Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVIII 1-2Chronique bibliographiqueGiovanni Codevilla, Chiesa e Impe...

Chronique bibliographique

Giovanni Codevilla, Chiesa e Impero in Russia : Dalla Rus′ di Kiev alla Federazione Russa | Storia della Russia e dei paesi limitrofi : Chiesa e Impero

Milano, Jaca Book, 2011, 683 pages | Milano, Jaca Book, 2016, 4 volumes
Pierre Gonneau
p. 353-356
Référence(s) :

Codevilla Giovanni, Chiesa e Impero in Russia : Dalla Rus′ di Kiev alla Federazione Russa, Milano, Jaca Book, 2011, 683 p. (Di fronte e attraverso 1028) ISBN 978-88-16-41128-9

Codevilla Giovanni, Storia della Russia e dei paesi limitrofi : Chiesa e Impero, Milano, Jaca Book, 2016, 4 vol. Vol. primo. Il medioevo russo : secoli X-XVII. ISBN 978-88-16-41334-4. Vol. secondo. La Russia imperiale da Pietro Il Grande a Nicola II, 1682-1917. ISBN 978-88-16-41340-5. Vol. terzo. L’impero sovietico, 1917-1990. ISBN 978-88-16-41349-8. Vol. quarto. La nuova Russia, 1990-2015. ISBN 978-88-16-41355-9.

Texte intégral

  • 1 R. G. Skrynnikov, Крест и корона : Церковь и государство на Руси IXXVII вв., SPb., Iskusstvo, 2000 (...)

1On ne peut qu’être impressionné par la constance avec laquelle l’auteur a composé cette somme et son éditeur lui a donné une forme à la fois monumentale et agréable. L’objet-livre, qu’il s’agisse de la monographie de 2011, ou de la tétralogie de 2016, est superbe. Les cartes, dont deux sont empruntées à des ouvrages publiés par l’Institut d’études slaves, sont claires et lisibles. Le riche index des personnes est complété par une présentation succincte de certaines régions historiques mentionnées dans le texte, telles que le Banat, la Bessarabie, la Courlande, ou la Lodomérie. En outre, la problématique du rapport entre l’Église et l’Empire, ou entre le temporel et le spirituel dans le monde russe, est passionnante, même si elle n’est pas nouvelle. Elle avait intéressé les spécialistes russes avant la Révolution et elle est revenue à la mode après 1991, faisant en particulier l’objet de trois ouvrages quasi-contemporains, publiés par R. G. Skrynnikov et B. A. Uspenskij1.

2G. Codevilla n’a pas condensé, mais enrichi son propos. Le livre paru en 2011, composé de quatre parties chronologiques, a été développé dans les quatre volumes de 2016. Si l’on compare la première partie de 2011 au premier des quatre volumes de 2016, le début est enrichi d’une trentaine de pages retraçant l’évangélisation des Slaves, le baptême de la Rus′ (988) et son organisation ecclésiastique primitive (XIe-XIIIe siècles) auxquels étaient consacrés seulement quelques paragraphes dans le livre de 2011. D’autres ajouts sont disséminés tout au long du volume. Au total, Il medioevo russo (2016) compte 37 chapitres, contre 16 dans Dalle origini alla fine del XVII secolo (2011). De même, La Russia imperiale (2016) ajoute 12 chapitres au 33 de Il periodo sinodale (2011), dont sept sur les débuts du règne de Pierre le Grand, avant l’instauration du Saint-Synode. Dans les deux cas, la période se clôt non pas sur l’abdication de Nicolas II, mais sur le Concile local de l’Église russe (1917-1918) qui rétablit le patriarcat et ouvre une très importante réflexion sur l’ecclésiologie, brutalement interrompue par le gouvernement bolchevique.

  • 2 J. Fennell A History of the Russian Church. To 1448, London, Longman, 1995 ; S. C. Rowell, Lithuani (...)
  • 3 J. Cracraft, The Church Reform of Peter the Great, Stanford, Stanford University Press, 1971.

