Navigation – Plan du site

AccueilProposer un articleAppels en coursAppel à contribution n° 13 : L’ad...

Appel à contribution n° 13 : L’administration et le numérique à l’épreuve du travail

Numéro coordonné par Anne Bellon (UTC, Costech), Éric Dagiral (Université Paris Cité, CERLIS) et Jean-Marc Weller (CNRS, LISIS)
  • 1 Fountain, Jane, Building the Virtual State. Information Technology and Institutional Change, Washin (...)
  • 2 Henman, Paul, Governing electronically. E-government and the reconfiguration of public administrati (...)
  • 3 O'Reilly, Tim, Government as a Platform. Innovations: Technology, Governance, Globalization, vol. 6 (...)
  • 4 Voir notamment Jacques Chevallier, « Vers l’État-plateforme ? », Revue française d’administration p (...)
  • 5 A titre d’exemples de dossiers de revues parus ces dernières années, on citera celui que la revue R (...)

A l’instar des changements qu’elles ont engendrés dans des domaines aussi variés que les loisirs, l’éducation, la santé ou simplement nos sociabilités, les technologies numériques se sont très largement développées au sein des administrations publiques. Concernant les modes de relations avec les usagers, le fonctionnement interne des organisations ou la participation citoyenne à la décision publique, ces administrations reposent sur des dispositifs techniques devenus incontournables en matière de déclaration fiscale, d’orientation scolaire, de demande d’aide sociale, etc. La numérisation des administrations, qui connaît depuis ces dernières années une forte accélération, affecte désormais l’ensemble de leurs domaines d’intervention et s’impose comme un des piliers de la modernisation de l’État. Elle donne lieu à de nouvelles représentations de ce dernier, à l’instar de « l’État virtuel »1 à la fin des années 1990 puis de l’« E-Government »2, ou plus récemment du « Gouvernement comme Plateforme »3, figure emblématique reprise en France sous l’expression d’« État plateforme », suscitant autant de justifications que de critiques4. Ce phénomène a reçu l’attention d’un certain nombre de travaux et a déjà conduit à plusieurs publications collectives attachées à explorer certains aspects ou domaines d’intervention publique particuliers5.

Dans cette même perspective, Reset propose un numéro dédié à l’administration et au numérique, dont les multiples innovations gagnent à être examinées sous l’angle de leurs appropriations réelles. Si, par « administration », on désigne l’ensemble volontairement très large des institutions publiques en charge d’assurer des biens et des services non marchands, et si par « numérique », on s’intéresse plus particulièrement aux dispositifs informatiques récents contribuant à doter les organisations de capacités inédites de production, force est de constater que leur rencontre s’accompagne de nombreuses tensions. La mal nommée « dématérialisation », si elle s’accompagne d’un allègement des procédures et de la paperasserie, peut aussi exclure les personnes plus éloignées de l’usage des outils informatiques, notamment lorsque le déploiement de ces derniers favorise une suppression des guichets physiques et des téléphones. La simplification des règles et des procédures, supposée facilitée par le numérique, peut elle-même rencontrer des mises en œuvre difficiles, buter sur des pratiques existantes qui ont leur sens, et déboucher paradoxalement sur de nouvelles complexités pour les professionnels comme pour leurs destinataires. Bref, l’ambition du dossier est de rassembler des contributions qui, dans des domaines d’action publique variés, puissent documenter positivement les usages réels de ces dispositifs numériques, et plus centralement encore, ce qu’ils font au travail. Entendu comme le labeur que les acteurs doivent concrètement accomplir, quand bien même il ne serait pas formellement reconnu ou vécu comme tel, le travail s’invite, en effet, comme un angle d’analyse utile. D’abord, parce qu’il renvoie à ce que chacun doit faire concrètement dès lors qu’il doit agir avec le numérique, qu’il soit agent de services déconcentrés ou haut fonctionnaire en central, personnel de bureau ou usager à son domicile. Ensuite, parce que le travail permet de questionner à la fois ceux qui font l’usage de ces technologies au quotidien et ceux qui les conçoivent, compte tenu de ce que ces derniers ont dû faire pour les mener à bien et des représentations du travail et des transformations qu’elles induisent, en termes d’organisation ou d’emploi. Enfin, parce que les outils numériques reposent sur des scripts qui sont des choix techniques autant qu’ils sont politiques, et dont la capacité à affecter ou faire advenir le monde qu’ils dessinent, s’éprouve en actes, au travers d’un labeur. Après avoir rappelé brièvement quelques fils historiques à propos des dispositifs numériques et de l’administration (1) et les principales approches à leur endroit, compte tenu de cette perspective « travail » (2), cet appel précisera les axes thématiques plus spécifiques que le dossier entend favoriser (3).

