Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Mutations disciplinaires, enjeux ...De l’art autonome du texte à la p...

Mutations disciplinaires, enjeux méthodologiques

De l’art autonome du texte à la parole d’autrui : Boris Èjxenbaum et la rhétorique

From Textual Autonomous art to Individual Speech : Boris Eikhenbaum faced with rhetoric
Stefania Sini
Traduction de Alessandra Mosca
p. 193-203

Résumés

Dans l’article consacré au style de Lenin (LEF, 1924), Èjxenbaum s’éloigne des territoires appartenant canoniquement à la langue poétique afin d’en explorer les périphéries, dans un hybride de stratégies expressives et de besoins pratiques, d’urgence historique et d’impulsions créatrices. À travers l’analyse stylistique de la langue de Lenin, Èjxenbaum circonscrit la sphère des discours persuasifs, le champ de la rhétorique, où se croisent et coexistent de multiples finalités, l’ancrage dans le hic et nunc et la profusion de procédés, intonations, constructions syntaxiques, schémas rythmiques. L’étude sur Lenin met ainsi en lumière la richesse de stimuli théoriques et méthodologiques que présente la zone de frontière entre littérature et société : le problème des relations entre ces deux domaines, dans le présent et dans le passé, occupera dorénavant de plus en plus l’esprit et le temps d’Èjxenbaum et des autres formalistes, qui se pencheront souvent sur des questions concernant les discours individuels, questions qui dépassent, de fait, l’impératif de l’immanence textuelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur Boris Vasil′evič Kazanskij (1889-1962), ami et collaborateur des opojazovcy (en particulier de (...)
  • 2 Majakovskij déclare: « Un livre entier a été confié à nos camarades[sous-entendu les formalistes] q (...)

1En mars 1924, le numéro 1 (5) de LEF est prêt pour publication. La couverture et la rubrique « Théorie » annoncent six contributions consacrées à la langue de Lenin ; les auteurs sont cinq représentants connus de l’Opojaz, Viktor Šklovskij, Boris Èjxenbaum, Jurij Tynjanov, Boris Tomaševskij, Lev Jakubinskij auxquels s’ajoute Boris Kazanskij1. Initié par Šklovskij, ce projet a été fortement encouragé par Osip Brik, mais aussi par Vladimir Majakovskij qui lui accorde « une grande importance »2.

Les attaques de Trockij

  • 3 Lev Trockij, « Формальная школа поэзии и марксизм », Правда, 166, 26 juillet 1921 ; réédition in Ли (...)
  • 4 Cf. Aleksandr Galuškin, « Неудавшийся диалог (из истории взаимотношений формальной школы и власти)  (...)

2La période est tout sauf facile pour l’Opojaz. Le 26 juillet 1923 est paru dans la Pravda un long article de Trockij, intitulé « L’école formaliste de poésie et le marxisme »3. Il s’agit d’une attaque virulente contre le futurisme russe et le formalisme, marquant une fracture décisive dans la vie littéraire et artistique soviétique des années 19204. En critiquant l’appareil théorique et méthodologique des formalistes et en dénonçant, en même temps, l’esthétique de l’art pur et l’avant-garde, incarnée par les futuristes Vladimir Majakovskij et Velemir Xlebnikov, Trockij s’engage à construire une doctrine de l’art marxiste devant accompagner la marche triomphale de la nouvelle société soviétique. En démolissant ainsi les bases d’un groupe d’études qui représente à son sens un résidu exténué de l’idéalisme bourgeois, il propose une théorie de la littérature socialiste fondée sur le matérialisme dialectique et déclinée dans un sens utilitariste :

  • 5 Léon Trotsky, « L’école formelle de poésie et le marxisme », Littérature et Révolution, traduction (...)

La création artistique est toujours un retournement complexe des formes anciennes sous l’influence de nouveaux stimulants, qui prennent naissance en dehors de l’art. C’est dans ce sens large que l’on peut parler de fonction de l’art, dire que l’art sert. Il n’est pas un élément désincarné se nourrissant de lui-même, mais une fonction de l’homme social, indissolublement liée à son milieu et à son mode de vie5.

3Cette théorie ne manque pas de prendre en compte les facteurs techniques et constructifs que les formalistes ont placés au centre de leurs analyses de textes en vers et en prose – montages, orchestrations, intrigues, articulations de procédés – mais elle réserve à ces éléments une fonction tout à fait subalterne.

  • 6 Trotsky, « L’école formelle de poésie et le marxisme », op. cit., p.191-192 ; Trockij, « Формальная (...)

Mais les formalistes se refusent à admettre que leurs méthodes n’ont d’autre valeur qu’accessoire, utilitaire et technique, semblable à celle de la statistique pour les sciences ou du microscope pour les sciences biologiques. Ils vont beaucoup plus loin : pour eux, les arts de la parole trouvent leur achèvement dans le mot, comme les arts plastiques dans la couleur. Un poème est une combinaison de sons, une peinture une combinaison de taches, et les lois de l’art sont celles de ces combinaisons. Le point de vue social et psychologique, qui pour nous est seul à donner un sens au travail microscopique et statistique sur le matériel verbal, n’est pour les formalistes que de l’alchimie6.

  • 7 Sur l’intérêt de Trockij pour la psychanalyse, cf. Alexander Ètkind, Эрос невозможного. История пси (...)

4Trockij cautionne, en revanche, une approche psychologique et pédagogique greffée sur des bases marxistes indéfectibles7. Selon la dialectique matérialiste, en effet :

  • 8 Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. 147. 


