Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVI-4Une vie dans deux langues, le bil...

Une vie dans deux langues, le bilinguisme polonais-français de Zygmunt Krasiński à la lumière de son œuvre épistolaire et littéraire

A Life in Two Languages: The Polish-French Bilingualism of Zygmunt Krasiński in the Light of his Epistolographic and Literary Work
Bronisława Ligara
p. 427-445

Résumés

L’article présente le bilinguisme polonais-français de Zygmunt Krasiński (1812-1859), un des plus grands poètes de l’époque du romantisme, d’un triple point de vue linguistique, littéraire et politique. De par sa double compétence, Krasiński puisait dans ses deux langues-cultures, créant ainsi une œuvre variée en polonais et en français. Leurs relations se caractérisent en termes d’échange d’éléments appartenant à l’espace de l’une et de l’autre langue. Elles s’effectuent au niveau des significations, des représentations sociales et des concepts politiques de l’époque. Sur le plan linguistique, les contacts entre les deux langues se manifestent comme marques transcodiques, dans ses Lettres surtout, exemple parfait de parler bilingue. Chacune des deux langues de l’auteur symbolise son appartenance à l’une ou à l’autre communauté linguistique et culturelle. De par son œuvre en français, Krasiński devrait prendre place parmi les écrivains et les intellectuels de la francophonie, et, parmi les écrivains de l’Europe médiane pour qui le français est la langue d’expression artistique.

Haut de page

Texte intégral

1. Zygmunt Krasiński, sujet et écrivain bilingue

1Selon Georges Lüdi et Bernard Py (Lüdi, Py 2003, p. 131) est considérée comme bilingue toute personne « capable de passer d’une langue à l’autre, dans de nombreuses situations, si cela est possible et nécessaire […] ». S’il est évident que code et compétence linguistiques diffèrent dans chaque langue et qu’ils coexistent séparément dans la mémoire du sujet parlant, ils tendent aussi à former une entité globale, un tout spécifique dans lequel chez le bilingue, deux systèmes linguistiques sont très étroitement en contact, voire en relation.

2Qu’en est-il cependant de l’écrivain bilingue pour qui la création langagière se déroule en coprésence des deux espaces d’expression artistique dont il dispose ? De la rencontre des deux langues naît inévitablement une tension entre elles puisqu’en actualisant l’une, l’auteur écarte les possibilités offertes par l’autre, mais qui ne cessent pas pour autant d’exercer une pression sur le choix initial (Grosjean 2007, p. 313-316). C’est donc à l’intérieur de cet espace virtuel que l’auteur bilingue trouve sa propre langue, la langue de l’invention et de la création artistique.

3L’écrivain a la possibilité de puiser dans deux traditions littéraires liées chacune à une langue et à la culture qu’elle véhicule. Sur le plan linguistique l’écrivain bilingue se confronte au problème du contact des langues dans lesquelles il crée son texte, la langue étant et la matière et l’outil de sa création (Prieur 2006b). En outre l’écrivain désire que sa création langagière soit parfaite, singulière ; il est sensible à la beauté du style. Un sentiment d’échec dans cette sphère des conventions culturelles et la conscience de ne pas avoir été capable de satisfaire aux exigences esthétiques imposées par la langue de sa création lui seraient particulièrement douloureux. Il ne peut pas écrire, c’est-à-dire créer, s’il ne manie pas bien sa matière et son outil, à savoir la langue de son écriture. S’il enfreint une norme de la langue choisie pour sa création, il le fait consciemment et non pas parce que ses connaissances dans cette langue sont déficientes.

  • 1 Voir « Littératures bilingues » et « Autres littératures bilingues », in Bilinguisme : enrichisseme (...)

4Sur le plan de son œuvre littéraire il a la possibilité de puiser dans deux traditions littéraires, chacune liée à une langue et à une culture appropriée. Face à un écrivain bilingue se pose donc la question cruciale du choix de la langue de création1. Comment se présente ce choix dans le cas du poète Zygmunt Krasiński (1812-1859) ?

5Zygmunt Krasiński a eu avec la langue française et les textes écrits dans cette langue un lien étroit et profond. Bilingue précoce, bilingue équilibré, il a acquis simultanément le polonais et le français dès la prime enfance, dans son milieu familial où son père veillait à l’égalité parfaite de la pratique des deux langues. Ses débuts littéraires en français remontent à la période de ses études à Genève, qu’il s’agisse de textes critiques (par exemple, sa Lettre sur l’état actuel de la littérature polonaise, adressée à M. de Bonstetten) ou de son abondante correspondance avec Henry Reeve, un ami anglais, correspondance exclusivement menée en français. Le critique littéraire Louis Léger (Léger 1903, p. 197) déclare que Zygmunt Krasiński maniait le français à l’égal de sa langue maternelle. Possédant en quelque sorte deux langues premières, Krasiński s’inscrit dans le modèle idéal du bilingue selon les critères de Bloomfield (Devilla 2007, p. 3). Il écrivait aussi naturellement en français qu’en polonais, comme en témoigne Jean Stanislas Clément, autre critique littéraire français, qui évalue ainsi la langue et le style français de Krasiński :

  • 2 « For facility of style and grammatical correctness, Krasiński certainly stands in the front ranks (...)

Pour la facilité du style et la correction grammaticale, Krasiński se place incontestablement au premier rang de ces grands auteurs étrangers qui à l’époque ont écrit en français2.

  • 3 Pisma Zygmunta Krasińskiego. Wydanie jubileuszowe. Wydał J. Czubek, t. VIII, Utwory francuskie (183 (...)

6Son œuvre littéraire en français date des années 1830-1832, elle compte environ 420 pages, de la prose essentiellement, même si l’on y trouve deux poèmes en vers : « Le regret » et « Stances »3. Après 1832, un changement se produit ; il opte pour la langue polonaise, très probablement en réaction à l’échec de l’insurrection de 1830 : à ses yeux, comme à ceux de beaucoup d’autres, la langue assure la survie de la nation quand tout est perdu.

2. L’écriture bilingue de Zygmunt Krasiński comme médiation entre deux langues-cultures

7Le bilinguisme en tant que phénomène langagier nécessite un cadre conceptuel pour répondre à la question suivante : que se passe-t-il dans l’utilisation effective de l’une ou de l’autre langue chez un écrivain bilingue ? Quelles sortes d’opérations mentales et langagières s’effectuent entre deux espaces langagiers cohabitant intimement l’esprit de Krasiński et que reflètent ses écrits ?

8On peut caractériser ces opérations en termes d’échanges d’éléments faisant partie respectivement de l’espace du polonais et de l’espace du français, ainsi qu’en termes de traduction et de reformulation (Prieur 2006a, 114). Ce sont en même temps trois modes d’opérations pour puiser dans les ressources langagières du bilingue. La notion majeure – puisqu’elle englobe la totalité des procédés permettant de puiser dans deux langues-cultures – est celle des échanges ; c’est dans la logique de l’échange que s’inscrivent, implicitement, les procédés de traduction et de reformulation. L’autre notion centrale est celle d’altérité. Elle est en rapport étroit avec la conscience identitaire du bilingue – l’identité qu’il construit tout au long de sa vie dans deux langues-cultures. C’est donc sur les notions ď échange et d’altérité que j’appuierai mon analyse en premier lieu.

