Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVII-1Chronique bibliographiqueSarga Moussa et Alexandre Stroev ...

Chronique bibliographique

Sarga Moussa et Alexandre Stroev (dir.), L’invention de la Sibérie par les voyageurs et écrivains français (xviiiexixe siècles)

Paris, Institut d’études slaves, 2014, 234 pages
Michel Mervaud
p. 109-112
Référence(s) :

L’invention de la Sibérie par les voyageurs et écrivains français (XVIIIe-XIXe siècles), sous la direction de Sarga Moussa et Alexandre Stroev, Paris, Institut d’études slaves (Eur’Orbem, Cultures et sociétés de l’Est, 50), 2014, 234 p., ill. ISBN 978-2-7204-0525-9

Texte intégral

  • 1 Voir le compte rendu de François Moureau dans Dix-huitième siècle, no 47, 2015, p. 684.

1Un beau titre, pour ces actes d’un colloque tenu à Lyon en novembre 2010. La première partie est consacrée à la découverte de la Sibérie. Alexandre Lavrov reconstitue l’histoire de sa première description française. L’original est dû probablement à Nikifor Venioukov, scribe de l’ambassade en Chine de Nikolaï Spafari en 1675-1678. Il en existe deux versions : une représentée par un manuscrit de la BnF, l’autre par un manuscrit du géographe Guillaume Delisle conservé aux Archives nationales et publié dans le Mercure galant en 1687. Delisle a ajouté des variantes de deux autres manuscrits appartenant à Bulteau et Piques, dont A. Lavrov dit ignorer l’identité. Or, on connaît Charles Bulteau, grand bibliophile dont le catalogue de la bibliothèque a été publié en 17111. Paradoxalement, comme le remarque A. Lavrov, cette première description de la Sibérie parut dans des circonstances peu favorables à sa découverte en France : le P. Avril se voit refuser en 1687 et 1688 le passage en Sibérie pour aller en Chine ; l’ambassade de Iakov Dolgorouki en France, en 1687, se solde par un échec, de même qu’en 1689 la mission à Moscou de Foy de La Neuville. Natalia Kopaneva a remarqué que, dans son livre Noord en Oost Tartarye (1692), le bourgmestre et savant d’Amsterdam Nicolas Witsen a utilisé de nombreux ouvrages de jésuites et y a inclus des copies des lettres de Jean‑François Gerbillon et Thomas Pereira envoyées de Pékin à Rome (on sait que ces deux jésuites avaient servi de traducteurs lors du traité de Nertchinsk entre la Russie et la Chine, en 1689). Witsen n’est jamais allé en « Tartarie », mais il a dressé en 1687 une carte de cette vaste région qui comprend la Sibérie, l’Asie centrale et la Mongolie. Aussi s’intéresse-t-il à la carte de la Sibérie que le P. Avril publie en 1692 dans son Voyage en divers États d’Europe et d’Asie. Cette carte est une copie de celle de Venioukov, qu’évoque également A. Lavrov. Witsen constate que cette carte comporte des erreurs (la Chine, par exemple, y est placée trop à l’ouest). Et il prétend qu’une partie des informations publiées par Philippe Avril viennent de lui. Cette question, comme le note N. Kopaneva, mériterait une recherche approfondie. Le regretté Nikolaï Kopanev retrace l’histoire de l’édition française des Voyages et découvertes faites par les Russes le long des côtes de la mer Glaciale et sur l’océan Oriental (1766) de G.-F. Müller. Alexandre Tchoudinov démontre que, contrairement à un lieu commun, Gilbert Romme n’est pas allé en Sibérie en 1781, mais dans la région de l’Oural (ne considérait-on pas alors que Kazan était « en Asie », comme Catherine II l’écrivait à Voltaire ?). Michel Cadot, qui a publié le Journal d’Alexander Amatus Thesleff, relate le voyage de ce jeune capitaine d’État-major qui faisait partie de l’ambassade de Iouri Golovkine en 1805-1806. L’ambassade n’ira pas en Chine, mais s’arrêtera à Ourga (Oulan-Bator), l’ambassadeur ayant refusé de s’agenouiller devant des caisses représentant l’Empereur de Chine. Le récit de Thesleff révèle un esprit scientifique et caustique, mais comporte aussi des jugements de valeur sans nuances, notamment sur les Bouriates. Olga Danilova étudie les trois voyages effectués en Sibérie à la fin du xixe siècle par Jules Legras, éminent germaniste et slaviste. Il s’agit là de missions scientifiques dont deux sont subventionnées par le ministère de l’Instruction publique : exploration du pays et enquête ethnographique. Dans son ouvrage En Sibérie, le professeur fait part des conséquences négatives à ses yeux de la construction du Transsibérien, et de ses vues sur une future autonomie de la Sibérie, qu’il partage en partie avec les régionalistes sibériens Iadrintsev et Potanine.