[...] du point de vue du processus historique objectif, l’art est toujours un serviteur social, historiquement utilitaire. Il trouve le rythme des mots nécessaire pour exprimer des sentiments sombres et vagues, il rapproche la pensée et le sentiment, ou les oppose l’un à l’autre, il enrichit l’expérience spirituelle de l’individu et de la collectivité, il affine le sentiment, le rend plus souple, plus sensible, lui donne plus de résonance, il élargit le volume de la pensée grâce à l’accumulation d’une expérience qui dépasse l’échelle personnelle, il éduque l’individu, le groupe social, la classe, la nation8.

5Parallèlement à ces déclarations constructives, Trockij enchaîne sa critique du formalisme, au moyen d’une réfutation systématique des thèses adverses, surtout des plus extrêmes, en particulier celles de Victor Šklovskij et de Roman Jakobson :

  • 9 Trotsky, « L’école formelle... », op. cit., p. 192 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. (...)

“L’art a toujours été indépendant de la vie, et sa couleur n’a jamais reflété la couleur du drapeau qui flotte sur la forteresse de la cité” (Chklovsky). “L’ajustement à l’expression, à la masse verbale, est le moment unique, essentiel de la poésie” (R. Jacobson, dans la Poésie russe d’aujourd’hui). “Dès l’instant où il y a une forme nouvelle, il y a un contenu nouveau. La forme ainsi détermine le contenu” (Kroutchenykh). “La poésie, c’est la mise en forme du mot, qui est valable en soi ou, comme le dit Khlebnikov, qui est “autonome”” (Jacobson), etc.9

6La stratégie argumentative met en avant sa clarté élémentaire qui réside dans la délimitation nette des frontières entre les deux camps opposés : d’un côté, les formalistes, de l’autre les marxistes. La polémique est soutenue et le ton plutôt âpre, voire résolument offensif par endroits : une métaphore insultante ne cesse d’accompagner le chapelet d’accusations – idéalisme, superstition, ignorance présomptueuse – portées contre les adversaires.

7En ouverture (quatrième paragraphe) :

  • 10 Trotsky, « L’école formelle... », op. cit., p. 190 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. (...)

Qu’est-ce que l’école formaliste ?
Telle qu’elle est actuellement représentée par Chklovsky, Jirmunsky, Jacobson et autres, elle est tout d’abord un avorton insolent10.

  • 11 Cf. Chaim Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, La nouvelle rhétorique, Br (...)

8En clôture, avec amplificatio, improperium supplémentaire et “dissociation des notions”11 :

  • 12 Trotsky, « L’école formelle... », op. cit., p. 213 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. (...)

L’école formaliste est un avorton disséqué de l’idéalisme, appliqué aux problèmes de l’art. Les formalistes montrent une religiosité qui mûrit très vite. Ils sont les disciples de saint Jean : pour eux, “au commencement était le Verbe”. Mais pour nous, “au commencent était l’Action”. Le mot la suivit comme son ombre phonétique12.

  • 13 A. Galuškin dresse une liste non exhaustive de ces réimpressions, parues entre 1923 et 1925: in Жиз (...)

9Ainsi s’achève le réquisitoire de Trockij. L’essai est par la suite édité plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il devienne un morceau d’anthologie : il paraît non seulement dans des revues mais aussi dans plusieurs volumes, à commencer par le livre de Trockij lui-même Littérature et révolution de 1923, et ensuite dans différents recueils d’esthétique marxiste13.

La réaction d’Èjxenbaum

  • 14 Galuškin, « Неудавшийся диалог... », art. cit., p. 210.


10Inévitablement, ces éditions donnent rapidement au débat une tournure autre que simplement académique. Comme le remarque Aleksandr Galuškin, jusque-là « les Formalistes n’avaient pas suscité une attention particulière de la part du pouvoir » : au contraire, « leurs livres sortaient avec un nombre de tirages relativement élevé, on publiait leurs articles, l’Opojaz était officiellement enregistré et il fonctionnait14 ». À partir de là, les choses changent et la confrontation avec l’idéologie officielle devient menaçante.

  • 15 Èjxenbaum, « Вокруг вопроса о “формалистах” », Печать и революция, V, 1924, p. 1-12.
  • 16 Id., « В ожидании литературы », Русский современник, I, 1924, p. 80-90.

11Entre 1923 et 1924, Boris Èjxenbaum écrit deux réponses pour riposter non seulement aux attaques de Trockij mais aussi à la constellation d’interventions autour de la “soi-disant méthode formelle”, parues au cours des années précédentes. Dans ses plaidoiries, envoyées aux revues Pečat i revoljucija15et Russkij sovremennik16, Èjxenbaum défend fermement les résultats scientifiques obtenus par la Société pour l’étude du langage poétique (Opojaz) et leur signification fondatrice, il en précise les bases théoriques, il établit une distinction entre méthodes et principes. On lit dans sa première intervention, datée du 17 septembre 1923 :

  • 17 Èjxenbaum, « Вокруг вопроса о “формалистах” », art.cit., p. 3-4. Èjxenbaum commence par des affirma (...)

Reconnaître que le problème fondamental de la science littéraire est la forme spécifique des œuvres verbales et que tous les éléments dont elle est bâtie ont des fonctions formelles en tant qu’éléments constructeurs, cela est certainement un principe, et non pas une méthode. [...]
Estimés collègues, il faut que vous compreniez qu’il ne s’agit pas de méthodes, mais de principes. Vous pouvez inventer autant de méthodes que vous voudrez – la meilleure méthode reste celle qui mène au but avec davantage de certitude. Nous avons autant de méthodes que nous voulons. Mais il ne peut pas y avoir de coexistence pacifique entre dix principes, ni entre deux principes. Le principe qui établit le contenu ou l’objet d’une science donnée doit être un. Notre principe est l’étude de la littérature comme une série spécifique de phénomènes. Il va de soi que celui-ci ne peut pas en avoir d’autres à ses côtés17.

