Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiqueSylvie Aprile, Maryla Laurent, Ja...

Chronique bibliographique

Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935)

Paris, Le Rocher de Calliope/Numilog, 2015, 281 pages
Philippe Rygiel
p. 376-378
Référence(s) :

Aprile Sylvie, Laurent Maryla, Ponty Janine, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935), Paris, Le Rocher de Calliope/Numilog, 2015, 281 p. ISBN 978-9975-61-927-1

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’une longue enquête entreprise conjointement par des historiennes (Sylvie Aprile et Janine Ponty) et des spécialistes de la langue et de la civilisation polonaise, conduites par Maryla Laurent, réunies par un très riche gisement de sources. Les campagnes françaises de l’entre-deux-guerres regorgent de travailleuses agricoles polonaises, isolées souvent sur de petits domaines. Peu étudiées, parce que dispersées et à la présence parfois fugace elles ont généralement laissé peu de traces. Un hasard archivistique, combiné à la méticulosité et à l’acharnement au travail d’une inspectrice chargée de leur protection durant la première moitié des années trente fait que dormaient depuis plusieurs décennies aux archives d’Indre-et-Loire, plusieurs centaines de lettres adressées par ces femmes à celle à qui l’administration, fortement pressée par les autorités polonaises, avait confié la tâche de protéger ces migrantes dans le ressort de ce département, de 1930 à 1935.

2Le matériau est à bien des égards exceptionnel. Bien peu de migrantes, de travailleurs agricoles, ont laissé des traces écrites rédigées de leur main. Et il ne s’agit pas là de quelques documents isolés mais d’un corpus, de taille importante et cohérent, qui évoque les conditions concrètes de leur vie, des rapports avec leurs employeurs et les Français qu’elles côtoient, du travail. Sa richesse n’en fait pas pour autant un objet facile à manier, parce que nous avons peu d’exemples d’objets similaires, parce qu’aussi ces courriers sont rédigés par des femmes souvent peu alphabétisées, pratiquant un polonais dialectal, peu au fait des codes épistolaires, voire des normes de la langue écrite et dont la graphie même peut être difficile à déchiffrer. Ces courriers sont, de plus, difficiles à contextualiser, nous savons peu de choses de chacune de ces femmes, presque rien de leur situation à l’heure où elles prennent la plume pour rédiger une missive.

3Il fallait donc pour redonner vie à ces voix une rigoureuse entreprise d’édition de textes et un patient travail d’enquête. Les maîtresses d’œuvre se sont attelées à la tâche, ont réuni les compétences nécessaires au moyen d’une collaboration de plusieurs années qui leur permet de nous livrer un ouvrage qui à la fois permet d’accéder à une partie de ce matériau – 130 lettres environ sur les 1300 que compte le corpus – offre les clés nécessaires à sa compréhension et enrichit considérablement notre connaissance des travailleurs étrangers en milieu rural – et particulièrement de ces ouvrières polonaises – si nombreux durant la première moitié du XXe siècle. L’ouvrage, à l’érudition soigneuse, est de plus abondamment illustré, offrant, entre autres, les fac-similés de certains des courriers traduits, des portraits de femmes polonaises tirés par un photographe de la région.

4Après une introduction de Sylvie Aprile retraçant cette aventure et définissant les enjeux de cette recherche, Janine Ponty se charge, d’un texte précis et clair, de replacer la présence de ces femmes dans le contexte de l’histoire de l’immigration et des migrations polonaises. E. Latka revient sur les caractéristiques de la langue de ces femmes, avant que Maryla Laurent ne présente les lettres choisies, qui occupent le cœur de l’ouvrage. Maryla Laurent, puis Monika Salmon-Siam s’essaient chacune à leur tour à la reconstitution du destin de l’une de ces femmes, complétant les indications offertes par la correspondance par les traces, ténues parfois, offertes par les archives. Maryla Laurent enfin reconstitue le parcours de Julie Duval, l’inspectrice à laquelle nous devons cette archive, intellectuelle polonaise, qui, ayant épousé un Français, partagea sa vie entre la Pologne et la France.

