Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Savants et politiqueLa trajectoire d’Al′fred Bem
 à t...

Savants et politique

La trajectoire d’Al′fred Bem
 à travers sa correspondance (1917-1921)

Al′fred Bem’s Trajectory through his Correspondence (1917-1921)
Stéphanie Cirac
p. 281-307

Résumés

Quel effet la Révolution a-t-elle eu sur le parcours d’un philologue russe, spécialiste de littérature – Al′fred Ljudvigovič Bem ? Février, mars, juillet, octobre trouvent dans sa correspondance des échos différents – en raison aussi de ses propres déplacements et séjours plus ou moins prolongés, qui le retiennent en Ukraine entre l’été 1917 et juillet 1918. Ces activités scientifiques et sa lecture des événements portent la trace de cet éloignement. À travers sa correspondance, l’on peut suivre sa position et son évolution dans le champ de la philologie au moment de la révolution et ultérieurement, mais aussi la perception que le savant a eue de 1917 et de ses répercussions sur le milieu scientifique. À cette fin, nous nous référons à la correspondance entre Bem et ses contemporains – Arkadij Iskoz et Vsevolod Sreznevskij pendant la Révolution et les deux années qui l’ont suivie. Ces écrits représentent les rares traces témoignant de ces années.

Haut de page

Texte intégral

1Al′fred Ljudvigovič Bem (1886-1945 ?) est connu pour son analyse de l’œuvre de Dostoevskij ou ses activités de critique littéraire. Philologue, formé à l’Université de Saint-Pétersbourg dans les années 1910, les premiers articles qu’il consacre à la théorie de la littérature, notamment sur la question des influences, paraissent avant la Révolution. Ce n’est cependant pas en Russie qu’il mènera l’essentiel de sa carrière, mais en exil où il publiera, dans l’entre-deux-guerres, la plus grande partie de ses travaux. La révolution russe a ouvert une brèche dans son parcours, en le poussant à l’émigration.

  • 1 Arkadij Iskoz est plus connu sous le nom de Dolinin qu’il a pris en 1918. Dans la mesure où nous tr (...)
  • 2 Les lettres que Bem a envoyées à Arkadij Iskoz ont été conservées dans le département des manuscrit (...)

2Cette rupture est observée à travers deux correspondances qu’il a entretenues avec ses contemporains, Arkadij Iskoz1 et Vsevolod Sreznevskij2. Partant de quatre lettres écrites par A. L. Bem au cours de l’année 1917, je remonterai le fil des échanges qu’il laisse entrevoir, afin de mieux saisir la portée de 1917 sur le destin des épistoliers concernés, et plus largement de leur communauté scientifique.

3Comment articuler un fait aussi particulier que ces monologues épistolaires – dont nous n’avons pas les réponses – à une communauté qui les dépasse amplement ? Leur trame peut être prolongée ou élargie en replaçant ces récits dans leur contexte ; les distinctions entre les lettres qui nous amènent à nous intéresser à leur réception se transforment en fonction de l’auteur. L’autre ne s’inscrit pas uniquement dans le filigrane de la lettre, il en est l’objet, non seulement en tant que récipiendaire mais aussi parce que cet énoncé existe à travers lui, dans sa réception. En ce sens, l’écriture épistolaire n’est pas une pure écriture du « moi », mais encore de l’échange, puisqu’elle implique, dans sa rédaction même, son allocutaire.

  • 3 Manon Brunet, « La réalité de la fausse lettre: observations pour une épistémologie appliquée de l’ (...)

4Ces voix sont autant de lignes subjectives. En me penchant sur les lettres d’Al′fred Bem à Arkadij Iskoz et Vsevolod Sreznevskij, je ne cherche pas à échapper à l’« illusion biographique ». En effet, mon propos n’est pas de trouver dans ces correspondances une illustration objective des événements de 1917, ni de revisiter à travers ces écrits l’histoire déjà faite de la révolution russe, mais plutôt de voir comment ils s’articulent entre eux, et comment la réception joue sur l’écriture. De même, si le cadre historique et chronologique est essentiel pour comprendre cette correspondance, il ne s’agit pas ici d’évaluer à l’aune de sa véridicité le témoignage qu’A. Bem porte sur février 1917 et ses conséquences mais plutôt d’interroger le type de connaissance que cette épistolarité a pu produire, en d’autres termes de « mettre au jour un événement biographique ou social, en tenant compte des variations sur le même thème3 ». Les lettres, sur lesquelles nous fondons notre analyse, ne renferment pas de vérité énonciative unique, les représentations d’un seul et même événement changent en fonction de la situation de l’auteur et de son récepteur. Prendre en compte les différentes déclinaisons dans les correspondances d’un thème – 1917, et les ruptures biographiques, géographiques ou scientifiques qui ont suivi –, tel est l’objet du présent article.

  • 4 Vasilij Zen′kovskij (1881-1962), théologien, philosophe et journaliste. Il était professeur à l’Uni (...)

5Le rythme fragmentaire, voire sériel, de la correspondance produit un récit spéculaire, où l’événement, représenté à différentes reprises, sous différents angles est mis en abyme. Mais la correspondance est aussi datée, chronologique, en suivant son cours, l’on voit également se dessiner les enchaînements et les conséquences des décisions, des prises de position de Bem. Celles-ci peuvent être appréhendées à travers d’autres sources, les mémoires publiés par ses contemporains, notamment ceux de Vasilij Zen′kovskij et Vladimir Vernadskij4.

6Dans le cas d’Al′fred Bem, comme dans bien d’autres, la coupure qu’a entamée 1917 ne s’est pas jouée dans les limites de cette seule année. Très vite, suivant les brèches ouvertes par la Révolution, la correspondance de Bem se déplace et se transforme. Ses lettres, rédigées en Russie et en Ukraine, ont pour arrièreplan Petrograd puis Kiev avant un ultime retour.

Lettres de Russie, de février à juillet 1917

« Nous étions joyeux, pleins de vigueur et d’espoir »
(A. L. Bem, le 1er mars 1917).

7De toute évidence, 1917 fut, pour Bem, une année chargée de promesses. Une analyse détaillée des lettres qu’il adresse en 1917 à Iskoz et Sreznevskij montre que les événements qui ont scandé cette année, de février à octobre, ont finalement eu, dans ses écrits, des résonnances diverses, parfois paradoxales. La mise en perspective de ses monologues épistolaires rend compte de sa perception de 1917. L’on peut y déceler la place que la révolution prend dans ses écrits – ou ne prend pas. Cependant, le point de vue que le philologue porte sur la situation n’a pas uniquement évolué au fil du temps, les événements d’une seule et même journée, le 9 mars, trouvent simultanément des échos ambivalents sous sa plume d’épistolier. L’enthousiasme le cède à la circonspection.

Février-mars 1917

  • 5 La Journée des femmes qui allait déclencher la révolution de Février aurait lieu cinq jours plus ta (...)

8Lorsque Bem écrit à Iskoz, le 18 février5, la capitale connaît de graves difficultés d’approvisionnement, prémices de la révolution – les réserves de farine ont quasiment fondu et, le 16 février, deux jours avant la lettre, les queues ont déjà commencé à se constituer le long des magasins. Les files d’attente ne sont pas les seules à se répandre dans la ville. Les rumeurs aussi circulent, comme le note Zinaïda Gippius, le samedi 11 février 1917 :

  • 6 Zinaïda Hippius, Journal sous la Terreur, Paris, Éditions du Rocher, coll. Anatolia, p. 122. 


Pétersbourg grouille des plus méchantes (?) rumeurs. Et pas seulement de rumeurs. On dit très vaguement qu’une manifestation d’ouvriers sera organisée pour le 14, jour de l’ouverture. Qu’ils iront à la Douma exprimer leur soutien à ses exigences... visiblement oppositionnelles mais lesquelles?6

  • 7 Sigizmund Natanovič Valk (1887-1975) est un personnage récurrent dans la correspondance entre 

  • 8 Fondé en 1915 sous le nom de Пушкинское историко-литературное общество, ce cercle était « intimemen (...)

9De ces sujets, il n’est pourtant pas question dans la lettre que Bem écrit à Iskoz ce 18 février, cinq jours avant les premières journées révolutionnaires qui allaient renverser la monarchie. Bem n’envoie pas à son ami d’informations sur la situation politique à Petrograd, mais préfère lui donner des nouvelles de leur ami commun, Zigmund Valk7. Après cet exorde, Bem passe sans transition à un autre sujet – sa participation au Cercle Puškin de l’Université (Puškinskij kružok)8.

10Dans cette lettre, Bem s’arrête sur l’exposé qu’il a présenté (Pour une interprétation des concepts historico-littéraires [le motif, le sujet, le thème et le contenu d’une œuvre]) et les réactions (relativement outrées) de l’assistance.

  • 9 Pour la lettre complète, voir en annexe (Lettre du 17 février 1917, NRB, f. 1304, l. 52-53, NRB, ci (...)

J’ai lu ma communication sur le motif, le sujet et le contenu au cercle Puškin de l’université. C’était très animé ; ils me sont tombés dessus de tous les côtés. Il y avait Sakulin, Koltonovskaja, Brodskij (moscovite). Même Engelgardt et Žirmunskij ont pris la parole. Je pense que tu aurais été de leur côté. Le principal reproche : on ne peut définir des notions sans avoir répondu auparavant à la question fondamentale: qu’est-ce que la littérature? Encore et toujours la vieille critique sur le formalisme de la pensée. Je pense que j’ai été éreinté. Mais c’est de ma faute. Dans l’ensemble, cela s’est plutôt bien passé, peut-être que je publierai mon exposé, sur les conseils de Vengerov [...]9.

  • 10 Dans les années 1930 lorsque ses anciens condisciples, ou plus largement les savants de sa générati (...)

11Ces quelques lignes nous offrent la description d’une séance du séminaire dont la retranscription n’a pas été conservée. Le soupçon de « formalisme » peut surprendre. Cette remarque, à demi-ironique, au sujet de l’antienne que semble représenter aux yeux de Bem la critique de ses collègues, montre bien qu’au début des années 1930, ce type d’accusation est loin d’être inédit. Toutefois, une décennie plus tard, ses conséquences, ainsi que les arguments sur lesquels repose une telle désignation, ne sont plus les mêmes10. Ici, Bem est suspecté de formalisme parce qu’il n’entend pas discuter de questions littéraires générales ou abstraites – à savoir la définition de ce qu’est la littérature –, mais démontrer qu’en littérature comme ailleurs, toute hypothèse doit reposer sur des éléments concrets, des preuves. Ce que cherche à établir Bem, c’est une science de la littérature, se défiant de ce qu’il qualifie d’impressionnisme littéraire. Il semble tirer une certaine satisfaction de cette accusation de formalisme, puisqu’il veut la partager avec son ami – tout en sachant qu’Iskoz serait plutôt de l’avis de ses détracteurs.

  • 11 Известия отделения русского языка и словесности Российской Академии Наук, vol. 23, no 1.
  • 12 Пушкинист, 1918, no 3, p. 5-10.

12L’allocution de Bem, en dépit des critiques et des « attaques », est considérée comme une réussite, probablement parce qu’elle a éveillé tant d’émoi et contribué au caractère « animé » de la séance. C’est en effet un principe important du séminaire organisé par Vengerov : plus il provoque de débats, plus il est abouti, reflétant des positions ou lectures personnelles. La communication de Bem sera effectivement publiée, deux ans plus tard, en 1919 dans le Bulletin de l’Académie des sciences de Petrograd11. Il ne peut en effet paraître dans Puškinist ou Puškin i ego sovremenniki, en raison du retard qu’ont pris les publications, comme le note Vengerov, le 1er octobre 191812.

