Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVII-3-4VariaL’image de Lénine entre février e...

Varia

L’image de Lénine entre février et octobre 1917

The image of Lenin between february and october 1917
Oxana Ignatenko‑Desanlis
p. 397-415

Résumés

Basée sur des documents authentiques rares et inédits, cette étude a pour but d’étoffer une image singulière de Vladimir Ilič Ul′janov – Lénine entre les deux révolutions russes via les revues satiriques russes de l’époque, affranchies de la censure impériale. Déroutante à plus d’un titre, cette image se révèle être pourtant symptomatique des caricatures et autres charges ciblant les bolcheviks, ennemis jurés des partisans de la révolution démocratique de Février.

Haut de page

Texte intégral

1L’année 1917 en Russie demeure, encore trop souvent, subordonnée au seul Octobre, ce coup d’État bolchevique dont le triomphe fut tant instrumentalisé qu’il a donné lieu à des défilés, des parades, des films et autres monuments. Cette imagerie héroïsée de LA Révolution russe en occulte pourtant une autre, la révolution de Février, qui bien que qualifiée de « bourgeoise » dans l’historiographie soviétique, ne fut pas des moindres, comme le dit Marc Ferro sans détours :

  • 1 Marc Ferro, la Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997, « Bibliothèque de l’Évolution de l’Hu (...)

On a fini par l’oublier, février fut la révolution la plus violente de tous les temps. En quelques semaines une société se débarrasse de tous ses dirigeants : le monarque et ses hommes de loi, la police et les prêtres, les propriétaires et les fonctionnaires, les officiers et les patrons. […] Comme les chantres l’avaient annoncé, on entrait dans une ère nouvelle de l’histoire des hommes1.

  • 2 Youri Klioutchnikov, la Russie d’aujourd’hui et de demain, articles publiés sous la direction de M. (...)

2Cela étant, il n’est guère étonnant de constater que la Révolution supplanta rapidement la Grande Guerre dans les gros titres des journaux et revues. La Révolution devint la principale source de préoccupation, le principal souci comme l’évoquait Youri Klioutchnikov, initiateur du recueil le Changement de Jalons : « dans la conscience du peuple russe les événements de février et de mars 1917 ont pris une portée et une signification bien plus grandes que tout autre événement, même que la guerre2. [sic] » Pourtant l’auteur, réaliste, poursuivait avec ce constat fataliste :

  • 3 Klioutchnikov, la Russie d’aujourd’hui et de demain…, p. 9-10.

Le lendemain du coup d’État de Petrograd et de Moscou, la Russie s’est trouvée en face de problèmes multiples, difficiles et compliqués, en même temps qu’importants. Il semblait que tous ces problèmes devaient être résolus immédiatement sans quoi on ne pourrait jamais les résoudre et que tous devaient être résolus ensemble et d’un seul coup. La Russie s’enfonça éperdument dans ce travail insondable et dès ce moment déjà la grandiose tragédie de la Révolution Russe commençait [sic]3.

3La révolution était pour ainsi dire la clef de voûte de la nouvelle société démocratique russe, sur laquelle l’édifice de la nation, et son avenir même reposaient désormais. C’est en cette révolution initiale que se produisit le véritable renouveau de la société russe, c’est là que fut décidé le chemin à suivre, quel régime adopter, poursuivre ou non la guerre dans cet enthousiasme impulsé par l’étincelle de la liberté. Dès lors, une telle richesse d’événements ne pouvait laisser indifférent les satiristes russes a fortiori au moment où la presse se trouvait tout juste affranchie de l’implacable censure impériale.

  • 4 Notons que la Marseillaise ouvrière (paroles de Piotr Lavrov écrites le 1er juillet 1875) fut adopt (...)

4Loin de l’héroïsme mythifié du film Octobre, l’image des vainqueurs et de leur triomphe renvoie, au contraire, un tout autre reflet dans les publications satiriques de Petrograd. Celles‑ci pour la plupart ont une longue tradition de révolte et de répression qui remonte à l’épisode révolutionnaire de 1905, où la révolution populaire avortée avait néanmoins vu la naissance d’une quantité de revues satiriques violentes comme Vampir4 ou Pulemet (la Mitrailleuse). Le Novyj Satirikon et Bič (le Fouet), sans toutefois s’inscrire dans la même véhémence – censure oblige – étaient pourtant contestataires et proches des milieux progressistes de l’intelligentsia aux idées démocratiques. Aleksandr V. Amfiteatrov, célèbre figure de l’opposition, devenu rédacteur en chef de Bič en juin 1917, fut par deux fois condamné à l’exil pour s’être attaqué notamment à la famille impériale dans un pamphlet intitulé le Seigneur du Mensonge. Orlando Figes et Boris Kolonitskii dans Interpreting the Russian Revolution : The language and symbols of 1917 évoquent la dualité manichéenne des révolutions immuablement partagées entre le Bien et le Mal :

  • 5 Orlando Figes et Boris I. Kolonitskii, Interpreting the Russian Revolution: The language and symbol (...)

All the revolutions are at times portrayed as a Manichaean struggle between good and evil, light and darkness, the future and the past5.

  • 6 Ibid., p. 157.

5Ils dénoncent par la suite la réciprocité de ce manichéisme, le bon d’un côté étant le mauvais de l’autre6, partageant une même logique et de même éléments de langage pour qualifier le traître, l’ennemi, et de poursuivre :

  • 7 Figes, Kolonitskii, Interpreting the Russian Revolution…, p. 154.

The image of the enemy was awful to behold. He was disgusting in every morally, aesthetically, hygienically […]. This is how he was presented in cartoons and other images, in verses and in songs, and the political message as quite clear: there could be no talk of compromise with him. Sometimes the demonic imagery was zoological. The enemies of the people were portrayed as subhuman (« predators », « vermin » and « parasites ») so that the use of violence and terror against them was seen not merely as a justified recourse but as a necessary too7.

6Tous les ingrédients du portrait charge sont présents, l’ennemi représente le dégoût absolu, en toute chose en tout son être, jusqu’à ce qu’on lui dénie le fait d’être un humain, on en fait un animal, un monstre, justifiant tous les recours pour le détruire.

7Pourtant, loin de la violence et de la frustration de la révolution de 1905 où la cible principale était le tsar, avec le triomphe de la révolution de Février, Nicolas II, « vaincu », n’est plus l’ennemi d’hier, certes il reste raillé et caricaturé, mais rien ne doit, semble-t-il, entacher l’engouement pour la Révolution, pas même les tristes‑sires. Aussi la figure de l’ennemi va-t-elle faire brusquement irruption et sous plusieurs formes, endossant plusieurs rôles à la fois : tantôt comme ennemi de l’intérieur, tantôt comme traître ennemi de la Révolution. Cet ennemi désigné dès le mois d’avril est le bolchevik. Qui aurait cru, que l’ennemi de la Révolution aurait été le plus révolutionnaire d’entre tous ? Si la Révolution française avait eu ses « ultras » : plus royalistes que le roi ; pour ainsi dire, la Russie eut ses maximalistes, plus révolutionnaires que la Révolution.

