Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiqueNicolae Milescu Spătarul, Dicțion...

Chronique bibliographique

Nicolae Milescu Spătarul, Dicționarul greco-slavo-româno-latin (secolul al XVII-lea) / Греческо-славянско-румынско-латинский словарь (XVII век) / Greek-Slavonic-Romanian-Latin dictionary (17th century)

Chișinău, Editura ARC, 2015, 1552 pages
Vera Tchentsova
p. 349-353
Référence(s) :

Nicolae Milescu Spătarul, Dicționarul greco-slavo-româno-latin (secolul al XVII-lea) / Греческо-славянско-румынско-латинский словарь (XVII век) / Greek-Slavonic-Romanian-Latin dictionary (17th century), Alexandre N. Nichitici (ed.), Chișinău, Editura ARC, 2015, 1552 p. ISBN 978-9975-61-927-1

Texte intégral

Je tiens à exprimer ici ma vive reconnaissance à Vivien Prigent (Paris) pour le travail de relecture qu’il a bien voulu effectuer.

  • 1 Le fonds entra dans la collection de cette bibliothèque après son déplacement en Roumanie pendant l (...)

1Cette récente édition du dictionnaire grec-slavon-roumain-latin, publiée par Alexandre N. Nichitici, éminent paléographe moldave, spécialiste de l’héritage manuscrit des principautés roumaines et de leur culture, occupera certainement une place de choix parmi les principales sources de l’histoire linguistique et de la lexicologie de l’Europe de l’Est et du Sud-Est. L’historien avait repéré ce manuscrit dès les années 1970 à Kiev, dans le fonds de la Société d’histoire et des antiquités d’Odessa conservé auprès de l’Institut des manuscrits de la Bibliothèque nationale V. I. Vernadsky d’Ukraine, sous le numéro 36911.

2La taille du texte est considérable, 411 folia rassemblant, selon l’éditeur, environ dix-sept mille termes grecs, six mille slavons, vingt-quatre mille roumains, ainsi que quelques mots latins. Chaque page est divisée en quatre colonnes, la dernière, celle du latin, demeurant presque vide, sans doute parce que cette partie est inachevée. En outre, la fin du manuscrit contient un index alphabétique des mots roumains avec renvois aux pages offrant la traduction grecque. L’édition reproduit intégralement le manuscrit. L’introduction et les commentaires en roumain, russe et anglais offrent de précieuses observations concernant le manuscrit, ses particularités paléographiques, les principes d’organisation du matériau, les choix lexicaux.

  • 2 S. B. Veselovskij, Дьяки и подьячие XV-XVII вв., Moskva, Nauka, 1975, p. 155 ; О. А. Belobrova, Дол (...)
  • 3 Cf., par exemple, les publication des autographes de Nicolas le Spathaire dans : Z. Mihail, Nicolae (...)

3A. N. Nichitici suppose que le dictionnaire a été composé par Nicolas Milescu Spathaire, boyard roumain d’origine grecque, polyglotte et polygraphe qui travailla longtemps comme interprète et diplomate au Bureau des ambassadeurs russes. Il nous a transmis un grand nombre d’œuvres de divers genres et de traductions en plusieurs langues, auxquelles A. N. Nichitici croit donc possible d’ajouter le dictionnaire inachevé. Selon lui, Nicolas le Spathaire entama ce travail en 1672-1675, après son arrivée dans la capitale russe. Le manuscrit serait rédigé par deux scribes différents (p. 12, 14), dont l’un est identifiable à Nicolas le Spathaire lui-même, le second pouvant être son assistant habituel pour les traductions, le sous-secrétaire (podjačij) du Bureau des ambassadeurs, Petr Dolgovo. À propos de ce dernier, il faut d’emblée souligner que rien n'autorise à voir en lui un Moldave, comme le fait A. N. Nichitici2. Au-delà, le point essentiel demeure que l’on ne saurait faire de ce manuscrit un autographe, même partiel, de Nicolas le Spathaire dont l’écriture est bien connue des spécialistes. Il suffit d’ailleurs pour s'en convaincre d’observer les deux folia d’un petit autographe de Nicolas le Spathaire (la copie de prières en grec, slavon et roumain effectuée pour le pasteur anglican Thomas Smith) dont A. N. Nichitici fournit obligeamment les images pour permettre à chacun de se faire sa propre opinion. Ces feuillets, l’autographe de Nicolas le Spathaire le plus célèbre, ont été intégrés à un manuscrit propriété de Thomas Smith, actuellement à la bibliothèque Bodléienne (Bodley. Or. 481, folio 112rovo-109rovo). Ce témoin de l’écriture de Nicolas le Spathaire (p. 20-21 sont publiés les fol. 112vo et 111vo, et non le folio 113vo, comme l’auteur l’indique) montre clairement que le texte du dictionnaire n’est pas de sa main3. Le style d’écriture est en outre beaucoup plus tardif. Peut-on donc avancer une hypothèse d'identification alternative ?

