Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVI-4Analyse sémantique des emplois de...

Analyse sémantique des emplois de takže et tože en russe contemporain

Semantic Analysis of the Use of takže and tože in Contemporary Russian
Tatsiana Vavula
p. 471-490

Résumés

L’article est consacré à l’analyse sémantique de deux mots du russe contemporain, takže et tože, associés à la notion d’identité qui représentent une difficulté pratique bien connue chez les apprenants de la langue russe. Deux explications de différents emplois de takže et tože seront proposées : la première est basée sur le découpage thématique (thème/rhème), et la seconde, fonctionnelle, s’inscrit dans la recherche d’un invariant fonctionnel et opérationnel pour chaque marqueur étudié.
Notre analyse de takže et tože (conjonctions/adverbes/particule) a permis de montrer que, dans ces trois emplois, une même sémantique est à l’œuvre pour chaque marqueur. On peut parler d’une sémantique « additive » pour takže et d’une sémantique « associative » pour tože.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le présent article est consacré à l’analyse sémantique de deux mots du russe contemporain, takže et tože, associés à la notion d’identité (souvent traduits en français par “aussi” ou “également”). Ces unités représentent une difficulté pratique bien connue chez les apprenants de la langue russe ; elles ont fait l’objet d’un certain nombre d’études linguistiques tant en Russie qu’à l’étranger (cf. A. Peškovskij, E. Padučeva, J. Apresjan, D. Markowicz, D. Paillard).

2L’emploi fréquent de l’adverbe aussi, en français, la synonymie partielle entre takže et tože et l’homonymie existant entre takže/tak že et tože/to že entraînent des erreurs dans l’emploi de ces quatre mots par les non russophones (cf. fréquente utilisation de tože à la place de takže, de tak že (adverbe + particule) au lieu de takže.

  • 1 A. Boulanger, Pratique de la traduction russe, Paris, Ophrys, 2000, p. 50-51.

3Dans les grammaires et manuels français (cf. Anne Boulanger1), takže et tože sont considérés comme adverbes :

Takže exprime une accumulation par un même sujet d’actions différentes ou de compléments différents à son action et peut souvent être remplacé par « ešče » (« encore », « en plus »).
Tože exprime une identité d’action ou d’état entre deux sujets différents ; employé avec un verbe à la forme négative il correspond alors au français « non plus ».

  • 2 Словарь современного русского литературного языка (1948-1965), Moskva – Leningrad, Akademija nauk S (...)

4Dans les dictionnaires russes2, takže et tože sont présentés en tant que conjonctions de coordination à valeur adjonctive (prisoedinitel′nye sojuzy), adverbes (narečija) ou particules (časticy). De plus, ils sont opposés aux locutions adverbiales et pronominales tak že, (kak i) et to že, (čto i) étant donné que leur interprétation diffère complètement de celle de takže et tože.

  • 3 Le thème est défini comme le point de départ de l’énoncé, comme ce dont on parle. Il véhicule les in (...)
  • 4 Le rhème constitue ce que l’on dit à propos du thème ; il transmet les informations nouvelles.

5Nous essaierons de prouver que dans cette diversité catégorielle, les deux marqueurs ont chacun leur propre sémantique. Deux explications de différents emplois de takže et tože seront proposées : la première est basée sur le découpage thématique (thème3 / rhème4), et la seconde, fonctionnelle, s’inscrit dans la recherche d’un invariant fonctionnel et opérationnel pour chaque marqueur étudié. Nous considérons que pour comprendre le fonctionnement de takže et tože, il faut découvrir les opérations qui nous permettent de les employer.

6Notre article donne une comparaison du fonctionnement des deux unités au seul niveau où il est parfois possible de les départager : non pas celui de la phrase isolée, mais de l’énoncé contextualisé/contextualisable (pouvant être remis dans son contexte).

7Enfin, l’importance de la prosodie, de la portée et de l’ordre des mots dans l’énoncé où figurent takže et tože sera obligatoirement relevée. Ces paramètres sont indispensables pour le choix de la forme appropriée, ainsi que pour la bonne interprétation de l’énoncé en général.

1. Quelle catégorie grammaticale pour takže et tože : conjonction, adverbe ou particule ?

8En russe comme en français, on observe des hésitations entre les catégories grammaticales, ou encore des transferts des mots d’une partie du discours dans une autre. Par exemple, certains mots peuvent réunir en eux-mêmes la signification d’une conjonction mais relèvent d’autres parties du discours et les grammaires les classent en différents groupes. C’est le cas de takže et tože qui sont classés aussi bien comme conjonctions, adverbes ou particule.

  • 5 A. M. Peškovskij, Русский синтаксис в научном освещении, Moskva, Učpedgiz, 1956, p. 477.

9Ainsi, selon Peškovskij5, les adverbes takže et tože peuvent servir à coordonner des propositions lorsqu’ils ont acquis une nuance conjonctive (sojuznyj ottenok). Ils peuvent aussi jouer un rôle d’auxiliaire de conjonction (vspomo-gatel′nuju sojuznuju rol′) lorsqu’ils accompagnent une conjonction « a », « i » ou « no » (cf. a ta takže, i takže », no tože).

10Nous considérons que takže et tože, qu’ils soient examinés comme conjonctions de coordination ou adverbes imposent une réinterprétation d’un segment antécédent et spécifient qu’il existe entre le segment qui les précède et celui qui les suit une certaine relation, que nous essaierons de définir.

1.1. Takže et tože : conjonctions de coordination

11Traditionnellement en grammaire russe, on distingue deux types de coordination : la coordination à l’intérieur de la proposition (coordination des membres de l’énoncé) et la coordination dans la phrase complexe :

  • 6 R. Comtet, Grammaire du russe contemporain, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 37 (...)

La conjonction de coordination permet de mettre en relation des membres d’une même classe du discours, des syntagmes, des propositions, quand ces unités assument une fonction identique dans l’énoncé, relevant du même niveau d’analyse6.

12Pour être coordonnés, les membres d’une proposition doivent être « homogènes » ou « similaires » (odnorodnye členy predloženija), jouer le même rôle syntaxique dans l’énoncé. La coordination de plusieurs membres dans le même énoncé implique la présence d’un lien entre eux soutenu par divers éléments : un sujet commun, un même temps verbal, une proximité sémantique, etc. Ainsi, des syntagmes entiers peuvent être coordonnés, à condition, qu’ils aient la même construction syntaxique.

  • 7 Peškovskij, op. cit.

13Peškovskij7 rappelle que les conjonctions de coordination permettent de constituer un « ensemble complexe » (složnoe celoe) ; ils relient aussi deux propositions après une « pause disjonctive » (razdelitel′naja pauza).

  • 8 J.‑P. Sémon, « Les conjonctions de coordination et la construction du sens », in Revue des études s (...)

14D’après Jean-Paul Sémon, « toute conjonction de coordination informe une relation de disparité donnée entre l’avant-texte et le segment de texte qu’elle introduit et déclenche la recherche des éléments qui l’actualisent. Cette disparité peut ressortir à des domaines différents : référentiel, logique, énonciatif ou simplement discursif8 ».