8Effectivement, si l’entrée sur le devant de la scène des bolcheviks se fit par quelques railleries perspicaces, le ton fut très vite donné : ils représentent un grave danger pour la révolution démocratique. La violence de leur comportement et l’outrance de leur programme, que n’eurent de cesse de dénoncer les satiristes, ont opéré un crescendo dramatique qui donne à voir une tout autre lecture de ce triomphe automnal, pourtant présenté comme logique, suivant le sens de l’histoire.

9L’image dans la presse satirique russe des bolcheviks et celle de leurs dirigeants invitent à prendre une distance instructive par rapport au déroulement des événements, au propre comme au figuré. De fait, le bolchevik fut, en fonction des écrits de son chef – Lénine – très rapidement assimilé à l’ennemi public numéro un : vendu de prime abord, brutal, hystérique puis féroce, et finalement meurtrier.

10Le caractère hebdomadaire des parutions des revues satiriques légitime le suivi chronologique de cette année révolutionnaire pour en percevoir l’accélération dramatique et angoissée, jusqu’au fatidique coup d’État. Ainsi, à partir de leur première apparition en quatrième de couverture d’Èšafot (l’Échafaud) (fig. 1), où un bolchevik tente candidement d’enfiler à la Russie une ample blouse d’ouvrier se révélant être une camisole de force à l’insurrection du mois de juillet, un basculement abrupt s’est accompli en quelques mois : de la caricature à la haine outrancière. La liesse et l’espoir laissent implacablement la place au cauchemar ; la Révolution a enfanté la dictature, et la guerre civile.

Fig. 1. Эшафот, avril 1917

Fig. 1. Эшафот, avril 1917
  • 8 Les socialistes pacifistes s’organisèrent pour lutter contre la guerre « impérialiste » et préparer (...)

11Par ailleurs, le traitement des bolcheviks est particulièrement intéressant, puisqu’il donne un nouveau jour à leur ascension. Ainsi, lorsqu’éclatait la révolution de Février, le parti bolchevique était minoritaire et marginalisé par l’Union sacrée lorsque les principales factions socialistes européennes rallièrent leurs gouvernements nationaux. Ayant mis de facto un terme à la seconde Internationale8, et isolant durablement la faction « pacifiste », comme le rappelle Hélène Carrère d’Encausse :

  • 9 Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, 1998. p. 218.

[…] la moins plausible des hypothèses est, à la veille de la guerre, celle de la révolution radicale et du triomphe bolchevique. Comment se la figurer alors que les amis de Lénine sont isolés sur le plan international, affaiblis sur le plan interne, et que leur programme est loin de coïncider avec les aspirations de la plupart des forces sociales russes qui veulent que leur pays évolue paisiblement ?9

12Avant d’ajouter :

  • 10 Ibid., p. 222.

En Russie même, l’élan patriotique de 1914 fait de lui (Lénine – NdA) un pestiféré. […] Surtout dans son exil, il est solitaire, pratiquement coupé du mouvement socialiste de Russie. En Suisse même où ses compatriotes révolutionnaires sont pourtant légion, ses positions extrêmes sur la guerre lui aliènent nombre d’entre eux. En Russie, la situation est pire encore : après les arrestations des députés, Kamenev en tête, leur procès pour « haute trahison » leur vaut le bannissement en Sibérie où ils vont retrouver Sverdlov, Staline, Ordjonikidze, condamnés à l’exil dès avant la guerre. Conséquence première de ces dispositions répressives : l’organisation bolchevique – et le bureau russe du Parti – ont pratiquement cessé d’exister10.

  • 11 Carrère d’Encausse, p. 220.
  • 12 Rédigé en Suisse au printemps 1916, mais qui ne sera finalement publié à Petrograd qu’en 1917, après (...)

13Effectivement, Lénine allait dans ses réflexions alors bien plus loin que l’Internationale ouvrière, qui rejetait pourtant la guerre par principe – car jugée capitaliste – mais qui avait adopté, une position « défensiste », en votant les crédits militaires des gouvernements respectifs. Ayant compris après 1905 et la première « révolution » russe, qu’une défaite militaire pouvait faire vaciller le pouvoir, Lénine s’engagea, quant à lui, dans une voie bien plus extrême, le « défaitisme » avec en somme pour mot d’ordre : « d’aller dans les tranchées, dire simplement aux soldats : « Prenez vos fusils, retournez‑les contre vos officiers et contre tous les capitalistes !11 ». Lénine à Berne développait sa théorie de « l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme12 » en ces termes :

  • 13 Carrère d’Encausse, Lénine…, p. 220. Cité par M. Morrison (Albert Goldman), « Défaitisme révolution (...)

Cette guerre est celle de l’impérialisme. Du pillage. Ce n’est pas la paix qu’il nous faut réclamer. Cela, c’est un mot d’ordre de curés. Le slogan du prolétariat doit être la transformation de la guerre en guerre civile, pour détruire à jamais le capitalisme.
[…] le tsarisme est cent fois pire que le kaisérisme13.

14Cette trahison assumée pèsera longtemps sur les bolcheviks et leur leader, et sera encore amplifiée par le retour de ce dernier dans un train via l’Allemagne, sur décision même de Guillaume II, ainsi que le mentionne Hélène Carrère d’Encausse citant un télégramme du ministère des Affaires étrangères allemand :

  • 14 Lénine…, p. 254.

Sa Majesté impériale a décidé ce matin que les révolutionnaires russes seraient transportés à travers l’Allemagne et seraient pourvus de matériel de propagande pour pouvoir travailler en Russie14.

15Par une convergence d’intérêts faisant pour ainsi dire le jeu de l’Allemagne, (qui avait tout à gagner à libérer le front russe), Lénine, que seule l’issue de la révolution intéressait, était prêt à toutes les provocations pour voir triompher ses thèses d’Avril, où il prônait l’escalade, déstabilisant ainsi ses adversaires les plus modérés, pratiquant la surenchère en radicalisant la révolution, quitte à sacrifier la Russie elle-même, en appelant de ses vœux la défaite et la guerre civile.

  • 15 Nikolaj Vladimirovič Vasil′ev-Remizov (1887-1975), célèbre satiriste russe, artiste peintre, il fut (...)

16Ce retour des révolutionnaires russes, traversant une Allemagne honnie, a donné au caricaturiste Remi15 du Novyj Satirikon, № 15 d’avril (fig. 2) cette intéressante adaptation en quatrième de couverture, avec le train plombé en guise de version réactualisée du Cheval de Troie intitulée « Tout se perfectionne. ». La composition est divisée en deux cases l’une au‑dessus de l’autre, la première représente la version antique du Cheval avec pour légende :

Auparavant, le “Cheval de Troie” était édifié comme une sorte de cheval de bois dans lequel on plaçait quelques guerriers, l’on envoyait cette construction près des murailles ennemies et l’on attendait que les ennemis encerclés fassent eux‑mêmes entrer chez eux ce mystérieux cheval.

