Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Introduction. 1917 en Russie : la...

Introduction. 1917 en Russie : la philologie à l’épreuve de la Révolution

Politique de la langue, évolutions disciplinaires, trajectoires individuelles
Catherine Depretto
p. 9-22

Notes de l’auteur

“Révolution” : on utilisera le terme au singulier d’abord par commodité et souci d’élégance, mais aussi pour insister sur le continuum que représente la suite des événements à partir de février 1917. À la suite de Marc Ferro (cf. la Révolution russe de 1917, 2e éd., Paris, Flammarion, coll. Champs, 1977 et ses interviews récentes, reproduites dans plusieurs magazines historiques français) et de Nicolas Werth (la Russie en révolution, Découvertes Gallimard, 2003 ; les Révolutions russes, Paris, PUF, Que sais-je ?, 2017), on considère qu’il y a en 1917 plusieurs révolutions, politique, sociale, nationales, un moment convergentes, mais qui divergent de manière radicale après la prise du pouvoir par les bolcheviks en octobre. Si techniquement Octobre est un coup d’État et si les masses n’y ont pas pris part, une révolution sociale n’en est pas moins à l’œuvre dans l’ensemble du pays.

Texte intégral

  • 1 « Слово и культура » (1921), in Сочинения в двух томах, t. 2, M., Xudožestvennaja literatura, 1990, (...)

Les différences sociales et les antagonismes de classe sont peu de chose au regard de la séparation qui existe actuellement entre les amis du mot et ses ennemis1.

  • 2 Cet aspect sera particulièrement développé au XXe siècle, à travers l’essor, entre autres, de la so (...)

1Cette déclaration sibylline, extraite de l’article « Le mot et la culture (1921) d’Osip Mandelštam, affirme néanmoins avec force l’existence d’un lien profond entre révolution et langage (logos). La conviction du poète selon laquelle un texte est riche de ses potentialités sémantiques et tire sa puissance de son rapport à un autre texte, l’a sans doute rendu tout particulièrement sensible à ce qui, dans les périodes de bouleversements historiques, affecte la langue en tant qu’institution sociale2. Par-delà sa singularité, l’exemple de Mandelštam qui, dans une suite d’articles du début des années 1920, tente de penser le rapport langue-culture à la période postrévolutionnaire, nous conforte dans l’idée que la langue et tout ce qui en dépend, de la création poétique à la politique linguistique, est au cœur de ce qui se joue en Russie à partir de 1917.

  • 3 Si le terme n’est plus guère utilisé en français, il est, en revanche, toujours vivace en russe. Il (...)
  • 4 « Улля, улля, марсиане !», Искусство коммуны 30 mars 1919, repris dans Ход коня, M. – Berlin, Gelik (...)

2Aussi, pour rester fidèle à son champ d’étude traditionnel et à la discipline dont c’est l’objet, la Revue des études slaves a-t-elle choisi d’interroger 1917 sous l’angle de son impact sur la philologie3, envisagé du triple point de vue des modifications subies par la langue, des mutations disciplinaires et des destinées scientifiques. Si séries politique et sociale d’une part, linguistique et artistique de l’autre suivent rarement une même chronologie, considérer que les changements qui affectent les unes sont sans conséquence sur les autres est tout autant illusoire. Mais ces interactions sont complexes, contradictoires ; elles suivent des voies non rectilignes et ne sont pas toujours identifiables. Malgré des changements, parfois significatifs, la langue reste stable. Quant à l’art, comme le rappelait de façon provocatrice Viktor Šklovskij deux ans après la révolution, « [il] est indépendant de la vie et sa couleur n’a jamais reflété celle du drapeau qui flotte sur la forteresse de la cité4 ».

3Dans la Russie des années 1910, de nombreux éléments parlent en faveur d’une révolution intellectuelle et culturelle à l’œuvre, au sens le plus large, et touchant, en particulier, la philologie. Comme le rappelle Sylvie Archaimbault dans l’article liminaire, celle-ci est l’objet d’une remise en cause disciplinaire qui va certes conduire à une redéfinition de son champ, mais qui contient également en germes des facteurs essentiels de renouveau.

  • 5 Cf. parmi les derniers ouvrages parus, Sergej Zenkin, Elena Šumilova (eds.), Русская интеллектуальн (...)

4De quelle façon ces tendances au renouveau sont-elles touchées par la révolution ? Là résident des questions auxquelles il est toujours difficile de répondre de façon nuancée, sauf à reprendre le schéma d’un premier mouvement ascendant des tendances avant-gardistes en art, novatrices en sciences humaines, rapidement suivi d’un reflux et d’une disparition définitive, avec l’imposition du réalisme socialiste et du matérialisme dialectique dans l’URSS stalinienne des années 19305. Pour cette raison, les différentes contributions de ce fascicule mettent l’accent, de préférence, sur les premières années postrévolutionnaires, et non sur le plus long terme. Les auteurs ont essayé de cerner au plus près ce qui était modifié après 1917, malgré la présence d’éléments de continuité.

  • 6 « Декретъ о введеніи новаго правописанія », Газета Временнаго Рабочаго и Крестьянскаго Правительств (...)
  • 7 Cf. l’anecdote selon laquelle le peintre Il′ja Repin aurait refusé d’attester que Šklovskij n’était (...)

5Un premier sujet illustre bien la difficulté à distinguer ce qui appartient à l’avant et à l’après de la révolution : la réforme orthographique, promulguée le 23 décembre 1917 et entérinée par une suite de décrets dont celui du 10 octobre 19186. Cette réforme a pour conséquence principale une simplification de l’alphabet, entraînant la disparition de graphèmes, considérés comme faisant double emploi et rendant inutilement compliqué l’apprentissage de l’orthographe. Compte tenu de sa date de promulgation, cette loi passe pour une réforme bolchevique et s’est chargée d’une dimension politique : adopter la nouvelle orthographe faisait de vous un pro-bolchevique quand la fidélité à l’ancienne marquait votre soutien à la Russie impériale7. Cependant cette réforme ne faisait qu’entériner des projets en gestation depuis le début du xxe siècle, préparés sous l’Ancien régime, par une commission éminemment sérieuse, composée de savants reconnus (dont les linguistes Jan Baudouin de Courtenay, Filip Fortunatov et Aleksej Šaxmatov) que le gouvernement provisoire avait voulu relancer après Février. Les bolcheviks n’ont donc pas innové en la matière ; leur « tort » principal est d’avoir agi vite et de façon radicale, en interdisant du jour au lendemain l’utilisation des lettres supprimées en typographie. Dans « L’orthographe soviétique : prémices, programmes, mise en œuvre », Alexandra Pletneva revient sur les circonstances de l’adoption définitive de cette réforme, et lui donne une dimension sociale plus générale, en l’insérant dans un ensemble de mesures, en débat avant la révolution, et visant, dans des domaines très divers, à moderniser la société.

