Navigation – Plan du site

AccueilNumérosLXXXVII-3-4VariaLa partie et le tout sur le monde...

Varia

La partie et le tout sur le monde fragmentaire de Boris Pasternak

The part and the whole – on the fragmentary world of Boris Pasternak
Ioulia Podoroga
p. 457-469

Résumés

Dans cet article, je propose une interprétation philosophique de l’œuvre de Boris Pasternak en analysant sa stratégie d’écriture poétique et prosaïque, à partir de la notion de fragment. En m’appuyant sur la distinction du fragment et de l’élément, empruntée à Bergson, je chercherai à démontrer comment le rapport entre le tout et la partie peut être conçu différemment suivant l’approche qu’on adopte vis‑à‑vis de l’œuvre pasternakienne. Trois lectures de Pasternak seront prises en compte (Jakobson, Lotman, B. Gasparov). C’est la notion de fragment, mobilisée par Boris Gasparov, qui permet d’échapper à l’alternative entre le « subjectivisme » (Jakobson) et l’« objectivisme » (Lotman) de Pasternak.

Haut de page

Texte intégral

1Dans un de ses textes méthodologiques programmatiques, Bergson, tout en critiquant l’approche des psychologues positivistes envers le « moi » humain, la caractérise de la manière suivante :

  • 1 Henri Bergson, « Introduction à la métaphysique » (1903), in : H. Bergson, la Pensée et le mouvant, (...)

[Les psychologues] cherchent le moi, et prétendent le trouver dans les états psychologiques, alors qu’on n’a pu obtenir cette diversité d’états psychologiques, qu’en se transportant hors du moi pour prendre sur la personne une série de croquis, de notes, de représentations plus ou moins schématiques et symboliques1.

2Et ailleurs dans le même texte, il déclare :

  • 2 Ibid., p. 191.

[…] cet état psychologique isolé […] n’est pas une partie, mais un élément. Il n’a pas été obtenu par fragmentation, mais par analyse2.

3Bergson pose d’emblée que le fragment diffère d’un simple élément, ou d’une vue symbolique ou schématique sur l’ensemble, en ce qu’il est une partie détachée d’un tout et peut, par conséquent, servir pour reconstituer éventuellement ce tout. Le fragment existe toujours en fonction et en l’attente d’un tout possible. C’est pourquoi Bergson en parle également, de façon métaphorique, comme d’une « pierre d’attente ».

4Mais en quoi l’opération de fragmentation diffère-t-elle de celle d’analyse ? Cette question nous fait reprendre la philosophie bergsonienne dans ses lignes directrices, et notamment en ce qui concerne sa critique de l’espace et de la pensée spatialisée. Selon la thèse la plus connue de Bergson, l’espace et le temps appartiennent à deux ordres radicalement différents. Par exemple, bien qu’on soit accoutumé à observer des mouvements dans l’espace, le mouvement est un phénomène temporel, et non pas spatial. Tout au long de son œuvre, Bergson ne cesse de répéter que :

  • 3 Bergson, « Introduction à la métaphysique »…, p. 204.

[…] les positions du mobile […] ne sont pas des parties du mouvement : elles sont des points de l’espace qui est censé sous-tendre le mouvement. Cet espace immobile et vide, simplement conçu, jamais perçu, a tout juste la valeur d’un symbole3.

  • 4 Ibid., p. 192.

5Les positions dans l’espace, les vues statiques prises sur le mouvement, ne relèvent pas du mouvement comme d’un tout intègre et indivisible, mais de l’espace divisible et morcelable à volonté, dont on se sert pour représenter ce mouvement. Ce que nous croyons être « les fragments de la chose4 », en l’occurrence d’une chose mouvante, du mobile, ne sont que ses éléments, obtenus suite à la transposition du mobile dans l’espace. Il faut noter cette différence entre « fragment » comme constitutif d’un tout, comme son éclat, sa brisure, et « élément », qui ne serait pas une partie d’un tout organique, mais une pièce parmi un ensemble de pièces, dont chacune est parfaitement substituable et interchangeable, car ne présente qu’une vue extérieure sur un phénomène de nature entier. Cette vue est le résultat d’une symbolisation de quelque chose en termes de quelque chose qui n’est pas elle, pour mieux la penser. En l’occurrence, une symbolisation en termes spatiaux du phénomène qui ne se laisse apercevoir et penser que dans le temps, dans sa durée indivisée. Selon les préceptes de Bergson, il faut se garder de changer de registre dans la réflexion philosophique : de penser le mouvement en termes de l’espace, la personne en termes de ses états psychologiques isolés et fixes, une doctrine philosophique comme une compilation des éléments de différents systèmes qui lui précédaient, etc.

6Le même raisonnement semble être valable pour l’art. Car Bergson s’appuie également sur des exemples tirés de la représentation artistique. Le peintre qui prend des vues de Paris part d’une intuition de Paris qui lui est propre, d’une expérience particulière, vécue, qu’il a de cette ville. Pour cette impression unique de Paris il cherche une expression par le moyen de ses dessins, de différents croquis faits « sur le motif ». Dans la mesure où le peintre peut toujours remonter à son intuition originelle de Paris, il peut relier ses croquis entre eux comme autant de fragments visant à saisir le tout : sa vision unique de Paris. Par contre, avertit Bergson :

  • 5 Ibid.

[…] il n’y a aucun moyen d’exécuter l’opération inverse ; il est impossible, même avec une infinité de croquis aussi exacts qu’on voudra, même avec le mot “Paris” qui indique qu’il faut les relier ensemble, de remonter à une intuition qu’on n’a pas eue, et de se donner l’impression de Paris si l’on n’a pas vu Paris5.

  • 6 Bergson, « Introduction à la métaphysique »…, p. 192.