  • 18 Sur l’attitude extrêmement corporatiste des formalistes, non seulement à l’égard des critiques marx (...)
  • 19 Nous lisons par, exemple, dans l’article envoyé à Печать и революция : « En ce qui concerne Viktor (...)

12Èjxenbaum passe à la contre-attaque. Dans ses deux textes, il monte le ton par provocation, et sa stratégie n’est pas différente de celle qu’adopte Trockij lorsqu’il trace offensivement les lignes des frontières entre les camps adverses. Avec une ironie impitoyable, Èjxenbaum fustige des critiques et des professeurs tels que Pavel Sakulin, Sergej Bobrov, Petr Kogan, autant de voix qui, en vérité, n’étaient pas entièrement hostiles à l’école formelle18. Il vise par des piques particulièrement acérées son ami de longue date Viktor Žirmunskij, souvent compté – à commencer par Trockij – parmi les chefs de file de l’Opojaz, et dont le sépare désormais un différend insurmontable19.

  • 20 Sur cette impasse, cf. Marietta O. Čudakova, « Социальная практика и научная рефлексия в творческой (...)

13De fait, le chercheur se heurte à une impasse théorique, qui fait écho à ses propres interrogations et à laquelle il est, pour cette raison, difficile de trouver une réponse20.

14Comme le suggère Carol Any :

  • 21 Any, Boris Eikhenbaum, op. cit., p. 85.

Nevertheless he knew that he had reached an intellectual crisis and would need to liberate his thought from the bounds of Opoiaz theory. He foresaw that if he could not do so, he would face endless repetition in his future work. [...] Having shown repeatedly the basic pattern of automatization and revitalization of literary norms, he had nothing left to do. [...] “Now I must take a giant step forward”. [...]. In March, 1924, with Lermontov and a volume of his collected articles, Skvoz literaturu, about to appear in print, he wrote in his diary, “I feel no real joy – as if they weren’t my books”21.

15Èjxenbaum prend donc conscience que l’analyse immanente du texte – un impératif méthodologique auquel il a jusque-là obéi conformément à la théorie formaliste – ne peut suffire à ses recherches, et que, toutefois, « accepter qu’il faille faire appel à des sources extra-littéraires signifierait perdre la face auprès de ses opposants marxistes, admettre qu’il a eu tort » :

  • 22 Ibid. Cf. Marietta Čudakova, « Социальная практика, филологическая рефлексия и литература в научной (...)

Opoiaz had thrown a gauntled down before the Russian critical tradition and official Soviet letters ; any modification of Opoiaz’s extreme positions now would be taken as an admission of defeat. Worse, the application of extraliterary material was tied up in Eikhenbaum’s mind with an approval of, or at least collaboration with, a regime that was now clearly moving to restrict free inquiry22.

  • 23 Èjxenbaum, Лермонтов. Опыт историко-литературной оценки, Moskva, Gosizdat, 1924. Sur les protestati (...)
  • 24 C’est surtout le numéro de Печать и революция attendu anxieusement par le critique pendant plusieur (...)

16Qu’au cours de cette même année 1924, le vent du changement souffle sur la politique culturelle soviétique, Èjxenbaum l’expérimente quelques mois après la parution en volume de l’attaque de Trockij, lors de la publication de son travail sur Lermontov, imprimé par le Gosizdat sans la préface originale, remplacée d’office par le texte du critique marxiste Georgij Gorbačev23. Les attaques et les pressions se multiplient24. Même au sein de l’Opojaz, on voit émerger des signes de changement, des suggestions, des perplexités, s’enchevêtrant en une convergence de motivations qu’il serait difficile d’attribuer avec certitude à un changement d’avis tactique ou à une évolution théorique. Èjxenbaum résiste, pris entre l’exigence de défendre d’un côté le principe de l’autonomie de la science littéraire, imposé avec peine, et de l’autre, le processus de maturation qui aboutira à une inévitable ouverture de l’objet d’étude au domaine extra-littéraire. Il note dans son journal, le 29 septembre :

  • 25 Cit. in: James M. Curtis, Борис Эйхенбаум : его семья, страна и русская литература, Sankt-Petersbur (...)

Kazanskij dit que nous devons aller ‘à la rencontre de la vie’, c’est-à-dire parler de la méthode sociologique. Je lui ai rétorqué la chose suivante : ce qui se passe en ce moment, c’est l’affrontement du dogmatisme religieux, de la scolastique contre la science. J’en suis de plus en plus convaincu. Sur nous s’est abattu le Moyen Âge. L’idée du socialisme et du communisme a pris la forme d’une religion d’État qui agit exactement de la même manière que le pouvoir spirituel médiéval, Inquisition comprise etc. On attaque la pensée scientifique en tant que telle. C’est une période terrible dans laquelle il est difficile de trouver un moyen d’existence satisfaisant25.

17Aigri par la véhémence idéologique montante, le chercheur se convainc d’autant plus obstinément de la nécessité de maintenir le cap de la boussole formaliste, tout en ayant en réalité déjà aperçu d’autres horizons. Comme l’écrit Carol Any :

  • 26 Any, Boris Eikhenbaum, op. cit., p. 86

The attacks against scholarship in general, and Formalism in particular only goaded him on to debate. At the very time when his own work was in need of a broader theoretical base than Formalism offered, he stepped forth in lectures and in print as its foremost polemicist and defender. He had always valued the radical nature of Opoiaz’s propositions ; now he insisted more obstinately than ever, in public at any rate, on the irrelevance of socioeconomic conditions to literary analysis26.

