Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVII-2Les prisonniers de guerre des pui...

Les prisonniers de guerre des puissances centrales dans l’Empire russe : bilan de la recherche en Russie

The prisoners of war from the central powers’ countries in Imperial Russia: a review of Russian historiography
Aleksandr Lavrov
p. 163-179

Résumés

Le traitement des prisonniers de guerre est un sujet qui a suscité de nombreux travaux ces dernières années, bien avant la célébration du centenaire de la Grande Guerre. L’article dresse un bilan historiographique des études consacrées au sort des prisonniers des armées allemande, austro-hongroise et ottomane retenus captifs sur le territoire de la Russie. Les chercheurs russes ont découvert, entre autres, une importante correspondance bureaucratique, présentant les points de vue des autorités civiles et militaires russes sur ce sujet. Deux aspects du problème ont été tout particulièrement étudiés : celui de l’exploitation économique des prisonniers, y compris pour les besoins de l’industrie de guerre, et celui de leur recrutement pour des formations nationales, y compris pour la future Légion tchécoslovaque. Semblables phénomènes n’étaient pas inconnus des alliés de la Russie, la France et la Grande-Bretagne, mais ils étaient plus caractéristiques des Puissances centrales. Un point important est de savoir si les autorités russes étaient pionnières en la matière ou si elles suivaient la logique de leurs alliés (ou de leurs ennemis). Peu compatibles avec le droit international en vigueur, ces façons de procéder montrent comment la contrainte économique et militaire pouvait remettre en cause des principes, qui, encore avant la guerre, semblaient établis et reconnus.

Haut de page

Texte intégral

1Dans « La Russie que nous avons perdue », un documentaire sorti en 1992 et devenu rapidement célèbre, Stanislav Govoruxin confronte le spectateur à des images troublantes de soldats de l’Armée rouge, capturés par la Wehrmacht en 1941 et filmés par les opérateurs allemands. Ces scènes sont commentées par une voix off qui oppose explicitement la situation de l’Armée Rouge en 1941 à celle de l’Armée tsariste en 1914.

  • 1 Россия, которую мы потеряли, 1992 (metteur en scène Stanislav Govoruxin). Le scénario du film est ci (...)

Bien que les pertes [en 1914] aient été importantes, elles ne peuvent être comparées aux pertes subies par l’Armée rouge, lors de ses différentes campagnes. En outre, vingt ans plus tard, l’armée russe n’était pas la même1.

  • 2 Les chiffres ne semblent pas exacts. Par exemple, selon les statistiques soviétiques 5 468 (ou 6 01 (...)

2En annonçant le nombre de prisonniers – » quarante mille » pendant la guerre contre la Finlande (1939‑1940), et « quatre millions de soldats soviétiques qui se rendirent tout de suite », en 1941 – Govoruxin instaure une double opposition, quant au nombre de prisonniers et à leur traitement. Il place, d’un côté, les officiers et les soldats de l’Armée impériale qui, ne capitulant que dans les cas désespérés, étaient accueillis en héros à leur retour de captivité et, de l’autre côté, les officiers et les soldats soviétiques faits prisonniers dont la libération était souvent suivie d’un passage par des camps de filtrage et de nouvelles humiliations2.

  • 3 Les statistiques des prisonniers de la Grande Guerre ont aussi leur histoire. Les historiens des an (...)

3Ces images, principalement en noir et blanc, sont caractéristiques des années 1990 et du contexte culturel dans lequel les historiens devaient travailler. Ces derniers étaient confrontés à un dilemme – soit, en s’opposant à cette idéalisation de l’Armée impériale russe, ils se positionnaient comme des conservateurs, attachés aux approches de l’historiographie soviétique, soit en reprenant un pareil discours, ils se heurtaient à son incompatibilité avec les statistiques établies. Il suffisait de dire que 2 400 000 ou 2 500 000 soldats et officiers de l’Armée impériale russe avaient été faits prisonniers entre 1914 et 1917 – c’est‑à‑dire, beaucoup plus que dans chacune des autres armées belligérantes, y compris le cas bien connu de l’armée austro‑hongroise3. La question des prisonniers de guerre était devenue l’objet d’un débat dans l’opinion publique, une réponse historiographique s’imposait.

La question des prisonniers de guerre

  • 4 Elle le fait dans sa thèse, soutenue en 1992 – concomitante à la sortie du film de Govoruxin.
  • 5 Vasil′eva, Военнопленные Германии…, p. 17‑18.

4Un premier courant historiographique s’est dessiné selon une approche transnationale qui mettait en parallèle le destin des prisonniers de guerre russes en Allemagne et en Autriche-Hongrie et celui des soldats des Puissances centrales détenus en Russie : la situation de ces derniers étant censée influencer celle des premiers, il était cohérent d’étudier les deux de concert. Svetlana N. Vasil′eva a été la première à privilégier une telle perspective4. Pour l’historienne, ces deux ensembles de prisonniers qui représentaient la majorité des captifs de la Grande Guerre, n’en constituaient pas moins une « deuxième classe » de la captivité, moins « favorisée » que d’autres groupes (par exemple, les Allemands en France). Selon elle, les conditions dans lesquelles se trouvaient ces prisonniers de guerre étaient sensiblement les mêmes en Russie, en Allemagne et en Autriche-Hongrie, même si, prend-elle soin de souligner, les deux puissances centrales se sont singularisées par leur « chauvinisme » qui a rendu la situation des prisonniers russes particulièrement difficile5.

5L’historienne surestime certains aspects lorsqu’elle affirme, par exemple, que les autorités russes se désintéressaient de leurs prisonniers.

  • 6 Ibid., p. 21. Abdrašitov est beaucoup plus précis dans cette question quand il constate un « schism (...)

6« Le changement dans le comportement des soldats et officiers faits prisonniers s’explique par l’attitude indifférente et contraire à la loi des autorités russes. Celles-ci, pendant les années 1914‑1917, ont jugé inutile d’aider les prisonniers, estimant que l’ennemi pourrait en tirer profit. Par conséquent, aucun programme d’aide aux compatriotes faits prisonniers n’existait en Russie », – écrit S. N. Vasil′eva. De plus, les combattants capturés étaient considérés par les autorités comme des déserteurs et des traîtres à la Patrie. La société russe en général a fait preuve de passivité et d’indifférence à l’égard de ses compatriotes captifs. À l’exception d’un petit groupe d’intellectuels de la capitale, personne ne se souciait de leur sort6. Pourtant, l’indifférence à l’égard des prisonniers russes n’a pas été aussi générale que le prétend l’historienne : plusieurs comités et institutions ont été créés pour améliorer leur situation. En outre, toute une palette de représentations du prisonnier russe coexistait dans l’opinion publique de la Russie d’Ancien Régime : l’une était très positive – celle de l’ancien prisonnier qui s’est évadé pour poursuivre le combat – une image sans laquelle la carrière du général Lavr G. Kornilov, ancien prisonnier de guerre, devenu commandant en chef de l’Armée russe, aurait été impossible.

  • 7 A. Becker, Oubliés de la grande guerre : humanitaire et culture de guerre 1914‑1918 ; populations o (...)
  • 8 Cette tendance est patente dans la recherche consacrée à la captivité en Russie (voir par exemple l (...)
  • 9 A. Rachamimov, par exemple, est un des tenants de cette thèse. Pour un très bon aperçu de cette pol (...)

7Malgré ces défauts, l’étude de Vasil′eva a un double intérêt : elle s’inscrit dans un contexte historiographique international, marqué en particulier par l’étude d’Annette Becker sur les « oubliés » de la Grande Guerre7. D’autre part, elle permet de mieux saisir les débats qui divisent les historiens sur la question de la captivité. Les uns voient dans les stalags de la Première Guerre mondiale les embryons de l’univers concentrationnaire et du totalitarisme8 ; pour les autres, 1914‑1918 serait le dernier grand conflit de l’Ancien régime européen, pendant lequel les règles ont été respectées par la majorité des acteurs9. En soulignant la continuité de l’expérience de la captivité non seulement avec la lutte révolutionnaire en Europe centrale, mais aussi avec la « terreur rouge », Svetlana Vasil′eva se rapprocherait de la première position.

