Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiqueMilada Polišenská, Czechoslovak D...

Chronique bibliographique

Milada Polišenská, Czechoslovak Diplomacy and the Gulag. Deportation of Czechoslovak Citizens to the USSR and the Negotiation for Their repatriation, 1945-1953

Budapest – New York, Central European University Press, 2015, 421 pages
Françoise Mayer
p. 373-375
Référence(s) :

Polišenská Milada, Czechoslovak Diplomacy and the Gulag. Deportation of Czechoslovak Citizens to the USSR and the Negotiation for Their repatriation, 1945-1953, Budapest – New York, Central European University Press, 2015, 421 p. ISBN 978-963-386-010-6

Texte intégral

1La libération des territoires tchécoslovaques par l’Armée rouge en 1945 s’accompagna de campagnes de déportations de civils vers l’URSS. Ces déportations, contraires aux principes du traité du 8 mai 1944 censé garantir la protection des citoyens tchécoslovaques par les instances tchécoslovaques à l’issue des opérations militaires, s’ajoutèrent à celles des prisonniers de guerre des armées allemandes, slovaques et hongroises. Les autorités tchécoslovaques tentèrent, sans grande efficacité, d’enrayer ces déplacements forcés. Elles s’efforcèrent par la suite d’obtenir des rapatriements rapides. Le présent ouvrage entend apporter un éclairage inédit sur les aspects diplomatiques de ces retours. Après une introduction qui revient sur les concepts constitutionnels qui présidèrent à la reconstitution de l’État tchécoslovaque en 1945, l’ouvrage est composé de deux parties. Dans la première, Milada Polišenská dresse un tableau des vagues de déportations depuis les territoires tchécoslovaques vers l’URSS. Dans la seconde, elle retrace l’histoire des politiques de rapatriements. En annexe, une série de textes officiels, de statistiques et de cartes vient illustrer son propos. L’ensemble du travail repose sur une recherche effectuée dans les années 1990 dans les archives russes, tchèques et slovaques, enrichie d’une série d’entretiens auprès d’anciens du Goulag réalisés par l’auteure, en Slovaquie et en Bohême.

2Dans un premier temps, M. Polišenská prend soin de rappeler les paradoxes de la politique menée par Beneš, dès son gouvernement en exil. Il s’agissait d’imposer au plan international l’idée d’un État tchécoslovaque recomposé, avec la reconnaissance pour la nation slovaque d’une existence à part égale, en dépit du rôle qu’elle avait pu avoir pendant la guerre sous le régime de Tiso. Il s’agissait aussi de légitimer l’expulsion des Allemands « sudètes » et des Hongrois de Slovaquie. On retrouve les principes de cette reconstruction tchécoslovaque dans les décrets Beneš qui légalisèrent, entre autres, l’expulsion des Allemands « sudètes » , mais offrirent également un cadre favorable à d’autres déplacements forcés, cette fois, vers l’Est. Les déportations dirigées par les Soviétiques à partir de la Slovaquie participèrent ainsi largement d’une stratégie d’épuration des éléments « non fiables », Allemands, Hongrois et collaborateurs, développée dès 1943 dans le contexte du gouvernement en exil. Elles étaient comprises plus ou moins explicitement par les deux parties comme une sorte de « réparation », la mobilisation d’une main-d’œuvre pour reconstruire l’URSS, et de « rétribution » à l’égard de populations ayant appartenu au camp des vaincus, dans un État satellite du IIIes Reich.

3Les autorités tchécoslovaques eurent par la suite bien du mal à imposer leur vision des rapatriements de ces populations déportées en URSS.

4Ces déportations affectèrent d’abord la Slovaquie, surtout l’Est et le Sud, d’où des milliers d’habitants de villes, villages, furent envoyés dans des camps du Donbass, du Caucase, en Sibérie et dans les régions du cercle polaire (camps de travail, des mines, des chantiers ou site industriel). Les déportations advinrent surtout entre janvier et mars 1945, mais les témoignages recueillis indiquent qu’elles se poursuivirent bien au-delà de cette date, y compris au-delà de 1948, époque pour laquelle les sources sont beaucoup plus brouillées, nous dit l’A. À partir des listes de noms rassemblés dans les archives du ministère des Archives étrangères de la République tchèque dans le cadre des procédures de rapatriement, Polišenská essaye de dresser un tableau minutieux de l’identité (nationale, sociale, professionnelle) des déportés. Grâce aux témoignages recueillis, elle nous amène par ailleurs à mieux comprendre les circonstances des opérations de déportation, la réception (souvent positive) de l’Armée rouge par la population, l’incroyable diversité de perceptions par les victimes de la déportation de ce qui se jouait réellement alors, et la difficulté non moindre pour l’ensemble des acteurs (y compris soviétiques) de saisir toute la portée des opérations dans lesquelles ils se trouvèrent impliqués.

  • 1 Vladimír Bystrov, Únosy československých občanů do Sovětského svazu v letech 1945-1955, Praha, Them (...)