  • 8 Cf., par exemple, André Mazon, Lexique de la guerre et de la révolution en Russie, Paris, Honoré Ch (...)
  • 9 « Крестьянский язык и революция. Письма во власть до и после 1917 г. ». Sur ce sujet, cf. également (...)

6Indépendamment de cette réforme, en raison de la guerre et de la révolution, la langue russe subit des modifications, concernant principalement le lexique, mais aussi la morphologie et la syntaxe. Ces nouveautés qui ont frappé grammairiens et linguistes et ont donné lieu à l’époque à des travaux savants se traduisent par l’utilisation d’un nouveau vocabulaire politique et correspondent à de nouvelles manières de s’exprimer, reflétant au sens le plus large les bouleversements du pays8. Sur l’exemple des lettres adressées au pouvoir par les paysans avant et après 1917, Alexander Nakhimovsky essaie ainsi de cerner ce qui change dans leur façon de s’exprimer9.

  • 10 Pour une mise en perspective, cf. Juliette Cadiot, Dominique Arel, Larissa Zakharova (eds.), Cacoph (...)

7En faisant adopter la réforme orthographique, les bolcheviks entendaient favoriser l’apprentissage de la lecture par le plus grand nombre. Leur ambition éducative s’étendait également à la création d’alphabets pour les peuples de l’ancien Empire qui n’en n’avaient pas encore ainsi qu’à l’adoption de graphies latines pour les langues utilisant d’autres alphabets, arabe ou cyrillique. C’est ainsi que l’on peut parler d’une véritable politique des langues, mise en place après 1917, politique qui n’était pas totalement inédite et reprenait des tendances déjà expérimentées avant 1917, mais qui allait connaître une impulsion décisive, grâce à l’implication de nombreux linguistes. Deux contributions témoignent, dans des sphères différentes, de cette politique des langues et de la collaboration entre pouvoir et savants, l’article de Vittorio S. Tomelleri sur « L’alphabet analytique abkhaze de N. Ja. Marr » et celui de Vlada Baranova, « Planificateurs linguistiques locaux et politique linguistique soviétique des débuts : le cas des Grecs de Mariupol′ »10.

  • 11 A. Krusanov, Русский авангард, 1907-1932 : исторический обзор в трех томах, t. 1, kn. 1, M., Novoe (...)

8D’une façon générale, malgré la situation matérielle dramatique de l’exEmpire, les années de la révolution et de la guerre civile ne signifient par la fin de toute activité intellectuelle et artistique. L’ouvrage d’Aleksej Krusanov, l’Avant-garde russe 1907-1932, ou la chronique de la vie littéraire de la Russie à partir de 1917, engagée sous la direction d’Aleksandr Galuškin, donnent une assez bonne idée de l’effervescence de ces années où abondent cercles poétiques, sociétés savantes et où les réunions peuvent durer de 18 h à 24 h11.

  • 12 L’article rédigé en commun par Jakobson et Tynjanov (1928), plate-forme du formalisme de la maturit (...)
  • 13 Reprise par Gérard Genette dans l’opposition histoire/récit, cf. Nouveau discours du récit (1983), (...)
  • 14 Sur les différents formalismes, cf. Tzvetan Todorov, « Le langage poétique », in Critique de la cri (...)

9Dans les débats philologiques de l’époque, le formalisme russe et ses deux branches principales, le Cercle linguistique de Moscou (désormais CLM) et l’Opojaz de Petrograd occupent une place centrale. Réunissant, dès 1915, linguistes, historiens de la littérature et poètes, le mouvement entend, par-delà les différences entre Pétersbourgeois et Moscovites comme entre ses différents représentants, faire accéder l’étude de la langue et de la littérature au statut de science. Cette ambition qui peut être interprétée dans une perspective de constitution des disciplines scientifiques comme le moment d’accession à l’autonomie, ainsi que le suggère Dušan Radunović dans « L’émergence des communautés scientifiques modernes en Russie à la fin des années 1910-début des années 1920 », a été à l’origine d’avancées décisives. Au langage ordinaire, quotidien est opposé le « langage poétique », énoncé qui n’a d’autre but que lui-même et se caractérise par sa littérarité (literaturnost′). Quant au but de l’art littéraire, il consiste à donner une perception décalée (ostranenie) de la réalité afin de la faire voir et non simplement reconnaître. Les formalistes ne rejettent pas ce que la critique traditionnelle désigne du terme de contenu, mais considèrent que celui-ci fait partie de la forme. À partir de ces gestes fondamentaux, une intense réflexion débouche sur des travaux qui enrichissent, modifient les prémisses et contribuent à faire du formalisme un des courants majeurs des études linguistiques et littéraires au xxe siècle12. On lui doit, entre autres, les notions de structure et de système, de dominante, l’opposition fabula / sjužet, à la base des études narratologiques13, une conception moderne de la parodie qui ne vise pas à faire rire, mais est un moteur général de l’évolution littéraire, etc. Le formalisme de la maturité a également posé les bases d’une sémantique poétique, d’une approche systémique de l’histoire des formes littéraires, d’une théorie de la réception, voire d’une sociologie de la littérature14. Le mouvement a également marqué l’étude du folklore et du cinéma. Sur le plan linguistique, il entretient des rapports complexes avec le structuralisme des années 1960. Si le formalisme est plus spontanément associé aux études littéraires, le mouvement a été tout autant linguistique, ainsi que le montrent la présence en son sein de linguistes de formation, l’importance de ses problématiques linguistiques, l’origine linguistique de nombre de ses concepts, comme celui, fondateur, de « langage poétique » et le rôle central du CLM.

  • 15 L’expression de « décennie remarquable » est empruntée au mémorialiste Pavel Annenkov qui l’utilise (...)

10Les jeunes qui prennent hardiment la parole en ces années ont pour nom Petr Bogatyrev, Boris Ejxenbaum, Roman Jakobson, Boris Jarxo, Viktor Šklovskij, Boris Tomaševskij, Jurij Tynjanov, Grigorij Vinokur... tous ont marqué de leur empreinte la philologie du xxe siècle et ont contribué à faire des années 1920 une « décennie remarquable »15. En témoigne la parution en 1929 d’ouvrages bilan majeurs (qui sont parfois des rééditions) : Théorie de la prose de Šklovskij, Du vers de Tomaševskij, Archaïstes et novateurs de Tynjanov, la Culture de la langue de Vinokur... C’est en 1929 que Roman Jakobson publie ses « Remarques sur l’évolution phonologique du russe comparée à celle des autres langues slaves », un des textes fondateurs de la phonologie moderne. Et cette énumération, forcément sélective, ne mentionne pas d’autres noms, plus ou moins proches du formalisme, ceux de Viktor Žirmunskij (Questions de théorie de la littérature, 1928), Viktor Vinogradov (la Prose littéraire, 1930) ou, situé aux antipodes, celui de Mixail Baxtin (Problèmes de l’œuvre de Dostoevskij, 1929), de Valentin Vološinov (le Marxime et la philosophie du langage, 1929). En 1929, Belyj met un point d’orgue à ses recherches sur le vers, avec le Rythme comme dialectique et le Cavalier de bronze.