17La seconde case présente, quant à elle, une scène de départ dans une gare, où des hommes s’apprêtent à monter dans un wagon sous les acclamations et l’escorte d’un soldat allemand au garde à vous, avec pour légende : « Maintenant, le “Cheval de Troie” est préparé par les Allemands comme une sorte de train “fourré” [sic] avec Lénine et emporté à la frontière russe – pour la suite, (se reporter à l’Antiquité et à la Guerre de Troie) tout se passe comme c’était écrit. » Cette dernière légende ne laisse guère de doute sur les impressions qu’a laissées ce sulfureux retour, quant à ses motivations et surtout quant à l’efficacité d’un procédé éprouvé.

Fig. 2. Все совершенствуется, Remi. Новый Сатирикон, № 15, avril 1917

Fig. 2. Все совершенствуется, Remi. Новый Сатирикон, № 15, avril 1917

18Dès son retour en Russie au mois d’avril, Lénine, dont le visage était pour ainsi dire méconnu, devenait une source d’attraction, de curiosité ; Hélène Carrère d’Encausse ne relate‑t‑elle pas que lors de son arrivée triomphante :

  • 16 Lénine…, p 258.

Le voici accueilli par un grand nombre de militants, d’ouvriers, de jeunes filles de la bonne société curieuses d’apercevoir ce Lénine encore mal connu en Russie mais dont on dit un si grand mal16.

19Qui était cet obscur personnage, dont seul le pseudonyme était alors connu et qui allait offrir aux satiristes, fraîchement grisés par le vent de la Révolution, une nouvelle cible à leur tableau de chasse – celle plus inopportune encore du « traître provocateur ».

Fig. 3. Plus ленинецъ que Ленинъ même, N. Nikolaevskij. Бич, № 17, 30 avril 1917

Fig. 3. Plus ленинецъ que Ленинъ même, N. Nikolaevskij. Бич, № 17, 30 avril 1917
  • 17 Les mots en italique sont écrits en russe dans la version originale. Le dessin est signé N. Nikolae (...)

20Bel et bien réalisée dans cette optique, la facétieuse caricature de « Lénine » du Bič № 17 du 30 avril (fig. 3) représente le kaiser Guillaume II (toujours affublé de son uniforme avec cuirasse et casque à pointe) qui harangue une foule d’ouvriers, sous le titre goguenard : « Plus léninien que Lénine même17 », mêlant français et russe, et suivi de cette candide légende : « Ardent discours pour l’instauration de la journée de huit heures en Russie ». Ainsi, lorsque Lénine harangue, c’est le kaiser qui s’exprime, la grande ironie des satiristes russes brille par cette anecdote de prime abord anodine et le décalage grotesque du kaiser, se substituant hardiment à Lénine, dont les traits étaient, rappelons-le, encore mal identifiés. Car, si l’analogie entre les deux protagonistes apparaît ici comme parfaitement claire, l’irruption de la légende appelle néanmoins quelques éclaircissements concernant cette harangue sur les huit heures de travail journalier, faite par Guillaume II devant les ouvriers russes. En effet, il convient de rappeler que, sur proposition du Soviet de Petrograd, la journée de huit heures avait été ratifiée le 10 mars (23 mars calendrier grégorien) dès avant le retour de Lénine. Cette concession révolutionnaire, alors que l’effort de guerre en Europe battait son plein, nous montre, d’une part, le pouvoir de nuisance des ouvriers radicalisés, dont les grèves avaient mis le feu aux poudres de la Révolution, mais témoigne, de surcroît, de la désorganisation totale engendrée par la situation révolutionnaire dans une ville industrielle telle que Petrograd.

  • 18 Claude Anet, la Révolution russe : chroniques 1917‑1920, Paris, éd. Phébus, 2007, p. 112. Et de pré (...)

21Présent dans la capitale russe durant la Révolution en tant que correspondant pour Le Petit Parisien, le reporter Claude Anet évoquait l’anarchie qui avait gagné les ouvriers perturbant le fonctionnement des chaînes de production : « Sur trente usines de Petrograd, une seule travaille normalement18. » Plusieurs lectures découlent dès lors de cette caricature : la première, littérale étant que la désorganisation et sa radicalisation par Lénine faisaient le jeu de l’Allemagne et donc du kaiser. La seconde, plus ironique, pourrait évoquer le « piétinement » de la posture bolchevique (i.e. des léniniens ou léninistes), et la duperie de leurs revendications, d’ores et déjà accordées. Lénine y apparaît démasqué certes, mais le discours ne semble pas encore très au fait de la situation révolutionnaire ; pourtant la connivence avec l’Allemagne demeure dans la presse satirique une certitude.

22Reprenant les mêmes personnages et dénonçant la même collusion, la prochaine caricature en quatrième de couverture du № 5 de Pugač (le Pistolet, fig. 4) a cependant le mérite de les présenter dans une situation plus cocasse encore, où l’on assiste à la rencontre de Lénine dans le rôle du Petit chaperon rouge et du kaiser‑Loup, déguisé en « mère‑grand », dont la charlotte peine à masquer l’imposant casque à pointe. La composition est intitulée Le petit chaperon rouge russe, et la légende de nous rapporter le célèbre dialogue entre les deux protagonistes :

- Le petit chaperon rouge (Lénine) : Pourquoi as-tu de si grandes pattes ?
- Le loup : Pour t’embrasser, fraternellement.
- Le petit chaperon rouge : Pourquoi as-tu de si grands yeux ?
- Le loup : Pour tout surveiller, fraternellement.
- Le petit chaperon rouge : Et pourquoi as-tu de si grandes dents ?
- Le loup : Pour te manger.

  • 19 Notons que le caricaturiste a cru bon d’ajouter son nom entre parenthèse afin que l’on puisse l’iden (...)

23Voici l’une des toutes premières caricatures d’un Lénine méconnaissable19, dont les traits ne sont toujours pas assimilés par les satiristes : glabre, il chausse des lunettes rondes, coiffé pour l’occasion d’un bonnet phrygien en guise de chaperon, il apporte dans son petit panier la « paix séparée » à un empereur allemand aux crocs « fraternellement » saillants. Pour l’instant, Lénine néanmoins, nous apparaît, en venant paisiblement se jeter stricto sensu dans la gueule du loup, plus dans le rôle d’un jocrisse que du traître véritable, nous rappelant que l’Allemagne reste encore le principal danger, l’ennemi pernicieux. L’utilisation d’un conte pour enfants connu de tous, permet aux artistes de créer un pastiche éloquent, à l’humour très efficace, dont les personnages classiques s’adaptent si bien aux circonstances.

