Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Savants et politiqueLa vie ne s’interrompt jamais. Ju...

Savants et politique

La vie ne s’interrompt jamais. Julian Oksman et la Révolution

‘Life doesn’t stop going on’ : Julian Oksman (1895-1970) and revolution
Vadim Parsamov
Traduction de Marie Velikanov
p. 259-279

Résumés

Les conceptions scientifiques et méthodologiques du philologue russe Jul. G. Oksman se sont constituées dans les années pré-révolutionaires et révolutionnaires. Cependant cette période de sa biographie et de son œuvre est précisément la moins bien connue. Sur la base de sources d’origine personnelle et de ses premiers articles, l’article tente d’approcher la perception de la révolution de 1917 qui était celle d’Oksman et d’établir à quel point celle-ci a influencé sa recherche. L’article jette un double éclairage, rétrospectif (fondé sur ses mémoires tardifs), et contemporain des événements (qui s’appuie sur ses lettres à femme Antonina Oksman des années 1910). L’accent est mis sur les sources philosophiques de la méthodologie d’Oksman et sur la question de son rapport aux formalistes. L’ensemble est mis en relation avec les tendances idéologiques et méthodologiques de l’époque révolutionnaire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Статья подготовлена при поддержке гранта РФФИ (РГНФ – Russian Foundation for Humanities) «Воспитание нового читателя : литература для детей в педагогической критике и цензуре (1864-1934)» 15-06-10359.

Texte intégral

1Avec le temps, la personnalité de Julian Grigor′evič Oksman (1895-1970) tend à prendre de plus en plus d’importance. Il est l’un des plus grands spécialistes de Puškin et des décembristes ; ses travaux sur l’histoire de la littérature russe et la pensée sociale du xixe siècle ont une renommée mondiale, et même s’il n’a lui-même jamais traversé les frontières de l’URSS, son nom fait autorité parmi les spécialistes de la Russie en France, en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis.

  • 1 М. О. Čudakova, Е. А. Тoddes, « Тынянов в воспоминаниях современника (Сообщение)», Тыняновский сбор (...)
  • 2 Sur la période d’Odessa, cf. S. Ja. Borovoj, « К истории создания Одесского археологического инстит (...)
  • 3 M. A. Frolov, « “Вынужден вновь напомнить о себе и о своем деле...” : к истории ареста, заключения (...)
  • 4 E. Ju. Korobova, « Оксман в Саратове 1947-1957 гг.», Корни травы. Сб. молодых историков, Moskva, Mi (...)
  • 5 N N [J. G. Oksman], « Доносчики и предатели среди советских писателей и ученых », Социалистический (...)
  • 6 Suite à cette nouvelle confrontation avec l’État, Oksman est quasiment interdit de publication et s (...)

2Les premiers travaux consacrés à Oksman paraissent au milieu des années 1980 ; on publie ses lettres et ses souvenirs1 ainsi que ceux de ses contemporains. Cependant, seules s’expriment des personnes l’ayant connu personnellement, ce qui n’est pas sans influencer l’image qu’ils en donnent. Leurs récits créent un effet de présence vivante, mais, comme ces auteurs sont ses cadets, ils se souviennent principalement de ses dernières années et n’évoquent les premières étapes de sa vie que de manière rétrospective. Oksman a eu une vie riche et variée. Son parcours peut se diviser en plusieurs périodes. La première (de sa naissance en 1895 à 1917) est celle de sa formation. Il fait ses études au gymnase de sa ville natale, Voznesensk, et à l’université de Pétersbourg. La deuxième (1917-1920), celle de Petrograd, est marquée par un travail actif et fécond dans les archives du ministère de l’Instruction publique. La troisième (1920-1923) est liée à Odessa2, où, grâce à ses efforts, furent réorganisées les archives et ouvert un Institut archéologique. La quatrième commence en 1923 avec son retour à Petrograd, et se termine par son arrestation en novembre 1936. C’est la période de son épanouissement comme chercheur et administrateur. Il enseigne à l’Université de Leningrad, puis devient directeur adjoint (mais tient de fait le rôle de directeur) de l’Institut de la littérature russe (Puškinskij dom) de l’Académie des sciences de l’URSS. Son directeur était d’abord L. B. Kamenev, le leader bolchevique en disgrâce, ensuite, A. M. Gor′kij. En même temps, Oksman occupe une des premières places dans la préparation du centenaire de la mort de Puškin et de l’édition complète de ses œuvres. La cinquième période de sa vie est celle de la Kolyma (1937-1947). Elle correspond aux dix années qu’il a passées en camp et qui ont été marquées par une isolation totale et une interruption forcée de sa carrière3. La sixième (1947-1957) est celle où il enseigne à l’université de Saratov, tout étant surveillé de près par le NKVD4. Enfin, pendant la dernière période de sa vie (1957-1970), Oksman travaille à l’Institut de la littérature mondiale (IMLI) à Moscou et en même temps il s’implique dans la dénonciation de ceux qui ont prêté la main aux répressions staliniennes dans les milieux littéraires5, ce qui cause son licenciement et son exclusion de l’Union des écrivains en 1964. Ce sont les années les plus documentées et les mieux connues de sa vie6.

3C’est à la période la plus ancienne et la moins bien connue de la vie d’Oksman, aux années qui ont précédé et suivi la révolution que cet article est consacré. Il ne prétend pas donner un éclairage complet et exhaustif de cette partie de la biographie d’Oksman. Son objectif est de montrer comment a évolué sa perception de la Révolution et de comprendre dans quelle mesure la révolution de 1917 a influencé sa recherche.

4Au printemps 1917, Oksman a terminé ses études à l’université de Petrograd. Il a 22 ans. Cependant, son nom était connu dans le monde littéraire de Petrograd grâce à des publications érudites remarquées. En cette période révolutionnaire, le choix du sujet de recherche, et tout simplement de la route à suivre, dépendait pour beaucoup de concours de circonstances. Malheureusement, nous ne disposons pas de sources directes qui témoigneraient du point de vue d’Oksman sur la Révolution et de ses opinions politiques en 1917. Nous pouvons nous appuyer uniquement sur des sources indirectes, qui permettent de reconstruire le passé de manière hypothétique.

5Le premier groupe de sources comprend les travaux d’Oksman, datant des années d’avant et d’après la Révolution. Ils permettent de juger de la formation de sa méthode et de la place qu’il occupait dans le milieu académique des années 1910. Bien sûr, il est impossible de tirer de ces travaux une information sur ses choix et opinions politiques. Mais on ne doit pas oublier qu’à l’époque se profile dans les études littéraires un changement de génération, représenté entre autres par le futur Opojaz dont Oksman connaissait les principaux membres.

6Le deuxième groupe de sources est de caractère personnel. Il s’agit des lettres d’Oksman, contemporaines des événements révolutionnaires et de ses souvenirs, de témoignages rétrospectifs. Dans l’héritage épistolaire des années 1910, à part quelques lettres et notes liées à son travail, on trouve les lettres à sa femme, Antonina Petrovna Oksman (1894-1984). Ces lettres contiennent beaucoup de détails intéressants concernant la vie quotidienne, mais très peu d’opinions politiques directes qui montreraient la manière dont l’auteur perçoit la Révolution. En ce qui concerne les souvenirs, dont nous n’avons que des fragments ou des témoignages oraux précieusement conservés dans la mémoire des interlocuteurs d’un Oksman vieillissant, ils sont, comme c’est souvent le cas pour des jugements ou des avis rétrospectifs, marqués par l’expérience ultérieure. Dans le cas d’Oksman, c’est l’expérience terrible des camps staliniens, des années de quasi relégations à Saratov, de la persécution politique des années 1960.

7Il semble cependant plus simple de commencer par ces témoignages tardifs, car ils donnent une image complète, quoique rétrospective, des représentations politiques et scientifiques du jeune Oksman. Selon le témoignage de E. A. Toddes et de M. O. Čudakova :

  • 7 Toddes, Čudakova (dir.), « Из переписки Ю.Г. Оксмана », Четвертые тыняновские чтения : тезисы докла (...)

[...] dans les derniers mois de sa vie, le chercheur réfléchissait au sens personnel et historique du choix fait par l’intelligentsia durant les premières années qui ont suivi la révolution. Aujourd’hui, nous pouvons ajouter que dans l’une des toutes dernières conversations que nous avons pu avoir avec lui, il a exprimé un jugement sévère sur les littéraires de sa génération, en voyant dans leur choix une faute historique. Il semble cependant qu’il n’a jamais su ce qu’aurait pu être une voie alternative7.

  • 8 Linformation la plus complète sur Maslov se trouve dans Nikolaj Bogomolov, « Георгий Маслов », Рус (...)
  • 9 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 23.

8Peut-être que ses souvenirs sur G. M. Maslov (1895-1920), son ami proche et son collègue, poète talentueux et officier de l’armée blanche, mort de la fièvre typhoïde pendant la retraite de l’armée de A. V. Kolčak vers l’Est8, faisaient partie de ses réflexions sur cette autre voie possible. Dans les années 1960, en rassemblant les matériaux pour la biographie de Maslov, Oksman s’est particulièrement intéressé au destin de l’armée de Kolčak et aux circonstances de la mort de son ami9. Maslov est mort le 15 mars 1920, abandonné par l’armée blanche à Krasnojarsk, investi par les Rouges, et il est difficile de dire ce qu’il serait devenu s’il n’avait pas succombé à la maladie. Aurait-il rejoint les Bolcheviks, comme Oksman ? Aurait-il été anéanti par ces derniers ? Aurait-il trouvé un autre chemin ? Cela n’a pas tellement d’importance. Ce qui est, par contre, important, c’est qu’Oksman et Maslov, contemporains, amis, unis par les mêmes idées, appartenant au même milieu culturel et scientifique, se soient retrouvés dans des camps politiques opposés. On peut difficilement supposer que c’était uniquement le résultat d’un choix conscient de chacun. Le concours de circonstances, qui ouvrait devant eux plusieurs perspectives et possibilités, a joué un grand rôle. Quand à la fin de sa vie, longue et difficile, Oksman parle, en le désapprouvant, du choix de l’intelligentsia, il tord involontairement la situation de manière rétrospective, en exagérant le caractère conscient de ce choix.