  • 16 Il s’agit du procès-verbal de la séance du CLM du 1er juin 1919, lors de laquelle, après un exposé (...)
  • 17 En 1919, la parution de Nauka o stixe de Brjusov est suivie de trois comptes rendus négatifs, dus à (...)
  • 18 Fleishman (ed.), « Письма Б. В. Томашевского В. Г. Брюсову », Труды по знаковым системам V, Tartu, (...)

11Parmi les apports des formalistes, un domaine n’a volontairement pas été mentionné, celui de l’étude du vers (stixovedenie) : il a pourtant reçu de leur part une impulsion décisive, mais pour des raisons parfaitement compréhensibles, il est assez peu question de ce sujet hors de la slavistique. L’accès aux subtilités de la métrique russe et slave reste interdit à ceux qui ne parlent pas la (es) langue(s) de l’original. Mais, comme le met en évidence Igor Pilshchikov dans son introduction à la publication d’un inédit essentiel16, les formalistes ont été à l’origine d’avancées décisives en ce secteur, grâce, principalement, au Cercle linguistique de Moscou et à six de ses membres, Roman Jakobson, Boris Jarxo, Boris Tomaševskij déjà cités, auxquels on peut ajouter Osip Brik, Sergej Bobrov, Maksim Kenigsberg. Leurs discussions ne portent pas seulement sur quelques points précis de métrique (place des accents, possibilités ou non d’accents non métriques etc.), mais ont pour enjeu des notions centrales telles que le rythme poétique, l’auréole sémantique du mètre, la conception même du vers. Un aspect important de la constitution de l’approche formaliste du vers est son positionnement anti-symboliste, dirigé, en particulier, contre les travaux de métrique du poète symboliste Valerij Brjusov. Ce durcissement qui n’empêchera pas les formalistes de reconnaître plus tard leur dette à l’égard des symbolistes, de Belyj au premier chef, n’est sans doute pas étranger à la révolution, même s’il n’y a pas de lien causal direct entre les deux phénomènes. Pour des raisons strictement tactiques, les jeunes philologues du CLM ont sans doute besoin d’affirmer leur position, quitte pour cela à faire preuve d’intransigeance et de partialité17. On rappellera que Tomaševskij, un des plus acerbes dans ses critiques, s’était pourtant adressé à Brjusov en 1910-1911 pour lui faire part du résultat de ses premiers travaux sur le vers18.

  • 19 N. A. Bogomolov, « Пастернак в дневнике И. Н. Розанова », Russian Literature, 78, 2015, 3-4, p. 655 (...)

12Plus généralement, après 1917, tout ce qui est lié au symbolisme, y compris ses aspects les plus modernes, peut donner l’impression d’appartenir à la culture du passé. Ainsi Boris Ejxenbaum qui, à la différence de son frère aîné, l’anarchiste Vsevolod Voline, n’était pas particulièrement impliqué dans la vie politique, a l’impression confuse d’abord, puis de plus en plus nette, que la révolution en cours rend obsolète sa propre méthode de critique esthétisante, telle qu’il la pratique depuis les années 1910 et qui est liée au symbolisme. Ce sentiment le conduit paradoxalement non pas à une lecture engagée de la littérature, mais à une approche formelle, débarrassée de toute « brume gnoséologique » qui a pour résultat sa célèbre étude « Comment est fait le Manteau de Gogol′ ? » (1919) et son ralliement au groupe de Šklovskij. D’une façon générale, les critiques traditionnels peuvent à l’occasion être attirés par ce qui est perçu comme novateur et tirer profit des débats auxquels ils assistent, sans pour autant se rallier définitivement à tel ou tel groupe ou changer de méthode. C’est ce que met en évidence Nikolaj Bogomolov sur l’exemple d’Ivan Nikanorovič Rozanov (1874-1959), un critique assez discret dont la carrière fut relativement prospère à la période soviétique et qui a été un participant assidu des réunions du CLM, sans être pour autant un de ses membres. Il figure parmi les intervenants de la discussion qui a suivi l’exposé d’Osip Brik le 1er juin 1919 et dont Igor Pilshchikov publie le compte rendu. Sa biographie officielle ne laissait pas imaginer qu’il ait pu, un moment, être au cœur d’une activité intellectuelle aussi foisonnante, n’eût été son journal, objet d’une attention soutenue de la part des chercheurs ces dernières années19. Ce document rend compte plus largement de l’effervescence intellectuelle, poétique qui suit la révolution et révèle l’évolution de son auteur qui, à suivre les séances du CLM, en vient à une approche des courants littéraires qui peut faire penser aux analyses des formalistes, en particulier à l’article de Jurij Tynjanov, « L’intervalle » (1924). Ce cas tend à élargir, de façon inattendue, l’influence du mouvement et confirme, une fois de plus, l’amplitude des tendances novatrices.

  • 20 Littérature et révolution, traduit du russe par Pierre Frank, Claude Ligny et Jean-Jacques Marie, P (...)

13Par son intérêt pour les questions techniques, pour la forme de l’expression, le formalisme peut sembler aux antipodes de l’approche sociologique de la littérature, caractéristique du marxisme et c’est bien ainsi que Trockij le présente dans l’article de Littérature et révolution (1923), « L’école formaliste de poésie et le marxisme », tout en lui reconnaissant une certaine utilité strictement pratique20. Néanmoins, entre formalisme et marxisme le fossé n’est pas insurmontable ; l’un et l’autre sont des courants de pensée rationaliste, à la recherche de lois de fonctionnement (zakonomernosti) :

  • 21 Lidija Ginzburg, « Эпохален формализм еще и тем, что в своей склонности к аналитическому разъятию о (...)

Le formalisme est caractéristique de l’époque par sa tendance au décortiquage analytique qui en faisait le double non déclaré de l’analyse historique et sociologique. Il en était l’antipode et le double, ce qui, dans ce vaste développement culturel, se combinait en quelque sorte21.