3G. Codevilla enseigne le droit ecclésiastique comparé à l’université de Trieste, c’est donc le point de vue d’un juriste et d’un historien des institutions qu’il expose. Il est tout à fait pertinent que la version la plus longue (2016, t. 1) accorde davantage de place à l’organisation ecclésiastique (ch. 3), à la question de l’expansion lituanienne dans les territoires de l’ancienne Rus′ et à ses retombées ecclésiastiques (ch. 7-10), aux carrières des métropolites Pierre, Théognoste, Alexis, Cyprien, Photius et de « l’anti-métropolite » Grégoire Camblak (ch.9-13). En effet, la Lituanie, puis Pologne-Lituanie, sont plus que des « pays limitrophes », elles sont co-héritières de la Rus′ kiévienne, au même titre que la Moscovie et ce en particulier dans le domaine religieux. L’A. s’intéresse aussi aux questions théologiques, en particulier à la doctrine ecclésiastique du pouvoir temporel et, bien entendu, au schisme des Vieux-Croyants, qui bouleverse l’économie de l’Église russe à partir des années 1653-1667 et remet en cause le lien de fidélité des dissidents envers le « tsar-Antéchrist ». G. Codevilla suit également avec attention les efforts infructueux déployés par la papauté à diverses époques en faveur de l’union des Églises (concile de Florence, ch. 14, mission d’Antonio Possevino, ch. 24). Par la suite, il met en perspective la naissance de l’Église gréco-catholique (1596) et les résistances qu’elle suscite (ch. 26-27), les autres unions avec Rome aux confins du monde russe (ch. 29) et la restauration de l’orthodoxie réussie par le métropolite Petro Mohyla à Kiev (ch. 34). Il s’appuie sur une bibliographie très solide, en particulier les travaux anciens de E. E. Golubinskij et de Mgr. Makarij (Bulgakov), deux grands classiques de l’histoire de l’Église russe, mais aussi sur les livres plus récents d’Ambroise Jobert, de Sofia Senyk, de Mixail Dmitriev, d’Élisabeth Teiro ou de Hyacinthe Destivelle. En revanche, il ne fait référence qu’une seule fois à l’excellent précis de John Fennell et omet tout à fait le livre de S.C. Rowell sur l’ascension de la Lituanie, ainsi que les importants travaux de Vladimir Vodoff2. Pour la période synodale, on est surtout surpris par l’absence de la magistrale étude de James Cracraft sur la réforme ecclésiastique de Pierre le Grand3. Par ailleurs, on a l’impression que la très vaste étude de G. Codevilla souffre peut-être d’un biais trop occidental et passe presque sous silence les questions posées par l’expansion russe vers l’Est, avec la conquête des khanats de Kazan et d’Astrakhan (1552-1556) et l’avancée en Sibérie. La voie russe en la matière est pourtant originale puisque, malgré quelques campagnes de conversion forcée, l’orthodoxie reste la religion des Russes, tandis que les autochtones conservent jusqu’au XIXe siècle leurs croyances chamaniques, ou bien penchent pour l’islam ou le bouddhisme. Un autre « angle mort » est celui de l’iconographie. Il est vrai que ce domaine est jalousement gardé par ses spécialistes, même s’il intéresse aussi – et pour cause – les théologiens.

4L’histoire récente n’est pas reléguée dans un appendice. Alors que l’Era sovietica (2011) comportait 33 chapitres, occupant 282 pages, l’Impero sovietico (2016) a 620 pages et 66 chapitres. Ce volume suit très attentivement les développements de la politique antireligieuse des bolcheviks, la résistance et l’adaptation des autorités ecclésiastique russes, les tentatives de secours humanitaire, pas toujours dénuées d’arrière-pensées prosélytes, de l’American Relief Administration et de la Missione vaticana di aiuto alla Russia, la « NEP religiosa » de Staline (connue également sous le nom de « concordat stalinien »), puis la reprise de l’offensive athéiste sous Khrouchtchev, la stagnation et la renaissance du temps de la perestroïka, jusqu’à « la fine del bolscevismo ». La nuova Russia de 2011 était riche de 89 pages et 25 chapitres; dans le volume homonyme de 2016, G. Codevilla a écrit 203 pages (27 chapitres), et le livre est complété par un essai d’une centaine de pages de Stefano Caprio, intitulé La Russia del terzo millennio. Les modifications des titres de certains chapitres sont significatives : Nostalgia per il passato devient ainsi Il ritorno al passato zarista (ch.4), La neutralità della scuola devient La clericalizzazione della scuola (ch.5), Le nuove formazioni religiose (2011, ch. 22) devient Il problema delle sette estremistiche (2016, t. 4, ch.23) et Il ritorno del anticlericalismo (2011, ch. 23) devient La reazione contro il confessionismo di Stato (2016, t. 4, ch. 24). Les prérogatives et devoirs respectifs des religions en Russie sont très attentivement établis, en droit comme en pratique. Pas moins de trois chapitres font le point sur les conflits entre les Églises orthodoxes rivales d’Ukraine, de Moldavie et Transnistrie ou d’Estonie et un chapitre supplémentaire est dédié au retour des catholiques de rite oriental (2016, t. 4, ch. 12). Le deuxième ajout se situe dans la même ligne, puisqu’il traite des aspects conflictuels de la politique du nouveau patriarche Cyrille : La sacralizzanione dell’identità nazionale russa e la discriminazione delle altre nazionalità : il caso della lingua ucraina (2016, t. 4, ch. 26).

  • 4 K. Rousselet (dir. ), Pèlerinages en Eurasie et au-delà, Toulouse, Université de Toulouse, (LLACREA (...)

