Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiqueJean-Jacques Marie, Histoire de l...

Chronique bibliographique

Jean-Jacques Marie, Histoire de la guerre civile russe, 1917-1922

Paris, Tallandier, 2015, 425 pages

Thomas Chopard
p. 371-373
Référence(s) :

Marie Jean-Jacques, Histoire de la guerre civile russe, Paris, Tallandier,(« Texto») 425 p.
 ISBN 979-1-02101-008-6

Texte intégral

1Les éditions Tallandier proposent la réédition en 2015 de l’ouvrage de Jean-Jacques Marie sur la guerre civile russe consécutive à la révolution de 1917, publié en 2005 aux éditions Autrement. Plutôt habitué des biographies des grands hommes soviétiques (Lenin, Stalin, Trockij, Berija), l’auteur propose ici une grande fresque introductive à ce nouveau Temps des troubles. Faisant la part belle aux extraits de témoignages, il se focalise essentiellement sur les grandes armées qui se sont opposées après la prise de pouvoir par les bolcheviks. Suivant presque indéfectiblement un fil chronologique, scandé par les grandes batailles, l’ouvrage évoque surtout les deux grands adversaires de la guerre civile, les Rouges et les Blancs. La question des armées nationalistes et indépendantistes à toutes les marges de l’ancien Empire russe reste anecdotique. La guerre civile reste présentée comme l’affrontement de partis politiques structurés, centralisés, où le critère déterminant est le soutien ou le rejet du bolchevisme. Plutôt que les différentes forces en présence, ce sont d’ailleurs les partis politiques qui sont mis en avant dans l’introduction.

2Les grands fronts militaires sont privilégiés, notamment au regard des cartes. Les parcours des grandes armées blanches antibolcheviques, et notamment les menaces qu’elles firent peser sur les grandes villes de l’ancien Empire russe sont détaillées: l’amiral Kolčak en Sibérie, le général Denikin au sud et en Ukraine, et le général Judenič près de la Baltique – non sans une certaine monotonie due aux revirements incessants d’une guerre aux fronts perpétuellement mouvants.

  • 1 Le lecteur familier de cette historiographie reconnaîtra notamment des éléments tirés de : Vladimir (...)

3Toutefois, l’un des mérites de l’ouvrage consiste à mettre l’accent sur les armées paysannes insurgées, dites « vertes », en particulier dans leur faculté à affaiblir les grandes formations armées et à éroder tout pouvoir d’État, surtout dans les campagnes. Les trajectoires de Maxno et de Antonov sont à juste titre mises en avant, comme révélatrices des deux principaux foyers insurrectionnels de la guerre civile. On pourra regretter que des meneurs insurrectionnels de moindre ampleur et aux carrières plus brèves n’aient pas bénéficié d’un même traitement. Sur ce point et sur les autres, l’ouvrage bénéficie très largement du matériau des travaux postérieurs à la chute de l’Union soviétique qui ont renouvelé en profondeur l’approche de cette période. Plus généralement, l’absence complète d’appareil critique, de notes, de mentions à même le texte ou de bibliographie – outre qu’il voile les très nombreux emprunts à des ouvrages préalables, notamment russes1, ou au travail patient de collecte de sources dans des recueils de documents – empêche, justement, tout recul critique. Le lecteur intéressé sera bien en peine d’apaiser plus avant sa curiosité; et l’étudiant ou le chercheur ne trouvera là qu’une lecture stérile.

4L’approche générale de l’ouvrage est finalement très militaire et ne tire pas pleinement profit du renouvellement historiographique déjà largement entamé en 2005 et plus encore à ce jour, mettant l’accent sur les tensions sociales et les effets cataclysmiques de la guerre sur les populations. Dès l’introduction, l’enjeu essentiel de la guerre civile semble se résumer pour l’auteur à un affrontement armé, quantifiable en hommes et en décès au combat. Or, toutes les recherches démographiques mettent en lumière la faiblesse des pertes sur le champ de bataille à proprement parler, en comparaison avec les pertes civiles, dues aux épidémies, à la faim. L’effondrement de la société impliqué par une guerre civile d’une telle ampleur n’est jamais envisagé par l’auteur; et de façon significative, la grande famine de 1921-1922 ou les épidémies de 1920 sont largement délaissées.

5L’approche indéfectiblement chronologique empêche aussi de mesurer toutes les formes de violences subies par le corps social pendant la guerre civile. Alors que le texte se propose d’englober toute la période, certains phénomènes sont délaissés, faute d’une approche plus thématique. Ainsi la police politique soviétique, la Tchéka, reste très allusivement présentée, de même que les innombrables forces militaires ou paramilitaires rouges qui œuvraient aux côtés de l’Armée rouge (armée du ravitaillement, bataillons de la Tchéka, etc.) De même, la question de l’internement, souvent mortifère, des prisonniers de guerre ou de dizaines de milliers de civils, n’est pas abordée, pas plus que celle des réfugiés ou des brassages plus larges de populations introduits par les troubles. Si l’antisémitisme est mentionné, les persécutions antisémites, pourtant inédites en Europe par leur ampleur, ne sont guère approfondies. La question des résistances et insurrections paysannes, dont les actions sont toutefois largement traitées, est aussi réglée sommairement. L’auteur se borne à asséner que « les Verts ne proposaient, eux, que la révolte locale et le pillage, voire la beuverie, sans aucun projet politique national » (p. 201), à rebours de tous les travaux récents sur le sujet.

6Afin de contrarier le répétitif empilement des actions militaires, l’auteur use parfois d’une rhétorique proche du roman d’aventure. Entre « tribulations », « exploits » et « basculements », les « menaces » ne se jouent parfois qu’à « un cheveu » – pour ne reprendre que certains intertitres. Plutôt que des logiques institutionnelles et collectives, l’ouvrage met au contraire en avant des actions décisives, voire des responsables, et plus généralement des figures individuelles, notamment au travers de leurs témoignages. Certains acteurs du conflit servent ainsi nettement de repoussoir, comme les « fous furieux de l’Extrême-Orient sibérien : Semionov et Ungern » (p. 372). Le propos se veut in fine parfois plus édifiant que démonstratif.

7L’ouvrage souffre par ailleurs de quelques approximations: Danilo Terpilo, par exemple, était surnommé Ataman Zelenij (forme plus proche de l’ukrainien) et non Zeliony, comme il est orthographié. Ainsi que de quelques erreurs : contrairement à ce qu’avance l’auteur (p. 359), les nombreux documents publiés sur l’insurrection dans la région de Tambov permettent assurément de conclure que des gaz de combat (du chlore) ont bien été utilisés à l’été 1921 pour écraser l’insurrection. Malgré ces réserves et en dépit des angles morts, faute aussi de réelle alternative en langue française, l’ouvrage reste une utile introduction à ce conflit essentiel dans la formation du système soviétique.

Haut de page

Notes

1 Le lecteur familier de cette historiographie reconnaîtra notamment des éléments tirés de : Vladimir Buldakov, Красная Смута. Природа и последствия революционного насилия, Moskva, ROSSPÈN, 2010 [1997] ; S. А. Pavljučenkov, Военный коммунизм в России, власть и массы, Moskva, RKT-Istorija, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Chopard, « Jean-Jacques Marie, Histoire de la guerre civile russe, 1917-1922 »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 371-373.

Référence électronique

Thomas Chopard, « Jean-Jacques Marie, Histoire de la guerre civile russe, 1917-1922 »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/961 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.961

Haut de page

Auteur

Thomas Chopard

IHR – University of London

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search