Une double filiation de l’administration et du numérique

  • 6 Sur les considérations anthropologiques bien connues relatives au rôle de l’écriture dans la format (...)
  • 7 Sur le cas de l’administration britannique, voir par exemple Agar, Jon, The government machine, MIT (...)

La numérisation de l’administration s’inscrit dans une histoire longue, bien au-delà de celle plus récente sur laquelle ce dossier entend se consacrer. Car elle désigne un processus très ancien, si l’on considère qu’elle est d’abord une révolution graphique, une forme d’écriture, combinaison toujours réinventée entre des chiffres, des lettres, des figures et de la matière6. En cela, elle s’inscrit dans un long sillage qui, du livre de compte au fichier, de la machine à écrire à l’ordinateur, rappelle la place cruciale des dispositifs techniques et scripturaux dans la construction des bureaucraties7.

  • 8 Voir, à propos de cette histoire générale, Gardey, Delphine, Écrire, calculer, classer. Comment une (...)

Une première face de cette histoire décrit l’essor des dispositifs de production et de gestion documentaire inhérent à l’émergence des grandes organisations et à leurs besoins grandissants de se coordonner. Depuis le dernier tiers du 19ème siècle au moins, les écrits, les formulaires standardisés, mais aussi le télégraphe, le pneumatique ou le téléphone, jalonnent l’histoire du travail administratif. Sa mécanisation, puis son informatisation, s’inscrivent dans un idéal rationnel fondé sur le calcul, l’exactitude, l’objectivité, mais aussi la vitesse. Le tournant qui intéresse ce dossier s’inscrit dans ce processus de fabrication d’une « information » devenue entité détachable que l’on peut produire, stocker, traiter, analyser8 : qu’est-ce que le numérique change, du point de vue du travail associé à cette production ?

  • 9 Avec le minitel, les citoyens expérimentent, pour la première fois, des interactions à distance, co (...)
  • 10 Sur ce phénomène, voir Dagiral, Éric, La construction socio-technique de l’administration électroni (...)

Une seconde face de cette même histoire concerne les communications avec les administrés, que les innovations évoquées plus haut n’ont longtemps concernés qu’à la marge. Jusqu’au milieu des années 1980, ni l’informatique, ni même le téléphone ne sont apparus comme un vecteur stratégique des échanges entre bureaucraties et publics. C’est seulement avec la télématique naissante que s’est opérée, pour la première fois, une articulation entre le développement informatique et les outils de communication proprement dits, incarnée par l’emblématique Minitel9. Et c’est avec l’internet et sa diffusion, que l’hybridation s’est imposée définitivement comme stratégique, devenu l’instrument incontournable des relations « électroniques » entre une administration et ses « usagers », promesse de modernité10.

Qu’il s’agisse de concevoir de nouveaux outils ou de les utiliser concrètement, cette double filiation répond formellement à divers enjeux, notamment juridiques : l’accès au droit comme la justesse des décisions prises en son nom en dépendent. Par ailleurs, elle se noue localement de multiples manières. D’une administration à l’autre, selon les échelles et les domaines d’action publique, les configurations sont variables, donnant lieu à des expérimentations parfois originales, parfois contrariées, en tout cas différentes. C’est pour explorer la diversité de ces réalités numériques au sein des administrations que nous proposons ce dossier, en tirant le fil du travail.

Quelques considérations sur le travail

Parmi les multiples manières d’appréhender les formes d’appropriation du numérique dans les administrations, plusieurs traditions intellectuelles focalisent leur attention sur le travail. Elles dessinent un paysage varié, parmi lequel on distinguera trois grands ensembles.

  • 11 Sur ces exemples, voir respectivement Licoppe, Christian et Tuncer, Sylvaine, « La surveillance par (...)

Le premier découle de la préoccupation à décrire au plus près l’activité des professionnels. Le grain de la description est délibérément le plus fin possible, recourant à des procédés méthodologiques issus d’observations (enregistrements audio ou vidéo, corpus textuels, etc.), condition pour restituer de l’intérieur le raisonnement des acteurs et les contraintes pratiques auxquels ils sont confrontés en situation pour agir. Qu’il s’agisse d’agents pénitentiaires en charge de la surveillance de détenus, d’enseignants aux prises avec leurs copies ou de magistrats conduisant l’audience des procès, les travaux s’appliquent à décrire les actes de langage qu’ils accomplissent, en interaction avec leur environnement matériel et humain. C’est à ce titre que les technologies numériques sont examinées, compte tenu des ressources diversement ajustées qu’elles offrent pour l’action : quoi faire face aux alarmes déclenchées par le dispositif de surveillance électronique concernant les personnes placées sous bracelet ? Comment rendre justice derrière un écran ?11 Peut-on seulement le faire ? Cette attention portée au travail interactionnel et à ses équipements permet, en outre, de soulever des questions à propos de l’évolution des pratiques professionnelles, des effets des dispositifs numériques et du sens des politiques propres à leur déploiement.

