanterie, qui cherche pour se refaire l’alliance du riche bourgeois Mouromsky, dont il voudrait bien épouser la fille, la jolie Lydia, ornée d’une dot de cinq cent mille roubles, est un succédané de notre marquis de Moncade39. Mais ici, le type a sa saveur particulière ; il est bien Moscovite, et je dois dire que Gémier le joue délicieusement. [...]

Quant à l’action du drame, des plus simples, elle se constitue dans les manœuvres du fourbe, dont l’habileté chemine peu à peu, mais dont l’échafaudage croule au moment où il croit n’avoir plus que la main à étendre pour saisir la dot et la fille. C’est agencé comme une pièce de Scribe, avec cette supériorité que la série des caractères est dessinée à fond, de main habile, et que leur exotisme est d’un grand charme de détail et d’un amusant pittoresque : depuis la bourgeoise Anna Antowna éprise de luxe mondain, et son frère Mouromsky, l’agriculteur rageur et méfiant, jusqu’à Raspluïeff, une figure nouvelle pour nous, mais combien intéressante dans son comique outrancier. Celui-là, c’est le parasite, l’homme à tout faire de Kretchinsky, vermine collée à sa peau comme un « tiquet » à l’oreille d’un bœuf ; vivant des reliefs de sa table ; portant ses vieux habits et ses vieux souliers ; trichant au jeu pour rapporter quelques roubles à la maison, où il n’y a plus ni pain ni bois ; ivrogne et menteur, mais dévoué comme un chien, et récompensé de ses services par des volées de coups de poing, dont il ne se soucie guère, tant il a l’habitude d’être battu ; pleurant d’un œil et riant de l’autre, ne craignant rien que l’homme de police, hypnotisé qu’il est par sa vision de la Sibérie. Ce type falot est bien joué, avec originalité, sincérité et bonne foi, par un comédien du nom de Baudoin, très adroit, et qui en a bien saisi les reliefs.
Félix Duquesnel, le Gaulois, 20 février 1902, p. 3.

La pièce est excellente et si le public l’a très bien accueillie, il ne me semble pas que la critique en ait suffisamment constaté le mérite.
Gustave Larroumet, le Temps, 24 février 1902, p. 1.

Comme sujet, comme agencement de la pièce, on dirait d’une comédie-vaudeville de Scribe, ou même de notre répertoire de second ordre, où brillent Andrieu, Picard, Collès d’Harleville, Bayard et tant d’autres. Nous l’écoutons avec agrément.
Montcornet, Le Petit Parisien, 20 février 1902, p. 4.

Comédie-vaudeville qui chez nos « amis et alliés » obtint, paraît-il, un immense succès vers 1855. Elle n’a pas d’originalité marquée, et peut-être n’était-il pas indispensable que nous la connussions, mais on l’a écoutée sans aucun ennui : elle est aimable.
Édouard Sarradin, Journal des débats politiques et littéraires, 21 février 1902, p. 3.

Ce Mariage de Krétchinski retarde de vingt-cinq ans sur notre théâtre du siècle dernier : on dit que l’auteur est très vieux ; la pièce est certainement beaucoup plus vieille que lui. En trois actes d’une naïveté puérile, avec, heureusement, quelques trouvailles comiques et un effet d’émotion gentille, tout à la fin, l’histoire d’un aigrefin nous est racontée. [...]
Cette pièce sans portée, qui n’a d’autre intérêt que son exotisme et la fadeur qui permet à une mère d’y conduire sa fille, est jouée supérieurement par M. Baudoin [Raspliouev], très bien par M M. Gémier [Krétchinski] et Berthier [Fiodor] et Melle Jane Heller [Lydia], suffisamment par les autres.
A. Vallin, Le Petit Journal, 20 février 1902, p. 2.

20Par deux fois, avant et après la Révolution, Mejerxol′d montera les trois pièces de Suxovo-Kobylin, dont le grotesque et la satire restent d’actualité : en 1966, la Mort de Tarelkin montée à Moscou par Piotr Fomenko (1932-2012) au Théâtre Maïakovski sera encore interdite après cinquante représentations.

21Suxovo-Kobylin terminera ses jours à Beaulieu-sur-mer, où il est enterré :

  • 40 A. Ergolskij « Памяти А. В. Сухово-Кобылину », 1903, Дело Сухово-Кобылина, op. cit., p. 392.

Alexandre Vassiliévitch vénérait l’Occident et en particulier la France, qu’il aimait comme sa seconde patrie40.