La rhétorique, à point nommé

18Et voilà que le conseil, donné par Viktor Šklovskij, exhortant ses camarades à collaborer au numéro de LEF consacré à la langue de Lenin, récemment disparu (le 21 janvier 1924), arrive à point nommé. La maîtrise acquise par Èjxenbaum dans l’analyse du style et qu’il a rodée depuis une décennie sur les poètes et les prosateurs, peut maintenant s’exercer sur les discours du père de la Révolution, en les passant au crible et en en mettant en lumière les aspects caractéristiques pour les recomposer en un dessin ordonné. Les résultats méthodologiques atteints par l’Opojaz peuvent ainsi être exposés au monde entier, en commençant par les critiques marxistes.

  • 27 Lev Jakubinskij, « О звуках стихотворного языка », Сборники по теории поэтического языка, I, Petrog (...)
  • 28 Jakubinskij, « О диалогической речи », Русская речь, I, Petrograd, 1923, p. 96-104. Les écrits du l (...)

19En même temps, le nouvel objet d’étude – un genre discursif extrinsèque à la série littéraire et pourtant non identifiable à la communication quotidienne pure – remet en question la distinction que les formalistes -dans la première phase d’existence du groupeopèrent entre un langage pratique, « où les représentations linguistiques (sons, morphèmes, etc.) n’ont pas de valeur par elles-mêmes, mais sont un simple moyen de communication », et un langage poétique « dont les buts pratiques passent au second plan [...] et les combinaisons linguistiques acquièrent de la valeur par elles-mêmes27 ». D’ailleurs, comme Èjxenbaum ne manque de le mentionner elliptiquement en ouverture, même Jakubinskij a désormais dépassé cette dichotomie, en se consacrant plutôt à l’étude de l’énonciation et de l’échange dialogique28.

20Ainsi, l’analyse d’Èjxenbaum s’éloigne des territoires appartenant canoniquement à la langue poétique afin d’en explorer les périphéries : à la marge des sphères littéraire et extra-littéraire, entre poésie et byt, dans un hybride de stratégies expressives et de besoins pratiques, d’urgences historiques et d’impulsions créatives, c’est dans cette zone que se projettent des discours pourvus d’une organisation cohérente, surveillés dans leurs détails, soustraits aux automatismes de la communication ordinaire :

  • 29 Èjxenbaum, « Основные стилевые тенденции в речи Ленина », Леф, 1, 1924, 5, p. 55-70, ici p. 57. Pub (...)

Un article ou un discours ne représentent pas seulement une pure formulation de la pensée, ni simplement l’une de ses expressions in terminis, mais un processus discursif donné, qui surgit sur la base d’un stimulus déterminé. Ce processus, indépendamment de la pensée qui l’a généré, a sa propre dynamique discursive, sa propre consécution, son propre coloris émotionnel et stylistique. Celui qui écrit un article ou prononce un discours choisit ses mots, lie ses phrases entre elles, construit ses propositions, change l’intonation, etc. Le discours prend une direction stylistique donnée et s’organise dans un mouvement conforme défini, en s’éloignant par cela même de l’usage de la syntaxe et des mots quotidiens et courants. On pourrait parler de tendances stylistiques fondamentales de l’auteur d’un article ou d’un discours, se définissant selon son choix des formes discursives. Ou encore, on peut parler de traditions et directions stylistiques qui caractérisent les articles et les discours d’une époque ou d’un groupe donnés29.

21En partant de la stylistique, Èjxenbaum circonscrit donc, de façon de plus en plus précise, la sphère des discours persuasifs, le champ de la rhétorique, où se croisent et coexistent de multiples finalités, l’ancrage dans le hic et nunc et la profusion de procédés, intonations, constructions syntaxiques, schémas rythmiques :

  • 30 « Основные стилевые тенденции в речи Ленина », art. cit., p. 57.

Tout cela concerne notamment ces articles ou ces discours qui sont écrits ou prononcés dans le but de persuader les autres – ces articles et discours à buts propagandistes (de différentes manières). Le pathos discursif, naturellement renforcé ici, colore le discours d’un ton émotionnel correspondant, et l’organise selon une direction stylistique donnée. Si on se concentre sur ce côté du discours, on obtient une représentation des tendances stylistiques de l’auteur30.

22« La plupart des articles et des discours de Lenin, écrit Èjxenbaum, s’inscrivent précisément dans le genre de la propagande ». « En effet, son discours est toujours teinté, d’un côté, d’un ton d’ironie et de moquerie, de l’autre, d’un ton d’affirmation catégorique et énergique ». Et pourtant, ce ton émotionnel général n’épuise pas la question des tendances stylistiques. Le chercheur relève comment, à « une première lecture des articles de Lenin, on pourrait croire qu’aucune tendance stylistique précise ne lui appartient, que l’aspect stylistique de son discours ne l’intéresse pas ».

  • 31 Ibid., p. 57-58.

Aucun procédé oratoire ostensible – il n’y a ni propositions solennelles, ni métaphores ou comparaisons, ni citations littéraires – rien de ce par quoi brillent, par exemple, les articles de Trockij. On retrouve rarement des proverbes ou des expressions figées, plus rares encore sont les références à la littérature : au Malheur d’avoir trop d’esprit (le plus souvent), à Ščedrin, Gogol′ ou Turgenev. Il semblerait que Lenin se comporte vis-à-vis de la langue avec indifférence, non pas comme un écrivain ou un orateur, mais seulement comme un homme pratique qui se sert des formes établies du discours russe de l’intelligentsia, telles qu’elles se sont formées à la fin du xixe siècle31.

