Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11VariaLes brouteurs d’Abidjan

Varia

Les brouteurs d’Abidjan

Étude socio-anthropologique d’une sous-culture juvénile déviante
The brouteurs of Abidjan. A socio-anthropological study of a deviant juvenile subculture
Ettien Franck-Stéphane Adou

Résumés

Cet article s’inscrit dans la problématique des usages et appropriations sociales d’internet. Il s’intéresse particulièrement au broutage, une forme spécifique de criminalité informatique centrée sur les escroqueries via internet qui tend dans l’imaginaire populaire ivoirien à symboliser les effets négatifs des TIC. Pour étudier cet « usage déviant » d’internet, il déploie une démarche d’anthropologie de la communication et exploite les données d’une enquête ethnographique menée pendant plus de huit mois auprès d’un groupe de brouteurs fréquentant un cybercafé d’Abobo (Abidjan). Il s’inspire des réflexions d’Howard Becker (étiquetage, carrière), d’Erving Goffman (cadre de la situation) et de Dick Hebdige (sous-culture). Ainsi, cet article met en visibilité l’espace, les acteurs et les pratiques ritualisées qui se développent dans le cybercafé, le cadre privilégié d’apprentissage du broutage. Il éclaire les attitudes individuelles, les valeurs et les représentations sociales autour desquelles le groupe de brouteurs se consolide et réagit face au processus d’étiquetage dont il est l’objet. Les brouteurs apparaissent alors comme une sous-culture juvénile urbaine déviante à Abidjan.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Nonobstant les discours apologétiques sur la puissance messianique des TIC, on assiste à l’émergence ou à la reconfiguration d’infractions adaptées et facilitées par le numérique. En Côte d’Ivoire, l’infraction la plus connue est le broutage, une forme de cybercriminalité centrée sur les escroqueries à la romance et le chantage à la vidéo via Internet. L’expression broutage est construite à partir du verbe « brouter » et fait référence à l’action du ruminant qui s’alimente en mangeant de l’herbe. Elle traduirait l’idée de facilité avec laquelle les ruminants se baissent pour s’alimenter, mais aussi les grandes distances que ceux-ci parcourent à la recherche de "l’herbe fraiche". Celui qui pratique le broutage, le brouteur, est de ce fait assimilé au ruminant qui trouve sa nourriture grâce aux escroqueries qu’il développe via Internet. Cet article s’inscrit dans la problématique des usages et appropriations d’Internet et s’intéresse particulièrement aux logiques sociales des brouteurs, une catégorie d’usagers condamnée par l’opinion dominante.

  • 1 Larticle419duCodenalnigérianconsigne les dispositions juridiques pour freiner cette forme de cyb (...)

2Le broutage est un phénomène mondial qui malgré la fracture numérique, n’épargne pas le continent africain. Bien au contraire, il est présenté comme la plaque tournante à partir de laquelle de nombreux cybercriminels appelés Yahooboys au Nigéria (Smith, 2007), feymens au Cameroun (Malaquais, 2001), Gays mans au Bénin (Tasso-Boni, 2014), ou brouteurs en Côte d’Ivoire (Koenig, 2014 ; Adou, 2016 ; Adou et Kolé, 2020), mettent en œuvre leurs escroqueries. Le broutage n’est donc pas une pratique nouvelle ou typique à la Côte d’Ivoire puisqu’il mobilise les modes opératoires des cybercriminels nigérians (Smith, 2007 ; Hanafi, 2020). Il est une appropriation, voire une « ivoirianisation » de « l’arnaque à la nigériane ». Le broutage émerge en Côte d’Ivoire au début des années 2000, dans un contexte sociopolitique instable marqué par l’insécurité, la déscolarisation, le chômage et la paupérisation. Le coup d’État de décembre 1999 puis la tentative de septembre 2002, le développement du secteur des nouvelles technologies et l’absence d’un cadre juridique adapté offraient des conditions propices à l’installation des premiers cybercriminels venus du Nigéria (Smith, 2007 ; Aman, 2015). Afin de contourner le durcissement de la répression dans leur pays1 et d’élargir leur champ d’action au-delà des pays anglophones (Inde, États-Unis, Canada), les yahooboys se tournèrent vers les ressortissants des pays francophones moins sensibilisés à cette époque. Cependant, leur maîtrise approximative de la langue française les obligea à recourir à de jeunes Ivoiriens comme traducteurs. Le broutage nait donc de cette collusion frauduleuse.

  • 2 Travailler et travaillement dans ce contexte c’est « offrir le champagne et distribuer les billets (...)
  • 3 L’Attalaku signifie "regarde par ici" en Lingala du Congo. Il renvoie ici à la performance par laqu (...)
  • 4 Composé exclusivement de surnoms chantés, le spot est une variante du Coupé-Décalé qui se fonde sur (...)

3Au fil des années et au gré des arnaques réussies, les brouteurs se font remarquer dans les bars climatisés d’Abidjan et lors des soirées Coupé-Décalé par leur prodigalité et leur goût pour l’ostentatoire. Ce genre musical ivoirien né en France et rapatrié en Côte d’Ivoire dans les années 2002 apparaissait comme un espace symbolique permettant aux brouteurs de montrer leur richesse financière, d’exhiber leur « réussite sociale » (Kohlhagen, 2005 :92 ; Kolé, 2021 : 21). C’est à coup de travaillement2, que les brouteurs devinrent, tout comme les jet-setteurs et les footballeurs professionnels, les principaux mécènes des artistes Coupé-Décalé. Ceux-ci en contrepartie faisaient leurs éloges avec des attalakus3, avec des spots4 (Adou, 2016 : 40 ; Kolé, 2021 :79). Les brouteurs s’érigeaient comme des « dépositaires » du boucan et de la frime à Abidjan. Le broutage et le Coupé-Décalé ont dès leur émergence respective fait chemin ensemble dans une interaction presque symbiotique (Kolé, 2021).

  • 5 Selon le directeur de la DITT Ouattara Guelpetchin, le broutage constitue 90 % des infractions rela (...)
  • 6 Pour saisir comment le broutage est construit par les médias, un corpus hétérogène de documentaires (...)
  • 7 La Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT) et le Laboratoire de Criminalist (...)
  • 8 Les rapports 2012, 2013 et 2014 de la PLCC révèlent une évolution du nombre des plaintes, des arres (...)

4De plus en plus de jeunes se consacrent au broutage qui devient un phénomène social5. Préconstruit par les médias nationaux et étrangers6 et tributaire de l’effet idéologique des médias, il est mis en avant à la fois par les organes de régulation des TIC, les institutions de lutte contre la cybercriminalité7 et des responsables politiques. Ainsi, les représentations institutionnelles et médiatiques se rejoignent et renforcent l’opinion dominante selon laquelle le broutage est un danger pour l’économie et l’image du pays, un fléau qui conduit les brouteurs vers des pratiques mystiques telles que des sacrifices humains (Aman, 2015). Les brouteurs sont décrits comme des gens à part dans leur façon de vivre et sont de ce fait étiquetés comme des déviants. Mais alors que des lois ont été votées et que des institutions spécialisées de lutte ont été créées, force est de constater une augmentation annuelle des plaintes, un élargissement des supports et des cibles d’arnaques ainsi qu’une diversification des modes opératoires8. Malgré la pénalisation, les condamnations politiques, médiatiques et sociales, des individus continuent à se consacrer au broutage qui, loin de disparaître, persiste, se transforme et tend même à progresser.

  • 9 Pour désigner leur activité, les brouteurs utilisent davantage le terme bara qui signifie en dioula(...)

5Alors qu’il y a un intérêt pour les facteurs explicatifs, les manifestations, les impacts économiques, les mesures de lutte (Gueu, 2013 ; N’Guessan, 2014 ; Bogui, 2009 & 2010), la nécessité de créer un cadre juridique en adéquation avec la nature dynamique et complexe de cette cybercriminalité (Mitongo-Kalondji, 2010 ; Tanon-Bian, 2015), le broutage reste quant à lui peu étudié et les logiques sociales qui le sous-tendent trop rapidement évacuées. Ce travail opère un renversement paradigmatique en donnant enfin la parole aux brouteurs. Épuré du sensationnel inhérent aux productions cinématographiques et journalistiques, il vise à saisir le sens que les brouteurs eux-mêmes donnent à leurs actions. Il examine pour ce faire, les interactions et les réactions des brouteurs dans les lieux de leur agir quotidien : pendant le bara9 au cybercafé, lors de l’enjaillement dans les maquis et bars climatisés.