7Et Bergson de conclure : « c’est qu’on n’a pas affaire ici à des parties du tout, mais à des notes prises sur l’ensemble6 ». Ses croquis de Paris sont des fragments pour le peintre, mais pour nous ils ne peuvent être que des éléments schématiques, des symbolisations. Pour qu’il y ait fragment, ou partie du tout, il faudrait, selon Bergson que le tout soit déjà donné ou connu. Bref, si l’on peut descendre de la totalité vers le fragment et, à ce moment, le fragment atteste de la totalité, la reflète ou la porte en soi, l’on ne peut pas, semble-t-il, remonter du fragment à la totalité, d’un éclat de la forme à la forme même, sans devoir superposer plusieurs fragments entre eux, ce qui ne permettra jamais d’accéder à la totalité dans son état d’avant qu’elle soit ainsi morcelée, brisée en éclats. Dans ce dernier cas, il ne s’agit donc plus à proprement parler de fragment. Dans le parcours visant la totalité qui n’est pas donnée, c’est l’élément ou le symbole qui entre inévitablement en scène.

8Or, Bergson ne va pas plus loin et ne pose pas la question de savoir d’où l’art du peintre tient sa puissance qui lui permet, en fin de compte, de dépasser les limites imposées par l’espace et le temps – car chaque croquis du peintre représente un instant dans le temps et une vue dans l’espace – et de nous suggérer, dans une vue isolée, une émotion forte, liée à sa vision inimitable de Paris. Nous avons donc un fragment qui nous parle d’un tout dont il est issu. Et bien évidemment ce fragment qui tient la place d’un tout nous suffit amplement, et nous n’avons pas besoin d’accumuler des fragments multiples, autant de croquis différents de Paris, pour nous recomposer Paris telle qu’elle est, avec ses rues et ses monuments historiques. Cette opposition entre fragment et élément, que je retiens de Bergson, permet de construire deux conceptions de la rupture ou de la discontinuité : celle qui implique le morcellement en fragments, chaque fragment étant une partie réelle du tout, qui l’exprime, et celle qui ne comprend que des éléments juxtaposés dont chacun renvoie à un tout, le symbolise, sans pouvoir accéder à la totalité de sa signification.

9Cette différence entre la posture intellectualiste, qui procède par analyse et manie les concepts comme autant de symboles, et l’art qui réalise la réalité par fragments, tout en partant de sa totalité, se trouve au cœur de la poésie de Boris Pasternak. Dès ses premiers écrits, prosaïques, ainsi que poétiques, il a pu adopter une stratégie singulière de fragmentation, qui a suscité une diversité d’interprétations de son œuvre. Pour mettre en évidence le problème du tout et de la partie qui se cache derrière la divergence de ces interprétations, je me propose de confronter deux lectures influentes de son œuvre, l’une menée par Roman Jakobson (publiée en allemand en 1935) et l’autre, délivrée pat Jurij Lotman, et datant de 1969. Ces deux lectures à la fin de mon parcours, je les questionnerai à partir d’une interprétation plus récente, proposée par Boris Gasparov et qui remet plus franchement au centre de la discussion l’idée de fragment chez Pasternak. Je testerai ainsi une hypothèse philosophique sur la pertinence de la distinction bergsonienne entre fragment et élément pour penser le rapport entre partie et tout dans la poésie de Pasternak.

  • 7 Roman Jakobson, « Notes marginales sur la prose du poète Pasternak » (1934), trad. M. Lacoste, A. C (...)

10L’interprétation de Jakobson est bien connue pour sa découverte des structures métonymiques qui président à l’organisation du monde poétique de Pasternak. « Son lyrisme, déclare Jakobson, – prose ou poésie – est pénétré d’un principe gouverné par la précellence de l’association par contiguïté7 ».

  • 8 Ibid., p. 61.

11L’association par contiguïté se traduit par plusieurs formes de « relations métonymiques » : « l’annexion de l’objet le plus proche », substitution « du tout [par] la partie et inversement, de la cause [par] l’effet ou de l’effet [par] la cause, d’un rapport spatial [par] un rapport temporel et vice versa, etc.8 ». Il en donne quelques exemples tirés de la prose pasternakienne.

  • 9 Ibid., p. 65-66. Cf. Boris Pasternak, « L’enfance de Luvers », trad. Andrée Robel, in : Boris Paste (...)

Les lampes ne faisaient qu’accentuer le vide de l’air du soir. Elles ne donnaient aucune lumière, elles enflaient de l’intérieur comme des fruits malades, souffrant de cette hydropisie trouble et claire qui gonflait leurs abat-jours boursouflés. Elles étaient absentes. Plus qu’avec les pièces de la maison, les lampes étaient en contact avec le ciel printanier dont elles semblaient s’être rapprochées9.

12Ici Pasternak force le rapprochement entre les lampes et le ciel, par la qualité de la lumière qu’elles émettent et la forme de leurs abat-jours qui les rendent absentes et comme détachées de l’ameublement de l’intérieur. Le deuxième exemple montre la confusion des repères spatio-temporels :

  • 10 Ibid., p. 66. Cf. Pasternak, « Les voies aériennes », trad. Andrée Robel, in: id., op. cit., p. 456

[…] les objets “sont projetés du passé vers le futur et du futur vers le passé, comme du sable dans un sablier qu’on agite souvent”10.

13Les dimensions temporelles s’aplatissent et se trouvent présentées spatialement comme étalées sur une ligne horizontale sans direction déterminée. On peut compléter ces citations avec des exemples poétiques, encore plus frappants :

  • 11 Pasternak, « Ne pas toucher », trad. Hélène Henry modifiée, in : Pasternak, Œuvres, op. cit., p. 41.

“Ne pas toucher, peinture fraîche”
L’âme n’en a eu souci :
Et voilà la mémoire toute tachée,
De jambes, joues et cils11.

“Не трогать, свежевыкрашен”,
Душа не береглась,
И память – в пятнах икр и щек,
И рук, и губ, и глаз.