Fig. 4. Le petit chaperon rouge russe, Gustav Mootse. Пугач, № 5, mai 1917

Fig. 4. Le petit chaperon rouge russe, Gustav Mootse. Пугач, № 5, mai 1917

24Cependant cette apparente inoffensivité et ces pieuses revendications associées au leader bolchevique furent de courte durée, puisque Baraban (le Tambour), revue fraîchement née de la révolution, le présentait dès juin bien caricaturé cette fois, dans son 9e numéro, sous les traits d’un ange semant des bombes hérissées de pointes sous le titre évocateur : « Ennemi du peuple ». La dichotomie entre la paix blanche et les moyens de l’obtenir est révélée au grand jour. Cette stratégie de la fin justifiant les moyens, sous couvert de slogans « pacifistes », est résumée et expliquée par Martin Malia comme suit :

  • 20 Martin Malia, la Tragédie soviétique : histoire du socialisme en Russie, 1917‑1991, Paris, Éditions (...)

Cela demandait (comme Lénine l’avait écrit dans l’Impérialisme) que le “défensisme” soit remplacé par le “défaitisme”, pour transformer la guerre impérialiste en guerre internationale de classe20.

25Cette posture pourrait se résumer en contournant le célèbre adage ainsi : « si tu veux la guerre, prépare la paix. »

  • 21 Signée Boris Antonovskij (1891‑1934) célèbre caricaturiste russe. Après la fermeture du Новый Сатир (...)

26Dans un style tout aussi léger quoique tout aussi évocateur que les précédentes charges, fut publiée dans la revue Novyj Satirikon (№ 27 de juillet, fig. 5) une caricature étonnante de Vladimir  I. Ul′janov toujours21, dont les traits semblent s’affirmer, malgré cet embonpoint dont il est affublé dans la : « Romance entre Lénine et la Russie » avec pour sous-titre « en quatre parties désagréables ». La « romance » est résumée en plusieurs moments « clefs » auxquels correspondent les quatre illustrations. Dans la première, au clair de la lune, Lénine, dont la caricature reste somme toute assez sommaire : crâne chauve, moustaches et barbichette, joue de la guitare pour la Russie, une opulente femme coiffée d’un kokochnik, qu’il convoite d’un air très intéressé. La légende indique : « Il chante ». La seconde case montre les deux personnages dans le même décor en train de s’embrasser. La légende est : « Il agit ». La troisième case montre les deux personnages se croisant, gênés ; la Russie est enceinte, l’air résigné, Lénine la regarde de biais ; il est écrit : « Il a réussi ». Le dernier dessin montre le fruit de cette union entre Lénine et la Russie effarés : un gros bébé nu, coiffé d’un casque à pointe. La légende lapidaire est en revanche bien plus cynique : « Joie familiale ». Détaillée en quatre épisodes aussi brefs qu’efficaces, cette romance didactique à l’usage du lecteur résume à elle seule les accusations d’intelligence avec l’ennemi.

Fig. 5. Romance entre Lénine et la Russie, Boris Antonovskij. Новый Сатирикон, № 27 juillet 1917

Fig. 5. Romance entre Lénine et la Russie, Boris Antonovskij. Новый Сатирикон, № 27 juillet 1917

27Mais les émeutes sanglantes des « Journées de juillet » firent éclater au grand jour la violence orchestrée par les bolcheviks lors d’une sorte de répétition générale d’Octobre.

  • 22 « Lors des Journées de Juillet, les raisons du retournement furent multiples mais deux d’entre elle (...)

28Cette insurrection ratée22 vint, en effet, plonger la révolution dans la stupeur, montrant sa fragilité et ses faiblesses, mais surtout le danger qu’elle courrait avec cette peur qui l’avait alors saisie, crûment dénoncée par l’écrivain éditorialiste de la Novaja Žizn′ (Vie nouvelle), Maxime Gorki dépeignant ainsi les événements :

  • 23 Maxime Gorki, Pensées intempestives : 1917‑1918, Lausanne, Éditions l’Âge d’Homme, 1975, p. 82‑83.

29Les images détestables de la folie qui s’est emparée de Petrograd dans l’après-midi du 4 juillet resteront à jamais gravées dans les mémoires. Tout hérissé de fusils et de mitrailleuses, voici que passe à toute allure, comme un porc furieux, un camion‑automobile où s’entassent des représentants hétéroclites de “l’armée révolutionnaire” […] Soudain claque un coup de feu et des gens, par centaines, s’égaillent convulsivement de tous côtés, chassés par la peur comme les feuilles d’automne par le vent ; ils roulent par terre, se culbutant les uns les autres avec des cris aigus et des hurlements. – Les bourgeois qui tirent ! Naturellement ce ne sont pas les “bourgeois”, ce n’est pas la peur de la révolution qui tire, c’est la peur pour la révolution. Beaucoup trop d’entre‑nous sont habités par cette peur23.

  • 24 Il s’agit d’un jeu de mot en russe fonctionnant sur l’analogie entre le mot krasnyj qui signifie à l (...)
  • 25 Ruthénie version latinisée de Rus′ ou Russie. La Ruthénie rouge correspondrait à la Galicie histori (...)
  • 26 Il y avait jadis la distinction entre Grande Russie, Petite Russie (Malo en russe, qui correspond à (...)

30L’éloquent récit de Maxime Gorki atteste à quel point il réprouvait ce genre de manifestations et la violence révoltante qui en émanait, et incidemment cette peur irrationnelle pour la révolution. Tandis que l’émotion était encore palpable, le satiriste N. Nikolaevskij, composa cette charge brutale dans la revue Bič (№ 26 de juillet, fig. 6), intitulée : « Honneur et services rendus par les bolcheviks ». Répartie en quatre cases présentées deux par deux, la composition use de cadrages très cinématographiques en contre‑plongée pour amplifier la violence et le caractère dramatique qui sourd de ces images. La première représente une femme corpulente en costume traditionnel et coiffée d’un kokochnik, qui est jetée au sol pendant que deux hommes la flagellent, l’homme de droite retroussant sa manche ressemblant singulièrement à Lénine. La légende de développer : « Le mot “Patrie” est (désormais) marqué au fer rouge à perpétuité ». La seconde case illustre toujours cette Russie personnifiée, ici pendue par deux larrons dans le « coin rouge24 », angle d’une pièce où se trouvent traditionnellement les icônes, la légende précise : « L’image de la Patrie est pendue dans le “coin rouge”. » La troisième image qui adopte un cadrage en plongée plus resserré, représente la Russie déchiquetée par deux hommes dont on ne voit que les pieds et la hache encore sanglante. Détail sordide, chacun des membres découpés de la Russie arbore un petit drapeau aux inscriptions différentes. Le premier drapeau porte l’inscription : « République de Ruthénie Rouge25 », le second : « République Biélorusse », le troisième : « République de Petite Russie » et la dernière « République de Grande‑Russie26 » et la légende d’évoquer : « Le nombre de Patries a été multiplié par le démembrement. » La quatrième et dernière image représente encore ces deux larrons torturant, à l’aide d’un chevalet la Russie qu’ils pendent les mains attachées dans le dos ; la légende, difficile à traduire puisque reposant sur un jeu de mots sinistre et faisant allusion à un vers du Cavalier de bronze de Puškin, pourrait se traduire en ces termes :

  • 27 Fig. 6. dernière image : « По совѣту Петра Великаго, Россiя вздернута, если не на дыбы, то на дыбу. (...)