6Ce travail s’inspire des travaux qui, au-delà de la vision moralisatrice habituelle, se rapprochent des individus qui pratiquent le broutage (Koenig, 2014 ; Koné 2015 ; Hanafi, 2020 ; Leprince, 2021) et « l’arnaque à la nigériane » plus largement (Malaquais, 2001 ; Smith, 2007, Burrell, 2008 ; Tasso Boni, 2014). Il part du postulat que les brouteurs constituent une sous-culture juvénile urbaine déviante qui se maintient à travers les interactions entre les débutants et les plus expérimentés. C’est donc au fil des interactions avec leurs pairs et avec ceux qui les stigmatisent que les brouteurs s’approprient les normes, les rituels, la symbolique, l’imaginaire collectif, les valeurs et les représentations sociales de leur groupe de référence. Celui-ci constitue une instance de socialisation à la déviance qui permet l’apprentissage, la transmission et partant, la permanence du broutage. Le broutage est une forme de délinquance qui s’inscrit dans le cadre plus large des cultures juvéniles urbaines abidjanaises (Newell, 2006 ; Le Marcis, 2017). Cette réflexion veut non seulement mettre au jour les usages effectifs, les pratiques ritualisées, les interactions sociales des brouteurs, mais aussi révéler les logiques sociales d’un groupe étiqueté comme déviant.

Matériels et méthodes

  • 10 Cette démarche, certes discutée, a le mérite de se rapprocher de "l’authenticité" de la situation. (...)

7Cet article exploite les données actualisées d’une enquête menée dans le cadre d’un mémoire de master (Adou, 2016). Il déploie une démarche d’anthropologie de la communication (Winkin, 2004) et s’appuie sur une enquête ethnographique de plus de huit mois auprès d’un groupe d’une vingtaine de brouteurs fréquentant un cybercafé d’Abobo (Abidjan). La période d’imprégnation a permis d’entrer dans le milieu d’interconnaissance (Beaud & Weber, 2010 : 32) des brouteurs de cybercafé Pro, un cybercafé typique (Schutz, 1987) fréquenté par Lewis CFA, notre premier informateur, lui-même brouteur. Seuls Lewis CFA, Alarme Rouge et la gérante connaissaient l’objet véritable de l’enquête. Le chercheur était donc un participant « couvert » (Coulon, 1992 : 93) et avait un rôle « périphérique » (Gold 1950 : 217-223) 10. Autrement dit, il a été en contact étroit et prolongé avec les brouteurs sans participer à leurs activités délictuelles. Introduit par Lewis CFA et perçu comme un "aspirant brouteur", il a pu tisser des relations de confiance et d’amitié qui lui ont permis de rentrer dans l’intimité des interactions sociales d’autres brouteurs dans et en dehors du cybercafé. Une intimité que les propos en italiques et entre guillemets tentent de rendre. Les données ont été soumises à une analyse lexico-thématique qui mobilise l’appareillage conceptuel interactionniste de Becker (étiquetage, culture, entrepreneurs de morale, valeurs, carrière), de Goffman (cadre de l’expérience) et de Hebdige (sous-culture).

Cybercafé Pro : un cadre privilégié de l’expérience du broutage

8Le concept de « cadre de l’expérience » (Goffman, 1974 ; Nizet & Rigaux, 2005 : 64) traduit l’idée qu’il peut y avoir pour une même situation, pour une même expérience sociale, une diversité de perceptions des acteurs engagés. Cybercafé Pro est le cadre où des usagers d’Internet pratiquent le broutage, se mettent en scène, se construisent une identité de brouteur. C’est dans cet espace bruyant, masculinisé et peu discret que le brouteur développe ses pratiques, entre régulièrement en interaction avec d’autres acteurs. Le cybercafé, territoire du brouteur, apparait alors comme un espace symbolique d’apprentissage, de transmission des « codes secrets » du broutage.

Portrait du brouteur

9Les brouteurs de cybercafé pro se présentent comme opérateurs économiques, Tapeurs de clavier, jeunes entrepreneurs, employés à Western Union, Gaye, barasseurs. Issus de familles pauvres et modestes, la plupart d’entre eux ont arrêter l’école afin de se consacrer exclusivement au broutage. Le plus jeune, Alassane, a 12 ans et est en classe de 6e dans un Collège d’Abobo. Alarme Rouge, 20 ans, est étudiant à l’université Félix Houphouët-Boigny. Sheva Sheva, quant à lui, a 24 ans. Il a arrêté l’école après son deuxième échec au baccalauréat. Lewis CFA, ancien étudiant en sciences économiques est lui aussi déscolarisé. Salif et Lewis CFA ont 26 ans. Ils sont les plus âgés et les plus expérimentés. Ils vivent pour la plupart toujours en famille et ils s’adonnent au broutage à l’insu de leurs parents (pour les élèves) ou plutôt avec leur assentiment tacite. Lewis CFA explique que ses parents, à l’intérieur du pays, ne savent pas ce qu’il fait. Pour eux, il se « débrouille à Abidjan » dans le négoce de vêtements.

  • 11 Le terme choco est le diminutif de chocolaté qui renvoie à une peau sans tâches qui a la couleur du (...)
  • 12 Le mot gbakis est utilisé en nouchi pour désigner celui qui vient fraichement du village (le gbakis(...)
  • 13 Le nouchi, l’argot ivoirien est constitué de mots issus de langues ivoiriennes et étrangères différ (...)

10Cybercafé Pro est phagocyté par les brouteurs qui se distinguent par leur jeune âge (entre 12 et 26 ans), leurs vêtements, leur vocabulaire et leur attitude. Ils sont généralement vêtus de sandales bleues avec des rayures blanches, de tee-shirt aux couleurs vives, de culottes ou des pantalons tailles basses volontairement dégradés et tachetés laissant entrevoir leurs dessous. Leur apparence décontractée contraste avec les portables et montres de luxe qu’ils possèdent. À partir de leur façade personnelle, ils peuvent être catégorisés en choco11 et en gbakis12, encore appelés wantch. Le choco parle, s’habille, se comporte comme un jeune des couches sociales aisées. Il se distingue par son apparence soignée, ses vêtements de marques et son parler qui emprunte à l’argot français (niquer, choper, la daronne). Le Gbakis est lui ancré dans la culture juvénile ivoirienne « de la rue ». Son vocabulaire est empreint du nouchi13. Il est un bad boy qui n’a pas peur des clashs et des oppositions.

  • 14 Boro désigne les grands sacs destinés au transport de marchandises (riz, des fèves de cacao)

11Il existe un ensemble de signes d’identification permettant de reconnaitre et distinguer les brouteurs. Certains comme l’habillement, les salutations sont visibles, d’autres tels que le comportement, le parler et l’emploi de surnom sont moins apparents. En effet, les brouteurs utilisent soit des surnoms composés (Abou Lacoste, Choco l’argentier, Empereur Dix Milliards, Alarme Rouge, Zidane nouveaux billets, Guizo Xperia, Solution le mystique, Tanguy l’or massif, Askia le Banquier ; Gucci de Versailles, Marius di Maria), soit des surnoms slogans (Président Kassa qui fait toujours en billets de 10 ; Bombardier le tueur d’Euro, Empereur Messi ! Laissez-moi jeter ; Le tueur de borô14 parce qu’il a borô d’argent ; Tony le silencieux, l’argent n’aime pas le bruit.)

  • 15 En référence à la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest.

12Le surnom est une norme effective chez les brouteurs de Cyber Café Pro. Il est tiré d’une « histoire glorieuse » en relation avec le broutage, en rapport avec ce que le détenteur du surnom fait des gains obtenus. Par exemple, Dominique BCEAO15 a gardé le surnom de Dominique qui est le prénom de l’avatar lui ayant permis de finaliser sa première escroquerie. Président Kassa ne distribue que des billets de 10.000 FCFA quand il fait le travaillement. La constitution de ces surnoms fait appel aux champs lexicaux de l’argent (Empereur dix milliards, Zidane nouveaux billets, Askia le Banquier, Choco l’argentier, Lewis CFA) du luxe (Tanguy l’or massif) et de la démesure (parce qu’il a Boro d’argent, Empereur dix milliards). Les surnoms permettent au brouteur d’être reconnaissable parmi ses pairs et aussi de se distinguer des non brouteurs. Il définit des qualités, des aptitudes, des valeurs auxquelles celui-ci s’identifie. Ces « étiquettes auto-attribuées » (Bahi, 2004 :12) ont pour fonction de dissimuler l’identité sociale réelle et de recréer une nouvelle identité typique au groupe. Elles jouent le rôle d’un « masque social » qui permet au brouteur de se différencier des membres de la société globale et surtout d’affirmer son appartenance au groupe de référence.