  • 12 A propos d’une agence d’aménagement urbain ou de différentes administrations publiques, voir respec (...)
  • 13 Mesnel Blandine, État des lieux. Les démarches administratives à l’interface des gouvernants et des (...)
  • 14 Sur l’identification des usagers par le numérique pour des services en ligne ou le travail de numér (...)

Un deuxième ensemble s’inscrit dans les prolongements de la sociologie des sciences et de sa préoccupation à restituer l’épaisseur du travail de laboratoire, soulignant l’importance qu’y revêt la production de l’information, d’instruments de mesures et de classification. L’attention pour les inscriptions, les traces, les graphes, et plus largement les écrits, les dossiers, leurs circulations et leurs transformations, a inspiré des recherches sur le travail des agents et les conditions pratiques de la décision réglementaire12. Elle démontre la capacité de ces dispositifs à devenir le support d’inégalités, reconduites ou renouvelées, autant que le vecteur de leur invisibilisation. La « paperasse » administrative est également l’objet d’une attention grandissante en science politique, à la fois comme reflet de rapports entre gouvernants et gouvernés et instrument d’intervention13. Constituée en problème public, sa réduction est d’ailleurs l’enjeu de politiques de « simplification » dans lesquelles s’inscrivent la plupart des projets de réforme de l’État. C’est dans cette perspective que les technologies numériques peuvent être appréhendées, par les manières dont elles recomposent les espaces de travail mais aussi les processus de fabrication, de traitement et de circulation l’information, notamment par le biais des « données » dont se réclament de plus en plus les politiques publiques14. » ?

  • 15 L’étude des street-level bureaucrats s’est imposé comme un domaine particulièrement actif au cours (...)

Un troisième ensemble de travaux, enfin, prolonge les études bien établies des organisations bureaucratiques et des politiques relatives à leurs transformations. Qu’elles promeuvent des investigations « par le bas » soucieuses de restituer les pratiques de part et d’autre – et à distance – des guichets ou qu’elles invitent à restituer la mise en œuvre d’une politique publique au prisme des institutions qui en ont la charge, la restitution des acteurs, de leurs intérêts respectifs et de leur lutte apparaît centrale. Appréhendé depuis la question des ressources mobilisables et des sociabilités qui en découlent, le travail est examiné sous l’angle des usages stratégiques de ces outils. À propos de la gestion du chômage assistée par ordinateur ou des politiques de contrôle et de lutte contre la fraude en matière de prestations sociales, la question des arbitrages entre les dossiers et les dilemmes qui ne manquent pas de se poser sur le terrain, inspirent toute une littérature. Elle interroge les effets du numérique sur des travailleurs réputés disposer de marges d’interprétation importantes et contribuer à la mise en œuvre concrète des politiques publiques15, comme elle en questionne les effets en termes d’accès au droit et de discriminations possibles.

Trois axes thématiques de proposition

Compte tenu de ces rappels, cet appel invite à des contributions empiriques dédiées à l’étude de l’administration électronique selon trois axes complémentaires de réflexion, chacun privilégiant une considération spécifique sur le travail.

Un premier axe propose de mettre en lumière le travail accompli par les usagers

  • 16 Voir Marie-Anne Dujarier, Le travail du consommateur, Paris, La Découverte, 2008.
  • 17 À propos des apports et des limites à considérer les actions ordinaires des usagers des plateformes (...)

Tantôt présenté sous l’angle d’un devoir à accomplir, de documents et d’éléments matériels à fournir ou encore de réponses à apporter à des administrations et à leurs agents, il ne va pas de soi de considérer les actions des usagers comme un travail. Pourtant, à l’image du travail effectué par les consommateurs16, ou à l’aune des débats en sciences sociales interrogeant la nature des tâches accomplies par les internautes dans le cours d’activités numériques diversifiées17, considérer les actions des administrés en tant que travail invite à étudier une série de déplacements à l’œuvre dans la sphère administrative. Dans cette perspective, la figure de l’usager se situe à la croisée des transformations associées d’une part à l’avant-garde de la modernisation des services publics, et d’autre part à l’incessant travail d’appropriation des technologies numériques au quotidien. Force est pourtant de constater qu’en regard de la massification des pratiques numériques ordinaires depuis une petite vingtaine d’années, le travail des usagers a fait l’objet d’une attention tout à fait limitée.

  • 18 Voir Eubanks, Virginia, Automating Inequality: How High-tech Tools Profile, Police, and Punish the (...)

