Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiqueAndrei L’vovič Toporkov (ed.), Не...

Chronique bibliographique

Andrei L’vovič Toporkov (ed.), Неизвестные страницы русской фольклористики

Moskva, Indrik, 2015, 575 pages
Catherine Depretto
p. 360-363
Référence(s) :

Неизвестные страницы русской фольклористики, Andrei Lvovitch Toporkov (ed.), Moskva, Indrik, 2015, 575 p. ISBN 978-5-91674-358-6

Texte intégral

1Sous ce titre général, cet ouvrage s’attache à sortir de l’ombre pages oubliées et auteurs méconnus de l’étude du folklore en Russie (fin xixe-xxe siècles) en même temps qu’il éclaire la place de la création dite « populaire » dans l’œuvre de différents savants et écrivains. Cependant, une partie importante de cet ensemble a trait à une étape particulière de l’étude du folklore, ce qu’on peut appeler par commodité le « moment formaliste » (années 1920-1930 principalement).

  • 1 Ayant soutenu en 2012 une thèse consacrée au rôle de l’étude du folklore dans l’élaboration du form (...)

2La place du folklore dans l’histoire du formalisme russe est bien connue. Il suffit de mentionner, d’une part, le rôle décisif joué – à la fin des années 1950 – par la Morphologie du conte (1928) de Vladimir Propp (1895-1970) dans la redécouverte du mouvement en Occident et dans le développement de la narratologie, et, d’autre part, de rappeler que l’étude du folklore a occupé une place centrale dans l’œuvre de plusieurs formalistes de premier plan, de Petr Bogatyrev (1893-1971) et de Roman Jakobson(1896-1982) en premier lieu. On soulignera, en outre, que l’article fondateur de Viktor Šklovskij (1893-1984) « L’art comme procédé » (1917) ne s’appuie pas seulement sur des exemples tirés de la littérature savante pour mettre en évidence le phénomène de l’ostranenie, mais fait largement appel aux devinettes populaires, en particulier à contenu érotique. Selon la chercheuse américaine Jessica Merrill, ce matériau serait même plus important pour l’élaboration de la narratologie de Šklovskij que les exemples tirés de l’œuvre de Tolstoj1. De fait l’approche « morphologique », quasiment structuraliste appliquée à la littérature dite populaire, à l’étude des contes et du folklore, a contribué, dans les années 1920, à renouveler largement des études qui bénéficiaient déjà en Russie d’une tradition bien établie.

3Cependant, malgré la place indéniable du folklore parmi les centres d’intérêt des formalistes russes, cet aspect de leur héritage reste paradoxalement le moins bien exploré. On évoque à l’occasion telle étude de tel savant, mais il n’existe pas d’ouvrage de synthèse consacré à ce sujet ; les principales monographies concernant le mouvement ne comportent pas de chapitre spécifiquement dédié au folklore, d’où l’importance de cet ouvrage tant pour l’étude du folklore que pour l’histoire du formalisme.

  • 2 Est reproduit également son essai de 1929 sur les dangers des guérisseurs.

4Avant de nous pencher sur ce sujet auquel sont consacrées principalement les parties 1 et 2, il faut dire un mot du reste de l’ouvrage (les parties 3, 4, 5). Elles mettent en scène différentes figures des xixe-xxe siècles qui, à des titres et des degrés divers, ont apporté leur contribution à l’étude du folklore. L’ouvrage entend, en effet, le terme de « folkloriste » au sens large et ne le réserve pas uniquement à ceux dont toute l’œuvre scientifique a été consacrée à ce domaine. Sous l’intitulé « Itinéraire personnel et trajectoire scientifique dans le contexte de l’époque » (Жизненный путь и научный поиск в контексте эпохи), une série d’articles de caractère monographique présentent plusieurs de ces figures aux destinées parfois mouvementées : le populiste A. A. Makarenko (1860-1942) qui, exilé en Sibérie dans la région de l’Enisej (1887-1897), est devenu un ethnographe de premier plan, reconnu des milieux savants de la capitale, ou encore le médecin d’origine ukrainienne, diplômé de l’université de Dorpat, V. F. Demič (1858-1930) qui, de l’étude de la pratique populaire de la médecine, en est venu à s’intéresser aux formules, croyances et incantations2. Sont également évoquées V. N. Xaruznina (1866-1931), première femme professeur d’ethnographie, la folkloriste N. I. Lebedeva (1894-1978) qui a apporté une contribution importante à la méthodologie des expéditions de terrain et à la systématisation des genres folkloriques à partir de l’étude des régions du Poles′e, de Rjazan′, de Novgorod.