23Toutefois, cette impression est contredite par une caractéristique propre au tempérament expressif de Lenin qu’Èjxenbaum saisit avec une grande finesse, en s’attardant sur une série d’exemples destinés à démontrer cette présence diffuse dans les discours de l’homme d’État :

Lenin réagit de façon très nette au style des autres, et, polémiquant avec ses adversaires ou ennemis, il attire souvent l’attention sur les caractéristiques stylistiques de leurs discours. Pour lui, chaque parti n’est pas seulement une vision du monde déterminée, mais également un système déterminé de style discursif. Il cède toujours au jugement, et il le fait parfois en dénonciateur passionné de la “grandiloquence”, en voyant en elle un signe de faiblesse mentale et de vide moral. C’est précisément sur la trame des discours des autres – Lenin les raille souvent dans des lignes et parfois des articles conçus à cet effet – que se manifestent clairement les tendances stylistiques caractéristiques de son propre discours.

  • 32 Comparer Èjxenbaum: «Ленин очень определенно реагирует на чужой стиль и, полемизируя со своими прот (...)

24La phrase soulignée par l’auteur et celles qui suivent montrent comment la perspective adoptée ici est éminemment dialogique. Le style de Lenin est en effet caractérisé par sa “réaction” aux styles des autres qu’il démasque et raille. Il est intéressant d’observer, d’autre part, qu’en adoptant cette perspective, Èjxenbaum se rapproche d’un adversaire déclaré des formalistes, un homme de leur génération, Mixail Baxtin, qui emploie les mêmes formules dans beaucoup de ses pages, en commençant par ses analyses stylistiques de sa première monographie consacrée à Dostoevskij32.

25Par la suite, le style de Lenin révèle, à l’examen d’Èjxenbaum, sa composition diastratique et diaphasique, particulièrement visible dans ses choix lexicaux et phraséologiques. Le chercheur montre la prédilection de l’homme politique pour un langage simple, proche des formes de l’usage informel, qui par moments ne dédaigne pas des mots hauts en couleur, « y compris des “gros mots” », afin de renforcer les effets persuasifs.

26Cependant, le véritable apport de cet essai réside dans son analyse des constructions syntaxiques, rythmiques et intonatives propres à la stratégie rhétorique de Lenin. Selon le critique :

La tendance fondamentale de Lenin – l’emploi de formes de la langue quotidienne et courante dans le discours écrit et oratoire – ne se borne pas au domaine du lexique, elle [la tendance] s’élargit également au domaine de la syntaxe, de l’intonation.

  • 33 Èjxenbaum, Мелодика русского лирического стиха, Peterburg, Opojaz, 1922, réédité in О поэзии, Lenin (...)

27Ici, Èjxenbaum peut tirer profit des résultats précieux qu’il a établis dans ses études sur les règles mélodiques du vers russe et dans ses analyses de bien des poètes anciens et contemporains33. À la frontière de la phonétique et de la sémantique, la syntaxe poétique est définie par le critique formaliste comme « conventionnelle, déformée » :

  • 34 Id., « Мелодика русского лирического стиха », op. cit., p. 329-330.

De simple forme grammaticale, elle devient ici formatrice (formanta). La phrase en vers n’est pas un phénomène syntaxique en général, mais un phénomène rythmico-syntaxique. En outre, la syntaxe du vers n’est pas un phénomène purement phraséologique, mais aussi phonétique : l’intonation réalisée par la syntaxe joue dans le vers un rôle qui n’est pas moins important que celui joué par le rythme et par l’instrumentation, même parfois plus important. La syntaxe que réalise l’intonation ne se divise pas dans le vers en découpages sémantiques, mais en portions rythmiques qui tantôt coïncident avec eux (ligne = phrase), tantôt les dépassent (enjambement). Ainsi, c’est précisément la syntaxe, abordée comme construction de l’intonation de phrase qui s’avère être le facteur liant la langue au rythme34.

28Èjxenbaum observe encore que la forte composante anaphorique de la syntaxe de Lenin produit des propositions densément structurées qui vont s’assembler en des articulations poématiques, avec refrains et reprises :

  • 35 Id., « Основные стилевые тенденции в речи Ленина », art. cit., p. 64.

Parfois la fonction de ces répétitions est un peu différente : elle n’est pas tant stylistique (prosodique) que constructrice. Il est des exemples où, à l’aide des répétitions, le discours de Lenin se compose en une sorte de “strophe”, avec un parallélisme syntaxique complet, alors que sous le profil lexical il reste un discours ordinaire35.

29Ainsi, le discours rhétorique peut, d’un côté, être sondé grâce aux outils très raffinés forgés dans l’atelier des formalistes, et de l’autre, montrer l’agrandissement et la rénovation de ce même atelier. Alors qu’il se défend ainsi des attaques d’adversaires de plus en plus acharnés et de la peur de la tempête menaçante qui approche, Èjxenbaum s’apprête à reconsidérer certains acquis et convictions de son passé, à la lumière de cette actualité incandescente et de son mûrissement personnel qui s’y déploie non sans secousses douloureuses.

Haut de page

Notes

1 Sur Boris Vasil′evič Kazanskij (1889-1962), ami et collaborateur des opojazovcy (en particulier de Tynjanov et d’Èjxenbaum), au Département des arts verbaux de l’Institut d’État d’histoire des arts à Petrograd/Leningrad où, dans les années 1920, il est secrétaire scientifique, cf. le témoignage de Lidija Ginzburg, Записные книжки. Воспоминания. Эссе, Sankt-Peterburg, Iskusstvo, 2002, p. 40. Cf. aussi Aleksandr Krolenko, « Институт и “Академия” (Из записных книжек 1923-1924 годов », in: Izol′da Sèpman (dir.), Российский Институт истории искусств в мемуарах, Sankt-Peterburg, RIII, 2003, p. 170.