  • 4 Archives nationales des actes anciens de la Russie (Российский государственный архив древних актов) (...)

4Les documents de mai 1672 relatifs au départ de la capitale russe du métropolite de Gaza Païsios Ligaridès nous informent que le logement occupé par Ligaridès à Moscou fut attribué à Nicolas le Spathaire, arrivé un an plus tôt. Celui-ci devait y travailler sur la traduction de divers livres, ainsi que sur le « lexicon »: « Et au metochion du monastère Simonov, où lui, le métropolite, habitait, les logements, le jardin, la cave et toute construction existant, selon l’ordre de Sa Majesté, doivent être gardés par l’interprète du Bureau des ambassadeurs Micolaj Spotharius, et lui, Micolaj, doit habiter dans les logements de lui, le métropolite, et traduire les livres grecs et latins, et écrire le lexicon grec et slavon et latin » (mémoire du Bureau des ambassadeurs au Bureau des monastères, daté du 30 mai 1672)4. Cet ordre, selon A. N. Nichitici, confirme l’hypothèse attribuant le dictionnaire à Nicolas le Spathaire.

  • 5 А. М. Pan č enko, Епифаний Славинецкий, Словарь книжников и книжности Древней Руси, т. 3 (XVII в.), (...)

5Il est toutefois essentiel de souligner que ce document, comme d’autres, ne mentionne pas un dictionnaire grec-slavon-roumain-latin, mais un « lexicon grec, slavon et latin ». Le distinguo est essentiel et ne doit rien au hasard comme l’illustre un cas parallèle : en 1664-1676, après avoir préparé à Moscou leur dictionnaire slavon-latin (« Lexicon slavon-latin »), les savants kiéviens Epifanij Slavinetcky et Arsenij Satanovskij s’étaient attelés à la rédaction d'un « livre de Lexicon gréco-slavono-latin »5. La rédaction de ce nouveau « lexicon » était en cours précisément lorsque Nicolas le Spathaire s’installa dans les « logements » de Ligaridès et il prit part au travail de traduction et de composition du dictionnaire qui occupait à l’époque toutes les « forces philologiques » de la capitale russe. Ce dictionnaire, contrairement au dictionnaire essentiellement grécoroumain qu’édite A. N. Nichitici, était directement utile au travail des interprètes et correcteurs de livres de Moscou.

6Les buts de la rédaction du dictionnaire publié par A. N. Nichitici ne peuvent être pleinement identifiés qu’après une étude plus approfondie du lexique ayant retenu l’attention du ou des auteur(s) et une tentative pour en identifier d'éventuels modèles, ainsi que le commanditaire potentiel. La rédaction d’un dictionnaire est un travail long et pénible dont le but est de fournir un instrument aux interprètes. Le dictionnaire de Kiev, dont la langue de base était le roumain et la première langue de transposition le grec, devait donc être destiné avant tout à seconder le travail d'interprètes roumains attelés à la traduction de textes grecs.