15Examinons quelques emplois des conjonctions takže et tože qui, d’après les dictionnaires, « sont synonymes lorsqu’elles marquent une proximité, une égalité, introduisent des objets, actions ou propriétés semblables ».

16Les deux cas sont distingués :

     1) Adjonction d’un (des) membre(s) à l’intérieur de l’énoncé ;

     2) Adjonction d’une proposition dans la phrase complexe.

17Lorsque takže et tože relient les membres similaires d’une phrase simple, ils se placent devant l’élément à comparer :

(1)

Олег был хорошим другом, учился также хорошо9. [takže ≈ tože]

Oleg était un bon ami, c’était aussi un bon élève.

18Dans cet exemple, takže relie les membres de la même phrase : les prédicats byt′ drugom et učit′sja. Les prédicats sont comparés et se rapportent au sujet de la phrase (Oleg). Ainsi, nous avons deux états qui caractérisent le même sujet, d’où l’emploi de takže.

19Les deux prédicats partagent la même caractéristique exprimée par l’adjectif qualificatif épithète xorošij dans la première partie de l’énoncé et par l’adverbe de manière xorošo dans la seconde partie. Si l’emploi de tože est possible dans cet exemple, c’est parce qu’on peut associer cette caractéristique d’ « être bon » à un sujet dédoublé, considéré de deux points de vue différents : « Oleg en tant qu’ami » et « Oleg en tant qu’élève ».

20Ainsi, l’interprétation de l’énoncé avec takže n’est pas synonyme mais différente de celle avec tože et nécessite un contexte énonciatif plus large qui puisse mettre en évidence les deux points de vue distincts dans la perception du sujet dédoublé, auquel a été associée la même caractéristique.

21Examinons à présent les phrases complexes constituées de deux propositions coordonnées, reliées entre elles par les conjonctions takže et tože, dans leur emploi a priori synonymique :

  • 10 Tous les exemples sans référence sont construits par l’auteur de l’article.

(2)
 

Мы уже решили эту проблему, наши коллеги также получили положи-
тельные результаты 10. [takže tože]

Nous avons résolu ce problème, nos collègues aussi ont obtenu des résultats positifs.

(3)

Она терялась в догадках, они тоже ничего не могли понять. [tože takže]

Elle se perdait en conjectures, eux, non plus, ne comprenaient rien.

22Dans (2), la conjonction takže coordonne deux actions similaires : rešili ètu problemu et polučili položitel′nye rezul′taty. Ces actions sont effectuées par deux sujets différents : my et kollegi qui gardent néanmoins un lien professionnel, d’où l’emploi de l’adjectif possessif naši. Takže ajoute une action comparable à celle qui est exprimée dans la première proposition coordonnée. Si on remplace takže par tože, les deux actions seront associées et formeront un tout. Dans ce cas-là, on aura une seule action effectuée par deux sujets, l’interprétation qui expliquera l’emploi de tože.

23Dans (3), la conjonction tože reprend la même action en la reformulant pour l’associer ensuite à deux sujets différents : ona et oni. En employant takže, l’accent est mis plutôt sur la non-simultanéité des deux actions comparées. Ainsi, la seconde action (ničego ne mogli ponjat′) s’ajoutera à la première (terjalas′ v dogadkax).

24Dans ces deux exemples, l’emploi des conjonctions takže et tože est obligatoire, on ne peut pas les omettre sans modifier le sens de l’énoncé. Cependant, la substitution par la conjonction « i » placée avant le sujet de la seconde proposition coordonnée est tout à fait possible : […], i naši kollegi polučili položitel′nye rezul′taty ; […], i oni ničego ne mogli ponjat′.

25Les énoncés suivants nous permettent d’analyser takže et tože dans leurs emplois encore plus éloignés sémantiquement, où la substitution d’un marqueur par l’autre est incorrecte. Dans l’exemple (4), takže relie les membres similaires d’une phrase simple. Il est précédé de la conjonction « a » ayant le sens de vmeste s tem, odnovremenno (en même temps).

  • 11 M. Kozlova, « Свобода совести и светскость государства : проблемы и решения », in Адвокат, 2004, ht (...)

(4)
 

В конференции приняли участие общественные и культурные организации,
а также представители Русской православной церкви 11.

Les associations sociales et culturelles, ainsi que les représentants de l’Église orthodoxe russe ont participé à la conférence.

26Takže instaure une relation sérielle. L’opération marquée par takže peut être résumée ainsi : « la séquence antécédente est considérée comme non exhaustive d’une série – en voici le dernier élément ».

27Quant à la conjonction tože reliant les membres similaires d’une phrase, elle reprend généralement un élément (ici, adjectif épithète) pour accentuer la similitude entre deux objets, propriétés ou actions :

(5)
 

Ниночка рядом – в чёрном пальто, из-под пальто – белое шёлковое платье,
тонкий, тоже белый, шарфик.

Ninočka est à côté – elle porte un manteau noir, en dessous – une robe blanche en soie et une petite écharpe fine, blanche, elle aussi.

28Plat′e (une robe) et šarfik (une écharpe) sont décrits comme ayant la même couleur blanche. Ainsi, deux objets sont liés par la même propriété, ce qui explique l’emploi de tože.

29Enfin, dans les phrases complexes, le marqueur takže se place habituellement devant l’élément de la proposition coordonnée qu’il ajoute, et il peut être remplacé par : v ravnoj mere, ravnym obrazom (également, de même) :

(6)

Я должен зайти в магазин, на почту, мне надо также позвонить родителям.

Je dois passer à la boutique, à la poste, il faut aussi que j’appelle mes parents.

30La conjonction takže insère une action supplémentaire qui s’inscrit dans une série chronologique, ce qui nous permet d’analyser cet énoncé de la même façon que l’exemple (4). Les différentes actions se succèdent et se rapportent au même sujet logique qui est le locuteur.

31Le choix entre takže et tože coordonnant des membres similaires dans une phrase simple ou des propositions dans une phrase complexe se fait selon que le locuteur insiste sur l’identité de l’action accomplie par deux sujets ou sur l’accumulation des sujets accomplissant une action donnée ou des circonstances de l’action. Dans une relation sérielle où le locuteur souligne l’accumulation, takže est coordonné au terme précédent de l’énumération par la conjonction « a » (cf. ja pišu, čitaju, a takže slušaju muzyku… (j’écris, je lis et j’écoute aussi de la musique…). Quant à la conjonction tože, elle place le dernier terme de l’énoncé sur un plan d’égalité avec les précédents et ne peut leur être coordonnée que par la conjonction « i », cf. : ja pišu, čitaju, i on tože (pišet, čitaet) (j’écris, je lis, lui aussi, (il écrit, il lit…).

2.2. Takže et tože : adverbes

32Classés par les dictionnaires en tant qu’adverbes, taže et tože ne coordonnent plus les membres d’une phrase simple ou les propositions d’une phrase complexe, mais précisent les circonstances dans lesquelles se déroule l’action présentée par le verbe.