Haut de page

Notes

1 L. Tolstoj, Полное собрание сочинений, M., AN SSSR, t. 59, 1935, p. 64.

2 Alexandre Souxovo-Kobylin, Images du passé, trilogie traduite par André Markowicz, P., José Corti, 1999, 424 p. En russe, la trilogie Картины прошедшего a été publiée dans la collection « Literaturnye pamjatniki », E. S. Kalmanovskij, V. M. Seleznev (eds), L., Nauka, 1989.

3 Dimanche, devenu Demanche dans tous les documents russes.

4 Il existe plusieurs « docuromans » sur l’affaire, à commencer par un roman de P. Boborykin, На суд, 1869, St. Rassadin, Гений и злодейство, или Дело Сухово-Кобылина [Le génie et la scélératesse, ou l’affaire Souxovo-Kobylin], M., Kniga, 1989 ; A. I. Rakitin, Дело об убийстве французской подданной Луизы Симон-Дюманш [L’affaire du meurtre de la citoyenne française Louise Simon-Dumanche], M., Zagadočnye prestuplenija prošlogo, 2004, http://murders.ru/L_S_D_1.html ; Vl. Otroščenko, Сухово-Кобылин : роман-расследование о судьбе и уголовном деле русского драматурга [Suxovo-Kobylin : roman-enquête sur le destin et le dossier criminel du dramaturge russe], M., Molodaja Gvardija (« Жизнь замечательных людей »), 2014 ; Anne Pries, The Sukhovo-Kobylin Case, Amsterdam, Aksant Academic Publishers, 2007.

5 Prénommée Louise en mémoire de Louise Simon-Demanche, elle naquit à Paris en 1851, reçut le nom de Louise Alexandrovna Weber et fut élevée dans la famille d’Alexandre Dumas fils ; il fallut une intervention d’Alexandre III pour que Suxovo-Kobylin puisse l’adopter, en 1883. Elle épousa ensuite le comte et capitaine Isidore de Faletans (1845-1895). Elle mourut à Beaulieu-sur-Mer en 1940. En 1937, l’archiviste et bolchevik V. D. Bonč-Bruevič avait demandé à l’ambassadeur soviétique à Paris de dépêcher auprès de la comtesse de Faletans un émissaire parlant bien français : « Votre envoyé ne doit pas oublier que la vieille Faletans est comtesse et que sa dame de compagnie Mme Bourtcher [ ?] est de la même société et qu’il faut être très prudent pour ne pas se compromettre » (N. B. Volkova, « “Странная судьба” (Из дневников А. В. Сухово-Кобылина) », Встречи с прошлым, 3, M., 1978, p. 19). Assurée mensongèrement par Bonč-Bruevič, par l’intermédiaire de V. A. Grossman, qu’une édition complète des œuvres et des lettres de son père était en préparation en URSS, elle transmit toutes ses archives à Moscou. А. В. Сухово-Кобылин : pro et contra. Лич-ность и творчество А. В. Сухово-Кобылина в воспоминаниях современников, в статьях литературных и театральных критиков, писателей и философов, режиссеров и актеров : антология, V. M. Seleznev et E. O. Selezneva (eds.), SPb., Izd-vo Russkoj xristjanskoj gumanitarnoj akademii, 2010, p. 635).

6 Alexandre Dumas fils l’avait rencontrée à Bade en 1859 et l’appelait Nadine. « Ce que j’aime en elle, écrivait Dumas fils à George Sand, c’est qu’elle est absolument femme, depuis les ongles des pieds jusqu’au fin fond de l’âme. [...] Avec sa peau ambrée, ses griffes de tigresse, ses longs cheveux couleur de renard et ses yeux vert de mer, elle me va ! » (lettre inédite citée par André Maurois, les Trois Dumas, Paris, Hachette, 1957, p. 295). Nadežda Ivanovna Naryškina avait eu de son premier mari une fille, Ol′ga, née en 1847, qui épousa le 29 août 1872 (à l’église russe de Paris) le frère aîné (marquis Charles de Faletans) du futur mari de la fille de Suxovo-Kobylin et Naryškina, Louise. Ainsi, les deux frères Faletans épousèrent deux filles de N. I. Naryškina.

7 « Le terme d’assassin m’a atteint comme du poison et s’est attaché à mon honnête nom », écrit-il au tsar (Дело Сухово-Кобылина, V. M. Seleznev et E. O. Selezneva (eds.), M., Novoe literaturnoe obozrenie, 2002, p. 98 ; cet ouvrage de 544 pages contient 132 pièces du procès (p. 43-234), des extraits des 1 600 folios du Journal de Suxovo-Kobylin (de 1851 à 1858), et des souvenirs de contemporains (une quarantaine).