  • 10 Alexandre Blok, Poèmes, Paris, Librairie du Globe, 1994, p. 175.
  • 11 Grâce à cette transmission orale, Oksman trace une ligne directe entre lui et l’année 1837, date qu (...)

9Oksman n’a aucune nostalgie quand il se souvient de son enfance, passée dans un coin perdu de l’Empire russe, à Voznesensk. Il existe une ébauche de son autobiographie, juste un début, qui s’ouvre avec une citation (raturée) du poète Aleksandr Blok : « De leur route ils n’ont plus de mémoire, / ceux qui aux mornes temps sont nés10 ». Dans ce fragment autobiographique, Oksman décrit, d’une part, ses propres impressions d’enfant et en fait une interprétation critique. D’autre part, il explique son auto-identification tardive par ses impressions d’enfance. L’atmosphère étouffante de Voznesensk a formé chez l’enfant des opinions politiques immatures. L’immuabilité de cette atmosphère créait l’illusion d’une immersion dans le passé. Les récits de sa nounou sur le passé remontaient à 183711, quand l’empereur Nicolas Ier assistait aux grandes manœuvres près de Voznesensk. Dans la famille Oksman :

  • 12 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 5 ; publié par Čudakova, Тoddes, « Тынянов в воспоминаниях с (...)

[...] fleurissait le culte monarchique. Ma mère se souvenait avec piété de la visite de l’empereur Alexandre III et de sa famille au gymnase Nikolaevskaja Mariinskaja, où elle avait reçu son éducation et sa formation12.

  • 13 Ibid.

10La guerre des Boers (1899-1902) et la révolte des boxers en Chine (1900) ont été pour Oksman, âgé alors de 5 ans, les premières impressions politiques conscientes, qu’il décrivait comme les « premières bravades de la vie ». Il se souvenait avec ironie que, contrairement à l’opinion publique, il n’avait aucune compassion pour les Boers, mais avait beaucoup de sympathie pour le mouvement nationaliste en Chine, qui était, entre autres, anti-russe. En même temps, il restait un monarchiste convaincu, un nationaliste militant et un « chauviniste grand-russe ». Le jeune Oksman percevait les sentiments défaitistes qui, pendant la guerre russo-japonaise, se propageaient dans la société russe « comme une insulte personnelle, comme un coup porté au plus cher, au plus intime13 ». Oksman décrit la fin de l’année 1905 comme le début de sa maturation politique, en faisant probablement allusion aux soulèvements armés qui ont secoué le pays en décembre. Cependant, cela ne veut pas dire qu’il assimile quelque idée politique concrète, mais plutôt qu’il se libère des illusions enfantines :

  • 14 Ibid.

Illusions de l’immuabilité de la paix sociale et du fait que tous les organes du pouvoir politique soient au-dessus des classes14.

11L’arrivée à Saint-Pétersbourg en 1911, où il est admis à la faculté de lettres et d’histoire, puis arrêté à cause de sa participation aux émeutes étudiantes, son année d’étude dans les universités de Heidelberg et de Bonn, tout cela a vite élargi et transformé sa vision du monde.

  • 15 Cité d’après N. Ja. Èjdel′man, Первый декабрист, Moskva, Izd. politiČeskoj literatury, 1990, p. 162

Dans ma tête, [disait-il] il y avait un mélange d’idées très variées. D’une part, nous pensions être des révolutionnaires et nous regardions les piliers du vieux monde d’un air victorieux, comme s’ils étaient condamnés ; mais en même temps, mon rêve le plus cher était d’écrire une biographie de l’empereur Aleksandr Ier pour le centenaire de sa mort, qui me permît d’obtenir le prix d’Arakčeev (en mourant, le « serpent » [ArakčeevNdlR] avait légué tout son capital avec des taux d’intérêt importants à celui qui le ferait pour l’année 1925)15.

  • 16 Ol′ga Oksman, Семейные хроники..., op. cit., p. 35.
  • 17 Cet épisode n’est pas sans rappeler l’histoire de Nikita Murav’ev, futur décembriste, qui, en 1812, (...)
  • 18 O. Oksman, op. cit., p. 36.

12La Révolution et la guerre civile n’ont pas épargné la famille Oksman. Elles l’ont divisée en deux camps, ce qui, pourtant, n’a pas eu d’influence sur les relations humaines entre les membres des camps opposés. Le frère cadet de Julian, « né l’année de la Xodynka, a été appelé en l’honneur du nouveau tsar Nikolaj ». Héros de la Première Guerre mondiale, ayant reçu cinq Croix de Saint-Georges, il était « dès sa jeunesse [...] passionné par les idées sociales, lisait la littérature marxiste »16 et a choisi le camp bolchevique en juillet 1917. Après la révolution d’Octobre, il a fait une brillante carrière : il a commandé le front du Caucase, a été le chef de la Tcheka à Vladikavkaz, puis est devenu un fonctionnaire important du Parti, proche de Sergo Ordžonikidze et de S. M. Kirov. Le benjamin, Emmanuil′ (1899-1961) s’est enfui au front en 1914, à la suite de son frère, mais a été renvoyé chez ses parents à cause de son jeune âge17. Au moment de la Révolution, il était étudiant à l’université de Kiev. En 1919, mobilisé, il a rejoint l’armée de Denikin. Pendant le transfert de son unité près de Caricyn, il a croisé dans le train son frère Nikolaj qui, en uniforme d’officier blanc, s’apprêtait à rejoindre les « siens » au Caucase. Les frères ne se sont pas « reconnus ». Plus tard, cet épisode, raconté par Oksman à Aleksej Tolstoj, inspirera la scène de rencontre entre Roščin et Telegin dans la trilogie le Chemin des tourments (Xoždenie po mukam)18.

13Oksman partageait les aspirations révolutionnaires de l’époque, mais on peut difficilement supposer qu’il avait une conscience politique aussi claire que celle de son frère Nikolaj. Le 19 décembre 1955, dans une conférence sur Aleksandr Blok prononcée à l’université de Saratov, Oksman se souvient des événements de 1916 :

  • 19 Oksman « Памяти Александра Блока », texte préfacé et annoté par V. Selezniov, Вопросы литературы, 2 (...)

À cette époque, nous avions tous laissé de côté la recherche. Nous étions obsédés par la révolution. À ce moment-là, même les bolcheviks n’avaient pas de chefs. Lénine était loin. Petrograd déserté. Nous étions en train d’échafauder nos chimères19.

14Ainsi, peut-on rétrospectivement reconstruire ses idées de l’époque : sous l’influence de la révolution de 1905, ses opinions monarchiques immatures se transforment en « chimères » révolutionnaires. Par ces mots, il souligne clairement l’absence d’idées politiques cohérentes et une réception plutôt émotionnelle que rationnelle de la Révolution.

15Mais quels que soient les fantômes politiques qui hantaient l’imagination du jeune Oksman, le sentiment d’un lien consanguin avec la Russie du xixe siècle, sa culture, sa structure étatique, ne le quittaient pas :

  • 20 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 4.

La Russie n’était pas pour moi une notion historico-géographique abstraite, mais un organisme étatique vivant et actif, et je n’ai jamais cessé de ressentir viscéralement et avec fierté que j’en faisais partie20.

16Les lettres d’Oksman des années 1910 complètent notablement ce tableau général rétrospectif en l’enrichissant d’un nombre considérable de détails de la vie quotidienne et en évoquant des moments de décision et d’imprévisibilité que rencontre inévitablement un homme qui regarde vers le futur.

17L’aveu d’Oksman selon lequel il avait abandonné la recherche et était obsédé par la politique dans les années qui ont précédé la Révolution n’est pas confirmé par sa correspondance. Au contraire, les années 1915-1917 sont celles d’un travail scientifique et pédagogique intense, ainsi que d’une profonde réflexion. Il présente des communications dans le séminaire du célèbre critique et historien de la littérature S. A. Vengerov, assiste à des soirées poétiques et aux « soirées blini des professeurs »

  • 21 Il s’agit de Летопись жизни Белинского, N. F. BelČikov, P. E. Budkov, Ju. G. Oksman (eds.), Moskva (...)
  • 22 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 10.

Tel est, [écrit-il à sa femme Antonina le 7 février 1915], le “présent”, le programme du “futur” est infini, jusqu’en mai, du travail, en partie intéressant, mais plutôt scolaire. En ce moment, je suis plongé dans Belinskij, j’ai promis de faire un exposé lundi, mais je n’y arriverai pas. Avant le 23, il faut terminer un rapport bibliographique, ensuite, la Chronique, pour une publication21, et le Messager moscovite, pour le recueil. Et le pire, ce sont les examens à la fin22.

18Et deux mois plus tard, le 10 avril :

  • 23 Ibid., l. 11.

Il y a une semaine, j’ai décidé de travailler : je suis revenu à la recherche, aux examens. Je me suis lancé dans le travail sur le Messager moscovite pour le Recueil bibliographique, j’ai fait un exposé sur Puškin et Poležaev, réussi deux examens et, de manière générale, tourne dans mon tourbillon archéologique23.