  • 10 Abdrašitov, Пленные россияне…, Voir les autres travaux de l’historien : « Исторические предпосылки (...)
  • 11 Ibid. Les témoignages des internés furent aussi largement utilisés dans les romans historiques – pa (...)

8Èlik E. Abdrašitov illustre quant à lui la seconde tendance10. L’historien, qui s’appuie sur une étude minutieuse des périodiques centraux et locaux du temps de la Grande Guerre, a bâti une vision certes critiquable, mais séduisante par sa force heuristique. Premièrement, il souligne le poids des expériences et des témoignages de sujets russes internés en Allemagne pendant les premières semaines de la Grande guerre ; lesquels relevaient majoritairement des représentants de l’élite se trouvant en Allemagne en vacances ou pour affaires. Certains d’entre eux affirment avoir été maltraités par les autorités allemandes, cependant ces offenses ont été d’assez courte durée puisque, dans l’ensemble, ils ont été rapidement rapatriés. De la sorte, leurs témoignages ont été publiés dès le début des hostilités, ce qui a favorisé l’image de conditions inhumaines de captivité. Leur discours a d’ailleurs exercé une grande influence sur les mémoires rédigés ultérieurement par les soldats et les officiers de l’Armée impériale prisonniers en Allemagne11.

  • 12 Abdrašitov, Пленные россияне…, p. 223. L’historien ne se pose pas la question de savoir si ces prop (...)
  • 13 Ibid., p. 224 ; A. F. Rediger, История моей жизни, Moskva, Kanon-press, t. 2, 1999, р. 424. Malheur (...)
  • 14 Abdrašitov, Пленные россияне…, p. 550.

9Deuxièmement, Abdrašitov montre que les hauts gradés russes se sont inquiétés du grand nombre de combattants de l’Armée impériale russe qui capitulaient devant l’ennemi. Selon eux, il fallait soit créer des mécanismes juridiques pour empêcher ces défections, soit répandre largement, par le moyen de la propagande, une sombre image des humiliations et des dangers qui attendaient les officiers et les soldats russes pendant leur captivité. Plusieurs décisions furent proposées à cette fin. Ainsi, le commandant de la 10e armée, le général F. V. Sivers, voulut interdire le rapatriement des anciens prisonniers après la guerre. Plus radical encore était le général A. N. Kuropatkin, suggérant d’ouvrir une enquête pour chaque cas de captivité. En comparaison de ces deux projets, celui du général N. I. Januškevič pourrait presque paraître modéré : il consistait à priver les familles des prisonniers du soutien de l’État. C’est cette dernière proposition qui fut retenue – non seulement une partie des familles concernées ne reçurent plus d’aide, mais encore on publia des listes de prisonniers qui furent ainsi cloués au pilori12. Abdrašitov cite aussi les Mémoires de l’ancien ministre et militaire, Aleksandr F. Rediger qui affirme que les autorités militaires, en abandonnant à leur sort les prisonniers russes en Allemagne et en Autriche-Hongrie, cherchaient à limiter le nombre de redditions13. Quant à la propagande, une commission fut mise en place par le sénateur A. N. Kravcov qui s’occupa de la situation des prisonniers de guerre et publia des rapports dans lesquels il voulait inculper l’Allemagne pour violation du droit international. L’historien considère cette initiative, et d’autres encore, comme une forme de « guerre informationnelle » et – malgré un léger anachronisme – il semble qu’il n’ait pas tort. Abdrašitov lui-même est convaincu que les conditions de détention des Russes en Allemagne et en Autriche-Hongrie n’étaient pas pires que celles des soldats des armées centrales en Russie : il remarque même que la mortalité de ces derniers était plus élevée que celle des premiers14.

  • 15 L’absence d’une telle étude se fait sentir à la lecture de la monographie d’Ol′ga Belova, consacrée (...)

10Si l’on fait le bilan des travaux des historiens russes qui abordent la captivité pendant la Grande Guerre comme un phénomène transnational, force est de constater qu’une réflexion sur le droit de la guerre fait encore défaut. Pourtant, une telle approche serait d’un intérêt indéniable. Non seulement elle permettrait de suivre l’évolution du droit international portant sur les prisonniers de guerre ; mais surtout, en faisant ressortir l’influence que ces réglementations ont eue sur les autorités russes, elle révélerait comment le traitement des prisonniers russes par les puissances centrales a pu inciter les responsables russes à adopter des comportements tantôt répressifs, tantôt libéraux15.

Le stalag, l’usine et le village

  • 16 Belova, Вынужденные мигранты…, p. 157‑158 ; Id., « Военнопленные Четвертного союза в России », Вопр (...)
  • 17 Les autorités militaires russes prévoyaient traditionnellement la séparation des prisonniers musulm (...)

11Selon les statistiques russes, environ deux millions de soldats et officiers des Puissances centrales ont été faits prisonniers par l’Armée impériale. Ce chiffre comprend 1736 764 soldats et officiers de l’armée austro-hongroise, 159 390 Allemands, 64 509 Ottomans et 670 Bulgares16. Par sa quantité, mais aussi par son hétérogénéité, ce groupe représentait un double défi pour les autorités russes qui n’avaient pour expérience que les guerres contre l’Empire ottoman lors desquelles les prisonniers, en nombre variable, étaient redirigés du Caucase ou des Balkans vers l’Ukraine et la Russie méridionale où ils étaient placés. Étant donné l’organisation de l’armée ottomane, leur classement était relativement commode17. Or, dès les premiers événements de la Grande Guerre, il devint évident que ces pratiques étaient désormais obsolètes.

  • 18 Ces deux classements pouvaient aussi être appliqués ensemble dans le cas où l’on attribuait aux dif (...)

12Les prisonniers de la Grande Guerre ont été soumis en Russie à un double classement. Ils étaient tout d’abord regroupés en fonction de leur « nationalité », qui pouvait différer de leur citoyenneté, puis répartis en trois catégories afin d’être envoyés aux travaux forcés. La première catégorie de prisonniers était destinée à rester au stalag, la deuxième était transférée à l’usine et la troisième envoyée aux champs. Ce second classement, qui prenait souvent en compte la profession, pouvait primer sur le premier18.

13Le droit international en vigueur en 1914 n’interdisait pas explicitement la séparation des prisonniers selon leur identité nationale ou confessionnelle. Ce n’est pas étonnant puisque ce droit se référait aux expériences du dernier conflit militaire entre les grandes puissances – notamment la guerre franco-prussienne de 1870‑1871. La population captive était supposée homogène – par exemple, des Français capturés par les Prussiens ou des Prussiens par les Français – et une situation conduisant à un tri par nationalité ou confession qui serait discriminatoire n’avait pas été envisagée. Cependant, dès le début des hostilités, les autorités militaires allemandes et austro-hongroises ont séparé les Russes, les Ukrainiens et les musulmans, ce qui leur permettait de diversifier la propagande parmi les prisonniers, et provoqua les protestations d’une partie d’entre eux.

  • 19 Suržikova, Военный плен…, p. 207. Il semble que l’historienne reprenne automatiquement le classemen (...)
  • 20 Poznaxirev, « Особенности положения турецких военнопленных в России в годы Первой мировой войны », (...)

14Quelle était, dans ce cadre, la « ligne générale » des autorités russes ? En essayant de la reconstituer, Natal′ja V. Suržikova la résume ainsi : les autorités militaires russes voulaient dès le commencement privilégier « tous les Slaves, les Français, les Italiens, les Danois, les Roumains et les Arméniens », tandis que leur attitude à l’égard des « Allemands, Hongrois, Turcs et Juifs » était plutôt négative19. L’historien pétersbourgeois, Vitalij V. Poznaxirev, a précisé certains aspects de ce classement ; il remarque notamment qu’un traitement bienveillant était réservé aux Grecs et aux Bulgares, mobilisés dans l’armée ottomane, mais non aux Arméniens, ce qui peut sembler paradoxal20. Poznaxirev ne propose aucune explication. L’on pourrait déduire de cette inégalité de traitement qu’une partie des décideurs militaires et civils avait conservé une certaine hostilité à l’égard du mouvement national arménien – une animosité qui avait marqué la politique intérieure russe entre 1881 et 1905 et ne fut remise en question qu’avec la première révolution russe.

  • 21 A. X. Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус. Чехословацкие политические ор (...)

15En établissant des catégories plus ou moins privilégiées, les autorités russes pouvaient assigner aux prisonniers différents stalags – ce qui était la pratique allemande et austro-hongroise – ou localités. Grâce aux recherches qu’il a consacrées au Corps tchécoslovaque, Aleksandr X. Klevanskij, a mis au jour une instruction remarquable de la Direction générale de l’état-major russe, prévoyant, « conformément aux objectifs politiques », d’envoyer les « prisonniers slaves, ainsi que ceux appartenant à des nationalités amies » (дружественные национальности) dans les districts militaires de Moscou, de Kazan′, d’Omsk et du Turkestan, alors que les Allemands et les Hongrois seraient dirigés vers ceux d’Irkoutsk et du Priamur′e (région de l’Amour) ou, exceptionnellement, à Omsk et dans le Turkestan. Les prisonniers ottomans, qui ne sont pas évoqués explicitement dans cette instruction, devaient eux aussi être envoyés dans les districts d’Irkoutsk et du Priamur′e21.

  • 22 L’historien turc Yücel Yanikdag estime que 75 % des prisonniers ottomans capturés en 1914‑1915 sont (...)

16L’envoi en Sibérie orientale et en Extrême-Orient était discriminatoire. La durée du transfert s’ajoutant aux maladies contagieuses, les prisonniers y ont été décimés, notamment les Ottomans dont la mortalité était la plus élevée de tous les groupes en captivité22. Cependant, avec les contraintes imprévisibles de la guerre, les lieux censés être les plus favorables ont rapidement perdu leur statut privilégié, puisqu’ils furent plus touchés par les pénuries alimentaires que la Sibérie et l’Extrême‑Orient.

  • 23 Belova, Вынужденные мигранты…, p. 158

17Théoriquement, cette ventilation géographique des prisonniers selon leur appartenance à des nationalités « amies » ou « hostiles » devait empêcher les prisonniers allemands et tchèques de se retrouver sous le même toit. Dans la réalité, ce principe ne fut pas toujours appliqué, comme le prouve la formation de plusieurs stalags avec des constellations de prisonniers très hétérogènes. Irina Belova cite l’exemple des casernes de Tixvin (gouvernorat de Novgorod), dans lesquelles, en 1914, les Allemands, les Hongrois et les Slaves étaient logés ensemble, puis rejoints un an plus tard par des officiers ottomans. De toute évidence, la politique de séparation ne pouvait y être appliquée en raison du manque d’espace ou de l’absence de quartiers23.

  • 24 Natal′ja V. Suržikova mentionne le transfert de 100 000 Hongrois et Allemands depuis la Sibérie ver (...)
  • 25 Poznaxirev, « Особенности положения турецких… », p. 181 ; « Документы федеральных и региональных ар (...)

18Cette politique de « séparation » est diversement appréciée par les chercheurs. Natal′ja V. Suržikova cite un ordre de l’état-major de 1916 selon lequel les prisonniers de guerre devaient être « immédiatement » envoyés aux travaux, ce qui, d’après elle, mettait fin à la séparation selon le principe « national »24. Ce n’est pas le point de vue de V. V. Poznaxirev, qui montre que les autorités pouvaient attribuer à un groupe national des capacités professionnelles spéciales. Il cite deux décisions de militaires russes, l’une qualifiant les prisonniers ottomans de « meilleurs dockers », l’autre de « bons sapeurs »25. Néanmoins, il semble que cet éloge par les autorités russes des vertus des officiers et soldats de l’armée ottomane était dû à la barrière linguistique qui empêchait les prisonniers d’exprimer leurs revendications.

  • 26 Il existe quelques exceptions : B. I. Nimanov, Особенности и основные факторы содержания и хозяйств (...)
  • 27 R. Naxtigal′, Мурманская железная дорога (1915‑1919 годы) : военная необходимость и экономические с (...)

19Parmi les trois modes de détention – le stalag, l’usine et les travaux agricoles –, le premier a été systématiquement décrit dans les témoignages publiés entre les deux guerres. Il s’agissait de la pire forme de détention pour les prisonniers de guerre où les chances de survie étaient les plus faibles. On cite toujours en exemple le camp de Tockoe (gouvernorat de Samara) où, entre novembre 1915 et janvier 1916, 11 000 soldats des puissances centrales moururent en captivité, atteints par le typhus. Il n’est guère surprenant que certains historiens post-soviétiques préfèrent ne pas l’évoquer26. On constate le même silence au sujet de la construction du chemin de fer à Mourmansk, qui mobilisa 70 000 prisonniers allemands et autrichiens dont 25 000 ont perdu la vie : une seule étude monographique traite de ce chantier27. Les conditions de vie de ces prisonniers, ainsi que la proximité territoriale de ce stalag avec les futurs « grands chantiers » du Goulag, abondent dans le sens d’une continuité entre les conditions de captivité et les futures expériences totalitaires.

  • 28 Suržikova, Военный плен…, p. 72.

20Le deuxième mode de détention, le travail des prisonniers de guerre dans l’industrie, n’était pas explicitement interdit par le droit international. Tandis que, dans l’historiographie internationale, l’obligation de travailler est perçue comme une dégradation de la situation des prisonniers, dans le contexte russe – où l’envoi à l’usine permettait d’éviter un grand stalag et ses dangers – ce cas de figure peut être interprété autrement. Envoyés dans une résidence séparée, les prisonniers-ouvriers étaient mieux protégés contre les épidémies qui décimaient la population des stalags. Néanmoins, cet envoi était souvent une violation du droit international qui interdisait d’utiliser les prisonniers dans des travaux à objectif militaire. Or, comme le montre N. V. Suržikova, les entreprises productrices d’obus, les mines et les fonderies d’acier pour l’artillerie furent les premières à obtenir – dès 1915 – des prisonniers‑ouvriers28.

  • 29 I. Belova qui a étudié surtout le centre de la Russie européenne remarque des tendances similaires. (...)
  • 30 Poznarixev, Военнопленные Оттоманской империи…, p. 51.

21Enfin, la troisième forme de captivité, les travaux agricoles, offrait aux prisonniers de guerre les conditions de vie les moins difficiles. Le contrôle y était faible et intermittent, et les prisonniers avaient un accès direct aux produits alimentaires ; ils pouvaient se rapprocher des paysans dont ils partageaient le logement. Il va de soi que les autorités militaires restaient suspicieuses à l’égard d’une telle cohabitation qui pouvait conduire à fraterniser avec l’ennemi. C’est pourquoi, jusqu’en 1915, les Slaves furent privilégiés pour ce type de travaux29. Par la suite, les Allemands et les Hongrois furent aussi acceptés. Les derniers à être admis aux travaux agricoles furent les prisonniers turcs30.

  • 31 Suržikova, Военный плен…, p. 89, 111.
  • 32 Belova, Вынужденные мигранты…, p. 161, 164.

22La main-d’œuvre des prisonniers était recherchée, mais sa pénurie a alimenté une certaine concurrence. Alors que les industriels et les comités de l’industrie de guerre prônaient l’envoi des prisonniers dans les usines, le ministère de l’Agriculture, les zemstva, mais aussi les assemblées nobles locales poussaient, bien sûr, aux travaux agricoles. Les résultats de cette lutte d’influence ne sont pas clairs. Selon Natal′ja V. Suržikova qui s’appuie sur le cas de l’Oural, la pénurie exceptionnelle d’armement provoqua en 1915 le retour de milliers de prisonniers qui avaient été envoyés dans les villages. Ils furent de nouveau déplacés et mis à la disposition des usines de l’Oural ; d’où la conclusion de l’historienne : « La bataille pour les prisonniers fut perdue par les producteurs agraires de l’Oural31 ». Cependant, il est difficile de savoir s’il s’agit d’une tendance locale, due à l’importance des usines ouraliennes d’armement, ou si l’on a affaire à un phénomène panrusse. De son côté, Irina Belova qui a étudié plus précisément la situation dans le centre de la Russie européenne, souligne les conséquences du manque de main-d’œuvre, dramatique pour l’agriculture russe. La mobilisation des paysans dans l’armée ayant profondément perturbé la production agro-alimentaire, le ministère de la Guerre se vit retirer la répartition des prisonniers aux différents travaux ; laquelle fut déléguée au ministère de l’Agriculture. On peut y voir le signe évident de la victoire des élites agraires (1916), confirmée par la décision de ne pas redéployer les prisonniers assignés aux travaux agricoles32.

  • 33 Le plat commun semble encore fasciner les photographes américains pendant les années 1920. Suržikov (...)

23De ce bilan de la recherche, l’on déduit que l’assignation de la main-d’œuvre aux travaux agricoles a pu entraîner une amélioration de la situation des prisonniers vers 1916‑1917. Celle-ci était effectivement plus clémente dans les campagnes, comme nous l’avons déjà souligné, non seulement parce que les contrôles y étaient moins contraignants et l’accès aux produits alimentaires non surveillé, mais aussi parce que la socialisation y était plus facile. Il serait néanmoins réducteur de voir dans ces interactions sociales la preuve d’une remise en question des stéréotypes négatifs réciproques ; les cas d’incompréhension mutuelle perduraient tandis que le rapprochement des prisonniers avec les femmes des soldats (soldatki) n’allait pas sans provoquer des inquiétudes. Quant au fossé culturel, Suržikova cite l’indignation d’un prisonnier face à une famille paysanne qui lui proposait de manger dans le plat commun – sa réaction outrée devant le manque d’hygiène témoigne d’ailleurs d’une intégration poussée33. Il ne fut satisfait qu’après avoir acheté un bol à l’hôpital.

  • 34 H. Jones, Violence against Prisoners of War in the First World War, -Britain, France and Germany, 1 (...)
  • 35 Quand les Français, les Britanniques et les Allemands s’accordèrent sur l’interdiction de cette pra (...)

24L’évolution des conditions de vie des prisonniers de guerre en Russie mérite d’être mise en perspective avec celle des captifs en Allemagne, en France et en Angleterre. Les travaux de Heather Jones mettent en lumière un phénomène en expansion dans ces pays, mais peu connu dans la réalité russe – l’emploi des prisonniers de guerre pour des travaux militaires, dans la zone du front, qui mettaient clairement les prisonniers en danger34. La logique répressive d’une telle exploitation a provoqué, dans tous les pays belligérants, des violences institutionnalisées et spontanées qui entraient en interaction. Heather Jones affirme que cet usage, une violation évidente du droit militaire, a été appliqué par les États belligérants dans le cadre d’une compétition35. Bien que la mortalité des prisonniers ait été plus grande en Russie qu’en Allemagne, en France ou en Grande Bretagne, elle n’était pas liée à ce phénomène méconnu en Russie – l’éloignement géographique de la majorité des prisonniers du front, demandant un transport difficile et coûteux, rendait une telle pratique improbable.

Le recrutement des prisonniers de guerre pour le service militaire

  • 36 La consultation des dictionnaires consacrés à la Grande Guerre fait état de la même lacune. Le dict (...)

25Jusqu’à aujourd’hui, les historiens se sont peu intéressés à la création, pendant la Grande Guerre, des « formations nationales » qui rassemblaient les représentants de minorités nationales ne disposant pas encore d’État ou des prisonniers de guerre ennemis ; celles-ci n’ont fait l’objet d’aucune étude de synthèse36. Cette lacune pourrait aussi s’expliquer par l’opposition entre les deux approches évoquées plus haut. Le recrutement des prisonniers de guerre étant devenu une pratique courante pendant la Seconde Guerre mondiale, les historiens qui veulent souligner la continuité entre la guerre et les expérimentations totalitaires mettent l’accent sur 1939‑1945. Les historiens travaillant dans l’optique opposée préfèrent y voir un phénomène marginal.

  • 37 Jean-Noël et Francis Grandhomme, les Alsaciens-Lorrains dans la Grande Guerre, Strasbourg, La Nuée (...)

26Précisons tout d’abord le cadre juridique dans lequel ce phénomène a pris forme et comment il a été perçu par les contemporains. Le droit international, qui ne pouvait interdire aux Empires multinationaux de former leurs divisions ou leurs corps selon un critère identitaire ou autre (par exemple, un corps cosaque, une division bosniaque etc.), interdisait explicitement de forcer les prisonniers de guerre à prendre les armes. Une fois transformés en combattants et envoyés au champ d’honneur pour se battre contre l’armée à laquelle ils avaient appartenu, ces derniers pouvaient, en cas de capture par l’ennemi (c’est‑à‑dire, par les « leurs ») et après avoir été identifiés, être condamnés pour traîtrise. Plusieurs pays belligérants ont voulu contourner ce problème, en évitant d’imposer à leurs soldats ce statut de « combattant illégitime ». L’expérience française peut être citée sur ce point : ayant accordé aux Alsaciens et Lorrains, mobilisés dans l’armée allemande et capturés par les forces françaises, de rejoindre l’armée française, les autorités de la République avaient prévu d’établir systématiquement une nouvelle identité pour le combattant, qui devait le protéger en cas de captivité37.

  • 38 Voir le résumé des travaux de l’historien ukrainien K. E. Naumenko, « Украинские военные формирован (...)

27Sur le front de l’Est, on peut supposer que la séparation des prisonniers selon leur identité et leur nationalité s’appuyait sur l’exemple donné par l’ennemi. Ici le précédent est austro‑hongrois et allemand, car les autorités militaires préféraient séparer les Russes, les Ukrainiens et les musulmans. Les autorités austro-hongroises furent les premières à créer des formations polonaises et ukrainiennes en mobilisant des sujets de leur Empire38. En revanche, la question du recrutement des prisonniers étant trop délicate pour les Allemands et pour les Austro-Hongrois, elle resta en suspens.

  • 39 Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус…, р. 25.

28Malgré le grand nombre d’officiers et de soldats d’origines ukrainienne et polonaise dans l’Armée impériale russe, les autorités russes évitèrent de les réunir dans des formations nationales avant la révolution de Février. Plus précisément, si les mesures russes voulaient relever le défi austro-hongrois, elles y répondaient de façon asymétrique. Dès le 8 août 1914, le ministre de la Guerre signa un décret « Sur la création des formations militaires spéciales de volontaires tchèques ». Comme le montrent A. X. Klevanskij et A. M. Zaxarov, les Tchèques et les Slovaques, sujets de l’Empire russe, furent la première source de recrutement, vite épuisée, et à laquelle on ajouta rapidement des Tchèques et des Slovaques, sujets austro-hongrois mais résidant dans l’Empire russe39.

  • 40 Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус…, р. 36.

29L’enrôlement de ces derniers qui leur permettait d’échapper à l’internement était certes discutable d’un point de vue juridique, mais moins problématique que le recrutement des prisonniers de guerre40. Cet enrôlement fut décidé dès la fin de l’année 1914, alors que les formations serbes ont été créées un peu plus tard, selon la même logique : les sujets austro-hongrois d’origine serbe résidant en Russie furent réunis avec les Serbes bosniaques, mobilisés dans l’armée austro‑hongroise et capturés par l’Armée impériale russe. On leur adjoignit par la suite des officiers serbes venus spécialement en Russie pour encadrer leur formation. Les historiens russes, en Union soviétique comme en émigration, ont toujours eu une prédilection pour le Corps tchécoslovaque, à cause de son rôle dans la guerre civile russe et le mouvement national tchèque. Notons néanmoins qu’au cours de la dernière décennie, la recherche dans ce domaine a également porté sur les formations serbes (yougoslaves) et polonaises, créées après la révolution de février 1917 et découvertes grâce notamment aux travaux de l’historien pétersbourgeois A. M. Zaxarov. Ces derniers permettent de comparer les deux cas et de situer dans une nouvelle optique les principales questions que soulève l’histoire des formations nationales – la façon dont les autorités militaires et civiles ont perçu leur création et l’attitude qu’elles ont adoptée à leur égard ; la transformation de l’identité nationale des combattants, qui se manifesta parfois à travers le changement de nom des formations (celles-ci passant de tchèques à tchécoslovaques et de serbes à yougoslaves).

30Tout d’abord, il convient de comprendre les contraintes qui amenèrent les autorités russes à agir contre les normes du droit international. À ce propos, les nouvelles études tendent à confirmer la principale conclusion de l’historiographie de l’entre-deux-guerres. Celle-ci relevait un conflit entre les autorités civiles hostiles à cette solution, et les autorités militaires qui la favorisaient. A. Popov établit que les fonctionnaires civils restèrent fidèles à la lettre du droit international. C’est le cas de Boris Nolde qui rédigea le brouillon d’une réponse du Premier ministre, insistant sur la Convention de La Haye dont le non-respect reviendrait, à ses yeux, à octroyer un statut juridique incertain aux combattants qui ne seraient plus protégés par le droit de la guerre dans l’hypothèse d’une captivité :

  • 41 Ibid.

Il n’est pas souhaitable que notre gouvernement, en introduisant dans notre armée ces éléments qui ne jouissent pas de tous les droits du point de vue du droit de la guerre, doive ensuite supporter la responsabilité des graves accidents qu’ils pourraient subir41.

  • 42 А. Popov, « Чехословацкий вопрос и царская дипломатия в 1914‑1917 гг. », Красный архив, t. 2 (33), (...)

31Le ministre des Affaires étrangères, Sazonov, s’opposait lui aussi farouchement au recrutement des prisonniers, craignant que cette décision ne suggérât que la Russie pût envisager la suppression de l’Empire des Habsbourg sur la carte de l’Europe d’après‑guerre. À l’opposé, les militaires étaient déterminés. « En construisant, selon des principes corrects, nos relations avec les Tchèques, nous pourrions mettre sérieusement notre ennemi en difficulté grâce aux activités révolutionnaires du peuple et à son refus de livrer les recrues », écrivait le général Mixaïl V. Alekseev, le chef d’état-major du front du Sud-Ouest, au chef d’état-major du Commandement suprême dès le 16 novembre 191442. Dans sa monographie, Zaxarov confirme et précise cette opposition ; en se fondant sur la publication récente des minutes du Conseil des ministres pendant la Grande Guerre, il fait ressortir que, dès les premiers jours de la guerre, les militaires se prononcèrent pour le recrutement. Sur ce point, soulignons la pertinence des remarques de Suržikova qui montre que le ministère des Affaires étrangères a évoqué le traitement particulier, réservé par les autorités militaires françaises aux soldats et officiers de l’armée allemande d’origine polonaise. L’opposition entre les élites politiques et militaires russes pourrait refléter l’écart entre les différents projets géopolitiques pour l’Europe d’après‑guerre mûris au sein de ces cercles de décision – les uns étant favorables à une Pologne autonome ou indépendante, les autres pour la constitution de fédérations slaves sous domination russe.

32Le rapprochement de positions aussi éloignées nécessitait soit l’intervention d’un tiers, soit le changement radical de la situation internationale. Presque tous les chercheurs – A. Popov, A. X. Klevanskij et M. D. Savvajtova – s’accordent sur le fait que la décision définitive de recruter des prisonniers de guerre fut prise afin d’appuyer les russophiles dans le mouvement national tchèque et pour faire contrepoids au renforcement du Conseil national tchécoslovaque, qui se rapprochait des Français et des Britanniques. Toutefois, des doutes importants subsistaient chez les décideurs russes, qui craignaient la création, sur le territoire russe, d’une force armée semi‑indépendante.

33La formation de la division serbe, concomittante à celle des formations tchécoslovaques, est un objet d’étude qui ne doit pas être négligé dans la mesure où il apporte un nouvel éclairage sur ce processus. Comme l’a démontré Zaxarov, l’idée de la formation des volontaires fut lancée très tôt – par les prisonniers de l’armée austro-hongroise – des Serbes de Bosnie (août 1914) – puis par le gouvernement serbe (septembre 1914). La réaction des autorités russes fut loin d’être enthousiaste parce que, selon l’historien, à Petrograd « personne ne croit en octobre 1914 à une guerre longue ». Ainsi, jusqu’à la fin de 1915, l’action se limita à recruter des prisonniers et à les envoyer en Serbie.

34Précisons ici qu’en agissant de la sorte, le gouvernement russe ne commettait qu’une infraction mineure vis-à-vis du droit international, car il s’agissait du transfert de prisonniers dans le pays de leur choix – c’était le gouvernement serbe qui les armait et les envoyait au combat. Ce fut le développement militaire de l’année 1915, à savoir l’abandon du territoire national serbe, « une nouvelle anabase » et l’évacuation définitive de l’armée serbe vers le front de Salonique qui transforma les prisonniers serbes internés dans les camps russes en un groupe d’une importance particulière. En février 1916, la première Division volontaire serbe fut formée, pour être envoyée sur le front de Salonique.

  • 43 А. Zaxarov, Двоюродные братья. Славянские добровольческие вооруженные формирования в России (1914‑1 (...)

35Le deuxième point majeur abordé par la recherche est la question de l’évolution des formations nationales. Pour Zaxarov, la prétention du Comité yougoslave à représenter le fondement militaire de la future Yougoslavie allait à l’encontre des objectifs des militaires russes qui voulaient envoyer les divisions serbes sur le front de l’Est. De plus, les projets yougoslaves entraient en contradiction avec les idées nationales serbes prônées par certains officiers (surtout ceux qui appartenaient à la « Main noire »), ce qui conduisit les Croates et Slovènes à refuser de servir dans ces divisions43. Les officiers et les soldats non‑serbes quittèrent la division, préférant soit l’armée russe, soit les formations tchèques (ce qui conféra à ces dernières un nouveau caractère). L’historien décrit ce processus de désintégration avec une grande précision, sans simplifier ni généraliser – il ne déduit pas de ces contradictions, par exemple, que le fédéralisme yougoslave était condamné dès ses débuts. Il considère plutôt que l’impossibilité de cette formation était due aux parcours opposés de ses membres – les anciens soldats et officiers de l’armée austro-hongroise y étaient sous les ordres d’officiers serbes venus spécialement de Corfou. Quant aux Tchèques et Slovaques, réunis sous le même drapeau, le retard avec lequel les autorités militaires russes procédèrent au recrutement eut des conséquences très sérieuses sur le moral du futur Corps tchécoslovaque. Les prisonniers tchèques et slovaques, surtout ceux qui s’étaient rendus de leur propre chef, furent livrés à l’administration des camps de prisonniers pendant des mois, ils eurent alors l’occasion de connaître l’inefficacité et les dysfonctionnements de l’administration.

  • 44 Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус…, р. 36 ; Suržikova, Военный плен…, (...)

36Selon Klevanskij, ces atermoiements menèrent à une crise, sapant ce que le chercheur qualifie de « slavophilisme naïf » (наивное славянофильство). À sa suite, Natal′ja V. Suržikova écrit que « le slavophilisme naïf, qui poussa plusieurs Tchèques et Slovaques à se rendre aux troupes russes, s’évapora très vite dans les camps et aux travaux forcés44 ». Par conséquent, les prisonniers recrutés par les autorités russes pour contrecarrer le Conseil national tchécoslovaque, se montrèrent particulièrement réceptifs aux principales idées de celui-ci, dont ils partageaient le scepticisme à l’égard d’une victoire russe et le refus de soumettre le destin de la future fédération à une influence russe. Ainsi, certains éléments de la position que le Corps tchécoslovaque adopterait ultérieurement, pendant la guerre civile russe, furent formulés à ce moment, avant 1917.

  • 45 Il est curieux que cette optique de l’historiographie soviétique ait été reproduite par Soljenitsyn (...)

37Ce panorama de l’historiographie russe concernant les prisonniers de la Grande Guerre nous permet de mettre en perspective les résultats des recherches menées pendant le dernier quart du vingtième siècle. Au cours de la période soviétique, deux figures du prisonnier de guerre des puissances centrales prévalaient : d’un côté, les combattants du Corps tchécoslovaque qui jouèrent un rôle de catalyseur de la guerre civile, et de l’autre certains volontaires qui rejoignirent l’Armée rouge (comme Béla Kun ou Josip Broz Tito) et devinrent plus tard les « messagers » de la révolution russe dans l’Europe centrale et orientale45. À ces deux représentations, l’historiographie post-soviétique en a ajouté deux autres : celle du prisonnier de guerre, victime anonyme dans un stalag, et celle du travailleur remplaçant à l’usine et aux champs les Russes mobilisés.

  • 46 Ces travaux pourraient être souvent considérés comme une illustration historiographique du célèbre (...)
  • 47 A. A. Valitov, V. S. Sumilov, I. S. Sumilov, D. Ju. Fedotova, « Коллективный портрет военнопленных (...)

38Ce renouvellement illustre également la part grandissante – désormais dominante – de l’histoire sociale et des études locales46. La présence des prisonniers de guerre a été si importante dans certaines provinces russes que l’on ne saurait, sans elle, comprendre le développement local de ces territoires. Par exemple, les huit mille Allemands et Hongrois stationnés à Tobol′sk représentaient, vers 1917, 45 % de la population de cette ville qui comptait vingt mille habitants47. Pour les autochtones, la présence de ces étrangers dans les rues de la capitale de la Sibérie occidentale, marquée entre autres par l’usage de nouvelles langues dans le domaine public, était une réalité inédite. Cette présence, largement ignorée aujourd’hui encore, mérite d’être étudiée dans le cadre de l’histoire culturelle.

39Cependant, la perspective régionale ne permet pas de conclusions générales précises, à la différence d’une analyse du contexte juridique qui s’appuie sur un retour vers le cadre national. Pour contribuer à de telles recherches, il conviendrait d’établir le corpus non seulement des actes normatifs portant sur la situation des prisonniers, mais aussi de toute la correspondance administrative entre décideurs civils et militaires qui révélerait la préparation de ces actes et donnerait à en voir l’application. Avec un tel corpus, on pourrait comprendre, par exemple, comment à la volonté d’affaiblir l’Empire des Habsbourg a succédé la conviction que cet empire n’avait plus sa place dans l’Europe d’après‑guerre. À mon avis, le fait que les autorités russes ont accepté le caractère yougoslave ou tchécoslovaque des formations militaires créées sur le sol russe, pourrait être l’indice de cette évolution. Enfin, s’agissant de la continuité entre les institutions militaires de l’Ancien régime et de la Russie révolutionnaire, une analyse détaillée des idées générales que les décideurs militaires ont émises sur la question serait particulièrement instructive – un certain nombre de ces représentations relevant de la « longue durée » de l’histoire militaire russe.

Haut de page

Notes

1 Россия, которую мы потеряли, 1992 (metteur en scène Stanislav Govoruxin). Le scénario du film est cité selon l’édition suivante : S. Govoruxin, Страна воров на дороге в светлое будущее, Moskva, 1994. Ce documentaire de Stanislav Govoruxin, acteur et réalisateur, né en 1936, est la partie centrale d’une trilogie dont le début est consacré à la réalité soviétique, et la partie finale – à la criminalité pendant les années 1990 (Так жить нельзя, 1990 ; Великая криминальная революция, 1994). Le cinéaste choisit des images de prisonniers soviétiques tirées des actualités cinématographiques hebdomadaires nazies (Wochenschau), qui n’étaient pas accessibles au spectateur soviétique avant la Perestroïka. Ce choix est particulièrement problématique, en raison des stéréotypes raciaux qui sous-tendent la présentation. Sur les caractéristiques particulières des actualités cinématographiques nazies, qui permettent de les considérer comme un genre mixte alliant documentaire et fiction, voir Siegfried Kracauer, « The Conquest of Europe on the Screen. The Nazi Newsreel 1939‑1940 », Social research, vol. 10, nº 3, 1943, p. 337‑357. Voir aussi l’édition scientifique des actualités cinématographiques nazies consacrées à l’Union soviétique dans Die Sowjetunion in NS-Wochenschauen 1935‑1941 : Zusammenstellung von Einzelberichten, mit der Begleitpublikation von Bianka Pietrow-Ennker, Göttingen, 1995.

2 Les chiffres ne semblent pas exacts. Par exemple, selon les statistiques soviétiques 5 468 (ou 6 017) soldats et officiers de l’Armée rouge rentrèrent de captivité après la Guerre d’hiver. Même si on estime que les 19 610 autres soldats et officiers portés disparus pendant la guerre ont été capturés par l’ennemi, et qu’on les ajoute au groupe des rapatriés, on arrive à un autre bilan que celui avancé par Govoruxin. Je n’ai pas réussi à trouver des sources confirmant les « quatre millions » de prisonniers de 1941. Selon les données allemandes, entre juin et décembre 1941, ont été faits prisonniers par la Wehrmacht et ses alliés 3350 000 soldats et officiers soviétiques (M. I. Semirjaga « Военнопленные, коллаборационисты и генерал Власов », in : Jurij Afanas′ev (ed.), Другая война :1939‑1945, Moskva, RGGU, 1996, р. 314). Selon les données soviétiques, 2 335 482 soldats et officiers de l’Armée rouge ont été capturés pendant la campagne de 1941. (G. F. Krivošeev, Россия и СССР в войнах ХХ века. Потери вооруженных сил. Статистическое исследование, Мoskva, OLMA-PRESS, 2001). L’énorme différence entre les deux chiffres pourrait s’expliquer par le fait que les statistiques soviétiques ne prennent pas en compte les miliciens (ополчение) capturés, mais aussi par le fait que les statistiques allemandes enregistraient souvent les non-combattants comme captifs.

3 Les statistiques des prisonniers de la Grande Guerre ont aussi leur histoire. Les historiens des années 1990 s’appuient encore sur les statistiques soviétiques, établies pendant les années 1920 par la Direction générale des prisonniers et des réfugiés (Центропленбеж), qui gérait le rapatriement. Selon elles, le nombre total de soldats et d’officiers de l’Armée impériale russe tombés aux mains de l’ennemi s’élevait à 3 343 900. La crédibilité de ces chiffres est plus que douteuse : il faut prendre en compte la possibilité d’un double enregistrement des personnes par la Direction aussi bien que la possibilité d’une fraude : en créant une fausse identité sociale, on ajoutait une référence à la « captivité ». Les historiens russes en exil, y compris le général Nikolaj N. Golovin, ont proposé d’autres statistiques combinant les chiffres de l’état-major russe avec ceux des autorités allemandes et autrichiennes, qui ont établi le nombre général des prisonniers à un chiffre maximum de 2 400 000 – 2 500 000 (N. N. Golovin, Военные усилия России в мировой войне, Paris, t. 1, 1939, р.144, 148). Les statistiques soviétiques – 3 395 000 soldats et 14 000 officiers – apparaissent encore en 1992 chez S. N. Vasil′eva, Военнопленные Германии, Австро-Венгрии и России в годы первой мировой войны, aвтореферат диссертации… кандидата исторических наук, М., 1997, p. 16.

4 Elle le fait dans sa thèse, soutenue en 1992 – concomitante à la sortie du film de Govoruxin.

5 Vasil′eva, Военнопленные Германии…, p. 17‑18.

6 Ibid., p. 21. Abdrašitov est beaucoup plus précis dans cette question quand il constate un « schisme » (раскол) dans les élites politiques russes sur la question de l’attitude à l’égard de prisonniers de guerre (È. E. Abdrašitov, Пленные россияне в информационной политике России в 1914.1917 гг. : внутриполитические и внешнеполитические аспекты, диссертация… доктора исторических наук, Stravopol′, 2015, p. 550).

7 A. Becker, Oubliés de la grande guerre : humanitaire et culture de guerre 1914‑1918 ; populations occupées, déportés civils, prisonniers de guerre, Paris, Noêsis, 1998.

8 Cette tendance est patente dans la recherche consacrée à la captivité en Russie (voir par exemple les travaux de P. Pastor).

9 A. Rachamimov, par exemple, est un des tenants de cette thèse. Pour un très bon aperçu de cette polémique, voir N. V. Suržikova, Военный плен в российской провинции (1914‑1922 гг.), Moskva, ROSSPÈN 2014, p. 66‑67.

10 Abdrašitov, Пленные россияне…, Voir les autres travaux de l’historien : « Исторические предпосылки принятия и правоприменительная практика Стокгольмских конвенций 1915 года », Вестник Казанского юридического института МВД России, № 38, 2012, р. 364‑372 ; « Восприятие войны и пленных Тройственного союза татарами Казанской губернии », Известия Саратовского университета. Серия : История, Международные отношения, t. 14, № 4, 2014, р.17‑25 ; « Восприятие крестьянским сообществом немецких и австро-венгерских военнопленных в 1917 г. (на примере Казанской губернии) », Вестник Российского университета дружбы народов. Серия : История России, № 3, 2014, р. 62‑69.

11 Ibid. Les témoignages des internés furent aussi largement utilisés dans les romans historiques – par Aleksej N. Tolstoj (Хождение по мукам) et Nikolaj I. Ul′janov (Сириус).

12 Abdrašitov, Пленные россияне…, p. 223. L’historien ne se pose pas la question de savoir si ces propositions ont pu inspirer la politique des autorités soviétiques à l’égard des prisonniers et de leurs familles pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais il est intéressant de remarquer que les recommandations des trois généraux ont été publiées dans un recueil de documents à Moscou en 1936. Or, ce type de publications était connu des décideurs militaires, qui appartenaient de plus à la génération de la Grande Guerre et pouvaient connaître leur contenu et leur application.

13 Ibid., p. 224 ; A. F. Rediger, История моей жизни, Moskva, Kanon-press, t. 2, 1999, р. 424. Malheureusement, Abdrašitov utilise cette dernière source à mauvais escient. Premièrement, Rediger a quitté le ministère de la Guerre en 1909 ; en 1914, il n’était que membre du Conseil d’État. Ainsi, il ne se faisait pas l’écho de la position du ministère de la Guerre, mais critiquait bien plutôt sa passivité. Deuxièmement, Regider cite le prince Golicyn qui, revenant de l’étranger, a évoqué la situation désastreuse des prisonniers de guerre russes et a expliqué l’absence de soutien par la position du ministère de la Guerre, qui refusait toute aide pour diminuer le nombre des redditions.

14 Abdrašitov, Пленные россияне…, p. 550.

15 L’absence d’une telle étude se fait sentir à la lecture de la monographie d’Ol′ga Belova, consacrée aux réfugiés, aux prisonniers russes rapatriés et aux prisonniers de guerre en Russie. Elle cite des actes législatifs importants, mais en décrivant la situation concrète des prisonniers de guerre en Russie centrale, elle procède au cas par cas, sans s’interroger sur la norme en vigueur et son application. De plus, elle s’appuie, pour l’essentiel, sur des documents relatifs au centre de la Russie européenne, et ne pose pas la question de leur représentativité à l’échelle de toute la Russie (I. B. Belova, Вынужденные мигранты : беженцы и военнопленные Первой мировой войны в России. 1914‑1925 гг., Мoskva, АIRO-XXI, 2014).

16 Belova, Вынужденные мигранты…, p. 157‑158 ; Id., « Военнопленные Четвертного союза в России », Вопросы истории, 2014, 6, р. 160. On trouve aussi d’autres estimations du nombre de prisonniers : 2,3 ou 2,35 millions (renvoyés au Bureau central des prisonniers) ou même 3 570 858. La signification de ces derniers chiffres est claire : on veut prouver que l’Armée impériale russe a capturé plus de prisonniers qu’elle n’en a perdus (B. I. Nimanov, Особенности и основные факторы содержания и хозяйственной деятельности военнопленных в 1914‑17 годах в Поволжье, aвтореферат диссертации… кандидата исторических наук, Мoskva, 2009, p. 12 ; E. Ju. Bondarenko, « Иностранные военнопленные Первой и Второй мировых войн на Дальнем Востоке России », Гуманитарные исследования в Восточной Сибири и на Дальнем Востоке, 1, 2012, p. 43‑47, ici p. 43).

17 Les autorités militaires russes prévoyaient traditionnellement la séparation des prisonniers musulmans et chrétiens. À ce classement fut ajoutée, à partir de la guerre de Crimée, la séparation des Turcs et des Égyptiens. Voir V. V. Poznaxirev, Военнопленные Оттоманской империи в Белгородско-Курском крае в XVIII-начале ХХ в., Sankt-Peterburg, Nestor-Istorija, 2013 ; « Состав и структура турецких военнопленных в России в конце XVII – начале XX веков », Известия Тульского государственного университета, Гуманитарные науки, Тula, 2011, fasc.1, p. 163‑171.

18 Ces deux classements pouvaient aussi être appliqués ensemble dans le cas où l’on attribuait aux différentes nationalités des capacités professionnelles différentes.

19 Suržikova, Военный плен…, p. 207. Il semble que l’historienne reprenne automatiquement le classement des militaires russes, qui réunissaient dans une seule catégorie Allemands et Autrichiens germanophones.

20 Poznaxirev, « Особенности положения турецких военнопленных в России в годы Первой мировой войны », Известия Тульского государственного университета, Гуманитарный науки, Тula, 2011, fasc. 2, p. 176 ; Id., Военнопленные Оттоманской империи…, (il cite la demande d’un directeur d’usine qui ne voulait pas qu’on lui envoie de prisonniers « turcs et arméniens »).

21 A. X. Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус. Чехословацкие политические организации и воинские организации в России. 1914‑1921 гг., Мoskva, Nauka, 1965, р. 32 ; Poznaxirev, « Особенности положения турецких военнопленных в России в годы Первой мировой войны », p. 177. Cette situation ne se modifia qu’en 1915 quand a été prise la décision de concentrer les prisonniers ottomans dans les environs de Moscou, et celle, exceptionnelle, de laisser les prisonniers ottomans dans le Caucase de Sud (Ibid., p. 178‑179). Ces deux décisions ont nettement amélioré la situation des prisonniers ottomans.

22 L’historien turc Yücel Yanikdag estime que 75 % des prisonniers ottomans capturés en 1914‑1915 sont morts en captivité. Poznaxirev le corrige pour abaisser ce taux à 50 % (Y. Yanikdag, « Ottoman Prisoners of War in Russia, 1914‑22 », Journal of Contemporary History, vol. 34, no 1, 1999, p. 72 ; Poznaxirev, « Особенности положения турецких военнопленных в России в годы Первой мировой войны », p. 177).

23 Belova, Вынужденные мигранты…, p. 158

24 Natal′ja V. Suržikova mentionne le transfert de 100 000 Hongrois et Allemands depuis la Sibérie vers la Russie européenne, décidé conjointement par les ministères de la Guerre, des Affaires intérieures et de l’Agriculture en 1916, (Suržikova, Военный плен…, p. 217).

25 Poznaxirev, « Особенности положения турецких… », p. 181 ; « Документы федеральных и региональных архивов об использовании труда турецких военнопленных периода Первой мировой войны (1914‑1918 гг.) », Отечественные архивы, № 2, 2013, p. 54‑62, ici p. 60. Il semble que les Ottomans étaient appréciés comme bouviers. En plus des tâches pour lesquelles ils étaient considérés comme des « spécialistes », les Ottomans participaient à tout le reste, y compris à la construction de voies ferrées, aux travaux agricoles et aux emplois ouvriers. Cette spécialisation « nationale » pouvait aussi comporter des aspects discriminatoires – plusieurs mentions de prisonniers ottomans employés comme assainisseurs renvoie clairement à une pratique humiliante (Poznaxirev, Военнопленные Оттоманской империи…, p. 51).