14Si dans cette strophe il s’agit d’un contact, quoique d’un contact impossible entre la peinture fraîche sur un banc public et l’âme du héros lyrique, dans le quatrain suivant, tout est fusionné et confondu dans une image contractée, si caractéristique pour Pasternak :

  • 12 Pasternak, « Quand les rames retombent » [Сложа весла], trad. Hélène Henry modiée, in: id., op. ci (...)

La barque palpite dans le sein qui s’endort.
Les saules ployés embrassent les épaules,
les coudes, les tolets…
Mais attend !
Ceci peut arriver à tout le monde12.

Лодка колотится в сонной груди,
Ивы нависли, целуют в ключицы,
В локти, в уключины – о погоди,
Это ведь может со всеми случится !

15La barque, dans laquelle, comme on peut le déduire, le héros promène son amoureuse, pénètre jusqu’à son cœur, bat en lui. De même, son désir d’embrasser sa bien-aimée est substitué par les saules qui l’embrassent. C’est bien cette inversion de rapports actif/passif, soulignée par Jakobson, qui est un procédé de prédilection de Pasternak :

  • 13 Jakobson, « Notes marginales… », p. 61.

[…] la mention d’une activité pour son auteur, ou d’un état, d’une expression, d’une qualité propre à un individu en lieu et place de cet individu13.

  • 14 Ibid., p. 62.
  • 15 Ibid., p. 68.

16Ces aspects détachés deviennent des abstractions qui mènent une existence indépendante dans le monde poétique pasternakien, très souvent elles sont personnifiées, deviennent anthropomorphes. Jakobson en donne une série d’exemples puisés par ci par là : « le silence » qui était « le compagnon de route », « une vie […] qui avait pris la forme d’une route tranquille […] et qui partait de la fenêtre […] », « la mélancolie » qui « siffl[ait] », etc.14 Le principe métonymique à l’œuvre fait en sorte que le héros lyrique pasternakien « est difficile à découvrir : il se décompose en une série d’éléments et d’accessoires, il est remplacé par la chaîne de ses propres états objectivés et des objets, animés ou inanimés, qui l’environnent15 ». Le héros est essentiellement passif, conclut Jakobson, son activité est léguée aux choses environnantes.

17Le principe de contiguïté est défendu par Pasternak lui-même dans un de ses premiers textes critiques, avec un titre provocateur « La réaction de Wasserman » (1916). Dans ce texte, à moitié pamphlétaire, il s’attaque à l’un des poètes membre d’un groupe futuriste concurrent Vadim Šeršenevič. Il dénonce notamment l’absence dans la poésie de Šeršenevič d’une vraie nécessité lyrique, et la faiblesse de ses métaphores, basées sur le principe de ressemblance et non pas sur celui de contiguïté :

  • 16 Pasternak, « La réaction de Wasserman », in : Pasternak, Œuvres, op. cit., p. 1321.

[…] seuls les phénomènes de contiguïté possèdent ce trait de contrainte intérieure et de dramatisme psychologique qui peut être justifié métaphoriquement. Par lui-même, le besoin d’un rapprochement par ressemblance est tout simplement impensable. En revanche, ce genre de rapprochement, et seulement celui-là, peut être exigé du dehors16.

18Les métaphores par ressemblance sont des métaphores sur demande, appelées pour la consommation extérieure, ce sont des métaphores attendues, et non pas créatrices. Comme Pasternak l’explique plus loin :

  • 17 Pasternak, « La réaction de Wasserman »…, p. 1321-1322.

[…] le mot, imperméable dans sa coloration, ne peut emprunter celle-ci à ce qu’on lui compare, […] seule peut colorer une représentation la douloureuse nécessité d’un rapprochement, ce chevauchement des sensations qui règne dans une conscience lyriquement submergée […]17.

19Pasternak confirme ici la position du sujet lyrique telle qu’elle est caractérisée par Jakobson : il est dépassé par ce qu’il éprouve et ce qu’il perçoit, « lyriquement submergé ». C’est pourquoi la comparaison par ressemblance, qu’elle soit toute superficielle ou plus profondément enfouie, ne sera pas en mesure de rendre justice à l’aspect le plus frappant de ce monde. Elle homogénéise ainsi les choses rapprochées et par ce fait même les soumet à la perception lyrique. Tandis que, pour Pasternak le rapport des forces est inverse, ce sont les choses qui agissent sur le sujet lyrique, et non pas le sujet sur les choses. En conséquence, les choses ne peuvent être rapprochées que selon leur différence irréductible, selon leur caractère singulier. Elles ne s’attirent pas les unes les autres dans un parcours superficiel et continu de l’imagination, mais rechignent en quelque sorte à être comparées. Leur rapprochement doit être dramatique, douloureux, car il vise à établir des connexions et des liens entre objets qui ne se tissent que momentanément, au hasard, qui ne sont pas durables et donc échappent à toute observation détaillée. C’est le caractère de spontanéité des choses qui intéresse Pasternak de prime abord.

  • 18 Ibid., « Sauf-Conduit », in : Pasternak, Œuvres, p. 577.

Braqué sur la réalité au moment où la déplace le sentiment, l’art est l’inscription de ce déplacement. Il le copie d’après la nature. Comment donc se déplace le modèle ? Les détails gagnent en éclat, tandis qu’ils perdent en autonomie de signification. Chacun peut être remplacé par un autre. N’importe lequel est précieux. N’importe lequel, au choix18.

20Ce sont des rapports entre les choses, les détails, qui gagnent en signification, ce qui permet à Jakobson de constater « la suppression des objets » en faveur de la relation qui s’établit entre eux. C’est pourquoi, ces rapprochements poétiques ne peuvent qu’avoir un caractère arbitraire et contingent. Tout peut être comparé avec tout, il n’y a pas de limite pour la recherche poétique des affinités entre les choses.

  • 19 Jakobson, « Notes marginales… », p. 67.

Plus ces affinités sont difficiles à découvrir, plus le point commun inventé par le poète est insolite, et plus les images et les séries entières d’images juxtaposées se disloquent et perdent de leur simplicité enfantine19.