19À l’été 1917, après la fin de ses études universitaires, Oksman part à Tiraspol. La vie provinciale d’une ville proche du front l’accable, comme en témoigne une des lettres à sa femme :

  • 24 Ibid., l. 22.

[...] le vide, l’esprit étriqué et la plus complète incompréhension des vérités élémentaires. La représentation des événements politiques est digne du Satirikon [...]. J’ai tellement honte, Tosenka, de “la Russie profonde”, je comprends tellement le délabrement du front, la folie des gens qui n’ont pas de patrie, qui ne vivent que d’instincts animaux24.

  • 25 Ibid., l. 23.
  • 26 Heinrich Heine, De la France, Paris, Cerf, 1996, p. 158.

20La vie quotidienne de Tiraspol était propice à la lecture et à la réflexion. En cette période, Oksman est particulièrement intéressé par la France des années 1830-1850, lit « avec un grand intérêt les lettres de Heine écrites à Paris, venimeuses, ternies pour beaucoup, mais incroyablement profondes »25. On peut supposer que Heine attirait Oksman non seulement par la profondeur, mais aussi par la largeur de ses points de vue politiques, par l’ambition de n’être lié à aucun des partis politiques, à aucune idéologie : « L’esprit de parti est un animal tout aussi aveugle que furieux »26. Les considérations de l’auteur de cette correspondance journalistique parisienne sur le monarchisme, le républicanisme, le libéralisme et le communisme avaient une actualité particulière dans la Russie révolutionnaire de l’été 1917. Heine voit l’avantage du monarchisme par rapport au républicanisme « dans le fait que le peuple respecte l’autorité, croit dans les personnes qui représentent l’autorité ». Mais le revers de la médaille du monarchisme, c’est le manque de respect pour les lois. Dans la république, le tableau est inverse :

  • 27 Ibid., p. 149-150.


[...] le républicain ne croit en aucune autorité, il ne respecte que les lois [...], il n’est donc jamais attaché aux personnes, et plus elles s’élèvent au-dessus du peuple, plus il s’emploie à les rabaisser par la contestation, le soupçon, la moquerie et la persécution27.

21Le libéralisme apparaît dans ce texte comme quelque chose d’abstrait, car :

  • 28 Ibid., p. 162.


Au fond, aucun homme n’est totalement libéral, seule l’humanité l’est tout entière, l’un possédant cette petite parcelle de libéralisme qui manque à l’autre, les gens se complétant ainsi à merveille dans leur ensemble28.

22Heine est particulièrement préoccupé par la propagation du communisme en Europe :

  • 29 Heine, Lutèce : lettres sur la vie politique, artistique et sociale de la France (Œuvres complètes) (...)

Cet aveu, que l’avenir appartient aux communistes, je le fis d’un ton d’appréhension et d’angoisse extrêmes [...] En effet, ce n’est qu’avec horreur et effroi que je pense à l’époque où ces sombres iconoclastes parviendront à la domination : de leurs mains calleuses, ils briseront sans merci toutes les statues de marbre de la beauté, si chères à mon cœur ; ils fracasseront toutes ces babioles et fanfreluches fantastiques de l’art qu’aimait tant le poète...29

  • 30 Heine, Lutèce..., p. XIV


23Mais en abordant cette question, Heine tente encore une fois de ne pas se borner à un seul point de vue. Il donne « deux voix » au communisme (en admettant, pourtant, que ce sont des « instigations diaboliques »). Premièrement, l’annonce d’une justice sociale (« les hommes ont tous le droit de manger »), deuxièmement, « le cosmopolitisme le plus absolu, un amour universel pour tous les peuples, une confraternité égalitaire entre tous les hommes, citoyens libres de ce globe30 ».

24Pour Heine, ce n’était pas les partis ni les programmes, mais les personnalités qui jouaient un rôle décisif en politique. Mais en même temps, le côté pratique et les résultats palpables de l’activité de tel ou tel homme politique étaient pour lui moins importants que sa dimension personnelle :

  • 31 Id., De la France..., op. cit., p. 127.


Ce n’est pas de l’utilité et du succès de leurs actes que la patrie doit être reconnaissante aux grands hommes, mais de la volonté et de l’esprit de sacrifice dont ils ont fait preuve. Même s’ils n’avaient rien voulu et rien fait pour la patrie, celle-ci devrait honorer ses grands hommes après leur mort ; car ils l’ont glorifiée par leur grandeur31.

  • 32 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 23.
  • 33 Heine, Lutetia : correspondances sur la politique, l’art et la vie du peuple, Paris, Cerf, 2011, p. (...)

25Aux caractéristiques acérées et lucides de la correspondance parisienne de Heine, Oksman oppose « la drôlerie des phrases grandiloquentes de Hugo »32, en faisant allusion à l’Histoire d’un crime, où on trouve un jugement formellement négatif sur Napoléon III, auteur du coup d’État de 1851. D’ailleurs, l’avis d’Oksman sur Hugo correspond à celui que Heine exprime dans ses lettres parisiennes au sujet des Burgraves : « [ la pièce de Victor Hugo] ne contient pas la moindre étincelle de génie, ce ne sont, au contraire, que minauderies contre nature et déclamations confuses »33.

26Pendant cette même période, Oksman lit le roman de Jean-Baptiste Louvet de Couvray, les Amours du chevalier de Faublas, qui contient un tableau évocateur de la France prérévolutionnaire :

  • 34 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 23.

J’ai lu les célèbres aventures du chevalier Faublas et j’ai été étonné par l’art et la vivacité de ce livre ancien, peut-être le plus typique et représentatif de la littérature du xviiie siècle34.

27Il est à noter qu’Oksman trouve que c’est ce roman d’amour et d’aventure, et non les œuvres des encyclopédistes, qui est l’ouvrage « le plus typique » du xviiie siècle. Louvet de Couvray, célèbre non seulement pour l’œuvre en question, mais aussi pour son appartenance au camp des Girondins, y dépeint pratiquement toutes les facettes de la vie en France sous l’Ancien régime : la vie des aristocrates, du clergé, de la province, la philosophie du libertinage et de l’égalitarisme des Lumières, les interprétant déjà du point de vue de la Révolution française.

28En pleine période révolutionnaire, la lecture de Heine, de Louvet de Couvray, mais aussi de Balzac a élargi l’horizon intellectuel d’Oksman et, comme conséquence, l’aurait empêché de se rallier à quelque parti que ce soit.

  • 35 Ibid., l. 23. Pendant la Révolution et les années qui suivent, Oksman préfère la collaboration à la (...)

Comme toi, toute étroitesse me révulse [écrivait-il à sa femme], l’aspiration à la plénitude de la vie et la foi dans ce qui m’intéresse me correspondent bien plus ; je ne suis pas un poids pour moi-même et les broutilles de l’existence ne m’empoisonnent pas : ce n’est pas que je ne les remarque pas, mais je connais leur prix véritable35.

29Par les « broutilles de l’existence », Oksman entend le désarroi causé par la Révolution :

En ce moment, à Pétersbourg, ce n’est vraiment pas tranquille : les événements de Riga, la famine, le chômage qui menace à chaque instant risquent de provoquer un nouveau bouleversement. La vie est extrêmement difficile : à part le pain que je reçois avec ma carte de rationnement, je n’ai rien vu de comestible, mis à part les légumes.

30Et bien que « tous soient d’humeur maussade », Oksman, plein d’énergie, est plongé dans son travail habituel, qui donne le sentiment d’une vie qui ne s’interrompt jamais :

  • 36 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 24. 37

Partout, le travail suit son cours, et la vie ne s’interrompt jamais. Tu sais, ma chérie, cela apaise beaucoup, cela veut dire que tout n’est pas perdu, si les gens n’ont pas encore perdu toute énergie, si dans cette ambiance agit encore le principe d’inertie36.

31Cette lettre, qui date du 23 août 1917, a été écrite dans un des moments les plus tendus. Deux jours plus tôt, les Allemands avaient pris Riga. Petrograd était en danger. Le général Kornilov avait tenté de régler la situation par un coup d’État et l’instauration d’une dictature militaire. « Ce mois sera décisif, et après septembre, beaucoup de choses seront claires », écrivait Oksman dans cette même lettre. L’inertie de la vie et la possibilité de continuer son travail lui permettent de conserver un regard extérieur sur les événements. Il est absorbé par son travail dans les archives :

  • 37 Ibid., l. 25.

Même les jours fériés, je reste toute la journée dans les archives, c’est une forme de distraction, j’ai dû m’occuper tout seul d’un tas de choses : gérer le déménagement, diriger une vingtaine de collègues et des dizaines de subordonnés, inventer de nouvelles méthodes, écrire les projets des futurs axes de travail...37

32À ce moment-là, Oksman était déjà un chercheur connu et accompli. Sa pensée scientifique se développait dans plusieurs domaines en même temps, et ce n’est pas seulement de ses préférences personnelles, mais aussi des circonstances extérieures, causées par la révolution, que dépendait le choix du domaine d’étude. Dans les années 1950-1960, dans sa correspondance et ses notes autobiographiques, Oksman évoque pour la première fois les sources de ses idées. Il écrit par exemple :

  • 38 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 7-8.

