Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Mutations disciplinaires, enjeux ...Science, révolution, poésie : le ...

Mutations disciplinaires, enjeux méthodologiques

Science, révolution, poésie : le cas d’Ivan Nikanorovič Rozanov (1874-1959)

Science, Revolution, Poetry : the Case of Ivan Nikanorovich Rozanov (1874-1959)
Nikolaj Bogomolov
Traduction de Daria Sinichkina et Catherine Depretto
p. 177-191

Résumés

I. N. Rozanov a laissé l’image d’un critique littéraire assez traditionnel. Toutefois, son journal tend à corriger cette impression, en particulier pour la période qui suit la révolution de 1917. On y découvre sa participation régulière aux séances du Cercle linguistique de Moscou, son intérêt pour la poésie d’avant-garde. Son analyse de la poésie russe de l’époque le place plutôt du côté des courants novateurs de la critique, évoquant par instants l’approche de Jurij Tynjanov.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 А. М. Novikova, Иван Никанорович Розанов (1874-1959), T. V. Majackaja, I. V. Fedorov, L. P. Šepetov (...)

1Dans l’histoire des études littéraires russes, Ivan Nikanorovič Rozanov a longtemps été l’incarnation quasi idéale du professeur d’Ancien régime, devenu soviétique : auteur d’un seul ouvrage avant la Révolution, suivi d’un certain nombre de travaux pendant les années 1920, il connut, dans les années 1930, une ascension fulgurante vers l’Olympe soviétique des études littéraires, jalonnée de l’Ordre rouge du travail, du grade de docteur ès lettres honoris causa, d’un long enseignement à l’Université de Moscou, d’une activité notable à l’Union des écrivains... De façon significative, le livre qui lui a été consacré par l’une de ses étudiantes a été édité dans la série « Savants illustres de l’Université de Moscou »1.

2Connu pour avoir rassemblé une imposante bibliothèque de poésie russe (aujourd’hui conservée au musée Puškin de Moscou) et pour avoir dirigé le département du livre au Musée historique d’État, Rozanov bibliophile est également une figure d’autorité incontestée.

  • 2 I. Rozanov, Литературные репутации : работы разных лет, L. А. Ozerov (ed.), Мoskva, Sovetskij pisat (...)
  • 3 Аnna Sergeeva-Kljatis, Поэзия Бориса Пастернака 1920-х годов в советской журналистике и критике ру (...)

3Toutefois, pour la majorité des critiques actuels, ses travaux semblent être exclusivement descriptifs et largement dépassés, voilà pourquoi ils font rarement l’objet de relectures ou de mentions dans les bibliographies. Un seul de ses ouvrages a été publié après sa mort, en l’année déjà lointaine de 19902. Néanmoins, de façon pour le moins inattendue, Rozanov-critique est devenu, ces dernières années, l’objet d’un intérêt accru de la part de plusieurs auteurs3, et cela n’est pas, semble-t-il, le fait du hasard.

  • 4 Rozanov, Русская лирика : от поэзии безличной – к исповеди сердца, М., Zadruga, 1914. Peuvent être (...)

4Si l’on jette un coup d’œil rapide à sa carrière avant la Révolution, on note les éléments suivants. En 1900, Rozanov est diplômé de l’Université de Moscou. Pour une raison qu’on ignore, il n’entame pas de carrière universitaire alors que son nom a été proposé pour l’assistanat. Cette décision répond, sans doute, à des considérations financières ; il ne peut disposer ni d’un revenu fixe, ni d’un quelconque héritage. Rozanov choisit la carrière d’enseignant et travaille pendant vingt ans environ dans des lycées (exclusivement de jeunes filles), aux cours supérieurs Poltorackaja et à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture. Il se fixe lui-même la mission d’écrire une Histoire de la poésie lyrique russe, projet qu’il associe rétrospectivement à Brjusov, qu’il a bien connu. Il publie un seul ouvrage assez mince avant 1917, composé d’essais sur plusieurs poètes du xviiie et du début du xixe siècle4. Suit une pause, pendant laquelle ne sont édités que des articles séparés, puis, entre 1923 et 1929, cinq livres paraissent coup sur coup, sans compter les manuels et les bibliographies. Du jour au lendemain le professeur de lycée très discret devient une figure notable du monde scientifique. Que s’est-il passé ?

5Plusieurs facteurs importants entrent ici en jeu.

6Tout d’abord, pour des raisons qui demeurent à ce jour encore obscures, à partir de 1916 environ, Rozanov se met à s’intéresser à la poésie contemporaine. Si avant cette date l’on ne comptait, dans son cercle de connaissances, que Valerij Brjusov et les sœurs Gercyk comme personnalités littéraires éminentes, s’ajoutent désormais Vjač. Ivanov, V. Xodasevič, M. Cvetaeva, S. Esenin, N. Kljuev, I. Severjanin, Sofia Parnok, Konstantin Bol′akov, etc. (n’oublions pas qu’à peu près à la même époque l’une des élèves de Rozanov, Marietta Šaginjan, accède à une certaine notoriété).

7Rozanov fonde en 1916 un cercle littéraire « Devič′e pole » (mot à mot « Le champ des vierges ») ; on y fait des exposés sur Cvetaeva et Šaginjan précisément, mais aussi sur Zinaida Gippius, Anna Axmatova, Marija Moravskaja, Vera Inber, Čerubina de Gabriak, Natal′ja Krandievskaja (l’homogénéité de genre correspondait aux goûts de l’organisateur et des participantes). Progressivement Rozanov élargit son champ d’intérêt aux poètes qui tendent de plus en plus vers l’avant-garde. Après Octobre, il a des contacts réguliers avec les imaginistes, Boris Pasternak et Sergej Bobrov (l’un de ses anciens élèves à l’École de peinture, de sculpture et d’architecture), suit de près Majakovskij, etc.

8Les événements révolutionnaires ont-ils eu une incidence sur cette évolution ? Là encore, nous ne disposons pas de suffisamment de matériaux pour porter un jugement définitif. On sait toutefois qu’en dépit d’une réputation de respectabilité, lors de ses années d’étude à l’université, Rozanov a été lié aux manifestations étudiantes, que son association de longue durée avec la coopérative

  • 5 Groupe poétique radical, proche du dadaïsme, définitivement constitué en 1920 à Rostov-sur-leDon et (...)

