Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiquePhilippe Sers, Kandinsky : l’aven...

Chronique bibliographique

Philippe Sers, Kandinsky : l’aventure de l’art abstrait | Klänge = Résonances. Kandinsky et la nécessité intérieure

Paris, Hazan, 2015, 330 pages
| Paris, Hazan, 2015, 2 volumes
Jean-Claude Marcadé
p. 363-365
Référence(s) :

Sers Philippe, Kandinsky : l’aventure de l’art abstrait, Paris, Hazan, 2015, 330 p.
 ISBN 978-2-7541-0850-8

Klänge = Résonances. Kandinsky et la nécessité intérieure, Paris, Hazan. ISBN 978-2-7541-0794-5

Texte intégral

1Le philosophe, essayiste, critique d’art et éditeur Philippe Sers est un des éminents spécialistes de l’auteur de Du Spirituel en art (Über das Geistige in der Kunst, O duxovnom v iskusstve, 1909-1913). Il a, entre autres, édité les Écrits du peintre russe et republié une seconde édition, complétée, de sa thèse d’État (Kandinsky, Philosophie de l’abstraction, Genève, Skira, 1995), sous le titre Kandinsky. Philosophie de l’art abstrait : peinture, poésie, scénographie (Skira, 2003). Il y propose une interprétation de l’œuvre du peintre, penseur, théoricien et écrivain russe Vasilij Vasilevič Kandinskij comme “philosophie de l’image”, nourrie de la tradition de la peinture d’icônes et convergeant avec l’expérience philosophique esthétique chinoise. Pour Sers, “les intuitions kandinskyennes réconcilient dans l’expérience de l’image deux modes de relation à l’être : l’apophase, qui nous conduit à chercher le principe premier uniquement dans ses œuvres, et la philoxénie, la rencontre d’un Dieu qui se révèle et son accueil.” (op. cit., p. 279)

2Cette plongée dans les profondeurs de la création de Kandinsky éclaire les deux dernières publications de 2015. Tout d’abord, la monographie, magnifiquement illustrée, suit pas à pas la vie et le travail pictural et verbal de l’artiste, depuis l’enfance à Odessa, l’université de Moscou, l’installation en Bavière de 1896 à la Première Guerre mondiale, avec des séjours réguliers et des expositions principalement à Moscou et à Odessa, puis, à nouveau, l’insertion dans la vie artistique de la Russie de 1914 à 1921, jusqu’au retour définitif en Europe occidentale, l’Allemagne du Bauhaus, puis la France après l’arrivée au pouvoir des Nazis en 1933.

3L’essentiel de l’ouvrage, par rapport aux études nombreuses publiées en Occident (Grohmann, Peg Weiss, Rose-Carol Washton Long, Michel Henry, Nadia Podzemskaïa, Jelena Hahl, Olga Medvedkova et beaucoup d’autres) n’est pas tellement dans l’appareil factuel qui ne tient pas toujours compte des travaux parus en Russie après la chute de l’URSS en 1991 (Dmitrij Sarabjanov, Natalja Avtonomova, Boris Sokolov et autres), se fiant davantage aux sources doxographiques provenant de Kandinsky lui-même et de son entourage (cela est clair, par exemple, pour la célèbre “première aquarelle abstraite”, dont l’auteur maintient la date de 1910). Cela n’empêche pas cependant que la trame biographique soit riche et vivante avec des incursions dans le contexte événementiel des différentes périodes étudiées et une mise en relation avec le milieu russe.

4La totale nouveauté du Kandinsky, de Philippe Sers est le creusement herméneutique d’une œuvre immense, on pourrait dire un océan de formes et de couleurs symphoniques inédites dans le concert des arts européens de la première moitié du xxe siècle. Tout d’abord, l’auteur souligne que “bien qu’il soit rattaché principalement à Munich, Kandinsky est en relation étroite avec la Russie” (p. 73). Il insiste sur la métamorphose qu’opère le peintre entre les éléments des légendes et des mythes de la Russie profonde “en thèmes sacrés, ancrés dans l’Écriture Sainte” (ibidem). C’est un décryptage qu’il va suivre pas à pas tout au long de l’itinéraire créateur de l’auteur de Das bunte Leben (Pëstraja žizn′, la Vie multicolore, 1907, Munich, Lenbachhaus). À propos du tableau Berglandschaft mit Kirche (1910, Munich, Lenbachhaus), Sers note : “Kandinsky peint depuis la fenêtre de sa maison à Murnau une vue de la petite ville avec le clocher de l’église, qui rappelle de loin celui d’Ivan le Grand au Kremlin de Moscou par sa forme allongée et la coupole qui la surmonte. Ce thème récurrent fait partie de sa méditation picturale autour des thèmes religieux. On sait que, dans l’Apocalypse de saint Jean, la cité des hommes est appelée à la destruction tandis que du ciel descend la Jérusalem nouvelle. Le peintre figure dans ses compositions l’effondrement de la cité à la fin des temps.” (p. 84). Je cite cet extrait pour montrer la méthode qu’utilise l’auteur dans son approche de la peinture kandinskyenne. Aucune étude jusqu’ici n’est allée aussi loin pour révéler le caractère profondément religieux de toute la création du peintre et écrivain Kandinsky. Non seulement le texte de l’A., mais également l’iconographie somptueuse du livre, permettent de faire cette lecture, que ce soient pour les fixés sous verre (Hinterglasmalerei), les xylographies, les aquarelles, les huiles, sur les thèmes de la “Cène”, de “saint Vladimir”, de “la Toussaint” et de la “résurrection des morts” ou pour les multiples représentations, tout au long de la création kandinskyenne, de saint Georges, le patron de Moscou, qui symbolise la lutte contre le Mal (p. 118-131). Tout un chapitre est consacré aux “grands thèmes spirituels abordés dans l’œuvre de Kandinsky”: le Paradis, le Déluge, la Toussaint, la Grande Résurrection (p. 174-177).