13Le parler des brouteurs est fortement marqué par le nouchi et par une « re-sémantisation » de mots et expressions françaises désignant des réalités différentes dans le cadre de notre expérience. Le client va renvoyer à la victime de l’escroquerie, le vampire au brouteur qui « vole » la cible d’un autre brouteur, le varan à celui qui n’a plus d’argent. Le parler et les surnoms constituent des éléments d’appartenance. Ils permettent aussi d’exclure le non brouteur ne disposant pas des codes nécessaires à la compréhension des échanges. Au même titre que l’habillement, ils permettent d’identifier et de s’identifier au groupe. Ces signes sont une forme de marquage social d’un individu ou d’un groupe dont le statut de brouteur est présumé dès la présence de ces traits caractéristiques. Ce sont ces éléments que le brouteur utilise dans ses interactions sociales afin de maîtriser les impressions des autres.

Les interactions entre les acteurs du cybercafé

  • 16 Ce sont les clients qui, de façon ponctuelle, utilisent l’un des services du cybercafé : traitement (...)

14Alors que les interactions brouteurs-« clients ordinaires16 » sont quasi inexistantes, celles entre les brouteurs et la gérante sont pour la plupart conflictuelles. Les brouteurs, très souvent les wantch, reprochent à la gérante la mauvaise qualité de la connexion qui les empêche de travailler correctement. Ils exigent qu’elle rembourse les minutes durant lesquelles ils n’ont pas pu travailler. « Si je n’ai pas bara, je ne suis pas obligé de payer ». Certains brouteurs l’injurient parfois. Selon eux, la gérante ne les respecte pas, elle « les gère mal » alors que ce sont eux qui font vivre le cybercafé. Ils lui donnent des ordres et exigent qu’elle n’expose pas la pancarte du cybercafé susceptible d’attirer l’attention des forces de l’ordre.

« C’est nous tes clients, tu cherches qui encore ? C’est nous les bons clients. Tu penses que tes clients papillons là peuvent venir chaque jour et rester connectés tout le temps comme nous ? Sans nous, ton cyber sera vide ! » (BCEAO).

15Les brouteurs de Cybercafé Pro se considèrent comme « les vrais clients » en raison de leur nombre, leur fidélité et leur assiduité. Ils qualifient les clients ordinaires de papillons qui, en plus de ne pas être réguliers, passent d’un cybercafé à un autre. Ils exigent plus de respect et de considération de la gérante qui, quant à elle, les considèrent plutôt comme des « enfants impolis », « mal éduqués ». Elle voudrait qu’ils remboursent les emprunts, respectent les règles de savoir-vivre et qu’ils prennent soin du matériel. Malgré ces interactions souvent conflictuelles, le cybercafé constitue un cadre privilégié d’apprentissage des pratiques ritualisées du broutage.

Apprentissage des pratiques ritualisées

16Les pratiques ritualisées renvoient à des comportements qui s’ancrent dans la situation de broutage. Elles facilitent la réalisation de l’arnaque et permettent aux brouteurs de communiquer, de communier autour de valeurs et de normes communes. L’appropriation de l’espace fait partie de ces pratiques. Elle se traduit par une « privatisation » du cybercafé et de l’ordinateur ainsi que par l’écoute de la musique. La privatisation consiste pour un brouteur à utiliser toujours le même ordinateur, soit pour dissimuler ses activités à ses pairs, soit pour disposer des documents préalablement enregistrés. Ce sont généralement des photos et des vidéos des activités de l’avatar du brouteur : à la plage, au bureau, en famille et même des vidéos pornographiques. Cette privatisation de l’ordinateur est possible par la technique du compte bloqué qui consiste à réserver un ordinateur en laissant son temps de connexion s’écouler. Le brouteur doit être connecté exactement au moment où sa cible est disponible ou lorsque son avatar est censé être disponible.

17Dans le cybercafé, les brouteurs écoutent du Rap et du Coupé-Décalé, précisément des spots. Pendant le bara, ils chantent à haute voix, par cœur et parfois en chœur des chansons qu’ils connaissent tous. Ils discutent des chansons, des chanteurs et des brouteurs dont les noms sont chantés. Les brouteurs ont des références musicales partagées auxquelles ils s’identifient. Ils s’inspirent des idées et des maximes qui y sont véhiculées : La vie c’est les moyens ; il faut profiter de la vie ; c’est le moment de faire le boucan ; faut bara ; je cherche mon l’ahent. L’écoute de la musique mobilise les brouteurs présents et participe à l’appropriation de l’espace. Elle facilite la mise en lien et la « mise à l’aise » des brouteurs qui se comportent comme les propriétaires. Le cybercafé devient le territoire des brouteurs, leur nouveau « chez soi". Il constitue un espace hybride, à la fois lieu de travail et domicile.

18La gestion spatiotemporelle étudie les positions des brouteurs dans le cybercafé ainsi que l’inscription sociale de leur pratique. Un regroupement de personnes autour d’un ordinateur témoigne d’un travail en association ou de la présence de néophytes autour d’un brouteur expérimenté. C’est à ce moment qu’en observant et en posant des questions, ils prennent conscience de l’importance et de la pertinence de certains procédés.

Il ne va pas prendre drap (se rendre compte) si tu ne lui envoie pas de nouvelles photos ?

Mais et s’il dit qu’il va venir te voir où tu es en France, tu lui dis quoi ?

Pourquoi depuis là tu n’as pas encore lancé le kata (le mensonge) ?

Mais où tu vas (sur quels sites) et puis tu tombes toujours sur les vrais clients comme ça ?

19Avec le travail d’équipe, il est possible d’augmenter les opportunités et d’économiser du temps. En effet, le brouteur n’est plus obligé de rester sur place toute la journée et chaque jour. À plusieurs, ils peuvent alterner leur présence tout en gardant autant de cibles qu’avant. Pendant, sa formation, le brouteur présent dans le cybercafé reçoit des directives de son formateur qui ne vient dans le cybercafé que lorsque l’escroquerie arrive dans une phase décisive. C’est pourtant lui le stratège qui peaufine « le plan d’attaque » que l’apprenant exécute. Le broutage est une formation pratique dans laquelle on apprend en faisant. Les causeries permettent d’échanger les informations, anticiper et résoudre les difficultés. Plus qu’une technique pour attendre qu’un ordinateur se libère, elles constituent un moment charnière de la transmission du savoir-faire.

20Par ailleurs, la sédentarisation qui est la présence prolongée et quotidienne des mêmes brouteurs dans le même cybercafé se justifie par la proximité d’avec leur domicile, la qualité de la connexion et aussi par le fait que rester dans un même cybercafé permet d’avoir la confiance et l’estime de la gérante. Cette fidélité rend possible des emprunts pendant les périodes difficiles.

« En tout cas moi je préfère celui-là parce qu’il n’est pas loin de la maison. Donc quand on a besoin de moi, mes petits frères peuvent venir me chercher. Je peux aller manger à la maison et puis revenir continuer, tranquille ! Et puis là-bas, le gérant c’est un maudit, il n’est pas prêt pour nous même ! Quand on est piqués (ne pas avoir de l’argent), il n’est jamais prêt pour nous donner connexion. Il faisait trop le malin avec sa connexion pourrie. Ici au moins, la vieille mère nous donne crédit » (Sheva Sheva).

21L’affluence variable révèle que le brouteur organise sa journée en fonction de ses activités dans la vie réelle, de la disponibilité de ses cibles, de l’activité de son avatar. D’où l’importance du « traquage », la phase préliminaire qui implique de connaître les habitudes, les passions et les sites préférés de la victime. Mais compte tenu de la diversification des cibles et des avatars créés (sexes, emplois, nationalités), les brouteurs déscolarisés restent connectés toute la journée au gré du programme de chaque cible, contrairement aux brouteurs scolarisés. Ces derniers sont généralement présents tôt le matin, entre midi et quatorze heures, le soir après les cours et les weekends. Dans le cas où le client ou l’avatar du brouteur a un emploi, les rendez-vous interviennent dans les périodes de relâche. En fonction du décalage horaire, ces heures se situent en Côte d’Ivoire vers dix-huit heures. Cette heure d’affluence dépend aussi du fait que les brouteurs scolarisés reviennent de l’école.