  • 22 А.Galuškin, « Неудавшийся диалог (из истории взаимоотношений формальной школы и власти) », Тыняновс (...)
  • 23 « De l’art autonome du texte à la parole d’autrui. Boris Èjxenbaum et la rhétorique ». Les attaques (...)

14D’autre part, la plupart des formalistes ne refusent pas de participer aux institutions mises en place par Octobre ; certains se rallient aux bolcheviks, comme les linguistes Evgenij Polivanov, Lev Jakubinskij, le critique Osip Brik. Même Šklovskij qui a dû fuir Petrograd où il était menacé d’arrestation pour son activité dans l’organisation secrète de combat du parti socialiste-révolutionnaire pendant la guerre civile n’est pas hostile, après son retour, à tester la méthode formelle sur l’analyse du discours politique : le numéro de la revue LEF, dirigée par Vladimir Majakovskij, consacré à la langue de Lenin, auquel contribueront les principaux formalistes de Petrograd en est certainement une illustration. Ce numéro poursuit des buts politiques, démontrer que le formalisme est un outil universel, qu’il est compatible avec la révolution et avec le marxisme22, mais il a aussi des conséquences (insoupçonnées) sur l’évolution de certains formalistes, ainsi que l’établit Stefania Sini dans l’article qu’elle consacre à Boris Ejxenbaum23.

  • 24 О. Proskurin, « Две модели литературной эволюции : Ю. Н. Тынянов и В. Э. Вацуро », НЛО, 2000, 42, p (...)
  • 25 Cf. en particulier la dernière publication en date d’un ensemble significatif de procès-verbaux de (...)

15Cet épisode illustre un point important, toujours en débat, celui des liens entre révolution et formalisme. Se développant principalement après 1917, et tissant, malgré les attaques dont il est l’objet de la part des marxistes, des liens institutionnels avec le nouveau régime, celui-ci a pu donner l’impression d’être un mouvement, né de la révolution. Une partie du langage (et des concepts) des formalistes n’est certainement pas sans subir l’influence de la rhétorique révolutionnaire, telle la succession des étapes littéraires envisagée en termes de « lutte » chez Šklovskij ou Tynjanov24. Certains sujets abordés par le CLM sont liés à l’actualité, comme les séances consacrées aux légendes populaires concernant la famille impériale ou aux abréviations de la langue russe de la période révolutionnaire25. L’intransigeance à l’égard des travaux de métrique de Brjusov est aussi le reflet, au moins en partie, des bouleversements en cours.

  • 26 À la différence d’autres pays, le formalisme en Russie est avant tout philologique. Cette affirmati (...)
  • 27 Voir, entre autres, Aleksandr Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme (...)

16Cependant l’aspiration au renouveau disciplinaire qui s’exprime dans le formalisme philologique est bien antérieur à la révolution26 : ses prémices remontent aux années 1910, aux avancées de la linguistique, à la réhabilitation de l’esthétique, caractéristique de l’Âge d’argent et à l’émergence du futurisme, sans parler de son « contexte européen »27. Les premières déclarations de Šklovskij datent de 1913 ; les débuts informels de l’Opojaz se situent vers 1914, après sa rencontre avec les deux élèves de Baudouin de Courtenay, Jakubinskij et Polivanov. Le CLM est officiellement fondé en 1915.

  • 28 Publié dans le fascicule deux des Cборники по теории поетического языка [Recueils de théorie du lan (...)

17Cependant, par un hasard de calendrier, l’article de Šklovskij, « L’art comme procédé », considéré comme la première plate-forme de l’Opojaz, paraît en 191728. Quant à Jakobson, dans ses souvenirs des années 1960, il s’est plu à dater la fondation du groupe de Petrograd de février 1917 :

  • 29 « Un exemple de migration de termes et de modèles institutionnels », Tel Quel 41, 1970, p. 97 ; rep (...)

Vers la fin de l’année 1916, Osip Brik, anticipateur clairvoyant, publia la première déclaration de ce groupe en effervescence [Opojaz], le premier Sbornik po teorii poetičeskogo jazyka et, quelques semaines plus tard, en février 1917, il nous invita B. M. Ejxenbaum, L. P. Jakubinskij, V. B. Šklovskij et moi-même, à dîner chez lui, réunion animée au cours de laquelle fut décidée la création de cette nouvelle association29.

  • 30 Sur ce sujet, voir la mise au point de Jean-Philippe Jaccard, « Du futurisme au formalisme », in le (...)
  • 31 Boris Jarxo, Методологию точного литературоведения, M., Jazyki slavjanskix kul′tur, 2006.
  • 32 Précisons que cette opposition concerne le CLM, après le départ de son premier président Roman Jako (...)

18Aussi révolution méthodologique et révolution sociale ont-elles, pour un temps, coïncidé ; la veine iconoclaste du formalisme, héritière de ses liens avec l’avant-garde futuriste30, a indéniablement été renforcée par le climat général de renversement du monde ancien. Néanmoins, une partie significative des recherches s’est poursuivie après 1917, de façon indépendante de l’actualité politique. La branche moscovite du formalisme, en la personne de Boris Jarxo par exemple31, s’est efforcée de conserver sa neutralité académique, d’où la prééminence que certains spécialistes voudraient lui attribuer aujourd’hui, au détriment de l’Opojaz, davantage lié à l’époque32.

  • 33 « “Наследство и наследственность” : эволюция критики русской детской литературы 1910-20х годов ».

19Si le formalisme est un des principaux vecteurs du renouveau de la philologie russe des années 1910-1920, il côtoie bien d’autres tendances. Trois articles jettent des éclairages sur des approches littéraires et artistiques contemporaines. Ilona Svetlikova revient sur la trajectoire du poète symboliste Andrej Belyj. Elle relie ses affirmations les plus radicales de son texte de 1929, le Rythme comme dialectique et le Cavalier de bronze, dans lequel il fait de Puškin un auteur quasiment révolutionnaire, à des éléments de même nature, déjà présents dans son roman, conçu avant la révolution, Pétersbourg (1913) et publié la première fois en 1916. Dans « Le projet excursionniste et l’étude des sites littéraires (1921-1924) », Frances Nethercott met en évidence, pour sa part, l’originalité de méthodes de travail élaborées avant la révolution par le médiéviste Ivan Grevs (1860-1941) et reprises par son élève, Nikolaj Anciferov (1889-1958). Ces méthodes qui affirment l’importance, entre autres, des voyages culturels sur le terrain afin de se pénétrer de « l’âme d’un lieu » bénéficient d’un soutien officiel après la révolution et suscitent l’intérêt du commissaire à l’instruction publique Anatolij Lunačarskij, avant d’être finalement absorbées au profit des « études locales » (kraevedenie). Svetlana Maslinskaja insiste pour finir sur les éléments de continuité qui marquent l’approche critique de la littérature pour enfants entre les années 1910 et 192033.