En premier lieu, envisager les activités des administrés sous cet angle interroge les modalités des reconfigurations du travail et la nature de sa distribution associée à la généralisation des outils numériques, tant dans la vie quotidienne des particuliers, que du côté des usagers professionnels des services administratifs à distance. Largement guidées par des scripts, les prises d’information et les démarches peuvent s’articuler à d'autres modes d'interaction, à distance comme en face-à-face, avec des agents. Dans quelle mesure ces contacts sont-ils reconfigurés, évités, recherchés et parfois privilégiés selon les usagers ? Concrètement, par exemple, comment les citoyens soucieux d’obtenir ou de renouveler leur pièce d’identité ou leur passeport se sont-ils saisis de la variété des canaux d’information existants pour y parvenir, et quels rôles les dimensions et inégalités territoriales en la matière jouent-elles ? Ont-ils accompli tout ou partie de leurs recherches via internet – et via quel(s) outil(s) – ou se sont-ils rendus en mairie ? S’il est admis qu’une pluralité de modes de contact à distance et en face-à-face demeurent accessibles, comment les usagers font-ils l’expérience de la nature progressivement obligatoire d’un nombre croissant de démarches à réaliser en ligne (Pôle Emploi, déclaration fiscale annuelle, carte grise, etc.) ? Si ces transformations s’attachent à répondre à des critiques et à des demandes exprimées de longue date dans les termes d’une simplification, d’une limitation des déplacements aux guichets et d’espoirs de gains de temps, ou plus simplement d’un moindre travail à accomplir au domicile et ailleurs, dans quelle mesure accroissent-elles ou soulagent-elles effectivement les usagers des administrations numérisées ? Parallèlement, il est aussi des usagers pour lesquels de telles démarches participent de l’activité professionnelle : c’est le cas des usages contraints qu’agricultrices et agriculteurs intègrent de manière variable au travail de l’exploitation. Cet axe de l’appel invite donc à rendre compte et à questionner la pluralité des rapports des usagers aux administrations, quelle que soit l’intensité de leur médiation par le numérique, ainsi que le renouvellement des modalités d’accès à leurs droits. Par-delà les formes renouvelées du non-usage et du non-recours, quelles discriminations18 sont susceptibles d’être commises via les nouveaux dispositifs élaborés ?

  • 19 « « Il fallait bien s’y mettre » est la phrase qui résumerait le mieux l’esprit général », conclut (...)
  • 20 Voir Héléna Revil et Philippe Warin, « Le numérique, le risque de ne plus prévenir le non-recours » (...)

En second lieu, l’attention portée au labeur des usagers et aux prolongements électroniques de possibles corvées invite à analyser la place et les rôles pris par les tâches administratives parmi les activités numériques contemporaines, à côté des pratiques de loisirs, de sociabilité, ou, à plus grande proximité, des services de banque en ligne. Recourir aux services administratifs en ligne requiert un travail intensif afin de disposer des outils adéquats et en bon état de marche. Ainsi l’ethnographie des pratiques numériques des milieux modestes a-t-elle mis en évidence les soucis et agacements générés par la place grandissante des services en ligne, à côté d’indéniables satisfactions19. Qu’il s’agisse de démarches d’emploi, familiales ou de santé, les usagers se trouvent en charge d’un double travail d’exploration et d’apprentissage, dont la répartition au sein des foyers – et en particulier sa dynamique genrée – mérite d’être interrogée. À l’ouverture et au classement des courriers, papiers et formulaires s’ajoutent ou se substituent pour partie la gestion des courriels, des fichiers PDF, ou encore d’une signature électronique pour les personnes et les ménages. Comment, par exemple, les usagers d’une Caisse d’Allocations Familiales composent-ils avec ces outils et services variés : parviennent-ils d’ailleurs à réaliser leurs démarches, avec quelles difficultés, mais aussi quelles formes persistantes ou renouvelées de non-recours20 ? Quelle part de ce travail est-elle susceptible d’être médiée par des professionnels tiers, notamment du secteur associatif, qui accompagnent les usagers dans la prise en main des dispositifs numériques ? Enfin, en amont de l’engagement requis dans la pratique pour aboutir et à chaque étape, s’ajoute un travail de maintenance nécessaire à l’accomplissement des tâches : équipement, entretien et mise à jour d’un ordinateur, d’une imprimante, parfois d’un scanner, et surtout d’au moins un support de sauvegarde (clé, disque dur). Quels assemblages d’écrits de papiers et de fichiers conservent précieusement les numéros de contribuable ou d’allocataire, les identifiants et mots de passe de la myriade de portails et services sollicités plus ou moins occasionnellement ?

Un deuxième axe concerne le travail des agents publics

  • 21 Voir Caroline Datchary, La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011.
  • 22 Sur ces exemples, voir respectivement Leïla Frouillou, Clément Pin et Agnès van Zanten, « Le rôle d (...)
  • 23 Sur la traçabilité comme technique de gouvernement, voir Torny, Didier, « La traçabilité comme tech (...)