  • 17 Le Zamou est le procédé mystique par lequel des brouteurs facilitent le déroulement et la réussite (...)

22Les modes opératoires se fondent sur des procédés psychotechniques, mystiques (le Zamou17) et sur des spécialisations. Les modes opératoires psychotechniques font appel, non seulement à un savoir-faire technique et technologique (création d’avatars, envoi de photos et vidéos), mais aussi à une connaissance prétendue de la psychologie de la cible. Ils impliquent de choisir soigneusement la cible, puis de tenter de cerner sa psychologie. Les stratégies mises en œuvre tiennent compte du contexte, de la profession, des besoins, des rêves, des vices ou les craintes de la victime. Le choix du mougou, du client, de la victime est donc primordial.

« Moi en plus des blancs, je développe une nouvelle science (nouvelle stratégie) sur les PD et les Lélés (les homosexuels). Ils sont gbés (nombreux) ici et c’est eux qui ont vrais jetons (beaucoup d’argent) » (BCEAO).

23Alarme Rouge catégorise les brouteurs en « lovers » et « pervers » selon les procédés qu’ils mobilisent. Les pervers utilisent le chantage à la vidéo. Cette technique permet au brouteur qui est en possession d’une vidéo de la victime dans des postures compromettantes ou humiliantes de lui demander de l’argent. Les loveurs quant à eux développent l’arnaque aux faux sentiments. En inventant des situations dramatiques, le loveur incite la victime à réagir par amour, par empathie, par compassion ou par pitié.

« Moi mon premier West (première arnaque), c’était une vielle blanche qui a travaillé dans l’humanitaire. Je lui ai dit que je suis élève et que mon beau-père me violait. Il me fallait de l’argent pour fuir la maison ou pour aller voir une ONG de protection des enfants. La vieille blanche voulait elle-même venir me chercher tellement j’ai travaillé son minds [manipuler, faire un travail psychologique] » (Sheva Sheva).

  • 18 Le « Robot Lanceur » est généralement, un brouteur moins expérimenté qui amorce chaque arnaque par (...)

24Pour réussir son escroquerie, le brouteur doit entretenir des relations suivies sur différents sites afin de gagner la confiance du client ou obtenir par triangulation toutes les informations sur son identité (nom, prénoms, profession). Un travail préparatoire est nécessaire pour mettre en place une stratégie, les alliances à tisser, les spécialisations à mobiliser. La spécialisation renvoie au fait que des brouteurs se perfectionnent dans un domaine précis nécessaire à la réussite de l’escroquerie. Ils peuvent être spécialisés en traquage : les robots lanceurs18, en création d’avatars, en retrait d’argent, en confection de documents administratifs destinés à crédibiliser l’arnaque (mandats d’arrêt) ou authentifier des ventes (les actes notariés dans la vente de terrain, de maison ou d’entreprises).

25Par ailleurs, la dimension mystique est très présente dans l’exercice du broutage. Elle est pour certains, l’élément déterminant de la réussite de l’arnaque. En effet, de nombreux brouteurs recourent à des pratiques mystiques (féticheurs, marabouts) pour dominer l’esprit de leur victime qui, sous l’influence du Zamou, perdrait tout discernement, toute logique, tout esprit critique. Les brouteurs de cybercafé pro reconnaissent l’existence et l’efficacité de ce « supplément mystique », mais sont rares à affirmer l’utiliser. Or, ils soutiennent que le Zamou est un procédé courant sans lequel il est difficile d’avoir beaucoup d’argent. Dans leurs imaginaires, les brouteurs les plus célèbres ont systématiquement eu recours au Zamou. Pour Alarme Rouge, le Zamou est une voie de la facilité, un contre modèle de réussite puisque le mérite d’un brouteur réside dans son ingéniosité. Selon lui celui qui utilise exclusivement le Zamou et qui va jusqu’aux sacrifices humains ne doit pas être considéré comme un « vrai » brouteur.

« Il y a des gens qui ne barassent pas et qui ont des canaris (fétiches) à la maison. Et comme ils ont beaucoup d’argent, les gens disent qu’ils sont brouteurs. Or, ils ne savent même pas taper clavier » (Alarme Rouge).

  • 19 Il existe sur l’usage du Zamou, des conflits idéologiques qui traversent la communauté des brouteur

26Le « bon brouteur » selon Alarme Rouge serait celui qui réussit ses arnaques sans brutaliser physiquement les victimes et sans faire des sacrifices humains : les « petits sacrifices » (poulets, moutons, l’argent, totems) étant à la rigueur tolérés19. L’intégrité physique de la victime constitue une règle éthique qui différencie pour lui les brouteurs, des « délinquants », des « vrais voleurs ».

27L’analyse du broutage comme fait social doit tenir compte de ces différentes attitudes individuelles, des valeurs collectives et des conflits idéologiques internes au groupe. Ces valeurs renvoient à un ensemble d’idées, d’émotions, de dispositions permettant à l’individu d’agir de façon répétitive, voire ritualisée. L’acquisition d’informations, le choix des victimes, les techniques d’approche et de retrait des gains se transmettent au cours des interactions avec les brouteurs expérimentés. C’est au fil des interactions avec ces pairs que le brouteur acquiert un système de codes, d’usages et de pratiques ritualisées qui lui permettent d’intégrer le groupe, de maîtriser les impressions, de perfectionner son activité et de progresser dans sa carrière de brouteur.

La carrière déviante des brouteurs

28Le concept de carrière permet une analyse séquentielle du broutage. Il renvoie aux différentes phases, à la série de statuts et d’emplois typiques que les individus respectent à l’intérieur d’un groupe. Aussi, permet-il de faire la différence entre « divers types d’aboutissements des carrières indépendamment de la question de la réussite. » (Becker, 1985 :47). En mobilisant le concept de carrière, il est possible selon les représentations des brouteurs eux-mêmes, de différencier ceux qui aboutissent de ceux qui n’aboutissent pas.

Les étapes de la carrière

29L’entrée, l’apprentissage et la transmission des savoirs dans le broutage se fondent généralement sur un rapport de subordination entre le maître (le vieux père) et l’apprenti (le bon petit). Cette relation hiérarchique permet à l’apprenti d’intégrer le groupe et de profiter des savoirs qui y sont en circulation. Le vieux père est le guide et la caution morale sans laquelle l’intégration est particulièrement difficile. Le groupe de brouteurs apparait comme une société initiatique qui procède à la resocialisation du nouveau membre qui franchit 3 phases : débutant, occasionnel, régulier (Becker 1985).

Brouteur débutant

30On accède au broutage généralement par cooptation ou par voisinage. Dans le premier cas, un brouteur propose de former une personne avec qui il a des relations d’amitié et de confiance en dehors du cybercafé. Dans le second, c’est plutôt l’aspirant qui va vers un brouteur afin que celui-ci le forme. Peu importe le mode d’accès, il faut que le néophyte soit motivé et qu’il ne constitue pas une menace au déroulement des activités du groupe. La plupart du temps, le brouteur butant fait partie des plus jeunes. Il est très souvent debout, observe et pose des questions à ceux qui sont en train de bara. Et même lorsqu’il est assis, il ne manie pas le clavier aussi rapidement que les brouteurs expérimentés. Durant cette phase, le brouteur butant collecte des informations sur la marche à suivre pour effectuer ses premières opérations. Dans le cybercafé, c’est lui qui accomplit les « petits services » tels que l’achat de cigarette, d’eau, de nourriture. Dès cette première étape, il y a une appropriation progressive de la façon de parler et de s’habiller du groupe de référence. Le brouteur butant assimile progressivement les normes et les valeurs du groupe qu’il veut intégrer. Il n’a pas encore commis lui-même les actes constitutifs du broutage, mais côtoie régulièrement ceux qui le font. Son assiduité, sa serviabilité et son engagement lui permettent de se faire accepter, puis de profiter du savoir-faire des plus expérimentés.