2.1. L’échange de l’espace du français vers l’espace du polonais

9Qu’apportait la langue française dans la vie d’écrivain de Krasiński ? Elle lui permettait de prendre connaissance de textes littéraires d’auteurs français (Janion 1962). Ces auteurs l’ont incité à transposer en polonais des genres littéraires tels que fragments, songes, visions dans les rêves et prose poétique notamment, sous l’influence certaine de René de Chateaubriand qu’il vénérait. Il a repris également la tradition du roman frénétique français. En même temps il se passionnait pour la philosophie à proprement parler, pour la philosophie de l’histoire et l’histoire tout court. Sans la lecture d’auteurs tels que Jules Michelet, Edgar Quinet, Pierre Simon Ballanche (un mystique), Joseph de Maistre, Hugues Félicité de Lamennais, Victor Cousin, Saint Simon, Alexis de Tocqueville, la littérature polonaise n’aurait pas compté ce chef-d’œuvre qu’est la Comédie non divine.

2.2. Et de l’espace du polonais vers l’espace du français

10Inversement, qu’est-ce qu’un lecteur français peut retirer de la lecture des écrits non littéraires de Krasiński tels que sa correspondance avec Henry Reeve et ses textes politiques ? De l’espace du polonais vers l’espace du français, l’échange s’effectuait au niveau des significations, des représentations sociales (Charaudeau, Maingueneau 2002, p. 502) et des concepts politiques dus à la vision du monde d’un Polonais, vision qui est différente de celle d’un lecteur en langue française. Ajoutons que c’est au niveau du sens que se rencontrent l’objet de la recherche purement linguistique et celui de la recherche littéraire, de l’histoire des idées, disciplines respectivement fermées et séparées les unes des autres.

11Je porterai une attention particulière aux sens véhiculés par certaines représentations sociales et certains concepts politiques que Krasiński a explicités dans ses écrits français – précisément ceux qui relevaient du discours européen politique et social de l’époque.

  • 4 [Zygmunt] Krasiński, Listy do Henryka Reeve, t. I-II. Tłumaczenie Aleksandry Olędzkiej-Frybesowej o (...)

122.2.1. Les échanges en français entre deux amis, l’un Polonais, l’autre Anglais montre que des affinités et une certaine conscience européenne était déjà possible dans la première moitié du xixe siècle, bien que la Pologne ait disparu de la carte de l’Europe (Léger 1903 ; Weintraub 1964). C’est donc dans la confrontation avec l’autre que Krasiński a découvert l’altérité, c’est-à-dire le fait d’être un autre. C’est par rapport à l’autre – son ami anglais – qu’il définissait son identité tout en percevant aussi ce dernier dans son altérité à lui. De là il a forgé des représentations explicitées de l’Anglais et du Polonais. Voici comme exemples deux corrélats linguistiques de ces représentations tirés des lettres de Krasiński à Henry Reeve4 – lettres qui sont un document anthropologique de l’époque d’une grande valeur (Hertz 1980, p. 38-41).

13D’une part, il s’en dégage une représentation de l’Anglais qui s’affirme aux yeux de Krasiński comme un produit mental de la démocratie libérale anglaise, de la culture du compromis dont les composantes sont :

– Une civilisation développée :

Vous, vous êtes homme de la civilisation, homme du développement, et, encore, ajoutez-y, homme du Nord. […] tout un monde de perfectionnements est à vos ordres.
Krasiński, Listy do Henryka Reeve I, 1831, p. 535. (En caractères gras ici et pour les exemples suivants – B. L.)

– La liberté de l’individu :

Tout est à vous (ibid.). Homme libre, homme né libre […]. Ibid., p. 547. Dans le calme vous êtes né ; dans le calme a passé votre enfance ; votre jeunesse fut un calme poétique.
Ibid., p. 548.

– Une attitude de compromis à l’égard de l’adversaire :

Voilà pourquoi la haine vous paraît si hideuse.
Ibid.

14D’autre part, Krasiński construit la représentation sociale du Polonais, c’est-à-dire de son identité, d’une manière négative sur l’exemple de l’altérité de l’Anglais, identité constituée par les composantes antinomiques suivantes :

– Une civilisation peu avancée, jeune :

Et moi, resserré, comprimé, au milieu d’une civilisation peu avancée […] (ibid., p. 535) […] Je suis héritier d’une civilisation peu avancée, et moi-même j’ai conquis la civilisation européenne, je suis entré dans elle, je l’ai étudiée jour et nuit […].
Krasiński, Listy do Henryka Reeve I, 1831, p. 548.

– L’oppression, l’esclavage de l’individu (et de toute la nation) :

[Krasiński vit] au milieu d’une civilisation gémissante sous le joug d’une civilisation commencée hier.
Ibid., p. 535.

[…] homme né libre, tu ne comprends point les sentiments d’un homme dont les ancêtres furent aussi libres que toi, mais qui, lui, est un esclave opprimé.
Ibid., p. 547.

– Le sentiment légitime de la haine à l’égard de l’ennemi oppressant la nation :

Et tel fut mon destin que, dès le berceau, j’ai sucé la haine […].
Ibid., p. 546.

La haine est une compagne d’enfance […] ; voilà pourquoi moi, chrétien et profondément chrétien, je ne recule pas tant devant la haine et la vengeance que peut-être je devrais le faire.
Ibid., p. 548.

– Les idéaux d’honneur, d’indépendance nationale, la primauté de la patrie sur le bonheur matériel :

Notre civilisation n’a pas atteint le degré de celle de la France et de l’Angleterre, et chez nous il y a encore des sentiments poétiques d’honneur, de foi, d’indépendance nationale, tandis qu’ici on ne pense plus qu’au bien-être, qu’à la liberté intérieure, qu’à des institutions devant assurer le bonheur matériel. […] Viser au bien-être est d’un cœur étroit, mais penser à la liberté nationale est d’une âme noble. Mais tous ces sentiments nobles ont péri en Europe. La patrie ne joue plus de rôle ; le bonheur matériel est tout […].
Ibid., p. 601.

15Cette dernière composante étant absente dans la représentation de l’Anglais. Les deux représentations sont à rapprocher des stéréotypes, issus d’une culture et d’un vécu différents. Ainsi, la correspondance de Zygmunt Krasiński à Henry Reeve transmet au lecteur francophone un certain savoir de croyances, ďopinions et de connaissances sur les sociétés de l’époque.

  • 5 Pisma Zygmunta Krasińskiego. Wydanie jubileuszowe, wydał J. Czubek, t. VII : Pisma filozoficzne i pol (...)

