Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVII-1“Cose antichissime, e nuove a’ mo...

Cose antichissime, e nuove a’ moderni animi”. Alberti et l’antique selon Vasilij Zubov

‘Cose antichissime, e nuove a’ moderni animi’: Alberti and Antiquity according to Vasilii Zubov
Pierre Caye
p. 53-60

Résumés

Cette étude traite du rapport qu’Alberti entretient avec l’Antiquité, son histoire et ses sources à la fois archéologiques et littéraires, tel que Vasilij Zubov (1900‑1963), le spécialiste russe bien connu de la théorie architecturale humaniste classique, l’a thématisé tout particulièrement dans sa thèse de 1946 : « La théorie architecturale d’Alberti ». Pour Alberti, d’une certaine façon, l’Antique est autant notre futur que notre origine. Il s’agit donc pour lui moins de rendre le présent archaïque ou au contraire de moderniser le passé, que de mettre en évidence l’analogie des phénomènes se rapportant à des époques différentes. Savoir reconnaître le nouveau dans l’ancien et l’ancien dans le nouveau, tel est le trait essentiel qui caractérise le rapport d’Alberti à l’Antiquité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Leon Battista Alberti, Десять книг о зодчестве [De re ædificatoria libri decem], Vasilij P. Zubov (e (...)
  • 2 Leonis Baptistæ Alberti viri clarissimi de re ædificatoria opus elegantissimum et quam maxime utile (...)
  • 3 Zubov, « Список изменений латинского печатного текста, принятых в русском переводе “Десяти книг о з (...)
  • 4 Id., « Примечания к трактату “О зодчестве” » [Commentaires au traité De re ædificatoria], ibid., p.  (...)

1Il n’est pas nécessaire de rappeler à tous ceux qui connaissent l’historiographie russe la place qu’occupe Vasilij P. Zubov dans l’histoire de l’art et, en particulier, dans l’histoire de l’architecture et de sa théorie à la Renaissance. Il n’y a rien de comparable, par exemple, à sa recherche sur le De re ædificatoria, qui reste par bien des côtés encore pionnière, et qui se développe en trois étapes extrêmement cohérentes : d’abord sa traduction en russe du De re ædificatoria en 19351, traduction qui ne se contente pas de reprendre l’édition princeps de Politien de 14852, mais qui propose un certain nombre de corrections judicieuses qu’il liste en détail dans son commentaire de 19373. Ce long commentaire est à Alberti ce que l’édition Elzevir de Johann de Laet de 1649 est au De architectura de Vitruve, i.e. une sorte de livre consulaire, d’encyclopédie albertienne, puisque, outre le commentaire linéaire de 400 pages4, Zubov ajoute trois autres types de textes :

  1. la traduction d’autres textes d’Alberti liés à la question du De re ædificatoria : le De statua, le De pictura, mais aussi la Descriptio urbis Romæ ou les Ex ludis mathematicarum ;

  2. la traduction d’autres sources antiques, médiévales ou renaissantes : des extraits de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, de la Res rustica de Columelle, du De re rustica de Varron (la description de la volière), de la correspondance de Pline le Jeune (description de sa villa Laurentine), mais aussi du De vegetabilibus et plantis d’Albert le Grand ou encore de la Vie de Nicolas V par Giannozzo Manetti ou du De Institutione Reipublicæ de Francesco Patrizzi ;

    • 5 Aleksandr I. Venediktov, « Леон-Баттиста Альберти : биографический очерк » [Léon Battista Alberti. (...)

    une série d’articles interprétatifs signés par Zubov et ses collaborateurs : Gabričevskij, venediktov, Dživelegov5.

  • 6 Zubov, Архитектурная теория Альберти [La théorie architecturale d’Alberti], D. Bayuk (ed.), Sankt-P (...)