Suivant le conseil de Pierre le Grand, la Russie s’est dressée, si ce n’est sur ses pattes arrière, du moins sur le chevalet27.

Fig. 6. Honneur et services rendus par les bolcheviks, N. Nikolaevskij. Бич, № 26, juillet 1917

Fig. 6. Honneur et services rendus par les bolcheviks, N. Nikolaevskij. Бич, № 26, juillet 1917
  • 28 Cf. Lénine, la Révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, point III, 1 (...)

31L’âpre cynisme de l’auteur nous montre avec une rare animosité l’action supposée des bolcheviks contre une Russie soumise et violentée, humiliée et démembrée. Avec une certaine clairvoyance le satiriste entrevoit le démembrement de la Russie soutenu alors par Lénine qui faisait le jeu des nationalismes contre l’impérialisme, prônant l’autodétermination des nations28 telles l’Ukraine, la Finlande, les Pays Baltes et la Pologne notamment. De même que l’évocation par l’auteur du « Coin rouge » intrigue puisque cet épiphénomène du culte de la personnalité n’était pas pour lors institué. Par conséquent la force quasi prophétique de cette composition illustre vertement l’impact qu’eurent ces Journées de juillet où la violence physique aggrava encore la violence des propos, des slogans du programme bolchevique.

32Cette charge est, en outre, importante en tant que telle : la violence qui s’y expose prend, par le biais des cadrages audacieux, le lecteur à témoin et en fait un voyeur malgré lui de ces scènes saisissantes. Cependant le traitement des personnages demeure fort peu caricatural, tout est fait, au contraire, pour renforcer le réalisme de la scène, pour la rendre plus crédible. Ainsi, si l’on suit les développements de Orlando Figes et Boris Kolonitskii évoqués plus haut, sommes‑nous en présence d’un cas particulier. L’ennemi a un statut spécifique puisqu’il est bourreau et le lecteur est invité à subir sa violence. Ce réalisme et ce dispositif suscitant l’empathie se trouvent être plus saisissants que la caricature elle-même avec ses procédés de diabolisation.

33Ayant mis un terme à l’euphorie printanière autour de la Révolution, et pointant désormais le doigt sur le nouvel ennemi de l’intérieur, l’ennemi de la révolution, les caricaturistes ont ainsi adopté un ton plus alarmiste et grave où la violence dans une amplification progressive, atteindra son paroxysme après octobre. Pourtant, comme rassérénés par les arrestations des principaux responsables bolcheviques et Lénine en fuite, la fin du mois de juillet laisse apparaître une sorte de détente, et les satiristes reprennent un ton plus sarcastique et moqueur, critiquant plus ouvertement le Gouvernement provisoire – plus que jamais pieds et poings liés au Soviet de Petrograd.

  • 29 Lénine…, p. 284.

La révolution paraît désormais s’engager dans une voie plus claire, l’absence des bolcheviks de la scène politique et le discrédit qui les frappe suggérant qu’une certaine stabilité pourrait succéder aux perpétuelles menaces de radicalisation29.

  • 30 Le décret d’arrestation du 10 juillet ne portait pas le nom de Trotski, qui protesta « pour se soli (...)
  • 31 Il est même représenté caché sous le canapé de Cereteli et de Černov du Soviet de Petrograd, pendan (...)

34Les leaders bolcheviques incarcérés constituent le sujet de la caricature parue dans le № 33 de la revue Bič d’août (fig. 7). Très intéressante par sa composition, cette caricature a de surcroît le mérite de nous présenter six portraits des dirigeants… derrière les barreaux. Une épigraphe provenant « des journaux », nous renseigne : « Le conseil des bolcheviks a décidé d’élire au præsidium Lenin, Zinov′ev, Lunačarskij, Kollontaj, Trockij, Kamenev. » En pleine page, l’illustration avec son titre insolent : « L’honorable præsidium in pleno », nous présente une façade de prison rouge brique, percée de six fenêtres à barreaux sur trois étages où figurent en gros plan les caricatures des bolcheviks dans l’ordre de leur énumération. Le comité directeur du parti est au complet, à noter la présence de Trockij (jusqu’alors officiellement menchevik) pourtant absent de l’ordre d’arrestation mais qui, impliqué, avait tenu par solidarité à être aussi arrêté30, rejoignant de facto le parti. Lénine31 ne fut cependant pas emprisonné, alerté, il passa – déguisé – en compagnie de Zinov′ev en Finlande.

Fig. 7. L’honorable præsidium in pleno, Ivan Vassilevič Simakov (Sinus). Бич, № 33, août 1917

Fig. 7. L’honorable præsidium in pleno, Ivan Vassilevič Simakov (Sinus). Бич, № 33, août 1917
  • 32 Lénine…, p. 285.

35Par ailleurs, derrière le cynisme autour de cette assemblée de prisonniers, demeure un fait historique, le VIe Congrès du parti bolchevique (23 juillet‑3 août 191732) qui, toujours selon Hélène Carrère d’Encausse, fut une victoire pour les bolcheviks qui parvinrent à se réorganiser. En effet, malgré les lourdes accusations de trahison qui pesaient contre Lénine, son refus d’être jugé et sa fuite tandis que ses compagnons de lutte étaient incarcérés, l’unité du parti ne fut pas entamée.

  • 33 Op. cit., p. 286.

Le congrès consacre aussi deux structures d’autorité : le præsidium, où trônent les présents (Staline, Sverdlov, Lomov, Olminski et Ioureniev) ; et la véritable instance de direction qui rassemble Lénine, Trotski, Zinoviev, Kamenev, Lounatcharski et Kollontaï, enfermée alors à la prison de Vyborg et qui doit à sa captivité une bonne part de son prestige33.

36Les satiristes ne purent s’empêcher de railler ce congrès dont les élus étaient absents. Pourtant, ces derniers n’ont pas su y reconnaître la renaissance du parti, à la faveur de la persécution de ses leaders, désormais auréolés comme des martyrs, pendant que le Gouvernement provisoire, peinant à se remettre de cette tempête, en était à sa troisième coalition en moins d’un mois. Avec l’été, la figure d’Aleksandr F. Kerenskij émergea cependant de cette crise politique, et par son omniprésence, il devait, lui aussi, faire le régal des satiristes.