Mars 1917

13Le sujet de la lettre suivante, en revanche, ne peut être autre que la Révolution qui a suivi ces premières journées. À l’exorde de la lettre précédente mettant en scène Zigmund Valk, ou à la description du séminaire de Vengerov, Iskoz n’avait sans doute guère réagi, exprimant davantage ses doutes et ses inquiétudes devant la situation à Petrograd. C’est en effet par une réponse aux angoisses de son ami que commence la lettre du 9 mars :

  • 13 Lettre de Bem à Iskoz (NRB, f. 1304, l. 54).

Ta lettre, avec ses inquiétudes et ses doutes, est arrivée lorsque nous étions joyeux, pleins de vigueur et d’espoir13.

14Arkadij Iskoz, absent de la capitale, est au front, où l’information ne parvient que très parcimonieusement. Il est donc légitime que, coupé de Petrograd, il s’alarme. Surtout, Iskoz, d’un caractère moins confiant que son ami, a fait preuve tout au long de leur correspondance d’une circonspection, voire d’un pessimisme que Bem s’est régulièrement attaché à nuancer, voire à corriger.

  • 14 Но сами мы, ещё только почувствовав победу, готовы были ее потерять (Ibid.).

15Dans sa description des journées de février, Bem ne cherche pas à prendre de la distance, il semble vouloir témoigner le plus directement possible : il relate ce qu’il a vu, ce qu’il ressent et fait part à son ami de la joie et de la confiance dans l’avenir qu’il éprouve plus ou moins fermement, ses sentiments allant de l’éclaircie et la lueur d’espoir, à une foi dans la victoire (nadežda, projasnenie ou prosvet, vera v uspex). Si ces lignes peuvent paraître subjectives et personnelles, elles n’en portent pas moins la marque d’un sentiment général. Par exemple lorsqu’il écrit : « Mais nous-mêmes, qui venions à peine de sentir la liberté, étions prêts à la perdre14 », il parle bien à la première personne du pluriel et non au singulier. En outre, sa remarque au sujet de ces hommes prêts à se battre jusqu’au bout, quitte à perdre ce qui leur est cher, n’est pas sans rappeler l’émotion collective qu’Orlando Figes prête aux manifestants à partir du 25 février :

  • 15 Orlando Figes, la Révolution russe, Paris, Denoël, 2007, p. 567.


Paradoxalement, maintenant que le pire était arrivé et que certains de leurs camarades avaient été tués, ils craignaient moins pour leur vie15.

16D’une certaine façon, ce ne sont donc pas tant ses sentiments personnels que Bem exprime ici, mais une opinion assez commune, qu’il fait sienne, de ces journées caractérisées par l’effervescence et la solidarité entre les manifestants, rythmées par des défilés presque festifs que l’on retrouve dans le Journal de Zinaïda Hippius par exemple :

  • 16 Hippius, op. cit., p. 145.


[...] Mais tous ces visages, même ceux des inconnus sont charmants, joyeux, emplis d’une sorte de foi. Inoubliable journée, ailes pourpres et la Marseillaise dans la blancheur neigeuse aux reflets d’or16.

  • 17 Sur l’interférence entre l’individuel et le social dans les pratiques épistolaires, voir Anne-Marie (...)

17À travers cette appropriation d’un sentiment collectif, c’est aussi l’articulation entre l’individuel et le social17 qui se dessine ici, patente dans cette lettre du 9 mars. Bem veut certes donner à ses impressions un caractère spontané et personnel, mais n’échappe pas à des descriptions relativement stéréotypées, du moins à une vision amplement partagée par les partisans de la révolution dont il fait partie. Néanmoins, pour mieux brouiller les pistes, il ne se réfère pas aux révolutionnaires, mais à son concierge. Cette identification est un moyen d’illustrer la diversité des manifestants ou de leurs partisans ; elle lui permet aussi d’affirmer la place de l’individu dans un mouvement collectif et, par là même, la singularité de son regard.

La ville était pendant toute la semaine, sans la moindre surveillance. Il n’y avait aucune force pour empêcher les pillages, les viols ou les pogroms et autres, et cependant ces phénomènes sont restés exceptionnels. L’ordre a été respecté « sans autorisation », comme l’a dit notre concierge. Même les exécutions sommaires ont été très rares. On a pu sauver les policiers de la foule, à condition qu’ils ne soient trop provocants.

  • 18 « De façon générale, Iv. Razumnik n’a qu’horreur et dégoût pour le soviet. Pour lui, ce n’est même (...)

18S’agissant des violences, elles sont secondaires dans ses descriptions. Bem tend à les nuancer, à la différence d’autres intellectuels, bien loin d’être des partisans de l’ordre ancien, tels que Gor′kij ou Ivanov-Razumnik18, qui les ont dénoncées. Toutefois, s’il ne veut guère prêter d’attention à ces débordements, il masque assez mal l’ambivalence de ses sentiments. Car, en dépit de sa confiance dans la révolution, il éprouve, lui aussi, des doutes. Ses inquiétudes sont cependant plus singulières – il se réfère alors à des expériences personnelles et n’hésite pas à analyser ses sentiments. D’ailleurs il les exprime à la première personne du singulier :

Lorsque j’ai entendu ce qu’il se passait, que des passions violentes éclataient, qu’un soldat s’élançait seul, que la probité d’anciens représentants de l’État était mise en doute, parce que leurs opinions étaient désormais minoritaires, j’ai perdu espoir. J’ai tenté de parler, j’ai beaucoup parlé, jusqu’à l’épuisement, sans doute ai-je été convaincant, puisque j’ai senti que j’étais compris, tout de même je suis rentré chez moi avec, dans l’âme, un sentiment proche du désespoir.
[...] Certains de nos actes, avec le temps nous feront serrer les poings de colère, mais il y a une éclaircie – la conscience et la compréhension grandissent, découvertes par les masses dans leur ensemble. [il reste] des difficultés, les questions d’approvisionnement mais l’espoir dans l’avenir, et un élan général vers la joie à venir. Il faut croire que nous serons vainqueurs.

19Son injonction à garder confiance cache mal l’ambivalence de ses sentiments, dans la mesure où cet espoir semble finalement être de l’ordre du devoir, de l’autopersuasion. Cependant, à travers ce tableau général, percent des attentes plus personnelles, des doutes qu’il tente d’effacer derrière la promesse de retrouvailles heureuses qu’il évoque :

  • 19 Lettre du 9 mars, NRB, f. 1304, l. 55. Le frère d’A. L. Bem, Otto, était interdit de séjour en Russ (...)

Si tout va bien, notre rencontre sera heureuse. Je ramène tout à mes proches, à côté de la joie générale, il y a la mienne, la joie personnelle : mon frère, Jurij, et celle de Berta et la tienne, combien de nouvelles possibilités ?19

20Témoigner, décrire les événements et ses sentiments face à la révolution, est-ce toutefois la seule intention de cet envoi ?

  • 20 Ibid., NRB, f. 1304, l. 55 ob.
  • 21 Vincent Kaufmann, l’Équivoque épistolaire, Paris, Les Éditions de Minuit, 1990.

21En prétendant deviner les sentiments de son ami (« Voilà pour ton pessimisme »20 – le soupçonnant d’être toujours aussi méfiant), Bem l’emmène avec lui, afin de lui démontrer le contraire. C’est l’« équivoque épistolaire »21 qui est à l’œuvre ici. Si l’on regrette la distance, ce n’en est pas moins cet éloignement qui engendre le plaisir de la lettre ou sa nécessité. L’épistolier tente de résoudre la distance en entraînant le lecteur avec lui, en imaginant ses pensées pour créer une proximité fictive et éventuellement le convaincre. Et ce, d’autant que cet ami souffre, blessé à la guerre. Dans sa lettre, Bem veut apaiser symboliquement ses blessures, mais aussi le convaincre. Sa lettre se place sous le signe de l’exhortation : « pense comme moi et guéris ».

  • 22 En 1912, deux étudiants russes ont une conversation animée au sujet d’une possible guerre entre la (...)

22Cependant, les inquiétudes d’Iskoz ne sont pas uniquement celles d’un homme éloigné de la scène, rappelons qu’il était proche d’Ivanov-Razumnik, d’un penseur qui voyait aussi dans la révolution un déferlement de violence – la smuta – une vision que ne partageait pas Bem, d’un naturel optimiste et guidé par la foi qu’il a dans la « social-démocratie », telle qu’il la voit se développer dans le contexte politique allemand d’alors du début du xxe siècle22. Même si la force de sa conviction s’émousse avec la Première Guerre mondiale, en 1917, il a toujours confiance dans les vertus pacificatrices et émancipatrices de ce courant politique, à travers son pouvoir de rassemblement par-delà les frontières nationales. Iskoz doit son éloignement, en partie, à la Première Guerre mondiale qui l’a rendu plus étranger à l’enthousiasme révolutionnaire qu’ont connu un grand nombre des manifestants des journées de février. Mais c’est surtout sa vision du monde, plus pessimiste que celle de son ami, qui a creusé sa distance face aux événements. Sur ce point, la divergence entre les comportements des deux hommes, entre leurs lectures des bouleversements politiques et sociaux est patente dans ces lettres de 1917. L’effervescence, l’optimisme et la confiance que Bem cherche à transmettre à son ami, ses efforts de persuasion, font ressortir en filigrane l’absence de tels sentiments chez son correspondant.

Vsevolod Sreznevskij, juillet 1917

  • 23 Lettre du 23 juillet 1917, gare d’Irpin, chemin de fer, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 55-56.

23Le 23 juillet 1917, lorsqu’il écrit à Sreznevskij23, le contexte politique a profondément changé et s’est relativement troublé. Kerenskij a affirmé son pouvoir, au prix d’alliances ambiguës, dangereuses et rapidement retournées. De sorte que, dès la fin juillet, Bem perd son premier entrain révolutionnaire.

  • 24 En 1917, le gouvernement provisoire avait attribué ces archives à la bibliothèque de l’Académie des (...)

24D’août 1916 à juillet 1917, il n’est resté aucune trace d’échange entre Bem et Sreznevskij. Cela ne signifie pas qu’ils ne se sont pas fréquentés pendant le printemps révolutionnaire, bien au contraire. Comme le démontre la suite de la correspondance, les deux hommes ont travaillé à l’intégration du fonds du IIIe Département et des archives de la police pour les années antérieures à 1905 dans celui de la bibliothèque de l’Académie des sciences24. Ils ne s’écrivent pas pendant les journées révolutionnaires, parce qu’ils se voient très régulièrement et continuent de travailler ensemble. Ce silence ne rompt pas le fil qui peut rattacher cette lettre au récit épistolaire entamé par Bem avec Iskoz, il met en évidence la modulation des représentations de la révolution d’un correspondant à l’autre.

25En revanche, la lettre de juillet est marquée par leur éloignement géographique. En été 1917, Bem n’est pas à Petrograd, à l’instar d’Iskoz pendant les journées de février-mars, c’est lui qui désormais s’inquiète de la tournure que prennent les événements.

  • 25 Lettre de Bem à Sreznevskij du 23 juillet 1917, gare d’Irpin, chemin de fer, Bem & Sreznevskij, op. (...)

26« C’est beaucoup moins bien qu’en février »25, écrit-il à Sreznevskij, au sujet des Journées de juillet.

27De plus, les incertitudes au sujet de la guerre se font jour. Dans sa lettre, il ne cache pas ses doutes devant les décisions prises par le gouvernement à l’égard de la poursuite de la guerre, mais surtout face aux lois censées restreindre les désertions, et plus particulièrement l’instauration des cours martiales sur le front. Bem, qui n’a pas renoncé à son pacifisme, se montre circonspect sur ce point. Avec la question de la guerre, sa défiance se fait de plus en plus saillante face au gouvernement provisoire qui ne parvient à faire la paix. Quelques mois après les journées de février-mars 1917, l’espoir qu’il voulait transmettre à Iskoz s’est donc ingulièrement amenuisé.