Brouteur occasionnel

31Le brouteur occasionnel est celui qui a déjà mené au moins une opération jusqu’à son terme, mais qui exerce une autre activité qui lui rapporte de l’argent (vente de vêtements) ou à laquelle il consacre du temps (club de formation de football, formation professionnelle, enseignement général). Dans cette phase, le brouteur acquiert outre le vocabulaire, une vision plus large des modes opératoires. Il peut donc varier ses techniques selon la victime et selon les montants qu’il veut obtenir. Il reste toujours lié à son mentor qui continue de le former et avec qui il effectue les activités en dehors du broutage. Les brouteurs débutants et occasionnels profitent du vécu et des expériences des plus anciens. Ces derniers leur transmettent des techniques et solutions adaptées aux problèmes qu’ils vont éventuellement rencontrer. L’expérience des brouteurs réguliers permet de pratiquer le broutage avec un minimum d’ennuis.

Brouteur régulier

32Un brouteur régulier est celui qui se consacre de façon systématique et routinière au broutage. Le bara qu’il considère comme son travail devient sa principale (parfois la seule) source de revenus. Et c’est autour de cette activité qu’il structure sa vie. À ce stade, il y a un enfermement dans l’identité du brouteur. Le brouteur régulier ou patenté intériorise les normes comportementales internes (vocabulaire et vêtements) et externes (relations avec les institutions de lutte contre la cybercriminalité) tout en développant des motifs et des intérêts déviants. Il y a une resocialisation du brouteur ayant adopté une régularité dans son activité.

Les modèle de « réussite ultime »

33Qu’ils soient sportifs, chanteurs ou brouteurs, les modèles de réussite des brouteurs ont en commun d’être riches et posséder de nombreux biens (voitures de sports et de luxe). Tandis que les artistes sont appréciés pour leur comportement de « mauvais garçon » (Booba, Arafat DJ), les brouteurs qui ont « réussi » quant à eux, sont évalués par le montant des Wests et des travaillements. Le « Seigneur du boucan » constitue le statut le plus élevé, le modèle ultime de réussite pour les brouteurs. Momo explique que « les seigneurs du boucan » sont les brouteurs célèbres tels le gouverneur Lamté, ouvrier des sous, l’homme Saga, Commissaire 5 500 volts. Ils sont connus dans les boîtes de nuit d’Abidjan et chantés par les DJ.

« Commissaire 5 500 volts, c’est le seul pour qui tout le palais de la culture s’est tourné au concert de DJ Léo. Les plaques (liasses de billets de banque) étaient gbé dans son sac. Et quand Il a commencé son travaillement ce n’est pas moins de 10 millions il a laissé ce jour-là ! Jusqu’à DJ Léo lui-même lui a dit petit c’est bon ! » (Alarme Rouge).

34Le seigneur du boucan est un guide, une référence pour les débutants qui décident de se consacrer au broutage autant que pour ceux qui s’y consacrent déjà. Les néophytes racontent avec admiration des histoires sur l’ingéniosité, la puissance financière (les revenus du bara), le prestige de ces modèles. Ils veulent faire comme ces « légendes », ces « génies » qui sont capables d’accomplir régulièrement des « exploits » dans les établissements de nuit. Le seigneur du boucan fait parler de lui par sa prodigalité et par son ostensible richesse. Il est célèbre dans le milieu d’interconnaissance du broutage. Il organise et parraine des soirées au cours desquelles il montre qu’« il a l’argent ». Son surnom figure dans des spots de DJ célèbres : il mènerait ainsi une « haute vie ». Il continue le broutage mais il a des activités annexes (location de véhicules, vente de vêtements). Il est au sommet de la hiérarchie et constitue le personnage central d’un réseau de coopération de broutage. Une position qui lui permet de gagner de l’argent sur les retraits de gains qu’il facilite. Il peut lui être rétrocédé, selon la difficulté de l’opération, entre 10 et 50 % du montant global obtenu par ses « bons petits ».

La réaction des brouteurs face au processus d’étiquetage

35L’étiquetage dont le brouteur est l’objet le conduit à intégrer un groupe de brouteurs au sein duquel il apprend à profiter des gratifications attachées au broutage. En plus de s’organiser et de prendre conscience de son existence, le groupe de brouteurs s’isole et développe un ensemble de justifications pour expliquer ses actes.

Isolement des brouteurs et interactions au sein du groupe

« C’est à cause de tout ça que je préfère me promener avec mes gars qui sont dans la science (le broutage). Ou bien avec ceux qui ne savent même pas que je suis un Gaye. Eux au moins ils ne passent pas leur temps à me juger ou à me regarder comme si j’ai tué quelqu’un » (Sheva Sheva).

36Le brouteur se met progressivement à l’écart des autres membres de la société avec lesquels il partage de moins en moins la même apparence (vêtements, gestes, maniérisme), le même vocabulaire, les mêmes attitudes, la même vision de la vie. Les brouteurs réguliers de Cybercafé Pro ont très peu d’amis non-brouteurs. S’isoler apparait comme une réaction « évidente » pour se protéger des jugements et des condamnations inhérentes aux processus d’étiquetage. Cet isolement provoque à la fois un approfondissement de l’identification au groupe et une distanciation sociale d’avec les individus hors du groupe.

37Les interactions au sein du groupe se caractérisent par l’entente, l’association, la compétition ou le conflit. En effet, certains brouteurs entretiennent des relations d’amitié qui dépasse le cadre du cybercafé. Ils développent des affinités et des activités communes. Cette entente va jusqu’à la cohabitation, à la constitution de « familles » et de « Gouvernement » (famille HTC, Famille Casharel, Famille des Saints). Les familles sont des regroupements de brouteurs qui décident de mener la plupart de leurs activités ensemble (matchs de football, fêtes d’anniversaire, sorties dans les bars). Elles se lancent parfois des défis afin de montrer leur puissance financière. Pour éviter de se faire « indigner » (honnir), les membres d’une famille se doivent aide et assistance. Un brouteur peut ainsi payer du temps de connexion à un de ses pairs qui n’a pas encore mener à bien une arnaque. Le don de connexion Internet traduit la solidarité et l’empathie des membres du groupe : « On connaît souffrance qui est dans le bara et puis tôt ou tard, on sait qu’il va rentrer boulet (réussir une arnaque) » (Sheva Sheva).

38L’entente prend aussi la forme d’association, d’échange d’informations et de services. En effet, il arrive que 2 ou 3 personnes deviennent des associés, car impliqués dans la réalisation d’une même escroquerie. Ils se partagent les tâches, les charges et les gains. Certains brouteurs sont même dans des relations de prestations de service. Un brouteur peut solliciter l’expertise d’un autre spécialisé dans la création d’avatars, la constitution de documents administratifs falsifiés. Ils peuvent être engagés dans une relation de formation dans laquelle le « Koroh », le formateur, apprend les modes opératoires à son « bon petit ou son fils », ou une relation de sous-traitance avec un « Robot Lanceur ».

  • 20 Des brouteurs racontent des histoires de partage d’argent qui ont mal tournées (mutilations, meurtr (...)
  • 21 Koraman renvoie au titre de celui qui réussit la plus grosse arnaque. Il fait référence au Kora Awa (...)

39Les interactions entre les brouteurs sont aussi conflictuelles. Certains brouteurs dont Lewis CFA n’apprécient pas d’être observés lorsqu’il travaille sur son ordinateur. Très méfiant, il ne veut pas « se faire raser son mougou, son client, son pigeon ». Pour lui, cette attitude est une mesure de protection contre « les vampires » qui pourraient lui « voler son blanc ». Il refuse de donner des explications ou de répondre aux questions des débutants et le traduit parfois violemment : « quitte derrière moi, maudit là ! ». Alarme Rouge déconseille aussi l’association, car selon lui, il y a toujours des conflits pouvant aller jusqu’au meurtre20. Il y a toutefois une « rivalité saine » entre les brouteurs d’un groupe au niveau de la qualité des portables ou de la plus forte somme obtenue pour devenir le « Koraman21 ».

  • 22 L’innocent est celui qui respecte les normes de la société et mène une vie « sans goût ». Il est à (...)
  • 23 L’expression Maudias renvoie à l’adjectif qualificatif "maudit". Très employée comme une injure par (...)