2Enfin, près de dix ans plus tard, en 1946, Zubov soutient sa thèse La théorie architecturale d’Alberti6qui fait ainsi la synthèse de plus de quinze ans de recherche et qui ouvre des perspectives radicalement inédites par rapport à l’historiographie de son temps. On ne peut qu’être impressionné par l’amplitude et la rigueur d’une démarche qu’illustre une double caractéristique :

  1. V. P. Zubov est le premier à avoir clairement réinscrit la question architecturale humaniste dans son terreau scientifique et non seulement rhétorique ou esthétique. Son œuvre donne un grand nombre d’éléments qui nous permettent de mieux concevoir ce qu’a pu être l’humanisme scientifique de la Renaissance, ce que j’appelle 1’humanisme du quadrivium, en tant précisément qu’humanisme.

    • 7 Ibid., chap. III, p. 94 chap. XV, p. 372.

    Mieux encore, cette dimension scientifique de l’architecture se trouve à son tour réinscrite dans son terreau culturel, intellectuel et politique : 1’architecture, telle que la conçoit Alberti, devient, selon une expression de Zubov, « sociomorphe7 », autrement dit elle crée un ordre symbolique et anthropologique, de sorte que Zubov réconcilie autour de l’architecture albertienne les deux termes de la culture et du savoir : l’humanisme littéraire et l’humanisme scientifique. On comprend mieux, grâce à la thèse de Zubov, l’importance épistémologique incomparable de l’architecture à la Renaissance.

3Ce n’est pas le lieu de développer cette double approche qui conditionne la constitution de l’architecture comme objet symbolique privilégié de la culture, pour ne pas dire de l’épistémè, de la Renaissance.

  • 8 Ibid., p. 73-95.

4Mon étude se contentera de reprendre une question en quelque sorte préjudicielle, le rapport qu’Alberti entretient avec l’Antiquité, son histoire et ses sources à la fois archéologiques et littéraires, question que Zubov thématise tout particulièrement au chapitre III de sa thèse de 1946, intitulé : « Alberti et l’héritage culturel du passé8 ».

  • 9 « Vir doctus et antiquitatum solertissimus indagator », Pii secundi pontificis max. Commentarii reru (...)
  • 10 Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit., chap. III, p. 75 ; chap. XIII, p. 304.
  • 11 Giovanni Boccaccio, Opere minori : la Fiammetta, l’Ameto, il Corbaccio, Lettera consolatoria a M. P (...)
  • 12 Antonio Averlino Filarete, Traktat ub̈ er die Baukunst, [...] herausgegeben [...] von Wolfgang von (...)

5Faut-il rappeler que si Alberti trouve accès à la commande, construit ou encore se voit légitimé à conseiller les maîtres d’ouvrage ou à écrire un traité d’architecture, c’est d’abord et avant tout au nom de ses compétences archéologiques, parce qu’il est « le plus perspicace des chasseurs d’antiques de son temps », pour reprendre l’éloge du pape Pie II à son égard9. Or l’archéologie à Rome au Quattrocento joue un rôle très différent de ce qu’elle représente aujourd’hui. Le retour d’Alberti vers le passé n’était pas, pour reprendre les termes de Vasilij Zubov, de « l’archéologie pour l’archéologie10. » Pour expliquer le rapport d’Alberti à l’Antiquité, Zubov se réfère à l’Elegia di Madonna Fiammetta de Boccace : « Le quali cose antichissime, e nuove a’ moderni animi […]11 ». L’expression de Boccace est un admirable paradoxe : ces vestiges des temps les plus reculés, ces cose antichissime, représentent en réalité quelque chose de plus moderne encore que la modernité du Quattrocento. Mais qu’en est-il de cette modernité, de ces moderni animi, que les découvertes archéologiques dépassent et vouent aux oubliettes de l’histoire ? Les xive et xve siècles commencent à se dire modernes : on parle en musique de via nova, en théologie de devotio moderna ; on assiste à l’émergence par exemple d’une nouvelle physique, celle d’Oresme ou de Buridan fondée sur l’impetus ; les calculatores d’Oxford formalisent de nouvelles questions mathématiques, d’une manière de plus en plus éloignée de la tradition antique ; en ce qui concerne l’architecture elle-même le Filarète est lui aussi amené à opposer la manière antique d’édifier (modo antico dello hedificare) ou la manière antique de faire (il modo antico di fare) non pas aux traditions artisanales et vernaculaires du chantier mais bien à l’usage moderne (usanza moderna) du chantier gothique et de l’opus francigenum « qu’un peuple barbare a introduit en Italie » et auquel le Filarète supplie ses contemporains de renoncer, aussi savant et international que soit ce nouvel usage de construire12. Tout se passe comme si, au bout de mille ans, l’Occident prenait enfin congé de ses liens organiques avec le monde antique. Telle est la modernité qu’évoque Boccace. Or, c’est précisément au moment où cette modernité commence à émerger, prendre forme et se définir en tant que telle aux yeux de ses contemporains, qu’elle reçoit le choc archéologique qui fait de l’Antiquité et de sa Renaissance une modernité plus moderne encore que la modernité revendiquée par son temps. Notre monde moderne est le fruit du choc entre ces deux modernités, celle qui repose sur la remémoration de l’Antique et celle qui se nourrit de son oubli.

  • 13 « Au xve siècle, une citation tirée d’un Tacite nouvellement découvert, dont les copies pouvaient s (...)

6Mais en quoi peut-on parler de nouveauté ou de modernité dans l’exhumation des ruines du passé à laquelle s’attachent les antiquaires du Quattrocento ? Cette modernité qui surpasse tout ce qui se dit moderne est la puissance de Rome. Devant les ruines de Rome, les antiquaires du Quattrocento, Le Pogge, Flavio Biondo ou Leon Battista Alberti, ont fait une expérience unique qu’aucun autre archéologue par la suite, pas même Schliemann exhumant Troie ou Mycènes, n’a jamais reproduite. En effet, à mesure qu’ils découvraient de nouveaux vestiges, ils constataient que, sous leurs pieds, gisait une cité dotée d’une puissance incomparable, bien plus étendue et peuplée qu’ils n’auraient jamais pu l’imaginer. On estime aujourd’hui que la Rome antique comptait 1 million d’habitants qu’il faut comparer aux 20 000 ou 30 000 habitants de la Rome au temps d’Alberti : Rome, la première cité-monde que découvre une époque où une telle notion restait proprement inenvisageable. Ce n’était pas l’origine de l’humanité, les racines de notre passé que recherchaient les hommes du Quattrocento, mais les clés de leur avenir, les principes d’un pouvoir encore à construire, d’une nouvelle puissance symbolisée par la pierre plus encore que par les armes : une puissance inouïe mais aussi singulière en ce qu’elle n’est pas non plus la puissance que l’Occident moderne tirera par la suite de ses grandes découvertes géographiques et de sa révolution scientifique. Zubov évoque aussi Tacite, autre leçon magistrale du pouvoir romain dont, précise Zubov, il n’existait au Quattrocento que cinq manuscrits13, une rareté qui n’a pu qu’amplifier l’effet de ce texte qui, comme les ruines de Rome, porte un imaginaire du pouvoir totalement étranger au Moyen Âge, et qui n’a pu que frapper les esprits.

7Outre cette première expérience de la découverte de cette nouvelle source de puissance destinée aux hommes, Zubov souligne chez Alberti une seconde expérience contraire, une sorte de contrecoup, qui en est le corollaire : l’expérience de l’impuissance des hommes, de la perte, de l’épuisement à travers le temps de cette force, perte dont témoigne bien la Rome du Quattrocento, une ville de quelques dizaines de milliers d’habitants reposant sur les ruines d’une ville d’un million d’habitants. Alberti est très fortement marqué par Pline l’Ancien, non seulement par le livre 35 de l’Histoire naturelle consacré aux arts du dessin, mais aussi et surtout par le livre 7, le livre anthropologique qui développe un certain nombre de thèses importantes pour la compréhension du De re ædificatoria et, en particulier, la thèse de l’épuisement d’un monde et d’une nature qui par eux-mêmes n’ont pas la force de s’autorégénérer. Il existe assurément un lien subtil entre l’expérience de l’épuisement, de la perte et de la mort du livre 7, la liste des inventions humaines à la fin de ce livre, et le singulier traité sur le disegno que constitue le livre 35 de l’Histoire naturelle.

8Dans sa dédicace du De pictura, adressée à Brunelleschi, Alberti explique le déclin de l’art par la déchéance même de la nature :

  • 14 « Onde stimai fusse […] che già la natura […] fatta antica e straccha, più non producea chome nè gi (...)

Aussi […] ai-je jugé […] que désormais la nature […] était devenue vieille et s’était épuisée : de même qu’elle ne produit plus de géants, de même ne produit-elle plus de ces immenses et merveilleux génies, comme à l’époque plus glorieuse de sa jeunesse14.

  • 15 Leonis Baptistæ Alberti viri clarissimi de re ædificatoria opus elegantissimum et quam maxime utile (...)
  • 16 « Restabant vetera rerum exempla templis theatrique mandata […] ; eadem non sine lachrymis videbam (...)
  • 17 « Comme à Rome au pont Hadrien, le plus remarquable de tous, ouvrage, ô grands dieux, mémorable don (...)
  • 18 « […] haec pars, ut ita loquar, vitae et cognitionis penitus esset interitura. », ibid., VI fo92v/é (...)

9Pour Alberti, le temps est « l’intraitable dévastateur des choses » (pervicax rerum prosternator15) comme en témoignent les ruines de Rome ; Alberti avoue que ce n’est pas « sans larmes qu’il voyait détruire, au fil des jours, les exemples antiques des temples et des théâtres16 », rappelant ainsi la déploration du Pogge dans son De varietate fortunæ. Il assimile les restes du pont Saint-Ange à un cadavre17, et surtout constate une véritable cessatio artis qui entraîne que « cette part de notre vie et de notre connaissance [qu’est l’architecture] est condamnée à disparaître sous peu18. »

  • 19 Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit.,chap. III, p. 90.

10La tâche que se fixe Alberti et qui explique son rapport à 1’antique consiste tout simplement à renouer le fil brisé, à relever l’héritage, à remettre la culture dans son axe de transmission, puisque, faute de renouvellement spontané, il faut bien transmettre ce que nos ancêtres ont accumulé pour garantir l’avenir de la postérité, en une sorte de masserizia symbolique, d’économie de la conservation, comme Zubov comprend à juste titre cette notion fondamentale non seulement du De familia d’Alberti mais aussi du De re ædificatoria19.

  • 20 Éd. princeps 1485, cit. fo2r /éd. Orlandi & Portoghesi, cit., Pr., p. 7/ trad. fr. P. Caye & F. Cho (...)
  • 21 De même que c’est exactement dans cette situation que se place Alberti, de naissance illégitime rap (...)
  • 22 Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit., chap. III, p. 85, trad. fr. P. Caye et E. Priadko.

11Alberti appelle les anciens Romains maiores nostri : « nos ancêtres20 » ; cette expression ne cesse de revenir dans le De re ædificatoria : nous pouvons en dénombrer douze occurrences, sans compter les nombreuses références aux majores sans adjectif possessif. Alberti, le fils naturel, quasiment dépossédé de la succession paternelle, se considère avant tout comme un héritier : moins l’héritier de son père Lorenzo que de Rome, mais un héritier dont l’héritage, en déshérence, se doit d’être relevé. De fait, dans le droit antique, du moins dans sa part la plus archaïque, on ne parle d’héritier et d’héritage, de klêros en Grèce ou d’haeres à Rome que précisément quand l’héritage est en déshérence, quand il sort de la famille directe de sorte qu’il faut trouver quelqu’un capable de le recevoir et de le transmettre à la postérité au nom des ancêtres communs. C’est exactement dans cette situation que se place Alberti21. Zubov commente cette expression en rappelant qu’« Alberti créait une nouvelle architecture sur le même sol que celui de l’Italie antique, avec les mêmes matériaux, le même climat, la même lumière. »22Non seulement il est donc en droit de réclamer l’héritage, mais, davantage encore, l’architecture antique ou, plus exactement, l’architecture romaine n’est rien d’autre à ses yeux qu’une architecture vernaculaire, alors que, dans les siècles qui suivront, cette même architecture s’affirmera essentiellement comme un style international, souvent en conflit avec les architectures locales, comme en témoignent les innombrables obstacles que rencontra Palladio pour construire à Venise. La tâche d’Alberti consiste au contraire à enraciner à nouveau l’architecture romaine à la fois dans son site et dans son temps, à replanter cette architecture dans son terreau, condition de la reviviscence des cadavres qu’exhume l’antiquaire qu’il est.

12Cette interprétation vernaculaire de l’architecture romaine explique un certain nombre de caractères du traité :

– Alberti souligne l’importance du chantier que Vitruve a plutôt tendance à négliger ; il manifeste clairement son souci des ouvriers, de leur savoir et de leur terminologie :

  • 23 « Nam institui non ut mathematicus sed veluti faber de his rebus loqui non plus quam praeterendum n (...)

J’ai décidé de parler de ces questions non en mathématicien mais en homme de chantier […]23.

– Il procède à la latinisation et la simplification de la langue architecturale pour une architecture pourtant très fortement marquée par la langue savante et hellénisée de Vitruve qu’Alberti traduit dans un latin simple, très souvent métaphorique ou analogique, dans le but précisément de réinscrire l’architecture romaine dans la langue du peuple latin et de ses successeurs, pour la naturaliser. Le cadre de cet article ne me permet pas d’expliquer en quoi cette naturalisation de l’architecture dans la langue latine modifie en profondeur le sens même de l’architecture véhiculée par le De architectura de Vitruve.

13Il s’agit donc de renouer le fil, de conjurer la cessatio artis, de relever l’héritage, ce qui s’avère d’autant plus nécessaire que le progrès des arts, des techniques et des savoirs est d’abord à ses yeux, d’un point de vue méthodologique, une question d’accumulation et de durée. Il s’agit de réenclencher le processus d’accumulation à la fois par et pour la transmission. Zubov rappelle à cet égard un passage important du De re ædificatoria sur la constitution de l’architecture comparée à la médecine :

  • 24 « Sic ferunt mille annis a mille millibus hominum medicinam inventam extitisse ; itidem et nauticam (...)

C’est ainsi que l’on dit que la médecine s’est constituée au cours de milliers d’années, grâce aux découvertes de milliers et de milliers d’hommes, et que, de la même façon, l’art de la navigation, comme la plupart des autres arts, s’est développée par de minimes additions successives24.

  • 25 « La conception vasarienne consistant à voir dans la Renaissance la reprise des traditions de l’Ant (...)
  • 26 Ibid., chap. III, p. 84.

14Zubov note à cet égard la différence radicale qui sépare Alberti et Vasari dans leur rapport au passé : la conception vasarienne de la Renaissance, fondée sur l’idée d’une rupture de tradition, du gouffre des « siècles barbares » qui séparent les hommes de la Renaissance du monde antique25, reste étrangère à Alberti, qui, au contraire, insiste sur le processus d’additions progressives et insensibles (minutis additamentis) des arts et de leur constitution. Alberti envisage de son côté la lutte entre la culture et la barbarie, entre le « bien » et le « mal », moins à travers le contraste entre les différentes époques historiques, Antiquité – Moyen Âge – Renaissance, qu’à l’intérieur de chacune d’entre elles26.

  • 27 « Mon travail sur les sources du De re ædificatoria a eu entre autre pour résultat la découverte dan (...)

15Ce qui explique, selon Zubov, que l’architecture gothique et, plus généralement, la culture du Moyen Âge ne sont absolument pas exclues de la réflexion d’Alberti mais au contraire intégrées à cette logique d’accumulation progressive. C’est la grande idée que défend Zubov : le Moyen Âge est omniprésent dans le De re ædificatoria, à la fois sous forme d’exemples architecturaux et de sources littéraires. Mais il ne s’agit pas non plus pour lui de tomber dans l’excès inverse, à la façon de Pierre Duhem qui fait de la Renaissance une sorte d’appendice insignifiant du Moyen Âge27. Si le Moyen Âge est présent chez Alberti, c’est comme un moment de la transmission au service de la restauration de l’héritage antique mal assumé par les Moderni médiévaux, de sorte qu’une nouvelle architecture finit par sortir de ce processus d’additions successives.

  • 28 Ibid., p. 87.

16Je conclurais sur ce dernier point évoqué par Zubov, à savoir sur la possibilité de l’innovation dans ces processus d’accumulation et de transmission. La cessatio artis implique un effort pour se ressaisir du passé et se le réapproprier. C’est précisément dans cet effort et dans l’écart qu’il signifie qu’a lieu l’innovation. Le rapport réussi au passé, chez Alberti, associe harmonieusement au sentiment de la proximité et de la parenté celui de la distance. Tout en sentant 1’hérédité culturelle qui relie le présent au passé, il en perçoit et en manifeste aussi les différences. Zubov parle, pour définir le rapport qu’Alberti entretient au passé, d’« identité dans la différence28 ». Savoir reconnaître le nouveau dans l’ancien et l’ancien dans le nouveau, tel est le trait essentiel qui caractérise le rapport d’Alberti au passé.

  • 29 Ibid.

17Ce n’est ni l’archaïsation du présent ni au contraire la modernisation du passé, mais la capacité à voir une identité ou une analogie dans des phénomènes se rapportant à des époques différentes qui caractérise la manière propre à Alberti d’aborder les faits du présent et du passé. Et cette manière, c’est une identité respectant les différences29.

18Et c’est en quoi Zubov se juge en droit de parler à propos d’Alberti d’une identité respectant les différences, identité avec l’antique qui implique les différences qu’apportent l’accumulation et la transmission à travers le temps. L’innovation ici n’est pas, comme dans l’idéologie moderniste et progressiste, ce qui fait rupture, mais au contraire ce qui fait pont, surmonte la cessatio artis et replace la culture dans son axe de transmission.

Haut de page

Notes

1 Leon Battista Alberti, Десять книг о зодчестве [De re ædificatoria libri decem], Vasilij P. Zubov (ed.), I, Moskva, Izdatel′stvo vsesojuznoj akademii arxitektury, 1935.

2 Leonis Baptistæ Alberti viri clarissimi de re ædificatoria opus elegantissimum et quam maxime utile libri decem, Florentiæ, Opera N. Laurentii Alamanni, 1485 Faksimile in Alberti Index, H. K. Lücke (ed.), München, Prestel Verlag, 1975.

3 Zubov, « Список изменений латинского печатного текста, принятых в русском переводе “Десяти книг о зодчестве” и предложенных в примечаниях » [Liste des changements du texte latin imprimé pris en compte dans la traduction russe du De re ædificatoria et proposés dans les commentaires], in Десять книг о зодчестве, op. cit., II, 1937, p. 743-745.

4 Id., « Примечания к трактату “О зодчестве” » [Commentaires au traité De re ædificatoria], ibid., p. 263-681.

5 Aleksandr I. Venediktov, « Леон-Баттиста Альберти : биографический очерк » [Léon Battista Alberti. Aperçu biographique], ibid., p. 135-155 ; Aleksej Dživelegov, « Альберти и культура Ренессанса » [Alberti et la culture de la Renaissance], ibid., p. 157-183 ; Aleksandr G. Gabričevskij, « Альберти-архитектор » [Alberti architecte], ibid., p. 185-233 ; Zubov, « Источники трактата “О зодчестве” » [Les sources du traité De re ædificatoria], ibid., p. 235-261.

6 Zubov, Архитектурная теория Альберти [La théorie architecturale d’Alberti], D. Bayuk (ed.), Sankt-Peterburg, Aleteja, 2001, 464 p.

7 Ibid., chap. III, p. 94 chap. XV, p. 372.

8 Ibid., p. 73-95.

9 « Vir doctus et antiquitatum solertissimus indagator », Pii secundi pontificis max. Commentarii rerum memorabilium, quæ temporibus suis contigerunt […], Francofurti, Officina Aubriana, 1614, chap. XI, p. 306.

10 Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit., chap. III, p. 75 ; chap. XIII, p. 304.