28Sa désillusion est bien plus palpable dans ses lettres à Sreznevskij que dans celles envoyées à Iskoz, pour deux raisons. Tout d’abord, les premières adressées à Iskoz se singularisent par l’espoir, et font moins de place au doute, parce qu’elles ont été écrites dans le feu de l’action, pourrait-on dire. Elles n’ont pas le recul de celles qui vont suivre et ont été rédigées pour convaincre, sur le ton de l’exhortation ; lequel est relativement fréquent dans sa correspondance avec Iskoz mais absent de ses lettres à Sreznevskij. Hormis les écarts entre ses modes d’expression en fonction des destinataires, le contexte politique explique aussi l’évolution de sa correspondance. Les événements ultérieurs ont confirmé ses craintes, et en juillet, Bem est effectivement bien plus dubitatif qu’en mars. Octobre est en revanche absent de ses lettres, c’est un point commun aux deux correspondances qui s’explique par le fait que les épistoliers vivent dans la même ville, travaillant ensemble et se voient quasiment chaque jour. Toutefois, cette proximité est de courte durée, puisqu’à partir de décembre 1917, Bem est bloqué en Ukraine où il est allé retrouver sa famille. Son exil ukrainien s’étend sur plus d’une année, jusqu’en juillet 1918. Il tente de mettre à profit cet éloignement, lequel néanmoins accroît l’angoisse qui caractérise sa correspondance ukrainienne.

Correspondances ukrainiennes entre ruptures et recompositions

  • 26 Sur la « science des nationalités », voir Juliette Cadiot, le Laboratoire impérial. Russie-URSS 186 (...)

29À plusieurs égards, la période ukrainienne met en lumière un moment complexe et charnière dans le parcours de Bem. Comment, dans sa correspondance ou dans ses activités, envisage-t-il la relation entre la Russie et l’Ukraine? Et comment la met-il en œuvre ? Ces échanges sont à replacer dans le contexte des relations entre les deux espaces, et touchent la question de l’identité nationale à laquelle Bem, a été confronté à plusieurs titres. Philologue, sa discipline était un des éléments fondamentaux de la « science des nationalités »26. De plus, Allemand d’Ukraine, la question de son assignation identitaire était aussi une interrogation profondément personnelle : il ne s’agissait pas uniquement d’étudier des catégories nationales, en en distinguant la langue et la littérature et les éventuelles relations, mais aussi de se définir soi-même.

  • 27 « Знаешь ли, Аркадий, как у Христа за пазухой ? Хорошо ну тaк мне сейчас еще лучше. Правда только с (...)

30L’Ukraine se profile dans les lettres de 1917 et ces évocations font ressortir un lien évident entre Petrograd et Kiev qui a sa source bien en-deçà de la révolution russe. Non seulement Bem est originaire d’Ukraine, mais, une fois qu’il a quitté sa ville natale, les multiples séjours qu’il y a effectués sont relatés tout au long de sa correspondance: lors de son expulsion de Saint-Pétersbourg, après sa détention, ou simplement à l’occasion de vacances. Cet espace, qui peut être vécu comme un lieu de relégation où Bem souffre de son éloignement, n’en est pas moins décrit, dans d’autres passages épistolaires, comme un havre bienveillant27. La relation à l’espace, le sentiment d’y appartenir est toujours double – le bien-être peut masquer une vague inquiétude. L’antagonisme qui ressort ici caractérise une grande partie de ses analyses littéraires, voire sa vision du monde, il reflète l’opposition que Bem fait entre la logique et la psychologie. La première relève de son appartenance au monde de la science – en l’occurrence russe –, la deuxième à l’univers familial, allemand et ukrainien.

  • 28 . Sur ce point, et plus précisément sur la façon dont les enjeux nationaux, politiques et littérair (...)

31L’ambivalence de ce lien entre les deux espaces, déjà singulièrement équivoque, est exacerbée et complexifiée par la révolution, en Ukraine ou en Russie où les enjeux n’ont pas été les mêmes. D’ordre politique et social en Russie, elle a revêtu des aspects particuliers en Ukraine – nationaux28. Néanmoins, ces deux moments sont profondément interdépendants, ce qui rend d’autant plus troubles les relations entre les deux espaces, et surtout l’appréhension des différents bouleversements qu’ils connaissent.

32Jusqu’à l’été 1917, Bem traverse les frontières aisément. L’Ukraine fait irruption dans ses lettres, spontanément, voire inopinément, à travers des scènes de la vie quotidienne. Sa lettre datée du 9 (22) mars 1917, est commencée à Petrograd, puis achevée à Kiev, d’où elle sera signée le lendemain et envoyée. Le passage d’un espace à l’autre, d’un univers à l’autre, prend corps dans la forme de la lettre elle-même, dans sa rédaction. Ce décalage s’explique par l’écart entre le temps de l’écriture épistolaire et le rythme de son quotidien qui ne lui permet pas de terminer la lettre comme prévu. Ce faisant, ce déplacement, loin de rompre la correspondance, inscrit les épistoliers dans un vaste espace commun qu’ils semblent pouvoir traverser sans difficulté.

33Ces sauts géographiques sont aussi thématiques, sous la forme de digressions ou de coq-à-l’âne. Dans cette même lettre de mars, après avoir décrit les journées révolutionnaires qu’il vient de vivre et son espoir, Bem passe sans transition, à une scène de sa vie quotidienne puis à ses engagements scientifiques, civiques et politiques, en Ukraine.

J’ai été coupé hier, je termine ma lettre ce matin, 10 mars. Irinka est assise à côté de moi et babille. Il fait toujours un froid de loup. L’état de Tonia se dégrade. Que de fatigues, de difficultés domestiques, et elle est très seule à mon avis. Je me suis plongé dans les organisations civiques, je suis entré dans le comité de notre rajon, c’est pourquoi je passe mes soirées à des réunions, mes journées à l’Académie [...].

34Les quelques lignes qui concluent cette lettre dépeignent une fin d’hiver ukrainien, rude mais très occupé. Non seulement, il consacre ses soirées au comité de son quartier (komitet našego rajona), mais encore, le jour, il œuvre au sein de l’Académie – activités ou engagement qu’il serait erroné de considérer comme purement scientifiques, tant elles recouvraient de profonds enjeux politiques, qui se développeront au cours de l’indépendance ukrainienne. Ces lettres ne sont pas qu’une illustration de la variété de ces activités, elles rendent possible cette pluralité et y participent. De même qu’en tentant de résoudre la distance qui sépare les épistoliers, elles jouent sur l’espace et son organisation.

35Dans sa correspondance avec Sreznevskij, le sujet ukrainien s’insère dans d’autres thématiques que les deux hommes ont à discuter (la venue de Bem à Petrograd ou son impossibilité, les travaux remis à plus tard, la création de la Direction du livre russe, etc.). Une des singularités de ces lettres est de faire apparaître progressivement la rupture entre les deux capitales. Elles permettent de dater plus précisément les allers retours entre Kiev et Petrograd qui se succèdent entre 1917 et 1919. Suivre ces déplacements est aussi une façon de mesurer la rupture entre les deux capitales.

  • 29 Leur rapprochement explique aussi que la révolution d’Octobre n’est pas évoquée cette correspondanc (...)
  • 30 Lettre du 24 décembre 1917, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 56-57.

  • 31 Lettres des 25 et 29 janvier, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 56-57.


36Bem passe l’hiver 1916-1917 à Petrograd, mais l’été, comme à son habitude, il retourne à Kiev. Les routes commencent alors à se couper ; il décrit, dès sa lettre du 23 juillet 1917, la difficulté grandissante des déplacements : les wagons surpeuplés, les attentes interminables dues à la circulation des convois militaires, les retards de 20 ou 24 heures, les départs annulés... En dépit de ces obstacles, il prépare son retour à Petrograd. Le séjour pétrogradois de quelques mois qui va suivre (septembre-décembre 1917) instaure un nouveau silence épistolier entre les deux savants qui se fréquentent et travaillent ensemble pendant cette période29. En décembre 1917, Bem est rentré en Ukraine pour les fêtes de Noël qu’il passe Svjatošino (qui n’est encore qu’un village à l’ouest de la capitale). Quelques semaines plus tard, il prépare son énième retour en Russie (les questions matérielles émaillent sa lettre, l’achat de meubles à l’hôpital militaire qui, installé dans les murs de la bibliothèque, est désormais en cours de fermeture)30. Cependant, contre toute attente, il ne peut gagner que Kiev, d’où il envoie deux lettres en janvier31.

37En avril 1918, Bem est toujours bloqué à Kiev. Une évidence s’impose désormais, il a deux familles : l’une vit en Ukraine et l’autre, sa famille scientifique, à Petrograd. Il est devenu de plus en plus difficile de les concilier et Bem prend conscience qu’il s’éloigne peut-être irrémédiablement de son cercle professionnel. Coupé de l’Académie, il ne croit plus en la possibilité de retrouver son milieu universitaire :

  • 32 Lettre de Bem à Sreznevskij du 18 avril 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 61.

J’ai perdu tout espoir de vous revoir tous bientôt, de retourner dans mon université natale [...] La raison me dit que le destin a fait pour le mieux, si j’étais parti à temps, j’aurais pu gagner Petrograd, mais j’aurais été totalement coupé de ma famille32.

38Dans la même lettre, il évoque un « éloignement douloureux de ses proches ».

39La rupture entre Kiev et Petrograd peut être lue comme le début de son exil. Une ligne quasiment infranchissable semble s’être dessinée entre l’Ukraine et la Russie. Coupé de son milieu pétrogradois, Bem participe à la reconstitution d’un nouvel espace. Il tente alors de s’insérer dans un milieu qui puisse lui convenir, tout en s’efforçant de maintenir les liens avec celui qu’il a quitté. Dans l’impossibilité de se déplacer, l’épistolarité est le seul moyen de pallier la distance à travers ces liens.

La bibliothèque et le livre, réinvention d’un espace

La bibliothèque comme organisation du monde

40Qu’il le recense ou le critique, qu’il l’écrive, qu’il le catalogue pour le conserver, qu’il le diffuse, sous toutes ses formes, le livre est central dans les activités de Bem, et partant dans sa correspondance. De même, la bibliothèque et ses classifications sont au cœur des échanges épistolaires entre Bem et Sreznevskij. L’on sait que la bibliothèque n’existe que si elle s’appuie sur un système de classement, et suppose, de ce fait, l’intervention d’un grand ordonnateur – index Dewey ou réalité plus métaphysique telle l’organisation imaginée par Borges aux ramifications kabbalistiques. Dans les représentations de Srezneveskij et de Bem, l’ordonnancement a d’autres implications que des enjeux purement bibliothéconomiques. Dans leur cas, les enjeux politiques sont sous-jacents : la façon de classer les littératures et les langues institue un rapport particulier entre celles-ci, illustrant, tant dans la Russie impériale que dans celle de 1917 et plus tard, la place des nationalités à l’intérieur de l’empire, ou la définition d’un étranger.

  • 33 Sonia Combe, D’Est en Ouest, retour à l’archive, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

41Ces aspects matériels et bibliothéconomiques peuvent sembler annexes ou secondaires à côté des bouleversements qui ont mené à l’effondrement d’un régime politique et de tout un système social. Pourtant, l’univers de la bibliothèque et des archives est loin d’être hermétiquement clos. Sonia Combe l’a démontré pour d’autres contextes et époques, la façon dont sont traitées et organisées les archives, leur occultation ou leur communication, sont intrinsèquement liées à la société dans laquelle elles sont conservées et à son régime politique33. Cela est manifeste dans la correspondance Bem versus Sreznevskij. Tous les deux s’occupent des archives contemporaines, et ne considèrent pas la bibliothèque comme une tour d’ivoire isolée des questions politiques.

42Deux aspects, centraux dans les lettres de Bem, témoignent de la rencontre des enjeux politiques et scientifiques au sein de leur travail de classification et de conservation : le fonds Lev Tolstoj et les réorganisations de la bibliothèque de l’Académie des sciences.