162.2.2. Passons maintenant aux concepts politiques dans lesquels Krasiński a inclus un savoir sur la Pologne de la moitié du xixe siècle, un savoir que ne partageait pas l’opinion occidentale de l’époque. L’importance de Zygmunt Krasiński est de les formuler clairement dans ses mémoires et ses lettres politiques adressés à François Guizot, au comte de Montalembert (député), au pape Pie IX, à l’empereur Napoléon III, à Lamartine comme auteur de l’Histoire des Girondins5. Certes, ce n’est pas au linguiste d’analyser plus profondément les opinions politiques ni l’histoire des idées, mais il est autorisé – et pour cela il dispose des outils théoriques appropriés – à faire émerger les concepts de l’époque en partant de leurs corrélats textuels, concepts absents de la conscience et du savoir des autorités politiques au pouvoir. En fait, les écrits politiques de Krasiński dégagent plusieurs concepts capitaux, tels que :

  • La cause de l’Occident.

  • La Pologne comme nation de la culture occidentale.

  • La Russie comme tradition asiatique, comme despote.

  • La Russie comme menace pour la Pologne, donc pour l’Occident.

  • L’aide, le secours à la Pologne dans l’intérêt de la France et de l’ensemble du monde occidental.

  • Le concept de l’Europe unie.

  • Le panslavisme russe.

  • Le panslavisme « polonais ».

17Nous allons nous focaliser sur les mots, les expressions et les fragments de textes qui véhiculent ces concepts. L’intérêt qu’ils présentent pour notre analyse est qu’ils constituent des unités du savoir, des connaissances situées à l’extérieur de la langue, celle-ci devenant un outil de transition-médiation de ce savoir d’une communauté linguistique-culturelle à l’autre.

18Le concept de la cause de l’Occident – appréhendé du point de vue des Polonais – a pour corrélat linguistique les passages suivants :

  • 6 Toutes les citations ont été extraites de Pisma Zygmunta Krasińskiego, t. VII, ibid.

[…] toute l’histoire [de l’esprit polonais] n’a été qu’une lutte constante d’un millier d’années avec toute espèce de barbarie orientale essayant de se frayer un passage pour marcher contre la civilisation latine.
Le mémoire à Guizot Deux puissances…, 1847, p. 1766.

[...] ce dévouement infatigable [de la noblesse polonaise] à la cause de l’Occident qui n’est que la continuation ultérieure de l’histoire polonaise poursuivant sa carrière, sans se laisser arrêter, ni par les trois partages, ni par la mort politique.
Le mémoire à Guizot, Deux puissances…, 1847, p. 177.

19Le concept de la Pologne comme nation de la culture occidentale est véhiculé par les mots et les expressions suivants :

La civilisation latine deversee a la race slave […].
Memoire au pape Pie IX, 1848, p. 243.

Il [l’esprit polonais] arrive à l’idée d’une démocratie […].
Lettre à Montalembert, 1847, p. 207.

20Le concept de la Russie comme tradition asiatique, comme despote se dégage des expressions suivantes :

[…] la barbarie asiatique, représentée par la Russie […].
Ibid., p. 202.

Il [le gouvernement russe] a exercé un terrorisme inouï […].
Le mémoire à Guizot, Deux puissances…, 1847, p. 177.

[…] un despotisme commun.
Ibid., p. 183.

Il [le gouvernement russe] a essayé de tout détruire sans avoir la puissance ni l’intention de rien édifier, ni rien améliorer.
Ibid., p. 177.

21Le concept de la Russie comme menace pour la Pologne, donc pour l’Occident émerge des textes suivants :

Dans son testament politique, il [Pierre – le Grand] légua à ses successeurs le devoir du partage de la Pologne et de son anéantissement comme première condition de la conquête de l’Europe.
Lettre à Montalembert, 1847, p. 211.

Elle [la Russie] n’a qu’un rêve – c’est de pouvoir se ruer sur l’Occident. Rien au monde ne fera abandonner au gouvernement qui la régit, la monstrueuse idée de s’introduire en Europe […].
Le mémoire à Guizot, Deux puissances…, 1847, p. 175.

22Le concept d’aider, de secourir la Pologne dans l’intérêt de la France et de l’ensemble du monde occidental est véhiculé par les expressions suivantes :

[…] le parti dominant en France et en Angleterre ne peut pas […] ne pas reconnaître que son sort à lui-même est intimement lié à celui de la Pologne. S’il n’a pour contrepoids une Pologne indépendante et se développant sagement à l’autre bout de l’Europe, son édifice à lui-même manque d’appui, la voûte en croulera tôt ou tard.
Ibid., p. 189.

Sans la Pologne donc, pas de repos pour l’Europe, et nous ajoutons, pas de grandeur possible dans l’avenir de la France !
Mémoire à Napoléon III, 1854, p. 323.

23Le concept de l’Europe unie se dégage du texte suivant :

Au siècle où nous sommes arrivés tout se lie et s’enchaîne, une même vie tendant à se communiquer de plus en plus aux différents membres du grand organisme européen, l’un ne peut souffrir sans que tous les autres ne s’en ressentent.
Le mémoire à Guizot, Deux puissances…, 1847, p. 190.

24Le concept du panslavisme russe comme politique d’envahissement des pays slaves par la Russie est explicité dans le passage suivant :

Il [le cabinet du St. Petersbourg] essaye […] de les [espérances des Polonais] séduire par l’idée d’un panslavisme russe qui aurait pour but de changer toute la race slave en un seul empire strictement moscovite et théoriquement despotique.
Ibid., p. 181.

25Et opposé à ce dernier le concept du panslavisme « polonais » qui est une idée de la réunion des peuples slaves fondée sur leur consentement moral libre :

[…] s’il y a un principe qui puisse avoir la prétention de marcher vers la réunion des peuples slaves, vers ce qu’on appelle un panslavisme, certes ce n’est pas celui de la brutalité et de la ruse, mais bien au contraire celui des lumières et d’une civilisation supérieure.
Ibid.

Or l’unité de toute une race, en ce qu’elle a de possible sauf les droits inviolables des individualités nationales qui la composent, ne peut s’obtenir que par une idée commune et nullement par un despotisme commun.
Ibid., p. 183.

26Le rôle de Krasiński était donc celui du destinataire qui, disposant de ressources langagières bilingues, transférait par le biais des concepts politiques (présentés ci-dessus) son savoir local à un niveau plus global (Geertz 1986, p. 1-21). Krasiński a apporté un savoir pertinent sur l’autre partie de l’Europe (notamment sur la Pologne) et sur la France de la première moitié du xixe siècle – un savoir enraciné dans la réalité politique de l’époque et dans son vécu, relevant ainsi du réalisme expérientiel (Kleiber 1990, p. 11) – au public français qui l’ignorait. Tout ceci dans une certaine visée pragmatique afin que les destinataires de ses écrits prennent certaines décisions politiques, décisions souhaitées par les Polonais et avantageuses en même temps, pour des raisons d’État, pour la France, et donc pour l’Europe.