5Les vingt notices biographiques destinées au dictionnaire les Folkloristes russes, regroupées à la fin du volume relèvent de cette même acception large du terme puisque parmi les auteurs présentés, on trouve des écrivains, le dramaturge A. Ostrovskij, le poète A. A. Blok..., des linguistes, des ethnographes, etc. Au nombre des matériaux, cette partie de l’ouvrage comprend la correspondance V. V. Kallaš – Aleksandr Veselovskij, publiée par T. V. Goven′ko. Signalons enfin un article résolument différent qui s’intéresse à l’utilisation des sources folkloriques dans la « fantasy slave » des années 1980-1990.

6Ce qui concerne l’apport du formalisme aux études folkloriques est regroupé dans les deux premières parties. L’une d’ elles, « À propos de la création de Morphologie du conte de Vladimir Propp et de sa réception » (Из истории создания и рецепции ‘Морфологии сказки’ В. Я. Проппа) contient des documents de première importance pour la reconstitution du contexte historico-scientifique de l’ouvrage : la présentation faite par Propp dès 1926 de son travail devant la commission de folkloristique de la société de géographie et les réactions de son auditoire, un compte rendu de l’ouvrage par le philologue et critique, spécialiste de littérature médiévale, Vladimir Peretc (1870-1935). Pratiquement ignoré (sauf des spécialistes), ce compte rendu publié en ukrainien en 1929, traduit en russe pour la première fois, est présenté et commenté par Aleksandr Dmitriev, auteur également (dans la première partie de l’ouvrage) d’un article abondamment documenté sur « l’œuvre de l’académicien V. Peretc sur la littérature et le folklore » (Академик В. Н. Перетц как исследователь литературы и фольклора). Les deux publications concernant la Morphologie du conte sont complétées par l’étude de la chercheuse balte Bronislava Kerbelyte qui se livre à une lecture critique de la démarche de Propp : sa prise en compte « abstraite » des « fonctions », indépendamment de leur contexte de réalisation dans les contes n’aurait pas permis au savant d’arriver à produire la classification à laquelle il aspirait.

7Cet ensemble sur Propp est précédé d’une partie qui met en lumière les recherches en matière de folklore liées au renouvellement méthodologique du début du xxe siècle (l’article sur Peretc déjà cité) et au formalisme. L’article d’A. Toporkov, « Les formalistes russes et l’étude du folklore » (Русские формалисты и изучение фольклора, p. 38-55) dresse un tableau général de l’apport du mouvement, tout en expliquant les raisons de la relative méconnaissance du sujet. Cette présentation générale est suivie d’une présentation plus détaillée, « Les sujets ayant trait au folklore des séances du Cercle linguistique de Moscou (CLM) » (Фольклорные темы на заседаниях Московского лингвистического кружка, p. 56-141), également due à A. Toporkov qui analyse l’apport individuel des membres du CLM, principalement P. G. Bogatyrev, R. O. Jakobson, N. F. Jakovlev,

  • 3 La correspondance avec son frère jumeau alors à Saratov constitue un complément d’information impor (...)

8Ju. M. Sokolov3. L’A. rappelle la formation initiale reçue par ces jeunes savants pendant leurs études et leur affiliation à la Commission de dialectologie de l’Université de Moscou (CDM), ce qui les prédisposait à s’intéresser au folklore et à la création populaire : en 1915-1916, ils avaient participé à des expéditions de terrain et pour certains avaient déjà des travaux significatifs à leur actif. Ces deux articles sont complétés par la publication commentée (A. Toporkov et A. Pančenko) des procès-verbaux des réunions du CLM consacrées à ces sujets.

  • 4 Cf. G. S. Barankova, « К истории московского лингвистического кружка : материалы из рукописного арх (...)
  • 5 Liste complète des publications, note 2, p. 74-75.