43Les manuscrits de l’écrivain avaient commencé à être versés au département des manuscrits avant sa mort, dès 1909, à l’occasion de l’organisation d’une exposition que Sreznevskij, avec l’aide d’A. L. Bem, lui avait consacrée. À partir de 1910, ces premiers documents serviraient de base au fonds Tolstoj que Sreznevskij entendait développer au sein de la bibliothèque de l’Académie des sciences. Lorsque l’on se souvient des troubles qui ont accompagné l’enterrement de Tolstoj, l’on voit bien que ce fonds, qui a été à l’origine non seulement de conflits personnels mais aussi institutionnels, est loin d’être dépourvu d’enjeux politiques.

44La correspondance entre les deux hommes révèle également les difficultés qu’ils ont rencontrées, les pressions exercées sur le personnel à l’occasion du déménagement de la bibliothèque qui a représenté un chantier phénoménal – commencé avant la Première Guerre mondiale, s’étalant sur plusieurs années et se prolongeant bien au-delà de 1917.

  • 34 Lettres à Sreznevskij, du 24 et 28 août 1918 (Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 67-72).
  • 35 Sergej Fedorovič Platonov (1860-1933) : un des grands historiens de l’Ancien régime, à la tête de n (...)

45Un autre chantier est celui de l’intégration – dans le fonds du IIIe Département – des archives de la police pour les années antérieures à 1905 qui, après avoir été léguées à la bibliothèque de l’Académie des sciences, ont dû être recataloguées et remises au Glavarxiv, un an plus tard34. Les déplacements et réorganisations dont il est question ne sont pas anodins. Ils se retrouveront plus tard au cœur de l’affaire dite des académiciens (Akademičeskoe delo, 19291931), puisque l’un des arguments des premières arrestations serait la disparition d’une partie de ces manuscrits prétendument envoyés à l’étranger entre les mains de l’émigration. Sreznevskij ne serait pas mis en cause dans cette affaire fatale, à son vieil ennemi, S. F. Platonov35.

  • 36 Conservé à Prague (Literání archiv památníku národního písemnictví, Fonds Bem, Karton 1 : Doklady v (...)

46La dernière lettre que Bem adresse à Sreznevskij, avant son exil définitif, date de juillet 1919, il est nommé le 26 juillet 1919 « conservateur du fonds des manuscrits de l’Académie des sciences ». Cette nomination pourrait faire penser qu’il va finalement s’ancrer en Russie, voire allier ces deux implantations – russe et ukrainienne. Il obtient en même temps un ordre de mission valant pour laissez passer entre la Russie et l’Ukraine36 et sur lequel il est noté qu’il a, officiellement, pour mission de recueillir à Kiev et dans les autres villes d’Ukraine des informations sur l’édition des ouvrages en ukrainien et en polonais, et d’en acquérir pour le fonds slave de la bibliothèque de l’Académie des sciences. Ce document, qu’il a emporté en émigration lui permettait, non seulement, d’effectuer ses multiples va-et-vient entre Kiev et Petrograd, on peut également y voir un élément facilitant ces allers et venues entre les deux capitales ou, au contraire, un signe de préparation à son départ en exil. Or, il ne s’agit pas seulement d’un viatique, il montre aussi que ses activités en Ukraine et en Russie se sont inscrites en miroir l’une de l’autre, ou en complémentarité. Car, si en 1919, il est censé réunir des ouvrages ukrainiens pour le fonds de l’Académie des sciences russe, un an plus tôt, en Ukraine, c’etait au livre russe qu’il s’intéressait. Pour observer la façon dont le monde du livre s’insère dans ces espaces, reflète leurs fractures, il nous faut revenir à 1917.

Le département du livre russe en Ukraine, une pierre dans le jardin d’A. A. Šaxmatov

  • 37 Une partie des membres du premier gouvernement de l’hetmanat (gouvernement dirigé par Lizogub) se f (...)
  • 38 Lettre du 18 avril 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 61.

47Comme le dévoilent ses réflexions épistolaires, Bem pensait trouver en Ukraine des perspectives auxquelles il n’avait plus accès en raison de la rupture entre Kiev et Petrograd. La mise en place du Département du livre russe, dont Il allait prendre la tête en est un remarquable témoignage. La fondation de cette organisation illustre ses efforts pour maintenir les liens entre deux espaces qui étaient en train de se détacher. D’une certaine façon, creuser le sillon de ces échanges, se défendre de l’étiolement des liens russo-ukrainiens, c’est aussi nourrir l’interdépendance de ces deux espaces, dans une relation censée être désormais symétrique. Cette vision est celle du « parallélisme culturel »37, que semble adopter Bem à l’époque. C’est du moins ce qui ressort de la description de son implication dans la création du Département du livre russe, qu’il fait dans sa lettre à Sreznevskij du 18 avril 191838.

  • 39 L’on ne dispose pas de documents attestant son adhésion au mouvement SR. Néanmoins, ses amitiés, sa (...)
  • 40 Aleksandr Dmitriev, « Langue ukrainienne et projet de science nationale : les étapes d’une légitima (...)
  • 41 Il est vrai que l’Ukraine de l’époque est composée d’identités bien plus nombreuses à travers notam (...)

48Avec la direction de cet organisme, Bem ne vise rien moins que la création d’une Bibliothèque nationale russe, où il entend veiller au dépôt légal des livres russes, en instaurant des échanges obligatoires entre la Russie et l’Ukraine. À travers cette tentative, un espace est supposé se maintenir où les langues et littératures circuleraient sans s’exclure. La notion d’espace est primordiale pour ces savants russes installés en Ukraine, dont faisait partie Bem et sur lesquels Vernadskij avait une indéniable influence. Chantre de la « social-démocratie » dans les années 1910, Bem est certes proche des SR39, il n’en partage pas moins certaines positions des KD dont faisait partie Vladimir Vernadskij, notamment sur la question de l’identité ukrainienne. Ce dernier comprend l’identité ukrainienne au sens large, comme une « notion plutôt territoriale, à replacer dans un contexte socio-historique », assez éloignée de la vision « ethnocentrique culturelle et humaniste de Hruševs′kyj »40. Affirmer son appartenance à ce territoire en maintenant son identité duelle – en l’occurrence essentiellement russe et ukrainienne41 –, telle semble avoir été la volonté de Bem à travers notamment le livre, sa diffusion et sa conservation.

49Or le prolongement de liens solides entre l’Ukraine et la Russie au sein d’un espace continu, ne reviendrait-il pas à restaurer un modèle que rejettent les autonomistes ukrainiens, c’est-à-dire la réintégration de la science et des arts ukrainien dans le giron russe ?

  • 42 V. I. Vovina-Lebedva, A. V. Sirenov, Академик А. А. Шахматов : жизнь, творчество, научное наследени (...)

50Si tel était le cas, comment expliquer que les activités de Bem aient provoqué l’ire d’un autre de ses anciens professeurs – A. A. Šaxmatov (1864-1920) ? Comme le rappellent ses biographes, dans une lettre du 18 juin 1918, Šaxmatov s’est plaint auprès de son collègue V. I. Sreznevskij d’un « certain Al′fred Ljudvigovič [...] dont la lettre avait fortement ému l’académicien »42. Ce « certain Al′fred Ljudvigovič » n’est autre que Bem, entré au service du gouvernement ukrainien et objet du courroux de l’académicien.

  • 43 «Мне очень больно, что Алексей Александрович так сурово отнесся к моей работе здесь.» Lettre du 12 (...)
  • 44 Sa vision très russo-centrée ne l’a pas empêché de cultiver des relations relativement bonnes avec (...)

51Pour comprendre la réaction de Šaxmatov, son désaveu de Bem qui affecte profondément ce dernier (« peiné de voir Aleksej Aleksandrovič appréhender avec une telle sévérité [son] travail »43), il nous faut revenir sur l’histoire, déjà étoffée, des relations que l’académicien russe entretient avec l’Ukraine. Dès 1905, celui-ci présidait la commission des langues et, pour des raisons « pratiques ou morales », prônait la suppression des limitations pesant sur la publication de textes écrits en ukrainien; il arguait alors que le « peuple ukrainien [devait conserver] sa langue, ses coutumes, ses chansons, ses légendes dans une communauté fraternelle et main dans la main avec le grand peuple russe [...] mais ce faisant, [se souvenir] que son rôle historique se joue à l’intérieur des limites de la Russie [...] »44. Une évolution de l’Ukraine hors de ces limites était, en 1905 comme en 1917, inimaginable pour Šaxmatov : elle remettrait en question, à ses yeux, l’unité de la Russie.

52Lorsqu’au printemps 1918, Bem entend prendre la direction du Département du livre, il n’est donc guère surprenant qu’A. A. Šaxmatov s’émeuve de l’implication de son ancien élève dans les instances scientifiques de l’Hetmanat. Bem préfère deviner un malentendu, voire le piètre état des voies de communication, à l’origine de la colère de Šaxmatov :

  • 45 « Я больше чем уверен, что все произошло от того, что письмо мое Вам не дошло, так как в нем я подр (...)

Je suis plus que certain que tout cela est dû au fait que vous n’avez pas reçu ma dernière lettre, dans laquelle je vous expliquais plus précisément la situation ici.45

  • 46 . Lettres du 23 août 1917, 21 janvier 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 55, 60.
  • 47 Sur ce point, voir la lettre que Šaxmatov adresse à Sreznevskij, critiquant l’attitude de Bem (CGAL (...)

53L’incompréhension réciproque reflète la complexité des positions de chacun. Surtout, derrière la contingence des lettres perdues et de la dégradation des voies de communication, Bem explique sa décision par des raisons matérielles : il est dans le besoin, comme il le souligne, dans deux lettres à Sreznevskij – en juillet 1917 puis janvier 191846. À partir de l’hiver 1917-1918, il ne peut plus retourner à Petrograd, et donc ne perçoit plus son salaire, sans lequel sa famille ne peut vivre. Son entrée au service du nouvel État ukrainien lui permet de résoudre ce dilemme. Cependant, ses raisons ne semblent pas être comprises par Šaxmatov puisqu’un mois plus tard, contrairement aux attentes de Bem, l’académicien est toujours aussi consterné47.

Un engagement politique et scientifique

  • 48 «Украинизация принимает такие уродливые формы, что грешно оставаться пассивным. Кто его знает, как (...)

54Malgré les explications que Bem avance à Sreznevskij, il serait réducteur de considérer sa nouvelle mission comme purement alimentaire. Elle relève encore d’un engagement politique. Il se réjouit même d’avoir sa place dans les nouvelles instances ukrainiennes, dans la mesure où « l’ukrainisation prend des formes si monstrueuses, que rester passif serait un péché ». L’ukrainisation qu’il évoque dans ces lignes serait menée sous les « baïonnettes allemandes qui persécutent avec rage tout ce qui est lié à la culture russe ». « Je n’ai jamais été nationaliste », insiste-t-il, mais dans ces conditions Bem, d’origine allemande, n’en éprouve que plus vivement la « fierté de sa propre culture personnelle » – rodnaja kul′tura –, c’est-à-dire russe –, et ressent le « lien véritable » qui l’y rattache – podlinuju svjaz′ s neju). Ces quelques lignes font ressortir la mobilité des appartenances nationales – ou la force de l’auto-russification48.

  • 49 Sur sa participation au gouvernement et sa description de la situation pendant ces quelques mois, v (...)
  • 50 « Земля помещиков попадает теперь в немецкие руки и дешево », Vernadskij, Дневники 19171921, op. ci (...)

55On peut lire également dans ces lignes la perplexité, pour ne pas dire la défiance, que pouvaient éprouver ces hommes qui ont participé à l’organisation de l’État sous l’égide de Skoropadskij. Ce scepticisme se fait jour chez Zen′kovskij49, par exemple, ou encore Vernadskij qui, dans ses mémoires, déplore la politique agraire : « La terre des propriétaires tombe maintenant aux mains des Allemands, et pour une bouchée de pain »50.