5Là encore, les sources primaires et la bibliographie sont abondantes et les lacunes rares. On ne peut pas reprocher à l’auteur de ne pas citer le grand livre de Laura Pettinaroli sur les relations entre le Saint-Siège et la Russie, paru tout récemment, mais il avait été précédé de plusieurs articles qui n’ont pas été non plus utilisés. L. Pettinaroli s’est en particulier intéressée à l’action de Michel d’Herbigny à laquelle G. Codevilla consacre un chapitre (2011, ch. 9 et 2016, ch. 23). De même, il n’est pas fait mention des études de Kathy Rousselet sur le patriotisme religieux et sur la sociologie des pratiques religieuses actuelles des orthodoxes russes4. Dans la multitude de sujets abordés, G. Codevilla réserve une place (2011, ch. 7 et 2016, t. 3, ch. 27) à l’Église orthodoxe russe « all’estero », ou dans l’émigration. La question est traitée beaucoup plus à fond dans la seconde version où les relations canoniques sont suivies jusqu’à nos jours. Il faut compléter cet exposé par celui qui est dédié au territoire canonique de l’Église orthodoxe russe (2011 et 2016, t. 4, ch. 7). Cependant, en dehors de cet angle juridique, la vie de l’Église orthodoxe russe en émigration est dépeinte de manière moins fouillée que celle de l’Église russe intra muros (si l’on peut employer l’expression). On peut se faire une idée assez juste de la vie et de l’œuvre de Mgr. Euloge, mais les personnalités de Mgr. Basile (Krivošein) ou de Mgr. Antoine (Blum) ne laissent presque aucune trace dans le tome soviétique. Un autre pan de la vie religieuse qui semble plutôt négligé, alors qu’il a des répercussions non négligeables sur la relation entre l’Église orthodoxe russe et l’État, est la question des canonisations prononcées à partir de 1988 et surtout en 2000 où Nicolas II et les membres de sa famille assassinés avec lui ont été élevés au rang de saints. Ce thème a retenu davantage l’attention de Stefano Caprio qui lui consacre un chapitre, intitulé La Santità e la Pienezza nel nuovo millennio (2016, t. 4, p. 260-269).

6Il est peu probable qu’un éditeur français prenne le risque de publier l’opus magnum de G. Codevilla en quatre volumes. Un bon compromis serait de traduire la version brève en un volume, mais en tenant compte des ajouts et corrections que l’auteur a effectués en 2016, en particulier dans les deux dernières parties de son travail.

Haut de page

Notes

1 R. G. Skrynnikov, Крест и корона : Церковь и государство на Руси IXXVII вв., SPb., Iskusstvo, 2000 ; B. A. Uspenskij, Царь и Патриарх : харизма власти в России (Византийская модель и ее русское переосмысление), M., Jazyki russkoj kultury, 1998 ; Царь и император. Помазание на царство и семан- тика монарших титулов, M., Jazyki russkoj kultury, 2000.

2 J. Fennell A History of the Russian Church. To 1448, London, Longman, 1995 ; S. C. Rowell, Lithuania ascending: A Pagan Empire within East-Central Europe, 1295-1345, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 (Cambridge Studies in Medieval Life an Thought. Fourth Series 25) ; V. Vodoff, Naissance de la chrétienté russe : la conversion du prince Vladimir de Kiev (988) et ses conséquences (IXe-XIIIe siècles), Paris, Fayard (Nouvelles études historiques), 1988 ; Autour du mythe de la Sainte Russie : christianisme, pouvoir et société chez les Slaves orientaux (Xe-XVIIe siècles), Paris, Institut d’études slaves (Cultures et sociétés de l’est 37), 2003 ; Princes et principautés russes : Xe-XVIIe s., Northampton, Variorum (Variorum CS 304), 1989.

3 J. Cracraft, The Church Reform of Peter the Great, Stanford, Stanford University Press, 1971.

4 K. Rousselet (dir. ), Pèlerinages en Eurasie et au-delà, Toulouse, Université de Toulouse, (LLACREATIS), 2013 (Slavica occitania, 36) ; « Sécularisation et orthodoxie dans la Russie contemporaine : pour une hypothèse continuiste ? », Questions de recherche 42, 2013, 21 p. ; « The Church in the Service of the Fatherland », Europe-Asia Studies, t. 67, 1, 2015, p. 49-67 ; « Les conversions à l’orthodoxie en Russie postsoviétique », Slavica occitania, vol. 41, 2015, p. 129-148.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Gonneau, « Giovanni Codevilla, Chiesa e Impero in Russia : Dalla Rus′ di Kiev alla Federazione Russa | Storia della Russia e dei paesi limitrofi : Chiesa e Impero »Revue des études slaves, LXXXVIII 1-2 | 2017, 353-356.

Référence électronique

Pierre Gonneau, « Giovanni Codevilla, Chiesa e Impero in Russia : Dalla Rus′ di Kiev alla Federazione Russa | Storia della Russia e dei paesi limitrofi : Chiesa e Impero »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVIII 1-2 | 2017, mis en ligne le 31 juillet 2017, consulté le 29 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.965

Haut de page

Auteur

Pierre Gonneau

Université Paris-Sorbonne – EPHE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search