  • 20 Jakobson, « Notes marginales… », p. 66. Cf. la traduction dans « Les voies aériennes » : « les déli (...)

21Ces rapprochements forcés reconfigurent donc à leur gré la réalité entière. Ils font ressortir de nouvelles significations, des significations « existant[s] pour elle[s]-même[s] », comme le dit Pasternak dans « Les voies aériennes », citées par Jakobson20. Le sens est donc dispersé, jamais une signification totale n’est visée, chaque mot, chaque détail ne signifie que par rapport à un autre, mais dès qu’il est remplacé toute la configuration change de nouveau.

22Jakobson s’intéresse exclusivement à l’analyse du principe et des procédés métonymiques chez Pasternak. Certes, il admet à la fin de l’article que d’autres interprétations, qui se basent sur le contenu et non pas uniquement sur la forme, sont également possibles, mais ne se lance pas dans une telle entreprise. Ce qu’il pose comme caractéristique primordiale du style pasternakien : « l’émancipation du signe par rapport à l’objet » et la dispersion métonymique du sujet lyrique, entraînant du même coup sa passivité, suggère la défaite des deux totalités : de la chose même qui se trouve substituée par son signe, ou « symbole », dirions-nous d’après notre distinction de départ ; et du « moi » lyrique qui ne parvient plus à se rassembler, mais se perd en autant de détails, ou d’éléments, qui ne sont donc pas ses fragments, mais des prises de vue extérieures sur lui, des symbolisations opérées du point de vue du monde environnant.

  • 21 Malgré son appartenance à la tradition de l’analyse structurale du texte, héritière de l’école form (...)

23En revanche, la lecture de Jurij Lotman semble aller plus loin et tente une interprétation de « contenu »21. Ce que Jakobson envisage comme opération d’un moi lyrique qui se disperse dans les choses et se fait représenter par elles en s’y laissant substituer métonymiquement, Lotman le rapporte à la réalité même. Le monde n’est pas une projection d’un moi qui se trouve brisé, éclaté, fragmenté, car le monde en soi n’a rien de fragmentaire, mais c’est uniquement le langage tel que perçu par Pasternak qui fragmente et divise la réalité. La réalité en tant que telle ne peut être sentie qu’en étant unie, intégrale, indissociable en objets, en états et en actions. Puisque le langage nous impose des divisions artificielles entre objets, il revient au poète de le combattre. Pour détourner l’emprise du langage, de ses structures syntaxiques rigides, Pasternak propose un nouveau découpage du monde, mais cette fois un découpage poétique, et non pas selon les entités grammaticales ou lexiques du langage commun. Si l’on adopte ce point de vue, le passage de Pasternak cité plus haut qui met en jeu le terme de « déplacement » acquiert un sens nouveau. Lotman écrit :

  • 22 Jurij Lotman, « Стихотворения раннего Пастернака и некоторые вопросы структурного изучения текста » (...)

La réalité est unie, et ce qui dans le langage se présente comme une chose séparée des autres, est en réalité, une des définitions du monde un. Ces propriétés sont intérieurement complexes et s’interpénètrent comme des couleurs chez les impressionnistes, et ne sont pas distinctes comme des surfaces différemment colorées par des peintres en bâtiment. En même temps, ces caractéristiques comme « être sujet », « être attribut » (du sujet ou du prédicat) sont perçues comme appartenant à la langue et non pas à la réalité22.

  • 23 Ibid., p. 228.
  • 24 Pour une interprétation « bergsonisante » de Pasternak, voir Michel Aucouturier, « Поэт и философия (...)

24Si toutes sortes de rapprochements, tous les angles de vue sur le monde sont possibles, et sont substituables dans cette réalité déplacée, c’est que chaque vue sur ce monde fait partie d’un tout intégral, en est un fragment vital et non pas un élément extérieur, un point de vue symbolique à travers l’espace, comme dirait Bergson. Du reste, cette réflexion de Lotman est étonnamment proche des thèses défendues par Bergson. Dans sa critique du langage dans l’Évolution créatrice, Bergson insiste sur le fait qu’aucune catégorie du langage ne correspond à la mobilité changeante des choses, mais chacune d’elles désigne à sa façon tel ou tel état fixe. Ainsi, les adjectifs correspondent aux qualités définies, non changeantes, les substantifs aux formes des choses tout aussi inébranlables, et les verbes, bien qu’ils pointent l’activité, ne sont que des représentants des actions déjà accomplies, donc figées elles aussi. Il faut alors revenir à l’intuition inaugurale du monde, perçu comme un devenir et changement, afin d’essayer d’y frayer le chemin par les moyens d’un langage poétique. C’est pourquoi pour Lotman, « le texte de Pasternak est dirigé vers l’objet23 », et non pas vers la suppression de l’objet, comme le voulait Jakobson. Il s’agit de « défendre la vie contre les mots », en gardant intacte toute la complexité infinie des relations entre les choses24.

  • 25 Cf. « Ces deux traits caractéristiques – interpénétration réciproque des objets (métonymie au sens (...)

25Ainsi les analyses de Jakobson et de Lotman se présentent comme menées, à bien des égards, en sens contraire l’une par rapport à l’autre. Tout semble dépendre du point de vue où se place le commentateur : s’il part du sujet et de sa supériorité absolue comme c’est le cas chez Jakobson, le problème est posé en termes d’expression, le mouvement est, par conséquent, centrifuge. Le sujet se perd, se morcelle dans le monde et se reconstitue ensuite, de manière biaisée, comme dans un tableau cubiste. L’expression est par conséquent une visée issue d’un sujet qui s’empresse à retravailler son contenu perceptif ou sa charge émotionnelle ou affective, le faire figurer dans une forme définie. Ou bien, si l’impulsion vient du monde, comme c’est le cas chez Lotman, si les choses sont des données immédiates, qui « impressionnent », le mouvement est centripète, il aboutit au « moi » ou plutôt il passe par le moi, sans constituer un lieu de perception ou de vision individuel ou subjectif. La vision est dans les choses, comme chez Bergson, et non pas dans le sujet de la perception, car le sujet lui-même fait partie des choses, de la totalité du monde un : il se trouve immergé, dissout dans les choses. Les deux commentateurs recourent aux exemples tirés du domaine de l’art, mais s’appuient sur des courants d’art radicalement différents. Si Jakobson parle de cubisme, qui fournit un modèle de décomposition du monde selon les perspectives adoptées par le peintre25, Lotman fait appel à l’impressionnisme, dont le but est, au contraire, d’unir dans la même représentation des aspects divers de notre perception du monde.