5Nous pouvons comprendre la vie de ces femmes, dont la majorité proviennent du sud-est de la Pologne, arrivées, généralement seules, dans les campagnes françaises du fait des accords signés entre la France et la Pologne en 1919. Jeunes, très jeunes parfois, elles sont confrontées à un environnement étranger dont elles peinent longtemps à pénétrer les règles, mais aussi la langue, difficile à apprendre pour ces paysannes peu lettrées. Beaucoup peinent à faire face aux exigences d’un travail pénible et harassant qu’imposent des patrons souvent guère riches et voyant en elles des travailleuses robustes moins chères et plus faciles à conduire que les hommes. La maladie, les blessures, l’usure physique sont fréquentes et la difficulté à bénéficier de soins adaptés est un thème récurrent de leur correspondance. Surtout beaucoup souffrent de l’isolement. Il leur est difficile de se faire comprendre, rare que l’on croise un compatriote avec qui parler, échanger, difficile de rencontrer un prêtre polonais, qui ne passe que rarement à proximité de chez elle. Et si pour ces femmes qui viennent de campagnes ferventes, l’église offre à la fois une trêve, la possibilité de vivre leur foi et parfois celle de rencontrer des compatriotes travaillant à proximité, toutes ne peuvent la fréquenter et s’en plaignent, leurs employeurs voyant parfois d’un mauvais œil ce temps volé au travail. Julie Duval est souvent alors la seule interlocutrice capable de comprendre et d’aider, d’expliquer comment envoyer un virement en Pologne, d’intervenir pour que leurs employeurs leur rendent leurs papiers, d’aider à faire venir un frère, une cousine. Intermédiaire obligée pour tout ce qui a trait au travail, aux papiers, sa présence dans leur vie va bien au-delà. Infatigable et zélée, elle les visite, leur répond – elle reçoit en 1934 1 592 courriers, en envoie 1 601 – intervient lors des épreuves qu’elles traversent, souvent une grossesse, fruit de rapports plus ou moins consentis avec le maître de l’exploitation, d’autres salariés. La quasi impossibilité de conserver l’enfant et un emploi, la fuite souvent des hommes, fait de ces épisodes autant de drames. Intéressantes toujours, poignantes souvent que les protestations ou les demandes de ces femmes, désorientées par un monde étranger et brutal qui exige d’elles qu’elles en comprennent vite les règles (les maudits papiers), et qui pourtant se démènent, intriguent, plaident, pour une place un peu meilleure, la possibilité de rejoindre des gens de connaissance, se battent pour rester au plus près d’un enfant qu’elles ne peuvent garder avec elles.

6Leur destinataire ne manque pas non plus d’intérêt et offre un exemple frappant de ce que l’on nommerait aujourd’hui une vie transnationale. Intellectuelle polonaise venue étudier en France, elle y épouse un Français et partage un temps sa vie entre France et Pologne. Elle mène durant les années vingt la vie d’une Parisienne cultivée, proche des milieux diplomatiques polonais, qui écrit, corrige les textes (en français) de son mari, donne conférence, travaille, avant d’entrer à 55 ans à l’école des surintendantes. Elle devient assez naturellement inspectrice de la main d’œuvre féminine étrangère employée dans l’agriculture. Alertée par les plaintes nombreuses provenant des consulats et des associations polonaises, Varsovie a arraché aux autorités françaises la mise en place de comités de protection départementaux, institués par deux textes (26/12/28 et 29/5/33), sous la responsabilité desquelles opèrent des inspectrices. Mais si Paris a accepté la nomination d’une inspectrice polonisante, la capitale française a refusé l’envoi d’inspectrices polonaises. Julie Duval en est toute désignée. Elle se consacre à la tâche, plus qu’à plein temps, jusqu’à la disparition de ces instances en 1935. On retrouve sa trace en région parisienne en 1939. Elle travaille alors pour une association proche du Parti social français. Compagnonnage peu surprenant nous dit Maryla Laurent : elle est idéologiquement proche des thèses d’un Lyautey ou d’un François de la Rocque, inscrivant son intervention sociale dans le prolongement du travail organique qui marque l’idéologie de la bourgeoisie polonaise au temps de sa jeunesse.

7La qualité du matériau, autant que le soin apporté à sa préparation et la minutie de l’enquête nous offrent un bon livre d’historien qui intéressera tous ceux qui ont à savoir de l’histoire de l’immigration comme de celle de la Polonia. L’historien de métier pourra regretter parfois que les critères qui ont présidé au choix des lettres finalement retenues ne soient pas plus précisément exposés, ou que le lien entre les textes traduits et la cote du carton qui les contient n’ait pas été toujours conservé, penser aussi qu’une exploitation plus systématique du corpus qui prenne appui sur ce fait même qu’il est un corpus n’ait pas pu être tentée est dommage. Plus que ces remarques compte cependant que la retenue et l’attention des auteurs, leur goût d’une histoire accessible, en font aussi un beau livre d’histoire auquel sera sensible un plus large public et particulièrement les héritiers de ces femmes dont les voix sont recomposées aussi précisément et respectueusement que possible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Rygiel, « Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935) »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 376-378.

Référence électronique

Philippe Rygiel, « Sylvie Aprile, Maryla Laurent, Janine Ponty, Polonaises aux champs. Lettres de femmes immigrées dans les campagnes françaises (1930-1935) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/849

Haut de page

Auteur

Philippe Rygiel

Université Paris-Ouest Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search