8 Le Sénat était l’un des trois grands corps de l’État russe d’avant la Révolution, avec le Conseil de l’Empire (Conseil d’État) et le Très Saint-Synode. C’était essentiellement un tribunal suprême et une cour de cassation.

9 Дело Сухово-Кобылина…, op. cit., p. 219-220.

10 Ibid., p. 318.

11 Suxovo-Kobylin avait trois sœurs : Evdokija (Eudoxie) Vasil′evna (1819-1893), épouse du colonel Mixail Fedorovič Petrovo-Solovovo (1813-1887) ; Sof′ja Vasil′evna (1825-1867), artiste peintre (paysages, portraits), première femme peintre à recevoir la médaille d’or de l’Académie des Beaux-Arts à l’issue de ses études ; elle vécut à Rome à partir de 1857. Plusieurs de ses tableaux sont exposés à la galerie Tretiakov de Moscou ; Elizaveta Vasil′evna, (1815-1892), l’aînée, qui connut d’abord, en 1834-1835, un roman d’amour avec Nikolaj Nadeždin (professeur à l’Université de Moscou et éditeur du Телескоп, ancien séminariste) contrarié par son frère et les siens qui rejetaient une « mésalliance » ; elle épousa le comte français Henri Salhias (on trouve aussi Sailhas, Salias, Sallias) de Tournemire (1810-1893/1894, banni de Russie en 1844 pour un duel) ; romancière, critique littéraire, elle fut appelée la « George Sand » russe pour ses romans féministes ; elle est aussi l’auteur de livres édifiants pour la jeunesse sous le pseudonyme de Evgenija Tur (Eugénie Tour), dont certains ont été traduits en français ; voir des éléments de sa biographie dans Вопросы литературы, II, 2015, p. 217-244. Le précepteur de ses enfants, Evgenij Mixajlovič Feoktistov, futur chef de la Direction de la censure, a laissé d’intéressants souvenirs sur A. V. Suxovo-Kobylin (Атеней, III, 1926, p. 83-114). Le fils, d’Elizaveta Vasil′evna, le comte Evgenij Andreevič Salhias de Tournemire (1840-1908), sera l’auteur (sous le nom de Salias ou de Evgenij Tur) de nombreux romans historiques et romans de mœurs à succès (édités en 33 volumes en 1894-1909) ; parmi ceux-ci, mentionnons un roman « sur les mœurs françaises contemporaines », Новая Сандрильона (1892), et un roman contre les jésuites, Служитель Бога, 1892. Son plus célèbre roman a été adapté en français : Pougatcheff, A. Colin, 1892. Il fut appelé l’« Alexandre Dumas russe » et prit la nationalité russe en 1876. Il fut censeur au Comité de la censure étrangère (pour la littérature française et espagnole), directeur en 1881-1882 des théâtres impériaux de Moscou.

12 E. N. Konšina, « Письма А. В. Сухово-Кобылина к родным » [Lettres de A. V. Suxovo-Kobylin à ses proches], Труды публичной библиотеки СССР им. Ленина, vyp. III, Akademia, 1934, p. 231-232 (fin novembre ou début décembre 1850). Orthographe et ponctuation de la publication, citée par la suite « Письма А. В. Сухово-Кобылина. »

13 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 237, lettre en français du 18 mars (environ) 1851, orthographe et ponctuation de la publication.

14 A. Suxovo-Kobylin, Images du passé, op. cit., p. 149.

15 En français, ont été traduits les ouvrages suivants de L. Grossman : Balzac en Russie, P., O. Zeluck, 1946, 204 p. ; les Mémoires de d’Archiac : chronique pétersbourgeoise de l’année 1836 [sur Puškin], trad. Paul Lequesne, P.,  l’Esprit des péninsules, 1999, 440 p. ; Confessions d’un juif, trad. Yves Gauthier, P., Phébus, 2001, 181 p. ; Dostoïevski, trad. Michèle Kahn, P., éd. de Moscou, 1970, rééd. 2003, P., Parangon, 518 p. L’ouvrage de L. Grossman sur Suxovo-Kobylin a d’abord paru dans Новый мир en 1926 (no 11, 12) sous le titre Преступление Сухово-Кобылина [Le crime de Suxovo-Kobylin], puis en livre à Leningrad en 1927 (éd. Priboj) avec une deuxième édition complétée en 1928. Cette édition a été rééditée (avec quantité de fautes) en 2008 à Moscou (éditions Èksmo-Algoritm) sous le titre boulevardier de Нераскрытое убийство. Чем мешала Александру Сухово-Кобылину Луиза Деманш ? [Un meurtre non élucidé. En quoi Louise Demanche gênait-elle Alexandre Suxovo-Kobylin ?]. Notre traduction de l’ouvrage de L. Grossman n’a pas, à ce jour, trouvé d’éditeur.