26La fragmentation dont parle Jakobson est entraînée par la position spécifique du sujet lyrique pasternakien. La fragmentation dans le sens lotmanien s’opère sur le langage, comme une sur-fragmentation, ou une fragmentation esthétique imposée au langage faussement et artificiellement fragmenté (divisé en éléments) par ses structures lexicales et grammaticales. Ce que Lotman appelle la compression ou la condensation, la fusion pittoresque, Jakobson le taxe de morcellement, atomisation, dispersion en détail. Alors que pour Lotman, l’objectif de Pasternak poète est de (re)composer le monde fragmenté, selon son tourbillon de qualités multiples, pour Jakobson c’est la décomposition du monde comme procédé technique qui régit la création poétique de Pasternak.

  • 26 Pour une mise en contexte critique de l’approche jakobsienne, voir Ivana Vuletic, « Marginal Notes (...)
  • 27 Cf. Boris Pasternaks Lehrjahre: неопубликованные философские конспекты и заметки Бориса Пастернака (...)

27Comme cela a été souvent remarqué, la lecture de Jakobson, malgré sa virtuosité analytique, ne semble pas aller assez loin car, au-delà des relevés de procédés techniques qu’elle permet, elle n’explique pas grand-chose sur l’organisation interne du monde poétique pasternakien26. Les interprétations plus récentes, comme celle de Boris Gasparov, cherchent à approfondir le questionnement de Lotman, afin d’expliquer l’attachement pasternakien à la réalité et surtout les raisons pour lesquelles il a choisi d’y répondre par un style poétique qui lui est propre. Tandis que pour Lotman le style poétique de Pasternak provient de sa conscience de l’incompatibilité de la réalité, perçue immédiatement, avec des structures langagières existantes appelées pour l’exprimer, pour Gasparov, il faut chercher plus loin les raisons de ses innovations syntaxiques – dans l’engagement de Pasternak envers la philosophie kantienne et néo‑kantienne. Pasternak, en effet, a fait des études de philosophie à l’Université de Moscou et a passé un semestre d’étude à Marbourg, auprès de Hermann Cohen. Comme on peut le voir dans ses notes et fiches de lecture de cette période, il était préoccupé par la définition du sujet de l’art à travers la critique du sujet kantien, de l’apperception transcendantale et de la partition du monde selon les catégories (de la quantité, de la qualité, de la relation, et de la modalité)27. La réforme du langage commun, et du langage philosophique catégoriel, opérée dans la poésie devrait donc prendre des dimensions beaucoup plus importantes et notamment mener à la mise en question de la perception en tant que telle, pour autant qu’elle se réalise comme synthèse de type kantien.

  • 28 Il est à noter, cependant, que l’idée de fragment et de fragmentation n’est pas thématisée chez les (...)

28Dans son jugement sur la poésie pasternakienne, Gasparov occupe une position médiane entre Jakobson et Lotman. Il ne s’accorde pas avec Lotman sur l’expérience esthétique première de Pasternak, et affirme qu’elle ne s’appuie pas sur l’intuition de la totalité du monde, mais provient de la perception poétique propre à Pasternak qui visualise le monde comme foncièrement fragmentaire28. Si Pasternak perçoit le monde en fragments, c’est dû à l’instantanéité même de sa perception qui veut rester fidèle aux choses mêmes dans la spontanéité de leur apparition. Il n’observe pas le monde autour de lui dans une durée, mais exerce sa vision à une immédiateté qui ne saisit que des qualités et ne parvient pas à attribuer ces qualités diverses et multiples du monde environnant aux objets définis et identifiés. Contrairement à Lotman, Gasparov décrit la totalité du monde poétique de Pasternak, non pas comme une unité organique, mais comme une unité apparente, comme un scintillement créé par les mouvements d’yeux très rapides, passant d’un fragment vers l’autre. Ce sont des fragments de sens qui composent un tableau du monde un, mais extrêmement instable, fragile, en proie au changement, au bord de se défaire et de changer de configuration. La vitesse est ici un facteur déterminant :

  • 29 Boris Gasparov, Борис Пастернак : по ту сторону поэтики (Философия, Музыка, Быт) [Boris Pasternak : (...)

L’essence de la pensée poétique de Pasternak consiste dans l’alliance entre une grande vitesse, avec laquelle les particules de la réalité se meuvent dans le vers […] Nous sommes face non pas aux images volatiles, mais aux éclats-débris durs (aux angles coupants) du monde des objets. Ils ne fusionnent pas en une unité organique, ne perdent pas leur dépendance de fragments – mais passent devant nous avec une telle vitesse que leur « scintillement » produit une certaine image mouvante et vacillante, n-dimensionnelle29.

  • 30 Gasparov, Борис Пастернак…, p. 13.
  • 31 Ibid., p. 48.
  • 32 Walter Benjamin, dans sa thèse de doctorat décrit précisément, textes à l’appui, le fonctionnement (...)
  • 33 Ibid., p. 89.