J’appartiens à l’école pétersbourgeoise des spécialistes de Puškin, formée dans le séminaire du professeur S. A. Vengerov. Au cours de mes années d’études universitaires, j’ai été très influencé par les cours et les séminaires de A. A. Šaxmatov, I. A. Šljapkin, N. M. Lisovskij et N. K. Piksanov, mais surtout par les livres et les articles de P. E. ŠČegolev, dont j’ai fait personnellement connaissance en 1915. Parmi mes camarades de faculté, j’étais particulièrement proche de J. N. Tynjanov, G. V. Maslov, V. L. Komarov, M. I. Lopatto, B. M. Engelhardt. J’ai fait mes études avec S. D. Baluxatyj, N. V. Ismajlov, V. P. Krasnogorskij, A. S. Poljakov, N. V. Jakovlev, D. P. JakuboviČ. Mes camarades aînés étaient M. K. Azadovskij, A. L Bem, V. V. Gippius, A. S. DolininIskoz, V. M. Žirmunskij, B. M. Èjxenbaum, B. M. Engelhard.
Pendant un certain temps, j’ai suivi un séminaire d’histoire russe, travaillé dans les séminaires de S. F. Platonov et d’A. E. Presnjakov. En 1912-1913, j’ai suivi des séminaires d’histoire médiévale à Heidelberg et à Bonn avec les professeurs Natre, Schulte et Levinson38.

  • 39 Catherine Depretto, « Le séminaire de Vengerov sur Puškin (1908-1918) », in le Formalisme en Russie (...)

33Ce texte présente l’aspect extérieur de la formation des idées d’Oksman : d’abord, les universités allemandes et l’intérêt pour le Moyen Âge européen, ensuite, le retour en Russie et les études à l’université de Pétersbourg, à la fois en lettres et en histoire. Juste avant et pendant la période révolutionnaire, la philologie russe a connu un moment d’épanouissement et vu naître une grande variété de courants de pensée. A. A. Šaxmatov a révolutionné le domaine de la philologie médiévale russe, I. A. Šljapkin a posé les bases de la paléographie russe, N. M. Lisovskij a pratiquement créé un nouveau domaine de recherche, une nouvelle spécialité : l’histoire du livre. Le développement bouillonnant des disciplines historiques auxiliaires s’associait aux recherches de nouvelles voies méthodologiques. Ces domaines se croisaient de manière particulièrement fructueuse dans le célèbre séminaire de S. A. Vengerov. Celui-ci, connaisseur inégalé de la bibliographie et des biographies des écrivains russes, encourageait chez ses élèves l’intérêt pour l’organisation formelle du texte, même s’il ne le partageait pas lui-même. Son séminaire est devenu la pépinière du formalisme russe39.

34Oksman n’était pas lié aux formalistes seulement par les maîtres qu’ils avaient en commun et par ses relations personnelles. Si on parle de sa formation intellectuelle, des fondements philosophiques de sa méthodologie, on trouve, là aussi, pas mal de références communes avec les futurs membres de l’Opojaz. Ils se rejoignaient par leur intérêt pour le néokantisme et le refus de l’esthétique matérialiste de la seconde moitié du xixe – début du xxe siècle.

Les cours et les livres du professeur Vvedenskij [se souvenait Oksman] prêchaient le néokantisme, et c’est pourquoi, pratiquement tous les étudiants en littérature étaient des ennemis fervents du matérialisme vulgaire qui régnait dans les sciences naturelles du début des années 1910 de manière presque aussi hégémonique que cinquante ans auparavant. Nous avons découvert cette nouvelle philosophie dans Windelband et regardions de travers ceux qui restaient fidèles à Paulsen, Mach et Avenarius. À la suite de Dilthey et Rickert (nous ne connaissions l’un et l’autre que par ouï-dire), nous opposions les “sciences de l’esprit” aux sciences naturelles, où régnait encore sans partage le matérialisme des années 1860.

  • 40 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 14 ; publié par Čudakova, Тoddes, art. cité, p. 93.

35La conclusion qui découlait de cette opposition était que « dans les sciences de l’esprit, il ne peut pas y avoir de lois, car on y étudie l’unique, l’exceptionnel, et dans les sciences naturelles, le multiple40

36La parution en 1913 du premier tome de l’édition savante des œuvres du célèbre historien de la littérature et académicien Aleksandr Nikolaevič Veselovskij a joué un rôle provocateur :

Les premières phrases de son article De l’introduction à la poétique historique ont résonné tel un tocsin, un signal d’alarme, un SOS : “L’histoire de la littérature rappelle cet espace géographique que le droit international a baptisé res nullius, où viennent chasser l’historien de la culture et l’esthéticien, l’érudit et le savant qui étudie les idées sociales, chacun en tire ce qu’il peut, à la mesure de ses capacités, avec la même étiquette sur la marchandise ou le butin, dont le contenu est loin d’être le même, et personne ne s’est mis d’accord sur la norme, autrement, on ne reviendrait pas de manière aussi insistante à la question : qu’est-ce que l’histoire de la littérature ?”.

  • 41 Ibid., l. 20. R. Jakobson, Формальная школа и современное русское литературоведение, Tomaš Glanc (e (...)

37Le formalisme, qui s’est mis à la recherche d’une « géographie » propre à la littérature, fut la réponse à ce défi. Cependant, « le formalisme, poursuit Oksman, ne satisfaisait pas tout le monde, loin de là. Plus proche de Veselovskij, “l’histoire de la littérature” est “une histoire de la pensée sociale vue à travers une expérience poétique et métaphorique et les formules exprimant cette dernière”»41. Ensuite, Oksman pose la question de Potebnja : « Et Potebnja ? ».

  • 42 Ibid., l. 4.

38Probablement par association, Oksman se souvient ici de l’un des premiers travaux de Viktor Šklovskij, Potebnja, qui, écrit en 1916, ouvrait l’un des Recueils de théorie du langage poétique. Comme Veselovskij, Potebnja opposait l’idée, ou « ce que voulait dire l’auteur », à la forme intérieure, ou l’image, et à la forme extérieure, ou les mots42. Mais à la différence de Veselovskij, qui considérait la littérature uniquement comme une forme de pensée sociale, Potebnja y voyait surtout ce qui la distingue des autres phénomènes du langage.

39L’objection de Šklovskij et, à la suite de ce dernier, des autres formalistes a donné naissance à l’identification du poétique et du métaphorique. À ce postulat théorique, Šklovskij oppose l’antithèse du langage « prosaïque » et « poétique ».

  • 43 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 6.

40La création d’une poétique scientifique, écrivait-il, doit commencer par l’admission effective, bâtie sur un grand nombre de faits, qu’il existe un langage poétique et un langage prosaïque, dont les lois diffèrent, et par l’analyse de ces différences43.

41Sans doute, Oksman appréciait l’intérêt des formalistes pour « un grand nombre de faits », leur aspiration à construire une théorie sur des données empiriques, et non sur des idées philosophiques. En revanche, leur attitude consistant à extraire la littérature des autres sphères de la pensée sociale ne pouvait le satisfaire. Mais Oksman n’en pensait pas moins que c’était précisément par l’Opojaz que commençaient les études littéraires soviétiques :

  • 44 Ibid., l. 20.

En 1916, est paru le premier Recueil de théorie du langage poétique, avec les articles de Viktor et de Vladimir Šklovskij, de L. P. Jakubinskij, d’ E. D. Polivanov, de B. A. Kušner. C’est ici que sont nées les études littéraires et les études pouchkiniennes, la critique textuelle et la critique des sources44.

  • 45 A.V. Gromov (ed.), « Из переписки Юлиана Оксмана и Виктора Шкловского », Звезда, 1990, 8, p.140 ; G (...)

42Cette phrase, écrite à peu près au milieu des années 1960, est profondément polémique. Elle vise non seulement les études littéraires officielles, qui ont rayé le formalisme de leur histoire, mais aussi Viktor Šklovskij qui, dans son livre Il était une fois, paru en 1964, a déformé, selon Oksman, l’histoire de l’Opojaz en en effaçant complètement le nom de Jakobson et en oubliant celui d’Oksman45. Un autre point polémique est qu’Oksman ne situe pas la naissance des études littéraires soviétiques à l’époque soviétique, et attribue sa genèse non pas au marxisme, ni même à l’école « historico-culturelle », comme le voulait la version officielle, mais au premier recueil des travaux de l’Opojaz.

43Bien sûr, en parlant de l’Opojaz, Oksman fait allusion non pas au formalisme dans son sens étroit (celui d’un paradigme de représentations théoriques de la littérature), mais plutôt au milieu de jeunes littéraires de l’université de Petrograd des années qui ont précédé la révolution. L’Opojaz est un symbole commode pour en rendre compte, car ses membres n’étaient pas simplement des chercheurs débutants qui avaient tous une même idée de la littérature, mais des savants brillants qui ont laissé leur trace dans différents domaines, dans l’histoire de la littérature, la critique textuelle, la critique des sources, etc.

  • 46 Oksman, « Программа драмы А. С. Пушкина о папессе Иоанне. (К истории недовершенного замысла », Пушк (...)
  • 47 Parmi un grand nombre d’avis positifs, cf. RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 1428. Oksman a particuliè (...)

44Cependant, ce n’était qu’un point de vue rétrospectif. En 1916, Oksman, chercheur débutant et encore étudiant, voyait la situation différemment : plusieurs directions s’offraient à lui. La première direction, qui trouvait son origine dans le séminaire de Vengerov, était liée à l’étude de la réception des sujets et des motifs européens par Puškin. La première publication d’Oksman, « Programme du drame de A. S. Puškin sur la papesse Jeanne46 », qui était en fait une communication orale faite dans le séminaire de Vengerov, a eu un grand succès et a tout de suite rendu son auteur célèbre dans le monde universitaire pétersbourgeois47. Dans cet article, Oksman combine son intérêt pour le Moyen Âge à celui pour l’œuvre de Puškin. Cette étude est une reconstitution du projet de Puškin effectuée sur la base d’un large corpus de sources européennes et de textes du poète.

