Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18VariaLa Planète des singes de Pierre B...

Varia

La Planète des singes de Pierre Boulle (1963) : entre théorie(s) évolutionniste(s) et conscience cosmique

Planet of the Apes (Pierre Boulle, 1963) : between evolutionist theories and cosmic conscience
Audrey Viguier

Résumé

La Planète des singes, roman écrit en 1963, revient sur la théorie de l’évolution et pose la question suivante : que se serait-il passé si les singes avaient évolué en Sapiens, tandis que l’homme n’aurait jamais atteint ce stade de l’évolution ? Cette fiction spéculative proposée par Pierre Boulle propose un effet miroir au lecteur contemporain tant les singes qui composent la planète Soror ressemblent aux hommes modernes. De nombreuses études scientifiques ont pu souligner cet effet d’imitation interplanétaire, mais ce n’est peut-être pas là le seul secret du roman. Cet article se propose de revenir sur la crise de l’évolution qui hante cette œuvre, et portera un nouvel éclairage sur l’origine des habitants de Soror, qu’ils soient singes ou hommes. Nous verrons comment Pierre Boulle affranchit les espèces de leurs servitudes phylétiques à travers la conscience réflexive, et nous essaierons de comprendre comment cette approche à la fois évolutionniste et holistique de Pierre Boulle (l’unité parfaite de l’esprit et du biologique) mène le lecteur à la possibilité réelle de rencontrer, un jour, des singes évolués de Soror.

Planet of the Apes is a novel written in 1963. Its main theme revolves around the theory of evolution and raises the following question : what would have happened if the apes had evolved into Sapiens, while human beings would have never reached that stage of the evolution ? This speculative fiction written by Pierre Boulle offers a mirror effect to the contemporary readers, as the apes who live on Soror resemble human beings to the point of taking their place. Many scientific articles have emphasized this interplanetary imitation, but this is not the only secret the novel contains. This article will explore the crisis of evolution that haunts this novel, and will shed light on the origin of the inhabitants of Soror, human beings and apes. We will see how Pierre Boulle frees both species from their phyletic servitude through reflexive consciousness, and how his evolutionary and holistic approach (the perfect unity of the mind and the biological being) leads the reader to the actual possibility of, one day, meeting evolved apes from Soror.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rappelons qu’Homo sapiens, apparu il y a 200 000 ans, correspond à l’homme moderne que nous sommes. (...)

1Des deux espèces évoquées ci-dessus, une seule existe réellement sur notre planète Terre : celle d’Homo sapiens. La seconde, Simius sapiens, n’existe que sur la planète Soror, inventée de toutes pièces par Pierre Boulle dans La Planète des singes. Ce roman, écrit en 1963, revient sur la théorie de l’évolution et pose la question suivante : que se passerait-il si les singes évoluaient en Sapiens1, et que l’homme adoptait une trajectoire évolutive inverse en retrouvant des caractéristiques archaïques, correspondant à un stade antérieur à l’apparition de la parole ou de l’intelligence ? Sur la planète Soror, c’est ainsi que Simius sapiens a pu surpasser Homo sapiens, ce qui a donné libre cours à de nouvelles interprétations sur l’évolution des espèces.

2Cette fiction spéculative proposée par Pierre Boulle a déjà fait l’objet d’un certain nombre de publications scientifiques, relevant entre autres la moquerie de l’auteur face à une humanité réellement absurde, humanité qui s’observe elle-même à travers un miroir simien. De la fiction au réel, il n’y a ainsi qu’un pas que Pierre Boulle n’hésite pas à franchir. D’ailleurs, dans un entretien télévisé avec Pierre Desgraupes datant du 6 février 1963, Pierre Boulle refuse que l’on place La Planète des singes dans le genre de la science-fiction :

La science-fiction en général fait passer au second plan l’humain, alors que mes personnages sont tout à fait humains. La planète que je décris ressemble tout à fait à la Terre, et les personnages, ce sont des singes, c’est entendu, mais ils ont des réflexes humains, il y a des singes du monde, des singes de lettres, des singes de science, etc. De ce point de vue-là, je ne crois pas qu’on puisse dire que c’est de la science-fiction. (Prat, 1963).