  • 34 Quelques données se trouvent dans Petr Bogatyrev, Roman Jakobson, Славянская филология в России за (...)
  • 35 À ce sujet, pour une première tentative de typologie, cf. Vladimir Alpatov, « Филология и революция (...)

20Ces éléments d’apparente continuité ne sauraient masquer les failles et ruptures qui affectent les disciplines philologiques et qui sont dues principalement à la désorganisation du tissu institutionnel, aux clivages politiques, aux disparitions prématurées, aux départs et à l’exil. Au nombre des pertes subies par la discipline, dues, à différents degrés, aux conditions d’existence dramatiques, consécutives à la révolution, mentionnons celles de Fedor Batjuškov (18571920), Roman Brandt (1853-1920), Sergej Bulič (1859-1921), Pеtr Morozov (1854-1920), Aleksej Šaxmatov (1864-1920), Vjačeslav Ščepkin (1863-1920), Il′ja Šljapkin (1858-1918), Dmitrij Ovsjaniko-Kulikovskij (1853-1920), Semen Vengerov (1855-1920)...34 Des savants implantés dans l’université russe choisissent de rejoindre leurs patries d’origine quand celles-ci recouvrent une indépendance à l’issue de la Première Guerre mondiale, comme Jan Baudouin de Courtenay (1845-1929) ou Tadeusz Zielinski (1859-1944), dont la carrière se poursuit en Pologne. Le germaniste, pilier du comparatisme pétersbourgeois, Fedor Braun (1862-1942) se fixe en Allemagne, à Leipzig. D’une façon générale, ces années confrontent les savants à la nécessité d’un choix, rester, s’adapter ou partir. Si certains linguistes se rallient aux bolcheviks35 , d’autres tel Nicolas Troubetzkoy prennent assez vite la voie de l’émigration.

21Ces sujets ont été bien étudiés et ont donné lieu à de nombreux travaux ; néanmoins, à part quelques monographies consacrées aux figures les plus représentatives, l’approche est le plus souvent globale et concerne l’intelligentsia russe dans son ensemble, principalement dans une perspective politique. Or, l’examen détaillé des trajectoires révèle la présence de nombreuses zones d’ombre, la complexité des motivations et la part non négligeable du hasard, y compris pour ceux qui restent en Russie.

  • 36 . Sur ce point, cf. Catherine Depretto, « Julian Oksman-mémorialiste », in Guido Carpi, Lazar Fleis (...)

22L’obligation qui a été imposée à ces « savants soviétiques » de se composer une biographie idoine, sans accroc, rend particulièrement difficile aujourd’hui la reconstitution de leurs parcours. C’est à des difficultés de cet ordre que se heurte Vadim Parsamov à propos de Julian Oksman (1895-1970), auquel on s’est intéressé ces dernières années plus pour son activité quasi-dissidente au moment du Dégel que pour l’ensemble de sa carrière scientifique et administrative36. Pour reconstituer son cheminement en 1917, pour comprendre sur quelle base il se rapproche des bolcheviks, le chercheur doit procéder par recoupement de souvenirs souvent écrits a posteriori ; il ne peut se livrer qu’à des conjectures, même si quelques correspondances ont échappé miraculeusement aux destructions. Si sa carrière de gestionnaire stalinien ne doit pas influencer notre lecture des premières années postrévolutionnaires d’Oksman, le choix de l’émigration par Al′fred Bem (1886-1945 ?), son aîné et condisciple à l’Université de Saint-Pétersbourg, ne doit pas nous pousser davantage à des jugements hâtifs. Grâce à l’analyse de sa correspondance, Stéphanie Cirac détaille ses atermoiements au cours de l’année 1917 ; elle reconstitue le faisceau d’éléments qui le font d’abord quitter Petrograd pour l’Ukraine, puis le poussent définitivement hors des frontières de l’ancien Empire russe, malgré des projets de collaboration scientifique entre la Russie et l’Ukraine.

  • 37 Cf. Tomáš Glanc (ed.), R. Jakobson, Formalistická škola a dnešní literární věda ruská : Brno 1935, (...)
  • 38 “Spiritual Streams and Cultural Models pursued by Russian Literary Scholars exiled in interwar Czec (...)
  • 39 Sur les historiens russes à Prague, cf. M.V. Kovalev, Русские историки-эмигранты в Праге (1920-1940 (...)
  • 40 Lettre de Jakobson à Šklovskij du 7 novembre 1922, A. Galuškin, « Виктор Шкловский и Роман Якобсон. (...)

23Pour d’autres raisons, la situation de Roman Jakobson (1896-1982) à Prague dans l’entre-deux-guerres, en particulier pendant les années 1920, illustre les ambiguïtés de cette Russie hors frontières : celui qui peut apparaître comme un émigré travaille à son arrivée en qualité de traducteur pour la Croix rouge soviétique et garde la nationalité soviétique jusqu’à la fin des années 1930. Dans le même temps, il cherche à s’intégrer au milieu scientifique local et national : après bien des difficultés, il est admis à enseigner à l’université de Brno37. Ces liens gardés avec la patrie soviétique expliquent certainement pour une bonne part l’animosité que suscite sa personne, en particulier chez un critique littéraire russe moins connu du Prague de l’entre-deux-guerres, émigré de la première heure et plus traditionnel, Evgenij Ljackij (1868-1942), auquel le confronte Miloš Zelenka dans une contribution bien documentée38. Outre l’éclairage apporté sur ces deux figures et la révélation de plusieurs éléments significatifs, l’article rappelle l’importance de Prague comme foyer intellectuel de l’émigration russe39 et met en lumière son caractère composite. Les milieux académiques ne sont pas épargnés (au contraire) par les clivages politiques et méthodologiques : pour preuve les efforts déployés par Ljackij pour empêcher Viktor Šklovskij de faire des conférences à Prague40.

  • 41 Voir néanmoins, M. A. Robinson, Судьба академической элиты : отечественное славяноведение (1917 – н (...)

24Ces deux derniers articles permettent ainsi une approche plus détaillée de thématiques, déjà bien explorées, mais qui n’ont pas encore été l’objet d’une synthèse d’histoire sociale et culturelle, axée spécifiquement sur les philologues41. L’abondance de matériaux encore inédits, correspondances, journaux personnels, souvenirs, ne peut que stimuler la poursuite des recherches. À terme, celles-ci devraient permettre d’aborder la question de la reconfiguration des communautés scientifiques dans l’Europe de l’entre-deux-guerres et de mettre en lumière, de façon plus systématique, le degré d’intégration de ces philologues à la vie intellectuelle des capitales d’adoption, principalement Belgrade, Berlin, Paris, Prague, Sofia...