33En fonction du contexte, les adverbes taže et tože peuvent être remplacés par leurs synonymes, d’autres adverbes ou locutions : odnovremenno, vmeste s tem, ravnym obrazom, v ravnoj stepeni, v ravnoj mere, takim že obrazom, stol′ že. Parmi les synonymes qui se rapprochent davantage de tože, citons : ravno kak, v svoju očered′, opjat′ že. Quant à l’adverbe takže, il a pour équivalents : vdobavok, ešče, k tomu že :

  • 12 V. V. Putin, « Заявление для прессы по окончании российско-мексиканских переговоров », in Дипломати (...)

(7)
 

Хотел бы также отметить, что перечисленными проектами наши контракты
в сфере экономики не ограничиваются12.

Je voudrais également préciser que nos relations dans le domaine de l’économie ne se limitent pas aux projets qui viennent d’être cités.

34Dans cet exemple, l’adverbe takže peut être remplacé par ešče ou k tomu že (en plus) pour exprimer l’idée d’ajout. En effet, le locuteur ajoute une nouvelle information à ce qu’il a dit précédemment en employant takže. De cette façon, il fait le lien entre ses propos en affirmant que l’idée qu’il introduit ne ressemble en rien à ce qui a été exprimé auparavant.

35L’adverbe tože, quant à lui, marque le rappel, l’anaphore du substantif, de l’adjectif ou du verbe : l’objet, la qualité ou l’action ont déjà été prédiqués. On les mentionne à nouveau, puis on pose un nouveau rapport prédicatif.

  • 13 La conjonction « i » placée devant tože a été étudiée par D. Paillard, dans « I conjonction et part (...)

36Dans l’exemple suivant, la conjonction « i »13 précède l’adverbe tože, les deux se rapportant au même élément, déjà présent dans l’énoncé précédent et repris par le pronom personnel :

(8)
 

Про Крупова милиция не знает. И он тоже не догадывается, что его могут
подозревать14.

La police ne sait rien sur Krupov. Et lui non plus, n’imagine pas qu’il pourrait être soupçonné.

37Dans cet exemple, la conjonction « i » introduit un second terme Z on (lui) (déjà désigné dans l’énoncé précédent par le substantif Kroupov) et le met en relation avec un premier terme X milicija (police) en le définissant comme comparable à celui-ci. En revanche, Z, mis en relation avec X, forme un tout avec ce dernier : chaque terme conserve sa visibilité propre, ce qui est la conséquence du fait que X et Z relèvent de deux relations prédicatives distinctes (ne znaet vs ne dogadyvaetsja).

38On a successivement « i » puis tože en relation avec le même terme Z on (lui). On notera que « i » précède Z alors que tože suit Z. On ne peut pas avoir l’ordre inverse *tože on i, car avant d’être comparé à X par tože, l’élément Z a besoin d’abord d’être introduit dans le nouvel énoncé par « i ».

39D’autre part, la conjonction « i » ou l’adverbe tože peuvent être omis, mais pas les deux à la fois :

(8a)

[…] И он не догадывается, что его могут подозревать.

(8b)

[…] Он тоже не догадывается, что его могут подозревать.

40Lorsqu’on supprime tože, c’est la conjonction « i » qui assume la valeur « comparative ». On aura alors l’interprétation de « i » à valeur de « aussi » (avec la négation, « non plus »).

41En résumé, si la conjonction « i » introduit Z (on) en le mettant en relation avec des termes déjà évoqués, tože spécifie ce qui est prédiqué de Z comme étant la même chose que ce qui est prédiqué de X (milicija). Compte tenu du fait que X et Z appartiennent à deux relations prédicatives distinctes, tout en étant comparable à X (il vérifie une même propriété), le terme Z conserve une certaine autonomie. Chaque terme conserve sa visibilité propre et se traduit sur le plan prosodique par une intonation contrastive.

2.3. La particule tože

42Quand il est adverbe, tože se rapporte au prédicat, tandis que, comme particule, il peut intéresser tous les éléments de l’énoncé qu’il soit seul ou associé à d’autres particules.

43La particule tože est considérée par les dictionnaires (cf. tolkovyj slovar′ Ušakova15) comme modal′naja častica (particule modale). Elle est utilisée surtout dans le langage parlé et permet d’exprimer une modalité ou attitude du locuteur. Malgré son caractère subjectif, elle ne peut être ignorée sans que le sens général de l’énoncé n’en soit significativement modifié. Rappelons que le sens de cette particule modale doit s’appréhender en fonction du contexte.

44Tože exerce deux fonctions complémentaires, dont l’une est déterminée par sa composante sémantique (y compris la relation avec les autres éléments qui forment l’énoncé), et l’autre plutôt pragmatique.

45Tout d’abord, tože renvoie à ce qui a été dit antérieurement. Elle introduit un nouvel élément qu’elle compare, assimile au précédent :

(9)

Ведь вот, тоже, табак – знаю, что вредно, а отстать не могу16.

Et pourtant, prenons le tabac, je sais que c’est dangereux, mais je n’arrive pas à le lâcher.

46Ici, la particule tože sert à poser comme une évidence la certitude du locuteur que ce qu’il va dire est déjà connu de l’interlocuteur, ou bien est déductible des faits donnés, qui correspondent à la situation communicative. Avec les particules ved′ vot qui précèdent tože, toutes placées au début de l’énoncé, le locuteur veut, de quelque façon, se garantir l’approbation ou la participation des autres à son savoir.

47Dans son second emploi, la particule tože ne peut être interprétée que dans un contexte d’énonciation large. Elle marque les intentions du locuteur en lui permettant d’« agir » sur ses interlocuteurs. Tože exprime le mécontentement ou le manque de confiance du locuteur envers une personne, une action ou un événement. Elle met en doute les droits qu’une personne pourrait avoir, la fonction qu’elle pourrait occuper. Ainsi, on doit interpréter l’exemple (10) comme : kak esli by ty v samom dele byl komandirom ; kak esli by ty dejstvitel′no imel pravo komandovat′ (comme si tu avais vraiment le droit de me commander) :

  • 17 A. Lyxvar, Не ревновать !, p. 61, http://rulit.net/books/

(10)
 

– Я же сказал, чтобы ты сидел, – крикнул Санта.
Тоже мне нашёлся, командир, – ответил Лосон17.

– Je t’ai pourtant dit de t’asseoir, – cria Santa.
– Pour qui tu te prends ! T’as pas à me commander, toi ! – répondit Loson.

48On se sert de la particule tože dans sa fonction de commentaire. Les réactions de commentaire introduites par tože ont une connotation négative et peuvent être traduites par d’autres particules synonymes : vot ešče !, vot novosti ! vot tebe raz !, vot tebe па !

49Pour résumer, on constate que tože exprime deux valeurs différentes qui dépendent, avant tout, de la connotation, respectivement négative et positive, de l’argument introduit par cette particule modale.