  • 2 Si les scientifiques chimpanzés évoquent la phylogenèse de l’homme et du singe, ainsi que certains (...)

3Si Pierre Boulle met en avant l’humanité absurde de ses singes, entre critique sociale et discours scientifique, La Planète des singes offre une troisième lecture, plus spirituelle : l’angoisse de l’homme moderne face à l’évolution de son espèce. Si Pierre Boulle esquisse certains aspects de la théorie de l’évolution selon Charles Darwin2, il accompagne celle-ci d’une approche plus holistique semblable à celle que le jésuite Pierre Teilhard de Chardin avait développée en son temps. En effet, Pierre Boulle admirait ce scientifique excommunié par le Vatican, au point même d’exposer, sur sa planète Soror, cette « crise organique de l’Évolution » (Teilhard de Chardin, 2006 [1956], p. 157) dont il aimait parler dans ses essais.

4Ce sera donc à travers le remplacement des espèces Sapiens que nous explorerons dans un premier temps l’histoire évolutionniste de ces Simius sapiens. Nous tenterons ainsi de comprendre comment Pierre Boulle expose à son lecteur ses secrets les plus intimes, ceux de sa création, ceux de cet Homo sapiens qui l’habite depuis la nuit des temps.

  • 3 Toute notion de régression est, par définition, anti-évolutionniste puisque selon Darwin les espèce (...)

5Mais l’homme de Pierre Boulle peut-il se libérer de ses liens phylétiques ? Si Teilhard de Chardin considère que l’homme moderne peut se délivrer de ses « servitudes phylétiques » (Teilhard de Chardin, 2006, p. 161), trois atavismes anti-évolutionnistes3 touchent l’homme de Soror : perte de la conscience réflexive, perte de la faculté de créer des outils, et perte du langage. Ainsi, si l’histoire d’Homo sapiens était avant tout, sur Terre, celle d’une évolution biologique, sur la planète Soror elle se résume à une perte de conscience réflexive, sans aucune explication biologique ou même morphologique : alors que l’homme retrouve des caractères ataviques longtemps oubliés, le singe, au contraire, saute un pas supplémentaire dans l’échelle de l’évolution au point de dominer toutes les autres espèces.

6Cet autre sapiens cosmique avait toujours été dans la tête de notre auteur avignonnais. Il n’avait cessé d’espérer, un jour, rencontrer cet alter ego de l’homme venu d’une autre planète. Dans son essai LUnivers ondoyant, il associe cet être au même degré d’évolution que l’homme actuel, sans pour autant parler d’imitation : « Pour ma part, je crois non seulement qu’il existe d’autres planètes habitées, mais aussi que les consciences qui les hantent sont incarnées dans des corps comparables aux nôtres [...]. (Peut-être des singes, après tout ?...) Je souligne que [...] ces ressemblances supposées s’appliquent à un certain degré d’évolution, celui qui est le nôtre aujourd’hui » (Boulle, 2018b [1987], chap. viii, par. 2).

7Au lieu de parler d’imitation de l’homme, Pierre Boulle parle plutôt d’évolution sapiens parallèle à celle de l’homme. Par conséquent, cet article démontrera que le roman de Pierre Boulle n’est pas avant tout une imitation de l’homme moderne et de sa planète. Au contraire, si Pierre Boulle s’inspire parfois de son propre réel pour construire sa planète et ses habitants, ces ressemblances ne cesseront de démontrer comment, à travers les lois de l’évolution, l’Univers est « une parfaite unité matérielle et spirituelle » (Boulle, 2018b, chap. ii, par. 2). Loin d’être le fait exclusif d’une espèce aussi connue que celle de l’homme, l’évolution des espèces se poursuit au-delà de la Terre, grâce aux lois biologiques, mais surtout à travers la transformation psychique des êtres.

8C’est donc à travers les théories évolutionnistes de Charles Darwin et de Pierre Teilhard de Chardin que nous tenterons de percer cette troisième voie mystérieuse, celle de Soror et de cette conscience sapiens « sage » qui non seulement transcende la Terre, mais unit l’univers tout entier.