2.3. L’activité discursive de traduction-reformulation dans les écrits de Zygmunt Krasiński

27Intimement liée à sa compétence bilingue, l’activité de traduction de Krasiński occupe une place particulière dans ses écrits. Deux cas de figure entrent en ligne de compte : d’une part, ce sont les autotraductions de certaines de ses œuvres polonaises, les autotraductions que Krasiński avaient faites pour son ami anglais Henry Reeve (voir 2.2.1.) et qu’il lui envoyait dans ses lettres ; d’autre part, c’est la transcription en polonais de deux audiences particulières accordées à Krasiński par l’Empereur Napoléon III dont l’objet fut la « cause polonaise ». Elles se sont évidemment déroulées en français. Krasiński les a retenues par cœur et ensuite les a transposées de mémoire en polonais en dépit de leur caractère confidentiel.

28Dans les deux cas, l’opération de traduction effectuée par Krasiński n’a pas été une traduction littérale ou bien n’a pas pu l’être, puisque le texte de départ était oral ; ses traductions sont plutôt des traductions-reformulations, l’accent étant mis sur le second terme, de ses propres productions langagières et des discours oraux de son interlocuteur Napoléon III, codés dans une langue et interprétés par Krasiński dans l’autre.

29Ainsi, en effectuant cette opération de traduction, il rend explicite par là même son activité métalinguistique qui consiste à interpréter une de ses langues par sa deuxième langue. Par exemple en transférant son texte polonais Widzenie en français (sous le titre Vision) Krasiński commente de cette façon :

  • 7 Il est à noter que certains textes que Krasiński a écrit à l’origine en polonais, n’ont été sauvega (...)

La traduction du polonais est pénible ; aussi est-elle mauvaise au possible ; mais ce n’est pas pour le style, c’est pour les pensées que je vous envoie ces griffonnages of mine.
Krasiński, Listy do Henryka Reeve I, 1831, p. 377.

  • 8 « Pierwsze posłuchanie u Napoleona III », in : Zygmunt Krasiński, Pisma polityczne i filozoficzne, wy (...)
  • 9 « Drugie posłuchanie u Napoleona III », ibid., p. 281-287.

30Le transfert en sens opposé, c’est-à-dire du français en polonais des audiences de Napoléon III, intitulées « Pierwsze posłuchanie u Napoleona III » (en 1857)8 et « Drugie posłuchanie u Napoleona III » (en 1858)9 représentent du point de vue de la traductologie une interprétation par définition, puisque le transfert interlangagier concerne un texte de départ émis oralement. L’analyse des textes de « Pierwsze posłuchanie » et « Drugie posłuchanie » dans une perspective anthropologique et herméneutique laisse découvrir certaines opérations translangagières effectuées par Krasiński-bilingue dont deux paraissent particulièrement intéressantes.

31Premièrement, Krasiński explicite l’écart au niveau du sens entre le polonais (donc la langue cible) et le français (la langue source). C’est pourquoi il surajoute, à côté de l’énoncé traduit en polonais, l’énoncé en langue de départ qu’il a mémorisé : (l’empereur Napoléon III à Zygmunt Krasiński)

Wojna teraz nie jest prawdopodobna z Moskwą, my się raczej teraz umizgamy do siebie [Suit la citation des paroles prononcées par Napoléon III] (nous sommes plutôt en coquetterie avec la Russie).
Krasiński, Pierwsze posłuchanie, 1857, p. 274 (en gras et en italique – B. L.).

32C’est la précision de la parole, enjeu essentiel de la transmission de l’assertion de la vérité du message dans le domaine de la politique, qui a été à l’origine de cette démarche de Krasiński en tant que traducteur-interprète.

33Deuxièmement, Krasiński explicite l’implicite culturel (véhiculé par le mot à charge culturelle partagée [Galisson 1991, p. 111-133]) différent dans les deux langues-cultures en question ; ainsi il remplace le mot français peuple dit par Napoléon Ier, l’oncle paternel de Napoléon III qui est l’interlocuteur de Krasiński pendant l’audience, par les mots polonais narodowość, naród :

Stryj twój, Najjaśniejszy Panie, wyrzekł : « Pierwsze lepsze książątko, co dobędzie miecza w sprawie narodowości europejskiej, będzie panem świata. » Wyraził się w istocie peuples, a nie nations – lecz na pewno nie myślał o motłochu, jedno o narodach całych.
Krasiński, Drugie posłuchanie, 1858, p. 282 (en gras et en italiques – B. L.).

34Chacun de ces termes catégorise le monde qu’il décrit, à sa façon ; le découpage d’une réalité en termes équivalents français-polonais n’est pas le même – le français peuple pouvant être appréhendé et par la suite traduit par le polonais motłoch, Krasiński l’appréhende en acception du polonais naród, narodowość. Donc il substitue l’implicite culturel propre à la langue-culture française par celui propre à la langue-culture polonaise, ceci dans le but d’être correctement compris par le public polonais qui est le destinataire réel de sa traduction.

  • 10 Voir l’item Colinguisme dans Charaudeau P., Maingueneau D., 2002, p. 100-101.

35Cela étant, il est à constater que la visée des traductions-interprétations présentées ci-dessus était celle de la médiation transculturelle (Piccardo 2012) : Krasiński l’a entreprise consciemment pour jeter un pont entre deux espaces physiques et langagiers, transmettant son expérience personnelle conceptualisée dans une de ses langues aux membres de la communauté de sa deuxième langue-culture. Ainsi il « surmonte l’enfermement dans le monolinguisme »10 d’une communauté linguistique : avec une langue donnée, il transfère l’autre savoir sur le monde.

3. Le parler bilingue dans l’œuvre épistolaire de Zygmunt Krasiński

36Le troisième volet concernera un comportement langagier spécifique d’un écrivain bilingue dans une situation de communication bilingue. Ce comportement particulier se manifeste dans les lettres de Krasiński écrites en polonais à des Polonais bilingues eux-mêmes (Ligara 1987, 2010). De ce point de vue son œuvre épistolaire, en polonais, se présente comme un exemple magnifique du « parler bilingue », notion introduite par Georges Lüdi en 1987 (Lüdi 1987 ; repris par Ligara 2014). Les traces manifestes de ce parler, ou autrement dit les marques transcodiques, transparaissent dans le texte des lettres adressées à ses correspondants. Elles se présentent, d’une part, sous forme d’« alternances de codes », de mélanges de codes et, d’autre part, sous forme d’interférences.

37L’alternance de codes consiste à passer d’une langue à l’autre en respectant strictement les règles grammaticales des deux langues (Hamers et Blanc 1983, p. 199, 455-456) : c’est une juxtaposition de segments écrits en polonais et en français. Exemple :

[…] pan Girardot [...] kazał, que je vous embrasse de toutes mes forces, quand je vous reverrai, de sa part, de la part d’un mourant.
Krasiński, Listy do ojca, 1831, p. 229.

38Le mélange de codes tend vers une intégration des deux codes (Hamers et Blanc, 1983, p. 78, 199, 204, 455). Les règles de l’une et de l’autre langue sont déviées mais au niveau du texte les deux segments sont distincts. Ex. :

Rozumiesz mnie, o grzeczność tylko prosiłem, o nic więcej, tylko tego bym nie chciał, byś : vous mettiez à la porte tę, którą kochał biedny mój Konstanty.
Krasiński, Listy do Delfiny Potockiej, t. II, 1844, p. 417.