9À la différence de l’Opojaz dont l’activité régulière n’est documentée par aucune trace écrite, l’histoire du Cercle linguistique de Moscou peut être reconstituée grâce aux procès-verbaux des réunions, conservés par ses membres, en particulier par Boris Gornung qui a déposé la partie se trouvant en sa possession au département des manuscrits de l’Institut de la langue russe de l’Académie des Sciences de Russie en 19724. Même si plusieurs comptes rendus de séances ont déjà été publiés5, on est loin de pouvoir les lire dans leur totalité, d’où l’importance de cette bonne dizaine de comptes rendus (13 au total) pour une période allant du 5 avril 1919 au 12 mars 1923 qui montrent, une fois de plus, le diapason large des sujets abordés par le Cercle. Ses membres s’intéressaient aussi bien à la narratologie qu’à la métrique, à la culture populaire passée qu’à ses formes contemporaines, liées à l’actualité politique et révolutionnaire. On notera, de ce point de vue, les séances consacrées aux rumeurs, récits apocryphes concernant la famille impériale et dont les conclusions sont corroborées par des travaux historiques récents (par exemple, Boris Kolonickij, « Трагическая эротика » : oбразы императорской семьи в годы Первой мировой войны, M., NLO, Historia Rossica, 2010). Cet élément va de pair avec la volonté déclarée du CLM de ne pas s’occuper en dialectologie exclusivement des régions les plus éloignées considérés a priori comme de meilleurs conservatoires, mais de s’intéresser également aux régions proches de Moscou. Les matériaux publiés mettent particulièrement en lumière les recherches de Petr Bogatyrev, l’originalité de ses centres d’intérêt et de ses préoccupations méthodologiques, analysées en détail dans l’article de S. P. Sorokina, « L’œuvre de P. G. Bogatyrev en matière d’étude du théâtre folklorique » (П. Г. Богатырев – исследователь фольклорного театра).

10Cependant, si ces procès-verbaux sont indispensables pour reconstituer la vie du CLM (certaines interventions n’ayant pas été suivies de publication), ils ne donnent qu’une vue parcellaire des échanges et, faute de posséder le texte intégral de certains exposés, il est parfois difficile de tirer des conclusions des remarques consignées. Néanmoins, cet ensemble significatif est un bon complément aux travaux précédemment consacrés au CLM et l’on ne peut que souhaiter qu’une monographie voie enfin le jour, permettant à ses personnalités, même « secondes », de trouver enfin la reconnaissance qu’elles méritent. Pour cette raison, bien que destiné en priorité aux spécialistes du folklore, cet ouvrage doit également retenir l’attention de ceux qu’intéressent la théorie de la littérature, l’histoire du formalisme et du structuralisme.

Haut de page

Notes

1 Ayant soutenu en 2012 une thèse consacrée au rôle de l’étude du folklore dans l’élaboration du formalisme russe et du structuralisme tchèque (The Role of Folklore Study in the Rise of Russian Formalist and Czech Structuralist Literary Theory), Jessica Merrill a publié, entre autres, « Фольклористические основания книги Виктора Шкловского “О теории прозы”» (пер.с англ. Натальи Мовниной), Новое литературное обозрение, 133/3 , 2015.

2 Est reproduit également son essai de 1929 sur les dangers des guérisseurs.

3 La correspondance avec son frère jumeau alors à Saratov constitue un complément d’information important pour l’histoire du CLM, comme pour l’analyse de son rapport au formalisme, cf. V. A. Vaxtina (ed.), Из далеких двадцатых годов двадцатого века (исповедальная переписка фольклористов Б. М. и Ю. М. Соколовых), M., IMLI RAN, 2010.

4 Cf. G. S. Barankova, « К истории московского лингвистического кружка : материалы из рукописного архива Института русского языка », Язык. Культура. Гуманитарное знаниe, S. I. Gindin, N. N. Rozanova (eds.), M., Naučnyj mir, 1999, p. 359-382 ; cf. également А. В. Krusanov, Русский авангард 1907-1923 : исторический обзор, т. 2 : Футуристическая революция, 1917-1921, М., 2003, кн.1, p. 452-495.

5 Liste complète des publications, note 2, p. 74-75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Andrei L’vovič Toporkov (ed.), Неизвестные страницы русской фольклористики »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 360-363.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Andrei L’vovič Toporkov (ed.), Неизвестные страницы русской фольклористики »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 28 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.839

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Eur’Orbem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search