16 Lettre du 13 septembre 1927 de Sorrento, Литературное наследство, t. 70, 1963, p. 146.

17 Viktor Grossman, Дело Сухово-Кобылина, M., GIKhL, 1936. Né en 1887, Viktor Grossman est mort en 1978 ; auteur d’un roman Арион et d’études sur Puškin, il a été interné au goulag en 1938-1946 et 1948-1955.

18 Дело Сухово-Кобылина, op. cit., p. 477-478. Tous les deux étaient catholiques. Jacques Petit, dans l’introduction aux Lettres à Madame de Bouglon, écrit : « Alexandre Souhovo-Kobylinn était le beau-frère d’un voisin des Bouglon, le Comte de Sailhas ; mais c’est chez les Ségur, à Paris, qu’il fut présenté à Marie de Bouglon. » (Barbey d’Aurevilly, Lettres à Madame de Bouglon, présentées par Jacques Petit, annotées par Andrée Hirschi, P., Les Belles Lettres, 1978, p. 9, note 9). Quant à Barbey d’Aurevilly c’est sans doute chez la baronne de Maistre, nièce par alliance de Joseph de Maistre (l’un de ses « prophètes du passé »), qu’il rencontra Madame de Bouglon (ibid., p. 142).

19 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 207. Lettre en français, orthographe et ponctuation de la publication.

20 Erreur de lecture du manuscrit (l’écriture de Suxovo-Kobylin est difficile à déchiffer) ou erreur de Suxovo-Kobylin : il s’agit de l’Abbaye-aux-Bois, 16 rue de Sèvres : couvent devenu prison pendant la Terreur, puis à partir de 1827 maison d’éducation des chanoinesses de Saint-Augustin et appartements (c’est là que vécut Madame de Récamier, de 1819 à 1849). Détruit en 1907.

21 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 244-246, (lettre de Suxovo-Kobylin à sa sœur Eudoxie et à son beau-frère Mixail Petrovo-Solovovo, Paris, 12 juillet 1859). Lettre en français, orthographe et ponctuation de la publication.

22 Ukmergé, en Lituanie. Mme de Bouglon était venue à la rencontre de sa fille à Dinaburg (Daugavpils, Lettonie). Marie mourut en couches (René-Louis Doyon, Barbey d’Aurevilly : amoureux et dupe, P., Corrêa, 1934, p. 54).

23 Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 143. Madame de Bouglon avait un château du xviiie siècle (Le Prada) à Labastide d’Armagnac (Landes), qui est resté dans la famille des Bouglon, son propriétaire actuel, le baron Philippe de Bouglon, étant producteur d’armagnac.

24 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 208 (lettre à sa sœur Eudoxie du 16 novembre 1860, extrait donné seulement en traduction russe).

25 Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 30 (lettre du 16 novembre 1860). Dans une autre lettre (mars 1861), Barbey d’Aurevilly dit : « J’écrirai à Kabylinn que j’embrasse dans sa barbe persane » (p. 37).

26 Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 78 (lettre du 19 mars 1879).

27 Ibid., p. 112 (lettre de mars  1884).

28 bid., p. 116-117 (15 novembre 1884).

29 D’après la correspondance de Barbey d’Aurevilly avec Madame de Bouglon, il s’agit de la propriété de Gayross (près de Labastide d’Armagnac), dot de sa fille Marie, que Suxovo-Kobylin fut invité à restituer. Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 109, « Kabylinn s’exécute-t-il ? » et note 7 p. 168.

30 La fin juridique (le non-lieu) était intervenue fin 1857, mais il s’agit maintenant d’un dédommagement pécuniaire.

31 Isidore de Faletans, comte et capitaine, époux de la fille de Suxovo-Kobylin et de Nadežda Naryškina, Louise.

32 À l’exception de celle-ci, les indications entre crochets sont de notre fait.

33 Ibid.

34 Il doit s’agit de la charge de la brigade de chasseurs à cheval que le général Gallifet (1831-1909), qui s’était distingué lors de la guerre de Crimée, commanda à Sedan, le 1er septembre 1870, où il fut fait prisonnier.