11 Giovanni Boccaccio, Opere minori : la Fiammetta, l’Ameto, il Corbaccio, Lettera consolatoria a M. Pino De’Rossi, préface de Francesco Costèro, Milano, Edoardo Sonzogno Editore, 1879, p. 74

12 Antonio Averlino Filarete, Traktat ub̈ er die Baukunst, [...] herausgegeben [...] von Wolfgang von Oettingen, Wien, C. Graeser, 1890, p. 272 (pour l’édition sur laquelle travaille V. P. Zubov) ; v. aussi Antonio Averlino detto Il Filarete, Trattato di architettura, I, A. M. Finoli, L. Grassi (eds.), Milano, Il Polifilo, 1972, p. 227-229.

13 « Au xve siècle, une citation tirée d’un Tacite nouvellement découvert, dont les copies pouvaient se compter sur les doigts d’une main dans toute l’Italie, avait une autre résonance que de nos jours où l’on compte par dizaines les éditions et les traductions de cet auteur. », Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit., chap. III, p. 75, trad. fr. P. Caye et E. Priadko.

14 « Onde stimai fusse […] che già la natura […] fatta antica e straccha, più non producea chome nè giganti, così nè ingegni, quali in que’ suoi quasi giovinili et più gloriosi tempi produsse, amplissimi et maravigliosi. » (De Pictura, Filippo di ser Brunellesco, in : Leon Battista Alberti, Kleinere Kunsttheoretische Schriften, H. Janitschek (ed.), Wien, W. Braümuller, 1877, p. 47 (édition sur laquelle travaille V. P. Zubov) ; v. aussi Leon Battista Alberti, Opere volgari, C. Grayson (ed.), Laterza, Roma-Bari, III, 1973, p. 7.

15 Leonis Baptistæ Alberti viri clarissimi de re ædificatoria opus elegantissimum et quam maxime utile libri decem, Florentiæ, Opera N. Laurentii Alamanni, 1485, X fo 176r (édition sur laquelle travaille V. P. Zubov) ; v. aussi Leon Battista Alberti, l’Architettura (De re ædificatoria), X 1, texte latin, trad. Giovanni Orlandi, introduction et note Paolo Portoghesi, Milano, Il Polifilo, 1966, p. 871 ; trad. fr. de P. Caye et F. Choay, in Leon Battista Alberti : l’art d’édifier, Paris, Le Seuil, 2004, p. 468.

16 « Restabant vetera rerum exempla templis theatrique mandata […] ; eadem non sine lachrymis videbam in dies deleri. », De re ædificatoria, op. cit., VI fo 92r/éd. Orlandi VI, 1, p. 441-443/ trad. fr. P. Caye et F. Choay, p. 275-276.

17 « Comme à Rome au pont Hadrien, le plus remarquable de tous, ouvrage, ô grands dieux, mémorable dont j’avais coutume de contempler avec admiration le cadavre, si j’ose dire. » [Quale Romæ ad pontem omnium præstantissimum Adriani opus, me superi, dignum memoratu cuius etiam, ut ita loquar, cadavera spectabam cum admiratione.], De re ædificatoria, op. cit.,VIII fo146r/éd. Orlandi VIII, 6, p. 711, trad. fr. P. Caye et F. Choay, p. 397 mod.

18 « […] haec pars, ut ita loquar, vitae et cognitionis penitus esset interitura. », ibid., VI fo92v/éd. Orlandi, VI1, p. 443/ trad. fr. P. Caye et F. Choay, p. 276.

19 Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit.,chap. III, p. 90.

20 Éd. princeps 1485, cit. fo2r /éd. Orlandi & Portoghesi, cit., Pr., p. 7/ trad. fr. P. Caye & F. Choay, p. 47 – fo16v/I, 11, p. 75/ trad. fr., p. 85 – fo93r/VI, 2, p. 445/ trad. fr., p. 277 – fo129v/VII, 13, p. 627/trad. fr., p. 358 – fo133r/VII, 16, p. 649/ trad. fr., p. 365 – fo138r/VIII, 2, p. 673/trad. fr., p. 381 – fo148r/VIII, 7, p. 725/trad. fr., p. 401 – fo157v/IX, 1, p. 779/ trad. fr., p. 423 – fo165r/IX, 5, p. 817/ trad. fr., p. 440 – fo170r/ IX, 7, p. 839/ trad. fr., p. 451 – fo178v/ X, 2, p. 88/ trad. fr., p. 473 – fo198r/X, 13, p. 971/ trad. fr., p. 515.