3. Les différences sémantiques entre takže et tože

50Le marqueur takže introduit une information nouvelle dans l’énoncé en l’associant à un élément déjà donné, provenant de l’énoncé précédent. Ainsi, takže instaure une relation entre le même sujet et plusieurs actions qu’il réalise, ou plusieurs états, propriétés qui le caractérisent :

    X fait (est, a…) A.

    X takže fait (est, a…) B.

51Contrairement à takže, tože reprend l’action, l’état ou la propriété donnés dans l’énoncé précédent pour les attribuer à un nouveau sujet. Ainsi, nous avons deux sujets qui peuvent être comparés car ils partagent les mêmes caractéristiques :

    X fait (est, a…) A.

    Y tože fait (est, a…) A.

52Dans cette optique, takže et tože marquent une relation entre deux, voire, plusieurs éléments dans l’énoncé (X et B (B1, B2…) ; Y et A (A1, A2)) ; de plus, ils renvoient à la sémantique de l’énoncé précédent. Par conséquent, ce sont des relateurs aux multiples champs d’action.

3.1. Le découpage thématique : thème vs rhème

53La détermination du thème et du rhème dans un énoncé suppose une certaine logique de l’expression. L’énoncé ne peut être isolé de celui qui le précède, que l’on soit dans une situation de dialogue ou dans une narration. En d’autres termes, thème et rhème ne prennent leur signification qu’à l’intérieur d’un lien sémantique entre les énoncés.

  • 18 E. V. Padučeva (1989), « Тоже и также : взаимоотношение актуального членения и ассоциативных связей (...)

54D’après Padučeva18, la forme tonique tože et la forme atone takže servent d’une part, à créer des liens relationnels entre le thème et le rhème de l’énoncé dans lequel elles sont employées, et d’autre part, renvoient au thème et au rhème de l’énoncé précédent.

55Rappelons que le thème c’est ce qui est donné ou supposé être donné, c’est-à-dire non porteur d’information pertinente ou nouvelle ; il est placé en position initiale et séparable de la suite de l’énoncé par une pause virtuelle. Le rhème, quant à lui, est un élément qui apporte une information nouvelle et qui est mis le plus souvent en fin de l’énoncé. Le rhème est porteur de l’accent de phrase, qui marque aussi la modalité de l’énoncé.

56Selon Padučeva, tože est employé lorsque le rhème de l’énoncé entre en relation de « similitude » ou de « correspondance » (sxodstvo) avec le rhème ou le thème de l’énoncé précédent, et le thème de l’énoncé entre en relation d’« opposition » (protivopostavlenie) avec le thème ou le rhème de l’énoncé précédent.

57On peut en déduire que l’emploi de tože est soumis aux deux conditions suivantes : le rhème doit correspondre à l’un des éléments de l’énoncé précédent (E0) et le thème doit s’y opposer :

R1

=

(R0/T0)

et

T1

(T0/R0)

­ 

(11)

Она (T0) много читала (R0). Он (Т1) тоже много читал (R1).

Elle lisait beaucoup. Lui aussi lisait beaucoup.

58Dans cet exemple, les deux rhèmes correspondent : R1 = R0 (mnogo čital  = mnogo čitala), et le thème du second énoncé s’oppose au thème du premier : T1 ≠ T0 (on ≠ ona). Il s’ensuit que l’emploi de tože est totalement justifié.

59Examinons un autre énoncé, légèrement plus complexe :

(12)
 

Он гордится (T0) своей дочерью (R0).О своём сыне (T1) он тоже
вспоминает с гордостью (R1).

Il est fier de sa fille. Son fils, il en parle aussi avec fierté.

60Dans cet énoncé thématisé, nous avons une correspondance entre le rhème du second énoncé et le thème du premier : R1 = T0 (vspominaet s gordost′ju = gorditsja), ainsi qu’une opposition entre le thème du premier énoncé et le rhème du premier : T1 ≠ R0 (syn ≠ doč). Au niveau prosodique, tože est porteur de l’accent de phrase, et le thème et le rhème sont séparés par une pause dans les deux énoncés.

61Concernant la forme takže en position atone, elle est employée lorsque le rhème de l’énoncé est en opposition avec le rhème ou le thème de l’énoncé précédent, et le thème de l’énoncé est en relation de similitude/correspondance avec le thème ou le rhème de l’énoncé précédent :

R1

(R0/T0)

et

T1

=

(T0/R0)

­ 

(13)
 

Нужно (T0) сделать одно упражнение (R0). Необходимо (T1) также
подготовиться к экзамену (R1).

Il faut faire un exercice. Il est nécessaire aussi de se préparer à l’examen.

62Nous avons une opposition entre les rhèmes R1 ≠ R0 (podgotovit′sja k èkza- menu sdelat′ odno upražnenie) et la correspondance entre les thèmes T1 = T0 (neobxodimo = nužnо).

  • 19 La thématisation (ou topicalisation) est un procédé linguistique consistant à mettre en tête de phr (...)

63Modifions l’exemple déjà analysé plus haut en utilisant l’opération énonciative de thématisation19 :

(11)

Она (T0) много читала (R0). Читал много (Т1) также и он (R1).

Elle lisait beaucoup, il lisait beaucoup, lui aussi.

64En russe, le rhème mnogo čitala est thématisé dans l’énoncé suivant par le changement de l’ordre des mots. Nous avons déplacé l’élément à thématiser en tête de l’énoncé. T1 correspond à R0 et R1 s’oppose à T0.

65Il s’ensuit que, pour pouvoir employer takže, le rhème devrait être en opposition avec l’énoncé précédent et le thème devrait lui correspondre. Cela permet d’expliquer le fonctionnement de takže et tože lorsque ces derniers ne sont pas synonymes, donc la substitution n’est pas admise :

(14)
 
 

Катя любит (T0) розы (R0). Она также обожает (T1) пионы (R1).
Katia aime les roses. Elle adore aussi les pivoines.
R1 ≠ R0 (piony ≠ rozy) ; T1 = T0 (ona obožaet = Katja ljubit)

(14b)
 

Катя любит (T0) розы (R0). *Она тоже обожает (T1) пионы (R1).
Katia aime les roses. Elle adore aussi les pivoines.

66L’emploi de tože est incorrect car R1 (piony) ne renvoie ni à T0 (Katja ljubit), ni à R0 (rozy). Donc, la règle pour l’emploi de tože n’est pas respectée.

  • 20 L’énoncé est thématisé en français par une dislocation syntaxique avec reprise anaphorique.

(14c)
 

Катя любит (T0) розы (R0). Пионы (T1) она тоже обожает (R1).

Katia aime les roses, les pivoines, elle les adore aussi20.

  • 21 Chez D. Paillard, R1 = Rhj ; R0 = Rhi ; T1 = Thj ; T0 = Thi

67Dans cet énoncé thématisé, R1 = T0 (ona obožaet = Katja ljubit) et T1 ≠ R0 (piony ≠ rozy). Si l’on applique le raisonnement de D. Paillard21 à notre exemple, tože signifie que R1 (obožaet) prédiqué de T1 (piony) est le même que celui qui est prédiqué d’un premier thème T0 (rozy). Tože ne met pas en relation les deux thèmes T1 et T0 (piony et rozy) : il signifie que le passage de T0 à T1 n’entraîne pas (contrairement à ce que l’on pouvait attendre/craindre/souhaiter…) la prise en compte d’un rhème autre que celui qui est prédiqué de T0. D’où la glose : « je dis de T1 (piony) la même chose que ce que je dis de T0 (rozy) dans le contexte gauche ».