  • 2 Rappelons que la relation de Lange avait paru dès 1725 dans le t. II des Nouveaux mémoires sur l’ét (...)
  • 3 Il y en a 40 de 1725 à 1825 selon Charlotte Krauss (p. 159).

2Comme il est dit dans l’Introduction, c’est au siècle des Lumières que s’invente la Sibérie comme objet de savoir et de multiples interrogations. Une seconde partie regroupe des articles sur l’image de ce pays, terre mythique dont on se demande si elle est l’enfer ou le paradis. Vladislav Rjéoutski évoque la présence des Français en Sibérie au xviiie siècle. Certains sont déportés, comme le colonel Thesby de Belcour, engagé aux côtés des confédérés de Bar et fait prisonnier en 1769, auteur d’une Relation ou journal d'un officier françois au service de la Confédération de Pologne, pris par les Russes et relégué en Sibérie parue à Amsterdam en 1776 ; d’autres y travaillent, comme le colonel Thomas de Villeneuve qui devint commandant de la ville de Tomsk ; d’autres encore vont l’explorer, comme Louis Delisle de La Croyère, Jean Chappe d’Auteroche, ou Jean‑Baptiste Barthélémy de Lesseps, membre de l’expédition de La Pérouse. V. Rjéoutski note que la France connaît aussi la Sibérie grâce à des étrangers, comme John Bell, dont le récit de voyage de 1766 contient la description de Laurent Lange, agent de Pierre Ier à Pékin2. La présence française en Sibérie, c’est aussi celle des soldats napoléoniens en exil. Marie‑Pierre Rey convoque les témoignages de ces prisonniers, tels que le sous‑officier Beulay ou le commandant Breton, qui, dans leurs lettres et mémoires, content leur souffrance causée par le froid, la malnutrition, la solitude, la distance culturelle, mais notent aussi l’abondance des ressources. Sensibles à la présence d’élites russes francophones et francophiles, ils n’en sont pas moins parfois confrontés à l’hypertrophie d’une bureaucratie corrompue comme partout en Russie. Marie‑Pierre Rey observe que certains prisonniers ne sont pas allés en Sibérie, mais à Oufa et dans les environs de l’Oural (A. Tchoudinov l’a constaté également, on l’a vu, à propos de Gilbert Romme). Carole Chapin examine les images de la Sibérie véhiculées par la presse française et russe du xviiie siècle. Ces textes diffusent du pays une image critique ou élogieuse en fonction de leurs intérêts et de leurs relations avec la Russie. La Sibérie est ainsi vue tantôt comme un lieu d’exil, barbare, une terre de souffrance, l’enfer sur terre, tantôt comme une terre de richesses, associée à la puissance de l’Empire russe, et même comme une terre de sagesse, lieu de retraite du « berger philosophe », mais aussi d’une polémique sur le bon ou le mauvais sauvage. Alexandre Stroev rappelle lui aussi qu’on pouvait devenir en Sibérie un « berger philosophe », comme ce fut le cas d’un exilé du xviie siècle. Il constate également que la souffrance de l’exil peut être jugée positive, comme le montre la tragédie de Nougaret et Marchand inspirée par le destin de Menchikov. Mais, à l’opposé de ce thème rousseauiste, la Sibérie peut aussi révéler à l’homme sa nature criminelle et libertine, comme l’attestent le Compère Matthieu de l’abbé Dulaurens ou l’Histoire de Juliette de Sade. A. Stroev relève ainsi les schèmes antinomiques de la Sibérie utopique des Lumières: si G.‑F. Müller décrit une Scythie idyllique, les mythes du bon et du mauvais sauvage n’en apparaissent pas moins chez Thesby de Belcour, qui oppose l’image des bons Samoyèdes à celle des méchants Ostiaks. La Sibérie, pays de Cocagne, terre de trésors cachés (les mines, l’or, etc.), recèle aussi des monstres mythiques (le béhémoth, l’Agnus Scythicus). Pour A. Stroev, elle permet enfin de « remonter le temps » jusqu’à l’époque des Hyperboréens, et de passer ainsi pour le berceau de la civilisation humaine. On peut aussi se demander, comme Galina Kabakova, si la Sibérie est un pays hospitalier. À cette question, elle répond par le témoignage de Chappe d’Auteroche, de Jean‑Baptiste Barthélémy de Lesseps, de Thesby de Belcour, et par celui des Anglais John Cochrane et James Holman. Leur opinion est « globalement positive », mais l’hospitalité sibérienne comporte des degrés : si elle est imposée à l’égard des personnages officiels, les étrangers n’ont pas toujours accès aux réceptions ou cérémonies, et le gouverneur de Tobolsk ne se prive pas de réduire la solde des exilés. Pour Lesseps, l’hospitalité n’a rien de désintéressé : les Cosaques saoulent les Kamtchadales pour leur soutirer leurs précieuses fourrures. Les trois Français cités déplorent que bien traiter son hôte consiste à l’enivrer complètement. Quant aux mœurs européennes, elles ont fait peu de progrès en Russie, selon Chappe, qui regrette l’absence des femmes dans les réceptions. Mais civilisation ne rime pas forcément avec vertu : pour Lesseps, les Kamtchadales, contrairement aux Cosaques, n’ont pas perdu les sentiments d’honneur et d’humanité. Alain Guyot se demande si le paysage sibérien est un paysage du Nord. Fausse évidence : si le Nord et le froid sont une réalité, la Sibérie est aussi l’objet de fantasmes. À partir de l’examen minutieux d’une vingtaine de récits de voyageurs écrits ou traduits en français3, A. Guyot évoque la diversité géographique de la Sibérie, due notamment à sa démesure. D’où les fortes chaleurs de l’été, les violents contrastes saisonniers. Le voyageur est fasciné par ces paysages, mais n’est sensible à leur beauté qu’à partir de l’époque romantique.