35 « Письма А. В. Сухово-Кобылина », p. 254-255 (lettre en français du 9 avril 1888, Saint-Pétersbourg). Lettre en français ; orthographe et ponctuation de la publication.

36 La pièce a été traduite par J.-W. Bienstock, mais Suxovo-Kobylin semble avoir d’abord tenté de traduire lui-même sa pièce en français. Barbey d’Aurevilly écrit : « Quand [Léon] Bloy, qui a d’autres travaux pressés, a vu ce diable de manuscrit, écrit (comme Kabylinn écrit) tout en jambages et hérissé de diables de noms russes, il a demandé, pour se charger de cela, une somme que j’ai trouvée exorbitante [...]. Selon Bloy, la pièce est monstrueuse. Elle est écrite en français barbare avec des tournures de russe en français – et d’abord, toute à réécrire de fond en comble, Kabylinn, la plume à la main, ne sachant pas assez le français pour littérairement le parler. Il n’est pas de force à être son traducteur lui-même. De plus, la pièce, pour nous autres Français, est sans intérêt et pas plus intelligible qu’elle n’est correcte. Il n’y a que là d’affreuses mœurs russes, de grossières plaisanteries russes et du mauvais ton, imité du plus mauvais ton français. [...] Je vais lire à mon tour la copie et si je suis affecté, comme Bloy, – je ne pourrai m’empêcher de dire toute la rude vérité à ce pauvre Kabylinn. » (Lettres à Madame de Bouglon, op. cit., p. 87 [12 avril 1880]).

37 Suxovo-Kobylin avait aussi entrepris un traité philosophique utopique (précurseur du « cosmisme »), qui périt également presque entièrement. Le 22 juin 1895, il écrivait : « L’édition de mes Travaux philosophiques est pratiquement impossible, écrit-il le 22 juin 1895, cela vient de mon attitude envers l’Orthodoxie et de mes Sympathies extrêmes pour le Rationalisme. Je suis indigné à la Pensée que ces Moujiks à Bonnets dorés mettront leurs grossières pattes et leur Cervelle encore plus grossière dans mes Circonlocutions et mes Arguments préférés : cela me paraît être une profanation de ce qui est vraiment saint, c’est-à-dire de la Vérité. » (Pro et contra, op. cit., p. 576). L’usage des majuscules est sans doute une influence allemande. L. Grossman souligne aussi l’influence d’Héraclite.

38 Autobiogaphie de Suxovo-Kobylin, dictée le 25 janvier 1902 à Maxime Kovalevsky (sociologue [1851-1916], cofondateur en 1901 de l’École russe des hautes études sociales à Paris, voisin de Suxovo-Kobylin à Beaulieu-sur-Mer), publiée dans le programme du Mariage de Kretchinski donné au théâtre de la Renaissance, à Paris (la générale eut lieu le 18 février 1902). Nous remercions vivement Elena Olegovna Selezneva de nous avoir communiqué une photographie de ce texte, introuvable à Paris (l’original est aux archives du RGALI, fonds 438, inventaire 1, no 352, fo 10-10 verso).
*Précisions : les études de Suxovo-Kobylin à Heidelberg et Berlin (en 1839-1841) sont attestées, mais pas celles à Rome (ou Suxovo-Kobylin vécut en 1838-1839 et rencontra Gogol′) ni à Paris (où le futur dramaturge fit la connaissance en 1841 de Louise Simon-Demanche). La première version de l’Affaire date de février 1861 ; la Mort de Tarelkin fut achevée en 1869 et fut montée en 1900 au théâtre de A. S. Suvorin sous le titre les Jours joyeux de Raspliouev.

39 Type de ceux qui cherchent à séduire de jeunes bourgeoises tout en les méprisant : cf. l’École des bourgeois de d’Allainval (1728) ; le Marquis de Moncade, ou la Comédie bourgeoise de Charles-Augustin de Bassompierre Sewrin (1811).

40 A. Ergolskij « Памяти А. В. Сухово-Кобылину », 1903, Дело Сухово-Кобылина, op. cit., p. 392.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Niqueux, « Les liaisons franco-russes de Suxovo-Kobylin », Revue des études slaves, LXXXVI-4 | 2015, 413-425.

Référence électronique

Michel Niqueux, « Les liaisons franco-russes de Suxovo-Kobylin », Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-4 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/res/743 ; DOI : 10.4000/res.743

Haut de page

Auteur

Michel Niqueux

Université de Caen-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals