Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVII-2« En ces temps difficiles… » L’en...

« En ces temps difficiles… » L’entrée des slovaques dans la société du sacrifice et de la frugalité

‘In these difficult times…’ When the slovaks Enter the society of sacrifice and frugality
Étienne Boisserie
p. 195-211

Résumés

L’entrée en guerre de l’Autriche-Hongrie en août 1914 provoque immédiatement des transformations, étudiées ici principalement par l’intermédiaire des messages délivrés à la population, soit directement par les autorités, soit par l’intermédiaire d’une presse régionale ou locale qui relaie abondamment les incitations à l’unité et au sacrifice de tous et de chacun. Dès les premiers jours de la guerre se met ainsi en place un système cohérent de mobilisation de la société. Nous l’observons ici sur l’exemple des Slovaques successivement par le biais de l’atmosphère immédiatement contemporaine à la mobilisation militaire et de l’affirmation vigoureuse de la loyauté, mais aussi par la redondance du message sur le sacrifice et la frugalité et, enfin, au travers de l’importance accordées aux questions sanitaires, et notamment à l’un des éléments les plus importants de mobilisation unitaire, la large participation féminine aux soins du soldat blessé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ladislav Vörös, Slováci v národnostnej politike Štefana Tiszu, Filozofická fakulta univerzity Komens (...)
  • 2 Lettre de Kornel Stodola à Dula, 18 juillet 1914 (LA SNK, A 1426).
  • 3 Marián Hronský, Slovensko pri zrode Československa, Bratislava, Pravda, 1987, p. 61.
  • 4 « Obrali nás o našu nádej » [Ils nous ont confisqué notre espoir], Národný hlásnik (L’Écho national) (...)
  • 5 « Slováci na pohrebe Franca Ferdinanda », NH, 10 juillet 1914, p. 2.

1Lorsque l’été 1914 s’annonce, la frange active culturellement et politiquement de la population slovaque dans le nord du royaume de Hongrie traverse une crise stratégique dont elle cherche à sortir. L’été doit être celui de la création d’un Conseil national slovaque qui a vocation à faire travailler ensemble ses différentes sensibilités. L’idée en a été lancée au début de l’année, elle a été reprise par la nouvelle direction du Parti national slovaque (Slovenská národná strana, SNS) en mai. Parmi les grandes questions qui agitent et déchirent le mouvement national – outre les questions scolaires, très sensible – celle de l’attitude à l’égard des centres politiques de la Double monarchie. En effet, dans la capitale du royaume, le gouvernement Tisza semble réorienter sa politique des nationalités1. À Vienne, depuis plusieurs années désormais, un petit groupe de Slovaques actifs et proches de l’archiduc François-Ferdinand, de longue date sensible aux déséquilibres induits par le Compromis austro-hongrois de 1867, travaille à des transformations institutionnelles dans ce qu’il est convenu d’appeler le « Cercle du Belvédère ». Les proches du Belvédère, que l’assassinat de l’Archiduc touche particulièrement, espèrent encore que les projets de type fédéralistes de feu l’Archiduc pourront s’imposer2. Malgré des réserves, une partie de l’élite politique slovaque fondait des espoirs sur ses projets. Dans les jours qui suivent, les condamnations de l’attentat et les hommages se multiplient – seul le Robotnícke noviny signale-t-il que l’Archiduc est victime de la politique étrangère malheureuse de la monarchie3. Le plus appuyé se lit sous la plume d’Ivan Dérer dans l’hebdomadaire des jeunes réformateurs du mouvement national, le Národný hlásnik. Dérer revient sur l’espoir suscité par la volonté de réforme de François-Ferdinand, « cet homme qui mettait enfin de l’ordre dans notre malheureuse patrie, et protégeait la monarchie de l’effondrement !4 » Lorsque le 3 juillet, une délégation slovaque vient rendre un dernier hommage à François-Ferdinand, elle y dépose une couronne de fleurs ceinte d’un ruban bleu blanc rouge, sur lequel est inscrit en lettres dorées « À l’espoir perdu, les Slovaques profondément attristés5 ».

L’atmosphère de la mobilisation partielle

  • 6 Vojtech Dangl, « Slovanská idea a protivojnové prejavy slovenského dedinského ľudu pred prvou sveto (...)
  • 7 Gabriela Dudeková, « Dvojsečná zbraň », in : Edita Ivaničková (dir.), Kapitoly z histórie stredoeur (...)
  • 8 Daniela Kodajová, « Reflexia vojnových udalostí v rokoch 1914-1918 v cirkevnej tlači », Vojenská his (...)
  • 9 « Vojna Srbsku už vypovídaná », Slovenské ľudové noviny (Le Journal populaire slovaque), 31 juillet (...)
  • 10 Dudeková, art. cit., p. 250-251 ; Vörös, op. cit., p. 82.
  • 11 E. Mannová, « Zmeny vo vedomí slovenskej spoločnosti za prvej svetovej vojny », in : Milan Podrimav (...)
  • 12 R. Holec, Posledni Habsburgovci a Slovensko, Bratislava, Ikar, 2001, p. 274.

2Dès le 23 juillet 1914, la liberté de réunion, d’expression et de la presse ont été réduites et les premières mesures préventives sont mises en œuvre. Toutefois, dans une lettre qu’il a adressée à tous les préfets le 26 juillet, le Premier ministre Tisza incite ceux des comitats ethniquement mixtes à une attitude prudente, et souligne que la mesure doit prévaloir. À la surprise des autorités civiles et militaires, la mobilisation partielle se déroule sans incident notable, alors que l’expérience récente des Guerres balkaniques et des tensions qui les avaient accompagnées pouvaient laisser craindre une mobilisation plus difficile6. La plupart des rapports des autorités des comitats font donc état d’une mobilisation en bon ordre, calme à défaut d’être enthousiaste, comme le montre la première étude systématique menée à partir des sources administratives locales dans les régions du nord-ouest du royaume7. Plusieurs facteurs se conjuguent qui peuvent expliquer cette mobilisation en bon ordre : le choc que provoque l’assassinat en est un important. La presse – catholique en particulier – en fait un large usage pour justifier les menaces contre la Serbie8 ; l’appel de « notre monarchie à la réparation pour le sang innocent versé9 » est un des slogans de ces journées. Mais les mesures administratives préventives et la crainte des outils de répression qui y sont associés semblent également être efficaces10. La dimension « nationale » semble insuffisante pour saisir des attitudes qui relèvent plus de facteurs sociaux et régionaux11. En outre, la combinaison du patriotisme dynastique et austro-hongrois et de l’attachement aux valeurs nationales est fréquente. Les coups de sonde effectués dans les témoignages ou récits récemment exhumés semblent en outre confirmer « l’évidence collective » de se soumettre à la mobilisation, l’absence de possibilité ouverte autre que celle de l’obéissance. Roman Holec souligne ainsi que « la plupart ne se posaient pas la question en termes d’y aller ou pas. Le serment à l’empereur était sacré à leurs yeux, et ils considéraient de leur devoir de l’honorer, quelles qu’en soient les conséquences12. » Il est certain toutefois que la mobilisation recouvre une très grande variété de situations et de formes qui se prêtent mal à des généralités.

3L’impératif de loyauté s’impose immédiatement. Il implique sacrifice et frugalité, et se matérialise en particulier par l’aide apportée aux combattants comme par les outils mis en œuvre pour absorber le choc économique et social. Quelles qu’aient pu être les divergences et les critiques exprimées jusqu’alors, la presse slovaque appuie sans ambiguïté l’impératif moral qui résulte de la mobilisation partielle ; y compris le Slovenský deník qui avait manifesté en toute occasion ses sympathies slaves au cours des dernières années :

  • 13 « V týchto ťažkých chvilách », Slovenský deník (Le Quotidien slovaque), 26 juillet 1914, p. 1.
  • 14 Ibid.

S’il est vrai, y lit-on, que c’est le cœur saignant que nous allons à la guerre, nous y sommes résolus parce que le Slovaque n’a jamais été un traître, et qu’il remplit toujours avec gratitude sa sainte obligation à l’égard du pays13. […] Il nous incombe, à nous Slovaques et Tchèques, d’exprimer avec solennité que nous remplirons jusqu’à leurs ultimes conséquences nos obligations à l’égard de l’État et de la famille régnante14.

4De même, le Slovenský týždenník qui s’était rarement signalé jusqu’alors pour son approbation des évolutions politiques, exprime désormais l’impératif d’union et de loyauté dans toutes leurs conséquences :

  • 15 Slovenský týždenník (L’Hebdomadaire slovaque), 31 juillet 1914, p. 1.

Depuis le 28 juillet, nous sommes placés sous conditions militaires. À dater de ce jour, il n’y a pas à politiser ou à philosopher […] Et nous, de notre côté, nous attirons l’attention de notre communauté en particulier sur les points suivants : 1/ Cessez toute réunion ou rassemblement au cours de la guerre ; 2/ Exécutez précisément et sans délai les décisions des autorités ; 3/ Abstenez-vous de toute provocation ; 4/ En cas de guerre, obéissez en tout point à l’armée15.

5Les mots d’ordre de devoir et d’obéissance saturent l’espace public. Les éditoriaux des Národnie noviny les évoquent dès les premiers jours, principalement dans leur dimension de participation des civils à l’effort de guerre.

La question de la loyauté et ses grands marqueurs

  • 16 NN, 6 août 1914, p. 1 ; M. Hronský, « K slovenskej politike v obdobi prvej slovenskej vojny (1914‑1 (...)
  • 17 Vörös, Analytická historiografia versus národné dejiny, Pisa, Pisa University Press, 2010, p. 138.

6Sur le plan politique, au-delà de l’évidence de la loyauté, l’attitude du SNS illustre la fragilité du mouvement politique et ses divisions. Certes, une partie de ses personnalités est mobilisée ou incarcérée quand d’autres, sans être empêchés de se rencontrer, sont dispersés dans le royaume et placés sous surveillance. Dès le 5 août, le SNS a rendu publique une déclaration de loyauté16. La conviction alors largement partagée que le conflit sera court ne plaide pas pour une attitude différente. Malgré la mobilisation en bon ordre, la prise de position du SNS et l’absence de voix discordante, les mises en garde contre les « individus subversifs » – lire ici ce qui est associé de près ou de loin au SNS – ne manquent pas17. Elles sont toutefois moins fréquentes que l’éloge du patriotisme du « peuple slovaque » qui émerge comme un axe structurant le discours des autorités hongroises. Les récits des combats des régiments locaux, les rapports sur le moral des troupes, leur prise de parole nécessairement patriotique sont nombreux dans la presse locale en langue hongroise. L’ensemble construit une atmosphère de promotion de l’unité du royaume, indépendamment des considérations nationales :

Le peuple slovaque n’a jamais donné de motif qui ferait douter de sa fidélité à la patrie hongroise et au roi de Hongrie. Le peuple slovaque est autant un fils fidèle de la patrie que le Hongrois, et seuls quelques rebelles panslaves sans âme ni conscience lui mentent et l’abusent.

  • 18 Nagyszombat és vidéke (Nagyszombatet la région), 3 septembre 1914 et Liptó, 17 janvier 1915, cité i (...)
  • 19 Implicitement la partie hongroise de la Double monarchie.
  • 20 Jednota katolíckeho ľudu (L’Unité du peuple catholique) 1914, zošit 9‑10, p. 256‑257, cité in : D. (...)

7Le combat a en quelque sorte une fonction de renforcement de l’unité de la patrie hongroise, et « les fils de la nationalité slovaque font la preuve de ce que leur âme n’a pas été infectée par des décennies d’illusions panslaves18 ». La presse catholique slovaque développe elle aussi cet argumentaire patriotique ; si en temps de paix, beaucoup de citoyens ne supportaient pas cet État19, la guerre et les craintes qu’elle occasionne ont fait prendre conscience au citoyen « quel trésor est pour nous la patrie hongroise. » C’est en cela que « la guerre est un enseignant implacable », c’est par elle que se renforce la conscience de l’appartenance à la patrie20.

8Le déclenchement de la guerre et ses premières semaines sont marqués toutefois par des mesures de restriction des libertés publiques auxquelles le milieu patriotique slovaque – dans sa fraction jugée la moins fiable – n’échappe pas. Dans les premiers jours d’août 1914, Dula se plaint auprès du Premier ministre

  • 21 « Inc: Ezen nehéz napokban… », SNA, of. M. Dula, carton 9, inv. č. 206.
  • 22 Ibid. Voir aussi L. Vörös, op. cit., 2001, p. 84.
  • 23 « Hyeny chcú vojnu », NH, 24 juillet 1914, p. 2.
  • 24 Hana Gregorová, Spomienky, Bratislava, Tatran, 1979, p. 196‑197 ; Terézia Vansová, Drahé postavy, B (...)
  • 25 Dudeková, art. cit., 2011, p. 257‑258.
  • 26 Id., « Vojenská cenzúra. Niekoľko úvah o vzťahu armády a spoločnosti za prvej svetojej vojny », in  (...)

9Tisza des persécutions selon lui injustifiées dont ont déjà eu à souffrir quelques patriotes slovaques. Reçu le 25 août à Budapest, il lui remet un mémorandum dans lequel il évoque notamment les poursuites administratives et pénales et demande la levée de l’interdiction de parution qui a frappé le Slovenský deník en raison de ses positions réputées proserbes21. La réponse de Tisza est apaisante : l’administration des comitats à forte proportion de Slovaques est appelée à éviter « un comportement qui pourrait heurter la conscience de nos patriotes slovaques, ou éveiller parmi les membres de la nation hongroise des sentiments inamicaux à leur égard22. » Dans les faits, avant comme après les instructions de Tisza, plusieurs personnalités proches du mouvement national sont arrêtées préventivement, souvent détenues quelques jours ou placées sous surveillance. Ces mesures quantitativement limitées provoquent parfois des incidents – comme lorsqu’Ivan Dérer est arrêté en raison de son article « Les hyènes veulent la guerre » publié dans le Národný hlásnik23 – qui illustrent les tensions existantes ; l’atmosphère de crainte qui règne parmi les patriotes slovaques est propice aux rumeurs d’exécutions ou d’incarcérations plus ou moins vérifiables de proches du mouvement national24. Aucune étude ne permet toutefois d’avoir des indications globales sur le volume de ces poursuites, le nombre total et la nature ou la durée des peines prononcées et/ou des exécutions. Seules les grandes lignes des mesures préventives et répressives sont connues : elles touchent un cercle plus ou moins identifié au sein de différents noyaux politiques, confessionnels ou associatifs, et des sondages par comitat semblent indiquer que le volume des persécutions que subissent les Slovaques n’est en rien exceptionnel comparé à celui subi par d’autres nationalités et que les condamnations dont ils font l’objet sont plus faibles que celles visant les Serbes ou les Tchèques, en valeur absolue comme en pourcentage de la population25. Plusieurs facteurs cumulatifs peuvent expliquer cette relative clémence : d’une part, la majeure partie du territoire concerné reste sous contrôle civil et loin du front. D’autre part, la mobilisation se déroule dans de bonnes conditions et, enfin, les premiers rapports envoyés, aussi bien par les autorités locales que par le Bureau de censure, confirment le comportement irréprochable des soldats de nationalité slovaque au combat26. Les rapports des autorités militaires des régions slovaques vont dans le même sens. Cette prévalence de l’attitude loyale de la population slovaque se maintiendra au moins jusqu’à l’automne 1916.

Les bouleversements immédiats l’entrée dans « ces temps difficiles »

  • 27 « V Turčianskej stolice... », Národnie noviny (Le Journal national) [NN], 4 août 1914, p. 3.

10La mobilisation affecte des régions parfois fragiles économiquement et humainement dans l’extrême nord-est de la Hongrie, comme près de Svidník et de Bardejov où les villageois découvrent la guerre au moment de la mobilisation, et perdent presque immédiatement les hommes en âge de travailler – parfois très peu nombreux car ces régions connaissent de longue date une forte émigration – mais sont également dépossédés de leurs chevaux, au point qu’il ne reste plus dans certaines communes que les bêtes malades27. Ces premières réquisitions affectent immédiatement le travail agricole qui doit être réalisé sous la contrainte multiple du manque de bras et d’animaux de traits, et des réquisitions prioritaires des moyens de transports pour le mouvement des troupes.

  • 28 Vansová, op. cit., p. 409‑410 ; Mannová, « Nemecká tlač na Slovensku a prvá svetová vojna », Vojens (...)
  • 29 Igor Slepcov, « K problematike I. svetovej vojny na východnom Slovensku v rokoch 1914‑1915 », Histo (...)
  • 30 Télégramme, Losoncz [Lučenec], 7 août 1914 (LA SNK A 64).
  • 31 « Drahota », NN, 11 août 1914, p. 3 ; Mannová, « Koncept lojality. Postoj k autoritám na Slovensku (...)
  • 32 « Upozornenie », NN, 24 septembre p. 3.

11Dans les grandes villes du royaume, la mobilisation donne lieu à d’importantes manifestations et célébrations étroitement contrôlées par les autorités28. Le « village » semble échapper à cet enthousiasme, même si des marches aux flambeaux sont souvent organisées par les élites et notabilités locales29. Dans l’ensemble, les villages sont toutefois moins touchés par les grandes démonstrations de patriotisme et plusieurs indices signalent rapidement une crainte des effets immédiats de la guerre : l’importance des retraits de liquidités dans les banques est un de ces indices, et la panique semble mal maîtrisée comme en témoignent les informations envoyées par Ľudovít Bazovský à Dula30. Le problème préoccupe les autorités locales comme le gouvernement de Budapest qui en appelle au civisme de chacun et « à l’aide de la communauté, des corps autonomes et des administrations » afin de limiter l’ampleur du phénomène et de contrer les effets de la « fureur qui s’est emparée de la communauté » de thésauriser les pièces d’argent et de nickel dont résulte un brutal resserrement de la liquidité disponible31. Le problème de la circulation monétaire n’est pas circonscrit au choc de l’entrée en guerre si l’on en juge par les inquiétudes exprimées quelques semaines plus tard par les chambres de commerce face à l’effondrement de l’activité commerciale ; elles en appellent, à rebours de tous les messages largement diffusés depuis août, à ce que la population « ne se retienne pas trop d’acheter », au nom de l’équilibre de la société et des risques d’accroissement de la misère que provoqueraient des fermetures supplémentaires de commerces et d’ateliers32.

  • 33 « Sporme ! », NN, 19 septembre 1914, p. 1.
  • 34 « Moje návrhy », Slovenské ľudové noviny, 25 septembre 1914, p. 1.
  • 35 Mannová, « Nemecká tlač na Slovensku a prvá svetová vojna », Vojenská história, nº 4/2006, p. 71.

12Si les inquiétudes sont si vives, c’est que le choc provoqué par l’entrée en guerre ne s’est pas limité à la réaction de thésaurisation. Les transformations provoquées par l’entrée en guerre touchent immédiatement l’ensemble des activités professionnelles ou personnelles, publiques ou privées .Il est de nombreuses manières de mesurer ces bouleversements amplifiés par l’atmosphère immédiatement créée par les autorités civiles et militaires qui inondent la presse de mises en garde contre les rumeurs, les multiples « agents‑provocateurs » ou « éléments subversifs ». Mais plus encore, c’est à la retenue et à la mesure que la population est invitée, ce qui justifie les premières restrictions d’ouverture des restaurants, cafés et bistrots, l’annulation de spectacles – par ailleurs plus difficiles à assurer en raison de l’ampleur de la mobilisation. « Dans les périodes inhabituelles, nous devons vivre de manière inhabituelle, épargner particulièrement, éviter les plaisirs et les caprices luxueux », soulignent, parmi d’autres messages, les Národnie noviny33. L’ensemble du système de transport est mis à disposition de l’armée, ce qui désorganise au plus haut point les circuits économiques, provoque un effondrement de la production et son cortège d’entreprises en chômage technique en quelques jours. Ces dérèglements économiques – et leurs effets sociaux rapides – se conjuguent pour rendre difficile la situation d’une partie de la population. C’est dans ce cadre que les appels à la solidarité se multiplient. L’importance de ces transformations se lit bien dans certaines propositions qui préfigurent ce que seront les grands thèmes de la vie quotidienne au cours du conflit. Très rapidement, on peut lire des séries de propositions portées par le député slovaque au Parlement de Budapest, Ferdinand Juriga : en particulier l’introduction de diverses taxes – sur les alcools, le patrimoine et les produits de luxe – qui viendraient abonder le fonds de soutien aux veuves et aux orphelins, mais aussi la construction de cuisines de guerre pour les plus pauvres et des mesures spécifiques de protection des enfants34. En pratique, beaucoup de mesures ont d’ores et déjà été prises pour parer les effets les plus immédiats de l’entrée en guerre : à Presbourg comme dans d’autres communes – grandes ou moyennes – les cuisines populaires – qui existaient avant-guerre – sont rapidement sollicitées ; elles distribuent parfois jusqu’à 1 600 repas par jour, en plus des repas distribués par l’hôpital de la Croix‑Rouge35. Leur activité est étendue, la mobilisation de chacun pour subvenir à leurs besoins sollicitée.

L’entrée immédiate dans la société du sacrifice et de la frugalité

  • 36 Pour le royaume de Hongrie, voir József Galántai, Hungary in the First World War, Budapest, Akadémi (...)

13L’organisation de la mobilisation de la société et le dispositif réglementaire de soutien prennent dans le royaume de Hongrie des formes semblables à celles mises en œuvre dans la partie cisleithane de l’empire36 ; on y retrouve les mêmes activités caritatives et un discours mobilisateur qui emprunte aux registres de la disponibilité au sacrifice et de l’appel à la frugalité. Un petit encadré publié au milieu de l’été dans la presse slovaque en offre une illustration ramassée et impérative :

  • 37 « Sporivosť », NN, 18 août 1914, p. 3.

Chez les particuliers, les associations et dans les administrations, un mot d’ordre résonne : économiser ! Le ministère du Culte et de l’instruction annonce qu’il cesse de donner de l’argent pour le développement des écoles, pour la construction et les forfaits de transport37.

14Un mois plus tard, la dimension sacrificielle a été totalement intégrée dans le discours public, et elle est d’ores et déjà le pendant du sacrifice enduré par les soldats au front ; c’est ce que rappellent les Národnie noviny dans les termes suivants :

  • 38 « Sporme ! », NN,19 septembre 1914, p. 1.

Nous n’avons pas tous la chance de pouvoir combattre, nous ne pouvons pas tous aider nos héroïques combattants, mais nous pouvons tous aider, chacun peut économiser, riche ou pauvre, patriote, femme et jeune femme38.

15Partout dans l’empire, l’activité est réorganisée pour faire face aux bouleversements économiques et sociaux. Dans un mélange parfois complexe à démêler de sollicitations par les autorités et de self-mobilization, particuliers, associations et autorités locales jouent un rôle moteur dans cette mobilisation qui se décline localement par la constitution de comités animés le plus souvent par des notabilités locales. Dans un long éditorial du Národný hlásnik de la seconde moitié d’août, plusieurs aspects du thème sacrificiel se retrouvent concentrés, et se mêlent à une dimension religieuse, alors très présente dans la presse slovaque, y compris laïque.

  • 39 « Červený kríž », NH, 21 août 1914, p. 1 [souligné dans l’original].

En ces temps militaires tristes et pénibles, jour après jour, l’occasion se présente à nous de montrer si nous avons véritablement une âme, si nous savons véritablement aimer notre prochain et si nous sommes chrétiens et bel et bien des élèves du Christ, ou bien si nous n’en avons que le nom. […] Beaucoup de nos concitoyens ont quitté leur famille, les laissant totalement sans soutien, nombreux sont ceux qui n’ont plus de revenu parce que le travail est arrêté partout. Que faire avec toute cette misère ? […] Nous autres qui sommes restés à la maison, tendons la main, aidons ceux qui ont besoin d’aide : Conseils municipaux, transformez-vous en conseil d’assistance ! Vous avez la charge de chaque âme dans votre commune, afin qu’elle ne meure pas de faim. […] Nous devons faire cela si nous voulons être de véritables chrétiens ; que chacun donne un dixième de son impôt personnellement aux comités d’aide. Et si cela ne suffisait pas, un autre dixième, etc. autant qu’il sera nécessaire39.

16Lorsque le préfet du Turiec réunit un comité destiné à organiser le soutien aux familles de soldats partis au front à Turčianský Sväty Martin (Turócszentmárton), on retrouve parmi les cinquante membres la plupart des personnalités hongroises locales ainsi que les figures du patriciat patriotique de la ville et du comitat, les Dula, Vanovič, Obuch, Országh, Fábry et Duchaj notamment. Il revient au pasteur de la ville, Otto Škrovina, figure respectée du milieu patriotique slovaque, de rendre compte de cette réunion par un article publié dans l’ensemble de la presse en langue slovaque, et qui se conclut par l’appel suivant :

  • 40 « Dopisy », NH, 14 août 1914, p. 2.

Il faut tenir, il est inutile de démontrer que la misère est déjà là et qu’elle sera bientôt plus grande encore. Unissons-nous tous dans cette œuvre de Samaritain, et sacrifions-nous, volontiers et totalement, afin de sécher au moins un peu les larmes de nos pauvres40.

17Le Parti national slovaque lui-même prend largement sa part dans l’aide à apporter et la mobilisation de la population :

  • 41 « Pracujme ! », NH, 11 septembre 1914, p. 1‑2 [souligné dans l’original].

Que le mot d’ordre de chaque membre de notre parti soit d’aider les abandonnés, ceux qui souffrent, ceux qui ont faim. Que chaque membre de notre parti soit par la tête et par le cœur un concitoyen, sans distinction de confession et de nationalité. Aider les gens ! Ne pas choisir celui qui m’est le plus proche, mais celui pour qui l’aide est la plus nécessaire. […] Le champ de cette activité est vaste. Ont besoin d’aide les familles et les enfants de ceux qui sont à la guerre, ceux qui n’ont pas de ressources, qu’il s’agisse des ouvriers des usines, des paysans ou des artisans. Donnons à chacun du travail ; afin qu’il puisse au moins survivre, et vous tout ce que vous pouvez vendre : le grain, les pommes de terre, le lait, les fruits, etc. Ne laissez pas vos prix au maximum autorisé, mais pensez que lorsque vous aidez un pauvre ou un homme dans le besoin, Dieu vous le rendra lors de la prochaine récolte41.

  • 42 « Pre Červený kríž », NN, 8 septembre 1914, p. 1.

18Dans chaque commune, les habitants sont donc invités à l’activité « humanitaire et patriotique » et rassemblent, le plus souvent pour le compte de la Croix-Rouge, toutes sortes d’objets, vêtements et pièces de tissu ; les listes des donateurs sont diffusées nominalement42, l’action des habitants est saluée collectivement et comme il se doit. Ainsi, lorsqu’à Stará Tura, début octobre, les collectes réalisées depuis le début de la guerre ont permis de recueillir de nombreux vêtements d’hiver, le Národný hlásnik, à l’unisson des messages qui saturent alors l’espace public, salue cet engagement :

  • 43 « Zo Starej Ture dochodí... », NH, 2 octobre 1914, p. 5.

Le sacrifice des habitants de Stará Tura est digne du plus grand hommage. Combien de soldats sur le champ de bataille béniront leurs généreux donateurs anonymes43 !

  • 44 « Pomýšľajme na zimu », NN, 18 août 1914, p. 2.
  • 45 « Sporivosť », NN, 1er septembre 1914, p. 1.

19L’appel à la frugalité complète l’impératif de sacrifice. Il est omniprésent dès les premières semaines, dans une perspective de guerre appelée à durer plusieurs mois. C’est ainsi que deux semaines à peine après la déclaration de guerre, les premiers appels à épargner les produits alimentaires en vue de l’hiver sont diffusés auprès de la population44. Cette exigence de frugalité est invariablement présentée comme un témoignage du patriotisme de chacun qui serait ainsi mis à l’épreuve, et comme un mot d’ordre qu’il faut « répandre, diffuser, propager et rendre populaire 45 ». À lire toutefois certaines critiques qui s’expriment en creux au cours de ces semaines, il semble que la mobilisation des hommes et des ressources ne soit pas toujours à la hauteur des impératifs des autorités ou qu’elle éveille des clivages anciens et durables. Une partie de la presse slovaque s’en fait le relais lorsqu’elle souligne le caractère essentiel de l’aide en même temps qu’elle paraît cibler des catégories de la population qui voudraient y échapper. On peut y lire la sensibilité de longue date du journal de T. S. Martin aux inégalités patrimoniales existant dans le royaume ; les Národnie noviny se font ainsi l’écho au début du mois de septembre 1914 d’un article des Nyitrai lapok très critique à l’égard du manque de générosité de la population de la région aux familles dans le besoin, et qui compare les familles dont le sacrifice est total, à l’égoïsme de certaines catégories de la population, avant de conclure en s’interrogeant en ces termes : « [Les veuves et les orphelins] doivent-ils pleurer et ramollir ainsi leur pain dur de leurs larmes ? » Le quotidien de T. S. Martin abonde dans le même sens, et reprend à son compte l’obligation de s’occuper de ceux qui souffrent, tout en soulignant, dans une allusion transparente aux dimensions publicitaires de l’action caritative de certaines catégories de la population, que :

  • 46 « Slovo na čase », NN, 10 septembre, 1914, p. 1.

[…] s’occuper des abandonnés, des veuves et des orphelins, n’est pas un sport ou une distraction, mais [qu’il s’agit d’] un travail exigeant. Dans les temps difficiles, le travail aussi est difficile. Il faut sermonner non seulement ceux qui, étant donné leur patrimoine, se sont montrés avares et écœurants, mais aussi ceux qui sont paresseux et insouciants46.

  • 47 R. Holec, « Slovenské banky a úverné družstva počas prvej svetovej vojny », in : M. Podrimavský, D. (...)

20La participation aux emprunts de guerre, dont les principaux thèmes sont visibles dès la première campagne de souscription en novembre 1914, est un de ces sujets qui permettent de combiner les divers aspects du patriotisme et l’aide matérielle ; banques et particuliers s’y plient47. On trouve des traces de l’importance de l’enjeu patriotique de l’emprunt dans de multiples correspondances adressées à Dula, parfois afin qu’il intercède auprès des autorités. Lorsque le jeune banquier Rudolf Markovič – fils d’un financeur important du mouvement national – est sur le point d’être mobilisé et sollicite l’intervention du président du SNS en août 1917, il souligne son comportement patriotique exemplaire en rappelant le triptyque sur lequel ce patriotisme se déploie :

  • 48 Lettre de R. Markovič à Dula, août 1917 (SNA, of. Dula, carton 2, inv. č. 79).

Dès le début de la guerre, je me suis comporté tout à fait correctement et comme un patriote : j’ai participé à toutes les festivités, j’ai aussi pavoisé ma maison à l’occasion des victoires, et j’ai toujours recommandé la souscription aux emprunts de guerre48.

  • 49 John Horne in : N. Beaupré, H. Jones, A. Rasmussen, op. cit., p. 83.

21La souscription à l’emprunt est effectivement immédiatement présentée comme un impératif auquel il ne saurait être concevable de se dérober. Dans la Double monarchie, à l’instar de ce qui peut s’observer chez d’autres belligérants, malgré les différences existant dans les positions respectives du souscripteur de l’emprunt et du donateur des campagnes caritatives, « les arguments employés par les instances chargées d’organiser les deux campagnes se croisent49 ». Cette proximité, indépendamment des considérations proprement financières, apparaît dès le premier emprunt de l’automne 1914 dont la double dimension patriotique et sacrificielle se lit aisément dans un éditorial des Národnie noviny :

  • 50 « Vojenská požička », NN, 12 novembre 1914, p. 1.

Notre gouvernement est convaincu que les honorables fils de la patrie apporteront avec joie leur offrande au moment où leurs enfants, frères et membres de leurs familles versent leur sang sur le champ de bataille où ils tendent leurs dernières forces, le cas échéant jusqu’au sacrifice de leur vie. Chacun fera tout ce qu’il pourra selon ses forces. Les circonstances sont extraordinaires, le but est saint, les moyens doivent donc être exceptionnels, la volonté large, la disposition au sacrifice bandée50.

Inquiétudes sanitaires et rôle central de» l’armée blanche » aux côtés des combattants

22Le cœur de la mobilisation s’organise par la médiation des grandes institutions caritatives, au premier rang desquelles la Croix-Rouge.

  • 51 « Červený kríž », NH, 21 août 1914, p. 1.

La Croix‑Rouge a désormais ouvert des hôpitaux dans les gares de la plupart des plus grandes villes où sont opérés les blessés. Nos fils, nos pères, nos frères, nos amis vont y gémir et y chercher l’aide de la science médicale et de l’amour chrétien. Ne les laissons pas sans aide, ne les laissons pas perdre espoir en notre aide. Efforçons-nous tous d’être présents et d’apporter notre soutien à ces hôpitaux. Qu’il n’y ait pas un seul Slovaque qui ne sacrifie pas une somme plus ou moins grosse pour soutenir la Croix‑Rouge51.

  • 52 Dudeková in : D. Kováč (dir.), Prvá svetová vojna, Bratislava, Veda, 2008, p. 172.

23Dès les premières semaines de la guerre, le ballet ininterrompu des convois de blessés et la publication des listes de morts et de blessés des régiments locaux, publiées dans la presse avant d’en disparaître rapidement, signale l’extrême dureté des combats et des ratios de pertes élevés. Le passage des trains dans les gares – outre qu’il confronte à la réalité matérielle de la dureté des combats – est l’occasion de manifester un enthousiasme patriotique sans doute pour partie requis, pour partie spontané à l’égard des « héros meurtris ». La Croix-Rouge y organise la distribution du ravitaillement – pain, café, thé, cigarettes notamment52. Le SNS incite ardemment à ces marques de solidarité :

  • 53 « Pracujme ! », NH 11 septembre 1914, p. 1‑2 [souligné dans l’original].

Membre de notre parti, soyez dans les villes et dans les gares, et travaillez au premier rang à l’aide à notre armée, dans le soin des blessés et des malades. Et vous, dans les villages : rassemblez et apportez, et donnez toujours, même peu – chaque semaine, chaque jour, c’est ainsi que notre sacrifice sera véritablement une aide53.

24Dès les premiers trains de blessés, leur accueil a surtout été l’occasion de louer l’union patriotique autour des soldats et le dévouement de chacun.

  • 54 « Červený kríž », NN, 8 septembre 1914, p. 2.

Parmi les blessés, beaucoup le sont gravement [rapporte les Národnie noviny début septembre]. Nos docteurs, en blouse blanche, renouvellent leurs pansements, nettoient leurs blessures, ils font leur service d’amour et de miséricorde avec une grande abnégation. La population se signale par sa grande générosité et son tact. À voir leurs visages apaisés et calmes, les blessés souffrants sont reconnaissants54.

  • 55 « Ranení vojáci… », NN, 26 septembre 1914, p. 4 ; Dudeková in : D. Kováč…, op. cit.
  • 56 « Dopisy », NN, 18 août 1914, p. 2 ; « Červený kríž », ibid., 24 septembre 1914, p. 3.
  • 57 Pour Presbourg (Bratislava), voir Mannová, « Nemecká tlač na Slovensku a prvá svetová vojna », Voje (...)

25Cet accueil des blessés repose sur les structures hospitalières et médicales du temps de paix, lesquelles sont rapidement insuffisantes et complétées par des hôpitaux provisoires pris en charge par la Croix-Rouge et les autorités locales. Dans le Turiec, quatre de ces structures ont été rapidement mises sur pied, à Martin, Vrútky (Vrutky), Sučany (Szucsány), soit sur la magistrale qui traverse le nord du royaume d’ouest en est et à sa proximité immédiate. C’est à Košice (Kassa) que les capacités médicales sont les plus importantes, avec plus de 14 000 lits à la fin de 1914, répartis entre les sept hôpitaux municipaux, les six autres organisés par les associations et les quatre hôpitaux militaires. D’autres villes peuvent accueillir plusieurs milliers de blessés : c’est le cas de Komárno (Komárom), Prešov (Eperjes), Trenčín (Trencsén) ou Presbourg qui comptent plus de 2 000 lits, bientôt Banská Bystrica (Besztercebánya55). Lorsque les ressources en lit sont insuffisantes, ce qui est rapidement le cas, écoles, orphelinats, casernes ou bâtiments publics – parfois des usines – sont réquisitionnés pour accueillir les blessés56. Une partie de l’aristocratie met également à disposition certaines de ses propriétés ou de ses biens immobiliers57. Sous l’effet combiné de la hauteur des besoins à couvrir et de la mobilisation immédiate des civils au service de l’effort des « pères, frères et fils sur le champ de bataille », des cours destinés à former des infirmières sont rapidement organisés par les différents comités locaux de la Croix-Rouge.

26Dans les premières semaines de la guerre, l’arrivée des trains de blessés prenait à l’occasion la forme de véritables événements mondains impliquant les principales notabilités locales. À l’automne, les volumes des pertes sont impossibles à masquer et inquiètent ; le jeune Ján Straka, originaire de Martin et qui a trouvé une place à l’hôpital de Pápa grâce à l’entremise de Matúš Dula, s’en ouvre à son protecteur et s’inquiète du sort des habitants de Martin :

  • 58 Lettre de Straka à Dula, Pápa, 29 novembre 1914 (SNA, of. Dula, carton 2, 121).

Comme on me l’a écrit de la maison, il y a déjà eu beaucoup de blessés et plus encore de morts parmi les gens de Martin. Si cela continue, il ne restera bientôt plus une seule personne éduquée. Et aucun signe que cela s’arrêtera bientôt58.

  • 59 Marián Hronský, « Vojna v Karpatoch 1914‑1915, dopad a ohlas », in : Milan Podrimavský, Dušan Kováč (...)

27Depuis septembre et les premiers grands reculs austro-hongrois sur le front du nord-est, la situation s’est en effet dégradée : les convois de blessés ramenés vers l’arrière – jusqu’à 2200 par jour59 – croisent ou entrent en concurrence avec les réfugiés civils de Galicie qui doivent abandonner leurs villages, transitent par l’extrémité nord-est du royaume de Hongrie dans un immense désordre et, souvent, dans le plus grand dénuement. La proximité du front a obligé en effet à évacuer par précaution plusieurs dizaines de villages dont la population est principalement regroupée à Košice (Kassa) et à Prešov (Eperjes) ; le recul des armées austro-hongroises provoquera une deuxième vague, moins organisée puis, endécembre, plusieurs dizaines de communes seront occupées durant plusieurs semaines. Civils comme militaires commencent alors à être touchés par les maladies, dysenterie et choléra en particulier.

  • 60 Les alertes aux premiers cas sont signalés fin septembre dans le royaume (« Peštianské upozornenie n (...)

28La crainte des épidémies était apparue très tôt – on en trouve des éléments implicites dès la mi-août –, mais elle devient un sujet omniprésent à l’entrée de l’automne60. Des brochures sont publiées, comme celle du médecin de Ružomberok (Rózsahegy) dans le Liptov (Liptó) Vavro Šrobár, Ľudová zdravoveda [Médecine populaire], vendue pour la somme modique de 3,6 couronnes, parfois des conseils anonymes qui semblent relever d’éléments de propagande officielle, dont l’édifiant éditorial des Národnie noviny du 8 octobre qui se conclut ainsi :

  • 61 « Nákazlivé nemoce », NN, 8 octobre 1914, p. 1.

Il y a beaucoup à apprendre des temps d’épidémie. Ne pas craindre, ne pas avoir peur est le moyen prophylactique le plus puissant, c’est la désinfection de l’âme, du caractère ! Ne pas craindre, il est vrai, ne peut pas signifier être léger, insouciant, inactif, inattentif, désobéissant et paresseux. Tout faire pour se protéger, puis ne pas avoir peur, mais confiance en Dieu et en son infinie bonté61.

  • 62 Dudeková in : D. Kováč (dir.), op. cit., 2008, p. 172.

29Les risques de diffusion rapide dont attestent le nombre de communes touchées dans lesquelles les soldats malades sont placés en quarantaine, obligent les autorités à une campagne de vaccination très large qui se heurte aux manques matériels ou aux résistances qui s’expriment dans certains comitats62.

  • 63 « Vyzvanie », NN, 18 août 1914, p. 3. Pavel Halaša est le fils d’Andrej, qui fut l’un des artisans d (...)

30Dans ce contexte difficile, il est une catégorie de mobilisés dont le sens du devoir ne se dément pas et dont l’activité pour atténuer les conséquences de la guerre est mise en scène et sans cesse soulignée, celle des femmes, et en particulier celles qui prennent en charge les soldats blessés. S’il importe, en ces temps d’unité patriotique, de ne pas distinguer en fonction des nationalités, la prise en compte de cette dimension n’est pas oubliée. Ainsi, à Martin, « les dames et demoiselles qui désireraient participer au cours d’infirmerie en langue slovaque » sont invitées à se rapprocher du docteur Pavel Halaša63. Les revues féminines jouent un rôle important dans la valorisation de leur rôle dans leurs missions nouvelles, et prescrivent sans relâche une attitude patriotique autant qu’elles en rendent compte. En décembre 1914, après avoir rappelé que dans toutes les capitales ou grandes villes, de nouveaux hôpitaux provisoires ont été construits dans lesquels « les femmes s’activent sans relâche avec dévouement », le grand mensuel féminin slovaque, Živena, souligne ainsi que :

  • 64 « Ošetrovanie ranených a chorých vojákov… », Živena, 5e année, nº 11‑12, novembre-décembre 1914, p. (...)

Chez nous aussi les femmes ont immédiatement compris, sans distinction de nationalité ou d’état [stav], cette fonction naturelle qui est la leur. Tout d’abord, elles ont apporté des villes et de leurs environs des provisions aux trains lors des départs de soldats, puis elles ont participé à des collectes, ont apporté des vêtements, du linge et d’autres choses nécessaires aux blessés et elles ont recueilli des dons en liquide pour les familles sans ressources dont le père nourricier avait dû partir à la guerre. Partout dans nos régions se sont éveillés sans prévenir et sans y être contraints une véritable abnégation et un véritable dévouement64.

31Cette participation spontanée et efficace repose sur une obligation patriotique des femmes qui est exprimée en des termes clairs dans la même revue :

  • 65 Ibid.

Les hommes vont à la guerre, chacun d’entre eux prêt à sacrifier sa santé et sa vie pour la patrie ; cette obligation ne pèse pas sur les femmes, elles doivent donc s’occuper du soin des blessés ou des hommes malades, prenant ainsi elles-mêmes leur part des obligations patriotiques auxquelles leur compassion naturelle seule les contraint, et pour lesquelles elles doivent savoir faire preuve d’une grande abnégation, et non pas agir par souci de se distraire ou par vanité65.

  • 66 NN, 8 août 1914, p. 2.

32Chez les Slovaques comme ailleurs, ce souci des combattants prend deux grandes formes : les comités de soutien et la participation médicale. De nombreux comités sont rapidement constitués sur le territoire. Ils sont souvent animés par de grandes familles du mouvement patriotique. C’est le cas dans le Turiec par exemple où un comité de la Croix-Rouge du comitat s’est réuni dès la mi-août 1914 sous la direction de sa présidente, la baronne Révay et de son président, le baron Kürthy66. S’y trouvent réunies toutes les grandes familles hongroises ou slovaques du comitat, qui organisent le travail de nombreuses volontaires :

  • 67 « Ošetrovanie ranených a chorých vojákov… », art. cit., p. 380.

Quarante-sept femmes de Martin et de ses environs se sont portées volontaires et ont été acceptées, et à peu près autant de jeunes filles pour le service volontaire plus léger auprès des malades […]. Toutes ces dames sont réparties en groupes et effectuent leur service en alternance, chacune aux jours et aux heures qui leur incombent67.

33Bien que l’unanimisme patriotique impose de ne pas distinguer selon la nationalité, le rôle des « dames et demoiselles slovaques » est souligné :

  • 68 Ibid., p. 381.

Dans le pavillon, sous l’administration habile, scrupuleuse et infatigable d’Anna Halaša, ce sont nos dames et demoiselles slovaques qui s’activent le plus. Elles s’efforcent au mieux de prendre soin des malades qui leur sont confiés, d’apaiser leurs souffrances et d’alléger ce dur moment de leur existence, afin qu’ils oublient les difficultés endurées et qu’ils se rétablissent. Et ces malades sont en majorité calmes, patients et reconnaissants, aspirant au repos du foyer, à leurs familles. […] Quiconque prend soin de ces malheureux consciencieusement et avec bienveillance accomplit son noble et beau devoir68.

34La participation médicale est omniprésente dans la presse féminine. Živena publie ainsi dès le début de la guerre le journal de la jeune Ol’ga Stodolová, la nièce de Kornel Stodola. Elle travaille à l’hôpital militaire de Vienne et n’épargne à son lecteur ni la violence de la guerre, ni les souffrances auxquelles les infirmières sont confrontées :

  • 69 Ol’ga Stodolová, « Z vojenských nemocníc vo Viedni », Živena, 6e année, nº 1‑2, janvier-février 191 (...)

Il est vrai que tout d’abord nous avons d’abord été toujours très émues à l’arrivée des blessés. Cela se passait le plus souvent de nuit. […] Nous recevions ordinairement les blessés graves acheminés directement du champ de bataille. Tels les martyrs, ils sont tirés des automobiles jusque devant la salle. Là, les moniales les déshabillent, les lavent, les habillent dans des linges parfaitement blancs et les allongent sur les lits. Leurs visages hâlés, et pourtant pâles comme la mort sont effrayants, les yeux fixés sur les piliers, dans lesquels se reflètent tant d’horreurs […]. Certains portent leur regard apathique au loin ; il est visible que leur esprit n’est pas avec nous, comme s’ils ne pouvaient se détacher des épouvantables images du champ de bataille qui laisseront certainement dans leurs âmes une marque indélébile. […] Beaucoup ont dû passer immédiatement sur la table d’opération ; certains sans anesthésie. Les malheureux hurlaient alors abominablement comme des bêtes sauvages dont les cris emplissaient les longs couloirs de notre hôpital et réveillaient ceux qui dormaient69.

35Sous beaucoup d’aspects, la plus grande partie de la population n’échappe pas à la brutalité de la guerre.

  • 70 Slovenský týždenník, 18 septembre 1914, p. 1.
  • 71 « V Prešporku málo svetla », NN, 28 novembre 1914, p. 3.

36Les difficultés économiques surviennent rapidement. Plusieurs facteurs se cumulent : l’appareil productif est entravé par les difficultés de transport, ce qui provoque des manques mais aussi comportements spéculatifs qui les amplifient. Dès l’automne, des mesures sont adoptées pour favoriser l’approvisionnement de la population, par le biais d’un système de distribution encadré. Les villes sont rapidement touchées par les problèmes de ravitaillement70. À l’approche de l’hiver, plusieurs mesures sont prises pour faire face aux restrictions de production. À Presbourg par exemple, dans la deuxième partie de novembre, en raison du manque de combustible, l’éclairage est limité : les commerces ne peuvent plus utiliser de gaz ou d’électricité après 19 h 30, heure à laquelle ils doivent recourir aux lampes à pétrole. L’éclairage public est limité et les représentations théâtrales doivent être interrompues à 22 heures71. Le thème des profiteurs de guerre apparaît, et avec lui la réflexion sur l’introduction de prix maximum comme moyen de lutte contre l’inflation. Visible au premier plan dès le courant du mois de novembre, il signale en creux la fonction protectrice de l’État très mise en scène dans la première partie de la guerre :

  • 72 « Drahota a špekulácia », NN, 26 novembre 1914, p. 3.

Il va falloir mettre de l’ordre énergiquement et rapidement contre ces escrocs, et le plus tôt possible parce que les consommateurs qui n’ont pas de grands revenus vont rapidement avoir faim72.

37Le sujet fait partie de la première vague de critiques contre les spéculateurs, qui est également utilisée dans la presse de langue hongroise et sert la campagne en faveur de l’instauration de prix maximum, introduits pour la première fois dans le royaume le 10 décembre.

  • 73 Mannová, in : D. Kováč (dir.), op. cit., 2008, p. 182.
  • 74 Dudeková, art. cit., 2011, p. 261‑262.

38Dès la fin de l’année 1914, les rapports des autorités locales signalent un affaissement de l’enthousiasme et une atmosphère de craintes plus aiguës qui vont jusqu’à provoquer des phénomènes de panique dans certains comitats73. Peu à peu, outre les difficultés d’approvisionnement, l’inefficacité du régime de régulation des prix ou le manque chronique de force de travail à la campagne, l’effet très négatif des réquisitions de toutes sortes qui accablent le milieu rural vont amplifier ces phénomènes. Le milieu rural et les couches inférieures de la société sont très rapidement touchés par les difficultés provoquées par la guerre qui produit un effet d’éloignement à l’égard de l’État perceptible dès 191574. Longtemps regardé comme au service de certaines catégories de la population, celui-ci semble désormais en difficulté pour garantir la satisfaction des besoins essentiels. L’État semble même contribuer aux difficultés matérielles par l’effet cumulé de dispositions réglementaires drastiques – notamment les réquisitions – et de la corruption qui touche une partie des administrations et d’une mise en cause de plus en plus visible de la population dans les difficultés auxquelles elle est confrontée. Jusqu’au printemps 1916, l’incapacité de l’État à atténuer les difficultés de la vie quotidienne est encore en partie compensée par la poursuite des activités d’aide et de soutien assurées par des organisations caritatives, mais, dans un contexte de sacrifices croissants de moins en moins stoïquement acceptés, sa légitimité s’affaiblit par la suite.

Haut de page

Notes

1 Ladislav Vörös, Slováci v národnostnej politike Štefana Tiszu, Filozofická fakulta univerzity Komenského v Bratislave (sous la direction de Peter Zelenák), Diplomová práca, 2001.

2 Lettre de Kornel Stodola à Dula, 18 juillet 1914 (LA SNK, A 1426).

3 Marián Hronský, Slovensko pri zrode Československa, Bratislava, Pravda, 1987, p. 61.

4 « Obrali nás o našu nádej » [Ils nous ont confisqué notre espoir], Národný hlásnik (L’Écho national) [NH], 3 juillet 1914, p. 2.

5 « Slováci na pohrebe Franca Ferdinanda », NH, 10 juillet 1914, p. 2.

6 Vojtech Dangl, « Slovanská idea a protivojnové prejavy slovenského dedinského ľudu pred prvou svetovou vojnou », Historický časopis, 3/1979, p. 3-28 ; voir également Arndt Weinrich in : Nicolas Beaupré, Heather Jones, Anne Rasmussen, Dans la guerre 1914-1918 : accepter, endurer, refuser, Paris, Les Belles Lettres, 2015, p. 55-80

7 Gabriela Dudeková, « Dvojsečná zbraň », in : Edita Ivaničková (dir.), Kapitoly z histórie stredoeuropského priestoru v 19. a 20. storočí, Bratislava, Historický ústav SAV, 2011, p. 246-251.

8 Daniela Kodajová, « Reflexia vojnových udalostí v rokoch 1914-1918 v cirkevnej tlači », Vojenská história, 2, 2006, p. 31-42.

9 « Vojna Srbsku už vypovídaná », Slovenské ľudové noviny (Le Journal populaire slovaque), 31 juillet 1914, p. 1.

10 Dudeková, art. cit., p. 250-251 ; Vörös, op. cit., p. 82.

11 E. Mannová, « Zmeny vo vedomí slovenskej spoločnosti za prvej svetovej vojny », in : Milan Podrimavský, Dušan Kováč (dir.), Slovensko na začiatku storočia, Bratislava, Veda, 1999, p. 361.

12 R. Holec, Posledni Habsburgovci a Slovensko, Bratislava, Ikar, 2001, p. 274.

13 « V týchto ťažkých chvilách », Slovenský deník (Le Quotidien slovaque), 26 juillet 1914, p. 1.

14 Ibid.

15 Slovenský týždenník (L’Hebdomadaire slovaque), 31 juillet 1914, p. 1.

16 NN, 6 août 1914, p. 1 ; M. Hronský, « K slovenskej politike v obdobi prvej slovenskej vojny (1914‑1918) », HČ, 4/1969, p. 473‑514.