S’incarnant notamment dans des actes d’écriture, le travail des agents repose sur un équipement que le numérique modifie de manière variable. En matière d’authentification des pièces, d’échange d’informations avec les usagers, d’interprétation documentaire ou de conservation des registres, quelles questions soulève-t-il, compte tenu des enjeux réglementaires attachés à leur décision ? De la prise de note à la gestion des données, de la lecture des dossiers à la prise de décision depuis des logiciels sophistiqués, de la réponse à l’accompagnement des usagers, le travail des agents est constitué d’activités inédites dont le caractère à la fois multiple et dispersé constitue bien souvent un défi21. S’il est admis que l’introduction des mails, des outils collaboratifs, des logiciels de gestion affecte les pratiques, les situations concrètes de travail des fonctionnaires restent à documenter. Comment les enseignants gèrent-ils les tâches supplémentaires suscitées par l’utilisation des outils numériques dédiés à l’orientation scolaire ou la correction d’examens ? Comment les juges décident-ils du recours à certaines techniques d’investigation visant le recueil de preuves ou la localisation d’un suspect rendues possibles par le numérique, tout en respectant le droit des justiciables ? Comment les policiers gèrent-ils leur engagement, compte tenu des dispositifs numériques désormais en usage dans certains services pour en surveiller et réguler le travail22 ? Comment les acteurs trouvent-ils le temps de vérifier les informations qui défilent sur leur écran, relatives aux dossiers sur lesquels ils doivent prendre une décision ? De fait, la multiplication des traces écrites ou l’automatisation croissante des processus de traitement23 ne manquent pas d’interroger le travail quotidien

  • 24 Voir Bovens, Mark et Zouridis, Stavros, « From Street-Level to System-Level Bureaucracies: How Info (...)
  • 25 Sur cette notion et ses effets en termes d’accès au droit, voir Donald Moynihan et Pamela Herd, « R (...)

L’introduction de technologies numériques dessine, par ailleurs, de nouvelles formes d’organisation administrative revendiquant un souci de transparence, de réactivité et d’efficacité accru. La diversification des canaux de communication et la mise en place de lieux uniques dédiés à l’accueil physique ont remplacé les anciens guichets (serveurs vocaux, outil de gestion de files d’attente, portail internet, chat bot, etc.). Le traitement des affaires, piloté parfois par des algorithmes complexes et objet d’une automatisation, déplace les anciennes divisions du travail et leurs métiers. Le contrôle à distance, rendu possible par des dispositifs automatiques de surveillance (indicateurs, tableaux de bord, statistiques, télédétection, etc.), s’est imposé au détriment de formes plus anciennes (inspections, contrôles sur place). Dans quelles mesures ces outils numériques de quantification et d’évaluation, introduits au nom d’une vision rationnelle et gestionnaire des organisations publiques, modifient-ils le travail ? Ne s’inscrivent-ils pas eux-mêmes dans le prolongement de l'informatisation des bureaucraties publiques, prises en tension entre le traitement de masse des dossiers et la nécessaire considération des situations individuelles, dont les compromis jalonnent l’histoire de son organisation ? Faut-il considérer ces tensions augmentées, rendant plus incertaines les décisions, au risque accru d’un arbitraire et de discriminations24 ? Ne rappellent-elles pas, à tout le moins, que le rapport des bureaucraties à leurs publics se couvrent d’un « fardeau administratif »25 dont l’allègement promis par la « transformation digitale » n’est pas si certain, et peut s’accompagner de discriminations ou de non-recours en termes d’accès au droit ? A quel prix les ajustements que les acteurs professionnels doivent inventer pour minorer ces possibles conséquences sont-ils tenables ?

Un troisième axe concerne le travail des concepteurs de projets numériques

  • 26 Bellon, Anne, Gouverner l’internet : Mobilisations, expertises et bureaucraties dans la fabrique de (...)
  • 27 Alauzen, Marie, Plis et replis de l'État plateforme. Enquête sur la modernisation des services publ (...)
  • 28 Jeannot, Gilles, Cottin-Marx, Simon, La privatisation numérique. Déstabilisation et réinvention du (...)

Le déploiement des technologies numériques dans l’État doit également beaucoup au travail de ceux qui, depuis ou en dehors des administrations, participent à la conception et à la maintenance quotidienne de ces dispositifs. Qu’il s’agisse de hauts-fonctionnaires chargés de formaliser les plans « d’administration électronique », de consultants extérieurs sollicités pour la mise en œuvre de nouveaux logiciels, ou plus récemment de jeunes data scientists associés au projet d’État-plateforme ou à l’audit des algorithmes, qui sont ces innovateurs et surtout comment l’administration les traite ou encore les maltraite ? Les travaux existants montrent en effet que malgré la multiplication des projets numériques dans l’État, l’expertise informatique peine encore à être reconnue dans la négociation des textes de lois ou intégrée dans les carrières traditionnelles de la haute fonction publique26. Dans les « administrations de mission » qui accueillent les projets de « start-ups publiques », les équipes projets se heurtent aux contraintes budgétaires ainsi qu’à de nombreux arbitrages interministériels qui contribuent à une intensification de leur travail administratif, voire à un certain découragement27. Dès lors, dans le prolongement des recherches sur la privatisation et le recours aux cabinets de conseils, l’externalisation apparaît plus souvent comme la norme, au profit d’un secteur de la consultance en plein développement28. Le dernier axe de contributions proposé par cet appel vise donc à faire la sociologie de ceux qui font les projets de l’administration numérique et des manières dont ils pensent et repensent le travail administratif.

