Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2In MemoriamAleksandr Jur′evič Galuškin

In Memoriam

Aleksandr Jur′evič Galuškin

1960-2014
Catherine Depretto
p. 379-381

Texte intégral

1Historien de la littérature russe du xxe siècle, Aleksandr Galuškin est brutalement décédé en juin 2014, à l’âge de cinquante-quatre ans. Natif de Simferopol′, moscovite depuis l’enfance, il était diplômé de la faculté de journalisme de Moscou.

  • 1 Viktor Šklovskij, Гамбургский счет. Статьи. Воспоминания. Эссе (1914-1933), édition du texte et com (...)
  • 2 Dans H. Baran, S. Gindin (eds.), Роман Якобсон. Тексты, документы, исследования, М., RGGU, 1999, p. (...)

2À l’issue de ses études (années 1970), il choisit de ne pas suivre les voies ordinaires, préférant garder son indépendance. C’est ainsi qu’il accepta en 1983-1984 une place de secrétaire littéraire auprès de Viktor Šklovskij, ce qui détermina pour beaucoup la suite de sa carrière. Rapidement Aleksandr Galuškin s’imposa comme un des meilleurs historiens du formalisme, réalisant de nombreuses publications d’inédits et deux ouvrages qui ont fait date. Le premier, Gamburgskij ščet (1990), est une édition commentée d’articles, souvent peu accessibles, de Šklovskij, couvrant les années 1914-1932, préfacée par Aleksandr Čudakov. Le second, préparé en collaboration avec Vladimir Nexotin, če ničego ne končilos (2002)1 est la première édition annotée de la trilogie autobiographique de Šklovskij, Sentimental′noe putešestvie (1922), Zoo (1923), Tret′ja fabrika (1926). Ces trois magnifiques textes de prose étaient pour la première fois réunis en un seul volume et dans des versions intégrales ; ils étaient agrémentés d’une riche iconographie et d’un commentaire détaillé. Celui-ci était particulièrement indispensable pour suivre Sentimental′noe putešestvie dont l’action couvre la révolution de 1917 et la guerre civile et dont plus d’un épisode, compte tenu des nombreuses années d’interdits, avait besoin d’être expliqué. Parmi les nombreuses publications d’Aleksandr Galuškin, liées au formalisme, on mentionnera l’édition annotée complète de la correspondance Šklovskij-Jakobson, parue en 19992.

  • 3 « Дискуссия о Б.Пильняке и Е.Замятине в контексте литературной политики конца 1920–х – начала 1930 (...)
  • 4 « И так ставши на костях будем трубить сбор... к истории несостоявшегося возрождения Опояза », НЛО, (...)

3Parallèlement, Galuškin avait mené à bien une thèse, soutenue en 1997, consacrée à l’affaire Pil′njak-Zamjatin de 19283. Il y révélait sa maîtrise du travail en archives et son goût pour les sources inédites. Cet épisode bien connu de l’histoire littéraire de la période soviétique prenait sous sa plume un autre visage, par son inscription dans un contexte historique large. Pour commencer, le chercheur en éclairait de façon plus détaillée le mécanisme ; il en montrait, ensuite, les réels arrières plans-politiques (le Grand Tournant et la persécution des « spécialistes bourgeois ») et, de façon plus inattendue, soulignait les aspects qui ne correspondaient pas au schéma attendu par les initiateurs. De cette façon, Galuškin se situait plutôt dans le courant de ceux qui, sans remettre en question l’idée d’un contrôle de la vie culturelle par le pouvoir soviétique, insistaient également sur l’importance des acteurs sociaux et refusaient l’approche par le tout idéologique. De ce point de vue, il a éclairé d’un jour nouveau l’article de Šklovskij, « Pamjatnik naučnoj ošibke » (1930), en examinant, entre autres, ses différentes variantes : ce texte qui continue à être présenté comme un modèle de capitulation intellectuelle serait plutôt une ultime tentative pour rendre publique la dernière plate-forme du formalisme russe4.

4Chercheur à l’Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie depuis 1988, Aleksandr Galuškin avait connu la consécration, en étant nommé en 2009 à la tête de la collection « Literaturnoe nasledstvo », à laquelle il communiqua une impulsion décisive. Fidèle à ses principes de travail systématique, il lança la réalisation d’un ouvrage de référence bibliographique, répertoriant tous les tomes parus de la collection et fournissant des informations sur les différents contributeurs. Un premier livre (sur les cinq prévus) de « Литнаследство » за 80 лет, consacré aux tomes 1-103 pour la période 1931-2011, est paru en 2012.