9« Zadruga » semblerait indiquer une orientation socialiste, de nature à entrer en contradiction, tôt ou tard, avec la façon de gouverner bolchevique. Cependant, autant que l’on puisse en juger, Rozanov n’était pas prêt à résister au nouveau régime et recherchait le compromis. L’évolution relevée plus haut devait forcément le porter vers les enseignants et les chercheurs qui s’éloignaient des méthodes traditionnelles de la recherche. En ce sens, ses liens avec le Cercle linguistique de Moscou, étudiés par S. Ju. Preobraženskij, sont loin d’en constituer le seul exemple. L’intérêt des écrivains (et surtout des poètes) pour les problèmes de forme poétique, la pénétration de ces idées nouvelles dans les cercles littéraires traditionnels, les débats, privés et publics, au sujet de la poésie contemporaine, le plus souvent la plus extrême, l’intérêt pour les lectures publiques des groupes littéraires, depuis les poètes du Proletkul′t jusqu’aux ničevoki5, tout cela a influencé les positions de Rozanov de la fin des années 1910 et du début des années 1920.

  • 6 L’objet de notre article n’étant pas la publication des fragments du journal de Rozanov, nous indiq (...)
  • 7 Groupe poétique mineur. Le plus connu des poètes était Dir Tumannyj (N. N. Panov).

10Le texte dont nous voudrions présenter quelques fragments a été rédigé au début de l’année 1921. Avant toute chose, cependant, il est nécessaire de reconstruire le cercle de ses connaissances ainsi que le champ de ses intérêts littéraires dans la seconde moitié de 1920, à partir de son journal6. Le 15 juillet : colloque au Studio littéraire du Palais des arts, aux côtés de Vjačeslav Ivanov et de Mixail Geršenzon. Le même jour, lors de l’exposé d’I. A. Aksenov au Café des poètes, il remarque l’expressionniste B. Zemenkov. Le lendemain, il rencontre Andrej Belyj et discute longuement avec lui, puis il se rend à la soirée des « Présentistes »7, lors de laquelle Belyj aussi lit ses textes. Le 4 août, conversation avec V. Šeršenevič et présence lors de la communication de I. Gruzinov, « l’Imaginisme comme méthode artistique ». Le 5 août, il assiste à la soirée d’improvisation à l’Union des écrivains, à laquelle participent Brjusov, Šeršenevič et d’autres. Le 17 septembre, il va à la soirée de V. A. Monina et V.A. Butjagina, lors de laquelle le « poète-insolent » Vasilij Fedorov fait un exposé. Le 25 août, soirée des expressionnistes à l’Union des poètes. Le 20 septembre – soirée des écoles littéraires au Musée Polytechnique. Le 4 octobre – soirée de Oleg Leonidov, à laquelle participe T. Levit. Le 11 octobre – séance du « Cercle linguistique de Moscou », avec exposé de Boris Kušner. Le 18 octobre, il écoute, au même endroit, un exposé de Viktor Šklovskij. Il se rend le 1er novembre au Musée polytechnique, à la soirée consacrée à Mixail Kuzmin et Nikolaj Gumilev, venus de Petrograd. Le 8 novembre, discussion sur l’œuvre poétique de Vasilij Fedorov.

11Le 14 novembre, il projetait d’aller à une réunion du Cercle linguistique de Moscou, mais il n’y est pas allé finalement. Le 20 novembre, il se rend au Palais des arts pour écouter un exposé de l’expressionniste Hippolyte Sokolov. Le 28 novembre – au Cercle linguistique de Moscou, exposé de Jurij Sokolov. Le 16 décembre, exposé de I. Šišov sur l’expressionnisme ; le 19 celui de V. M. Žirmunskij, à la Société des amis de la littérature russe. Le 21 décembre – soirée Majakovskij, intitulée « Vive le futurisme ». Le 28 – exposé de V. M. Žirmunskij au Cercle Linguistique de Moscou. En plus, il recopie les vers de Pasternak, écoute un exposé de Brjusov sur le romantisme (ce qu’il est important de prendre en compte dans le contexte des réflexions de Rozanov sur le classicisme et le romantisme), les vers d’Adalis, parle avec Bobrov, etc. On a l’impression que la poésie contemporaine et les dernières recherches de l’école formelle présentent pour Rozanov un intérêt tout particulier.

12Tout cela débouche sur une série de réflexions concernant la poésie contemporaine, notées sur des feuilles séparées et rassemblées par les archivistes (NIOR RGB, F. 653, kart. 25, ed. xr. 13). D’après son journal, Rozanov projetait d’en faire le point de départ de son livre, au titre inchangé, la Poésie lyrique russe, qui devait être composé de sept ou dix tomes. Nous ne citerons que des passages de ces réflexions pour montrer à quel point Rozanov s’est écarté, à l’époque, de son approche littéraire traditionnelle, quasi-scolaire, mais aussi pour réfléchir aux limites de ses possibilités.

  • 8 Летопись жизни и творчества С. А. Есенина, М., IMLI RAN, t. 3, 2005, fasc. 1, p. 23-29, 45, 57-59.

13Rappelons avant tout que la partie de ses notes, concernant Esenin et Majakovskij, a déjà été publiée, si ce n’est dans son intégralité, du moins dans sa majeure partie8. Nous voulons présenter ici des fragments, liés à d’autres phénomènes littéraires et en proposer une interprétation.

  • 9 Ibid.,p. 28.

14Le 11 janvier 1921, Rozanov écrit dans son journal : « Je lis Jav′ (Réel). J’ai noté quelques impressions9 ». Dans le carnet de ses remarques figure, à la même date, l’inscription suivante : « Livre Jav′. [Lu du cinq au dix] ».

  • 10 Литературная жизнь России 1920-х годов: События. Отзывы современников. Библиография, A. Ju. Galuški (...)