  • 22 S. Sakhno, « Thématisation dans les langues flexionnelles : le cas du russe », in Linx. Thème et thé (...)

68Dans de nombreux exemples, le découpage thématique peut nous aider à faire le choix entre les deux formes takže et tože. Cependant, il est peu pratique en cas de difficulté d’identifier le thème dans le contexte. On remarque notamment que le thème peut comporter des éléments d’information nouvelle (cf. Serguei Sakhno22), et que la notion de thème ne correspond pas toujours exactement à celle de « connu », ni à celle de « donné » dans certains cas.

  • 23 Christine Bonnot, « Pour une définition formelle et fonctionnelle de la notion de thème (sur l’exemp (...)

69La différence entre « donné » et « connu » a été opérée par W. Chafe (1976) et reprise par Christine Bonnot23 : « sont “connus” tous les éléments dont les référents sont supposés faire partie du stock de connaissances du destinataire, alors que ne sont “donnés” que les quelques éléments dont les référents sont supposés présents à son esprit au moment de l’énonciation ». Ainsi, le caractère « donné » ou « non donné » d’un élément n’est pas un fait objectif, mais dépend de l’appréciation portée par le locuteur sur l’état d’esprit de son destinataire.

70Dans l’exemple (15), il est difficile d’expliquer l’emploi de tože par l’opposition thème/rhème :

(15)

Он (T0) был умён (R0), но он (T1) был и ловок↓ (R1) тоже.

Il était intelligent, mais il était également agile.

71Nous avons toutes les conditions requises pour l’emploi de takže (R1 ≠ R0 (byl lovok ≠ byl umën) ; T1 = T0 (= on), et pourtant c’est bien tože qui est employé. De plus, tože est postposé au rhème et ne porte pas nécessairement l’accent de phrase. Enfin, la conjonction « i » est obligatoire et traduit l’idée d’ajout (en plus, avec ceci).

72Il existe donc des contextes dans lesquels l’opposition thème/rhème ne permet pas de rendre compte de la différence de fonctionnement entre takže et tože, ce qui nécessite la recherche d’une autre explication aux différents emplois de nos deux marqueurs.

3.2. L’approche fonctionnelle

73Nous considérons que le choix entre takže et tože ne dépend pas uniquement des relations entre le thème et le rhème mais surtout de l’interprétation souvent implicite et subjective que le locuteur fait du second énoncé en le reliant au premier. Lorsqu’il choisit telle ou telle forme, le locuteur souligne, mais par différents moyens, les éléments qu’il considère essentiels : par association / similitude (ob′′edinenie/sxodstvo) (+ tože) ou par addition (prisoedinenie) (+ takže).

74Nous allons désigner cet « élément essentiel » par Z et nous essaierons de comprendre à chaque fois quelle est la façon choisie par le locuteur pour le mettre en valeur. Nous comparerons non seulement deux énoncés : E1 (où sont employés takže et tože) et E0 (qui précède E1) mais aussi EP (énoncé présupposé) qui est implicite et qu’on doit pouvoir reconstruire pour correctement employer les formes takže et tože.

75Ainsi, les exemples analysés précédemment peuvent relever de deux types de situations :

     1) takže et tože = sémantiquement proches,

     2) takže et tože = deux mots dont le sens est complètement différent.

76Lorsqu’on parle de la proximité sémantique entre takže et tože, les deux moyens de représentation de l’information Z se rapprochent, se chevauchent partiellement mais ne coïncident pas totalement. Takže partage alors certains traits sémantiques avec tože (= k tomu že odnovremenno, v ravnoj stepeni, ravnym obrazom), ou vice versa, en fonction de la fréquence de ce marqueur dans le contexte :

(16)

Все побежали к поезду, и он тоже/также поспешил на платформу.

Tout le monde a couru vers le train, et lui aussi s’est précipité sur le quai.

77Dans cet exemple, les deux formes sont admises. L’élément essentiel Z est marqué par on (il), et le locuteur, en choisissant tože, l’associe au sujet de la proposition précédente X (vse) : Z est similaire à X, car il effectue la même action que X.

78Avec takže, le message du locuteur est légèrement différent : l’accent est mis sur l’action de Z pospešil (se précipita) qui est additionnée à celle de X pobežali (ont couru). Si takže marque la correspondance entre les deux sujets, tože accentue la similitude des deux actions. Tože est plus fréquent dans ce contexte, car c’est son trait sémantique « similitude » qui prévaut sur les autres. Si takže actualise les traits « krome togo » (d’autre part, par ailleurs), « ešče » (et encore, en plus), il se différencie sémantiquement de tože puisqu’il ne partage aucun trait avec ce dernier :

(17)

Мы были во Франции, а также в Италии.

Nous étions en France, mais aussi en Italie.

79La conjonction dite de séparation « a » placée devant takže est employée généralement pour marquer une opposition ou une différence. Ici, elle renforce l’idée d’addition d’un élément distinct Z (Italija) que le locuteur ne veut pas assimiler à X (Francija) mais seulement mettre en parallèle avec lui.

80Nous avons déjà remarqué que parfois, il était difficile de repérer l’élément auquel renvoie Z car il n’est pas exprimé lexicalement dans l’énoncé précédent. Il convient alors de reconstruire l’énoncé présupposé (EP) à l’aide du contexte.

81Prenons l’exemple suivant :

(18)
 
 
 

Мне просто на вас смотреть как-то грустно. Идёте и идёте сквозь эту
грязищу… А так, посидели бы в тепле, послушали бы радио, поболтали с
интересным человеком. Я не альтруист, просто мне тоже скучно так
стоять в этой пробке…24

Ça me fait un peu de peine de vous voir comme ça. Vous continuez à marcher dans cette boue… Au lieu de rester chez vous, au chaud, d’écouter la radio, de discuter avec quelqu’un d’intéressant. Mais je ne suis pas altruiste, moi aussi, cela m’ennuie d’être coincé dans ce bouchon…

82L’interprétation qu’on pourrait faire de cet exemple pour justifier l’emploi de tože est la suivante :

83Le locuteur est immobilisé dans un embouteillage. Il observe les passants d’un air triste, avec compassion, car le temps est mauvais, il fait froid, il y a de la boue par terre. Il les imagine dans de meilleures conditions (chez eux, au chaud…) non pas pour les aider, mais juste parce qu’il se met à leur place et aimerait lui aussi, retrouver un certain confort.

84Au premier regard, on pourrait supposer une correspondance entre deux sujets – le locuteur ja (moi) et les passants vas (vous) – et deux états – stojat′ v probke (être coincé dans un bouchon) et skučno (être ennuyé) (Z) qui caractérisent ces sujets.