  • 6 Černuxin, Грецькi рукописи..., p. 116-117.
  • 7 V. Pelin, « Aprecieri despre două manuscrise de la Kiev. Ficţiune şi realitate », Cugetul. Revistă (...)
  • 8 Pelin, op. cit., p. 15, réf. 2. Concernant l’époque de cette traduction d’Hérodote et son auteur, l (...)

7Dans son catalogue des codices grecs de Kiev, E. K. Černuxin date le manuscrit du dictionnaire de la première moitié du XVIIIe siècle, précisant que la reliure est postérieure à 1789, la feuille de garde présentant cette date en filigrane6. Une tentative pour préciser la datation et les objectifs de la rédaction du dictionnaire a été faite par la chercheuse moldave Valentina Pelin. Celle-ci avance plusieurs arguments pour une datation encore plus tardive du dictionnaire, ou tout au moins de son support, basée en premier lieu sur l’identification de l’un des filigranes du papier, qu’elle date des années 17907. Le nom d’un certain Enachi Buzilă, qu’elle lit sur un folio, lui permet de rapprocher le dictionnaire d'un manuscrit contenant la traduction des Histoires d’Hérodote, actuellement conservé à la Bibliothèque de l’Académie roumaine (BAR, ms rom. 3499). Daté de 1816, ce dernier mentionne le nom du logothète Ianachi Buzilă, auquel il faudrait identifier le commanditaire de cette traduction effectuée plus tôt (vers 1746)8. Ainsi la datation proposée par V. Pelin est très proche de celle retenue par E. Černuxin pour la fabrication de la reliure du manuscrit.

  • 9 M. Seche, Schiţă de istorie a lexicografiei române, vol. 1 : De origini pînă la 1880, București, E (...)
  • 10 Belobrova, Досифей (Дософтей), Словарь книжников и книжности Древней Руси, т. 3 (XVII в.), ч. 1, p. (...)

8Ces observations ont permis à V. Pelin d'émettre l’hypothèse que le manuscrit de Kiev date de la fin du XVIIIe siècle et que sa rédaction doit être mise en rapport avec l'activité des interprètes réunis au monastère de Neamts, lequel s’affirmait alors comme l’un des grands centres culturels de la Moldavie. On ajoutera que, de l’avis des spécialistes, ce monastère fut le lieu de composition d’un lexicon gréco-roumain contenant environ neuf mille mots, daté de 1796 et conservé à la Bibliothèque de l’Académie roumaine9. L’hypothèse de V. Pelin sur les liens du manuscrit de Kiev avec Neamts et la datation plus basse proposée par E. Černuxin et V. Pelin semblent ainsi devoir remporter l'adhésion. Il n’est pas davantage exclu que les compilateurs du dictionnaire aient pu reprendre le flambeau des entreprises éditoriales du métropolite Dosithée de Suceava (1624 [?]-1694), dédiées aux traductions du grec10.

  • 11 А. G. Basova, S. F. Еgorov, История сурдопедагогики, Moskva, Prosveščenie, 1984, p. 117-118, 122-12 (...)

9La reconstitution du destin du manuscrit proposée par A. N. Nichitici ne convainc pas davantage. Selon lui, après la mort de Nicolas le Spathaire, le manuscrit fut emporté par ses parents hors de Russie, mais il n’offre aucune explication concernant la façon dont cela aurait pu advenir. La présence précoce du dictionnaire en Moldavie est confirmée par des notices roumaines plus tardives sur le manuscrit. En outre, une notice en russe sur l’un des feuillets de garde spécifie qu’en 1823 le propriétaire du dictionnaire était un certain Georgij Aleksandrovič Gurcov (1778-1858). D’origine serbe, ce dernier organisa en Russie des institutions d’enseignement pour sourds. Il arriva à Saint-Pétersbourg de Bucarest et dès 1822 débuta son activité d’enseignant11. Il semble probable que ce fut en Valachie que ce pédagogue intéressé par les méthodes d’enseignement des langues fit l’acquisition du manuscrit sur lequel il apposa sa signature à son arrivée à Saint-Pétersbourg.