29Il n’y a pas de vision « panoramique » de la réalité, l’œil du poète saute frénétiquement d’un objet à l’autre. Gasparov attire l’attention au cœur, selon lui, de l’hypothèse jakobsonienne. Celui-ci ne fait pas juste remarquer une prolifération formidable de métonymies chez Pasternak, mais pointerait vers une thèse beaucoup plus significative : « une stratégie “horizontale” de la représentation de la réalité (ce que Friedrich Schlegel appelait “allégorie” en contrepoids à “symbole”)30 ». La stratégie métonymique est « une méthode de connaissance » et pas juste « une figure rhétorique31 ». Il s’agit d’une expansion constante de la vision pasternakienne d’un objet à l’autre. Au lieu de se focaliser sur un objet, en développant ses aspects et ses caractéristiques, Pasternak l’amplifie pour lui en adjoindre un autre. Selon Gasparov, cette stratégie poétique recèle les origines philosophiques : à travers la vision fragmentaire du monde échapper à la synthèse d’un point de vue « total ». L’attitude philosophique qui préside à la stratégie poétique pasternakienne s’exprime en termes d’autoréflexion, comme chez les Romantiques allemands, une posture qui empêche de considérer chaque vers, chaque œuvre poétique comme fini, achevé32. Or, au lieu d’enchevêtrer les esquisses, les multiplier, Pasternak procède par rayures, par biffures : chaque vers, chaque poème n’est qu’un brouillon qui peut nécessiter des remaniements à l’infini. Tandis que les Romantiques pratiquent, selon Gasparov, « l’éparpillement du sens », Pasternak s’exerce à sa « diffluence » (restekanie smysla)33. C’est suite à cette croissance et à l’étalement non retenu du sens, suite à une sorte de logorrhée poétique, qu’à un moment donné, accidentellement, surgit une configuration ou une image « juste », qui accorde une forme et un sens à tout ce qui précède.

  • 34 Dans cette perspective, il serait nécessaire de mener une confrontation plus poussée entre Pasterna (...)
  • 35 Ibid., p. 56.

30En même temps Gasparov rejette l’idée selon laquelle la poésie de Pasternak, son écriture du spontané, serait une réalisation de la critique de la connaissance rationnelle. Beaucoup trop conscient du fait que l’art s’établit sur l’idée de l’unité transcendantale du monde qui nous est livrée dans notre connaissance, Pasternak ne songe pas, selon Gasparov, à l’attaquer de front, mais s’en sert comme d’un repoussoir, par rapport auquel sa poésie pourrait prendre des déviations34. L’instance du sujet de la connaissance surplombe toujours sa poésie, étant présente comme en creux, mais la poésie, l’art, sont une échappatoire qui permet de prendre une position passive vis-à-vis du monde, éviter dans la mesure du possible, de s’imposer comme un héros lyrique. Sa pensée poétique ainsi « balance dans chaque acte de réflexion entre le danger de se transformer en “système” et de tomber dans le chaos de l’arbitraire35 ».

  • 36 Pasternak, Œuvres…, p. 674.

31C’est donc l’écriture qui ne connaît pas de fin. Il ne s’agit pas pour Pasternak, comme il écrit lui-même dans son récit autobiographique Hommes et positions (1956), « d’exprimer » ni de « refléter », ni d’« incarner », ni même de « représenter »36 le monde, il l’expérimente dans ses vers, se place à même les choses, pour pouvoir les ressentir, les vivre dans la cadence qui leur est propre. Le contact avec le monde est toujours un produit du hasard, d’une rencontre fortuite et accidentelle. La connaissance de la réalité ne procède que par touches inattendues, imprévisibles, incontrôlables – telle fut, selon Gasparov, l’intuition philosophique qui nourrissait la production poétique de Pasternak.

  • 37 Bien que Jakobson et Lotman ne se préoccupent pas des implications philosophiques de leurs théories (...)
  • 38 Gasparov, Борис Пастернак…, p. 223.

32En croisant ces trois lectures de l’œuvre poétique de Pasternak, autour de l’idée de fragment, notre but n’était pas d’imputer aux critiques littéraires et théoriciens en question quelconque « philosophie » personnelle. Il était seulement, à partir de notre position philosophique, de faire ressortir certains présupposés qui régissent leurs interprétations37. La conception du fragment soutenu par Jakobson se rapproche de la critique bergsonienne : la décomposition du monde poétique de Pasternak n’a pour Jakobson d’autre but que la multiplication de points de vue irréductibles les uns aux autres et qui fonctionnent plutôt comme des symboles que comme des parties du tout, dans le sens bergsonien. Toutefois, cela n’est pas l’avis de Lotman qui voit chez Pasternak un véritable dévouement à la réalité des choses perçue comme intégrale et entière, et que tous les procédés de décomposition de rapports entre les choses qu’il met en place ne servent qu’à déjouer la catégorisation artificielle du langage commun. La fragmentation donc, qui est une façon d’explorer les liens complexes entre les choses, part toujours, comme dans l’art décrit par Bergson, de l’intuition de l’unité du monde senti et perçu. Et enfin, la conception du fragment chez Gasparov, étroitement lié au rôle qu’il accorde à la philosophie dans la formation du monde poétique pasternakien, oscille curieusement entre deux idées de discontinuité. La totalité du monde n’est que le produit de la perception synthétique de type kantien. Par conséquent, l’on ne peut pas savoir comment le monde est « en soi ». Pasternak se résout alors à pratiquer une vision fragmentaire du monde, selon laquelle l’on ne peut capter les choses dans leur spontanéité que grâce à une vitesse avec laquelle l’œil du sujet lyrique parcourt le monde. Si notre perception habituelle et notre pensée fixe les choses, les dote d’une stabilité nécessaire, la tâche du poète, au contraire, serait de les vivre, de les expérimenter comme mouvantes et constamment changeantes. Afin d’éviter à tout prix une vision d’ensemble, « le sujet poétique de Pasternak continue à poursuivre frénétiquement et désespérément les éclats de la réalité, pour un court moment en extrayant ses particules isolées de la prison de l’apperception38 ». Sans opter pour le couple « totalité/partie », ni pour celui de « totalité/élément », il en vient à l’idée de totalité fragile et mouvante, de vision scintillante et instable, prête à se désagréger à tout moment, pour ensuite se recomposer de nouveau et ainsi de suite.