25Au terme de cette présentation forcément trop succincte, nous voudrions rendre hommage à la mémoire de deux représentants importants de la théorie littéraire du xxe siècle, disparus au début de l’année 2017. Le premier, Lubomir Doležel est né en 1922, dans l’actuelle République tchèque et est décédé à Vérone en janvier 2017. Structuraliste, théoricien de la littérature, il s’est installé au Canada après l’écrasement du Printemps de Prague et était professeur émérite de l’université de Toronto. Son œuvre renoue avec la tradition du structuralisme tchèque, combinée à l’apport de la logique linguistique, de la sémiotique et de la narratologie. Parmi ses principaux concepts, on mentionnera celui des modes narratifs et des mondes possibles (fictifs) et parmi ses principaux ouvrages, Occidental Poetics : tradition and Progress (1989) ; Heterocosmica : Fiction and Possible Worlds (1998). Possible Worlds of Fiction and History : The Postmodern stage (2010).

  • 42 Pour une analyse plus détaillée de l’œuvre de Tzvetan Todorov, nous renvoyons au très bel hommage d (...)

26Le second, Tzvetan Todorov, né en Bulgarie en 1939, décédé à Paris le 7 février 2017, a été au cœur de la vie intellectuelle française et internationale pendant une cinquantaine d’années. Directeur de recherche au CNRS, un des fondateurs du Centre de recherche sur les arts et le langage (CRAL) de l’EHESS, critique, théoricien de la littérature et historien, il est l’auteur de près de quarante titres, traduits en plus de vingt-cinq langues. Il a été, entre autres, l’introducteur en France du formalisme russe, grâce à l’anthologie de textes, publiée sous sa direction dans la collection « Poétique » du Seuil en 1966, intitulée Théorie de la littérature et préfacée par Roman Jakobson. Il a contribué ensuite à faire connaître l’œuvre de Mikhaïl Bakhtine, avec le Principe dialogique (1981). Son œuvre se répartit principalement en deux grands volets, un de critique littéraire, avec les désormais classiques Introduction à la littérature fantastique (1970), Poétique de la prose (1971), Théories du symbole (1977), les Genres du discours (1978)..., un second d’histoire des idées, consacré principalement aux Lumières, à une réflexion sur l’altérité et sur le totalitarisme, Mémoire du mal, tentation du bien (2000). La poésie et la littérature russes ont toujours été au cœur de ses préoccupations, ainsi qu’en témoigne son dernier ouvrage, paru quelques jours après sa disparition, la Révolution et les artistes. Russie : 1917-194142.

27Le numéro n’aurait pu être possible sans la collaboration de tous les contributeurs que je remercie chaleureusement pour s’être pliés de bonne grâce aux règles éditoriales de la Revue des études slaves. Ma gratitude va également à tous ceux qui, par leur relecture attentive, leurs traductions, m’ont aidée à réaliser ce numéro, mes collègues, Sylvie Archaimbault, Philippe Gelez, Bella Ostromooukhova, les doctorants et docteurs, Stéphanie Cirac, Claire Delaunay, Laura-Jane Duquesney, Eugène Priadko, Elena Ourjoumtseva, Daria Sinichkina.

28Une mention particulière revient à Astrid Mazabraud pour son aide indéfectible et le soin mis à l’accomplissement d’un projet dont elle a fidèlement suivi toutes les étapes.

Paris, avril 2017.

Haut de page

Notes

1 « Слово и культура » (1921), in Сочинения в двух томах, t. 2, M., Xudožestvennaja literatura, 1990, p. 169. L’usage veut que l’on traduise le russe « slovo » par « verbe ». Nous préférons le terme de « mot », correspondant, nous semble-t-il, davantage au philologisme du poète et à sa conception de la langue comme de l’écriture poétique.

2 Cet aspect sera particulièrement développé au XXe siècle, à travers l’essor, entre autres, de la sociolinguistique. Sur l’approche de la langue du point de vue de la sociologie, cf. John B. Thompson, « Préface », in Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Points Seuil, 2001, p. 7-51.

3 Si le terme n’est plus guère utilisé en français, il est, en revanche, toujours vivace en russe. Il plaisait certainement encore à Roman Jakobson dont la tombe porte l’inscription « philologue russe ». Pourtant, le linguiste s’était fermement opposé à son ami Grigorij Vinokur dans sa réhabilitation de la philologie (vs linguistique) à partir du milieu des années 1920. À ce sujet, cf. S. I. Gindin, E. A. Ivanova (eds.), « Друзья в жизни-оппоненты в науке. Переписка Г. О. Винокура и Р. О. Якобсона », Новое литературное обошрение, 21, 1996, p. 59-111. Introduction, p. 59-70.

4 « Улля, улля, марсиане !», Искусство коммуны 30 mars 1919, repris dans Ход коня, M. – Berlin, Gelikon, 1923, p. 39 (tr. fr. Michel Petris, la Marche du cheval, Paris, Champ libre, 1973, p. 37).

5 Cf. parmi les derniers ouvrages parus, Sergej Zenkin, Elena Šumilova (eds.), Русская интеллектуальная революция 1910-1930-x годов, M., NLO, 2016.

6 « Декретъ о введеніи новаго правописанія », Газета Временнаго Рабочаго и Крестьянскаго Правительства, 23 декабря (5 января) декабря 1917, no 40, p. 1.

7 Cf. l’anecdote selon laquelle le peintre Il′ja Repin aurait refusé d’attester que Šklovskij n’était pas un bolchevik parce que la demande qu’il lui avait envoyée était rédigée selon la nouvelle orthographe, Roman Jakobson, Будетлянин науки. Воспоминания, письма, статьи, стихи, проза, M., Gileja, 2012, p. 77-78.

8 Cf., par exemple, André Mazon, Lexique de la guerre et de la révolution en Russie, Paris, Honoré Champion, 1920 ; A. G. Gornfel′d, Новые словечки и старые слова, Pb., Kolos, 1922 ; S. Karcevskij, Язык, война, революция, Berlin, Russkoe universal′noe izdatel′stvo, 1923 ; G. O. Vinokur, Культура языка, 2e éd., M., 1929 [1925]et surtout A. M. Seliščev, Язык революционной эпохи. Из наблюдений над русским языком последних лет (1917-1926),М., Rabotnik prosveščenija, 1928 ; réédition fac-similé Leipzig, 1974. Pour un point de vue actuel sur l’ouvrage, cf.Viktor Živov, « Язык и революция. Размышления над старой книгой А. М. Селищева », Отечественные записки, 2005, no 2, p. 175-200.