  • 51 Bien que membre du parti KD, hostile à une autonomie de l’Ukraine, N. P. Vasylenko (1866-1935) n’ét (...)
  • 52 Sur la création de l’Académie des sciences et ses rapports avec Vasylenko et leurs marges de manœuv (...)

56Néanmoins, malgré les dissensions, c’est aussi au cours de cette période qu’ont été construits, consolidés des éléments essentiels à l’édification d’un État indépendant, l’armée et les affaires étrangères, notamment au contact des nouveaux alliés, mais aussi l’éducation et la culture. Ces dernières attiraient moins l’attention de Skoropads′kij, homme d’armes ; ce secteur s’est développé d’une façon relativement autonome – notons que, sous le gouvernement Fedor Lizogub (mai-juillet 1918)51, c’est N. P. Vasylenko qui est nommé ministre de l’éducation. C’est donc à lui que l’on doit l’ouverture de l’Académie des sciences ukrainienne, au début de l’été 1918, avec à sa tête Vernadskij. Le ministre propose au célèbre minéralogiste d’en prendre la direction et de mettre en place une commission, avant même d’en discuter avec Skoropads′kij52.

  • 53 Sur l’histoire de la fondation de l’Académie des sciences et les conflits qui l’ont accompagnée, vo (...)
  • 54 Sur ce point, voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Fayard, 2014.

57La fondation d’une telle institution scientifique était une question particulièrement sensible discutée, débattue, objet de maintes disputes depuis la fin du XIXe siècle53. Car cette création posait aussi la question de l’ukrainien comme langue scientifique, impliquant une autonomisation de la scène scientifique ukrainienne. D’où les réactions négatives d’une partie des académiciens de Petrograd qui bénéficiaient un certain d’« capital linguistique », lequel ne saurait se résumer à la prééminence d’une langue sur l’autre. Il s’agit plutôt des possibilités de passage de l’une à l’autre et des conditions politiques et sociales de ces échanges ou, en d’autres termes, du pouvoir symbolique de la langue54.

58Les savants étaient conscients que ces luttes pouvaient donner l’avantage à une langue sur l’autre, voire l’institution d’un nouveau rapport au monde. Vu les enjeux que soulevaient ces transformations, l’on comprend bien que cette perspective pouvait s’apparenter à une autre révolution.

59Les antagonismes qui se dessinent ici, nous permettent de mieux saisir le champ scientifique de l’époque. Celui-ci apparaît peu autonome : il est profondément contraint, traversé par des enjeux politiques qui nuisent à son autonomie. Il est en cours de (re)construction, après la révolution ; son évolution est également tributaire des combats qui n’ont pas encore cessé en Ukraine. Cependant, malgré la guerre civile, les savants qui l’animent œuvrent à sa recomposition, s’efforçant autant que possible de développer son autonomie. C’est dans ce contexte que Bem entreprend de protéger le plurilinguisme de cet espace (russo – ukrainien) – ou, tout au moins, son bilinguisme –, en créant le Département du livre russe – quitte à s’attirer les foudres d’anciens collègues russes, cette défense passant par le gouvernement ukrainien et l’instauration d’une symétrie dangereuse entre les langues.

  • 55 Ce ministère fut créé dès août 1917, alors que l’Ukraine était encore une république autonome, il é (...)
  • 56 Lettre du 18 avril 1918, Kiev, op. cit.

60Le Département du livre russe qu’était censé diriger Bem, n’était pas rattaché à l’Académie des sciences mais bien au ministère des Affaires grand-russes [Ministerstvo po velikorusskim delam]55, comme il le souligne lui-même dans sa lettre à V. I. Sreznevskij56. On voit donc ici que l’ancrage de Bem était resté tourné vers la Russie. En outre, en s’attachant à ce ministère à travers la direction du Département du livre russe, l’engagement de Bem est certes académique, il n’en est pas moins politique. Une fois encore, le livre s’insère dans la question des relations entre la Russie et l’Ukraine, qui est loin d’être réglée à l’hiver 1918, lorsque l’Hetmanat tombe.

61Al′fred Bem n’attend pas ce nouveau retournement pour rentrer en Russie. À la différence de ses anciens collègues, membres du gouvernement ukrainien, il retourne à Petrograd dès l’été 1918, lorsque le gouvernement de Lizogub démissionne, remplacé par celui de Dorošenko, la politique de l’Hetman change radicalement d’orientation et se tourne vers les indépendantistes. La création d’une bibliothèque russe en Ukraine n’est donc plus à l’ordre du jour. Mais si l’on se fonde sur la correspondance, il apparaît que la décision de Bem était prise dès juin, avant même ce tournant politique.

  • 57 «Мне радостно получить возможность работать над подготовлением издания Толстого, возможность редакт (...)

62Son expérience a donc été brève (trois mois), et n’a pas abouti aux échanges espérés. En outre, elle a surtout été d’ordre politique : alors que son départ pour Petrograd se profile en juin 1918, Bem l’évoque comme un retour à la vie scientifique et littéraire – notamment autour de l’édition des œuvres de Tolstoj –, d’autant plus espéré que le contexte ukrainien se fait hostile, empreint de « turpitudes politiques, de suspicions, d’accusations infondées [...]57».

  • 58 Le 24 août 1918, il lui écrit depuis « Petersbourg » (« Из Петербурга в Липецк », note-t-il à Srezn (...)
  • 59 Толстой, Памятники творчества и жизни, Petrograd : изд-во “Огни”, 1917-1923, trois tomes. Bem a col (...)
  • 60 Les écrits personnels (1862-1864) ont été couchés sur le papier par l’amante de Dostoevskij, laquel (...)
  • 61 « Во вторник, кажется, читаю доклад в Пушкинском обществе о Достоевском. Хотелось бы Вас видеть. Ма (...)

63De retour à Petrograd, pendant l’été 191858, Bem retrouve ses activités à la bibliothèque de l’Académie des sciences. Outre l’édition des œuvres de Tolstoj59, il travaille à d’autres manuscrits, comme en témoigne cet ultime épisode de ses recherches menées en Russie, lorsqu’il découvre, début 1919, le journal d’Apollinarija Suslova60. Le 21 mars 1919, il envoie à Aleksandr Fomin un message équivoque mais instructif si on le met en rapport avec ses centres d’intérêt de l’époque, et notamment sa découverte du journal de la compagne de Dostoevskij : Bem invite son collègue à venir l’écouter lors de la prochaine séance de la Société Puškin : « J’ai entre les mains un matériau très précieux, vous ne le regretterez pas »61. Malgré les espoirs qu’a engendrés cette découverte, Bem ne pourra l’exploiter comme il l’entendait. De retour en Ukraine l’été 1919, pour retrouver sa famille, il est une fois encore bloqué à Kiev, alors que l’Armée rouge s’approche et s’apprête à reprendre Kiev.

  • 62 « Альфред Бем был типичный русский интеллигент типа “вечного студента”. Однако, в отличе от чеховск (...)

Al′fred Bem était un intellectuel typique, une sorte d’« éternel étudiant ». Cependant, à la différence du héros tchékhovien, il avait une capacité de travail considérable et organisée. Nous étions tous persuadés qu’il deviendrait un grand savant.62

64La révolution qui, dans certains cas, s’est conclue par l’émigration, a eu raison des certitudes de ces jeunes intellectuels des années 1910. Point de renversement dans leurs trajectoires, 1917 peut être un prisme de lecture qui réunit les deux correspondances analysées ici. Les espoirs que 1917 a pu représenter pour le jeune philologue qu'était alors Al’fred Bem, y sont manifestes, tout autant que les obstacles et les limites qu'il a rapidement rencontrés. Comment a-t-il pu les contourner ? La mise en perspective de ces écrits permet de retracer la façon dont les cercles scientifiques ont tenté de se recomposer, de poursuivre leurs activités et de préserver leurs contacts, en Russie et au-delà. À cet égard, la correspondance est, pour Bem, un outil primordial, l’inscrivant dans un milieu précis. Elle est, par exemple, intimement liée à la vie des cercles littéraires auxquels il participe – pour l’organisation des rencontres, des publications ou la mémoire de ces rencontres.

65L’écriture épistolaire revêt également une fonction de conservation – dont Bem l’archiviste ne peut qu’être conscient. Par ce biais, on garde la trace des informations qu’il échange avec ses contemporains. Le lecteur d’aujourd’hui, en combinant ces écrits peut en dégager un récit épistolaire. Celui-ci est certes parcellaire, c’est bien le propre de l’épistolarité d’être une écriture en suspens, en réponse ou dans l’attente d’une répartie. Cependant, ces fragments reliés finissent par dessiner une trame. Le canevas tissé, à partir des lettres de 1917, montre que la trajectoire d’A. L. Bem ne peut être comprise uniquement à la lumière de son adhésion ou de son rejet de la révolution et du système qui suivra. D’autres facteurs sont intervenus, les conditions matérielles, les possibilités professionnelles et scientifiques se sont conjuguées au contexte politique et ont pesé sur ses choix. Sa correspondance met en lumière la complexité de cet arrière-plan qui a été fondamental.

Haut de page

Annexe

  

Un aperçu des trajectoires des correspondants

A. L. BEM est né le 6 mai (23 avril) 1886 à Kiev, dans une famille allemande d’Ukraine installée dans la capitale. Il commence ses études à Kiev, mais est rapidement exclu de l’Université kiévienne Saint-Vladimir pour avoir participé aux manifestations réclamant une libéralisation de l’utilisation écrite de l’ukrainien. L’année suivante, en 1909, Bem est admis à l’Université de SaintPétersbourg, où il suit notamment les cours d’Aleksandr Šaxmatov et Vsevolod Sreznevskij, ainsi que le séminaire de Semen Vengerov. Il est exclu de l’université en 1911, dans le sillage des mouvements estudiantins qui ont éclaté à la mort de Tolstoj. Expulsé de la capitale russe, il séjourne à Moscou mais surtout en Ukraine, où il est incarcéré quelques mois plus tard, entre le 6 juin et le 14 septembre 1912, pour avoir eu en sa possession des livres interdits, et – c’est du moins ce que son entourage pense – en raison de ses relations avec Jurij Pjatakov63. Une fois libéré, il doit néanmoins rester en Ukraine où il est assigné à résidence pendant quelques mois. Il finit par s’établir à Saint-Pétersbourg, en 1913, où il s’occupe du fonds des manuscrits sous la direction de V. I. Sreznevskij. Il publie alors dans les périodiques Puškinist et Puškin i ego sovremenniki. Étant donné ses origines allemandes, pendant la Première Guerre mondiale, Al′fred Bem n’est pas envoyé au front bien qu’il ait déjà adopté la nationalité russe. Sa fille, Irina, naît en 1916. Dès lors, il vit entre Kiev et Petrograd, hésitant à faire venir sa famille en Russie, en raison des difficultés d’approvisionnement. 1917 n’arrête pas les allers retours qui, au contraire, se multiplient. Cependant, rapidement, avec la guerre, la dégradation des liaisons entre les deux capitales l’oblige à allonger ses séjours à Kiev où il s’investit dans la vie scientifique et intellectuelle, voire politique. Pendant la période d’indépendance d’une partie de l’Ukraine (1917-1919), Bem est coupé de Petrograd mais, dès l’été 1918, il regagne la ville russe où il est nommé, le 26 juillet 1919, conservateur du fonds des manuscrits de l’Académie des sciences. Pourtant, peut-être pour des raisons familiales, fidèle à ses déplacements pendulaires annuels, il regagne l’Ukraine pour retrouver sa famille, ou pour préparer son exil. Quoi qu’il en soit, bloqué à Kiev encerclé par les troupes de l’Armée rouge, il quitte la capitale ukrainienne fin novembre 1929. Il retrouve Zen'kovskij et Odinec à Odessa, et les trois hommes embarquent ensemble le 9 janvier 1920 pour les côtes roumaines. Après avoir traversé la Roumanie à pied, il gagne Belgrade au printemps 1920. Puis, toujours en leur compagnie, en automne 1920, il s’installe à Varsovie, où ils participent ensemble à la rédaction du journal Za Svobodu, dirigé par Boris Savinkov. Le journal est clairement engagé, dans sa lutte contre le pouvoir soviétique et son soutien à Piłsudsky, de sorte que les années varsoviennes (1920-1922) se distinguent par la politisation des activités de Bem. Cependant, il ne se détourne pas totalement de la littérature, puisque qu’il fonde un cercle poétique (la Taverne des poètes [Taverna poetov]) et reprend la plume. Cette période est toutefois de courte durée, suivie des années pragoises au cours desquelles Bem revient à ses activités scientifiques.