3La troisième partie est consacrée à la contruction littéraire de la Sibérie. C’est l’invention de la Sibérie comme monde possible de la fiction française au xixe siècle. Charlotte Krauss montre que cette Sibérie française est « résolument imaginaire » : dans le Maître d’armes de Dumas père, le passage de l’Oural, c’est le passage en Sibérie comme entrée dans un monde fascinant et inquiétant. Passage imaginaire qui sera repris presque à l’identique par Jules verne dans Michel Strogoff. Anne‑Victoire Charrin relate la rencontre à Yakoutsk de Georg Adolf Erman, jeune docteur en physique allemand, et du décembriste Alexandre Bestoujev. Elle expose la genèse de la Lettre romantique, en français, que Bestoujev adressa à Erman. Le poète russe y décrit les activités et les croyances des Yakoutes, point de départ d’une réflexion sur l’humanité et sur les rapports entre la nature et la science. Sarah Al Matary analyse brillamment la curieuse fonction édifiante de l’histoire d’une jeune Sibérienne dans la littérature française. Prascovie Lopouloff traversa la Sibérie pour aller solliciter à Saint-Pétersbourg le retour d’exil de son père. En 1825, cette histoire véridique inspira à Xavier de Maistre la Jeune Sibérienne, roman dans lequel la Sibérie s’efface devant la pieuse héroïne. En France, Prascovie, dévote orthodoxe, devint l’archétype de la piété enfantine dans la littérature catholique. Comparée à Jeanne d’Arc, elle fut récupérée par l’école républicaine comme héroïne nationale dans les manuels de l’enseignement laïc, qui consacrent même parfois un chapitre aux « devoirs envers Dieu » ! Marie‑Laure Aurenche examine les relations de quatre voyageuses parues dans le Tour du monde : deux Françaises, une Polonaise et une Écossaise, dont les récits paraissent entre 1862 et 1877. Elle observe que, de 1860 à 1914, la Sibérie, dans ce recueil, occupe une place relativement importante, et distincte de la Russie. Elle se demande si les voyageuses qui sont allées en Sibérie en ont une vision spécifiquement féminine. Elle y répond par la négative : leurs jugements sont des jugements d’Occidentales. Terre d’exil pour la Polonaise, terre d’enquêtes ethnographiques pour l’une des Françaises, pour toutes, c’est un climat rude, ce sont les fatigues du voyage, où parfois l’on risque sa vie. L’une décrit les Ostiaks, les autres les Bouriates, les peuples du Kamtchatka, de Mongolie, ou les Bachkirs de l’Oural. Sarga Moussa, à propos de Michel Strogoff, s’interroge sur la peur des Tatars. Il rappelle que Jaucourt, après Montesquieu, associait les Tatars au despotisme (on sait que selon Rousseau ils vaincraient les Russes et asserviraient l’Europe, « prophétie » que raillait Voltaire). Cette peur est irrationnelle, les dernières révoltes tatares datant du xviiie siècle. Aussi semble-t-elle avoir été mise à distance au xixe siècle. Pourtant, Jules verne la réactive, en réveillant la vieille hantise des invasions mongoles. Par ailleurs, en s’appuyant sur les races, Jules verne distingue radicalement Orient et Occident, habités par des peuples « ontologiquement » différents. Or, il fait état de multiples races différentes à l’intérieur même de l’espèce asiatique (ce que faisaient Moréri ou l’Encyclopédie pour les Tatars).