37Ayant beaucoup appris de l’échec retentissant de ces émeutes indomptables, Lénine, loin de faire machine arrière théorisa ce qu’il nomma « l’art de l’Insurrection », méthode publiée en septembre 1917 en ces termes :

  • 34 Lénine, le Marxisme et l’insurrection – Lettre au comité central du P.O.S.D.R., 13‑14 (26‑27) septe (...)

Pour prouver qu’en ce moment précisément le parti doit de toute nécessité reconnaître que l’insurrection est mise à l’ordre du jour par le cours objectif des événements, qu’il doit traiter l’insurrection comme un art […]. Toutes les conditions objectives d’une insurrection couronnée de succès sont réunies. […] Seul enfin notre parti, après avoir remporté la victoire dans l’insurrection peut sauver Petrograd, car, si notre offre de paix est repoussée et si nous n’obtenons pas même un armistice, alors c’est nous qui serons les partisans d’aller “jusqu’au bout”, c’est nous qui serons à la tête des partis de la guerre c’est nous qui serons le parti “de la guerre” par excellence, nous mènerons la guerre d’une façon vraiment révolutionnaire34.

38Dans ce discours, Lénine, triomphateur et menaçant, se livre à un chantage à la guerre contre les socialistes qui avaient, comme nous l’avons vu, voté les crédits de la Guerre, afin d’obtenir précisément sa paix. À l’instar de Martin Malia constatant comme ce programme, aussi extravagant qu’il ait pu paraître, avait pourtant sa propre logique :

  • 35 L’auteur se réfère à l’État et la Révolution de Lénine, rédigé durant l’été 1917.

39Lénine, même s’il était, comme Marx, un « dur » de la pensée, était au fond de lui-même un utopiste […]. Qui plus est, l’anarchisme insolite de ce texte35 prend pleinement son sens marxiste quand on le lit dans son contexte dialectique : à la veille d’Octobre.

40Avant d’ajouter que :

  • 36 Malia, la Tragédie soviétique…, p. 147.

[…] le premier principe de la dialectique, et de la révolution sociale, est dans le pouvoir créatif de la destruction36.

  • 37 Jacquerie, révolte russe d’une grande violence. La plus connue est incontestablement celle menée so (...)
  • 38 Une caricature de bolchevik en Deržimorda, apparaît en quatrième de couverture de Bič, № 24 du mois (...)
  • 39 Klioutchnikov, le Changement de Jalons, traduit du russe et présenté par Y.-M. Cosson, Lausanne, L’ (...)

41L’anarchisme ce terme employé par l’historien ne manque pas de force et de symboles pour qualifier ceux que les Français appelaient alors les « maximalistes », pour leur jusqu’au-boutisme. Les caricaturistes russes ne négligèrent absolument pas ces références à l’anarchie et à l’insurrection, alors que le bunt37 et le terrorisme avaient tant secoué l’empire. Le bolchevik fut ainsi, de plus en plus assimilé à une brute épaisse, parodie d’anarchiste, le Deržimorde38, pour reprendre ce nom (peu élogieux) d’un personnage de Gogol′ « entré dans la langue littéraire pour désigner un administrateur autoritaire qui fait preuve de tendances policières grossières39. »

42Dans le même ordre d’idée, Maxime Gorki qui abhorrait la violence et les méthodes des bolcheviks, espérait que le prolétariat-éclairé ouvrît enfin les yeux sur :

  • 40 Gorki, Pensées intempestives…, novembre 1917, p. 92‑93.

L’aspect essentiellement chimérique des promesses de Lénine, sur toute la profondeur de sa folie, sur son anarchisme hérité directement de Netchaïev et de Bakounine40.

43L’on pourrait citer encore le bolchevik Joseph P. Goldenberg affirmant :

  • 41 Carrère d’Encausse, Lénine…, p. 261.

Lénine vient de déposer sa candidature à un trône vacant depuis plus de trente ans, celui de Bakounine…41

  • 42 Parue dans Bič, № 29, août 1917.
  • 43 Que l’on peut traduire littéralement par : la force destructrice est la force créatrice.

44Faisant bruyamment écho à ce dernier, nous voici en présence d’une caricature représentant un « Anarcho-vik42 » (fig. 8), contraction d’anarchiste et de bolchevik, à l’intitulé complexe mêlant l’allemand et le russe : « Die zerstörende kraft ist die schaffende kraft43… ou l’art de la destruction. » Le titre allemand est issu de la conclusion d’un célèbre article de Mixail Bakunin, éminent théoricien de l’anarchisme, intitulé : « La Réaction en Allemagne », et se terminant donc sur cette maxime : « Die Lust der Zerstörung ist zugleich eine schaffende Lust », signifiant : « la passion de la destruction est en même temps une passion créatrice. » Ce titre fait étonnement résonner l’analyse de la dialectique marxiste de Martin Malia que nous venons d’évoquer. Et les satiristes, comme inspirés, par cette analogie entre le bolchevik et l’anarchiste, créèrent le personnage de l’anarchovik. Sous une pleine lune éclairant une nuit bleu-grise, des hommes s’affairent à la construction d’un monumental échafaud. Au premier plan l’anarchovik pose fièrement, une hachette dans la main. Bien qu’en contre-jour, l’on distingue parfaitement son visage échevelé ; ses yeux exorbités et son sourire angoissant lui donnent l’expression d’un fanatique qui cherche manifestement à nouer un dialogue avec le lecteur. La légende correspond à cette interjection : « – L’Anarcho…vik : Alors, on dit que nous ne faisons que détruire et que jamais nous ne construisons… Et ça c’est quoi ? ! » Le procédé, se passerait de commentaire, tant le fait de prendre le lecteur à parti est efficace pour susciter son adhésion. Pour se prémunir du danger, le gouvernement Kerenskij fut effectivement contraint de rétablir la peine de mort, rétablissement qui nous est ainsi présenté d’une façon bien singulière, puisque ce sont les bolcheviks qui en ont finalement la charge.

Fig. 8 – Anarcho-vik, Boris Antonovskij. Бич, № 33, août 1917

Fig. 8 – Anarcho-vik, Boris Antonovskij. Бич, № 33, août 1917

45Malgré une présence somme toute rare, des représentations contrastées sans ressemblance véritable, Lénine apparaît pourtant être le personnage clef de l’année 1917. Son sulfureux retour coïncide avec la radicalisation des bolcheviks jusqu’à l’insurrection et à l’évolution négative de leur image ; c’est pourquoi chaque caricature qui évoque les bolcheviks porte la marque de Lénine, de ses slogans, de ses théories, le personnage en lui-même demeurant pour les satiristes malgré tout énigmatique. Traître, vendu, incitant à la violence, il est quoi qu’il en soit élu à la tête d’un parti dont les cadres pourtant en désaccord avec lui sont en prison et lui en fuite. Quand bien même son image dans la presse satirique incarne rarement la violence et la bestialité, ce sont ses propres partisans qui en sont affublés, qu’ils soient nommés, léniniens, maximalistes, voire anarchistes ou plus communément bolcheviks. Car ce fut décidément avec le retour de Lénine que l’image du parti bolchevique allait évoluer à travers ce crescendo frénétique et passionné, vers l’image monstrueuse que la grande majorité des satiristes redoutait, abhorrait. Moteur de la sédition, Lénine révolutionne la Révolution ; il la pense, la théorise, il la violente pour mieux la réaliser.