26 Il existe quelques exceptions : B. I. Nimanov, Особенности и основные факторы содержания и хозяйственной деятельности военнопленных в 1914‑17 годах в Поволжье, aвтореферат диссертации… кандидата исторических наук, Моskva, 2009, p. 15 ; Maksim V. Os′kin, Неизвестные трагедии Первой мировой. Пленные. Дезертиры. Беженцы, М., Veče, 2011. Dans son livre, Maksim V. Os′kin minimise le cas de Tockoe, affirmant « que la mortalité des prisonniers dans les camps [russes] était le résultat de l’arbitraire de l’administration, tandis qu’en Allemagne elle faisait partie d’un système étatique prémédité et de la propagande » (sic !). Adressé à un large public et de tendance clairement nationaliste, cet ouvrage présente un cas assez intéressant de métissage de traditions historiographiques les plus contradictoires. L’approche générale et même le titre sont nettement influencés par le livre d’Annette Becker. Le fait que l’auteur, évidemment, ne présente pas son ouvrage comme une thèse ou une habilitation a largement contribué à l’indépendance de l’auteur à l’égard de plusieurs dogmes de l’historiographie officielle.

27 R. Naxtigal′, Мурманская железная дорога (1915‑1919 годы) : военная необходимость и экономические соображения, Sankt-Peterburg, Nestor-Istorija, 2011 (l’édition allemande a paru en 2001). La seule contribution russe à l’histoire de la construction du chemin de fer de Mourmansk – un article d’I. N. Novikova – est consacréе aux tentatives de fuite des prisonniers allemands et autrichiens vers le Grand-duché de Finlande et la Suède (I. N. Novikova, « Россия – страна контрастов, и нигде это свойство не проявляется так ясно, как в плену… », Военно-исторический журнал, 2, 2006, p. 55‑58.

28 Suržikova, Военный плен…, p. 72.

29 I. Belova qui a étudié surtout le centre de la Russie européenne remarque des tendances similaires. Belova, Вынужденные мигранты…, p. 169.

30 Poznarixev, Военнопленные Оттоманской империи…, p. 51.

31 Suržikova, Военный плен…, p. 89, 111.

32 Belova, Вынужденные мигранты…, p. 161, 164.

33 Le plat commun semble encore fasciner les photographes américains pendant les années 1920. Suržikova, Военный плен…, p. 254.

34 H. Jones, Violence against Prisoners of War in the First World War, -Britain, France and Germany, 1914‑1920, Cambridge, Cambridge University Press, 2011.

35 Quand les Français, les Britanniques et les Allemands s’accordèrent sur l’interdiction de cette pratique illégale (1917), la situation des prisonniers russes en Allemagne se détériora tout de suite : ils furent envoyés à ces travaux dangereux pour y remplacer les Français et les Britanniques. Iris Lencen, « Использование труда русских военнопленных в Германии (1914‑1918 гг.) », Вопросы истории, 4, 1998.

36 La consultation des dictionnaires consacrés à la Grande Guerre fait état de la même lacune. Le dictionnaire français de la Grande Guerre consacre un article à part à la Légion tchécoslovaque, tandis que la Légion polonaise (le Corps auxiliaire polonais), créée comme formation auxiliaire de l’armée des Habsbourg, n’est évoquée que dans le cadre de l’entrée biographique dédiée à Józef Piłsudski. Les formations ukrainiennes (dans l’armée austro-hongroise) ne sont guère mentionnées. Mais dans l’article général consacré aux prisonniers de guerre, un des auteurs consacre une partie aux tentatives de « retourner » certains combattants – par exemple, à celles des Allemands pour recruter les Irlandais, les Hindous et les musulmans capturés, aussi qu’aux tentatives russes pour « lever des brigades parmi les Slaves du Sud ». François Cochet, « Prisonniers de guerre », Dictionnaire de la Grande Guerre, 1914‑1918, sous la direction de François Cochet et Rémy Porte, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 848 ; Rémy Porte, « Józef Piłsudski (1867‑1935), Dictionnaire de la Grande Guerre…, p. 822‑823 ; ibid., « Ukraine », p. 1034. Le dictionnaire de la Grande Guerre préparé par les historiens allemands, consacre deux articles fondamentaux aux prisonniers de guerre et aux crimes de guerre. Pourtant, la question du recrutement des prisonniers dans les formations militaires n’est évoquée ni dans l’un, ni dans l’autre. Alan Kramer, « Martial Law and War Crimes », Brill’s Encyclopedia of the First World War, Gerhard Hirschfeld, Gerd Krumeich, Irina Renz (eds.), Leiden – Boston, vol. 1, 2012, p. 224‑225; Ulla Hinz, « Prisoners of War » p. 829‑834.

37 Jean-Noël et Francis Grandhomme, les Alsaciens-Lorrains dans la Grande Guerre, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2013.

38 Voir le résumé des travaux de l’historien ukrainien K. E. Naumenko, « Украинские военные формирования Австро-Венгерской армии в Первой мировой войне (по документам архивов Украины) », Последняя война Российской империи. Россия, мир накануне, в ходе и после Первой мировой войны по документам российских архивов, Мoskva, Nauka, 2006, р. 237‑240.

39 Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус…, р. 25.

40 Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус…, р. 36.

41 Ibid.

42 А. Popov, « Чехословацкий вопрос и царская дипломатия в 1914‑1917 гг. », Красный архив, t. 2 (33), 1929, p. 8. La lettre du général Alekseev montre comment il est parfois dangereux d’accorder toute confiance aux mémoires. Plusieurs historiens citent le témoignage du général Brusilov qui affirme dans ses Mémoires que le général Alekseev et la Stavka privilégiaient l’organisation des formations serbes, tandis que lui, Brusilov, préférait le recrutement de Tchèques. Belova, Вынужденные мигранты…, p. 169. Il semble qu’il faille prendre en considération le contexte du travail de l’auteur sur ses Mémoires. Restant consultant de l’Armée rouge, Brusilov voulait se positionner contre Alekseev qui joua un rôle important dans le mouvement blanc et qui resta en émigration. En outre, les séjours de Brusilov en Tchécoslovaquie dans les années 1920 renforçaient ses anciennes sympathies et il se flattait d’avoir été le parrain de la Légion tchécoslovaque.

43 А. Zaxarov, Двоюродные братья. Славянские добровольческие вооруженные формирования в России (1914‑1920 гг.), Saarbrücken, Lambert Academic Publishing, 2012, p. 144‑163.

44 Klevanskij, Чехословацкие интернационалисты и проданный корпус…, р. 36 ; Suržikova, Военный плен…, p. 25.

45 Il est curieux que cette optique de l’historiographie soviétique ait été reproduite par Soljenitsyne dans ses considérations sur le rôle des « combattants étrangers » dans la guerre civile russe.

46 Ces travaux pourraient être souvent considérés comme une illustration historiographique du célèbre film de Boris Barnet où les prisonniers de guerre sont confrontés à la réalité de la vie provinciale russe (Okraina, 1933). Voir l’édition française : Faubourg, Boris Barnet, Bach films, DVD.

47 A. A. Valitov, V. S. Sumilov, I. S. Sumilov, D. Ju. Fedotova, « Коллективный портрет военнопленных первой мировой войны (по материалам Тобольской губернии) », Фундаментальные исследования, 2014, 12, p. 1326‑1330, ici p. 1327.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aleksandr Lavrov, « Les prisonniers de guerre des puissances centrales dans l’Empire russe : bilan de la recherche en Russie »Revue des études slaves, LXXXVII-2 | 2016, 163-179.

Référence électronique

Aleksandr Lavrov, « Les prisonniers de guerre des puissances centrales dans l’Empire russe : bilan de la recherche en Russie »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVII-2 | 2016, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/861 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.861

Haut de page

Auteur

Aleksandr Lavrov

Université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search