15Ce recueil de poèmes était paru près de deux ans auparavant, en février 191910, mais n’a attiré l’attention de Rozanov qu’à ce moment-là. La raison tient sans doute à la résurgence de son intérêt pour l’imaginisme, puisque ce recueil rassemblait toute la « troupe » : Esenin, Ivnev, Mariengof et Šeršenevič, de même que A. Olenin et I. Starcev, qui s’étaient affiliés au mouvement. En outre, le livre comportait également des vers de Vasilij Kamenskij, d’Andrej Belyj, de G. Vladyčina, de S. Spasskij (ces deux derniers ne sont devenus membres du groupe imaginiste qu’à l’été 1921), de S. Reskin (l’expressionniste), de Boris Pasternak et de Petr Orešin. Ainsi à l’exception de Belyj et de Orešin, tous les autres étaient d’une manière ou d’une autre liés à des courants littéraires « de gauche ».

16Voici l’effet que le recueil produit sur Rozanov :

  • 11 Poème « Уличная », première variante : « Свистки милиционеров ». Une partie de la notation concerna (...)

Это сборник не только революц<ионных> стихов, но и кощунственных : угрозы и грубые окрики против солнца (начал еще давным-давно Сологуб), против неба, против Бога. Более подлаживающийся, чем откликающийся Шершеневич11заставляет кричать поэта Богу: « Ну, чего раскорячил руки, как чучело ». « Мы боги, мы люди, а не консервы » восклицает В. Каменский. Всех ярче и всех кощунственнее Мариенгоф (не здесь ли впервые показал свое лицо). О Боге он говорит холодно, как никогда и не знавший его. Это не богоборчество, как у Маяковского. У Мариенгофа это торжество над трупом убитого врага, с к<отор>ым он сам не боролся... но ликует, трубит победу : мы пахали! Это ослиное ляганье мертвого льва.
Останавливают на себя внимание стихи Пастернака
Час, когда общий тип еще
Помесь зари с паяцем...
Это что же, тоже прославление революции ?
Правда, помечено : “май 1917”.
Но и другое ст<ихотворен>ие, без даты, отличается большим, чем у других, объективизмом.
Некоторые, как Есенин или Оленин, и в рев<олюционных> стихах немогут обойтись без религ<иозной> символики. Оленин говорит о “Новом спасе”. Впрочем, вчера Оленин публично отрекся от всех своих ст<ихотворен>ий, помещенных здесь. (L. 16)

  • 12 Aleksandr Borisovič Olenin (Giršberg, 1897-1962) : artiste, metteur en scène de théâtre, également (...)

17Dans ce passage plusieurs éléments attirent notre attention. Tout d’abord, Rozanov met bien en avant des poètes d’envergure (Pasternak, Kamenskij, Esenin, Mariengof), mais il juge utile de mentionner également Aleksandr Olenin, parfaitement oublié et publiant à peine à l’époque12. Cette démarche s’inscrit dans son projet de dresser un panorama de la poésie à telle ou telle période, en prenant en compte tous les auteurs, même les moins connus. Le second élément important est la correspondance entre la thématique de l’ouvrage et sa réalisation dans la chair même du vers. Aussi bien le titre, Jav′ que le poème liminaire (« Accueillez le matin de la révolution » de V. Kamenskij, séparé de ses autres textes), déterminent la thématique du recueil comme ouvertement révolutionnaire ; néanmoins, Rozanov reproche aux auteurs de ne pas en avoir respecté le cadre : l’« objectivisme » de Pasternak, le symbolisme religieux de Esenin et de Olenin, l’anti-esthétisme blasphématoire de Kamenskij et de Mariengof ne correspondent pas, de son point de vue, au titre du livre et à son intention générale. Enfin, on doit noter la correspondance qu’il établit entre certaines figures métaphoriques et la poésie des prédécesseurs : Rozanov fait ainsi remonter les menaces contre le soleil au thème effectivement assez fréquent chez Sologub du soleil mortifère.

  • 13 Elle est publiée avec des remarques concernant la valeur des conclusions de Rozanov, cf.Bogomolov, (...)

18Va également dans le même sens la note consacrée au recueil de Boris Pasternak, Par-dessus les obstacles, rédigée le lendemain et également destinée à la Poésie lyrique russe13.

19Quelques jours plus tard, Rozanov passe à un nouveau thème, dont témoignent ces entrées de journal : « 16 jan<vier>. Dim<anche>. P<oésie> l<yrique russe>. Acméisme (bibliogr<aphie>). 17 jan<vier>. L<undi>. P<oésie> l<yrique russe>. Acméisme » (F. 653. Kart. 4. Ed. xr. 5. L. 15). En réalité, ce travail lui a pris plus de temps. Malheureusement, la bibliographie dont il est question a soit été perdue, soit n’a pas encore été retrouvée dans les vastes archives de Rozanov. Voici, toutefois, ses notes sur l’acméisme (L. 21-24).

  • 14 Paraphrase du livre de Nietzsche, Menschliches, Allzumenschliches [Humain, trop humain].
  • 15 Il est question d’événements liés à la première année de parution de la revue Apollon : rôle d’orga (...)
  • 16 Rozanov s’appuie sur le récit d’Andrej Belyj, tel qu’il le rapporte dans son journal à la date du 1 (...)
  • 17 Rozanov a en vue le groupe d’expressionnistes de Moscou qui avait quasiment pour unique représentan (...)
  • 18 Rozanov reproduit, parfois en les citant, les propositions principales du célèbre manifeste acméist (...)
  • 19 Sont amplement utilisées les conceptions largement connues à l’époque de V. M. Žirmunskij (qu’il n’ (...)
  • 20 La note est un résumé de l’article de Mandel′štam, « Le matin de l’acméisme » (Утро акмеизма) (Сире (...)