  • 29 Bergeron, Henri, Castel, Patrick, & Nouguez, Étienne, « Un entrepreneur privé de politique publique (...)
  • 30 Lecler, Romain, « Être dans une administration sans en être. Le cas des attachés audiovisuels aux A (...)
  • 31 Bellon, Anne, « L’élaboration de la loi république numérique au gouvernement », Réseaux, n°225, pp. (...)

Une entrée théorique possible issue de la sociologie politique est celle des « entrepreneurs en bureaucratie »29 qui étudie la mobilisation d’agents modernisateurs contribuant à la réforme de l’État et à la transformation des politiques publiques. Dans la lignée des recherches sur l’hybridation des carrières administratives30, les agents modernisateurs sont rarement des statutaires et leurs trajectoires professionnelles sont caractérisées par des mouvements dans et hors de l’administration, témoignant de leur difficile intégration aux parcours traditionnels de la fonction publique. À partir de la notion d’entrepreneuriat institutionnel, il s’agit également de montrer comment ces agents importent de nouvelles cultures professionnelles dans l’administration et contribuent à leur traduction dans le langage et les processus technocratiques31.

  • 32 Ihl, Olivier, Kaluszynski, Martine, & Pollet, Gilles, Les sciences de gouvernement, Paris, Economic (...)
  • 33 Payre, Renaud, « Les géomètres de la sphère administrative : socio-histoire d’un mouvement réformat (...)
  • 34 Alauzen, Marie, et Malivel, Coline, « Le design est-il en passe de devenir une science de gouvernem (...)

Une autre voie d’exploration possible est celle des « sciences de gouvernement »32 qui interroge la reconnaissance ou la non-reconnaissance33 de certaines expertises dans le travail gouvernemental. Au-delà de l’informatique, le design, l’ergonomie ou encore la sociologie peuvent en effet participer à la construction des projets de transformation numérique34. Quels savoirs sont mobilisés dans la conception mais aussi l’évaluation ou la surveillance de l’administration numérique ? Quels professionnels incarnent ces expertises et participent à leur diffusion et leur incorporation dans l’État ? Comment cohabitent-ils avec les sciences de gouvernement instituées comme le droit ou l’économie politique ?

  • 35 Dunleavy, Patrick, Margetts, Helen, Bastow, Simon, & Jane Tinkler, Digital Era Governance: IT Corpo (...)

Enfin, les propositions inscrites dans cet axe pourront étudier la place des innovateurs au sein de nouvelles configurations d’acteurs qui participent à la réalisation des projets numériques de l’État35. Quels acteurs coopèrent, et comment, pour la mise en place d’un algorithme ou la création d’une plateforme de consultation ? Selon quelles hiérarchies et en dépit de quelles tensions ? Quels autres groupes sont au contraire exclus ou mis à distance des nouveaux programmes et de leur conception ? Il s’agit de décrire les arrangements institutionnels au sein desquels sont conçus et mis en place les dispositifs technologiques mais aussi de comprendre comment leur déploiement influe sur les divisions du travail instituées, entre public et privé d’une part, et entre ministères ou échelons administratifs d’autre part.

Informations pratiques, calendrier et contacts

Les résumés des articles (3 000 signes maximum) sont attendus pour le 22 septembre 2022. Ils sont à envoyer aux quatre adresses suivantes :

Réponse aux auteurs : octobre 2022

Date limite de remise des articles (40 000 à 60 000 signes, espaces compris et bibliographie exclue) : 25 janvier 2023

La proposition (résumé), rédigée en anglais ou en français, mentionnera la question de recherche, la méthodologie utilisée, et le cadre théorique employé. Elle insistera sur l’intérêt scientifique de l’article proposé au regard de la littérature existante et de l’appel à communication, et pourra être accompagnée d’une courte bibliographie. L’attention des auteurs est attirée sur la rubrique actualités des classiques, revisitant des auteurs et des théories classiques des sciences sociales au prisme d’Internet.

Les résumés seront évalués anonymement par les coordinateurs du numéro et les membres du comité de rédaction de la revue. Les auteurs sélectionnés à ce stade devront envoyer leur article sous format électronique avant le 25 janvier 2023.