  • 39 Pour l’ensemble des concepts clés de la théorie du fragment du Romantisme de Iéna, voir Philippe La (...)

33Cette troisième interprétation est en fin de compte la moins schématique, et elle mériterait d’être déployée dans toutes ses potentialités théoriques. Par elle s’esquisse une problématique philosophique féconde, autour d’un concept de fragment sans doute fructueux pour la recherche actuelle sur la poésie de Boris Pasternak. Cette théorie du fragment permet notamment d’échapper à l’alternative entre subjectivisme (Jakobson) et objectivisme (Lotman). La fragmentation chez Gasparov n’indique pas une stratégie volontaire de dissipation du sujet, ni ne se réfère à la propriété (fut-elle seulement poétique) du monde pasternakien. Ce n’est ni une construction, ni une réalité, mais un point d’évitement, qui caractériserait, selon Gasparov, le positionnement existentiel et partant la sensibilité poétique de Pasternak. Le sujet se cache, se fait tout petit, derrière les bribes de la réalité qu’il essaye de capturer, mais la réalité elle-même n’a pas le pouvoir de s’imposer, car elle ne figure pas une totalité finie, mais un ensemble infini de fragments. Voilà qui renvoie à l’idée de poésie comme processus ou progression infinie, telle qu’on peut la trouver chez les Romantique de Iéna39. Mais ce processus, selon Gasparov, n’a rien de positif, rien de triomphant. L’avancée par fragments est un mal nécessaire, qui n’exprime pas uniquement le défaut du langage, incapable dans sa pure fonction représentative ou mimétique de donner un tableau cohérent (et surtout total) du monde. Cette posture signale un rapport au monde qui freine l’intervention du poète, aussi minime qu’elle soit, en l’empêchant de perturber les forces qui animent ce monde, les mouvements vitaux qui l’agitent.

Haut de page

Notes

1 Henri Bergson, « Introduction à la métaphysique » (1903), in : H. Bergson, la Pensée et le mouvant, Paris, PUF, 1999, p. 193-194.

2 Ibid., p. 191.

3 Bergson, « Introduction à la métaphysique »…, p. 204.

4 Ibid., p. 192.

5 Ibid.

6 Bergson, « Introduction à la métaphysique »…, p. 192.

7 Roman Jakobson, « Notes marginales sur la prose du poète Pasternak » (1934), trad. M. Lacoste, A. Combes, in : R. Jakobson, Huit questions de poétique, Paris, Seuil, 1977, p. 60.

8 Ibid., p. 61.

9 Ibid., p. 65-66. Cf. Boris Pasternak, « L’enfance de Luvers », trad. Andrée Robel, in : Boris Pasternak, Œuvres, Paris, Gallimard, « Pléiade », 1990, p. 392.

10 Ibid., p. 66. Cf. Pasternak, « Les voies aériennes », trad. Andrée Robel, in: id., op. cit., p. 456.

11 Pasternak, « Ne pas toucher », trad. Hélène Henry modifiée, in : Pasternak, Œuvres, op. cit., p. 41.

12 Pasternak, « Quand les rames retombent » [Сложа весла], trad. Hélène Henry modiée, in: id., op. cit., p. 43.

13 Jakobson, « Notes marginales… », p. 61.

14 Ibid., p. 62.

15 Ibid., p. 68.

16 Pasternak, « La réaction de Wasserman », in : Pasternak, Œuvres, op. cit., p. 1321.

17 Pasternak, « La réaction de Wasserman »…, p. 1321-1322.

18 Ibid., « Sauf-Conduit », in : Pasternak, Œuvres, p. 577.

19 Jakobson, « Notes marginales… », p. 67.

20 Jakobson, « Notes marginales… », p. 66. Cf. la traduction dans « Les voies aériennes » : « les délices d’une signification autonome », Pasternak, Œuvres, p. 454.

21 Malgré son appartenance à la tradition de l’analyse structurale du texte, héritière de l’école formaliste russe, nous allons voir que dans son approche de Pasternak Lotman se montre moins prisonnier de sa propre méthode que Jakobson. Celui-ci ne s’écarte jamais de son chemin analytique. De manière plus générale, lorsqu’on veut tracer une ligne de démarcation nette entre les deux structuralistes, on met l’accent sur le modèle communicatif qu’ils proposent : Lotman critique l’idée de « code » que Jakobson applique à l’acte communicatif, en défendant un acte multilingue de communication et partant « le dogme de l’intraduisibilité » dénoncé par Jakobson. Cf. sur ce sujet l’article de Giovanni Maciocco et Silvano Tagliagambe, « Changes in the Communication Model from Jakobson to Lotman », in People and Space, Springer, 2009. p. 125-135.

22 Jurij Lotman, « Стихотворения раннего Пастернака и некоторые вопросы структурного изучения текста » [Les poèmes du jeune Pasternak et quelques questions relatives à l’étude structurelle du texte], in Works on Semiotics IV, Transactions of the Tartu State University, 1969, p. 226. J’analyse en détail ce texte dans l’article « La construction du texte poétique chez Boris Pasternak selon Jurij Lotman. Quelques problèmes d’interprétation », Revue des études slaves, Paris, t. LXXXIV, fasc. 3-4, 2013, p. 533-550.

23 Ibid., p. 228.

24 Pour une interprétation « bergsonisante » de Pasternak, voir Michel Aucouturier, « Поэт и философия (Борис Пастернак) » [Le poète et la philosophie. Boris Pasternak], Литературоведение как литература : сборник в честь С. Г. Бочарова, Moskva, Progress-Tradicija – Jazyki Slavjanskoj kul′tury, 2004, p. 255-273.

25 Cf. « Ces deux traits caractéristiques – interpénétration réciproque des objets (métonymie au sens propre) et décomposition de ces mêmes objets (synecdoque) – apparentent l’œuvre de Pasternak aux tentatives de la peinture cubiste », Jakobson, « Notes marginales… », p. 65.