46Le paradoxe qui auréole Vladimir Ilič Ul′janov déconcerte les caricaturistes, son nom est un pseudonyme, son visage une énigme, et jusque dans ses propres rangs, ses prises de positions sont contestées. Comment se peut-il en effet que cet orateur fulgurant, apparaissant en public, et suscitant tant de curiosité ne soit pas identifiable, portraituré ? Comment se peut-il qu’il soit si prolixe et si peu connu ? Si odieux, si extrême et finalement fédérateur et consensuel ? Si interlope et si puriste ? Assurément Lénine incarnait à lui seul ce hiatus entre les deux révolutions russes, ses deux pouvoirs antagoniques, entre ces deux mondes qui ne se comprenaient pas.

47Cette bipolarité se manifeste aussi dans les rapports, paradoxaux, de causes à effets : accusé de traîtrise – il est néanmoins accueilli par ses principaux concurrents et détracteurs (fut-ce à contrecœur) lors de son retour triomphal, après avoir négocié avec l’Allemagne ennemie. Présenté comme un terroriste en puissance, il propose une paix révolutionnaire pour mieux remporter la guerre de la révolution. Omniprésent, Lénine demeure insaisissable, et l’apparition de Trotski lui aura permis de mettre en avant ce faire-valoir et de rester en retrait, de se préserver pour mieux contrôler.

48Face à cette énigme « Lénine », le bolchevik, sous‑fifre malotru, fait figure de bête noire auto‑désignée. Canalisant toutes les critiques, tous les vices, le bolchevik dans la presse satirique s’exécute aveuglément, et devient une cible de substitution en lieu et place d’un Lénine, à l’image alors trop protéiforme, trop imprévisible. Pourtant ces caricaturistes témoignent d’une réelle documentation sur Lénine : ils devaient non seulement lire ses textes, mais également, chercher à mieux le saisir, pour preuve l’évolution de sa représentation en quelques dessins seulement. Par conséquent, chaque slogan que martelait le bolchevik, chaque manifestation de violence dont il ait pu se rendre coupable porte véritablement la signature de son démiurge dont on peut suivre les publications, les écrits au travers des sujets et des légendes. Les sujets des charges contre les bolcheviks suivent ensuite en quelque sorte le scenario écrit par Lénine avec ses derniers articles, ses prises de positions, ses plans d’actions. En retrait, discret, il économise son image pour mieux la laisser éclater après le Grand-soir.

49L’entre-deux révolutions porte ainsi en filigrane le portrait de Lénine, un portrait somme toute assez flou, rendu crédible et cohérent par le recours au bolchevik comme bouc émissaire permettant d’atteindre cet ennemi à la figure insaisissable. Indubitablement Lénine, arrivé dans un cheval de Troie, enclenche un engrenage dont lui seul connaît l’issue, le dénouement, il fait figure de Deus ex machina cynique, source de l’ultime coup de théâtre de cette tragédie russe.

Haut de page

Notes

1 Marc Ferro, la Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997, « Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité », p. 470.

2 Youri Klioutchnikov, la Russie d’aujourd’hui et de demain, articles publiés sous la direction de M. G. Klutchnikoff, Paris-Neufchâtel, Attinger Frères, 1920. Mis en ligne par la Bibliothèque russe et slave. p. 8-9.

3 Klioutchnikov, la Russie d’aujourd’hui et de demain…, p. 9-10.

4 Notons que la Marseillaise ouvrière (paroles de Piotr Lavrov écrites le 1er juillet 1875) fut adoptée comme hymne par le Gouvernement provisoire le 23 février (2 mars) et a pour couplet entre autres : « Pour toi le repos sera seulement dans la tombe. / Toute sa vie, prêt à recouvrir les arriérés, / Le tsar-vampire te tire les boyaux / Le tsar-vampire boit le sang du peuple. / Il a besoin de soldats pour les régiments. / Donnez-lui vos fils. / Il a besoin de fêtes et de palais. / Donnez-lui votre sang. »

5 Orlando Figes et Boris I. Kolonitskii, Interpreting the Russian Revolution: The language and symbols of 1917, New Haven – London, Yale University Press, 1999, p. 153.

6 Ibid., p. 157.

7 Figes, Kolonitskii, Interpreting the Russian Revolution…, p. 154.

8 Les socialistes pacifistes s’organisèrent pour lutter contre la guerre « impérialiste » et préparer la Révolution, lors des conférences de Zimmerwald et de Kienthal, en 1915 et 1916.

9 Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, 1998. p. 218.

10 Ibid., p. 222.

11 Carrère d’Encausse, p. 220.

12 Rédigé en Suisse au printemps 1916, mais qui ne sera finalement publié à Petrograd qu’en 1917, après donc la Révolution

13 Carrère d’Encausse, Lénine…, p. 220. Cité par M. Morrison (Albert Goldman), « Défaitisme révolutionnaire », in Cahiers Léon Trotsky, Bataille dans le Noir 1941-1943, les premières lueurs de l’aube, Institut Léon Trotsky, no 66, juin 1999, p. 37 : « Pour nous, Russes, du point de vue des intérêts des masses laborieuses et de la classe ouvrière en Russie, il ne saurait y avoir le moindre doute, absolument aucun, que le moindre mal serait, ici et maintenant, la défaite du tsarisme dans cette guerre. Car le tsarisme est cent fois pire que le kaisérisme. »

14 Lénine…, p. 254.

15 Nikolaj Vladimirovič Vasil′ev-Remizov (1887-1975), célèbre satiriste russe, artiste peintre, il fut co‑rédacteur en chef de la revue Новый Сатирикон avec Arkadij Averčenko et Aleksej Radakov. Il émigra en France puis aux États-Unis.

16 Lénine…, p 258.

17 Les mots en italique sont écrits en russe dans la version originale. Le dessin est signé N. Nikolaevskij.

18 Claude Anet, la Révolution russe : chroniques 1917‑1920, Paris, éd. Phébus, 2007, p. 112. Et de préciser : « On a décidé de la journée de huit heures : parfois, avec heures supplémentaires payées. […]. En moyenne les ouvriers travaillent quarante-cinq heures par semaine. »

19 Notons que le caricaturiste a cru bon d’ajouter son nom entre parenthèse afin que l’on puisse l’identifier.

20 Martin Malia, la Tragédie soviétique : histoire du socialisme en Russie, 1917‑1991, Paris, Éditions du Seuil, Collection Points « Histoire », 1995, p. 147.