39Les interférences identifient deux éléments provenant des deux langues (Weinreich 2008, p. 12-104 ; Lüdi, Py 2003, p. 150-151) ; il se produit une superposition de deux structures différentes qui consiste à utiliser dans la langue 1 (le polonais) un élément propre à la langue 2 (le français). Dans la correspondance de Zygmunt Krasiński le contact entre les deux codes qui provoque des interférences, concerne premièrement le lexique, le niveau le plus ouvert, le plus propice à incorporer facilement toutes sortes de nouveaux éléments en fonction des besoins des sujets parlants, et deuxièmement la syntaxe, niveau beaucoup plus stable du système linguistique.

  • 11 Pour les unités lexicales françaises et leur sens je me réfère aux dictionnaires suivants : le Litt (...)

40Krasiński utilisait les mots français en les adaptant grammaticalement au polonais. Il importait aussi bien la forme (en partie) que le sens du mot français, langue source, et il remplaçait l’encadrement morphosyntaxique par des morphèmes grammaticaux polonais11. Ex. :

Pies< fr. pièce (de théâtre), ici au sens figuré :

Przyjedź Adamie, kto wie, co się z nami stanie, gdzie los nas rozrzuci ; […] kto wie, czy który z nas nie wybierze się w drogę ? – Piesa skończona […].
Krasiński, Listy do Adama Sołtana, 1836, p. 87.

Misterny < fr. mystérieux :

Jan z misterną twarzą z rana włazi do mnie i oświadcza, że coś ważnego ma powiedzieć.
Krasiński, Listy do Delfiny Potockiej, t. III, 1846, p. 191.

41Il créait même un nouveau sens métaphorique à partir du mot source. Ex. :

Paturotować < pâturer :

Ty zaś paturotować wtedy będziesz.
Krasiński, Listy do Konstantego Gaszyńskiego, 1845, p. 330.

Le nouveau sens créé par l’écrivain ‘przebywać na wsi’– ‘séjourner à la campagne’.

42L’autre catégorie d’interférences chez Krasiński, ce sont les interférences sémantiques et les calques à partir de mots polonais. Ils sont bien plus difficiles à déceler en raison de leur sonorité polonaise. Exemples d’interférences sémantiques :

Drąg au sens figuré de ‘dźwignia’, influencé par le français ‘levier’ au sens figuré : ‘ce qui sert à vaincre une résistance ; moyen d’action’ :

Przemysł jest drągiem do podniesienia natury.
Krasiński, Listy do Adama Potockiego, 1839, p. 105.

Pełny czegoś au sens figuré ‘całkowicie zajęty, pochłonięty czym’, influencé par ‘être plein de (quelqu’un, de quelque chose) : être entièrement occupé, absorbé par (quelqu’un, quelque chose)’, utilisé au xixe siècle :

Zastałem tu Torloniego pełnego artykułu w « Debatach » o Mieczysławie, musiałem mu opowiadać wszystkie szczegóły [...].
Krasiński, Listy do Delfiny Potockiej, t. II, 1845, p. 685.

43Par rapport aux interférences sémantiques qui ne provoquent que la polysémie du mot déjà existant dans la langue cible (le polonais), les calques enrichissent quantitativement le lexique de la langue cible puisqu’ils y apportent de nouvelles unités lexicales, de nouveaux mots composés ou de nouvelles locutions nominales et verbales. Ex :

Bezportnik au sens de ‘sankiulot, rewolucjonista’ sur le modèle français ‘sans-culotte’ :

Faryzeusz wart bezportnika.
Krasiński, Listy do Augusta Cieszkowskiego, 1848, p. 351.

44Dans le cas des locutions calquées, le bilingue traduit toute une construction idiomatique en principe mot par mot : les mots de la langue cible qui sont remplacés en tant que composants du modèle français perdent leur sens ‘polonais’ dans ce nouveau contexte insolite ; ils délivrent uniquement leur forme pour cette nouvelle locution, tandis que son sens global est transféré du français, langue source. Ces figures de style sont originales et même frappantes. Ce qui est pertinent pour cette analyse du comportement langagier d’un écrivain bilingue c’est grammaticalement le nœud conceptuel des locutions calquées qui peut être, d’une part, le nom avec sa fonction de nommer les êtres et les choses, dont les entités abstraites (par ex. idea-gwóźdź ci-dessous) et, d’autre part, le verbe ayant pour fonction de nommer les actions, les événements, les états. C’est la culture qui est traduite et ainsi transmise. Ex. :

Stawiać w plaskorzeźbie coś au sens de ‘podkreślić, uwypuklić coś’, sur le modèle français ‘mettre en relief’ :

Dziwna natura tego człowieka, wstydzi się dobrych stron charakteru swego, a wyszukuje i w płaskorzeźbie stawia przed ludźmi zło.
Krasiński, Listy do Adama Sołtana, 1839, p. 284.

Księżyc zębami wydobyć au sens de ‘chcieć rzeczy niemożliwych, porywać się z motyką na słońce’ sur le modèle français ‘vouloir prendre la lune avec les dents’ :

Każdą wielką ideę niezgrabni jej posługacze obłaźnią, nie chcąc na niej przestać, ale natychmiast palcem się jej dotknąć, mieć ją przed oczyma, księżyc z wiadra wody, jak ser, zębami wydobyć i czy smaczny, skosztować !
Krasiński, Listy do Definy Potockiej, t. III, 1847, p. 221.

45En tant que produit de traduction mot à mot, les locutions calquées, les locutions figées spécifiques au français, arrachées de leur contexte conceptuel et culturel apparaissent complètement incompréhensibles pour un monolingue polonais.

46Une autre manière, encore plus créatrice, de puiser dans le potentiel qu’offrent deux langues en contact, deux ressources linguistiques à la disposition d’un écrivain bilingue est de créer ses propres expressions sous l’influence d’un modèle français mais sans le copier au pied de la lettre. Ex. :

Idea-gwóźdź au sens de ‘obsesja, urojenie’, fr. ‘idée-fixe’ :

Idea-gwóźdź tkwi mu na czole.
Krasiński, Listy do Definy Potockiej, t. III, 1848, p. 650.

Gwóźdź – ‘le clou’, terme évoquant une image concrète, étant superposé à – fixe.

Wymakaronić robaki z nosa (komuś) au sens de pociągać kogoś za język, wyciągnąć z kogoś jego sekret’ du fr. ‘tirer les vers du nez (de quelqu’un)’ :

[…] bo zapewne on Augusta podchodził i chciał mu robaki z nosa wymakaronić w stosunku do mnie i do Ciebie.
Krasiński, Listy do Definy Potockiej, t. III, 1847, p. 254.

Tirer étant remplacé par wymakaronić, le néologisme créé par Krasiński connotant ‘la longueur excessive (de vers)’.