40Outre, les liens internes au groupe, les brouteurs entretiennent aussi des interactions avec leur entourage. Les membres de leur famille et leurs amis non brouteurs, sont considérés comme des « jaloux, des lâches, des innocents22 ». Les entrepreneurs de morale (Becker, 1985 : 171), c’est-à-dire les personnes morales ou physiques qui votent les lois et qui veillent à leur application sont des obstacles. Les brouteurs prennent donc des précautions contre les forces de l’ordre classiques (gendarmerie, police, INTERPOL) et des structures spécialisées de lutte contre la cybercriminalité (PLCC, DITT, et LCN). Par crainte, ils n’abordent pas les sujets relatifs au broutage devant des personnes qu’ils ne connaissent pas ou qu’ils soupçonnent appartenir à un groupe de répression. Ils pensent être espionnés et craignent par-dessus tout, l’efficacité des agents de la police judiciaire (P.J) qui opèrent en civil et confisquent leurs gains : « C’est des maudias23, à cause d’eux on ne peut même pas bara en paix » (Sheva Sheva).

41L’identité du brouteur se construit de façon dynamique entre l’image qu’il a de lui-même (identité réflexive), l’image qu’il a d’autrui (victimes, entrepreneurs de morale, famille) et l’image qui lui est attribuée par l’opinion dominante, par la société (identité attribuée). Au niveau de l’image de soi, les brouteurs se présentent ouvertement et fièrement comme « des barasseurs, des tapeurs de clavier… ». Ils se sentent « hors du commun », non seulement parce qu’ils réussissent à tromper leurs victimes, mais aussi parce qu’ils savent mieux « profiter de la vie ». Ils s’estiment supérieurs aux non-brouteurs qui ne comprennent ni les techniques utilisées, ni leur choix de vie. Leur expression « faire travailler son minds » convoque l’idée d’ingéniosité dont seul un brouteur saurait faire preuve. L’expression « les blancs sont forts, mais les Gaye sont plus dangereux » souligne la supériorité supposée de leur intelligence. Le brouteur exige que l’on considère son activité comme un travail à part entière. Pour lui, le broutage est plus qu’un effet de mode, un jeu ou une lubie. C’est un travail, une profession, un bara (Adou et Kolé, 2020), voire l’activité d’une élite, car il demande du talent, des sacrifices, du respect. Entre les condamnations sociales, la pénalisation et la sensibilisation des victimes, c’est même « le métier le plus dur au monde » (Alarme Rouge).

Techniques de neutralisation et de contre étiquetage

42Les groupes déviants sont plus portés que les individus déviants à rationaliser leur position. Le déviant intégré à un groupe acquiert un système élaboré de justifications lui permettant de donner des raisons à ses actes. En l’espèce, les brouteurs développent des « techniques de neutralisation et d’autojustification » (Becker, 1985 : 51) qui annihilent complètement ou partiellement les accusations. Le brouteur utilise donc son nouveau statut comme « moyen de défense, d’attaque ou d’ajustement face aux problèmes ouverts ou tacites créés par les relations sociales » (Lemert, 1951 : 75 cité par Delas et Milly, 2005 :383). Ces techniques permettent au brouteur de maintenir la ligne de conduite dans laquelle il s’est engagé et aussi d’expliquer pourquoi il n’y a pas de mal à le faire.

Les gratifications tirées du broutage

43Il faut entendre par gratifications, un ensemble d’émotions et de sensations que les brouteurs trouvent agréables et qu’ils associent à la pratique du broutage. Ainsi, la première gratification est le sentiment de puissance qu’il tire du fait d’avoir de l’argent. Elle provoque chez les brouteurs une sensation de liberté, d’invincibilité. Pendant les soirées, ils ont l’impression d’être des dieux, car ils réussissent à faire ce qu’ils rêvaient de faire et que d’autres ne pourront jamais faire. Cette confiance en eux leur permet de tenir tête aux parents, aux professeurs, aux amis et aux « femmes » auprès de qui ils disent avoir du succès. D’ailleurs, pour eux, les non-brouteurs les envient parce qu’ils « ont l’argent et les vraies gos ».

« Le jour où j’ai fait mon premier grand West, on est partis dans un bar climatisé. J’étais lourd (avoir beaucoup d’argent). Ce jour-là, j’ai payé la boisson de tout le monde dans le bar. Les gens me regardaient comme si j’étais un dieu. Je ne peux jamais oublier ce jour-là. Y’avait pas l’homme pour moi ce jour. Nous avons loué deux voitures et nous avons réservé le plus grand salon du bar et le DJ ne chantait que mon nom » (Attila).

  • 24 La fraude sur le portefeuille électronique est en 2021, l’infraction la plus développée par les bro (...)

44Les brouteurs éprouvent également du plaisir à appartenir à un groupe, à une famille. Ils associent le broutage à une ambiance, à un esprit convivial. Le broutage jusqu’aujourd’hui rapporte de l’argent24 à ceux qui le pratique et permet de rentrer dans une classe de personnes privilégiées. Le brouteur est son « propre patron », il est « un jeune riche » qui peut s’offrir tout ce qu’il désire (vêtements, appareils de luxe). Il ressort qu’une grande partie des brouteurs ne se présentent pas comme contraints, mais s’érigent plutôt comme agents disposant d’une grande marge de manœuvre.

L’impuissance des brouteurs

45Les brouteurs se tiennent volontairement à distance des manifestations et du débat politique. Ils s’érigent comme une jeunesse « dépolitisée », « déçue » des acteurs du jeu politique qui sont les responsables des difficultés socioéconomiques dont ils seraient victimes. Certains brouteurs se présentent comme des acteurs passifs qui subissent les difficultés économiques et sociales. Ils doivent de ce fait être exonérés de toute responsabilité. L’expression « On va faire comment ? » laisse entrevoir une résignation face à leur incapacité de s’offrir d’autres possibilités. Pour cette catégorie, le broutage résulte de facteurs extérieurs, insurmontables et contraignants. D’abord, au niveau de la société et de l’État, la paupérisation, le chômage, la faiblesse du suivi scolaire et la forte criminalité ambiante constituent un terreau fertile à la délinquance, au broutage. Ensuite, au niveau familial, certains parents exercent une pression morale sur leurs enfants qui ne travaillent pas : ceux qui n’ont pas encore « réussi ». Ils les pousseraient ainsi vers le broutage par action (pressions familiales), par inaction (manque d’encadrement et absence d’autorité parentale).

Le dommage et le préjudice

46Mais d’autres brouteurs politisent davantage leur activité. Ils soutiennent qu’il n’y a pas de mal à voler un voleur. En effet, les blancs ont pillé les richesses et les ressources de l’Afrique. Le broutage n’est donc pas du vol, mais plutôt une opération de recouvrement de la « dette coloniale ». Par conséquent, « voler » les occidentaux reviendrait à reprendre ce qui ne leur était normalement pas dû. Il n’y a pas de préjudice subi ou s’il existe, il n’est pas vraiment grave car « Tous les blancs ont l’argent et ce n’est pas ce qu’on prend qui va les tuer. Eux au moins ils ont des services sociaux quand ils sont moisis. » (Lewis CFA).

47Des brouteurs soutiennent également qu’il est normal de recevoir de l’argent des clients puisqu’ils leur font du bien en leur consacrant du temps et de l’amour (cas de l’arnaque aux sentiments). Le préjudice peut être aussi « une forme juste de représailles ou de châtiments » lorsque les victimes elles-mêmes sont considérées comme des déviants. Le pédophile qui veut la photographie d’une fille mineure ou qui lui montre ses parties intimes mérite qu’on lui fasse du mal. Le chantage à la webcam est ainsi justifié. L’homosexuel en quête de relation amoureuse doit être châtié pour son comportement sexuel déviant ; le chef d’entreprise qui veut étendre ses activités est sanctionné pour son avidité. Selon les brouteurs, le préjudice subit est acceptable car les « victimes » ont elles-mêmes transgressé des normes sociales.

La condamnation des condamnateurs

48« En attaquant les autres, il est plus facile de refouler ou de voiler le caractère injustifié de son propre comportement. » (Becker, 1985 :52). La condamnation des condamnateurs est donc tournée vers les non brouteurs. Ce système de justification permet de trouver des raisons afin de faire disparaître les réticences que les brouteurs pourraient avoir à pratiquer cette activité. Parmi les condamnateurs, il y a les hommes politiques qualifiés de sorciers car étant en réalité les auteurs des crimes rituels dont les brouteurs sont accusés. Les brouteurs les accusent aussi d’être les « vrais voleurs qui détournent l’argent du pays ». Il y a aussi les policiers qui sont des corrompus et les autres entrepreneurs de morale, de « vrais maudias ».