4Relevons quelques erreurs ou inadvertances : Henry Farwharson (p. 39, n. 10) s’appelait en réalité Farquharson ; au lieu de Krachennikow (p. 45), il faut lire Kracheninnikov ; le Kamtchatka est transcrit deux fois Kamchatka (p. 193, 203) ; au lieu de Ekaterinenbourg (p. 194), lire Ekaterinbourg ; Chappe d’Auteroche n’est pas né en 1722 (p. 126 et 139), mais en 1728, comme l’atteste son acte de baptême. Sibir ne signifie ni prison (p. 113) ni septentrion (p. 139) : ce nom, qui est celui de l’ancienne capitale et d’un peuple turco-tatar, signifierait un pays boisé et humide (Vasmer). Signalons, à la p. 114, un vers faux. Lire : « Tel fut de l’Univers le premier citoyen ». Ces broutilles n’empêcheront pas le lecteur d’être sensible à la richesse de ce bel ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Voir le compte rendu de François Moureau dans Dix-huitième siècle, no 47, 2015, p. 684.

2 Rappelons que la relation de Lange avait paru dès 1725 dans le t. II des Nouveaux mémoires sur l’état présent de la Grande Russie ou Moscovie de Friedrich-Christian Weber.

3 Il y en a 40 de 1725 à 1825 selon Charlotte Krauss (p. 159).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Mervaud, « Sarga Moussa et Alexandre Stroev (dir.), L’invention de la Sibérie par les voyageurs et écrivains français (xviiiexixe siècles) »Revue des études slaves, LXXXVII-1 | 2016, 109-112.

Référence électronique

Michel Mervaud, « Sarga Moussa et Alexandre Stroev (dir.), L’invention de la Sibérie par les voyageurs et écrivains français (xviiiexixe siècles) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVII-1 | 2016, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 25 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/796 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.796

Haut de page

Auteur

Michel Mervaud

Université de Rouen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search