2 Majakovskij déclare: « Un livre entier a été confié à nos camarades[sous-entendu les formalistes] qui ont donné de très beaux articles concernant l’analyse de “la langue de Lenin”. Ce sont les articles des camarades Jakubinskij, Šklovskij, Èjxenbaum qui constituent une contribution importante à la science du mot et à l’étude de “la langue de Lenin” ». Cf. Jurij Lotman, « Из истории изучения стиля Ленина », Труды по русской и славянской филологии, XV. Литературоведение, Tartu, 1970, p. 11-13, ici p. 12, cité d’après Vladimir Majakovskij, Полное собрание сочинений в 13 томах, t. 12. Статьи, заметки, выступления Маяковского с 1917 по 1930, Moskva, GIXL, 1959, p. 281. Une confirmation évidente de l’importance que revêt cette initiative aux yeux de la rédaction de LEF se trouve dans le texte d’une carte postale qu’Osip Brik envoie de Moscou à ses amis le 13 février 1924 : « Camarades opojazovcy ! Èjxenbaum, Tynjanov, Tomaševskij, Jakubinskij ! Le LEF est très ému par la nouvelle que vous préparez quatre articles sur Lenin et vous prie de nous les faire parvenir au plus vite afin que nous puissions les publier dans notre numéro 5. L’acompte a été envoyé ». Cf. Jurij Lotman, « Из истории изучения... », art. cit., p. 13. Lotman ne mentionne pas la date qui est précisée dans Aleksandr Čudakov, Mariètta Čudakova, Evgenij Toddes, Комментарии, in : Jurij Tynjanov, « Литературный факт », Поэтика, история литературы, кино, Moskva, Nauka, 1977, p. 507-518, ici p. 507. Dragan Kujundžić a consacré quelques remarques au sens politique de cet ensemble – « la collusion entre la politique et l’art, et plus particulièrement la tentative de l’art totalitaire d’“esthétiser la politique” » (en citant Benjamin et Groys) in « Réponse de Dragan Kujundžić », Revue d’études slaves, t. 68, fasc. 2,1996, p. 307-309. Pour un autre point de vue, cf. Jean-Michel Palmier, « Notes sur l’apport du formalisme russe à l’analyse du langage politique », l’Homme et la société, 63, 1982, 1, p. 95-108.

3 Lev Trockij, « Формальная школа поэзии и марксизм », Правда, 166, 26 juillet 1921 ; réédition in Литература и революция, Moskva, Politizdat, 1991.

4 Cf. Aleksandr Galuškin, « Неудавшийся диалог (из истории взаимотношений формальной школы и власти) », Шестые Тыняновские чтения, M. O. Čudakova (ed.), Riga – Moskva, 1992, p. 210-217, 210 ; Galin Tihanov, « Marxism and Formalism revisited. Notes on the 1927 Leningrad Dispute », Literary Research/Recherche littéraire, XIX 37/38, 2002, p. 69-77, 74 ; Dmitrij Segal, Пути и вехи. Русское литературоведение в двадцатом веке, Moskva, Volodej, 2011, p. 84 et passim. Cf. aussi Natalija Kornienko, « Литературная критика и культурная политика периода нэпа: 1921-1927 », in История русской литературной критики, Evgenij Dobrenko, Galin Tihanov (eds.), Moskva, Novoe literaturnoe obozrenie, 2011, p. 69-141, 72-79 et passim; Caryl Emerson, « Литературные теории 1920-х годов : четыре направления и один практикум », ibid., p. 207-247, 227-229.

5 Léon Trotsky, « L’école formelle de poésie et le marxisme », Littérature et Révolution, traduction de Pierre Frank, Claude Ligny, Jean-Jacques Marie, Paris, Julliard, 1964, p. 208 (nous respectons partout les choix des traducteurs français, ainsi que leur orthographe des noms propres) ; Trockij, « Формальная школа поэзии и марксизм », Литература и революция, Moskva, Politizdat, 1991, p. 156. Remarquons en passant que Trockij se sert du mot « fonction » dans une acception différente de celle qu’utiliseront ensuite Tynjanov et Jakobson et qui sera retenue par le structuralisme pragois et français. Nous observons également que, dans sa réponse à l’article de Trockij, Èjxenbaum polémique à propos de l’adjectif « fonctionnel » : « Il est désormais évident que la transformation du parallélisme historique entre différentes séries de la culture (de leurs « corrélations » [sootvetstvija]) en un lien fonctionnel (cause-conséquence) [funkcional′naja (pričinno-sledstvennaja) svjaz′] est forcée et n’amène donc pas à des résultats productifs ».

6 Trotsky, « L’école formelle de poésie et le marxisme », op. cit., p.191-192 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. 143-144.

7 Sur l’intérêt de Trockij pour la psychanalyse, cf. Alexander Ètkind, Эрос невозможного. История психоанализа в России, Sankt-Peterburg, Meduza, 1995, passim. Trad. fr. Histoire de la psychanalyse en Russie, Paris, PUF, 1995, p.195-196.

8 Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. 147. 


9 Trotsky, « L’école formelle... », op. cit., p. 192 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. 144.

10 Trotsky, « L’école formelle... », op. cit., p. 190 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. 142.

11 Cf. Chaim Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, La nouvelle rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université, 1970, p. 550 et sqq.

12 Trotsky, « L’école formelle... », op. cit., p. 213 ; Trockij, « Формальная школа... », op. cit., p. 159.

13 A. Galuškin dresse une liste non exhaustive de ces réimpressions, parues entre 1923 et 1925: in Жизнь искусства, XXX-XXXI, 1923 ; deux fois in : Lev Trockij, Литература и революция, Moskva, Krasnaja Nov’, 1923 ; Moskva, Gosudarstvennoe izdatelʹstvo, 1924 ; dans les recueils Современная русская критика, Leningrad, 1925 ; Литература и общественность, Ivanovo-Voznesensk, 1925 ; Искусство и литература в марксистском освещении, Moskva, 1925; Вопросы искусства в свете марксизма, Xar’kov, 1925; Марксистская хрестоматия по литературе, Leningrad, 1925, in : Galuškin, « Неудавшийся диалог... », art. cit., p. 210-217, ici p. 215n.