45Si l’intérêt du jeune Oksman pour Puškin et la littérature européenne n’était pas directement lié aux événements de 1917, le travail dans les archives et la publication de manuscrits – son autre domaine de recherches – devait effectivement beaucoup à la révolution, même si le début de ce travail la précède. Oksman a commencé ses recherches dans les archives dès 1914, suite à une demande de ses professeurs de l’université. Seulement un an plus tard, S. F. Platonov lui a proposé le poste de collaborateur scientifique non titulaire au sein de la commission chargée de l’inventaire des Archives du ministère de l’Instruction publique. Initialement, Oksman était intéressé par les affaires de censure des livres étrangers arrivés en Russie. V. I. Semevskij a envoyé la première étude d’Oksman sur ce sujet à S. P. Melgunov pour la revue la Voix du passé (Golos minuvšego). L’article paraît à l’été 1917, mais un peu plus tôt, en janvier 1917, Oksman a publié la fin de la nouvelle de Gogol′ le bandouriste sanglant (Krovavyj bandurist), interdite par la censure d’avant la Révolution, ainsi que des documents liés à la censure d’un certain nombre de poèmes de Puškin. Toujours vers l’été 1917, il a préparé pour publication des documents relatifs à la censure des textes de V. V. Izmajlov, D. V. Venevitinov, I. S. Turgenev, et achevé une « grande étude » sur le Messager moscovite (Moskovskij vestnik, 1827-1830).

  • 48 « Искренне Ваш Юл. Оксман» (Письма 1914-1970 годов) », Русская литература, 2003, 3, p. 144.

46Au printemps-été 1917, Oksman devait choisir entre l’université et les archives. Apparemment, bien qu’il lui permît d’éviter le service militaire obligatoire, le rattachement à une chaire ne l’attirait pas vraiment. En témoigne la demande qu’au tout dernier moment, après avoir déjà reçu une convocation de la hiérarchie militaire, Oksman adresse à Šljapkin pour rester à l’université, en s’excusant de son « insouciance »48. Le 20 mai 1917, Oksman est rattaché à l’université pour y préparer le titre de professeur, ce qui ne l’empêche pas d’être titularisé le 1er juin en tant qu’assistant du chef des archives.

  • 49 À ce moment-là, A. A. Manuilov était encore ministre de l’Instruction publique. En juin, il fut rem (...)
  • 50 K. P. Bogaevskaja, « Возвращение. О Юлиане Григорьевиче Оксмане », préf. et notes I. D. Proxorova, (...)

47Au même moment, il est chargé de missions spéciales auprès du ministre de l’Instruction publique49. Des années plus tard, dans une lettre à l’historien A. S. Nifontov, Oksman se souvenait avec fierté de son titre de « chargé de missions spéciales de classe VII [ce qui correspond à peu près au grade de lieutenant-colonel dans la Table des rangs] »50.

48La révolution d’Octobre n’a eu pratiquement aucune influence sur le travail d’Oksman dans les archives. Le gouvernement bolchevique a soutenu son travail de publication. En mai 1966, lors de son intervention au jubilé des Archives centrales d’État de littérature et d’art (CGALI), Oksman s’est remémoré le début de son travail dans les archives :

  • 51 Il est symptomatique, que « cet acteur remarquable », qui encourageait Oksman dans la révélation de (...)
  • 52 Cité dans A. D. Zajcev, « “Человек жизнерадостный и жизнедеятельный...” : набросок портрета Ю.Г. Ок (...)

Quand A. V. Lunačarskij prit connaissance des matériaux d’archives qui se trouvaient dans le sous-sol, il exigea de les préparer pour publication le plus vite possible. On décida alors de publier le premier almanach soviétique, le Museum littéraire. Même à l’époque, ce titre paraissait étrange. L’impression du recueil prit deux ans : elle commença en 1918 et finit en 1919, et le recueil fut mis en vente en 1921. C’était le premier recueil où débutait mon travail d’éditeur. Volodarskij51, premier commissaire aux affaires de la presse à l’époque, cet admirable acteur de la révolution d’Octobre, témoigna beaucoup d’intérêt pour cette entreprise52.

49À la même époque, en 1918, ayant reçu l’approbation des bolcheviks, Oksman a projeté une large réorganisation des archives. Il envisageait la création d’une seule archive censoriale qui rassemblerait toutes les affaires de la censure du temps des tsars, avec une « bibliothèque censoriale spéciale » :

  • 53 Литературный музеум (Цензурные материалы Государственного Архивного Фонда), A. S. Nikolaev et Ju. G(...)

Dans cette bibliothèque, doivent se retrouver tous les livres qui ont été touchés de la main du censeur : les archives sont incomplètes sans les livres censurés53.

50Le travail d’Oksman sur les dossiers du comité de la censure a ouvert une nouvelle perspective dans l’étude des textes classiques de la littérature russe et de l’histoire de la littérature russe en général. Même ses collègues du séminaire de Vengerov et les formalistes partaient de l’idée que le texte était quelque chose de donné a priori. Au fond, l’étude philologique se limitait à la lecture de manuscrits, et toute publication du vivant de l’auteur était reconnue presque automatiquement comme expression de la volonté de l’auteur. Pour Oksman, un texte censuré est un texte altéré par une intervention extérieure, et sa publication n’exprime pas, ou pas tout à fait, la volonté de son auteur. Oksman qualifiait de censure non seulement la censure officielle, mais aussi l’autocensure, le cas où l’auteur choisit le compromis pour rendre son texte acceptable aux yeux du censeur. Dans ce cas, la volonté de l’auteur est aussi sous influence extérieure. De même, pour les œuvres « non censurables » du xixe siècle, diffusées grâce à des copies manuscrites, la notion de « texte définitif » est toute relative, surtout à cause des nombreuses fautes, qu’elles soient volontaires ou involontaires, introduites par ceux qui les recopiaient.

51Ainsi, le philologue est plongé dans un monde de textes abîmés. Le texte n’est pas ce dont il faut partir, mais ce dont il faut douter. Et puisque les altérations dépendent d’une multitude de faits et ont, finalement, un caractère plutôt aléatoire, la critique textuelle n’étudie pas des processus fondés sur des lois au sens strict du terme, mais des phénomènes soumis au hasard, et dans ce sens-là, pensait Oksman, elle ne peut pas être considérée comme une science, parce qu’ :

  • 54 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr., l. 14.

Elle ne répond pas à l’un des critères principaux qui définit l’essence d’une discipline scientifique autonome : elle ne révèle pas les lois objectives du développement de la nature ou de la société, n’étudie pas les lois historiques objectives54.

52Les philologues ne sont pas seulement des chercheurs qui disposent d’outils appropriés, mais :

  • 55 Ibid., l. 1. Sur les principes de la critique textuelle d’Oksman lui-même voir : М. А. Frolov, Проб (...)

Des personnes d’une grande expérience, qui ont atteint dans leur pratique personnelle une maîtrise parfaite, une technique de travail digne d’un orfèvre55.

  • 56 Литературный музеум..., op. cit., p. 5.

53Même si formellement la critique textuelle est considérée comme une discipline auxiliaire, elle avait pour Oksman une grande signification sociale, car ses résultats, c’est-à-dire des textes littéraires corrigés et fidèlement reproduits, étaient proposés à un large cercle de lecteurs. Dans ce domaine, Oksman a pu réunir harmonieusement son tempérament sociable et sa précision scientifique. Dans la préface au Museum littéraire, en plein désarroi des temps révolutionnaires, il exprimait avec sincérité la certitude que « l’idée de publier ce qui avait péri dans les entrailles du département de la censure rencontrerait un vif intérêt de l’État et de la société (souligné par nous – V. P.) »56.

54Selon Oksman, le rôle qu’il avait dans la société n’était pas celui d’un philologue ou d’un historien qui étudie passivement les textes et les événements du passé, mais plutôt de quelqu’un qui, par ce travail, se dresse contre les « tyrans » et les « bourreaux » :

  • 57 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 15.

Le philologue, comme l’historien, corrige les “erreurs de l’histoire” : il juge et punit, remet tout le monde à sa place, car, dans la vie réelle, les fausses victoires, les victoires à la Pyrrhus, sont remportées par des tyrans ; devant l’histoire, c’est Nikon qui l’emporte, et non pas le despote ou le bourreau57.

55Le fait de regarder la littérature russe à travers les archives censoriales a défini les préférences d’Oksman dans les domaines de l’historiographie et des études littéraires :

  • 58 Литературный музеум..., op. cit., p. 4.

Il y a toute une série d’écrivains, d’essayistes, d’acteurs politiques, dont l’œuvre a été systématiquement dévorée par le département de la censure : l’œuvre ne paraissait pas, ou paraissait estropiée. En se servant des matériaux d’archive, on peut aujourd’hui restaurer ce qui n’a pas pu voir le jour en son temps, ou n’est pas paru sous la forme prévue par l’auteur58.

56Ces hommes et ces femmes de lettres qui posaient des problèmes sociaux et politiques dans leurs textes n’intéressaient pas Oksman uniquement en tant que victimes du département de la censure à qui il se devait de rendre une justice philologique. Leur œuvre rencontrait des « barrages intellectuels » justement parce qu’elle posait de manière exhaustive et aiguë les questions sociales de leur temps. Dans une lettre à sa femme écrite depuis un camp, Oksman affirmait :

  • 59 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 213, l. 12 recto-verso.