21 Signée Boris Antonovskij (1891‑1934) célèbre caricaturiste russe. Après la fermeture du Новый Сатирикон, il resta plusieurs années sans activité avant de retravailler dans les premières revues satiriques soviétiques durant la guerre civile, Красный Ворон (le Corbeau rouge). Plus tard, il collaborera avec les revues Бегемот, Смехач et Крокодил. Il fut notamment l’inventeur d’un très célèbre personnage comique Evlampij Nad′kin. Il fut en outre l’un des pionniers du dessin animé soviétique. Isaak Brodskij disait de lui qu’il était le « Paganini de la caricature ».

22 « Lors des Journées de Juillet, les raisons du retournement furent multiples mais deux d’entre elles passèrent les autres. En premier lieu, la réaction patriotique des soldats de la capitale qui, sur la foi d’un rapport du ministre de la Justice, Perevertsev, apprirent de sa propre bouche les charges terribles qui avaient été réunies contre Lénine et les bolcheviks : ils recevaient de l’argent allemand par l’intermédiaire d’un agent à Stockholm ; en outre, il était établi que Lénine aurait organisé une insurrection dans la capitale en coordination avec la contre-offensive allemande sur le front sud-ouest. […] Très tard dans la soirée la nouvelle courait toute la ville qu’il avait été prouvé que Lénine était un agent allemand. », in : Marc Ferro, la Révolution de 1917…, p. 510.

23 Maxime Gorki, Pensées intempestives : 1917‑1918, Lausanne, Éditions l’Âge d’Homme, 1975, p. 82‑83.

24 Il s’agit d’un jeu de mot en russe fonctionnant sur l’analogie entre le mot krasnyj qui signifie à la fois la beauté en slavon et la couleur rouge en russe moderne. La racine kras-a donné krasivyj, beau ou encore prekrasnyj son synonyme. Les communistes reprendront cette tradition du beau coin, transformé en coin rouge où les portraits des « grands » du parti remplaceront les saintes icônes.

25 Ruthénie version latinisée de Rus′ ou Russie. La Ruthénie rouge correspondrait à la Galicie historique.

26 Il y avait jadis la distinction entre Grande Russie, Petite Russie (Malo en russe, qui correspond à l’actuelle Ukraine) et Russie Blanche (Bielo en russe, qui correspond à l’actuelle Biélorussie),

27 Fig. 6. dernière image : « По совѣту Петра Великаго, Россiя вздернута, если не на дыбы, то на дыбу. » La légende reprend de façon cruellement ironique un vers célèbre du Cavalier de bronze (1833) de Puškin, qui veut voir dans le cheval cabré de la célèbre statue équestre de Pierre Ier érigée par Catherine II à Saint-Pétersbourg, une représentation de l’œuvre du souverain : avoir fait se cabrer la Russie, c’est-à-dire insuffler au pays une énergie, mais ce, de façon brutale : « Не так ли ты над самой бездной / На высоте, уздой железной / Россию поднял на дыбы ? ». Cette allusion explique le début de la légende « Selon le conseil de Pierre… », mais ici la Russie n’est pas cabrée prête à s’élancer (na dyby), mais écartelée sur le chevalet (na dybu).

28 Cf. Lénine, la Révolution socialiste et le droit des nations à disposer d’elles-mêmes, point III, 1916.

29 Lénine…, p. 284.

30 Le décret d’arrestation du 10 juillet ne portait pas le nom de Trotski, qui protesta « pour se solidariser avec Lénine. Kamenev et Zinov′ev ». Dans sa lettre au ministre, publiée dans Volna du 15 juillet, il insistait sur le fait qu’il avait invité les manifestants du 3 juillet à rentrer chez eux pacifiquement. Il ne se disait pas bolchevik et expliquait ses relations avec eux par son rôle de responsable des Interquartiers qui « n’avaient pas de désaccord avec les bolcheviks », in : Marc Ferro, la Révolution de 1917…, p. 512.

31 Il est même représenté caché sous le canapé de Cereteli et de Černov du Soviet de Petrograd, pendant que le Gouvernement provisoire est à sa recherche, Bič, № 27, juillet 1917.

32 Lénine…, p. 285.

33 Op. cit., p. 286.

34 Lénine, le Marxisme et l’insurrection – Lettre au comité central du P.O.S.D.R., 13‑14 (26‑27) septembre 1917, parue pour la première fois en 1921 dans la revue Proletarskaja Revoljucija. 

35 L’auteur se réfère à l’État et la Révolution de Lénine, rédigé durant l’été 1917.

36 Malia, la Tragédie soviétique…, p. 147.

37 Jacquerie, révolte russe d’une grande violence. La plus connue est incontestablement celle menée sous le règne de Catherine II par Emelian Pugačev, et à propos de laquelle le héros de Pouchkine, Grinev s’exclamait dans la Fille du Capitaine : « Que Dieu nous garde de voir la révolte russe, absurde et sans merci ! ».

38 Une caricature de bolchevik en Deržimorda, apparaît en quatrième de couverture de Bič, № 24 du mois de juin, avec le journal la Pravda à ses côtés.

39 Klioutchnikov, le Changement de Jalons, traduit du russe et présenté par Y.-M. Cosson, Lausanne, L’Âge d’Homme, coll. « Slavica », 2005, p. 226.

40 Gorki, Pensées intempestives…, novembre 1917, p. 92‑93.

41 Carrère d’Encausse, Lénine…, p. 261.

42 Parue dans Bič, № 29, août 1917.

43 Que l’on peut traduire littéralement par : la force destructrice est la force créatrice.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Эшафот, avril 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 2. Все совершенствуется, Remi. Новый Сатирикон, № 15, avril 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 3. Plus ленинецъ que Ленинъ même, N. Nikolaevskij. Бич, № 17, 30 avril 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig. 4. Le petit chaperon rouge russe, Gustav Mootse. Пугач, № 5, mai 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 5. Romance entre Lénine et la Russie, Boris Antonovskij. Новый Сатирикон, № 27 juillet 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 6. Honneur et services rendus par les bolcheviks, N. Nikolaevskij. Бич, № 26, juillet 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 7. L’honorable præsidium in pleno, Ivan Vassilevič Simakov (Sinus). Бич, № 33, août 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 8 – Anarcho-vik, Boris Antonovskij. Бич, № 33, août 1917
URL http://journals.openedition.org/res/docannexe/image/948/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oxana Ignatenko‑Desanlis, « L’image de Lénine entre février et octobre 1917 »Revue des études slaves, LXXXVII-3-4 | 2016, 397-415.

Référence électronique

Oxana Ignatenko‑Desanlis, « L’image de Lénine entre février et octobre 1917 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVII-3-4 | 2016, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.948

Haut de page

Auteur

Oxana Ignatenko‑Desanlis

Docteur en Histoire de l’art, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, École du Louvre.

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search