17 Vörös, Analytická historiografia versus národné dejiny, Pisa, Pisa University Press, 2010, p. 138.

18 Nagyszombat és vidéke (Nagyszombatet la région), 3 septembre 1914 et Liptó, 17 janvier 1915, cité in ibid., p. 139.

19 Implicitement la partie hongroise de la Double monarchie.

20 Jednota katolíckeho ľudu (L’Unité du peuple catholique) 1914, zošit 9‑10, p. 256‑257, cité in : D. Kodajová, art. cit., p. 37.

21 « Inc: Ezen nehéz napokban… », SNA, of. M. Dula, carton 9, inv. č. 206.

22 Ibid. Voir aussi L. Vörös, op. cit., 2001, p. 84.

23 « Hyeny chcú vojnu », NH, 24 juillet 1914, p. 2.

24 Hana Gregorová, Spomienky, Bratislava, Tatran, 1979, p. 196‑197 ; Terézia Vansová, Drahé postavy, Bratislava, Slovenská tvorba, 1978, p. 411‑414. 

25 Dudeková, art. cit., 2011, p. 257‑258.

26 Id., « Vojenská cenzúra. Niekoľko úvah o vzťahu armády a spoločnosti za prvej svetojej vojny », in : Vladimír Segeš, Božena Šeďová (dir.), Miles Semper Honestus, Bratislava, Vojenský historický ústav, 2007, p. 132 et s.

27 « V Turčianskej stolice... », Národnie noviny (Le Journal national) [NN], 4 août 1914, p. 3.

28 Vansová, op. cit., p. 409‑410 ; Mannová, « Nemecká tlač na Slovensku a prvá svetová vojna », Vojenská história, nº 4/2006, p. 69‑70 pour Presbourg (Bratislava).

29 Igor Slepcov, « K problematike I. svetovej vojny na východnom Slovensku v rokoch 1914‑1915 », Historie a Vojenství, 3/1993, p. 57.

30 Télégramme, Losoncz [Lučenec], 7 août 1914 (LA SNK A 64).

31 « Drahota », NN, 11 août 1914, p. 3 ; Mannová, « Koncept lojality. Postoj k autoritám na Slovensku počas prvej svetovej vojny », HČ, 4/2007, p. 683.

32 « Upozornenie », NN, 24 septembre p. 3.

33 « Sporme ! », NN, 19 septembre 1914, p. 1.

34 « Moje návrhy », Slovenské ľudové noviny, 25 septembre 1914, p. 1.

35 Mannová, « Nemecká tlač na Slovensku a prvá svetová vojna », Vojenská história, nº 4/2006, p. 71.

36 Pour le royaume de Hongrie, voir József Galántai, Hungary in the First World War, Budapest, Akadémiai kiadó, 1989 ; Tibor Hajdú, Ferenc Pollmann, A régi Magyarország utolsó háborúja, Budapest, Osiris, 2014. Dans la partie cisleithane, voir Ivan Šedivý, Češi, české země a Velká válka 1914‑1918, Praha, Lidové noviny, 2001 ; Maureen Healy, Vienna and the Fall of the Habsburg Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

37 « Sporivosť », NN, 18 août 1914, p. 3.

38 « Sporme ! », NN,19 septembre 1914, p. 1.

39 « Červený kríž », NH, 21 août 1914, p. 1 [souligné dans l’original].

40 « Dopisy », NH, 14 août 1914, p. 2.

41 « Pracujme ! », NH, 11 septembre 1914, p. 1‑2 [souligné dans l’original].

42 « Pre Červený kríž », NN, 8 septembre 1914, p. 1.

43 « Zo Starej Ture dochodí... », NH, 2 octobre 1914, p. 5.

44 « Pomýšľajme na zimu », NN, 18 août 1914, p. 2.

45 « Sporivosť », NN, 1er septembre 1914, p. 1.

46 « Slovo na čase », NN, 10 septembre, 1914, p. 1.

47 R. Holec, « Slovenské banky a úverné družstva počas prvej svetovej vojny », in : M. Podrimavský, D. Kováč (dir.), op. cit., p. 436‑454.

48 Lettre de R. Markovič à Dula, août 1917 (SNA, of. Dula, carton 2, inv. č. 79).

49 John Horne in : N. Beaupré, H. Jones, A. Rasmussen, op. cit., p. 83.

50 « Vojenská požička », NN, 12 novembre 1914, p. 1.

51 « Červený kríž », NH, 21 août 1914, p. 1.

52 Dudeková in : D. Kováč (dir.), Prvá svetová vojna, Bratislava, Veda, 2008, p. 172.

53 « Pracujme ! », NH 11 septembre 1914, p. 1‑2 [souligné dans l’original].

54 « Červený kríž », NN, 8 septembre 1914, p. 2.

55 « Ranení vojáci… », NN, 26 septembre 1914, p. 4 ; Dudeková in : D. Kováč…, op. cit.

56 « Dopisy », NN, 18 août 1914, p. 2 ; « Červený kríž », ibid., 24 septembre 1914, p. 3.

57 Pour Presbourg (Bratislava), voir Mannová, « Nemecká tlač na Slovensku a prvá svetová vojna », Vojenská história, nº 4/2006, p. 71.

58 Lettre de Straka à Dula, Pápa, 29 novembre 1914 (SNA, of. Dula, carton 2, 121).

59 Marián Hronský, « Vojna v Karpatoch 1914‑1915, dopad a ohlas », in : Milan Podrimavský, Dušan Kováč (dir.), op. cit., p. 336.

60 Les alertes aux premiers cas sont signalés fin septembre dans le royaume (« Peštianské upozornenie na choleru », NN, 29 septembre 1914, p. 3). Le premier grand texte de mise en garde de la population publié à ce sujet dans la presse en langue slovaque suit immédiatement (« Cholera », NH, 2 octobre 1914, p. 1). Les premières mesures gouvernementales sont adoptées le 1er octobre (« Nariadenie vlady… », NN, 6 octobre 1914, p 6).

61 « Nákazlivé nemoce », NN, 8 octobre 1914, p. 1.

62 Dudeková in : D. Kováč (dir.), op. cit., 2008, p. 172.

63 « Vyzvanie », NN, 18 août 1914, p. 3. Pavel Halaša est le fils d’Andrej, qui fut l’un des artisans de la création de la plupart des institutions culturelles de Martin à partir des années 1880 et d’Anna Halaša, la fille de Pavol Mudroň, président du SNS de 1877 à sa mort au printemps 1914. La sœur de Pavel, Viera, est l’épouse du pasteur de Martin, Otto Škrovina.

64 « Ošetrovanie ranených a chorých vojákov… », Živena, 5e année, nº 11‑12, novembre-décembre 1914, p. 379.

65 Ibid.

66 NN, 8 août 1914, p. 2.

67 « Ošetrovanie ranených a chorých vojákov… », art. cit., p. 380.

68 Ibid., p. 381.

69 Ol’ga Stodolová, « Z vojenských nemocníc vo Viedni », Živena, 6e année, nº 1‑2, janvier-février 1915, p. 122‑123.

70 Slovenský týždenník, 18 septembre 1914, p. 1.

71 « V Prešporku málo svetla », NN, 28 novembre 1914, p. 3.

72 « Drahota a špekulácia », NN, 26 novembre 1914, p. 3.

73 Mannová, in : D. Kováč (dir.), op. cit., 2008, p. 182.

74 Dudeková, art. cit., 2011, p. 261‑262.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Boisserie, « « En ces temps difficiles… » L’entrée des slovaques dans la société du sacrifice et de la frugalité »Revue des études slaves, LXXXVII-2 | 2016, 195-211.

Référence électronique

Étienne Boisserie, « « En ces temps difficiles… » L’entrée des slovaques dans la société du sacrifice et de la frugalité »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVII-2 | 2016, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.864

Haut de page

Auteur

Étienne Boisserie

INALCO – CREE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search