  • 5 A. Galuškin (ed.), Литературная жизнь России 1920-х годов : события, отзывы современников, библиогр (...)
  • 6 Nikolaj Bogomolov, НЛО, 131, 2015, p. 410-420.
  • 7 On signalera, pour finir, quelques-uns des hommages rendus à sa mémoire. L’ensemble d’articles 
 (« (...)

5A. Galuškin était animé du désir de contribuer à la reconstitution d’une base documentaire solide pour écrire l’histoire de la culture à la période soviétique et, d’une façon générale, au xxe siècle. Cette volonté s’est réalisée, en partie, dans la chronique de la vie littéraire en Russie à partir de la révolution de 1917, projet titanesque dont, aidé d’une équipe internationale de chercheurs, il réussit à faire paraître deux volumes, couvrant, pour Moscou et Petrograd, les années 1917-19225. Ce travail monumental s’appuie sur le dépouillement systématique de la presse, sur la chronique des ouvrages parus, mais mobilise également de nombreux ego-documents, alors inédits, qui constituent une mine inégalée de renseignements. Un même souci historiographique et encyclopédique est à l’origine du lancement en 1992 d’un périodique dont il était le rédacteur, De Visu, spécialement consacré à la publication de matériaux inédits : celui-ci cessa de paraître en 1994, mais ses 16 numéros constituent une source indispensable pour tout historien de la culture du xxe siècle (les tables ont fort heureusement été répertoriées par Nikolaj Bogomolov6). Malgré les lourdes tâches qui pesaient sur lui depuis qu’il avait été nommé à la tête de la collection « Literaturnoe nasledstvo », A. Galuškin avait de nombreux projets en tête, en particulier la publication de la correspondance de Šklovskij, et celle de leurs entretiens7.

6Tous ceux qui ont connu Aleksandr Galuškin, gardent le souvenir d’un chercheur exigeant, d’une personnalité, ouverte et chaleureuse, jamais avare de son aide et de ses conseils et dont la disparition a créé un grand vide dans la communauté des historiens de la littérature russe du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Viktor Šklovskij, Гамбургский счет. Статьи. Воспоминания. Эссе (1914-1933), édition du texte et commentaires d’A. Galuškin, M., Sovetskij Pisatel′, 1990 ; Id., « Еще ничего не кончилось... », préface d’A. Galuškin, commentaires d’A. Galuškin et de Vl. Nexotin, М., Propaganda, 2002.

2 Dans H. Baran, S. Gindin (eds.), Роман Якобсон. Тексты, документы, исследования, М., RGGU, 1999, p. 104-135.

3 « Дискуссия о Б.Пильняке и Е.Замятине в контексте литературной политики конца 1920–х – начала 1930–х гг. », RGGU, 1997.

4 « И так ставши на костях будем трубить сбор... к истории несостоявшегося возрождения Опояза », НЛО, 2000, 44, p. 136-153.

5 A. Galuškin (ed.), Литературная жизнь России 1920-х годов : события, отзывы современников, библиография, т. 1, ч. 1, Москва и Петроград 1917-1920 гг.,т. 1, ч. 2, Москва и Петроград 1921-1922гг., М., IMLI RAN, 2005.

6 Nikolaj Bogomolov, НЛО, 131, 2015, p. 410-420.

7 On signalera, pour finir, quelques-uns des hommages rendus à sa mémoire. L’ensemble d’articles 
 (« Литнаследники. [Некролог] », E. V. Ivanova, « Вспоминая коллегу... », Andrej Rogačeskij, « Улица источниковеда Галушкина », Manfred Shruba, « Незавершенный труд », Nikita Šklovskij-Kordi, « Памяти Саши Галушкина », Aleksandr Galuškin, « Разговоры с Виктором Шкловским », éd. préparée par Maksim Frolov) et la liste des publications d’A. Galuškin, « In memoriam », НЛО, 131, 2015, p. 239-244. ainsi que l’ouvrage, paru en 2017, aux éditions de l’IMLI, sous la direction de V.V. Polonskij, avec la collaboration de M. P. Odesskij et M. L. Spivak, Литературная жизнь. Статьи. Публикации. Мемуары. Памяти А. Ю. Галушкина.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Depretto, « Aleksandr Jur′evič Galuškin  »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 379-381.

Référence électronique

Catherine Depretto, « Aleksandr Jur′evič Galuškin  »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/958

Haut de page

Auteur

Catherine Depretto

Eur’Orbem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search