21 De même que c’est exactement dans cette situation que se place Alberti, de naissance illégitime rappelons-le, par rapport à sa famille, elle aussi en déshérence à la suite de la faillite de la compagnie du Ponant en 1537.

22 Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit., chap. III, p. 85, trad. fr. P. Caye et E. Priadko.

23 « Nam institui non ut mathematicus sed veluti faber de his rebus loqui non plus quam praeterendum non sit », De re ædificatoria, éd. princeps, 1485, VI fo101r /éd. Orlandi & Portoghesi, VI 7, p. 483, trad. fr., P. Caye et F. Choay, p. 295.

24 « Sic ferunt mille annis a mille millibus hominum medicinam inventam extitisse ; itidem et nauticam et plerasque omnes istiusmodi artes minutis additamentis excrevisse. » ; De re ædificatoria, éd. princeps,1485, VI fo94r/Orlandi & Portoghesi, VI, 2, p. 451/trad. fr., p. 280 mod., cit. in Архитектурная теория Альберти, op. cit., chap. III, p. 84.

25 « La conception vasarienne consistant à voir dans la Renaissance la reprise des traditions de l’Antiquité, en complète rupture avec la culture du Moyen Âge, n’est aujourd’hui plus de mise […] », ibid., chap. I, p. 46, trad. fr. P. Caye et E. Priadko.

26 Ibid., chap. III, p. 84.

27 « Mon travail sur les sources du De re ædificatoria a eu entre autre pour résultat la découverte dans ce traité d’une “couche médiévale”, indécelable au regard inexpérimenté. Cette découverte n’a en soi rien d’inattendu. Cependant, l’attention que j’ai portée aux éléments médiévaux du De re ædificatoria, sujet jusqu’à présent inédit et non étudié, ne doit nullement être interprétée dans l’esprit de cette école de chercheurs qui a tenté d’effacer toute frontière de principe entre la Renaissance et le Moyen Âge. En effet, si la singularité stylistique propre à l’art de la Renaissance est trop forte pour qu’on puisse en nier l’originalité, en revanche, certains historiens des sciences sont allés beaucoup trop loin dans leurs tentatives infructueuses de “détrôner” la pensée scientifique et la science humaniste de la Renaissance. C’est ainsi, par exemple, que Pierre Duhem tente de “médiévaliser” l’héritage scientifique de Léonard de Vinci et de prouver que toutes les questions scientifiques importantes qui ont agité les savants de la Renaissance ont été posées au bas Moyen Âge avec une acuité et une profondeur bien plus grandes. Ici, la source de l’erreur est encore l’ignorance des contradictions internes et des luttes propres à la période. L’étude des sources occulte les différences de principes et de fondements ; dans l’ombre, demeure la réinterprétation du donné historique sous l’angle des nouveaux impératifs et des nouveaux problèmes, réinterprétation qui conduit à une création qualitativement neuve. », Zubov, Архитектурная теория Альберти, op. cit., Introduction « Les objectifs de l’étude », p. 36, trad. fr. P. Caye et E. Priadko.

28 Ibid., p. 87.

29 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Caye, « Cose antichissime, e nuove a’ moderni animi”. Alberti et l’antique selon Vasilij Zubov »Revue des études slaves, LXXXVII-1 | 2016, 53-60.

Référence électronique

Pierre Caye, « Cose antichissime, e nuove a’ moderni animi”. Alberti et l’antique selon Vasilij Zubov »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVII-1 | 2016, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 19 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/res/784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.784

Haut de page

Auteur

Pierre Caye

Centre Jean Pépin CNRS-ENS

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search