14 Galuškin, « Неудавшийся диалог... », art. cit., p. 210.


15 Èjxenbaum, « Вокруг вопроса о “формалистах” », Печать и революция, V, 1924, p. 1-12.

16 Id., « В ожидании литературы », Русский современник, I, 1924, p. 80-90.

17 Èjxenbaum, « Вокруг вопроса о “формалистах” », art.cit., p. 3-4. Èjxenbaum commence par des affirmations analogues l’article « Теория формального метода », Литература. Теория, критика, полемика, Leningrad, Priboj, 1927, p. 116; traduction française « La théorie de la méthode formelle », in: Tz. Todorov (ed.), Théorie de la littérature. Textes des formalistes russes réunis, Paris, Seuil, 1966, p. 31-75, ici p. 31-33.

18 Sur l’attitude extrêmement corporatiste des formalistes, non seulement à l’égard des critiques marxistes, mais aussi de leurs partisans, sur leur tendance à se débarrasser « de toute sorte d’offre de collaboration qui ne soit pas caractérisée par cette signature unique, par cette “différence spécifique” qui les distingue du reste du monde », leur propension à élargir et à exacerber la « vision d’eux-mêmes non pas comme “l’une parmi” les écoles concurrentes, première entre ses pairs, mais comme les seuls défenseurs de l’esprit de scientificité, entourés par des rétrogrades, envieux, épigones, classificateurs, renégats, carriéristes, etc. (le journal d’Èjxenbaum et la correspondance des formalistes pendant la première moitié des années 1920 contiennent un spectre de déclarations de ce type), cf. Aleksandr Dmitriev, Jan Levčenko, « Наука как прием : еще раз о методологическом наследии русского формализма », Новое литературное обозрение (désormais НЛО), L., 2001, 4, p. 195-246, 219; Dènis Ustinov, «Материалы диспута “маркcизм и формальный метод” 6 марта 1927 », НЛО, 2001, 4, p. 247-278, 250 ; Carol Any, Boris Eikhenbaum : voices of a Russian Formalist, Stanford, Stanford University Press, 1994, p. 44. Sur la critique “militante” d’Èjxenbaum, cf. M. Di Salvo, «Б. Эйхенбаум – Литературная критика и полемика», Revue des études slaves, t. LVII, fasc. 1, 1985, Boris Èjxenbaum: la memoire du siècle, sous la direction de Catherine Depretto, p. 57-60.

19 Nous lisons par, exemple, dans l’article envoyé à Печать и революция : « En ce qui concerne Viktor Žirmunskij, sa préface au livre d’O. Walzel (Problèmes de la forme en poésie) montre déjà très clairement que, bien évidemment, il n’est pas possible de le considérer ni comme le fondateur de la méthode formelle, ni comme son principal théoricien. Bien évidemment, Žirmunskij est un homme de notre génération, et les questions formelles l’intéressent profondément. Sur ses lèvres, le mot “poétique” ne sonne pas comme une étiquette à la mode, mais comme un terme authentique. Mais, quand il sort du domaine des thèmes particuliers et entre dans la sphère des principes généraux de construction de l’histoire et de la théorie de la littérature, on voit quelqu’un de typiquement éclectique, cherchant à réconcilier les extrêmes. [...] Il répète mollement d’anciennes “vérités” académiques, et on ne comprend pas vraiment pourquoi il parle de ces problèmes alors qu’il n’a tout simplement pas assez de tempérament théorique pour le faire». Èjxenbaum, « Вокруг вопроса o “формалистах” », art. cit., p. 8. Sur la rupture entre Èjxenbaum et Žirmunskij, dont les premiers symptômes remontent au début de 1922, cf. Stefania Sini, « Di nuovo sul formalismo russo. Boris Èjchenbaum critico letterario e storico della letteratura », Letteratura e letterature, I, 2007, p. 49-75, ici p. 64 et passim avec référence à Jan Levčenko, Другая наука. Русские формалисты в поисках биографии, Moskva, Vyška, 2011, p. 169-172.

20 Sur cette impasse, cf. Marietta O. Čudakova, « Социальная практика и научная рефлексия в творческой биографии Б. Эйхенбаума », et Ewa Bérard, « La genèse des travaux sur le literaturnyj byt d’après le Journal d’Èjxenbaum », Revue des études slaves, Boris Èjxenbaum..., p. 27-43 et p. 83-89 ; Jan Levčenko, Другая наука..., op. cit., p. 167-203.

21 Any, Boris Eikhenbaum, op. cit., p. 85.

22 Ibid. Cf. Marietta Čudakova, « Социальная практика, филологическая рефлексия и литература в научной биографии Эйхенбаума и Тынянова », Избранные работы, Литература советского прошлого, Moskva, Jazyki russkoj kul′tury, , t. I., 2001, p. 433-454 ; Toddes, « Б. М. Эйхенбаум в 30-50 годы (к истории советского литературоведения и советской гуманитарной интеллигенции)», Тыняновские чтения, 11, Девятые Тыняновские чтения, Moskva, OGI, 2002, p. 563-691.

23 Èjxenbaum, Лермонтов. Опыт историко-литературной оценки, Moskva, Gosizdat, 1924. Sur les protestations d’Èjxenbaum et sur Georgij Gorbačev, cf. Any, Boris Eikhenbaum, op. cit., p. 81-83.