9 « Крестьянский язык и революция. Письма во власть до и после 1917 г. ». Sur ce sujet, cf. également Orlando Figes, « The Russian Revolution of 1917 and Its Language in the Village », The Russian Review, 56, 3, 1997, p. 323-345.

10 Pour une mise en perspective, cf. Juliette Cadiot, Dominique Arel, Larissa Zakharova (eds.), Cacophonies d’Empire. Le gouvernement des langues dans l’Empire russe et l’Union soviétique, Paris, CNRS éditions, 2010.

11 A. Krusanov, Русский авангард, 1907-1932 : исторический обзор в трех томах, t. 1, kn. 1, M., Novoe literaturnoe obozrenie, 1996 (rééd. 2010) ; t. 2, kn. 1, 2, 2003. A. Galuškin (ed.), Литературная жизнь России 1920-х годов : события, отзывы современников, библиография, t. 1, č. 1, Москва и Петроград 1917-1920 гг., t. 2, č. 2, Москва и Петроград 1921-1922 гг., М., IMLI RAN, 2005.

12 L’article rédigé en commun par Jakobson et Tynjanov (1928), plate-forme du formalisme de la maturité, est intitulé « Problèmes des études littéraires et linguistiques ». Sur l’importance du mouvement, voir Antoine Compagnon, le Démon de la théorie : littérature et sens commun, Paris, Seuil, 1998, p. 22-24 et sur les raisons de ce phénomène, Galin Tixanov, « Почему современная теория литературы возникла в Центральной и Восточной Европе ? », НЛО, 53, 2002. À compter de 2013, date anniversaire d’une des premières interventions (1913) de Šklovskij, les colloques et publications consacrés au formalisme russe ont été nombreux. On signalera, à titre d’exemple, la volumineuse anthologie parue sous la direction de S. A. Ušakin, Формальный метод : Антология русского модернизма, t. 1, Системы ; t. 2, Материалы ; t. 2, Tехнологии, Ekaterinburg, М., Kabinetnyj učenyj, 2016 (trois volumes de près de 1 000 pages). Voir enfin, Jan Levčenko, Igor Pilščikov (eds.), Эпоха “остранения”. Русский формализм и современное гуманитарное знание, M., NLO, 2017.

13 Reprise par Gérard Genette dans l’opposition histoire/récit, cf. Nouveau discours du récit (1983), in Gérard Genette, Discours du récit, Paris, Points Seuil, 2007, p. 297-298.

14 Sur les différents formalismes, cf. Tzvetan Todorov, « Le langage poétique », in Critique de la critique, Paris, Seuil, Poétique, 1984, p. 17-37.

15 L’expression de « décennie remarquable » est empruntée au mémorialiste Pavel Annenkov qui l’utilise à propos des années 1838-1848 pour évoquer la richesse des débats intellectuels entre Belinskij, Granovskij, Herzen... ; elle est reprise par Grigorij Vinokur dans une lettre adressée le 23 décembre 1943 à Boris Èjxenbaum après la mort de Jurij Tynjanov pour caractériser leur époque (les années 1920), cf. Е. А. Тоddes (ed.), Литературное обозрение, 10, 1984, p. 112.

16 Il s’agit du procès-verbal de la séance du CLM du 1er juin 1919, lors de laquelle, après un exposé d’Osip Brik sur le rythme du vers ont pris la parole Tomaševskij, Jakobson, Vinokur, Aleksandr Romm, Ivan Rozanov... Pour une présentation générale du CLM, voir principalement G. S. Barankova, « К истории Московского лингвистического кружка : материалы из рукописного архива Института русского языка », Язык. Культура. Гуманитарное знаниe, M., Naučnyj mir, 1999, p. 359-382 ; A. V. Krusanov, « МЛК », Русский авангард 1907-1923 : исторический обзор, t. 2, kn. 1, Футуристическая революция, 1917-1921, М., 2003, p. 452-495. Pour des références plus détaillées, cf. l’article d’Igor Pilshchikov dans le présent numéro.

17 En 1919, la parution de Nauka o stixe de Brjusov est suivie de trois comptes rendus négatifs, dus à Brik, Jakobson, Tomaševskij (le seul compte rendu positif est celui de Vjačeslav Ivanov) et le 1er avril 1921 une séance spéciale du CLM est consacré au sujet (Lazar Fleishman, « Томашевский и Московский лингвистический кружок », Труды по знаковым системам IX, Tartu, 1977, p. 113-124). Voir également S. I. Gindin, « Первый конфликт двух полокений основателей русского стиховедения», « Как МЛК воевал с Брюсовым и Потебней », НЛО, 86, 2007, 4, p. 64-69 et 70-78.

18 Fleishman (ed.), « Письма Б. В. Томашевского В. Г. Брюсову », Труды по знаковым системам V, Tartu, 1971 p. 532-544.

19 N. A. Bogomolov, « Пастернак в дневнике И. Н. Розанова », Russian Literature, 78, 2015, 3-4, p. 655-678 ; du même auteur « Разговор с Мариной Цветаевой : из дневника И. Н. Розанова », Новый мир, 2016, 4, p. 181-192 ; « Ходасевич в дневнике И. Н. Розанова (1913-1923) », Russian Literature, 2016, 83-84, p. 201-247 ; « Ахматова в дневнике И. Н. Розанова », Русская литература, 3, 2016, p. 200223 ; « Пастернак в дневнике И. Н. Розанова. Статья вторая 1930-1940-е годы », Новое о Пастернаках : Материалы Пастернаковской конференции 2015 года в Стэнфорде, Мoskva, Аzbukovnik, 2017, p. 461-492 ; S. Ju. Preobraženskij, « Русский формализм глазами традиционалиста (И. Н. Розанов об О. М. Брике и МЛК)», in : G. V. Vekšin (ed.), Методология и практика русского формализма : Бриковский сборник, vyp. II, М., Azbukovnik, 2014, p. 101.

20 Littérature et révolution, traduit du russe par Pierre Frank, Claude Ligny et Jean-Jacques Marie, Paris, Les Éditions de la passion, 2000, p. 99-110.

21 Lidija Ginzburg, « Эпохален формализм еще и тем, что в своей склонности к аналитическому разъятию он был неузнанным двойником исторического и социологического анализа. Антиподом и двойником – что как-то увязывалось в большом культурном развороте», Записные книжки. Воспоминания. Эссе, SPb, Iskusstvo-SPb, 2002, p. 295.