47De telles locutions sont de vraies créations linguistiques, faites à dessein, comme jeux de mots, pour des effets comiques ou en raison de leur valeur expressive.

48Comme je l’avais annoncé ci-dessus, les interférences apparaissent aussi, à notre grande surprise, dans la syntaxe. Un lecteur monolingue, polonophone, les classerait comme « fautes de langue » en se référant à la norme du polonais standard de l’époque. Pour ne pas surcharger le texte avec la totalité des occurrences, je me contenterai de citer trois cas saillants :

491. L’emploi de certaines prépositions influencé par le français :

Pod au lieu de ‘na’, en fr. sous :

[...] p. Adam przeprowadza towianizm pod oczyma kościoła.
Krasiński, Listy do Delfiny Potockiej, t. III, 1848, p. 767.

Sur le modèle français sous les yeux de l’Église, pour le polonais ‘na oczach’.

502. L’emploi d’un adverbe dans la fonction d’attribut qui peut être la source d’un sens équivoque de l’énoncé polonais :

[...] wróciłem gorzej niż byłem wyjechał.
Krasiński, Listy do Augusta Cieszkowskiego, 1858, p. 749.

Sur le modèle français je suis rentré pire que je n’étais parti, pour le polonais ‘w gorszym [l’adjectif épithète] stanie’.

Ou encore

Już źle byłem, kiedyś w Dreźnie mię żegnał. Iza mię w Waszawie widziała bardzo źle.
Krasiński, Listy do Jerzego Lubomirskiego, 1851, p. 559.

51Sur le modèle français Iza m’a vu être très mal / que j’étais très mal, pour le polonais ‘widziała mnie, który wyglądałem bardzo źle / który byłem w złym stanie zdrowia’(Grevisse 1988, p. 1316).

523. L’emploi de l’anacoluthe :

[...] ujrzaną z daleka kobietą, którą myślę zawsze być Tobą.
Krasiński, Listy do Delfiny Potockiej, t. II, 1844, p. 501.

Sur le modèle français que je pense toujours être toi, pour le polonais ‘o której myślę, że jest Tobą (Grevisse 1988, p. 325).

53Cet énoncé de Krasiński comprend encore une autre interférence syntaxique française – la construction dite accusativus cum infinitivo « którą myślę zawsze być Tobą », sur le modèle français cité plus haut, au lieu d’une proposition subordonnée en polonais ‘myślę zawsze, że jest Tobą’(Grevisse 1988, p. 1316). En fait, ces « fautes », entre guillemets, sont les manifestations du parler bilingue. C’est, à mon sens, l’espace dans l’esprit et dans la pratique langagière du bilingue qui se constitue entre l’espace desservi uniquement par sa langue première et l’espace desservi par sa deuxième langue. L’entre-deux-langues (Prieur 2006b, p. 489) est une source du parler bilingue, propre à la personne bilingue – ce sont les marques transcodiques qui le caractérisent, c.à.d. l’alternance et le mélange codique ainsi que les interférences. Il est donc légitime d’évaluer les interférences du point de vue anthropologique, et non normatif, en termes de comportement langagier propre à chaque bilingue actif qui dispose de deux sources langagières et qui puise tantôt dans l’une, tantôt dans l’autre selon ses besoins d’exprimer le monde et soi-même dans une situation nouvelle et selon une stratégie langagière adaptée. Cette stratégie est double : d’une part, celle de séparer, de délimiter deux codes, avec « une ligne de partage », « de démarcation » (ibid.) instaurée dans la conscience du bilingue ; d’autre part celle de rapprocher les deux codes et même de les identifier, avec « une ligne de passage, de combinaison entre les langues » (ibid.) ; par exemple « Zwycięstwo robotników nad mieszczuchami bogatymi i la haute société » (Krasiński, Listy do Delfiny Potockiej, t. III, 1846, p. 132) pour la première stratégie vs ‘Pani L. z wysokiego towarzystwa’ (ibid., p. 74) pour la seconde.

54En revanche la stratégie de l’identification des deux systèmes se manifeste dans les interférences sémantiques, les calques et les interférences syntaxiques. Là, Krasiński ne se soumettait pas à la pression de la norme polonaise, ni à celle du français, qui est d’ordre social (Jacob 1990, p. 150, 231), bien qu’il fût un grand écrivain ! Sur le plan de l’opération consistant à coder le texte de sa correspondance il ne séparait pas sémantiquement les deux langues et par conséquent les mettait en contact : il pensait en français tandis qu’il écrivait en polonais.

4. En guise de conclusion

55Les écrits littéraires de Zygmunt Krasiński « apparaissent comme un espace de tension » mais aussi « de rencontre entre des langues différentes » (Prieur 2006b, p. 485). Ajoutons que les deux langues coexistant chez le même individu qu’était Krasiński, étaient pour lui de statut social et culturel comparable. En entreprenant l’acte d’écrire aussi bien une œuvre littéraire, un texte savant qu’une simple lettre intime, Krasiński s’est heurté à des contraintes découlant de la singularité de chacune des deux langues qu’il employait, comme systèmes linguistiques au sens saussurien du terme, dont le pouvoir sur les usagers est d’imposer ses propres contraintes morphologiques, syntaxiques (Prieur 2007, p. 291), ses contraintes de mots et de constructions de mots, ses contraintes de sens.

56Il y a trois espaces langagiers chez Krasiński : l’espace du polonais, rempli par son œuvre littéraire créée dans un polonais parfait, œuvre éminente, une des plus importantes de l’histoire littéraire polonaise. Puis il y a l’espace rempli par le français, sa « deuxième » première langue, langue de ses écrits en français d’une perfection égale à celle d’un écrivain natif.

57Il y a enfin l’« entre-deux-langues » dont « l’expérience psychique » (Prieur 2006b, p. 489) s’est matérialisée, actualisée dans sa correspondance polonaise, œuvre énorme quantitativement, qui est une manifestation de parler bilingue. C’est un espace où l’auteur met en œuvre des éléments hétérogènes arrachés aux deux langues, donc des éléments par leur nature disparates (Prieur 2006a, p. 111, 115), distincts, incompatibles avec le modèle de description de chacune des deux langues prise dans leur singularité, qui n’auraient pas dû être mis l’un à côté de l’autre, qui n’avaient pas droit de cité dans un même message. Pourtant, dans l’œuvre épistolaire polonaise ces éléments discordants cohabitent, coexistent bel et bien dans un agencement nouveau créant ainsi une totalité nouvelle. Cet espace de l’entre-deux-langues n’avait rien de stable, par contre, il était marqué par la fluctuation entre deux ressources langagières. La langue de la correspondance polonaise de Krasiński a été une réponse à l’expérience de sa vie, la vie ď un bilingue.

  • 12 Voir la notion de francophonie élargie aux écrivains polonais exilés du xxe siècle : J. Nowicki 201 (...)