24 C’est surtout le numéro de Печать и революция attendu anxieusement par le critique pendant plusieurs mois, qui lui montre la force du changement politique : dans la section « К спорам о формальном методе » son article « Вокруг вопроса o “формалистах” » (op. cit., cf. supra, n. 15) est suivi de cinq interventions ouvertement hostiles, montrant que désormais tous les coups sont permis. Les interventions apparaissent dans l’ordre suivant : Pavel Sakulin, « Из первоисточника », p. 12-15 ; Sergej Bobrov, « Метод и апологет », p. 16-19 ; Anatolij Lunačarskij, « Формализм в науке об искусстве », p. 19-32 ; S. Kogan, « О формальном методе », p. 32-35 ; Valerijan Poljanskij, « По поводу Б. Эйхенбаума », p. 35-38. Particulièrement aiguisées et efficaces sont les piques d’Anatolij Lunačarskij, qui, en plus d’offrir un essai personnel exposant ses convictions esthétiques, s’engage à « établir plus ou moins précisément la position sociale du formalisme ». Cf. Lunačarskij, « Формализм в науке об искусстве », Печать и революция, p. 19-31.

25 Cit. in: James M. Curtis, Борис Эйхенбаум : его семья, страна и русская литература, Sankt-Petersburg, Akademičeskij proekt, 2004, p. 137.

26 Any, Boris Eikhenbaum, op. cit., p. 86

27 Lev Jakubinskij, « О звуках стихотворного языка », Сборники по теории поэтического языка, I, Petrograd, 1916, p. 37. Cette distinction « a servi de point de départ au travail des formalistes sur les problèmes fondamentaux de la poétique ». Èjxenbaum, « La théorie de la “méthode formelle”, Théorie de la littérature, op.cit., p. 38.

28 Jakubinskij, « О диалогической речи », Русская речь, I, Petrograd, 1923, p. 96-104. Les écrits du linguiste russe sont maintenant disponibles dans l’édition française Lev Jakubinskij, une linguistique de la parole (URSS, années 1920-1930), textes éd. et prés. par Irina Ivanova, trad. Irina Ivanova, Patrick Sériot, Limoges, Lambert-Lucas, 2012. Cf. Catherine Depretto, « De la “langue poétique” à la “parole dialogale” : retour sur Lev Jakubinskij (1892-1945) », Fabula, 14, 2013, 7 (fabula.org/acta/document8145.php).

29 Èjxenbaum, « Основные стилевые тенденции в речи Ленина », Леф, 1, 1924, 5, p. 55-70, ici p. 57. Publié ensuite sous le titre « Ораторский стиль Ленина », in Литература. Теория..., op. cit., p. 250-264.

30 « Основные стилевые тенденции в речи Ленина », art. cit., p. 57.

31 Ibid., p. 57-58.

32 Comparer Èjxenbaum: «Ленин очень определенно реагирует на чужой стиль и, полемизируя со своими противниками или врагами, часто обращает внимание на стилевые особенности их речи. Каждая партия для него – не только определенное мировоззрение, но и определенная система речевого стиля. Он то и дело выступает судьей, а иногда и страстным обличителем “краснобайства”, видя в этом признак умственного бессилия и моральной пустоты. Именно на фоне этих чужих стилей, насмешливой характеристике которых Ленин нередко посвящает специальные строки, а иногда и статьи, ясно выступают стилевые тенденции его собственной речи» et Baxtin: «Аналогична скрытой полемике реплика всякого существенного и глубокого диалога. Каждое слово такой реплики, направленное на предмет, в то же время напряженно реагирует на чужое слово, отвечая ему и предвосхищая его», M. Baxtin, Проблемы творчества Достоевского, Leningrad, Priboj, 1929, puis Собрание сочинений, t. 2, « Проблемы творчества Достоевского », 1929. Статьи о Толстом, 1929. Записи курса лекций по истории русской литературы, 1922-1927, Sergej Bočarov, Leontina Melixova (eds.), Moskva, Russkie slovari, 2000, p. 5-175. Remarquons par ailleurs qu’en 1924, Baxtin a envoyé son article contenant une discussion critique approfondie de la théorie de la méthode formelle, К вопросам методологии эстетики словесного творчества, I à la revue de Leningrad Русский современник, revue qui avait déjà publié l’intervention d’Èjxenbaum В ожидании литературы (cf. supra, n. 16). L’essai baxtinien ne paraîtra pas cependant, à cause de la fermeture de la revue, cette même année 1924. Sur la critique de la méthode formelle par Baxtin, cf. Nikolaj Nikolaev, « М. М. Бахтин, Невельская школа философии и культурная история 1920-х годов », Бахтинский сборник, vyp. 5, Moskva, Jazyki slavjanskoj kul′tury, 2004, p. 210-280 ; « La critica non ufficiale al “metodo formale” nella cultura russa degli anni ’20 », édité par Giuseppina Larocca, Enthymema, II, 2010, p. 101-131 ; II, 2011, p. 159-185 ; V, 2011, p. 48-69.

33 Èjxenbaum, Мелодика русского лирического стиха, Peterburg, Opojaz, 1922, réédité in О поэзии, Leningrad, Sovetskij Pisatel′, 1969, p. 327-511. Sur cette étude, cf. Sini, « Di nuovo sul formalismo russo. Boris Èjchenbaum critico letterario e storico della letteratura », Letteratura e letterature, III, 2009, p. 13-35.

34 Id., « Мелодика русского лирического стиха », op. cit., p. 329-330.

35 Id., « Основные стилевые тенденции в речи Ленина », art. cit., p. 64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stefania Sini, « De l’art autonome du texte à la parole d’autrui : Boris Èjxenbaum et la rhétorique  »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 193-203.

Référence électronique

Stefania Sini, « De l’art autonome du texte à la parole d’autrui : Boris Èjxenbaum et la rhétorique  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2018, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/815 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.815

Haut de page

Auteur

Stefania Sini

Université du Piémont oriental, Vercelli

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search