Semi-fiction et anecdotes scientifiques

9Lorsqu’il écrit La Planète des singes, Pierre Boulle transfère les attributs des Homo sapiens de la Terre aux Simius sapiens de Soror qui en viennent à leur ressembler telle une espèce jumelle venue de l’espace. Dès le départ, Pierre Boulle savait qu’il se démarquait complètement du genre de la science-fiction :

J’ai parfois moi-même tendance [...] à rêver que les êtres conscients qui peuplent des planètes lointaines ne sont pas très différents matériellement des êtres humains, au stade d’évolution qui est le nôtre. Ce point de vue peut paraître d’une puérile absurdité aux yeux des spécialistes de science-fiction, qui s’ingénient à faire naître l’intelligence dans des structures ressemblant aussi peu que possible à la structure humaine [...]. (Boulle, 2018b, chap. vii, par. 2)

10Ce ne seront donc pas des robots, des intelligences artificielles, ou encore des monstres au physique répugnant qui peupleront la planète Soror. Le récit de La Planète des singes est bien plus proche de notre réalité : trois astronautes (Ulysse Mérou, le professeur Antelle et Arthur Levain) quittent la planète Terre en l’an 2500 pour atterrir trois cents années plus tard sur la planète Soror. Sur Soror, l’évolution des espèces est presque identique à celle de la Terre, à une exception : les singes sont devenus l’espèce dominante, civilisée et intelligente, alors que les hommes ne sont que des primates. Lorsque nos trois Terriens rencontrent au début de leur expédition une jeune et jolie femme de Soror (qu’ils appelleront plus tard Nova), ils ne peuvent s’empêcher de remarquer que cette « sauvagesse [...] appartenant à quelque race attardée » (Boulle, 2018a [1963a], p. 30), grimpant aux arbres comme tous ses congénères, avait les façons « d’un animal familier qui cherche la chaleur de son maître » (Boulle, 2018a, p. 39). Le réalisme du milieu naturel dans lequel évoluent nos astronautes s’inspire intégralement des forêts touffues d’Asie que Pierre Boulle avait eu le temps de découvrir dans ses jeunes années. Yann Quero revient d’ailleurs sur cet environnement exotique fidèle aux aventures malaisiennes de l’écrivain, ainsi que sur ces singes dont le jeune Pierre Boulle avait eu l’occasion d’entendre les hurlements au cœur des forêts (Quero, 2015). Ainsi, que ce soit sur Terre ou sur Soror, les similarités des espèces et des milieux naturels posent dès le début du roman le décor réaliste d’une forte ressemblance cosmique.

11Mais le réalisme laisse tout à coup place à une étrange scène, rappelant un souvenir lointain de l’humanité. En effet, alors qu’Ulysse Mérou et ses compagnons suivent Nova, au fur et à mesure de leur expédition ils rencontrent d’autres hommes « archaïques », des êtres « qui ignorent la parole et le sourire » (Boulle, 2018a, p. 32), « semblables à nous au point de vue physique, mais qui paraissaient totalement dénués de raison » (p. 33), ces hommes étant des « êtres déconcertants » (p. 37).

  • 4 Le croisement qu’opère Pierre Boulle entre fiction et réel serait, selon Roger Bozzetto, une consta (...)

12Dès le début du roman, Pierre Boulle propose donc au lecteur un contrat semi-fictif4, un récit des origines surprenant, à travers l’exploration d’une version antérieure de l’homme moderne. Mais ce n’est pas un exposé scientifique que Pierre Boulle nous propose ; il préfèrera plutôt partir d’anecdotes scientifiques pour retracer l’histoire semi-fictive de ces hommes de Soror et de leur lignée :

Il n’était [...] pas dans mes intentions de faire des prévisions matérielles exactes. Je crois que nous abordons là une certaine conception de l’art du romancier qui m’est chère. Dans aucun de mes livres, d’anticipation ou autres, jamais je ne cherche à copier la réalité ; jamais je ne me soucie de la vérité matérielle et même la vraisemblance passe pour moi au second plan. Il me faut avant tout une anecdote possédant un certain potentiel d’évocation. Si elle est vraisemblable, tant mieux, si elle ne l’est pas, et si je sens qu’elle renferme cette puissance évocatrice, tant pis pour la vraisemblance. (Boulle, 2018a, p. 13)

  • 5 Aujourd’hui nous savons que le Dernier Ancêtre Commun de l’homme et des chimpanzés (mais aussi des (...)