En janvier 1922, A. L. Bem s’installe à Prague grâce à la politique d’accueil tchécoslovaque, où sa famille, qui a obtenu l’autorisation de quitter le territoire soviétique, le rejoint un an plus tard. Il travaille comme lecteur de russe à l’Université Charles, continue ses travaux bibliographiques, publie des ouvrages consacrés la littérature russe – notamment à Dostoevskij, mais aussi à la littérature russe contemporaine, en URSS ou en émigration. Il crée un cercle de poésie [Skit poetov] pour encourager l’écriture de la jeune génération en exil, participe au cercle linguistique de Prague. L’exil semble avoir été précédé d’une période d’hésitation et d’attente entre la Russie et l’Ukraine.

Dans les années 1910, Arkadij Iskoz (1880-1968) ne porte pas encore le pseudonyme de Dolinin, qu’il adoptera en 1918. Comme A. L. Bem, Arkadij Iskoz est originaire des confins de la Russie impériale. Alors que Bem est issu d’un milieu allemand d’artisans, son ami est né dans une famille juive de la zone de résidence. Pour échapper aux quotas imposés aux Juifs, il commence ses études à Vienne, puis les termine à Saint-Pétersbourg au début des années 1910, aux côtés d’Al′fred Bem, en fréquentant lui aussi le séminaire Puškin de Vengerov. Il est exclu de l’université et interdit de séjour dans la capitale russe, en même temps que son ami. Cet élément commun de leur biographie sera d’ailleurs un élément déclencheur de leur correspondance; laquelle s’appuie sur l’éloignement des deux hommes – équivoque épistolaire oblige. Néanmoins, avec leur interdiction de séjour dans la capitale russe, les chemins commencent à s’écarter : au lieu de se retirer en Ukraine, Arkadij Iskoz s’installe à Moscou, où il collabore à la rédaction de Russkaja Mysl′, ainsi qu’aux Zavety, auprès d’Ivanov-Razumnik. Rapidement, il en dirige la rubrique littéraire. Ses qualités d’écriture, lui permettent de vivre de sa plume, très tôt et plus facilement que Bem, comme ce dernier le note dans sa lettre du 1er août 1911, lorsqu’il renonce à vivre à Moscou64. Dans les années 1910, Arkadij Iskoz fait une grande place au psychologisme dans ses analyses, il modifie sa grille de lecture après la révolution et se spécialise dans l’étude de Dostoevskij, publiant plusieurs volumes de Sources et articles. Ses analyses lui vaudront, tout au long de sa carrière, une indéniable reconnaissance mais aussi de nombreuses attaques.

Vsevolod SREZNEVSKIJ (1867-1936) a prolongé les travaux de son père (Izmail Sreznevskij, slaviste, 1812-1880) en classant et veillant à la conservation de ceux-ci, mais encore et surtout à travers ses propres productions, l’enseignement qu’il a prodigué à l’université de Saint-Pétersbourg – il a notamment formé Bem à l’étude des sources, de la paléographie et aux recherches bibliographiques. Son investissement au sein de la bibliothèque de l’Académie des sciences représente un pan notable de ses activités. D’une grande rigueur scientifique, Vsevolod Sreznevskij a œuvré au développement du fonds de manuscrits de la bibliothèque de l’Académie des sciences, en tentant d’y intégrer notamment les archives de Tolstoj qui ont fini par lui échapper65. Notons encore que le paléographe qu’il fut s’occupait d’archives contemporaines qui eurent une portée politique (les manuscrits de Tolstoj, les archives des services de la police impériale jusqu’en 1905, la bibliothèque que lui a léguée Bonč-Bruevič, bien avant la révolution de 1917). L’un des objectifs de Sreznevskij était d’ailleurs de conserver des documents supposés refléter la variété et la richesse des différents mouvements politiques qui ont traversé la société russe. Même s’il appartient à une autre génération, Bem trouve auprès de son professeur une réelle compréhension, voire complicité, tant au sujet de ses travaux littéraires et scientifiques que de son engagement politique.

Lettres du 18 février et du 9 mars 1917

18 février 1917

Lettre du 18 février 1917 (1)

Lettre du 18 février 1917 (1)

Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 52-53 [recto verso].

Lettre du 18 février 1917 (2)

Lettre du 18 février 1917 (2)

Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 52-53 [recto verso].

Lettre du 18 février 1917 (3)

Lettre du 18 février 1917 (3)

Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 52-53 [recto verso].

Столько тебе надо, Аркадий, написать, что и не знаю с чего мне начинать. Думаешь, начну с оправданий, что так долго написал? напрасно, т[ак] что оправданий у меня нет никаких, как их не было у тебя, когда не обменялся ни одним письмом с Зигмунтом. А вот о Зигмунте напишу. Что он был здесь – знаешь. Оставил он вo мне очень доброе, [...] приятное впечатление. Все такой же, но прибавилась и новая черта, большей обязательности, смелости в разговоре с другими и умение вмешаться в общее дело. Очень он ласковой и чувствительный какой-то. Из разговоров с ним, значительных сообщений не было (ведь надо было всюду побывать, т[ак] к[ак] никому не удалось как следует с ним ставить), отдельные мелочи – знаменательные.

Одно особенно оставило – проявление какой-то коллективной, если хочешь собрать религиозность. Говорит, как скажут вокруг, «Господи помилуй» и перекрестится, т[а]к и ему легче станется. И это не так просто брошенное слово, а видно за этим у него перестал физически, видно он очень открыт; выпрямился, настолько огрубел.

Вчера приехал Ипполит. Страшно сказать, а появился у меня чувство стеснительности с ним; видно, надо поговорить, но не знаю – надо-ли? Если не выйдет, будет хуже. Вчера были у нас [...]. Он много и, как всегда, хорошо рассказывал о своих впечатлениях [...] до неприличия. Тяжело очень. Он не сознает свое положение, думает, что легко поправится. А дело почти наверно, безнадежное. Собирается его привести в Питер и попробовать здесь операцию сделать. Операция такая очень опасная. Иногда думаешь лучше бы смерть, чем так, а потом, к себе прикладываю, я бы хотел жить и слепым. Если бы только материальную сторону удалось уладить. Говорит, он представлен в прапорщики – если так, что определенный минимум ему обеспечен. Сейчас он уже выходит, был с Ипполитом у Омеляненок. Тяжело очень. В связи со статьей много снова поднялось в душе; ну, об этом будущий раз. Дома у нас все хорошо. Ирина растет и умнеет. На этой неделе прихворнула, даже основательно день на два. Наше спасение – Вера Ив. До чего спокойно, когда знаешь, что всегда можешь сбегать на Пушкарскую и спросить к[а]к быть. Меня особенно успокаивает ее манера говорить о медицине – точно не она думает а вспоминает, а <> хорошо, она у тебя.

Понедельники процветают, значительно лучше идет дело, чем в прошлом году. Да, затем – тебя очень просим передать общий привет. Свое сообщение о мотиве, сюжете, содержании я читал в Пушкинском кружке в Университете. Было очень оживленно; напали на меня с разных сторон. Был Сакулин, Колдовская, Бродский (москвич). Возражали гл[авным] обр[азом] Энгельгардт и Жирмунский. Думаю и ты был бы на их стороне. Основной упрек – нельзя определить отдельные понятия – термин, без предварительного отношения на нем. Неужели это не литература? Старый упрек в формализме мышления. Во многом я думаю былa [непонятность]. ну это тоже моя вина. Но вообще спорнее успешно пришло, м.б. доклад напечатаю; Венгеров советует.

О тебе все знаю о огорчаюсь. Целую тебя.

9 mars 2017

Lettre du 9 mars 2017 (1)

Lettre du 9 mars 2017 (1)

Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 54-55 [recto verso].

Lettre du 9 mars 2017 (2)

Lettre du 9 mars 2017 (2)

Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 54-55 [recto verso].

Lettre du 9 mars 2017 (3)

Lettre du 9 mars 2017 (3)

Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 54-55 [recto verso].

Твое тревожное, полное сомнений, местами почти жутко отдаляющее письмо, бедный мой Аркадий ; пришло тогда, когда здесь у нас было радостно, бодро о уверенно. Правда были у нас трудные дни, когда не было веры в успех, когда, казалось все кончится массовым расстрелом ; было жутко, когда уже город был в руках [восставших], когда ураганом сильно [...] – но сами мы, еще только почувствовав победу, готовы были ее потерять. Недоверие друг к другу, слепое доктринёрство, узость и местами просто злостный умысел – грозили настраивать победителей друг [против] друга. Я помню, был в этот день в городе, это было 1ое марта. Когда я услыхал, что делается, к[а]к размельчатся сильные страсти, как натравливает солдат на офицерство, как берут под сомнение четкость людей, ставших у власти, только потому что они представители [уместных] взглядов – я совсем упал духом. Пробовал говорить, говорил много [до дремоты] говорил д.б. для многих убедительно, п.ч. встречал сочувствие, но все же пришел домой почти с чувством безнадежности на душе. [Потом наступило прояснение. Решение Керенского, резолюция трудовиков, перемена, некоторая, правда, в тактике сов(етов) р(абочикх) о с(олдатскикх) д(епутатов) – внесло успокоение. Правда и сейчас не улеглась тревога, и сейчас много делается такого, от чего временами кулаки сжимаются от злости, но есть просвет – тот рост сознательности и понимания, к(о)т(орые) обнаруживает масса в целом]. Жизненные трудности (очень тяжело с продовольствием), но есть вера в будущее и общий порыв к предстоящей радости. Надо верить, что мы выйдем победительными.

Вот для твоего пессимизма. Город был целую неделю без всякого надзора; не было сил, к(о)т(орые) могли бы противостоять грабежу, насилию, погрому – да чему угодно, все же эти явления единичны. Порядок держался “самовольно”, к(а)к выразился наш дворник. Даже случаи самосуда были сравнительно редки; удавалось уводить от разъяренной толпы арестованных полицейских, если они только не очень себя вызывающе вели. Если все действие попадет хорошо, то встреча наша будет радостна. Все так прикладываю к своим близким знакомым – для скольких, помимо общей радости, еще своя, личная радость: брат (ему [сложно] оставаться в России), Юрий, для Берты, тебя, [будь] столько новых возможностей.

Меня вчера оторвали, дописываю утром, 10ого. Иринка сидит рядом и пищит. Дома у нас все хорошо и детик здоровенький, веселенький и нам большая радость. [...] У нас все еще собачий холод. Тоня чувствует себя хуже. И усталости, и трудности в хозяйстве, а главное, очень по-моему остается одна в доме. Я втянулся в обывательские организации, вышел в комитет нашего района ; поэтому по вечерам заседания, днем в Академии.

Ирой решительно не даст писать. Но будь здоров, физически особенно (душевно справишься) и вглядывайся не только в темное.

Целую крепко, твой Альфред.

Вера Ив. к[a]к-то выросла за это время, знает твердо что-то свое и идет к этому своему уверению. Очень она у тебя хороший [...] Должно бы стоить.

Haut de page

Notes

1 Arkadij Iskoz est plus connu sous le nom de Dolinin qu’il a pris en 1918. Dans la mesure où nous traitons des années précédentes, nous avons choisi d’utiliser le premier nom.