85Tože est employé car le locuteur s’associe avec les passants qu’il observe en admettant qu’ils sont dans le même état que lui (d’où sa compassion). Cependant, les passants ne sont pas immobilisés dans le bouchon comme le locuteur, au contraire, ils continuent à avancer, mais vu les conditions météorologiques supposées d’après le contexte, on en déduit qu’il est possible que le locuteur puisse penser que les passants s’ennuient, qu’ils en ont assez de ce temps.

86Ainsi, le locuteur projette son état sur les passants. Dans cette situation tože relie deux états « être ennuyé », l’un exprimé par le contexte (celui qui concerne le locuteur) et l’autre présupposé (celui qui concerne les passants).

4. L’identification d’un invariant fonctionnel

87Pour pouvoir interpréter takže et tože, on doit reconstruire mentalement leur portée, identifier les éléments qu’ils mettent en comparaison, ces derniers n’étant pas toujours explicites. La construction du sens est plus facile, plus simple à concevoir si des opérateurs aussi fréquents que takže et tože exercent chacun une fonction propre et invariante.

88Nous admettons donc la possibilité de dégager un opérateur invariant ou marqueur d’une opération invariante, qui se présente comme un « résumé » des différents emplois de takže et tože dans leurs fonctions de conjonctions, adverbes ou particules. Cet invariant sera défini comme un noyau sémantique abstrait résultant de son interaction avec un environnement donné, ou un cotexte de l’énoncé. D’un point de vue cognitif et conversationnel, le cotexte peut être défini comme l’interprétation des énoncés immédiatement précédents (E0) ou reconstruits (EP), servant ainsi de prémisse à la production d’un énoncé donné (E1).

89Les opérateurs takže et tože agissent sur le cotexte, et, inversement, le cotexte opère sur eux. Il s’agit donc d’une interaction réciproque. Cependant, nous n’acceptons qu’en partie la thèse selon laquelle le sens d’un mot se construit dans l’énoncé : on ne doit pas négliger l’identité sémantique dont chaque mot est doté, même si le rôle des interactions contextuelles dans le sémantisme des unités lexicales est incontestable.

90Nous considérons qu’il existe un invariant souple et fonctionnel qui puisse s’appliquer ou s’adapter à tous les emplois de takže et tože. Il nous permet de déduire de toutes les réalisations contextuelles de takže et tože une seule, la plus générale pouvant comprendre toutes les autres.

91Après avoir analysé les différents emplois de takže et tože, nous proposons de considérer ces derniers comme les opérateurs, mettant en jeu des opérations plus ou moins complexes. La fonction de tože est d’associer ou de marquer la similitude entre l’élément essentiel Z et le(s) énoncé(s) précédent(s) (E0/EP), alors que l’opérateur takže sert à additionner Z à E0/EP.

92Nous poserons donc une relation virtuelle : où takže est un opérateur d’addition et tože est un opérateur d’association des éléments X de l’énoncé zéro ou de l’énoncé présupposé et de Z de l’énoncé 1 :

X (E0/EP)

Image 100002000000001B0000000932CA1ACE.png

takže

/

tože

Image 100002000000001B0000000932CA1ACE.png

Z (E1)

Image 100002000000000D0000002724C0F9E9.png

Image 100002000000000D0000002724C0F9E9.png

Addition

Association

93Le fonctionnement de takže et tože est fondé sur ce schéma opérationnel (SO). Autrement dit, tous les cotextes c’est-à-dire, tous les ensembles d’unités dans lesquels takže et tože manifestent leur rôle, qu’ils soient des adverbes, des conjonctions ou des particules, sont chacun le résultat de l’encodage du même schéma opérationnel. Par conséquent, l’interlocuteur décode ou est censé décoder toujours le même SO dans les cotextes.

94Ainsi, chaque marqueur a son rôle et apparaît dans des environnements avec lesquels il a sa compatibilité. Il est donc normal que, par exemple, les cotextes de takže manifestent une différence avec ceux de tože.

95L’identité de takže et tože est le rôle spécifique qu’ils ont dans la relation articulant X et Z. Cette relation est représentée par un schéma opérationnel (SO) permettant de reconstruire différentes interprétations de takže et tože lors de leur combinaison avec certains éléments du contexte.

96Le schéma opérationnel constitue l’identité de takže et tože, il programme l’ensemble de leurs emplois observables en discours. Le SO décrit le processus dynamique selon lequel takže et tože dont les emplois sont motivés par le contexte, interagissent avec leur cotexte pour créer un sens.

5. L’importance de la portée : prosodie, ordre des mots

97Dans l’analyse des marqueurs takže et tože on doit nécessairement faire face aux problèmes liés à la prosodie. Nous nous limiterons à quelques-uns parmi les faits majeurs en les abordant essentiellement d’un point de vue didactique, dans la mesure où ils constituent une spécificité du russe par rapport au français.

98Les phénomènes prosodiques mais aussi la place dans l’énoncé ont une pertinence directe pour la caractérisation de takže et tože. De plus, tant la position que la prosodie sont l’objet de variations significatives.

99Nous avons étudié le marqueur tože en position tonique (toujours porteur de l’accent de phrase), et takže en position atone. Cependant, ce dernier peut également être accentué et dans ce cas-là, devient sémantiquement proche de tože :

(19)
 

Он никогда не ужинал без жены, ждал её у накрытого стола. Она также
(≈ тоже) не садилась за стол без него.

Il ne dînait jamais sans sa femme, il l’attendait devant la table servie. Elle non plus, ne se mettait pas à table sans lui.

100Les différentes opérations marquées par takže et tože (l’addition et l’association) peuvent expliquer la position tonique de tože et la position atone de takže : avec tože le rhème (R1) n’est pas accentué car il est associé au rhème ou thème de l’énoncé précédent (R0/T0) ; donc c’est le fait même de la similitude marquée par tože qui a besoin d’être souligné par l’accent de phrase, alors qu’avec takže, nous avons l’opération d’addition d’un élément nouveau qui est le rhème (R1), donc, c’est bien le rhème et non pas takže qui est accentué.

101Ainsi, la fonction des paramètres prosodiques dans la segmentation discursive des énoncés où figurent takže (non accentué) et tože (accentué) a un but informatif.

102L’intonation ne peut être dissociée de l’analyse de l’ordre des mots. Il est important de relever, par exemple, la contrainte de positionnement de tože : « tože apparaît toujours à droite de l’élément Z qu’il associe à X » :

(19a)
 

Он никогда не ужинал без жены, ждал её у накрытого стола. *Тоже он
не садилась за стол без него.

103C’est probablement parce que l’apparition même du marqueur tože est conditionnée par cet élément Z. Tože signifie que ce qui est dit au sujet de X est identique à ce qui est dit au sujet de Z. Si X et Z sont associés c’est parce qu’ils partagent la même caractéristique : ils ne dînent pas l’un sans l’autre. L’élément Z doit être construit et identifié avant que l’opérateur tože marque son association à X. C’est l’une des différences principales entre tože de takže : takže, contrairement à tože peut, avec des interprétations différentes, apparaître aussi bien sur la droite que sur la gauche par rapport à Z.