La revue Reset est également ouverte, dans sa rubrique varia, à tous les travaux relevant des sciences humaines et sociales, et portant sur Internet comme objet ou méthode de recherche.

Notes

1 Fountain, Jane, Building the Virtual State. Information Technology and Institutional Change, Washington DC, Brooking Institution Press, 2001.

2 Henman, Paul, Governing electronically. E-government and the reconfiguration of public administration, policy and power. Palgrave MacMillan, 2010.

3 O'Reilly, Tim, Government as a Platform. Innovations: Technology, Governance, Globalization, vol. 6, no 1, pp. 13-40, 2011.

4 Voir notamment Jacques Chevallier, « Vers l’État-plateforme ? », Revue française d’administration publique, vol. 167, n° 3, pp. 627-637, 2018 et Gilles Jeannot, « Vie et mort de l’État plateforme », Revue française d’administration publique, vol. 173, n° 1, pp. 165-180, 2020.

5 A titre d’exemples de dossiers de revues parus ces dernières années, on citera celui que la revue Réseaux consacre aux collectivités locales et au gouvernement numérique (2019, n° 218), celui que la revue Gouvernement et Action Publique dédie aux dispositifs informatiques du secteur social (2015, vol. 2, n° 4) ou celui de la Revue française d’administration publique sur la production et les usages des données publiques (2018, vol. 3, n° 167).

6 Sur les considérations anthropologiques bien connues relatives au rôle de l’écriture dans la formation des savoirs politiques, Voir Goody, Jack, La logique de l’écriture. L’écrit et l’organisation de la société, Armand Colin, 2018.

7 Sur le cas de l’administration britannique, voir par exemple Agar, Jon, The government machine, MIT Press, Cambridge, 2003.

8 Voir, à propos de cette histoire générale, Gardey, Delphine, Écrire, calculer, classer. Comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines (1800–1940), La Découverte, 2008.

9 Avec le minitel, les citoyens expérimentent, pour la première fois, des interactions à distance, comprenant l’accès à l’information et aux documents administratifs, dont les modalités « électroniques » n’auront de cesse de s’enrichir (3615 VosDroits, 3615 Ravel, etc).

10 Sur ce phénomène, voir Dagiral, Éric, La construction socio-technique de l’administration électronique. Les usagers et les usages de l’administration fiscale. École des Ponts ParisTech & Université Paris Est – Marne-la-Vallée, 2007.

11 Sur ces exemples, voir respectivement Licoppe, Christian et Tuncer, Sylvaine, « La surveillance par bracelet électronique en action. Ethnographie de l’activité dans les pôles centralisateurs de surveillance et analyse des conversations téléphoniques entre surveillants et surveillés », in René Lévy et al., Le bracelet électronique : action publique, pénalité et connectivité, Médecine & Hygiène, pp. 165-188, 2019 ; Camille Capelle, « Pratiques de correction sur copies d’examen et nouveaux usages instrumentés », EducPros, pp. 1-16, 2010 ; Licoppe, Christian, « Ouvrir, suspendre et lever une audience à distance tenue par visio-conférence. Effets performatifs des actes de langage et situations équipées », Études de communication, n° 29, pp. 95-117, 2006.

12 A propos d’une agence d’aménagement urbain ou de différentes administrations publiques, voir respectivement Hull, Matthew, Government of Paper. The materiality of Bureaucracy in Urban Pakistan, Berkeley, University California Press, 2012et Weller, Jean-Marc, Fabriquer des actes d’Etat. Une ethnographie du travail bureaucratique, Economica, Paris, 2018.

13 Mesnel Blandine, État des lieux. Les démarches administratives à l’interface des gouvernants et des gouvernés, Gouvernement et Action publique, pp. 113-128, 2021. Voir également la section thématique organisée par Philippe Bezes et Blandine Mesnel au congrès de l’AFSP en 2019 « travail bureaucratique, paperasse et simplification administrative à l’interface des citoyens et de l’État » : https://www.afsp.info/congres/editions-precedentes/congres-2019/sections-thematiques/st-16/

14 Sur l’identification des usagers par le numérique pour des services en ligne ou le travail de numérisation cadastrale dans la perspective d’une écologisation de la politique agricole, voir respectivement Marie Alauzen, « L’Etat plateforme et l’identification numérique des usagers. Le processus de conception de France Connect », Réseaux, n° 213, pp. 214-239, 2019 et Léo Magnin, « La politique agricole commune et les données retardataires », Technique & Culture, n° 72, pp. 130-143, 2019.