Majakovskij était un grand homme, mais aussi un homme profondément lié à son époque, attaché par des milliers de fils à chacune des premières vingt-cinq années du xxe siècle. C’est pourquoi, comme pour Puškin, c’était commode de le confronter aux matériaux historiques, littéraires et quotidiens de cette période d’une grande importance, allant de 1905 à 1930. On ne peut pas se frayer de tels chemins vers les écrivains de salon, car il est impossible d’échapper à leurs limites. Il ne s’agit pas de la dimension du talent, mais de l’ampleur du souffle historique59.

57Oksman a exprimé publiquement cette même idée dans sa conférence sur Blok, citée plus haut, qu’il a lui-même qualifiée de « communication brillante » dans une lettre à K. P. Bogaevskaja. L’idée principale était qu’avec l’auteur du Dit de la campagne d’Igor, Puškin, Lermontov, Tjutčev, Nekrasov et Majakovskij, Blok faisait partie des grands poètes russes « porteurs de la conscience sociale ». Il leur oppose Deržavin, Žukovskij, Batjuškov et Fet, qui étaient « des maîtres et des novateurs dans l’art verbal, mais pas des militants, ils ne ressentaient ni ne comprenaient “la musique de la révolution” ». En plus, Blok :

  • 60 Bogaevskaja, art. cit., p. 109.

fut le premier poète soviétique de la révolution d’Octobre, le premier poète de la nouvelle ère dans l’histoire de l’humanité. Majakovskij ne fait que suivre Blok, auteur des Douze, et il est grand temps de le dire haut et fort. Gor′kij, qui a vu dans les Douze une satire de la révolution d’Octobre, n’a fait que montrer sa nature contre-révolutionnaire, parce qu’il n’a pas senti cette musique de la révolution ni en 1918 ni dans les 5-6 années qui ont suivi60.

  • 61 « Une fois Gor′kij lui a dit qu’il pensait que son poème était une satire. « C’est la satire la plu (...)

58Dans le résumé de cette conférence publié par V. M. Seleznev, on ne trouve ni l’avis de Gor′kij sur le poème de Blok (provenant du livre interdit de Čukovskij Aleksandr Blok, homme et poète, qui n’était plus réédité depuis 192461), ni le passage sur la « nature contre-révolutionnaire » de cet « annonciateur de la tempête » (qui s’appuie sur les Pensées intempestives de Gor′kij, également interdites en URSS). Peut-être qu’Oksman n’a tout simplement pas osé prononcer ces mots en public, mais il voulait absolument qu’ils demeurent écrits.

  • 62 Cf., par exemple, les avis contradictoires de Puškin : « Le but de la poésie, c’est la poésie, comm (...)

59Malgré le caractère contestable de la répartition des poètes entre ceux qui répondent aux problèmes posés par la société et ceux qui sont concentrés sur l’art poétique, elle reflète les vraies tendances du développement littéraire de la Russie au xixe siècle. Ce serait plus juste de dire que les deux tendances se retrouvent dans l’œuvre de tout grand poète62.

  • 63 Voir Catherine Depretto, « L’université de Saint-Pétersbourg et l’Âge d’argent », in le Formalisme (...)
  • 64 Comparer avec la réaction d’Oksman à la recension de M. K. Azadovskij du livre édité par S. Štrajx (...)
  • 65 Comparer avec R. O. Jakobson, op.cit., p. 38-39.

60Pour Oksman, il est important non seulement de confronter ces deux faces de la poésie russe, mais aussi de définir son attitude envers elles. Le chercheur s’est formé au Siècle d’argent, quand les frontières entre la littérature et son étude n’existaient presque plus. Parmi les poètes, il y avait de nombreux philologues, et parmi ces derniers, plusieurs poète63. Ils participaient aux mêmes publications, faisaient partie des mêmes groupes. Les études littéraires faisaient partie du processus littéraire au même titre que la littérature elle-même, et l’art d’écrire était souvent considéré comme un des critères d’une bonne étude littéraire64. Le processus littéraire du début du xxe siècle se distinguait de celui du xixe par une plus grande réflexion. Cette situation devait beaucoup au développement de la philosophie, de la sociologie, de la psychologie et d’autres domaines des sciences humaines russes qui se consacraient aux questions traditionnellement posées par la littérature et la critique littéraire russes, chargées de répondre à une commande sociale65. Ainsi, l’importance de la maîtrise artistique dans la création d’une œuvre passait au second plan devant l’exploration des questions sociales qui, semblait-il à l’époque, étaient plus importantes.

61Dans la Russie de la fin du xixe et du début du xxe siècle, avec l’apparition et le développement des nouvelles branches des sciences humaines, la philosophie, la psychologie, la littérature, la sociologie et autres disciplines se sont partagées l’étude des problèmes présentant un enjeu social. Cela a permis à son tour de prendre conscience de la spécificité du processus littéraire et d’y accentuer non pas ce qui le rapproche des autres sphères de l’espace intellectuel, mais plutôt ce qui l’en distingue. L’intérêt pour la construction du texte, la nature du mot, le phénomène du langage poétique a réuni les écrivains et les philologues. Oksman réagissait vivement à ces nouveautés, mais continuait, comme il l’avouait, de se sentir homme du xixe siècle. Dans l’esprit des représentations de son époque, il pensait que l’écrivain et le philologue participent à un seul processus, mais dans la tradition du xixe siècle, qu’il chérissait tant, il voyait cette collaboration non pas dans la résolution du problème de l’art poétique, mais dans la formulation des problèmes d’importance sociale. En plaçant l’idée de l’œuvre au-dessus de sa forme, Oksman voulait amener le lecteur à comprendre de la manière la plus exacte possible son contenu idéologique.

62En conclusion, nous voudrions contredire le point de vue, largement répandu, selon lequel les travaux d’Oksman ne se distinguent pas, par la méthode, des études littéraires soviétiques. Il est exposé de manière très claire et complète par E. A. Toddes et M. O. Čudakova :

  • 66 Čudakova, Toddes, « Из переписки Ю.Г. Оксмана », Четвертые тыняновские чтения : тезисы докладов и м (...)

Le drame du chercheur était aggravé par le fait qu’à la différence des formalistes et, plus tard, des structuralistes, il n’avait pas de divergence méthodologique importante avec la doctrine officielle, qui considérait la littérature comme le reflet du combat social. Il n’avait pas de sacrifice à faire pour rester dans les limites de cette doctrine (si l’on ne parle que de son noyau idéologique, et non pas du flou ni de la dépendance vis-à-vis de la conjoncture politique qui la caractérisait). Oksman a toujours été intéressé par le contexte sociopolitique de la littérature, par ses liens avec les mouvements sociaux. La “paix méthodologique” avec la théorie officielle qui, en plus, avait besoin de ses brillantes études factuelles sur Puškin, les décembristes, Belinskij et autres (une lignée canonisée dont l’interprétation imposée devait constamment être préservée dans ses grands traits), aurait dû, semble-t-il, lui garantir durant les vingt dernières années de sa vie une position sociale sûre. Cette position a d’ailleurs été obtenue, mais [...] il en a sciemment fait le sacrifice parce qu’il ne voulait pas renier l’expérience tirée de son parcours uniquement pour bien conclure ce dernier. En lisant ses derniers travaux, il est impossible de deviner que l’auteur est en conflit avec les autorités ; il est permis de penser que sa personnalité était bien plus importante, plus marquante, et son comportement, bien plus libre qu’on ne peut le supposer si on en juge d’après son adhésion à la méthodologie et à la terminologie “patriarcales”, traditionnelles66.

63Malheureusement, ce passage induit le lecteur en erreur plus qu’il ne l’aide à comprendre l’essence de la méthode d’Oksman. Il est difficile, voire impossible, de parler d’un noyau méthodologique de la doctrine officielle des études littéraires soviétiques. « Le flou » dont parlent les auteurs n’était pas quelque chose d’accessoire, mais constituait le cœur de cette doctrine, et c’est ce qui permettait aux « critiques littéraires officiels » de réagir comme il le fallait à n’importe quel changement de la conjoncture politique. L’affirmation selon laquelle la recherche officielle avait besoin des « brillantes études factuelles sur Puškin, les décembristes, Belinskij » ne correspond pas non plus à la réalité. Les faits étaient ce qui l’intéressait le moins, a fortiori ceux qui ne s’inscrivaient pas dans le canon officiel établi par l’idéologie.

64Oksman était parfaitement conscient de la principale différence entre sa propre méthodologie et les postulats du monde littéraire officiel. Aux alentours de 1963, il écrivait :

  • 67 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 12.

Parmi les zones les plus oubliées des études littéraires soviétiques, se trouve l’étude de la littérature de propagande de masse : depuis l’ode “La liberté”, “La campagne” et la Lettre à Čaadaev de Puškin jusqu’aux couplets satiriques de Ryleev et de Bestužev et au Catéchisme révolutionnaire de S. I. Murav′evApostol′, depuis la lettre de Belinskij à Gogol′ jusqu’aux pamphlets illégaux de Dobroljubov et aux proclamations de Černyševskij et de Čelgunov67.

  • 68 Cette méthode de citation irritait Oksman, qui n’y voyait qu’une manifestation de la conjoncture. I (...)

65La « doctrine officielle », qui a « canonisé » les noms de Puškin, des décembristes, de Belinskij, de Herzen et des démocrates-révolutionnaires, ne s’intéressait pas du tout à leurs textes. L’étude de textes était remplacée par les citations68, et la recherche des liens avec l’époque, par un regard rétrospectif sur ces auteurs comme prédécesseurs directs du pouvoir des Soviets. La terminologie d’Oksman, qui porte les traces du langage révolutionnaire des années 1920, devenue celle des études littéraires soviétiques, ne devrait pas tromper le lecteur contemporain. Ce langage qui décrit les résultats de la recherche n’a rien à voir avec la recherche elle-même : il est conditionné par l’époque à laquelle vit l’auteur plus que par l’objet de sa recherche. C’est pourquoi, une ressemblance idéologique extérieure ne peut pas être une preuve de parenté méthodologique.