58Chacune des deux langues de Krasiński est un symbole de son appartenance à une communauté linguistique et culturelle : le polonais à la communauté polonaise, et le français à la communauté francophone. Au sein de chacune de ces communautés Krasiński était chez lui, c.à.d. qu’il était chez lui dans la langue française, sa langue à lui aussi puisqu’il pouvait imposer « son vouloir dire » à cette langue, « y occuper une position de “maîtrise” » (Prieur 2007, p. 295). En tant qu’écrivain créant dans cette langue, il fut le représentant de la francophonie et ceci dès la première moitié du xixe siècle – la francophonie n’est reconnue comme concept linguistique, littéraire et culturel qu’au xxe siècle (Dictionnaire de linguistique 2002, p. 210-211)12. Il appartient à l’histoire de la langue française d’assigner à Zygmunt Krasiński une place à part parmi les écrivains et les intellectuels nés hors de la communauté linguistique française, mais faisant partie de la francophonie cette fois-ci englobant les écrivains de l’Europe médiane pour lesquels le français a été une langue de culture et d’expression artistique.

Haut de page

Bibliographie

Sources des citations de Zygmunt Krasiński

Krasiński Zygmunt. 1928. Listy do Adama Potockiego z przedmową A. Krasińskiego, wydał I. Chrzanowski, Kraków, Gebethner i Wolff.

Krasiński Zygmunt. 1963. Listy do ojca, opracował i wstępem poprzedził Stanisław Pigoń, Warszawa, Państwowy instytut wyd.

Krasiński Zygmunt. 1965. Listy do Jerzego Lubomirskiego, opracował i wstępem poprzedził Zbigniew Sudolski, Państwowy instytut wyd.,Warszawa.

Krasiński Zygmunt. 1970. Listy do Adama Sołtana, opracował i wstępem poprzedził Zbigniew Sudolski, Warszawa, Państwowy Instytut Wydawniczy.

Krasiński Zygmunt. 1971. Listy do Konstantego Gaszyńskiego, opracował i wstępem poprzedził Zbigniew Sudolski, Warszawa, Państwowy instytut wyd.

Krasiński Zygmunt. 1975. Listy do Delfiny Potockiej, t. II et III, opracował i wstępem poprzedził Zbigniew Sudolski, Warszawa, Państwowy instytut wyd.

Krasiński Zygmunt. 1980. Listy do Henryka Reeve, t. I i II, tłumaczenie Aleksandry Olędzkiej-Frybesowej opracował, wstępem, kroniką i notami opatrzył Paweł Hertz, Warszawa, Państwowy instytut wyd.

Krasiński Zygmunt. 1988. Listy do Augusta Cieszkowskiego, Edwarda Jaroszyńskiego, Bronisława Trentowskiego, t. I, opracował i wstępem poprzedził Zbigniew Sudolski, Warszawa, Państwowy instytut wyd.

Krasiński Zygmunt. 1999. Pisma polityczne i filozoficzne, wydał i notami opatrzył Paweł Hertz, Warszawa, Czytelnik, p. 271-275.

Pisma Zygmunta Krasińskiego. Wydanie jubileuszowe. 1912. Wydał J. Czubek, t. VII, Pisma filozoficzne i polityczne ; t. VIII, Utwory francuskie (1830-1832), część I, oryginały, Kraków, G. Gebethner i Spółka, Warszawa, Gebethner i Wolff.

Références bibliographiques

Bilinguisme : enrichissements et conflits, actes du colloque organisé à la Faculté des lettres et sciences humaines de l’Université de Toulon et du Var les 26, 27 et 28 mars 1999, réunis par Isabelle Fellici, Paris, 2000, Honoré Champion.

Charaudeau Patrick, Maingueneau Dominique. 2002. Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil.

Clément Jean Stanislas.1964. « Krasinski and France », in : Wacław Lednicki (ed.), Zygmunt Krasinski, Romantic Universalist : An International Tribute, New York, Polish Institute of Arts and Sciences in America, Inc., p. 183-192.

Devilla Lorenzo. 2007. « Marques transcodiques et choix de langues dans les interactions exolingues-plurilingues dans Galanet », in : A. Pinna, s. Cocco, C. Varcasia (eds.), Atti del Seminario Internazionale di Linguistica “Corpora, discorso e stile/Corpora, discourse & style (Sassari, 18-19 maggio 2007)”, Roma, Arcane, p. 1-16.

Dictionnaire de français “Littré” définitions, citations, synonymes, usage… d’après l’ouvrage d’Émile Littré (1863-1877), http://littre.reverso.net

Dictionnaire de linguistique. 2002. Jean Dubois, Mathée Giacomo, Louis Guespin, Christiane Marcellesi, Jean-Baptiste Marcellesi, Jean-Pierre Mével, Paris, Larousse.

Galisson Robert. 1991. De la langue à la culture par les mots, Paris, CLE international.

Geertz Clifford. 2012. Savoir local, savoir global : les lieux du savoir [Local Knowledge. Further Essays in Interpretative Anthropology], trad de ľanglais Denise Paulme, Paris, PUF, (coll. « Quadrige »).

Grévisse Maurice. 1988. Le bon usage : grammaire française, Paris-Gembloux, Duculot.

Grosjean François. 2007. [1997. « Processing mixed language : Issues, findings and models »], « Mieszanie, przetwarzanie językowe – problemy, wyniki i modele », trad. Jacek Suchecki, in : I. Kurcz (ed.), Psychologiczne aspekty dwujęzyczności, Gdańsk, p. 311-339.

Hamers Josiane F. et Blanc Michel. 1983. Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles, Pierre Mardaga.

Hertz Paweł. 1980. « Krasiński i Reeve. Dzieje przyjaźni. Dzieje korespondencji », in : Krasiński, Listy do Henryka Reeve, t. I., tłumaczenie Aleksandry Olędzkiej-Frybesowej, opracował, wstępem, kroniką i notami opatrzył Paweł Hertz, Warszawa, Państwowy Instytut Wydawniczy, p. 5-42.

Jacob André. 1990. Anthropologie du language : construction et symbolisation, Liège-Bruxelles, Pierre Mardaga.

Janion Maria. 1962. Zygmunt Krasiński. Debiut i dojrzałość, Warszawa, Wiedza Powszechna.

Kleiber Georges. 1990. La sémantique du prototype : catégories et sens lexical, Paris, Presses universitaires de France.

Le nouveau petit Robert : dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Paris, Le Robert, 2007.

Le Trésor de la Langue Française informatisé [Le TLFi], http://atilf.fr

Léger Louis. 1903. « La jeunesse de deux idéalistes. Sigismond Krasiński et Henry Reeve », Revue des deux mondes, t. XV, p. 191-211.

Ligara Bronisława. 1987. « Galicyzmy leksykalne w listach Zygmunta Krasińskiego na tle wpływów francuskich w polszczyźnie XIX wieku. (Studium bilingwizmu polsko-francuskiego) », Zeszyty Naukowe UJ, « Prace Językoznwcze », no 86, Kraków, Uniwersytet Jagielloński.