15 L’étude des street-level bureaucrats s’est imposé comme un domaine particulièrement actif au cours des vingt dernières années. Sur les deux cas évoqués, voir respectivement Jean-Marie Pillon, « Hiérarchiser les tâches, classer les chômeurs. La gestion du chômage assistée par ordinateur », Réseaux, n° 195, pp. 197-228, 2016 et Vincent Dubois, Morgane Paris et Pierre-Edouard Weill, « Des chiffres et des droits. Le data mining ou la statistique au service du contrôle des allocataires », Revue des politiques sociales et familiales, n° 126, pp. 49-60, 2018.

16 Voir Marie-Anne Dujarier, Le travail du consommateur, Paris, La Découverte, 2008.

17 À propos des apports et des limites à considérer les actions ordinaires des usagers des plateformes numériques sous l’angle du travail – à la manière d’un digital labor ou travail numérique –, voir l’échange entre Casilli, Antonio et Cardon, Dominique, Qu’est-ce que le digital labor ?, INA, 2015.

18 Voir Eubanks, Virginia, Automating Inequality: How High-tech Tools Profile, Police, and Punish the Poor, MacMillan, 2018.

19 « « Il fallait bien s’y mettre » est la phrase qui résumerait le mieux l’esprit général », conclut à l’issue de son enquête Dominique Pasquier, L’Internet des familles modestes, Paris, Presses des Mines, p. 195, 2018.

20 Voir Héléna Revil et Philippe Warin, « Le numérique, le risque de ne plus prévenir le non-recours », Vie sociale, n° 28, pp. 121-133, 2019.

21 Voir Caroline Datchary, La dispersion au travail, Toulouse, Octarès, 2011.

22 Sur ces exemples, voir respectivement Leïla Frouillou, Clément Pin et Agnès van Zanten, « Le rôle des instruments dans la sélection des bacheliers dans l’enseignement supérieur. La nouvelle gouvernance des affectations par les algorithmes », Sociologie, vol. 10, n° 2, pp. 209-215, 2019 et Bilel Benbouzid Bilel, « Quand prédire, c’est gérer. La police prédictive aux Etats-Unis », Réseaux, n° 211, pp. 221-256, 2018.

23 Sur la traçabilité comme technique de gouvernement, voir Torny, Didier, « La traçabilité comme technique de gouvernement des hommes et des choses », Politix, 44, pp. 51-75, 1998.

24 Voir Bovens, Mark et Zouridis, Stavros, « From Street-Level to System-Level Bureaucracies: How Information and Communication Technology Is Transforming Administrative Discretion and Constitutional Control », Public Administration Review, vol. 62, No. 2, pp. 174-184, 2002.

25 Sur cette notion et ses effets en termes d’accès au droit, voir Donald Moynihan et Pamela Herd, « Red Tape and Democracy: How Rules Affect Citizenship Rights », The American Review of Public Administration, vol. 40, n° 6, pp. 654-670, 2010.

26 Bellon, Anne, Gouverner l’internet : Mobilisations, expertises et bureaucraties dans la fabrique des politiques numériques (1969-2017), Thèse de doctorat, Paris 1, 2018.

27 Alauzen, Marie, Plis et replis de l'État plateforme. Enquête sur la modernisation des services publics en France. 2019. Thèse de doctorat. Université Paris sciences et lettres.

28 Jeannot, Gilles, Cottin-Marx, Simon, La privatisation numérique. Déstabilisation et réinvention du service public. Paris, Raisons d’agir, 2022. Horrocks, Ivan, "‘Experts and E-government: Power, influence and the capture of a policy domain in the UK." Information, Communication & Society, vol. 12, n°1, pp. 110-127, 2009.

29 Bergeron, Henri, Castel, Patrick, & Nouguez, Étienne, « Un entrepreneur privé de politique publique », Revue française de science politique, 61(2), 201-229, 2011.

30 Lecler, Romain, « Être dans une administration sans en être. Le cas des attachés audiovisuels aux Affaires étrangères », Gouvernement et action publique, vol. 6, n°3, pp. 61-83, 2017.

31 Bellon, Anne, « L’élaboration de la loi république numérique au gouvernement », Réseaux, n°225, pp. 23-53, 2021.

32 Ihl, Olivier, Kaluszynski, Martine, & Pollet, Gilles, Les sciences de gouvernement, Paris, Economica, 2003.

33 Payre, Renaud, « Les géomètres de la sphère administrative : socio-histoire d’un mouvement réformateur internationalisé dans l’entre-deux-guerres », Revue française d'administration publique, vol. 161, no. 1, pp. 133-146, 2017.

34 Alauzen, Marie, et Malivel, Coline, « Le design est-il en passe de devenir une science de gouvernement ? Réflexion sur les espoirs suscités par les sciences du design dans la modernisation de l’État en France (2014–2019) », Sciences du Design, vol. 12, no. 2, pp. 36-47, 2020.

35 Dunleavy, Patrick, Margetts, Helen, Bastow, Simon, & Jane Tinkler, Digital Era Governance: IT Corporations, the State, and e-Government?, Oxford University Press, 2006.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search