Акмеизм
17 янв<аря>.
Есть и переход от символизма к акмеизму.
1. Символист Ин. Анненский был учителем Гумелева <так!> и А. Ахматовой, первого биографически, оказывая личное влияние. Ахматова же как поэтесса вышла из поэзии Анненского.
2. Акмеизм (течение петербургское, слишком петербургское14) связан с « Аполлоном » – с пластич<ескими> искусствами, с Бенуа ?, с преклонением перед Петербургом, а « Аполлон » начат Анненским, а потом Кузьмин <так!>, Гумилев (оба начали в символич<еских> « Весах »), впрочем, в « Весах » уже можно найти ту струю, к<отор>ая впоследствии названа была « акмеизмом ». « Ап<оллон> » с самого начала (1910 г.) заговорил о « кризисе символизма »15.
3. Самыеназвания« акмеизм », « адамизм » принадлежат Вяч. Иванову и Андрею Белому16, и это не было у них бранным словом, как когда-то « декадентство » у лиц, впервые употреб<лявших> это слово.
4. Акмеизм, как впоследствии экспрессионизм, хочет вообще быть синтетическим, хотя и не подчеркивая этого (принимая) некот<орые> достижения символизма.
Как экспресс<ионизм>, Акм<еизм> г<овор>ит о высших достижениях.
17 янв<аря> <19>21.
Можно сказать, что экспрессионизм есть футуристич<еский> акмеизм, т.е. та форма акмеизма, к<отор>ая появились/ появилaсь  ? вслед за футуризмом [см. конец статьи Гумилева : соединить в себе 4 момента (Шексп<ир>, Рабле, Виллон, Готье)]. Сокол<ов> соед<иняет> 4 направл<ения> футуризма17.
5. Пословам Гумилева, родоначальникомрус<ского>символизмабыл французский символизм, хотя в основе символ<изм>а германский дух.
Акмеизм же идет дальше.
Он, по словам Гумилева, « отдает решительное предпочтение романскому духу перед германским ».
6. « Высоко ценя символистов за то, что они указали нам на значение в искусстве символа, мы не согласны приносить ему в жертву прочих способов поэтического воздействия и ищем их полной согласованности » и т.д. (Гумилев)18.
Если все направл<ения> сводить к 2 : романт<изму> и классиц<изму>, то симв<олизм> стремился быть романтизм<ом>, но были задатки и классицизма, а акмеизм искусство классическое19.


18 янв<аря> <19>21.
Акмеизм
Мандельштам
Мироощущение у художника только орудие, средство. Единственно реальное само произведение.
Произведения искусства обладают более уплотненной реальностью, чем сама действительность.
« Слово как таковое » у футуристов ползает на четверенках <так!> (футуризм выбрасывает сознат<ельный> смысл слова как содержание), у акмеистов слово впервые принимает вертикальное положение и вступает в каменный век (акмеисты и сознат<ельный> смысл считают формой).
Мы (Акм<еист>ы) вводим готику в отношения слов.
Ак<еизм>м верит в реальность материала, сопротивление к<оторо>ого должно победить.
Три измерения – не несчастная случайность, данный Богом дворец (символисты – не домоседы, а путешеств<енники>. Поэтому не умели строить).
Строить значит бороться с пустотой.
Любите существование вещи больше самой вещи и свое бытие больше самих себя, – вот высшая заповедь акмеизма
Закон тожества акм<еист>ы делают своим лозунгом... Дело художника – доказывать, доказывать без конца. Мы не летаем, мы поднимаемся только на те башни, к<отор>ые сами можем построить.
Не смешивать разных планов! напр., земного с небесным, но сознавать грани и перегородки20.


Акмеизм

  • 21 À partir de « Sergej Gorodeckij » jusqu’à la fin, publié dans : Летопись жизни и творчества..., op. (...)

Историч<еское> сопоставл<ение>
Москва Петербург
Сумерки пред модернизм<ом>.
Надсон, Мережк<овский>, Минск<ий> [Фруг],
Андреев,Фофанов
Символизм Декадентство
Старшее покол<ение> Гиппиус, Добролюбов, Сологуб
Брюсов
Бальмонт
Младшие
Белый (раньше) Блок....
———— Акмеизм
Ни одного Городецкий
Гумилев
Анна Ахматова
В Москве эпигонство Провинция Зенкевич
акмеизма (эстетизм) Нарбут
Футуризм
Маяковский Иг. Северянин
Большак<ов>. Бурлюк
Пастернак
Пролет<арская> поэзия
Казин, Александр<овский>, Герасимов –––––––
Имажинизм Ни одного


19 янв<аря> <19>21.
II. Акмеизм – не революционность
Еще доказательство.
Программа « Цеха поэтов »
Акмеизм – символизм, лишившись чутья бесконечного.
III. Акмеизм реализм
И как таковое имеет право на <нрзб.> к левым течениям
IV. Акмеизм – география, зоология, геология.
Заглавие Европа
V. Акмеизм – 2 течения – провинциальные Нарбут и Зенкевич
тяготеют к безобразному. – Связь с декадентством. [А у Нарбута связь
с] Корнеева как наш дом<ашний> < ?> Нарбут.
Нечто об акмеизме
(Даты, имена, топография)
Сергей Городецкий – это Шершеневич акмеизма <слева скобка и
записано : Оба талантливы и интересны, но не вызывают уважения>.
Мандельштам – Мариенгоф акмеизма
Анна Ахматова ?
Гумилев ? Сергей Есенин21.

20Si les trois premières pages sont, de fait, un ensemble de documents sur l’histoire de l’acméisme, les dernières notes sont intéressantes de plusieurs points de vue et nécessitent un commentaire. Tout d’abord, la tentative de systématiser les courants poétiques de la fin du xixe et des deux premières décennies du xxe est assez intéressante. Rozanov prend en compte plusieurs facteurs : le moment de formation, le lieu principal d’existence, la relation avec les autres courants et les analogies avec des poètes d’autres courants. Ce faisant, Rozanov modifie son angle d’approche. Il tente, dans ses premières notes détaillées, d’établir des règles strictes d’opposition entre les courants poétiques suivant le principe de régulation géographique, mais il apparaît que celui-ci ne fonctionne qu’avec l’acméisme, pour lequel Rozanov ne mentionne aucun Moscovite, seulement des Pétersbourgeois et des provinciaux (bien qu’il faille remarquer que s’il avait inclus l’étape tardive du courant, il aurait dû ajouter à sa liste les « néoacméistes » et les « présentistes », basés à Moscou, et non pas s’en défaire sous prétexte qu’ils n’ont été que des épigones). S’il l’on veut préciser la genèse du futurisme et élargir le cercle des futuristes qui se trouvaient dans son champ de vision, il aurait fallu inclure D. Burljuk dans la catégorie des provinciaux, y ajouter V. Xlebnikov, B. Livšic, N. Aseev, A. Kručenyx. Enfin, les poètes prolétariens auraient, de ce point de vue, été une source de difficulté insurmontable de classement, sans doute parce que Rozanov, à cette époque, avait seulement commencé à s’y intéresser, sans grand enthousiasme.