2 Les lettres que Bem a envoyées à Arkadij Iskoz ont été conservées dans le département des manuscrits (Nacional′naja rossijskaja biblioteka, département des manuscrits, Fonds 130 : Archives Dolinin ; ci-dessous : NRB, f. 1304) Des passages de cette correspondance ont été publiés par A. N. Gorjainov, « Некоторые новые матерялы об А. Л. Беме », in col., Русская, украинская и белорусская эмиграция в Чехословакии, между двумя войнами, Praha, Narodní knihovna CR, 1995, p. 344-352. Les lettres adressées à Sreznevskij ont été publiées en 2005, Alfred Ljudvigovič Bem, Vsevolod Izmailovič Sreznevskij, Perepiska, 1911-1936, Miluša Bubeniková, Andrej Gorjainov (eds.), Brno, MU, 2005. Pour des précisions sur ces différents correspondants, cf. les notices en annexe.

3 Manon Brunet, « La réalité de la fausse lettre: observations pour une épistémologie appliquée de l’épistolarité », Tangence, no 5, 1994, p. 26-49, p. 48.

4 Vasilij Zen′kovskij (1881-1962), théologien, philosophe et journaliste. Il était professeur à l’Université de Kiev, lorsqu’il a été sollicité pour devenir ministre des cultes dans le gouvernement de Skoropadskij. Ses mémoires ont été publiés sous le titres de Пять месяцев у власти (15 мая-19 октября 1918 г.), M., Krutickoe patriaršee podvor′e, 1995. Ses souvenirs sur les personnalités remarquables qu’il a connues en Russie et en exil, peuvent également être lus comme des témoignages sur son époque et ses contemporains, « Мои встречи с выдающимися людьми », Записки русской академической группы, vol. 26, 1995, p. 3-61, p. 10-11. Ils retracent les mois passés au service du premier gouvernement de Lizogub. Vladimir Vernadskij (1863-1945), minéralogiste et chimiste, est le fondateur de la biosphère. Académicien, il est à l’origine de la création de l’Académie des sciences d’Ukraine, en 1918. Ses mémoires Дневники 1917-1921 : октябрь 1917-январь 1920, Kiev, Naukova dumka, 1994, écrits au jour le jour, relatent les mois de la Révolution en Russie, puis de 1917 à 1919, sa vie en Ukraine – ses relations avec le gouvernement de Skoropadskij, la création de l’Académie des sciences, ses liens avec les autres savants et penseurs de son époque, son exode qui ne l’a pas mené à l’étranger mais en Crimée avant qu’il ne regagne la Russie.

5 La Journée des femmes qui allait déclencher la révolution de Février aurait lieu cinq jours plus tard.

6 Zinaïda Hippius, Journal sous la Terreur, Paris, Éditions du Rocher, coll. Anatolia, p. 122. 


7 Sigizmund Natanovič Valk (1887-1975) est un personnage récurrent dans la correspondance entre 


Bem et Iskoz. Son parcours est assez similaire à celui de ces derniers, où pointe l’attraction de la capitale pour ces jeunes hommes de nationalités variées, mais périphériques. Né en Lituanie, il a fait ses études au lycée de Łódź (1898-1906) d’où il est exclu en raison de ses «sympathies pour les socialistes polonais». Il peut ensuite s’inscrire à l’Université de Saint-Pétersbourg, mais en est exclu, comme ses amis en 1911, pour avoir participé à des manifestations estudiantines. Il termine ses études à la faculté de philologie de l’Université de Saint-Pétersbourg en 1913. Historien et archéologue, il commence à enseigner à l’Institut d’archéologie, en 1921, puis dans le département d’archéologie de l’Université de Leningrad, Bibliothèque nationale russe (NRB, fonds des manuscrits), f. 316: Valk; Grin C. I., «Валк Сигизмунд Натанович», in Сотрудники национальной библиотеки-деятeли науки и культуры, SPb., izd.-vo Ross. Nac. B-ki, 1999.

8 Fondé en 1915 sous le nom de Пушкинское историко-литературное общество, ce cercle était « intimement lié » au séminaire de Vengerov dans un premier temps, et lui a définitivement succédé à partir de l’automne 1915. Ses instigateurs étaient d’anciens membres du séminaire dont ils ont voulu prolonger les travaux, parmi lesquels on recense entre autres S. M. Bondi, Ju. G. Oksman, M. O. Lopatto, A. A. Tamanšev... Semen Vengerov se félicite de cette création qu’il a encouragée et note que l’audience dont a bénéficié ce nouveau cercle créé par ses disciples a été telle que, dès 1918, il a « perdu son caractère spécifiquement étudiant, se transformant en une société scientifique dont les membres peuvent être des chercheurs dans le domaine de l’histoire et de la littérature», Vengerov, «Предисловие», Пушкинист, vyp. 3, 1918, p. VII. Sur le séminaire de Vengerov, voir Catherine Depretto, le Formalisme en Russie, Paris, IES, 2009, p. 68-76. Sur l’histoire des cercles littéraires voir également Manfred Šruba, Литературные объединения Москвы и Петербурга 1890-1917 годов, Moskva, NLO, 2004, p. 67.

9 Pour la lettre complète, voir en annexe (Lettre du 17 février 1917, NRB, f. 1304, l. 52-53, NRB, citée partiellement par Garjainov, op. cit.).

10 Dans les années 1930 lorsque ses anciens condisciples, ou plus largement les savants de sa génération, sont accusés de formalisme, le terme est devenu une « une injure politique » (Depretto, op. cit., p. 14).

11 Известия отделения русского языка и словесности Российской Академии Наук, vol. 23, no 1.

12 Пушкинист, 1918, no 3, p. 5-10.

13 Lettre de Bem à Iskoz (NRB, f. 1304, l. 54).

14 Но сами мы, ещё только почувствовав победу, готовы были ее потерять (Ibid.).

15 Orlando Figes, la Révolution russe, Paris, Denoël, 2007, p. 567.


16 Hippius, op. cit., p. 145.


17 Sur l’interférence entre l’individuel et le social dans les pratiques épistolaires, voir Anne-Marie Grassi, Lire l’Épistolaire, Paris, Armand Colin, 2005.


18 « De façon générale, Iv. Razumnik n’a qu’horreur et dégoût pour le soviet. Pour lui, ce n’est même pas la Commune mais plutôt une “révolte à la Pougatchev” » (Hippius, op. cit., p. 149).

19 Lettre du 9 mars, NRB, f. 1304, l. 55. Le frère d’A. L. Bem, Otto, était interdit de séjour en Russie, assigné à résidence en Ukraine, non seulement en raison de ses origines allemandes mais aussi de son engagement politique, Jurij est vraisemblablement Jurij Pjatakov, alors en exil, quant à Berta, il s’agit de la sœur d’Arkadij Iskoz, elle aussi née dans la zone de résidence. Les trois étaient absents de Saint-Pétersbourg, interdits de séjour dans la capitale. La Révolution était pour eux un gage de liberté, censée répondre à leurs idéaux et leur apporter une liberté qu’ils n’avaient jamais eue ou qu’ils avaient perdue.

20 Ibid., NRB, f. 1304, l. 55 ob.

21 Vincent Kaufmann, l’Équivoque épistolaire, Paris, Les Éditions de Minuit, 1990.

22 En 1912, deux étudiants russes ont une conversation animée au sujet d’une possible guerre entre la Russie et l’Allemagne : Al′fred Bem et Nikolaj Anciferov. Le premier ne peut imaginer une telle éventualité : «[...] если Вильгельм вздумает напасть на нас или на французов, рабочие сейчас же положат конец войне. Вы не учитываете силы германской социал-демократии»; le second doute profondément d’une telle force, rétorquant à son interlocuteur : « [...] Если будет война, то германские социал-демократы пойдут вместе с кайзером ». Бем изменяется в лице. Он сказал мне глухим голосом “мы с вами не можем договориться. Кончим спор” » [« Si la guerre éclate, alors les sociaux-démocrates allemands se rallieront au Kaizer ». Le visage de Bem se transforma. Il me dit d’une voix sourde : « Nous ne pouvons nous entendre. Cessons ce débat »], N. P. Anciferov, Из дум о былом, Moskva, Feniks, 1992, p. 188. Cette discussion, si elle illustre l’écart entre les deux visions politiques défendues par deux jeunes hommes dans les années 1910, ou l’acuité de telles questions à leur époque, a surtout l’intérêt de montrer la force de la foi de Bem dans la social-démocratie allemande d’alors, sur laquelle reposait sa conception du monde et de son avenir. Ajoutons encore que cette dispute avait pour origine la question de la défense des peuples slaves des Balkans. Anciferov, persuadé qu’une guerre serait inexorable pour les libérer, s’étonnait du manque de solidarité de la part de Bem à l’égard de ces « frères slaves » ; ce dernier plaidant en effet pour une solidarité « de classe », fidèle aux idéaux de la social-démocratie, marxiste à l’époque. Sa désillusion, dès l'été 1917, a fini par l'éloigner de ces premiers idéaux politiques. Par la suite, on ne trouve plus, sous sa plume, de référence enthousiaste à la social-démocratie allemande. Pour son évolution politique, voir Miluša Bubenikova, « Альфред Бем – сторонник активизма », in : M. A. Vasil′eva (ed.), А. Л. Бем и гуманитарные проекты русского зарубежья, p. 244-269.

23 Lettre du 23 juillet 1917, gare d’Irpin, chemin de fer, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 55-56.

24 En 1917, le gouvernement provisoire avait attribué ces archives à la bibliothèque de l’Académie des sciences. Sreznevskij devait diriger leur intégration. Qu’il se voie attribuer une telle mission, visant à enrichir le fonds des archives dont il est responsable est un indéniable signe de reconnaissance à son égard. Cependant, comme nous le verrons plus bas, cette reconnaissance fut éphémère.

25 Lettre de Bem à Sreznevskij du 23 juillet 1917, gare d’Irpin, chemin de fer, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 55-56.

26 Sur la « science des nationalités », voir Juliette Cadiot, le Laboratoire impérial. Russie-URSS 18601940, Paris, CNRS Éditions, 2007 ; et plus précisément le chapitre qu’elle consacre à la question « La science des nationalités [1905-1917] », p. 91-113.

27 « Знаешь ли, Аркадий, как у Христа за пазухой ? Хорошо ну тaк мне сейчас еще лучше. Правда только с вешней стороны: большой парк, под носом пруд, под боком мамаша, ем сладко, сплю мягко, чего еще больше. Но снова закурил, а ты знаешь, что это признак же из важных. Не подумай по началу письма, что разтягиваю пуговицы, по общей формуле могу тебе дать представление о моем самочувствии : беда видишь ли вся в том, что в Киеве и киевской атмосфере психология часто берет вверх над логикой. », Lettre du 13 mai 1913, NRB, f. 1304, l. 29.

28 . Sur ce point, et plus précisément sur la façon dont les enjeux nationaux, politiques et littéraires se sont entrecroisés, voir George S. N. Luckyj, Literary politics in the Soviet Ukraine, 1917-1934, Durham, Duke University Press, 1990.

29 Leur rapprochement explique aussi que la révolution d’Octobre n’est pas évoquée cette correspondance.

30 Lettre du 24 décembre 1917, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 56-57.


31 Lettres des 25 et 29 janvier, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 56-57.


32 Lettre de Bem à Sreznevskij du 18 avril 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 61.

33 Sonia Combe, D’Est en Ouest, retour à l’archive, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

34 Lettres à Sreznevskij, du 24 et 28 août 1918 (Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 67-72).

35 Sergej Fedorovič Platonov (1860-1933) : un des grands historiens de l’Ancien régime, à la tête de nombreuses institutions, y compris après la Révolution. Après avoir dirigé le Musée Puškin, il est devenu le directeur, en 1925, de la Bibliothèque de l’Académie des sciences, il a alors écarté Sreznevskij de la direction du Musée Tolstoj, qui s’est retrouvé relégué et progressivement ostracisé. Sreznevskij en a nourri une profonde antipathie à l’égard de Platonov dont il a critiqué, dans des lettres à Bem notamment, le comportement (jugé comme proche du pouvoir et opportuniste par l’épistolier) et les méthodes (lettres du 26 août et du 10 septembre 1927, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 107-111). Platonov sera une des victimes principales de « l’Affaire des académiciens » (également dite l’Affaire Platonov-Tarle), un des grands procès truqués de la période du « Grand tournant ». Arrêté en 1930, il est exilé à Samara où il meurt en 1933. L’inimitié notoire entre Platonov et Sreznevskij a-telle sauvé ce dernier, ou est-ce le fait d’une intervention de son vieil ami et soutien, V. D. Bonč-Bruevič, en sa faveur ? Sur cette question, voir l’introduction à la correspondance entre Sreznevskij et Bem, M. Bubenikova et A. N. Gorjainov, « О невосполнимых потерях : Альфред Людвигович Бем и Всеволод Срезневский », in Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 7-40).