  • 69 V. V. Pygačev, V. A. Dines, Историки, избравшие путь Галилея : статьи, очерки, Saratov, Izd. centr (...)

66L’opposition entre Oksman-personnalité publique et Oksman-savant n’a pas plus de sens, ne serait-ce qu’à cause du fait qu’il voyait son rôle social dans la recherche et que la recherche comme la littérature ont toujours été pour lui des phénomènes de la vie sociale. Personne ne doute de la grande importance de sa correspondance qui était une possibilité de dire jusqu’au bout ce qu’il ne pouvait pas exprimer dans ses publications à cause de la censure soviétique. La littérature russe du xixe siècle n’était pas pour Oksman qu’un objet d’étude, elle était aussi une expérience vivante d’opposition à un régime politique. Son élève, le professeur V. V. Pugačev, l’a très bien dit en soulignant une sorte de lien de parenté entre Oksman, K. D. Kavelin, T. N. Granovskij et V .O. Ključevskij, c’est-àdire non pas avec des chercheurs soviétiques « d’un nouveau type », mais avec ceux qui, par leurs travaux, et à l’image des grands écrivains russes, soulevaient des problèmes sociaux importants69.

67Pourquoi un homme passé par le Goulag n’associait pas l’horreur qu’il y avait rencontrée avec la révolution et le pouvoir des Soviets en général ? La Révolution s’est présentée à lui non seulement par son côté terrifiant, mais aussi par des possibilités de réalisation professionnelle. Son jeune âge et son activité féconde de chercheur et de coordinateur adoucissait les coups portés par la dictature du prolétariat et la guerre civile. Oksman appartenait à cette génération de personnalités de la culture russe qui voyait la Révolution avec les yeux de Blok et de Majakovskij et, en y reconnaissant une haute tragédie créatrice, écoutait sa musique. Dans une lettre à Viktor Šklovskij du 21 octobre 1966, il écrivait :

  • 70 « Из переписки Юлиана Оксмана и Виктора Шкловского »..., op.cit., p. 140.

Et pourtant, tu as raison : nous, hommes des premières décennies du nouveau siècle qui avions compris la “musique de la révolution” et qui construisions, en nous sacrifiant, une nouvelle culture, nous ne sommes plus que cinq ou six, si on parle du cercle littéraire et savant de Saint-Pétersbourg et qu’on ne compte pas ceux qui pourrissent par la racine ou qui ont “vendu leur épée”70.

68En ce qui concerne la thématique et le contenu de ses travaux de recherche, il faut être très prudent quand on les rattache à l’influence de l’idéologie soviétique. Nous avons vu que les principes méthodologiques et le principal domaine de recherche d’Oksman se sont formés avant l’instauration de la nouvelle idéologie. Oksman lui-même voyait ses racines scientifiques dans le formalisme, et le fait que Šklovskij ne l’a pas évoqué dans ses souvenirs sur l’Opojaz l’a vexé. Šklovskij a répondu :

Tu es le meilleur représentant de la vieille école. Tu es avant tout un historien de la littérature. Les questions auxquelles tu travailles sont intéressantes et importantes, mais, dans l’ensemble, ne sont pas caractéristiques de l’Opojaz.

69Sur ce point précis, Šklovskj a raison : pour Oksman, l’Opojaz est un fait de sa biographie personnelle, pas de sa biographie intellectuelle. Dans son travail, Oksman continuait et développait les traditions des études littéraires de la fin du xixe – début du xxe siècle, c’est-à-dire ce contre quoi les formalistes s’insurgeaient. Aussi la révolution n’a-t-elle pas influencé sa méthodologie. Mais ce lien organique avec les traditions académiques d’avant la révolution a fait d’Oksman une personne inadmissible pour les « études littéraires soviétiques officielles ».

Haut de page

Notes

1 М. О. Čudakova, Е. А. Тoddes, « Тынянов в воспоминаниях современника (Сообщение)», Тыняновский сборник : первые тыняновские чтения , Riga, Zinatne, 1982, p. 78-104 ; L. Fleishman (ed.), « Des archives de l’institut Hoover. Lettres de J. G. Oksman à G. P. Struve », Stanford slavic studies, Stanford, vol. 1, 1987, р. 15-70 ; Азадовский Марк – Оксман Юлиан : переписка 1944-1954, K. Azadovskij (ed.), М., NLO, 1998. Dans cet ouvrage on trouve p. 6 la liste des publications principales de la correspondance d’Oksman et des travaux qui lui sont consacrés parus entre 1988 jusqu’à 1998. Cf. également Ю. Г. Оксман – К. И. Чуковский : переписка 1949-1969, préf. et comm. А. L. Grišunin, М., Jazyki slavjanskoj kulʹtury, 2001 ; « Искренне Ваш Юл. Оксман» (Письма 1914-1970-го годов) », publ. M. D. Èlʹzon, préf. V. D. Rak ; av.-prop. V. D. Rak et M. D. Èlʹzon, Русская литература, 2003, 3-4, p. 182-220 ; 2004, 1-3, p. 145-199 ; 2005, 3-4, p. 140-201 ; 2006, 1, p. 227-273 ; Oksman, « “Так как вольность от нас не зависит, то остается покой”. Из переписки (1948-1970)», Знамя, 2009, 6 ; Oksman, « Из дневника, которого я не веду», Воспоминания об Анне Ахматовой ; Ju. G Oksman, « Николай Осипович Лернер», article introductif et publication de S. I. Panov, Пушкин и его современники : сборник научных трудов, dir. Е. О. Larionova, fasc. 4 (43), 2005, p. 164-214 ; Oksman, « Памяти Александра Блока», avant-propos, et notes V. М. Seleznev, Вопросы литературы, 2009, 1, p. 328-344 ; « День в Горках. По страницам неоконченного мемуарного очерка Ю. Оксмана », Вопросы литературы, 2013, 4, p. 425-444.

2 Sur la période d’Odessa, cf. S. Ja. Borovoj, « К истории создания Одесского археологического института и его археографического отделения », Археографический ежегодник за 1978 год, Moskva, 1979, p. 96-101 ; G. L. Мalinova, « Возвращение Юлиана Оксмана », in : G. L. Мalinova, Из-под завесы тайны, Odessa, Gratek, 2002, p. 40-58 ; Ol′ga Oksman, Семейные хроники : воспоминания, Odessa, Аstroprint, 2008.

3 M. A. Frolov, « “Вынужден вновь напомнить о себе и о своем деле...” : к истории ареста, заключения и реабилитации Ю. Г. Оксмана (1936-1958)», Вопросы литературы, 2011, 2, p. 431-473. L’article est écrit sur la base de copies de documents qui se trouvent aux Archives d’État de Russie de littérature et d’art, RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 1083. Pour les originaux, voir les Archives de la direction du Service fédéral de sécurité de Pétersbourg et de la région de Leningrad, affaire P-3870 (J. G. Oksman).

4 E. Ju. Korobova, « Оксман в Саратове 1947-1957 гг.», Корни травы. Сб. молодых историков, Moskva, Mir, 1996, p. 145-154.

5 N N [J. G. Oksman], « Доносчики и предатели среди советских писателей и ученых », Социалистический вестник, New York, 1963, 5-6, p. 75-76 ; réédité dans Русская литература, 2005, 5, p. 162-163 ; « Сталинисты среди советских писателей и ученых », Русская мысль, Paris, 3 août 1963, p. 3.

6 Suite à cette nouvelle confrontation avec l’État, Oksman est quasiment interdit de publication et son nom est mis à l’index jusqu’à la perestroïka. L’activisme politique d’Oksman au moment du Dégel est sans doute ce qui a le plus attiré l’attention ces dernières années, le faisant qualifier par certains de « proto-dissident ». Cf. Catherine Depretto, « La reprise du dialogue avec la slavistique occidentale après la mort de Stalin : l’exemple de Julian Grigorʹevič Oksman », Russia, Oriente Slavo et Occidente europeo. Fratture e integrazioni nella storia e nella civilta letteraria, a cura di Claudia Pieralli, Claire Delaunay, Eugène Priadko, Biblioteca di Studi Slavistici, 36, Firenze UP, 2017, p. 323-337.

7 Toddes, Čudakova (dir.), « Из переписки Ю.Г. Оксмана », Четвертые тыняновские чтения : тезисы докладов и материалы для обсуждения, Riga, Zinatne, 1988, p 115.

8 Linformation la plus complète sur Maslov se trouve dans Nikolaj Bogomolov, « Георгий Маслов », Русские писатели 1800-1917. Биографический словарь, t. 3, P. A. Nikolaev (ed.), Moskva, Bolʹšaja rossijskaja ènciklopedija Fianit, 1994, p. 541-542.

9 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 23.

10 Alexandre Blok, Poèmes, Paris, Librairie du Globe, 1994, p. 175.

11 Grâce à cette transmission orale, Oksman trace une ligne directe entre lui et l’année 1837, date qui a un sens particulier pour un spécialiste de Puškin.

12 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 5 ; publié par Čudakova, Тoddes, « Тынянов в воспоминаниях современника », Тыняновский сборник 1, Riga, Zinatne, 1984, p. 82.