5Philippe Sers appuie son déchiffrement iconologique sur une analyse de la “théorie des couleurs” chez l’auteur de Du Spirituel en art et de leur résonance intérieure (p. 84-100) : la résonance, la sonorité, le Klang, le zvuk, sont les traits distinctifs de toute l’œuvre, picturale, poétique, théâtrale. On n’est donc pas étonné que la monographie de Philippe Sers soit accompagnée de la publication exceptionnelle, chez le même éditeur Hazan, d’un précieux coffret comportant le fac-similé du recueil historique Klänge, paru en 1913 à Munich, album de poèmes en prose avec des gravures en noir et en couleur d’une très grande beauté. Est insérée leur traduction en français inédite, sous le titre Résonances, réalisée par le poète Philippe Soupault dans les années 1960 à la demande de Nina Kandinsky et de Philippe Sers. Le coffret comprend un grand essai de ce dernier “Résonances. Kandinsky et la nécessité intérieure”. Il y revient sur la thématique de l’Apocalypse qui traverse et est le point culminant de toute la poétique kandinskyenne dans ses diverses incarnations. Philippe Sers fait des descriptions comparatives de chaque poème et de chaque bois gravé. Il montre que, autant que la production dramatique dans la première moitié des années 1910, l’album Klänge est une étape décisive dans la marche vers l’Abstraction.

6Et, ici, nous reviendrons à la monographie et à ce que Sers appelle “l’invention de l’art abstrait”. Visuellement, cela commence avec ce que l’histoire de l’art considère comme la première toile abstraite du peintre et, on peut dire, de l’art du xxe s. Bild mit Kreis (1911, Tbilissi, Musée des beaux-arts, p. 136). L’A. propose un bilan de la synthèse de l’art et de la science, telle qu’elle se manifeste dans le traité du Bauhaus Punkt und Linie zu Plan, que personnellement je traduis par “Point et ligne par rapport au plan”, considérant que la préposition zu, qui est une bizarrerie en allemand, est une équivalence de la préposition russe k. C’est un itinéraire qui va de la résonance intérieure des choses dans les constructions lyriques, les impressions, les improvisations, aux dix grandioses compositions, appelées à “servir le Divin” (p. 291).

7La période française (1933-1944) est appelée par Philippe Sers “Paris et les années de sagesse”. Notant le changement de l’iconographie et de la palette du peintre, il écrit : « Sa peinture explore des mondes possibles [...] Les images du folklore russe réapparaissent, transformées. » (p. 313). L’ouvrage se termine par une présentation d’extraits du célèbre article écrit par le neveu de Kandinsky, le philosophe hégélien Alexandre Kojève [Koževnikov], qui entretint jusqu’à la mort du peintre une relation intellectuelle, esthétique et philosophique. Soulignant, dès le début, que les tableaux de Kandinsky sont “concrets”, Kojève résume sa pensée ainsi : « D’une manière générale, le tableau ‘total’, n’étant pas la ‘représentation’ d’un objet, est lui-même un objet. Les tableaux de Kandinsky ne sont pas des peintures d’objet, mais des objets peints. » (p. 330)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Marcadé, « Philippe Sers, Kandinsky : l’aventure de l’art abstrait | Klänge = Résonances. Kandinsky et la nécessité intérieure »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 363-365.

Référence électronique

Jean-Claude Marcadé, « Philippe Sers, Kandinsky : l’aventure de l’art abstrait | Klänge = Résonances. Kandinsky et la nécessité intérieure »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 21 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/963

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Marcadé

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search