36 Conservé à Prague (Literání archiv památníku národního písemnictví, Fonds Bem, Karton 1 : Doklady vlastní [documents personnels]).

37 Une partie des membres du premier gouvernement de l’hetmanat (gouvernement dirigé par Lizogub) se firent les artisans de ce « parallélisme culturel » ; ils étaient aussi liés à la nouvelle Académie des sciences ukrainienne dans le sillage de son directeur Vernadskij. Il s’agissait pour l’essentiel de Russes d’Ukraine, ayant effectué une partie de leur carrière politique ou scientifique en Russie. À travers l’idée d’un « parallélisme culturel », ils reconnaissaient la nécessité de développer l’ukrainien en tant que langue scientifique et littéraire et plus largement d’encourager le développement et l’autonomie de l’Ukraine, car c’était «par l’Ukraine que devait être sauvée la Russie ». Leur vision était néanmoins éloignée de celle de Denikin ou de Miljukov qui voyaient dans l’Ukraine un simple terrain pour servir de base arrière. Quoi qu’il en soit, le concept de deux cultures parallèles, ni tout à fait intégrées ni tout à fait autonomes, ne pouvait satisfaire les défenseurs d’une véritable indépendance, pas plus que leurs opposants.

38 Lettre du 18 avril 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 61.

39 L’on ne dispose pas de documents attestant son adhésion au mouvement SR. Néanmoins, ses amitiés, sa trajectoire et le premier cercle auquel il appartiendra en émigration à Varsovie, aux côtés de B. Savinkov et D. M. Odinec (sur ce point, voir plus bas, la partie consacrée à l’exil) le situent sur la partie de l’échiquier politique russe allant des SR aux KD de gauche. Sur l’évolution de la position politique de Bem, avant la Révolution et pendant les années qui ont suivi, voir Miluša Bubenikova, « Альфред Бем – сторонник активизма », in : M. A. Vasil′eva (ed.), А. Л. Бем и гуманитарные проекты русского зарубежья, M., Russkij put′, 2008, p. 244-269.

40 Aleksandr Dmitriev, « Langue ukrainienne et projet de science nationale : les étapes d’une légitimation académique (fin des années 1880, début des années 1920 », in : Juliette Cadiot, Dominique Arel, Larissa Zakharova (eds.), Cacophonies d’empire : le gouvernement des langues dans l’Empire russe et l’Union soviétique, CNRS Éditions, Paris, 2010, p. 85-108, p. 105.

41 Il est vrai que l’Ukraine de l’époque est composée d’identités bien plus nombreuses à travers notamment les communautés juives, ou encore la présence polonaise. Il en est néanmoins très peu question dans les écrits que nous citons ici, c’est pourquoi nous parlons ici de dualité. Notons toutefois l’exception que représente le journal de Vernadskij qui a, au sujet des juifs d’Ukraine, de nombreuses réflexions, parfois paradoxales.

42 V. I. Vovina-Lebedva, A. V. Sirenov, Академик А. А. Шахматов : жизнь, творчество, научное наследение (к 150-летию со дня рождения), SPb, RAN, Nestor-Istorija, 2015, p. 22.

43 «Мне очень больно, что Алексей Александрович так сурово отнесся к моей работе здесь.» Lettre du 12 juin 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 63.

44 Sa vision très russo-centrée ne l’a pas empêché de cultiver des relations relativement bonnes avec Hruševs′kyj jusqu’à l’indépendance de l’Ukraine, du moins jusqu’en 1917.

45 « Я больше чем уверен, что все произошло от того, что письмо мое Вам не дошло, так как в нем я подробно писал о здейшней обстановке.» Lettre du 12 juin 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 63.

46 . Lettres du 23 août 1917, 21 janvier 1918, Kiev, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 55, 60.

47 Sur ce point, voir la lettre que Šaxmatov adresse à Sreznevskij, critiquant l’attitude de Bem (CGALI, F 436, op. 1, ed xr 3038 l. 84, cité par Vovina-Lebedva, Sirenov [op. cit., p. 22]).

48 «Украинизация принимает такие уродливые формы, что грешно оставаться пассивным. Кто его знает, как повернется все в будущем, но сейчас под защитой немецких штыков ведется бешеная травля всего связанного с русской культурой. Я никогда не был националистом, да и сейчас во мне нет этого, но проснулось чувство гордости за свою родную культуру, почувствую подлинную связь с нею. » Lettre du 18/5.IV.1918, Kiev (Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 61). Sur l’autorussification – ou la façon dont certains représentants des minorités se sont assimilés – et son évolution, voir : Aleksej Miller, Империя Романовых и национализм : эссе по методологии исторического исследования, Moskva, NLO, 2006.

49 Sur sa participation au gouvernement et sa description de la situation pendant ces quelques mois, voir Zenʹkovskij, Пять месяцев у власти, op. cit.

50 « Земля помещиков попадает теперь в немецкие руки и дешево », Vernadskij, Дневники 19171921, op. cit., p. 61).

51 Bien que membre du parti KD, hostile à une autonomie de l’Ukraine, N. P. Vasylenko (1866-1935) n’était pas sourd aux arguments des autonomistes. Il fut d’ailleurs membre de la société scientifique Ševčenko dès 1911, et en 1917, à la demande de Hruševs′kyj, il devient vice-président de la Rada. Ce n’est pas qu’un historien reconnu. Vasylenko est en quelque sorte, le KD le plus proche des autonomistes (témoin de sa fiabilité : il était à la tête du conseil des ministres entre avril et mai 1918, avant d’être remplacé par Lizogub, et de prendre le portefeuille de l’enseignement). C’est bien parce qu’il conjuguait de tels antagonismes qu’il a été chargé des questions culturelles et d’éducation.

52 Sur la création de l’Académie des sciences et ses rapports avec Vasylenko et leurs marges de manœuvre, voir Vernadskij, op. cit.

53 Sur l’histoire de la fondation de l’Académie des sciences et les conflits qui l’ont accompagnée, voir Aleksandr Dmitriev, op. cit.

54 Sur ce point, voir Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Fayard, 2014.

55 Ce ministère fut créé dès août 1917, alors que l’Ukraine était encore une république autonome, il était alors dirigé par Dmitrij Odinec, historien et membre du gouvernement provisoire dont il était l’émissaire en Ukraine.

56 Lettre du 18 avril 1918, Kiev, op. cit.

57 «Мне радостно получить возможность работать над подготовлением издания Толстого, возможность редактировать и поработать над разночтениями. Особенно сейчас я мечтаю об этом, т[ак] к[ак] в здешней обстановке полной политической мерзости, всяческих заподoзрeваний, нелепых обвинений, я особенно тоскую по академической работе », Kiev, lettre du 12 juin 1918, op. cit., p. 65.

58 Le 24 août 1918, il lui écrit depuis « Petersbourg » (« Из Петербурга в Липецк », note-t-il à Sreznevskij qui est parti passer la fin de l’été dans le sud de la Russie), comme s’il voulait affirmer l’immuabilité du monde académique qu’il vient de retrouver. Outre les travaux qu’il a l’intention de reprendre, une autre raison de son retour est de remplacer Sreznevskij et un certain Fedor Ivanovič afin qu’ils « puisse[nt] profiter un peu de l’été », Kiev, lettre du 12 juin 1918, Bem & Sreznevskij, op. cit., p. 66.

59 Толстой, Памятники творчества и жизни, Petrograd : изд-во “Огни”, 1917-1923, trois tomes. Bem a collaboré avec Sreznevskij à l’édition des deux premiers tomes (1917 et 1920). Pour ce qui est de la bibliographie des œuvres de Tolstoj, elle sera publiée après son départ en exil (Библиографический указатель творений Л. Н. Толстого, с дополнениями В. И. Срезневского, Leningrad, 1926).

60 Les écrits personnels (1862-1864) ont été couchés sur le papier par l’amante de Dostoevskij, laquelle inspirerait le personnage de Pauline dans le Joueur. Ce journal permet de mieux comprendre la construction du personnage et l’articulation entre l’œuvre et la biographie, qui a été un thème cher à A. L. Bem. Il met notamment en lumière les séjours français et allemands de Dostoevskij, évoquant le jeu, les rapports avec la Russie depuis l’étranger. Ils ont été publiés pour la première fois en 1928, sous la direction de Dolinin : A. P. Suslova, Годы близости с Достоевским. Дневник – Повесть – Письма, выступ. статья, A. S. Dolinin (ed.), Leningrad, Sabašnikovyx, 1928. Pour la traduction française : A. Souslova, Mes années d’intimité avec Dostoïevski, trad. du russe par Luba Jurgenson, Paris, Gallimard, 1995). Pour plus de précision sur l’édition de ce journal, voir Marija Magidova, «Материалы к истории литературных контактов А. Л. Бем 1920 гг. (Письма А. С. Долинина и Т. А. Крюковой) », Достоевский и мировая культура, альманах, no 19, 2003, p. 229-257.

61 « Во вторник, кажется, читаю доклад в Пушкинском обществе о Достоевском. Хотелось бы Вас видеть. Материал у меня очень ценный в руках, не пожалеете », IRLI, Fd A. G. Fomina, f. 568 ; op. 2, no 11, cité in : Magidova, 2003, p. 236.

62 « Альфред Бем был типичный русский интеллигент типа “вечного студента”. Однако, в отличе от чеховского героя очень много и организованно работал. Все мы были уверенны, что из него выйдет крупный ученый. », Anciferov, op. cit., p. 192.

63 A. N. Gorjainov, « Некоторые новые матерялы... », op. cit., p. 344-352.

64 Gorjainov, « Некоторые новые матерялы об А. Л. Бем », op. cit.

65 Lettre du 1er août 1911, NRB, f. 1304, l. 7 ob.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lettre du 18 février 1917 (1)
Légende Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 52-53 [recto verso].
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/934/img-1.png
Fichier image/png, 169k
Titre Lettre du 18 février 1917 (2)
Légende Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 52-53 [recto verso].
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/934/img-2.png
Fichier image/png, 182k
Titre Lettre du 18 février 1917 (3)
Légende Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 52-53 [recto verso].
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/934/img-3.png
Fichier image/png, 135k
Titre Lettre du 9 mars 2017 (1)
Légende Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 54-55 [recto verso].
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/934/img-4.png
Fichier image/png, 152k
Titre Lettre du 9 mars 2017 (2)
Légende Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 54-55 [recto verso].
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/934/img-5.png
Fichier image/png, 152k
Titre Lettre du 9 mars 2017 (3)
Légende Rossijskaja nacional′naja biblioteka, SPb, Fonds 1304 [Dolinin], dossier 2103, feuillets 54-55 [recto verso].
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/934/img-6.png
Fichier image/png, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Cirac, « La trajectoire d’Al′fred Bem
 à travers sa correspondance (1917-1921) »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 281-307.

Référence électronique

Stéphanie Cirac, « La trajectoire d’Al′fred Bem
 à travers sa correspondance (1917-1921) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2018, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/934 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.934

Haut de page

Auteur

Stéphanie Cirac

Eur’Orbem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search