13 Ibid.

14 Ibid.

15 Cité d’après N. Ja. Èjdel′man, Первый декабрист, Moskva, Izd. politiČeskoj literatury, 1990, p. 162.

16 Ol′ga Oksman, Семейные хроники..., op. cit., p. 35.

17 Cet épisode n’est pas sans rappeler l’histoire de Nikita Murav’ev, futur décembriste, qui, en 1812, ayant le même âge qu’Emmanuil′ Oksman, s’enfuit à la guerre, pour être finalement renvoyé chez sa mère.

18 O. Oksman, op. cit., p. 36.

19 Oksman « Памяти Александра Блока », texte préfacé et annoté par V. Selezniov, Вопросы литературы, 2009, 1, p. 341. Voir aussi : Bogomolov « О тиражировании легенд, а попутно и о текстологии », Новое литературное обозрение, 2009, 97, magazines.russ.ru/nlo/2009/97/bo32.html

20 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 4.

21 Il s’agit de Летопись жизни Белинского, N. F. BelČikov, P. E. Budkov, Ju. G. Oksman (eds.), Moskva, Giz, 1924.

22 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 10.

23 Ibid., l. 11.

24 Ibid., l. 22.

25 Ibid., l. 23.

26 Heinrich Heine, De la France, Paris, Cerf, 1996, p. 158.

27 Ibid., p. 149-150.


28 Ibid., p. 162.


29 Heine, Lutèce : lettres sur la vie politique, artistique et sociale de la France (Œuvres complètes), Paris, 1855, p. XII-XIV.

30 Heine, Lutèce..., p. XIV


31 Id., De la France..., op. cit., p. 127.


32 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 23.

33 Heine, Lutetia : correspondances sur la politique, l’art et la vie du peuple, Paris, Cerf, 2011, p. 209.

34 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 23.

35 Ibid., l. 23. Pendant la Révolution et les années qui suivent, Oksman préfère la collaboration à la confrontation. Il évite toute polémique acerbe dans la presse, ne se mêle pas des conflits entre les professeurs de l’université de Petrograd en 1923 : « L’université subit en ce moment des représailles, les professeurs rouges dévorent les professeurs noirs. Je suis d’accord sur plusieurs points, mais j’ai décidé fermement de ne pas m’en mêler avant le dénouement, de rester en bons termes avec tous. Mais on pourrait faire beaucoup de choses... » (Ibid., l. 40.)

36 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 212, l. 24. 37

37 Ibid., l. 25.

38 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 7-8.

39 Catherine Depretto, « Le séminaire de Vengerov sur Puškin (1908-1918) », in le Formalisme en Russie, Paris, IES, 2009, p. 68-76 ; du même auteur, cf. « Jurij Tynjanov et Vengerov », Revue des études slaves, t. LV, 1983, fasc. 3, p. 497-505.

40 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 14 ; publié par Čudakova, Тoddes, art. cité, p. 93.

41 Ibid., l. 20. R. Jakobson, Формальная школа и современное русское литературоведение, Tomaš Glanc (ed.), Moskva, Jazyki slavjanskix kul′tur, 2011.

42 Ibid., l. 4.

43 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 6.

44 Ibid., l. 20.

45 A.V. Gromov (ed.), « Из переписки Юлиана Оксмана и Виктора Шкловского », Звезда, 1990, 8, p.140 ; G. V. Krasnov, « Две лекции Ю.Г. Оксмана об ОПОЯЗе», in Юлиан Григорьевич Оксман в Саратове, Saratov, 1999, p. 53-55.

46 Oksman, « Программа драмы А. С. Пушкина о папессе Иоанне. (К истории недовершенного замысла », Пушкинист, S. A. Vengerov (ed.), Petrograd, 1916, p. 258-268. D’un point de vue purement formel, c’était la deuxième publication d’Oksman, mais elle a été rédigée et rendue sous presse plus tôt que son article paru en 1915, « К вопросу о дате стихов Пушкина о старом доже и догарессе молодой», Русский библиофил, 1915, 3, p. 90-94.

47 Parmi un grand nombre d’avis positifs, cf. RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 1428. Oksman a particulièrement apprécié celui de Valerij Brjusov (Известия Московского литературно-художественного кружка, vyp.14-15, Moskva, 1916, p. 79-82) qui a remarqué « La note intéressante d’Oksman » (RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 20.)

48 « Искренне Ваш Юл. Оксман» (Письма 1914-1970 годов) », Русская литература, 2003, 3, p. 144.

49 À ce moment-là, A. A. Manuilov était encore ministre de l’Instruction publique. En juin, il fut remplacé par S. F. Ol′denburg, et, en septembre, par S. S. Salazkin. Le commissaire du peuple à l’Instruction publique bolchevique auquel Oksman avait affaire était A. V. Lunačarskij.

50 K. P. Bogaevskaja, « Возвращение. О Юлиане Григорьевиче Оксмане », préf. et notes I. D. Proxorova, Литературное обозрение, 1990, 4, p. 100.

51 Il est symptomatique, que « cet acteur remarquable », qui encourageait Oksman dans la révélation des secrets de la censure prérévolutionnaire, était lui-même père de la censure bolchevique, beaucoup plus sévère que la censure tsariste. On ne peut que s’étonner de ce qu’Oksman qui a connu tout le poids de la censure soviétique, ait conservé une mémoire reconnaissante envers son fondateur. D’autre part, une rencontre laisse souvent imprégnée dans la mémoire l’image d’une personne, différente de sa réputation historique.

52 Cité dans A. D. Zajcev, « “Человек жизнерадостный и жизнедеятельный...” : набросок портрета Ю.Г. Оксмана по материалам его архива », Встречи с прошлым 7, Moskva, 1990, p. 566.

53 Литературный музеум (Цензурные материалы Государственного Архивного Фонда), A. S. Nikolaev et Ju. G. Oksman (eds.), Petrograd, [1921], p. 2-3.

54 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr., l. 14.

55 Ibid., l. 1. Sur les principes de la critique textuelle d’Oksman lui-même voir : М. А. Frolov, Проблемы текстологии в научном наследии Ю.Г. Оксмана, diss., Moskva, 2013.

56 Литературный музеум..., op. cit., p. 5.

57 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 15.

58 Литературный музеум..., op. cit., p. 4.

59 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 213, l. 12 recto-verso.

60 Bogaevskaja, art. cit., p. 109.

61 « Une fois Gor′kij lui a dit qu’il pensait que son poème était une satire. « C’est la satire la plus méchante de tout ce qui se passait en ces jours », Kornej Čukovskij, Александр Блок как человек и поэт. Введение в поэзию Блока, Moskva, Russkij putʹ, 2010, p. 49.

62 Cf., par exemple, les avis contradictoires de Puškin : « Le but de la poésie, c’est la poésie, comme dit Delʹvig (s’il ne l’a pas volé) », lettre à V.A. Žukovskij, avril 1825, A. S. Puškin, Полн. собр. соч,. t. 13, Переписка 1815-1827, M.L., АN SSSR, 1937, p. 167 et, à propos des révoltes consécutives au choléra : « Quand de telles tragédies se passent sous nos yeux, nous n’avons plus le temps de penser à cette chienne de comédie de notre littérature », lettre à Vjazemskij, 3 août 1831. Puškin, Полн. собр. соч., t. 14, Переписка 1828-1831, Moskva, АN SSSR, 1941, p. 205.

63 Voir Catherine Depretto, « L’université de Saint-Pétersbourg et l’Âge d’argent », in le Formalisme en Russie..., op. cit., p. 57 et sq. Comparer avec ce qu’Oksman dit de Blok : « Blok est une figure culturelle russe, soviétique, mondiale. Par son art poétique, par l’ampleur de ses intérêts, il nous est proche comme poète-philologue. Comme théoricien, critique, spécialiste de littérature (literaturoved) », Oksman, « Памяти Блока », art. cit., p. 344.

64 Comparer avec la réaction d’Oksman à la recension de M. K. Azadovskij du livre édité par S. Štrajx sur I. D. Jakuškin, Записки, статьи, письма) : « C’est très bien écrit, – ça fait longtemps que je n’ai rien lu de sérieux qui serait écrit de manière tellement brillante », Марк Азадовский-Юлиан Оксман. Переписка 1944-1954, Moskva, NLO, 1998, p. 295-296.

65 Comparer avec R. O. Jakobson, op.cit., p. 38-39.

66 Čudakova, Toddes, « Из переписки Ю.Г. Оксмана », Четвертые тыняновские чтения : тезисы докладов и материалы для обсуждения, Riga, Zinatne, 1988, p. 114.

67 RGALI, f. 2567, op. 1, ed. xr. 179, l. 12.

68 Cette méthode de citation irritait Oksman, qui n’y voyait qu’une manifestation de la conjoncture. Il accusait Viktor Šklovskij : « Ne sens-tu pas que Dobroljubov et Černyševskij – Černyševskij et Dobroljubov, dans les proportions dans lesquelles tu les sers aux lecteurs, sont insupportables », « Из переписки Юлиана Оксмана и Виктора Шкловского », Звезда, 1990, 8, p. 130.

69 V. V. Pygačev, V. A. Dines, Историки, избравшие путь Галилея : статьи, очерки, Saratov, Izd. centr Saratovskoj gos. èkon. akademii, 1995, p. 21, 31.

70 « Из переписки Юлиана Оксмана и Виктора Шкловского »..., op.cit., p. 140.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vadim Parsamov, « La vie ne s’interrompt jamais. Julian Oksman et la Révolution »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 259-279.

Référence électronique

Vadim Parsamov, « La vie ne s’interrompt jamais. Julian Oksman et la Révolution »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2018, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.824

Haut de page

Auteur

Vadim Parsamov

Université nationale de recherche – École supérieure d’économie, Moscou

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search