49La plupart des brouteurs évoquent des facteurs politiques et socio-économiques pour justifier leurs actions. Selon eux, c’est le chômage et à la pauvreté qui les contraint à se tourner vers le crime et la déviance pour subvenir à leurs besoins. Ils présentent alors le broutage comme une réaction normale et prévisible au vu de l’absence d’opportunités d’ascension sociale. La situation économique précaire dans laquelle ces exclus des pouvoirs institutionnalisés se trouvent les oblige à se détourner des considérations morales, éthiques et de l’ordre social établi pour « chercher son argent ». Le broutage devient alors une forme de débrouillardise imposée par les difficultés sociales ambiantes. Il est un moyen de contournement de la pauvreté dans laquelle la société confine et prédestine les jeunes ivoiriens des classes sociales « d’en bas ». Le broutage témoigne d’une forme de vitalité et d’énergie avec laquelle ces jeunes se créent un univers de sens et d’actions. Et bien que les brouteurs partagent les buts légitimes de la culture dominante, ils déclinent les moyens d’y parvenir en fonction de leur éthos. Un ethos hédoniste caractérisé par l’ostentatoire, la prodigalité, le boucan, la survalorisation voire le culte de l’argent.

Conclusion

50Le broutage se construit autour d’un « usage déviant » d’Internet (Bahi, 2014). Il s’inscrit dans les trajectoires personnelles et « le prolongement de pratiques sociales déjà formées » (Jouët, 2000 ; Bachelet, 2004 ; Chambat, 1994) telles que la délinquance juvénile. Aussi, témoigne-t-il des pratiques, des usages et des valeurs communes aux groupe de référence, qui constitue une instance de resocialisation à la déviance. Le broutage se fonde également sur le caractère actif de l’usager qui « fabrique du sens » (De Certeau, 1990) et qui dispose d’une marge de manœuvre lui permettant d’élaborer des tactiques destinées à maîtriser son espace social. Loin d’être uniquement déterminé par les contraintes sociales, le brouteur est un être rationnel qui peut ainsi choisir consciemment et volontairement le broutage selon ses représentations et les gratifications inhérentes à cette pratique.

51Une analyse du broutage par le bas n’a pas permis d’établir des liens apparents et systématiques entre les brouteurs et les autres formes de délinquance à Abidjan. Elle a plutôt révélé que les brouteurs constituent un groupe social qui refuse certaines structures sociales normatives. Les brouteurs s’érigent alors comme une sous-culture juvénile urbaine déviante qui possède un style sous culturel contestataire (Hebdige [1979] 2008) sous-tendu par un éthos hédoniste constituant le ferment de l’identité brouteur, le ciment du « soi brouteur ». Celui-ci se caractérise par une volonté de revendication visible dans le vocabulaire, les codes vestimentaires, les modèles de réussite et les valeurs mobilisés. Ainsi, le caractère déviant de cette sous-culture se manifeste dans la rupture qu’il y a entre le mode de vie ostentatoire des brouteurs et les exigences de la société globale. Le broutage est donc un phénomène social qui invente de nouvelles formes de sociabilité et d’apprentissage, écrit de nouvelles carrières et trajectoires de vie, redéfinit de nouveaux traits culturels, reconfigure une nouvelle affirmation de sa marginalité. Il présente l’ambiguïté fondamentale d’une déviance collectivement revendiquée par les brouteurs, socialement tolérée par des familles. Il oblige à questionner la notion de délinquance à l’aune des normes sociales effectives.

Haut de page

Bibliographie

Adou Ettien Franck Stéphane (2016)."Le broutage" comme usage déviant d’Internet en Côte d’Ivoire : Étude ethnographique de brouteurs dans un cybercafé d’Abidjan, Mémoire de master Sciences de l’Information et de la Communication, Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Adou Ettien Franck Stéphane & Kolé Mahesse Stéphanie (2020). « "Je suis au bara" ou l’usage déviant d’Internet chez les brouteurs d’Abidjan », in Technologies numériques et sociétés Africaines, Vol 1, ISTE éditions.

Aman Vladimir (2015). « Enjeux socio-économiques de la lutte contre la cybercriminalité en Côte d’Ivoire », Rapport d’étude de la PLCC. http// : www.cybercrime.interieur.gouv.ci.

Bachelet Catherine (2004). « Usages des TIC dans les organisations, une notion à revisiter ? (Perspective critique), » In Actes du 9e colloque de l’Aim, Évry.

Bahi Aghi (2004 a). « Approche sémio-contextuelle des communications dans les forums populaires d’Abidjan », Revue Ivoirienne d’Anthropologie et de Sociologie, Kasa Bya Kasa, n 5.

Bahi Aghi (2004 b). « Usages d’Internet et logique d’adaptation sociale des jeunes. Une étude dans des « cybercafés » abidjanais », in Bulletin du CODESRIA, n 1 et 2.

Bahi Aghi (2014). Anthropo-logiques de la Communication, Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches (Sciences de l’Information et de la Communication), CNU 71e Section.

Bogui Jean-Jacques (2009). « Usages et appropriation des TIC par les jeunes ivoiriens : de l’espoir au désenchantement », In TIC et Développement le net et ses démons. URL : http://www.tic.ird.fr/spip.php?article325.

Bogui Jean-Jacques (2010). « La cybercriminalité, menace pour le développement. Les escroqueries sur Internet en Côte d’Ivoire », In Afrique contemporaine 2010/2 (n°234), De Boeck Supérieur, pp. 155-170.

Becker Howard (1985). Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Burrell Jenna (2008). « Problematic empowerment: West African Internet Scams as strategic misrepresentation », In Information technology and International Development, Volume 4, Number 4; pp. 15-30.

Certeau Michel De (1990). L’invention du quotidien 1, Arts de faire, Paris, Gallimard.

Chambat Pierre (1994). « Usages des TIC : évolution des problématiques », In Technologies, de l’information et société vol. 6, nº 3, pp. 249-270.

Coulon Alain, (1992). L’école de Chicago, Paris, Presses Universitaires de France, 5e édition, 3e tirage.

Goffman Erving, [1974] (1991). Les cadres de l’expérience, Paris, Éditions de minuit.

Goffman Erving (1973). La mise en scène de la vie quotidienne II, Paris, Minuit.

gold, Raymond, 1958, « Roles in Sociological Field observations », Social Forces, 36.

Gueu Denis (2013). « La cybercriminalité à Abidjan, un phénomène de mode ou une nouvelle guerre contre les finances en Côte d’Ivoire », In European Scientific Journal, édition, vol.9.

Hanafi Nahema (2020). L’arnaque à la nigériane. Spams, rapports postcoloniaux et banditisme social, Collection " Les ethnographiques ", Édition Anacharsis.

Hebdige Dick (2008). Sous-culture. Le sens du style, Paris, Éditions la Découverte.

Jouët Josiane (2000). « Retour critique sur la sociologie des usages ». Réseaux, volume 18 n 100. pp. 487-52.

Koenig Boris (2014). « Les économies occultes du « broutage » des jeunes Abidjanais : une dialectique culturelle du changement générationnel », Autrepart 2014/3 (N° 71), p. 195-215.

Kohlhagen Dominik (2005). « Frime, escroquerie et cosmopolitisme ». Le succès du coupé décalé en Afrique et ailleurs ». Politique Africaine, n 100, pp. 92-105.

Kolé Mahesse Stéphanie (2019). « Le Coupé-Décalé : l’expression de la citadinité juvénile ». Actes du colloque Médias, communication & vie urbaine, 5 juin 2019, Université Félix Houphouët-Boigny (UFHB).

Kolé Mahesse Stéphanie (2021). Musique populaire urbaine ivoirienne et communication : le Coupé-Décalé comme expression d’une sous culture jeune. Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan.

Koné Yaya, (2015). « Le travail mondialisé du jour et le travaillement local la nuit ». Journal des anthropologues, n° 142-143, pp. 307-324.

Le Marcis Frédéric (2017). « Le destin de Yacou « le Chinois ». Carrière criminelle et trajectoire de la Côte d’Ivoire au prisme de la prison ». Afrique Contemporaine, Côte d’Ivoire, Le retour de l’éléphant ?263-264, pp. 85-101.

Leprince Chloé (2021). « Les "brouteurs" qui piègent les blancs », France Culture.

Loi n°2013-451 du 19 juin 2013 relative à la lutte contre la cybercriminalité, Journal Officiel de la République de Côte d’Ivoire, 2013.

Loi n°2013-450 du 19 juin 2013 relative à la protection des données à caractère personnel, Journal Officiel de la République de Côte d’Ivoire, 2013.