22 А.Galuškin, « Неудавшийся диалог (из истории взаимоотношений формальной школы и власти) », Тыняновский сборник 6, Riga-M., 1992, p. 210-217. Dans une lettre du 2 octobre 1924 adressée à Èjxenbaum et Tynjanov, Šklovskij écrit entre autres : « Kamenev a parlé de nos articles sur Lénine avec Maïakovski ; il n’en revenait pas qu’Eichenbaum et Tynianov aient si bien compris la personnalité de Lénine sans le connaître. Il a dit que ce que nous avions écrit sur Lénine correspondait étonnament à Lénine vivant. Cela fait bien plaisir, indépendamment de toute autre considération.», cité d’après « Trois lettres de Viktor Chklovski », les formalistes russes, Europe, 911, mars 2005, p. 120.

23 « De l’art autonome du texte à la parole d’autrui. Boris Èjxenbaum et la rhétorique ». Les attaques que les formalistes ont eu à subir de la part des marxistes sont un épisode bien connu, sur lequel nous ne reviendrons pas et qu’éclaire, en partie, l’article de Stefania Sini. Cf. également Gérard Conio, le Formalisme et le futurisme russes devant le marxisme, Lausanne, L’Âge d’homme, 1975.

24 О. Proskurin, « Две модели литературной эволюции : Ю. Н. Тынянов и В. Э. Вацуро », НЛО, 2000, 42, p. 63-77.

25 Cf. en particulier la dernière publication en date d’un ensemble significatif de procès-verbaux de séances du CLM, A. L. Toporkov et A. A. Pančenko (eds.), « Fol′klornye temy na zasedanijax MLK », in A. L. Toporkov (ed.), Неизвестные страницы русской фольклористики, М., Indrik, 2015, p. 72-141.

26 À la différence d’autres pays, le formalisme en Russie est avant tout philologique. Cette affirmation est susceptible d’être corrigée, si l’on prend en considération l’héritage des historiens de l’art, travaillant au GAXN, comme A. G. Gabričevskij (1891-1968). Cf. A. G. Gabričevskij, Морфология искусства, M., Agraf, 2002 et, à son sujet, Биография и культура : документы, письма, воспоминания, M., Rosspèn, 2011. D’une façon générale, il est possible de repérer dans la pratique de certains peintres et critiques d’art des éléments formalistes, ce qui n’en fait pas pour autant des « formalistes » au sens historique.

27 Voir, entre autres, Aleksandr Dmitriev, « Le contexte européen (français et allemand) du formalisme russe », Cahiers du monde russe, 43, 2002, 2/3, p. 423-440 ; Ilona Svetlikova, Истоки русского формализма. Традиция психологизма и формальная школа, M., NLO, 2005 ; Céline Trautmann-Waller, Carole Maigné (eds.), Formalismes esthétiques et héritage herbatien, Vienne, Prague Moscou, Hildesheim – Zürich – New York, Georg Olms Verlag, 2009 ; Michel Espagne, Ekaterina Dmitrieva, Valerij Zemskov (eds.), Европейский контекст русского формализма (к проблеме эстетических пересещений : Франция, Германия, Италия, Россия), M., IMLI RAN, 2009.

28 Publié dans le fascicule deux des Cборники по теории поетического языка [Recueils de théorie du langage poétique].

29 « Un exemple de migration de termes et de modèles institutionnels », Tel Quel 41, 1970, p. 97 ; repris dans Roman Jakobson, Selected Writings 2, The Hague – Paris, Mouton, 1971, p. 527-538. Jusqu’à aujourd’hui il n’y a pas de « date officielle » de fondation de l’Opojaz.

30 Sur ce sujet, voir la mise au point de Jean-Philippe Jaccard, « Du futurisme au formalisme », in les Formalistes russes, Europe, 911, mars 2005, p. 37-54 ainsi que Marija Umnova, Aвангардные установки в теории литературы и критике Опояза, M., Progess-tradicija, 2013.

31 Boris Jarxo, Методологию точного литературоведения, M., Jazyki slavjanskix kul′tur, 2006.

32 Précisons que cette opposition concerne le CLM, après le départ de son premier président Roman Jakobson. Sur science et politique dans la carrière de ce dernier, cf. Tomas Glanc, « (Интеллектуальные) революции Романа Якобсона, 1910-1930-e годы », in Русская интеллектуальная революция 1910-1930-x годов, op. cit., p. 102-114.

33 « “Наследство и наследственность” : эволюция критики русской детской литературы 1910-20х годов ».

34 Quelques données se trouvent dans Petr Bogatyrev, Roman Jakobson, Славянская филология в России за годы войны и революции, Berlin, Opojaz, 1923, p. 8-10.

35 À ce sujet, pour une première tentative de typologie, cf. Vladimir Alpatov, « Филология и революция », НЛO, 53, 2002, p. 199-216.

36 . Sur ce point, cf. Catherine Depretto, « Julian Oksman-mémorialiste », in Guido Carpi, Lazar Fleishman, Bianca Sulpasso (eds.), Venok. Studia slavica Stefano Garzonio sexagenario oblata. In Honor of Stefano Garzonio, part. 1, Stanford Slavic Studies, vol. 40, Stanford, 2012, p. 170-187.

37 Cf. Tomáš Glanc (ed.), R. Jakobson, Formalistická škola a dnešní literární věda ruská : Brno 1935, Praha, Academia, 2005 ; trad. en russe : R. Jakobson, Формальная школа и современное русское литературоведение, М., Jazyki slavjanskix kul′tur, 2011.

38 “Spiritual Streams and Cultural Models pursued by Russian Literary Scholars exiled in interwar Czechoslovakia (Roman Jakobson versus Evgenii Liatsky)”

39 Sur les historiens russes à Prague, cf. M.V. Kovalev, Русские историки-эмигранты в Праге (1920-1940 гг.), Saratov, 2012.

40 Lettre de Jakobson à Šklovskij du 7 novembre 1922, A. Galuškin, « Виктор Шкловский и Роман Якобсон. Переписка (1922-1956) », in : H. Baran, S. Gindin (eds.), Роман Якобсон. Тексты, документы, исследования, М., RGGU, 1999, p. 112-113.

41 Voir néanmoins, M. A. Robinson, Судьба академической элиты : отечественное славяноведение (1917 – начало 30-х годов), М., Indrik, 2004.

42 Pour une analyse plus détaillée de l’œuvre de Tzvetan Todorov, nous renvoyons au très bel hommage de son ancien collègue, Philippe Roussin, paru dans Mediapart, le 17 février 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Introduction. 1917 en Russie : la philologie à l’épreuve de la Révolution »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 9-22.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Introduction. 1917 en Russie : la philologie à l’épreuve de la Révolution »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/802

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Université Paris-Sorbonne – Eur’Orbem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search