Ligara Bronisława. 2010. « Twórca wobec kontaktów językowych : bilingwizm polsko-francuski Zygmunta Krasińskiego a norma », in : J. s. Gruchała i H. Kurek (red.), Silva rerum philologicarum. Studia ofiarowane Profesor Marii Strycharskiej-Brzezinie z okazji Jej jubileuszu, Kraków, Księgarnia Akademicka, p. 181-191.

Ligara Bronisława. 2014. « Bilingwizm w tekście zapisany », część II : Wykładniki transkodowe, gatunki, LingVaria IX, 2014/2, 18, p. 139-174.

Lüdi Georges. 1987. « Les marques transcodiques : regards nouveaux sur le bilinguisme », in : G. Lüdi (éd.), Devenir bilingue – parler bilingue, actes du 2e colloque sur le bilinguisme, Université de Neuchâtel, 20-22 septembre 1984, Tübingen, Max Niemeyer verlag, p. 1-21.

Lüdi Georges, Py Bernard. 2003. Être bilingue, Berne, Peter Lang.

Nowicki Joanna. 2012. « L’apport de la culture polonaise à l’Autre Francophonie », in l’Enseignement du polonais en France. Troisièmes Assises 2012, publiées sous la direction de Kinga Siatkowska-Callebet et Anna Synoradzka-Demarde, Warszawa-Paris, p. 208-216.

Piccardo Enrica. 2012. « Médiation et apprentissage des langues : pourquoi est-il temps de réfléchir à cette notion ? », Études de linguistique appliquée (ELA), no 167, La médiation linguistique : entre traduction et médiation des langues vivantes, coordonné par Joëlle Aden et Dirk Weissmann, p. 285-297.

Prieur Jean-Marie. 2006a. « Contact de langues et positions subjectives », Language et Société, no 116, Le “scandale” du bilinguisme : langues en contact et plurilinguismes, p. 111-118.

Prieur Jean-Marie. 2006b. « Des écrivains en contact des langues », Études de linguistique appliquée (ELA), no 144, Appropriations des langues et attitudes linguistiques, p. 485-492.

Prieur Jean-Marie. 2007. « Linguistique et littérature face à la langue maternelle. Réel, symbolique, imaginaire », Études de linguistique appliquée (ELA), no 147, Arts du langage et publics migrants, p. 289-296.

Weinreich Uriel. 2008. [1963, Languages in Contact. Findings and Problems], Lingue in contatto. Nuova edizione a cura di V. Orioles, trad. G. R. Cardona,Torino, UTET Università.

Weintraub Wiktor. 1964, « Krasiński and Reeve », in : Wacław Lednicki (ed.), Zygmunt Krasinski, Romantic Universalist : An International Tribute, New York, Polish Institute of Arts and Sciences in America, Inc., p. 17-54.

Haut de page

Notes

1 Voir « Littératures bilingues » et « Autres littératures bilingues », in Bilinguisme : enrichissements et conflits, Isabelle Felici (éd.), Paris, Honoré Champion, 2000, p. 163-271.

2 « For facility of style and grammatical correctness, Krasiński certainly stands in the front ranks of those great foreign authors who have also written in French. » (Clément 1964, p. 185).

3 Pisma Zygmunta Krasińskiego. Wydanie jubileuszowe. Wydał J. Czubek, t. VIII, Utwory francuskie (1830-1832), część I. Oryginały, Kraków, G. Gebethner i Spółka ; Warszawa, Gebethner i Wolff, 1912.

4 [Zygmunt] Krasiński, Listy do Henryka Reeve, t. I-II. Tłumaczenie Aleksandry Olędzkiej-Frybesowej opracował, wstępem, kroniką i notami opatrzył Paweł Hertz, Warszawa, Państwowy Instytut Wydawniczy, 1980.

5 Pisma Zygmunta Krasińskiego. Wydanie jubileuszowe, wydał J. Czubek, t. VII : Pisma filozoficzne i polityczne, Kraków, G. Gebethner i Spółka, Warszawa, Gebethner i Wolff, 1912. Inclut : le mémoire adressé à François Guizot (ministre des Affaires étrangères) intitulé Deux puissances…, p. 169-191 ; la « Lettre ouverte à M. le Comte de Montalembert » à propos de son discours sur la Pologne prononcé le 21 janvier 1847, à la Chambre des Pairs, p. 193-215 ; le « Mémoire au Pape Pie IX », p. 239-269 ; le « Mémoire à l’empereur Napoléon III », p. 313–330 ; la lettre ouverte polémique « Lettre à M.A. de Lamartine » à propos ď un passage relatif à la Pologne, dans le second volume de son Histoires des Girondins, p. 217-229 ; les lettres concernant la politique actuelle (« Lettre à M. le Comte Louis Mastai », p. 285-292 ; deux lettres à « Mme la Grande-Duchesse de Baden Stéphanie », p. 293-311) ; le « Recueil d’ukases et d’ordonnances dirigés contre la nationalité polonaise, sous le règne de ľ empereur Nicolas », p. 331-370 ; le fragment historiosophique « Souvenirs pour Adzio » , p. 231-237 ; le texte philosophique « De l’éther », p. 149-158.

6 Toutes les citations ont été extraites de Pisma Zygmunta Krasińskiego, t. VII, ibid.

7 Il est à noter que certains textes que Krasiński a écrit à l’origine en polonais, n’ont été sauvegardés que résumés et partiellement autotraduits dans sa correspondance avec Henry Reeve. Tel est le cas d’une œuvre en prose « Adam Szaleniec – Adam le Fou » (Krasiński, Listy do Henryka Reeve I, 1831, p. 200-204, 218-221, 231-232, 262-265, 287-290, 307-309) et du “genre fantastique” intitulé Vision cité ci-dessus (ibid., p. 365-371). Les manuscrits polonais originaux ont péri.

8 « Pierwsze posłuchanie u Napoleona III », in : Zygmunt Krasiński, Pisma polityczne i filozoficzne, wydał i notami opatrzył Paweł Hertz, Warszawa, 1999, p. 271-275. L’audience a duré de trois quarts d’heure à une heure.

9 « Drugie posłuchanie u Napoleona III », ibid., p. 281-287.

10 Voir l’item Colinguisme dans Charaudeau P., Maingueneau D., 2002, p. 100-101.

11 Pour les unités lexicales françaises et leur sens je me réfère aux dictionnaires suivants : le Littré, le Trésor de la Langue Française (ces deux dictionnaires englobant le français du xixe siècle) ainsi que Le nouveau petit Robert (2007).

12 Voir la notion de francophonie élargie aux écrivains polonais exilés du xxe siècle : J. Nowicki 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bronisława Ligara, « Une vie dans deux langues, le bilinguisme polonais-français de Zygmunt Krasiński à la lumière de son œuvre épistolaire et littéraire »Revue des études slaves, LXXXVI-4 | 2015, 427-445.

Référence électronique

Bronisława Ligara, « Une vie dans deux langues, le bilinguisme polonais-français de Zygmunt Krasiński à la lumière de son œuvre épistolaire et littéraire »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-4 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 28 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.744

Haut de page

Auteur

Bronisława Ligara

Université Jagellone, Cracovie

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search