Malaquais Dominique (2001). « Anatomie d’une arnaque : Feymen et Feymenia au Cameroun », In Les études du CERI, n°77, Sciences Po.

Mitongo-kalonji Trésor-Gauthier (2010). « Notion de cybercriminalité : Praxis d’une pénalisation de la délinquance électronique en droit pénal congolais ». Mémoire online, Lubumbashi, URL : www.tgk.centerblog.net

N’Guessan Anon (2014). « La pratique de la cybercriminalité en milieux scolaire et universitaire de Côte d’Ivoire. Cas des élèves et étudiants du district d’Abidjan », European Scientific Journal, vol.10.

Newell Sasha (2006). « Estranged belongings. A moral economy of theft in Abidjan, Côte d’Ivoire ». Anthropological Theory, SAGE Publications (London, Thousand Oaks, CA and New Delhi) http://ant.sagepub.com Vol 6(2), pp. 179-203.

Nizet Jean & Rigaux Nathalie (2005). La sociologie d’Erving Goffman, Paris, La Découverte.

Proulx Serges (2005). « Penser les usages des technologies de l’information et de la communication aujourd’hui : enjeux – modèles – tendances », in Lise Vieira et Nathalie Pinède (dir.), Enjeux et usages des TIC : aspects sociaux et culturels, Tome 1, Presses universitaires de Bordeaux, Bordeaux, p. 7-20. URL : http// www.grm.uquam.ca.

Smith Daniel Jordan (2007). A culture of corruption. Everyday Deception and popular discontent in Nigeria, Princeton University Press.

Schutz Alfred (1987). Le chercheur et le quotidien. Phénoménologie des sciences sociales, Paris, Méridiens Klincksieck.

Tano-Bian Anmonka Jeanine-Armelle (2015). La répression de la cybercriminalité dans les États de l’Union européenne et de l’Afrique de l’Ouest. Thèse de Droit, Université René Descartes- Paris V.

Tasso-Boni Florent (2014). « La cybercriminalité au Bénin : une étude sociologique à partir des usages intelligents des technologies de l’information et de la communication ». Les Enjeux de l’information et de la communication n°15/2B, pp.35-42

Winkin Yves (2004). « Anthropologie de la communication. De la théorie au terrain », Paris, Bruxelles, De Boeck Université.

Corpus de documents médiatiques

africa 24 (chaîne de télévision), « L’Afrique, terrain privilégié de la cybercriminalité » Reportage du 26 août 2015. Consulté le 17 août 2015. URL : http// : www.abidjan.net

djè, Abel, (2016) « Lutte contre la cybercriminalité : l’ATCI et la police nationale unissent leurs efforts », Notre Voie, article de presse, URL :www.notrevoie.com

envoyé spécial (magazine télévisé), « escrocs du web en Côte d’Ivoire » France 2, Reportage, consulté le 17 août 2015. URL : www.escrocs.net

masterclash, (Film) consulté le 15 janvier 2015 URL : www.youtube.com

radiodiffusion télévision ivoirienne 1 (RTI1), « arrestations du commissaire 5500 Volts par la PLCC », Journal télévisé de 5 mai 2016, Reportage, 2016.

« Impact de la cybercriminalité sur la société ouest-africaine : cas de la Côte d’Ivoire », Colloque international de Yamoussoukro, Reportage.

Haut de page

Notes

1 Larticle 419 du Code nal nigérian consigne les dispositions juridiques pour freiner cette forme de cybercriminalité.

2 Travailler et travaillement dans ce contexte c’est « offrir le champagne et distribuer les billets de banque pour prouver sa réussite » (Kohlhagen 2005 : 92).

3 L’Attalaku signifie "regarde par ici" en Lingala du Congo. Il renvoie ici à la performance par laquelle le DJ, en échange d’argent, chante les louanges des clients prodigues présents dans le bar. C’est une sorte de « griotisme version boîtes de nuit » (Kohlhagen 2005).

4 Composé exclusivement de surnoms chantés, le spot est une variante du Coupé-Décalé qui se fonde sur le principe d’exposition en publicité. Celui qui veut se faire "spoter" paye une position, une durée et une intensité de ses éloges dans la chanson

5 Selon le directeur de la DITT Ouattara Guelpetchin, le broutage constitue 90 % des infractions relatives aux TIC dont 70 % des interpellés étaient des mineurs

6 Pour saisir comment le broutage est construit par les médias, un corpus hétérogène de documentaires, reportages, séries télévisées, long métrage, télé-gag, d’articles de presse et des journaux télévisés en lien avec le broutage a été analysé (voir annexe)

7 La Direction de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT) et le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN) sont des organes spécialisés avec lesquels la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC) et l’Autorité de Régulation des Télécommunications en Côte d’Ivoire (ARTCI) organisent la lutte contre la cybercriminalité en Côte d’Ivoire. Loi n°2013-45.

8 Les rapports 2012, 2013 et 2014 de la PLCC révèlent une évolution du nombre des plaintes, des arrestations et une diversification des types d’infractions.

9 Pour désigner leur activité, les brouteurs utilisent davantage le terme bara qui signifie en dioula le "travail" ou le verbe" travailler". Il est employé ici comme synonyme de broutage.

10 Cette démarche, certes discutée, a le mérite de se rapprocher de "l’authenticité" de la situation. Elle est le résultat d’ajustements après 3 échecs dans différents cybercafés. Bien que les brouteurs ne se cachent pas vraiment, il n’en demeure pas moins que leur activité est pénalisée. Et la présence d’un "chercheur affiché" sur le lieu du travail créée un climat de méfiance qui vicie les rapports et dénature les (inter)actions.

11 Le terme choco est le diminutif de chocolaté qui renvoie à une peau sans tâches qui a la couleur du chocolat. Il désigne par extension les enfants qui ont des parents riches.

12 Le mot gbakis est utilisé en nouchi pour désigner celui qui vient fraichement du village (le gbakis) et qui n’a pas encore assimilé les habitudes de la ville dont la façon de se vêtir. Ici, le gbakis ou Le wantch désigne celui qui adopte volontairement le style vestimentaire d’un mauvais garçon, un style qui dérange

13 Le nouchi, l’argot ivoirien est constitué de mots issus de langues ivoiriennes et étrangères différentes.

14 Boro désigne les grands sacs destinés au transport de marchandises (riz, des fèves de cacao)

15 En référence à la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest.

16 Ce sont les clients qui, de façon ponctuelle, utilisent l’un des services du cybercafé : traitement de texte, photocopie, impression ou connexion.

17 Le Zamou est le procédé mystique par lequel des brouteurs facilitent le déroulement et la réussite des arnaques

18 Le « Robot Lanceur » est généralement, un brouteur moins expérimenté qui amorce chaque arnaque par « la traque ou la chasse ». Il repère des victimes sur les réseaux sociaux (Facebook, Badoo, 1 2 3 Love, Meetic) en fonction des exigences de ses commanditaires : femme en quête d’amour, vieux Français à la retraite…

19 Il existe sur l’usage du Zamou, des conflits idéologiques qui traversent la communauté des brouteurs

20 Des brouteurs racontent des histoires de partage d’argent qui ont mal tournées (mutilations, meurtres). L’histoire de l’assassinat de Francky Pigeon par ses compagnons est racontée.

21 Koraman renvoie au titre de celui qui réussit la plus grosse arnaque. Il fait référence au Kora Awards, une cérémonie internationale de distinction des artistes chanteurs.

22 L’innocent est celui qui respecte les normes de la société et mène une vie « sans goût ». Il est à l’opposé du brouteur puisqu’il préfère « vivre comme une gazelle et non comme un lion ».

23 L’expression Maudias renvoie à l’adjectif qualificatif "maudit". Très employée comme une injure par les brouteurs de Cybercafé Pro, elle a une portée plus large car elle désigne à la fois le méchant, le menteur, le traite, bref, le contre-modèle.

24 La fraude sur le portefeuille électronique est en 2021, l’infraction la plus développée par les brouteurs. En marge des arnaques aux faux sentiments "classiques", cette technique constitue une source de revenu en constante croissance

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ettien Franck-Stéphane Adou, « Les brouteurs d’Abidjan »RESET [En ligne], 11 | 2022, mis en ligne le 22 avril 2022, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/reset/4038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reset.4038

Haut de page

Auteur

Ettien Franck-Stéphane Adou

Université Félix Houphouët-Boigny (Abidjan / Côte d’Ivoire)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search