  • 25 Christine Bonnot, « La portée des mots du discours : essai de définition (sur l’exemple du russe mod (...)
  • 26 Le terme de portée est utilisé en linguistique pour désigner le domaine sur lequel un opérateur fai (...)

104La réflexion développée par Christine Bonnot25 sur l’ordre des mots en relation étroite avec les phénomènes prosodiques et le découpage thématique a fait clairement apparaître la nécessité de considérer ces phénomènes en rapport à une théorie de la portée26 du mot. Du point de vue de la portée, trois cas sont distingués :

  • la portée est liée au découpage thématique : le mot porte sur le thème ou le rhème ;

  • le mot porte sur tout l’énoncé ;

  • le mot porte sur un terme de la relation.

105Chaque mot se définit par les différentes portées qu’il peut avoir. Notons que takže et tože peuvent, eux aussi, avoir ces trois types de portée.

106Par exemple, l’énoncé suivant présente une ambiguïté qu’on propose de mettre en évidence en imaginant les contextes possibles pour une telle énonciation (20a) et (20b) :

(20)

Максим также купил подарки.

Maxime a aussi acheté des cadeaux.

(20a)

Максим также купил подарки↓.

[Parmi les diverses activités qu’il a pu avoir,] Maxime s’est occupé de l’achat des cadeaux.

(20b)

Максим также купил подарки↓.

[Parmi les divers achats qu’il a effectués,] il a acheté des cadeaux.

107Dans (20a), takže porte sur le prédicat « kupil podarki », alors que dans (20b), il porte sur le rhème « podarki ».

108En ce qui concerne la position, il importe de distinguer un certain nombre de cas en rapport avec l’appartenance catégorielle des marqueurs takže et tože. Par exemple, dans la fonction de particule, tože ne correspond pas à sa valeur habituelle et change la teneur du message de façon assez considérable en exprimant une méfiance, une critique ou une mise en garde. Cf. Skažeš′ tože ! (Tu parles !) ≠ *Tože skažeš′ !

109En russe, l’ordre des mots est beaucoup plus souple qu’en français, mais n’est pas totalement libre pour autant. Ainsi, les quatre énoncés suivants sont corrects grammaticalement, mais l’information qu’ils donnent n’est pas exactement la même. Les traductions en français nous permettent de comprendre l’interprétation de chaque énoncé :

(21a)

Завтра мы идём тоже↓ в бассейн.

Demain, nous allons aussi à la piscine.

(21b)

Завтра│мы тоже↓ идём в бассейн.

Demain, nous aussi, nous allons à la piscine.

(21c)

Завтра тоже↓ мы идём в бассейн.

Demain aussi nous allons à la piscine.

(21d)

В бассейн тоже↓ мы идём завтра

À la piscine, nous y allons aussi.

110Dans ces exemples, l’adverbe tože est accentué. Il est aussi postposé à un élément (Z) (souligné) qu’il met en valeur et compare à un autre élément (X) du contexte antérieur que l’on peut reconstituer. Nous avons traduit tože par l’adverbe aussi qui a le sens de « également » ou de « en outre, de plus ». Dans ces emplois, il s’écrit à la suite du mot qu’il détermine.

111Le fonctionnement des marqueurs takže et tože qui participent au découpage thématique de l’énoncé, est étroitement lié à certaines structures syntaxiques aussi bien qu’à des faits de prosodie. Par conséquent, leur position dans l’énoncé ainsi que les marques prosodiques doivent être prises en compte de façon aussi systématique que possible.

Conclusion

  • 27 Christine Bracquenier, « Coordination et coordonnants en russe moderne », in : A. Rousseau, L. Begi (...)

112Notre travail a été l’occasion de reprendre la question de l’identité des marqueurs takže et tože face à la difficulté qui caractérise le choix de leur emploi dans différents énoncés. Nous nous sommes interrogée sur la possibilité de dégager un invariant fonctionnel qui puisse motiver le choix de la bonne forme. D’après Christine Bracquenier : « c’est probablement ce trait pertinent qu’il faudrait mettre en avant dans les dictionnaires et dans les pratiques pédagogiques27 ».

113Le fait que la substitution de takže à tože, et vice versa, ne soit pas toujours possible et que là où elle est possible, elle entraîne un changement du sens de l’énoncé prouve que chaque marqueur exerce une fonction propre qui le distingue de tout autre en toutes circonstances. Ainsi, les marqueurs takže et tože imposent chacun par lui-même un sens différent à la relation des termes qu’ils mettent en relation de comparaison.

114Notre analyse sémantique de takže et tože (conjonctions/adverbes/particule) a permis de montrer que, dans ces trois emplois, une même sémantique est à l’œuvre pour chaque marqueur. On peut parler d’une sémantique « additive » (de l’ajout) pour takže et d’une sémantique « associative » (de la similitude) pour tože.

115En effet, tože est employé lorsque le rhème de l’énoncé entre en relation de similitude avec certains éléments de l’énoncé précédent, alors que takže s’inscrit dans la relation où le rhème est en opposition avec le thème ou le rhème de l’énoncé antérieur.

116Le marqueur takže peut être remplacé par ešče ou k tomu že (en plus) pour exprimer l’idée d’une information nouvelle. Tože, quant à lui, marque le rappel, l’anaphore du substantif, de l’adjectif ou du verbe : l’objet, la qualité ou l’action ont déjà été prédiqués.

117La fonction de tože est d’associer l’élément essentiel Z à un autre élément X de l’énoncé précédent, qu’il soit explicite (E0) ou présupposé, reconstruit (EP), alors que l’opérateur takže sert à additionner Z à E0/EP.

118Ainsi, nous avons posé que l’identité de takže et tože est le rôle spécifique qu’ils ont dans la relation articulant X et Z. Cette relation est représentée par un schéma opérationnel (SO) qui permet de reconstruire différentes interprétations de takže et tože et programme l’ensemble de leurs emplois observables en discours.

Haut de page

Bibliographie

Apresjan J. D. 1988. « Типы коммуникативной информации для толкового словаря », in Язык : система и функционирование, Moskva, Nauka, p. 10-22.

Kiseleva K. L. & Paillard D. 1998. Дискурсивные слова русского языка : опыт кон-текстно-семантического описания, Moskva, Meta-text.

Morkovkin V. V. 2001. Объяснительный словарь русского языка. Структурные слова : предлоги, союзы, частицы, Moskva, Astrel′, p. 336-337, 348.

Оžegov S. I. & Švedova N. J. 2001. Толковый словарь русского языка, Moskva, Azbukovnik, 4e éd.

Padučeva E. V. 2009. « Тоже и также : взаимоотношение актуального членения и ассоциативных связей », in Статьи разных лет, Moskva, Jazyki slavjanskix kul′tur, p. 250-259.

Peškovskij A. M. 1956. Русский синтаксис в научном освещении, Moskva, Učpedgiz.