26 Pour une mise en contexte critique de l’approche jakobsienne, voir Ivana Vuletic, « Marginal Notes on Boris Pasternak’s Detstvo Ljuvers », Russian Literature, 56 (4), 2004, p. 483-498. Comme le fait remarquer Elena Glazov-Corrigan, bien que l’analyse de Jakobson conserve incontestablement sa valeur théorique, elle pose in fine plus de problèmes (d’ordre philosophique, notamment) qu’elle n’en résout. Cette analyse ne prend pas du tout en compte « le contexte philosophique plus large », dans lequel les recherches poétiques de Pasternak s’inscrivent avec force. E. Glazov-Corrigan, Art after Philosophy. Boris Pasternak’s Early Prose, Columbus, The Ohio State University Press, 2013, p. 42.

27 Cf. Boris Pasternaks Lehrjahre: неопубликованные философские конспекты и заметки Бориса Пастернака [Boris Pasternak’s Study Years. Unpublished Student Synopses and Notes], (eds.) Lazar Fleishman, Hans-Bernd Harder, Sergej Dorzweiler, Stanford, Stanford Slavic Studies, 2 vols., 1996.

28 Il est à noter, cependant, que l’idée de fragment et de fragmentation n’est pas thématisée chez les deux auteurs précédemment discutés. À moins qu’on ne veuille voir cette thématisation (implicite) dans la dépréciation par Jakobson de tout ce qui relève de la pulvérisation du sujet et des objets qui l’entourent en propriétés distinctes, ou bien, au contraire, la valorisation de la recomposition forcée de l’entité de la langue qu’indique Lotman comme outil principal de la création pasternakienne.

29 Boris Gasparov, Борис Пастернак : по ту сторону поэтики (Философия, Музыка, Быт) [Boris Pasternak : au-delà de la poétique (philosophie, musique, vie quotidienne)], Moskva, NLO, 2013, p. 193. Ici et plus loin c’est moi qui traduis.

30 Gasparov, Борис Пастернак…, p. 13.

31 Ibid., p. 48.

32 Walter Benjamin, dans sa thèse de doctorat décrit précisément, textes à l’appui, le fonctionnement du concept de réflexion chez les premiers Romantiques, notamment Novalis et Schlegel. Voir W. Benjamin, le Concept de critique esthétique dans le romantisme allemand, trad. de l’allemand par Philippe Lacoue-Labarthe et Anne-Marie Lang, Paris, Flammarion (« Champs essais »), 1986.

33 Ibid., p. 89.

34 Dans cette perspective, il serait nécessaire de mener une confrontation plus poussée entre Pasternak et la tradition du Romantisme allemand. Puisque Pasternak de son côté cherche à dépasser le sujet kantien, en quoi son entreprise pourrait-elle s’apparenter à celle du cercle Athenaeum et en quoi exactement en diffère-t-elle ? Si la poésie est une forme supérieure d’art, ne s’agirait-il pas pour lui de construire une sorte de système d’art, d’inspiration romantique qui dépasserait et subsumerait la musique et la philosophie dans son cheminement vers la poésie. J’ai essayé de répondre à cette question dans mon article « Un anti-système des arts. Musique, philosophie et poésie chez Boris Pasternak », (Laval Théologique et Philosophique, 71, 2 , juin 2015, p. 247-265), sans pour autant analyser le rapport de Pasternak au Romantisme. Des indices factuels de la connaissance par Pasternak des œuvres des Romantiques allemands se trouvent dans l’ouvrage de Karen Evans-Romaine, Boris Pasternak and the Tradition of German Romanticism, Munich, Verlag Otto Sagner, 1997. Elle décèle l’existence chez Pasternak de « subtexts » qui proviennent des œuvres littéraires de poètes comme Novalis, Heine, Jean Paul, Goethe et d’autres. Cependant, son analyse se situe davantage sur le plan littéraire et non pas philosophique. Cf. également: Victor Terras, « Boris Pasternak and Romantic Aesthetics », Papers on Language and Literature, III, no. 1, Winter 1967, p. 42-56.

35 Ibid., p. 56.

36 Pasternak, Œuvres…, p. 674.

37 Bien que Jakobson et Lotman ne se préoccupent pas des implications philosophiques de leurs théories et ne réfléchissent pas aux problèmes philosophiques auxquels leur travail touche, ce genre d’analyse reste envisageable pour un philosophe, désireux d’explorer la composante épistémologique et méthodologique de leurs œuvres. Parmi les travaux récents ayant mis le doigt sur le potentiel philosophique de l’œuvre de ces théoriciens, cf : N. Avtonomova, Открытая структура : Якобсон-Бахтин-Лотман-Гаспаров, Мoskva, ROSSPÈN, 2009. Et son article plus récent : N. Avtonomova, « Лотман Якобсон : Романтизм, сциентизм и этос науки », Гуманитарные исследования в Сибири и на Дальнем Востоке, no 3, 2014, p. 13-22.

38 Gasparov, Борис Пастернак…, p. 223.

39 Pour l’ensemble des concepts clés de la théorie du fragment du Romantisme de Iéna, voir Philippe Lacoue-Labarthe, Jean-Luc Nancy, l’Absolu littéraire, Paris, Seuil, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ioulia Podoroga, « La partie et le tout sur le monde fragmentaire de Boris Pasternak »Revue des études slaves, LXXXVII-3-4 | 2016, 457-469.

Référence électronique

Ioulia Podoroga, « La partie et le tout sur le monde fragmentaire de Boris Pasternak »Revue des études slaves [En ligne], LXXXVII-3-4 | 2016, mis en ligne le 26 mars 2018, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/res/982 ; DOI : https://doi.org/10.4000/res.982

Haut de page

Auteur

Ioulia Podoroga

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue des études slaves

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Lettres Sorbonne Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search