21Dans la note suivante, il tente d’aborder l’acméisme comme école littéraire, pas seulement à travers les catégories d’auto-nomination, comme le faisaient les classificateurs des années révolutionnaires (comme des années prérévolutionnaires, quoique dans une moindre mesure), mais en se fondant sur la confrontation avec les principaux représentants des différentes écoles. La mise en rapport de poètes issus de groupes littéraires divers (S. Gorodeckij et V. Šeršenevič, O. Mandel′štam et A. Mariengof, N. Gumilev et S. Esenin) peut sembler arbitraire, mais présente en réalité quelques fondements. Gorodeckij et Šeršenevič peuvent être comparés en fonction du type de leur évolution : Gorodeckij est allé du symbolisme à l’acméisme en passant par la poésie « populaire » ; Šeršenevič a cheminé du symbolisme à l’imaginisme via un futurisme moderé. Gumilev et Esenin sont comparés, visiblement, d’après le principe du plus grand universalisme de leur conception du monde (videnie) et sont, de plus, unis par l’amitié que leur porte Rozanov. Le plus difficile est d’expliquer le rapprochement Mandel′štam-Mariengof. Sans doute s’explique-t-il par la caractérisation de Mariengof que l’on trouve dans le même carnet de Rozanov :

  • 22 22. Летопись жизни и творчества..., op. cit., p. 23.

Мариенгоф в “Фонтанах седины”, интересных по построению стоп и ассонансах чуть шелестящих – наоборот – говорит о [личном] индивидуальном. За спиной у Есенина всегда Русь [дерев<ня>]. За спиной Мариенгофа его собств<енные> тени и мысли. Тем-то Есенин и силен. Надоевший образ об Антее к нему применим22.

22Le passage à des considérations sur ce qu’est une « école littéraire » en général semble logique, même si Rozanov puise ses exemples dans un matériau qu’il connaît bien.

23Remarquons également qu’il complexifie la dichotomie art classique/art romantique, en introduisant, dans chacune de ces notions, des éléments chronologiques. En tant qu’historien de la littérature, il tente de faire correspondre une théorie générale avec un mouvement historique qu’il connaît bien.

21 янв<аря> <19>21
О школах
То, что писалось вчера мной о символизме, во многом применимо ко другим школам. Эпиграф из кн. Вяземск<ого>. О романт<изме> и классиц<изме>).
1. Всякая школа, направление в поэзии, имеющая революционный (в смысле искусства) характер, есть « течение », но не водных струй в реке, а лавы при извержении, которая с течением времени отвердевает.
2. Красотаестьивтомивдругомвиде...Каждоетечениевсостоянии движущейся лавы м<ожет> б<ыть> условно названо романтич<еским> искусством, каждое твердеющее – классическое.
3. Допоявлениясимволизмаврус<ской>поэзиитолькооднашумная революция – романтизм.
4. Послесимволизманаибольшееправореволюцион<ного>искусства за футуризмом. Имажинизм оспаривает у футуризма это право... Акмеизм только прикидывался революцио<нным>, тогда как это было завершение.
5. Кажется, мнимые революц<ионные> школы это те, к<оторы>е состояние отвердения пред<шествующих> школ принимают за новую лаву. Так символизм из искус<ства> романтич<еского> все более становился классическим... Сознат<ельное>, офиц<иальное> признание этого факта и есть акмеизм.
6. Кроме нормального здорового отвердения м<ожет> б<ыть> эпигонство, к<оторо>ое м<ожет> б<ыть>
1. в разжижении
2. в сгущении.
Пример первого на всяком шагу у бездарных последователей, напр-<имер>, состояние акмеизма сейчас. Пример второго – ультраромантизм 30-ых–40-ых годов. Наоборот, некрасовский реализм был нормальной стадией в развитии классич<еского> искусства ( ?).
7. Акмеизм, как самое слово показывает, есть « завершение ». После завершения в том же направл<ении> м<ожет> б<ыть> только эпигонство. 8а.Школа есть то, что нужно окончить, оставить, преодолеть, а затем развитие таланта идет своей дорогой. Поэтому характерными представителями школ являются или небольшие поэты (напр<имер>, A. M. Добролюбов), закончившие рано свое творчество, или большие в период
только молодости (Пушкин, Брюсов).


21 янв<аря> <19>21
8б.М<ожет> б<ыть>, удобнее даже связывать школу не с именами поэтов, а с отдельн<ыми> произведениями и книгами. Напр<имер>, романт<изм> с « Людмилой » и « Рус<ланом> и Людм<илой> ». [Байр<онические> поэмы П<ушкин>а, Демон, « Мцыри » – образцы одного из разветвлений романтизма – байронизма, хотя бы и были по существу более глубоко романтич<ескими>, менее связываются с романт<ической> школой].
Напр., символизм – с книгой « Natura naturans » Добролюбова, первые книги Брюсова...
Для акмеистов – книги Нарбута, « Камень » Мандельштама. Высшее же достижение уже выходит из школы – « пеленок » школы. Проверить на Маяковском – он футурист только в первые годы. Так<им> обр<азом>, нельзя к большому поэту прицепить навсегда
этикетку. Распределение по школам имеет только методологическое значение –
удобство.
9. М<ожет> б<ыть>, реализм – это только маргариновый классицизм,
т.е. классицизм плохого качества. Закон развития всего – от текучего и смутного к крепкому и ясному – от музыки к архитектуре.


21 янв<аря> <19>21
О школах
10. Музыка – самое романт<ическое> искусство. <...>
11. Страшность, причудливость, эпатажность каждой школы впоследствии вместе со школой исчезающее у былых представителей школы происходит от таких причин
1. Сознат<ельного> желания подчеркнуть свою противоположность прежнему...
Эпатаж – был всегда (от романтиков до имажинистов).
2. С этим неразрывно связана неподготовленность читателей...
Непонятное вначале становится с течением времени понятным.
После этого уже поэт и читатели идут друг к другу навстречу.
Поэт опускается до читателя. Читатель подымается до поэта.