  • 12 I. Colesnic, Basarabia necunoscută, Chișinău, Universitas, vol. 1, 1993, p. 126-128.
  • 13 L’hypothèse que le dictionnaire a été transféré à la Société d’histoire et des antiquités d’Odessa (...)

10Ultérieurement, Gurcov fut invité par la princesse E. K. Voroncova (épouse du gouverneur-général de Novorossija et Bessarabie, le prince M. S. Voroncov) à diriger à Odessa l’école pour sourds ouverte en 1843. Ce transfert expliquerait au mieux l’arrivée du manuscrit du dictionnaire dans cette ville, si ce n’est directement dans les collections de la Société d’histoire et des antiquités d’Odessa. Cette voie d’acquisition semble beaucoup plus probable que celle proposée par A. N. Nichitici (p. 13), à savoir la découverte du manuscrit dans le cadre des recherches entreprises sur l’ordre du gouverneur de Bessarabie par l’assesseur du Département de police d’Odessa P. M. Šumskij et son beaufils, l’archéologue et historien Ion Casian Suruceanu (1851-1897)12. Dans ce cadre, A. N. Nichitici propose que le dictionnaire ait pu intégrer les fonds de la Société d’histoire et des antiquités d’Odessa après le décès de Suruceanu, les objets du musée, organisé par cet éminent historien à Chişinău, ayant été dispersés entre plusieurs collections, dont celle d’Odessa13. Aussi séduisante soit cette reconstruction de prime abord, rien ne permet de lier le manuscrit à Suruceanu et surtout d’expliquer comment le dictionnaire a pu passer de Gurcov à l’historien moldave après 1823.

  • 14 Seche, Schiță de istorie…, vol. 1, p. 11,15-16, 20,58-61.

11Les premiers glossaires gréco-roumains sont fort rares et de dimensions limitées avant le XIXe siècle14. Le manuscrit publié par A. N. Nichitici offre aux philologues et linguistes un matériel exceptionnel. Cela n’en rend que plus regrettable la transcription très souvent fautive des mots grecs. L’édition doit être revue et l'identification des sources des lemmes établie. Cela étant, on ne peut que se féliciter qu’un document d’une telle importance ait été mis à la disposition de la communauté scientifique par A. N. Nichitici. Il servira sans aucun doute de base à un grand nombre de recherches futures sur la situation linguistique dans l’Europe de l’Est et du Sud-Est.

Haut de page

Notes

1 Le fonds entra dans la collection de cette bibliothèque après son déplacement en Roumanie pendant la Seconde Guerre mondiale. Lorsqu’il revint en Ukraine, il fut déposé à Kiev. Voir C. E. Berezin, Т. А. Izbaš Gockan, « Фонды Одесского общества истории и древносте в архивных собраниях : к вопросу о перспективах дальнейшей разработки материала », Человек в истории и культуре. Мемориальный сб. материалов и исследований в память В. Н. Станко, Odessa, 2012, t. 2, p. 584. Pour une description détaillée du manuscrit : È. K. Černuxin, Грецькi рукописи у зiбраннях Києваm. Каталог, Kiev – Washington, Académie des sciences d’Ukraine, 2000, p. 116-117.

2 S. B. Veselovskij, Дьяки и подьячие XV-XVII вв., Moskva, Nauka, 1975, p. 155 ; О. А. Belobrova, Долгов (Долгово) Петр Васильевич, Словарь книжников и книжности Древней Руси, т. 3 (XVII в.), ч. 1 : А-З, Sankt-Peterburg, Dmitrij Bulanin, Puškinskij dom, 1992, p. 276.

3 Cf., par exemple, les publication des autographes de Nicolas le Spathaire dans : Z. Mihail, Nicolae le Spathaire Milescu à travers ses manuscrits, București, Ed. Acad. Române, 2009, p. 32-39, 158 ; B. L. Fonkič, Новый автограф Николая Спафария, Россия и Христианский Восток, Moskva, Jazyki slavjanskoj kul′tury, 2015, t. IV-V, p. 290-300.