Ščerba L. V. 1957. « O častjax reči v russkom jazyke », in Избранные работы по русскому языку, Moskva, Učpedgiz, p. 80-81.

Bonnot Ch. 1999. « Pour une définition formelle et fonctionnelle de la notion de thème (sur l’exemple du russe moderne) », in la Thématisation dans les langues, actes du colloque de Caen 9-11 octobre 1997, Cl. Guimier (éd.), Bern – Berlin – Frankfurt am Main, p. 15-31.

Bonnot Ch. 2001-2002. « La portée des mots du discours : essai de définition (sur l’exemple du russe moderne) », Cahiers de linguistique de l’INALCO 4, p. 9-30.

Boulanger A. 2000. Pratique de la traduction russe, Paris, Ophrys.

Bracquenier Ch. 2007. « Coordination et coordonnants en russe moderne », in : A. Rousseau, L. Begioni, N. Quayle et D. Roulland (dir.), la Coordination, Presses universitaires de Rennes, Rennes, p. 265-280.

Comtet R. 2002. Grammaire du russe contemporain, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 373.

Fougeron I. 1987. « L’organisation du message dans la phrase assertive russe », in les Particules énonciatives en russe contemporain : ATP Nouvelles recherches sur le langage, (Coll. « ERA 642 » – Laboratoire de linguistique formelle), vol. 1, Paris, Université Paris VII, p. 241-247.

Paillard D. 1984. « I conjonction et particule », in IVe Colloque de linguistique russe, Paris, Institut d’études slaves, p. 257-276.

Paillard D. 1986. « I conjonction et particule : à propos de daže i, i… tože, takže i, i ešče et ešče i », in les Particules énonciatives en russe contemporain : ATP Nouvelles recherches sur le langage, (Coll. « ERA 642 » – Laboratoire de linguistique formelle), vol. 1, Paris, Université Paris VII, p. 153-195.

Paillard D. 1994. « Pour une systématique des mots du discours en russe contemporain », in Revue des études slaves, t. LXVI, fasc. 3, p. 627-642.

Sakhno S. 2006. « Thématisation dans les langues flexionnelles : le cas du russe », in Linx. Thème et thématisation, 55, p. 15-31, http://linx.revues.org/372

Sémon J.‑P. 1994. « Les conjonctions de coordination et la construction du sens », in Revue des études slaves, t. LXVI, fasc. 3, p. 643-668.

Словарь современного русского литературного языка (1948-1965), Moskva – Leningrad, Akademija nauk SSSR, vol. 1-17.

Corpus national de la langue russe, http://ruscorpora.ru/

Haut de page

Notes

1 A. Boulanger, Pratique de la traduction russe, Paris, Ophrys, 2000, p. 50-51.

2 Словарь современного русского литературного языка (1948-1965), Moskva – Leningrad, Akademija nauk SSSR, vol. 1-17 ; S. I. Оžegov & N. J. Švedova, Толковый словарь русского языка, Moskva, Azbukovnik, 4e éd., 2001 ; V. V. Morkovkin, Объяснительный словарь русского языка. Структурные слова : предлоги, союзы, частицы, Moskva, Astrel′, 2001.

3 Le thème est défini comme le point de départ de l’énoncé, comme ce dont on parle. Il véhicule les informations connues, celles qui appartiennent déjà au champ de la conscience au moment de la prise de parole.

4 Le rhème constitue ce que l’on dit à propos du thème ; il transmet les informations nouvelles.

5 A. M. Peškovskij, Русский синтаксис в научном освещении, Moskva, Učpedgiz, 1956, p. 477.

6 R. Comtet, Grammaire du russe contemporain, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, p. 373.

7 Peškovskij, op. cit.

8 J.‑P. Sémon, « Les conjonctions de coordination et la construction du sens », in Revue des études slaves, t. t. LXVI, fasc. 3, 1994, p. 643-668.

9 http://enc-dic.com/ushakov/Takzhe-76170.html

10 Tous les exemples sans référence sont construits par l’auteur de l’article.

11 M. Kozlova, « Свобода совести и светскость государства : проблемы и решения », in Адвокат, 2004, http://ruscorpora.ru/

12 V. V. Putin, « Заявление для прессы по окончании российско-мексиканских переговоров », in Дипломатический вестник, 2004, http://ruscorpora.ru/

13 La conjonction « i » placée devant tože a été étudiée par D. Paillard, dans « I conjonction et particule », in IVe Colloque de linguistique russe, Paris, Institut d’études slaves, 1986, p. 257-276.

14 N. Тrofimova, « Третье желание », in Звезда, 2003, http://ruscorpora.ru/

15 http://dic.academic.ru/contents.nsf/ushakov/

16 http://dic.academic.ru/dic.nsf/ushakov/1054646

17 A. Lyxvar, Не ревновать !, p. 61, http://rulit.net/books/

18 E. V. Padučeva (1989), « Тоже и также : взаимоотношение актуального членения и ассоциативных связей » in : E. V. Padučeva, Статьи разных лет, Moskva, Jazyki slavjanskix kul′tur, 2009, p. 250-259.

19 La thématisation (ou topicalisation) est un procédé linguistique consistant à mettre en tête de phrase l’un de ses éléments (quelle que soit sa fonction) pour en faire le thème de cette phrase.

20 L’énoncé est thématisé en français par une dislocation syntaxique avec reprise anaphorique.

21 Chez D. Paillard, R1 = Rhj ; R0 = Rhi ; T1 = Thj ; T0 = Thi

22 S. Sakhno, « Thématisation dans les langues flexionnelles : le cas du russe », in Linx. Thème et thématisation 55, 2006, p. 15-31, http://linx.revues.org/372

23 Christine Bonnot, « Pour une définition formelle et fonctionnelle de la notion de thème (sur l’exemple du russe moderne) », in la Thématisation dans les langues, actes du colloque de Caen 9-11 octobre 1997, Cl. Guimier (éd.), Bern – Berlin – Frankfurt am Main, 1999, p. 15-31.

24 O. Zueva, « Скажи что я тебе нужна… », in Даша, 2004, http://search.ruscorpora.ru/

25 Christine Bonnot, « La portée des mots du discours : essai de définition (sur l’exemple du russe moderne) », Cahiers de linguistique de l’INALCO 4, 2001-2002, p. 9-30.

26 Le terme de portée est utilisé en linguistique pour désigner le domaine sur lequel un opérateur fait effet.

27 Christine Bracquenier, « Coordination et coordonnants en russe moderne », in : A. Rousseau, L. Begioni, N. Quayle et D. Roulland (dir.), la Coordination, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 265-280.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatsiana Vavula, « Analyse sémantique des emplois de takže et tože en russe contemporain »Revue des études slaves, LXXXVI-4 | 2015, 471-490.

Référence électronique

Tatsiana Vavula, « Analyse sémantique des emplois de takže et tože en russe contemporain »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVI-4 | 2015, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/749 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.749

Haut de page

Auteur

Tatsiana Vavula

Centre de linguistique en Sorbonne (CELISO, EA 7332)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search