24Ce texte est en soi assez explicite, et ne nécessite pas de longs commentaires. Remarquons simplement qu’il pourrait quasiment s’agir du brouillon du début de l’article de Tynjanov, « Sur Xlebnikov ». Cependant, il manque clairement à Rozanov une figure fédératrice, qui aurait pu donner une unité à ses analyses. Pour Tynjanov, cette figure est Xlebnikov. En 1921, Rozanov ne l’avait toujours pas lu. C’est la raison pour laquelle il poursuit ses recherches, sans trop de succès : ni Majakovskij, ni Esenin, ni Pasternak ne sont susceptibles d’incarner son idée d’école poétique. Comme l’écrivait Tynjanov :

  • 23 Ju. Tynjanov, Проблема стихотворного языка : статьи, М., Sovetskij pisatel′, 1965, p. 284.

[...] soudain est apparu un “et”, d’une dimension bien plus importante : “la poésie contemporaine et Xlebnikov” – tandis que s’annonce un autre “et”: “la littérature contemporaine et Xlebnikov”23.

25Il est difficile d’en être certain à cent pour cent, mais il est possible qu’au cours de sa quête Rozanov ait jeté son dévolu sur la figure de M. Kuzmin. Toujours le 21 janvier, il termine par des réflexions dans les marges du recueil Colombes d’argile (1914).

  • 24 Cf. « Старинные напевы месс. [...] Когда прижмусь я к верной, верной / Твоей целованной груди ».

21 янв. 21. Кузьмин [sic !] Заметки на полях книги
« Глиняные голубки »
3-ья книга.
1. Посвящение пример дурной аллитерации :
Садяся в круг на круглый кубок. Но само стих<отворен>ие « прекрасно »
Не вполне понимаю последнего эпитета « послушным ». 2. « В дороге ». 1913 г.
Образ хорош « Жизни мельница не стерла » « И не эстеты! » — вот как ?! « На мненье света наплевать! » тоже! Отель закрыт – с травой канава
Заменит пышную кровать... И ни в какой манерной позе Теперь меня не уличишь... ....... Любовь проста.
Хорошо
То же движение от жеманной любви к простой ?!


21 янв<аря> <19>21 Кузьмин Стр.
13. « Кошкой подойдете » – хорошо, как родинка на напудренном
лице. Все остальное слишком эстетно.
Стр. 14 и 15. Ст<ихотворен>ия бледные, кроме последних четверостиший, где есть хорошая образность.
Стр. 6. Слишком утонченно... « влюбленный в лилею »
« млею » – не нравится. Стр. 17. Очень изысканно – дешево изысканно.
18. Хорошо : « весеннейшие сны » (ср. « Мой двоюроднейший брат ». Вообще не ярко, но цельно и с чувством.
19. Начало бальмонтовское Характ<ерно> для Кузм<ина>.
И с трудом подымаются веки, Если голову ломит мигрень
Стр. 20. Хорошо по чувству.
Стр. 21. Начало слишком громоздко для последующего
Стр. 22. Хорошо по чувству (бледновато по образам) Ост<анавливают> вн<имание> « месс » и 2 последние строчки24. <строка нрзб>

26Deux jours plus tard, le 23 janvier, a lieu pratiquement la vérification de ce qu’il vient d’énoncer. Il assiste d’abord à l’Aube du symbolisme au théâtre Kamernyj :

Слово Шершеневича : довольно шаблонно... Символизм – течение, возникшее как протест против кн. < ?> Надсона-Минского... Его черты :
1. Множественность смыслов,
2. Единство формы и содерж<ания>.
Это всегда было в поэзии, но симв<ол>изм то и другое подчернул. Недостатки символизма :
1. Рассудочность
2. Отсутствие связи с современностью и т.д. Акмеизм от символизма не отличается.... Хорошо было выражение : « Всеобщее признание – венок на могилу мертвых » (F. 653. kart. 4, ed. хr. 5, l. 17ob).

27Une fois rentré, il prépare le plan d’un texte sur Majakovskij qu’il rapporte ensuite à sa Poésie lyrique russe, puis il se rend à la « 7e réunion du cercle poét<ique> [...] Exposé de Ek<aterina> Mix<ajlovna> Bagrin<ovskaj>a sur Kuzmin. Discussions. Puis lecture poétique... » (Ibid., l. 18).

28On voit que l’intérêt de Rozanov pour des questions sérieuses d’histoire et de théorie littéraire est lié à l’actualité. Il voit dans l’exposé de V. Šeršenevič une confirmation de ses idées sur le symbolisme et l’acméisme. Ses réflexions sur la poésie de Kuzmin le mènent à un exposé et à une discussion sur le sujet. Au même moment a lieu la lecture poétique par les membres du cercle. La façon même de construire son discours critique rappelle de manière étonnante l’Opojaz ou le Cercle linguistique de Moscou : exposés théoriques, débats au sein du cercle, puis utilisation du plus compréhensible par un auditoire large lors de discussions publiques.

  • 25 Cf. Preobraženskij, « Русский формализм... », art. cit., p. 100.
  • 26 Pour un autre aspect des échos scientifiques entre Tynjanov et Rozanov, cf. Tynjanov, Поэтика. Исто (...)