4 Archives nationales des actes anciens de la Russie (Российский государственный архив древних актов), f. 52-1, 1673, no 1, fol. 21r ; Дополнения к актам историческим, собранные и изданные Археографическою комиссиею, Sankt-Peterburg, Tip. Eduarda Pratsa, t. 6, 1857, no 54, p. 216-217 ; L. А. Timošina, « Газский митрополит Паисий Лигарид : о некоторых датах и событиях», Каптеревские чтения 10, 2012, p. 126-127.

5 А. М. Pan č enko, Епифаний Славинецкий, Словарь книжников и книжности Древней Руси, т. 3 (XVII в.), ч. 1 : А-З, Sankt-Peterburg, Dmitrij Bulanin, Puškinskij dom, 1992, p. 312.

6 Černuxin, Грецькi рукописи..., p. 116-117.

7 V. Pelin, « Aprecieri despre două manuscrise de la Kiev. Ficţiune şi realitate », Cugetul. Revistă de istorie şi cultură 1/25 (2005), p. 6-14. Je remercie Vlad Mischevca pour m’avoir indiqué cette publication importante. L’un des filigranes est identifié par V. Pelin d’après l’album : G. Eineder, The ancient paper-mills of the former Austro-Hungarian Empire and their watermarks, Hilversum, Paper Publications Society, 1960, no 1864, p. 42, 145. Les filigranes (malheureusement absents de l’édition) du papier du manuscrit kiévien relevés par A. N. Nichitici (« tre cappelli » et une contremarque « trèfle » avec les initiales PL) n’ont pratiquement aucun parallèle dans le matériel manuscrit d’origine russe de cette époque. En revanche, on les trouve fréquemment dans les pays roumains et dans les Balkans. Dans le catalogue d’E. Černuxin, les filigranes du manuscrit sont décrits avec plus de détails et sont identifiées d’après divers albums, y compris les types qui ne sont pas répertoriées par V. Pelin et A. N. Nichitici : Černuxin, Грецькi рукописи..., p. 117.

8 Pelin, op. cit., p. 15, réf. 2. Concernant l’époque de cette traduction d’Hérodote et son auteur, les opinions divergent. Elle a même été attribuée par certains à Nicolas le Spathaire. Cf. : Z. Mihail, l’Œuvre manuscrite de Nicolae le Spathaire Milescu transmise sans l’autographe de l’auteur, Impact de l’imprimerie et rayonnement intellectuel des Pays Roumains, București, Biblioteca Bucureștilor, 2009, p. 106-107.

9 M. Seche, Schiţă de istorie a lexicografiei române, vol. 1 : De origini pînă la 1880, București, Editura Stiintifica, 1966, p. 20.

10 Belobrova, Досифей (Дософтей), Словарь книжников и книжности Древней Руси, т. 3 (XVII в.), ч. 1, p. 279-280.

11 А. G. Basova, S. F. Еgorov, История сурдопедагогики, Moskva, Prosveščenie, 1984, p. 117-118, 122-124.

12 I. Colesnic, Basarabia necunoscută, Chișinău, Universitas, vol. 1, 1993, p. 126-128.

13 L’hypothèse que le dictionnaire a été transféré à la Société d’histoire et des antiquités d’Odessa de la bibliothèque de la famille Suruceanu a été faite aussi par V. Pelin, op. cit., p. 15.

14 Seche, Schiță de istorie…, vol. 1, p. 11,15-16, 20,58-61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vera Tchentsova, « Nicolae Milescu Spătarul, Dicționarul greco-slavo-româno-latin (secolul al XVII-lea) / Греческо-славянско-румынско-латинский словарь (XVII век) / Greek-Slavonic-Romanian-Latin dictionary (17th century) »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 349-353.

Référence électronique

Vera Tchentsova, « Nicolae Milescu Spătarul, Dicționarul greco-slavo-româno-latin (secolul al XVII-lea) / Греческо-славянско-румынско-латинский словарь (XVII век) / Greek-Slavonic-Romanian-Latin dictionary (17th century) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/832

Haut de page

Auteur

Vera Tchentsova

Orient & Méditerranée UMR 8167

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search