5Les territoires tchèques et moraves ne furent pas visés de la même manière par cette politique de déplacements forcés. Les déportations réalisées dans cet espace principalement entre mai et juin 1945, ne touchèrent pas les populations ethniques tchèques, mais des Allemands enrôlés dans l’armée allemande, des Russes ou des Ukrainiens installés dans ces régions entre les deux guerres. Les premiers, déportés en URSS en tant que prisonniers de guerre, ne rentrent pas dans l’étude de l’A. Les seconds, qui avaient bénéficié de la politique d’accueil de la Première république furent considérés par les autorités soviétiques comme des éléments hostiles à l’URSS, et potentiellement dangereux. L’auteure ici peut s’appuyer sur les travaux de Vladimir Bystrov qui a consacré plusieurs ouvrages à cette question, parus dans les années 1990 et 20001. Contrairement aux déportés de Slovaquie, celles qui affectèrent les Russes en territoire tchèque, furent précédées par des procédures expéditives censées mettre en lumière la dangerosité des citoyens ainsi visés, en vertu de l’article 58 du Code pénal de la RSFSR (1926) sur « Les actes criminels contre l’État ». Dans les négociations concernant « les retours », d’autres catégories furent considérées, par exemple celle des citoyens soviétiques installés en Tchécoslovaquie en raison d’un mariage mixte, ou encore, tout ressortissant russe, ukrainien, biélorusse, lituanien, letton, estonien ou géorgien arrivé en Tchécoslovaquie après 1941.

6Dans une seconde partie, Polišenská retrace avec minutie les négociations diplomatiques entre les autorités tchécoslovaques et soviétiques de 1945 à 1953 en vue du rapatriement des populations déportées. Le contexte de transformation politique en Tchécoslovaquie vient compliquer ce processus de négociations. Dès le départ, du côté tchécoslovaque, deux conceptions inconciliables entraient en concurrence : l’une développée plutôt au sein du ministère des affaires étrangères, qui envisageait un rapatriement « en bloc », l’autre basée sur le principe d’une réémigration sélective, qui soumettait les opérations de rapatriement au contrôle du ministère de l’Intérieur. La seconde approche triompha à partir de 1947, alors même que les autorités soviétiques semblaient, partiellement du moins, acquises à une politique de rapatriement rapide. L’imposition de cette approche se solda par l’ouverture d’un camp, à Luisdorf, près d’Odessa qui allait permettre de « filtrer » les candidats à la réémigration tchécoslovaque. L’A. s’arrête sur ce processus de filtrage en citant longuement les rapports de diplomates en charge de cette opération. Elle met ainsi en lumière les ambivalences de la politique de retour, la complexité des critères retenus, comment aussi ils varient avec le temps. L’auteure enrichit le triste panorama de cette politique de sélection et de rapatriement en portant également son regard sur le camp de Sighet en Roumanie, où des internés (hongrois, tchécoslovaques) étaient soumis à des procédures de vérification et de « filtrage ». Dans un cas comme dans l’autre, l’A. montre la responsabilité des autorités tchécoslovaques dans les limites des processus de retour.

7Polišenská discute également les différences sensibles sur cette question entre les chiffres soviétiques et tchécoslovaques dans une dernière partie du livre, avant de porter son regard sur le sort des internés jusque dans les années 1950, et sur d’autres types de retours qui ne concernent plus les déportés, mais, par exemple, les émigrés tchèques ou slovaques, installés notamment en URSS, et dont certains, comme les Tchèques de Volhynie, avaient massivement rejoint l’armée du Général Svoboda en 1944. L’auteure montre la complexité des cas à traiter dans les politiques de retour, les distinctions institutionnellement établies alors entre « rapatriement » et « réémigration », les difficultés à trouver un socle de principes communs aux logiques d’intégration et d’exclusion. En 1951, la décision des autorités tchécoslovaques concernant l’obligation pour tout détenteur d’un passeport tchécoslovaque de l’échanger contre un passeport de la Tchécoslovaquie communiste, va fragiliser un peu plus la situation des citoyens tchécoslovaques à l’étranger, notamment en URSS.

8L’ensemble du travail exposé dans cet ouvrage porte un regard sans complaisance sur les autorités tchécoslovaques concernant les déportations et les rapatriements dans les années 1940, 1950. D’accord avec ses collègues historiens tchèques ou slovaques qui mettent en avant la quasi-absence de marge de manœuvre tchécoslovaque au moment des déportations opérées par les Soviétiques à l’issue de la guerre, elle insiste sur l’importance des responsabilités tchécoslovaques dans les processus de retour, voire sur l’usage de ces procédures pour exclure certaines catégories de citoyens. Paru en tchèque en 2006, cette traduction anglaise grâce aux éditions CEU Press, complète utilement la littérature de plus en plus riche sur les déplacements forcés en Europe. Si l’ouvrage peut surprendre par le manque de questionnement transnational, plus sensible aujourd’hui étant donné les acquis historiens dans ce domaine, il apporte des informations très précieuses sur la question des déplacements forcés en Europe après la Seconde Guerre mondiale, et reste le seul ouvrage à ce jour, qui rend compte de façon aussi systématique des échanges diplomatiques entre la Tchécoslovaquie et l’URSS sur cette question.

Haut de page

Notes

1 Vladimír Bystrov, Únosy československých občanů do Sovětského svazu v letech 1945-1955, Praha, Themis, 2003 ; Id., Z Prahy do Gulagu, aneb, Překáželi, Praha, Nakladatelství Bystrov a synové, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Mayer, « Milada Polišenská, Czechoslovak Diplomacy and the Gulag. Deportation of Czechoslovak Citizens to the USSR and the Negotiation for Their repatriation, 1945-1953 »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 373-375.

Référence électronique

Françoise Mayer, « Milada Polišenská, Czechoslovak Diplomacy and the Gulag. Deportation of Czechoslovak Citizens to the USSR and the Negotiation for Their repatriation, 1945-1953 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/848 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.848

Haut de page

Auteur

Françoise Mayer

Université Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search