29En outre, l’état de la science de la littérature de l’époque oblige à aller des faits aux généralisations. Le 6 février 1921, autrement dit alors qu’il travaille à la Poésie lyrique russe, lors d’une réunion du Cercle linguistique de Moscou, il est question de la production critique de « Zadruga », avec une discussion qui tourne au scandale après l’exposé de M. M. Kenigsberg25. Rozanov se sent offensé à la fois pour lui-même et pour ses amis, puisque l’un des livres critiqués était l’Œuvre de Turgenev, auquel il avait participé ; il s’est défendu en soulignant que plusieurs années s’étaient écoulées depuis la composition de ce recueil et qu’il avait changé depuis en tant que critique. Il interrompt ses contacts avec le « Cercle Linguistique de Moscou » qui bientôt cesse lui-même ses activités, sans que cela signifie la fin de son intérêt pour les courants les plus novateurs et, par la suite, les plus fructueux de la science littéraire. Son journal témoigne de ses contacts réguliers avec Ju. N. Tynjanov, V. M. Žirmunskij, Ju. G. Oksman, M. K. Azadovskij, G. O. Vinokur, et B. V. Tomaševskij, qui s’est trouvé à Moscou pendant la Seconde Guerre mondiale. La théorie des « réputations littéraires », esquissée par Rozanov, n’est pas sans évoquer en de nombreux points le « fait littéraire » de Tynjanov : les deux sont nés pratiquement au même moment26. Le 25 juin 1932 à Leningrad Rozanov discute avec Tynjanov chez Oksman :

  • 27 F. 653, kart. 4, ed. хr. 10, l. 23.

Потом заговорили о деле. Он предложил мне 1) Песни 2) романсы 3) куплеты 4) Бенедиктов. Я сам предложил ему 5) отверженные (Бобров, Шихматов, Шаликов, Хвостов)27.

30Il s’agit bien évidemment ici de projets pour la « Bibliothèque du poète », alors naissante. De façon symptomatique, Rozanov se révèle en quelque sorte plus « radical » que Tynjanov. Rozanov publie en 1936 les Chants des poètes russes, les vers de Benediktov (édités par L. Ja. Ginzburg) paraissent également dans la « Bibliothèque du poète » ; en revanche, le tome « Otveržennye » (notons la référence à la culture française ; « Otveržennye » est le titre russe des Misérables, mais le contexte indique explicitement qu’il s’agit des « poètes maudits ») ne voit pas le jour, ce qui n’a rien d’étonnant compte tenu de l’époque et la préférence de Gorki pour la bonne littérature.

  • 28 Pour plus de précisions, cf. Bogomolov, « К истории одного спецкурса », Acta Slavica Estonica, V. Б (...)

31Relevons aussi l’enthousiasme dont fait preuve Rozanov lorsqu’il prépare, puis fait un cours pour spécialistes sur le symbolisme russe à la faculté des lettres de Moscou en 1944-194528. Mais dès que ce type de sujet devient suspect, il cesse immédiatement de s’en occuper ou du moins en exclut toute référence de son journal et des notes qui nous sont parvenues, sans parler de ses travaux publiés.

32I. N. Rozanov représente, nous semble-t-il, un exemple très caractéristique de critique littéraire russe de l’époque des guerres et des révolutions, aussi bien politiques que scientifiques. D’un côté, il cherche à être au niveau des meilleures réalisations scientifiques de son temps ; de l’autre, il les relègue facilement au second plan, allant même jusqu’à les renier (à cette dernière catégorie appartiennent, à notre avis, les travaux d’après-guerre de Rozanov). D’un côté, il est attiré par la réalité révolutionnaire et est prêt à s’engager pour la révolution au sens le plus large du terme, de l’autre, au moindre danger (et à l’époque soviétique, ce n’est pas les occasions qui manquaient), il se retranche immédiatement derrière les slogans et travaux officiels. Parmi ses poètes préférés, on trouve, d’un côté, V. Lebedev-Kumač, de l’autre B. Pasternak.

33Cette liste peut encore être augmentée, tout comme peut l’être celle des savants semblables à Rozanov. Travaillant sous couvert du masque de critique littéraire soviétique prospère, et parfois même sous celui de « meilleur élève » (Rozanov s’est ainsi distingué lors de la campagne de 1949), ils n’abandonnaient pas pour autant leur occupation principale, même ils n’avaient aucune possibilité d’en laisser échapper le moindre écho.

Haut de page

Notes

1 А. М. Novikova, Иван Никанорович Розанов (1874-1959), T. V. Majackaja, I. V. Fedorov, L. P. Šepetovskaja, Moskva, Izdatel′stvo Moskovskogo universiteta, 1966.

2 I. Rozanov, Литературные репутации : работы разных лет, L. А. Ozerov (ed.), Мoskva, Sovetskij pisatel′, 1990.

3 Аnna Sergeeva-Kljatis, Поэзия Бориса Пастернака 1920-х годов в советской журналистике и критике русского зарубежья, М., MGU, 2013, p. 166-172 ; S. Ju. Preobraženskij, « Русский формализм глазами традиционалиста (И. Н. Розанов о О. М. Брике и МЛК) », Методология и практика русского формализма : Бриковский сборник, vyp. II, М., 2014, p. 94-101 (сf. Notre appréciation : « В книжном углу – 14 », Новое литературное обозрение, 2015, No 131, p. 391-396) ; N. А. Bogomolov, « К вопросу о термине “серебряный век”: критическое высказывание и литературоведческое суждение », Вестник Московского университета. Серия 10 : журналистика, 2015, No 2, p. 49-60.

4 Rozanov, Русская лирика : от поэзии безличной – к исповеди сердца, М., Zadruga, 1914. Peuvent être considérés comme des prolongements : Пушкинская плеяда : старшее поколение, М., Zadruga, 1923 ; Поэты двадцатых годов XIX века, М., Gosudarstvennoe izd., 1925 ; Русские лирики: очерки, М., Nikitinskie subbotniki, 1929.

5 Groupe poétique radical, proche du dadaïsme, définitivement constitué en 1920 à Rostov-sur-leDon et qui cesse d’exister en 1922. Principaux représentants, Rjurik Rok (R. Ju. Gering), Sergej Sadikov, Boris Zemenkov, Aecij Ranov, Lazar′ Suxarebskij, Elena Nikolaeva, Denis Umanskij, Susanna Mar, Oleg Erberg. (NdT).

6 L’objet de notre article n’étant pas la publication des fragments du journal de Rozanov, nous indiquons simplement le lieu de leur conservation, NIOR RGB, F. 653, kart. 4, ed. хr. 3-5.

7 Groupe poétique mineur. Le plus connu des poètes était Dir Tumannyj (N. N. Panov).

8 Летопись жизни и творчества С. А. Есенина, М., IMLI RAN, t. 3, 2005, fasc. 1, p. 23-29, 45, 57-59.

9 Ibid.,p. 28.

10 Литературная жизнь России 1920-х годов: События. Отзывы современников. Библиография, A. Ju. Galuškin (ed.), М., IMLI RAN, t. 1, Москва и Петроград: 1917-1920 гг, 2005, p. 355-356. Sont également mentionnés la liste des recensions du livre et certains passages de ces recensions.

11 Poème « Уличная », première variante : « Свистки милиционеров ». Une partie de la notation concernant Pasternak a été publiée dans : N. А. Bogomolov, « Пастернак в дневнике И. Н. Розанова », Russian Literature, LXXVIII-III/IV, 2015, p. 662 ; d’autres fragments (principalement ceux qu Aleksandr Borisovič Olenin (Giršberg, 1897-1962) : artiste, metteur en scène de théâtre, également poète.i sont liés à Esenin) l’ont été dans Летопись жизни и творчества..., op. cit., p. 28.

12 Aleksandr Borisovič Olenin (Giršberg, 1897-1962) : artiste, metteur en scène de théâtre, également poète.

13 Elle est publiée avec des remarques concernant la valeur des conclusions de Rozanov, cf.Bogomolov, « Пастернак в дневнике И. Н. Розанова »..., art. cit., p. 663.

14 Paraphrase du livre de Nietzsche, Menschliches, Allzumenschliches [Humain, trop humain].

15 Il est question d’événements liés à la première année de parution de la revue Apollon : rôle d’organisateur d’I. F. Annenskij, prise de possession de la direction du secteur littéraire par la « jeune rédaction » (Kuzmin, Gumilev) auteurs des « Lettres sur la poésie russe » et de « Remarques sur la littérature russe », allusions également aux articles de Kuzmin « À propos de la belle clarté », de Vjač. Ivanov, « Le testament du symbolisme » et de Blok, « De l’état actuel du symbolisme russe », publiés dans Apollon en 1910.

16 Rozanov s’appuie sur le récit d’Andrej Belyj, tel qu’il le rapporte dans son journal à la date du 16 juillet 1920 : « L’acméisme n’a pas de signification sérieuse. Son apparition et son nom même sont le fait du hasard. Je me souviens que, dans le bureau de V. Ivanov, lors d’une conversation avec Gumilev, j’ai proposé le terme d’“adamisme”, et V. Ivanov celui d’“acméisme”. Gumilev est maintenant une figure d’importance à Petrograd. Il a une démarche fière ; chacun de ses gestes et de ses regards dit : “Je suis un maître ! Je suis un maître !”, c’est très désagréable. Je pense que l’époque des maîtres est passée sans retour. », (NIOR RGB, F. 653, kart. 4, ed. хr. 3, l. 5ob).

17 Rozanov a en vue le groupe d’expressionnistes de Moscou qui avait quasiment pour unique représentant le poète, plus tard critique de cinéma, Ippolit Vasil′evič Sokolov (1902-1974). Le 25 août, Rozanov note dans son journal : « Soirée des expressionnistes (prix : 100 roubles). Discours introd[uctif] d’Hip. Sokolov. Sont én[oncés] trois principes de l’express[ionisme] : 1. Le synthétisme, 2. L’européanisme, 3. Le transcendantalisme. Ensuite ont pris la parole Zemenkov (« Стеарин с проседью »), Levit (poème narratif « Треугольник »), Šišov... Accrochage entre Levit et Argo. Impres[sion] négative. », (NIOR RGB, F. 653, kart. 4, ed. xr 4, l. 63). Pour plus d’informations à propos de l’expressionisme moscovite, cf. Русский экспрессионизм : Теория. Практика. Критика, V. N. Terexina, М., IMLI RAN, 2005.

18 Rozanov reproduit, parfois en les citant, les propositions principales du célèbre manifeste acméiste de Gumilev, « L’héritage du symbolisme et l’acméisme » (Наследие символизма и акмеизм).

19 Sont amplement utilisées les conceptions largement connues à l’époque de V. M. Žirmunskij (qu’il n’était pas le seul à partager), que Rozanov pouvait connaître grâce au célèbre article « Ceux qui ont surmonté le symbolisme » (Преодолевшие символизм), ou grâce à l’exposé « Valerij Brjusov et l’héritage de Puškin » (Валерий Брюсов и наследие Пушкина), qu’il avait entendu lors de la séance du CLM du 28 décembre 1920.

20 La note est un résumé de l’article de Mandel′štam, « Le matin de l’acméisme » (Утро акмеизма) (Сирена, 1919, No 4-5, p. 69-74). Nous n’avons pas reproduit la numérotation des paragraphes.

21 À partir de « Sergej Gorodeckij » jusqu’à la fin, publié dans : Летопись жизни и творчества..., op. cit., p. 33. Elizaveta Fedorovna Korneeva (1893 ou 1897-1948) : jeune poétesse, auteur du recueil de vers « Жуть лесная », М., 1917, participait régulièrement au « Champ des vierges », dirigé par Rozanov.

22 22. Летопись жизни и творчества..., op. cit., p. 23.

23 Ju. Tynjanov, Проблема стихотворного языка : статьи, М., Sovetskij pisatel′, 1965, p. 284.

24 Cf. « Старинные напевы месс. [...] Когда прижмусь я к верной, верной / Твоей целованной груди ».

25 Cf. Preobraženskij, « Русский формализм... », art. cit., p. 100.

26 Pour un autre aspect des échos scientifiques entre Tynjanov et Rozanov, cf. Tynjanov, Поэтика. История литературы. Кино, М., 1977, p. 433.

27 F. 653, kart. 4, ed. хr. 10, l. 23.

28 Pour plus de précisions, cf. Bogomolov, « К истории одного спецкурса », Acta Slavica Estonica, V. Блоковский сборник XIX, Tartu, 2015, p. 145-151.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nikolaj Bogomolov, « Science, révolution, poésie : le cas d’Ivan Nikanorovič Rozanov (1874-1959) »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 177-191.

Référence électronique

Nikolaj Bogomolov, « Science, révolution, poésie : le cas d’Ivan Nikanorovič Rozanov (1874-1959) »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2018, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.952

Haut de page

Auteur

Nikolaj Bogomolov

Université d’État de Moscou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search