13Le roman de Pierre Boulle s’écrira ainsi autour d’une « anecdote » scientifique liant fondamentalement deux planètes et deux espèces similaires : l’homme et le singe, la Terre et Soror. Ayant un ancêtre commun hominoïde (DAC5), l’homme et le singe ont vu leur branche se scinder en deux, chaque espèce suivant sa propre évolution. Sur la Terre, dans le roman de Pierre Boulle, nous pourrions transposer cette séparation de la façon suivante :

Ill. 1

Ill. 1

© A. Viguier

  • 6 Cette catégorie, aussi appelée Hominoïdes, comprend l’homme, les bonobos, les chimpanzés, les goril (...)

14Mais c’est au nom d’une « puissance évocatrice » plutôt qu’au nom d’une « vraisemblance » que Pierre Boulle mettra en place, sur la planète Soror, une variante quant à cette séparation entre les grands singes6 et les hommes, faisant des singes l’espèce civilisée et intelligente, reléguant l’homme au statut d’animal sauvage :

Ill. 2

Ill. 2

© A. Viguier

15Selon Darwin, trois facteurs ont pu projeter l’homme au sommet de l’évolution : ayant été le seul animal à avoir une « conscience de soi », il a très vite su maîtriser les outils et a perfectionné un langage qui lui a permis d’enrichir sa pensée et de se socialiser. D’ailleurs, pour le neurologue et spécialiste du cerveau Alain Prochiantz, ce sont aussi ces trois facteurs qui l’ont fait « sortir de la nature », au point qu’il soit devenu « a-nature » : « les modifications biologiques qui ont permis à l’homme de développer son intelligence l’ont projeté hors de la nature [...] le haut du panier c’est Homo sapiens. C’est ce cerveau monstrueux qui fait de nous des individus extrêmes » (Prochiantz, 2012). Ce côté a-nature évoqué par Prochiantz se traduit par une utilisation toujours plus importante du cerveau humain au détriment de son corps physique. Mais alors qu’Homo sapiens, selon Prochiantz, sort de la nature grâce à son cerveau, sur Soror, l’inverse semble s’être produit : ces hommes « attardés » qu’Ulysse Mérou voit dès le début de son expédition relèveraient-ils d’une variante évolutionniste correspondant à ce que Darwin appelle un « atavisme », ou encore un « cas de retour », l’espèce en question révélant des « conformations depuis longtemps perdues » (Darwin, 1891, p. 37) ? Cet atavisme darwinien correspondrait ainsi à celui d’un ancêtre lointain qui s’accroîtrait

jusqu’à ressembler beaucoup à quelque structure analogue qui existe chez certains individus inférieurs adultes du même groupe [...]. Les individus inférieurs d’un groupe nous représentent, dans une certaine mesure, la conformation probable de l’ancêtre commun de ce groupe [...]. Nous pouvons [...] considérer comme un cas de retour, le cerveau simple d’un idiot microcéphale, en tant qu’il ressemble à celui d’un singe. (Darwin, 1891, p. 35)

  • 7 Pierre Boulle admirait en effet les écrits de Pierre Teilhard de Chardin. Il parle longuement de se (...)

16Ce cas de retour vers une conformation passée (ou dé-évolution), représenterait-il l’avenir de l’homme ? Un possible retour en arrière touchant toute l’espèce Homo sapiens de Soror serait impossible selon les lois de l’évolution. Pierre Teilhard de Chardin souligne d’ailleurs que la « transcendance de l’Homme sur le reste de la Nature » suit « un même processus [...] sans interruption, toujours dans le même sens » (Teilhard de Chardin, 2006, p. 111-112). Pourquoi Pierre Boulle, qui admirait et avait lu Teilhard de Chardin7, ferait-il dé-évoluer l’homme de Soror ?

  • 8 Toujours dans le souci de ne proposer au lecteur qu’une simple « puissance évocatrice », et non une (...)

17Avant de répondre à cette question, il convient tout d’abord de définir qui est cet homme de Soror. Si nous suivons la piste de Darwin, et des « idiots microcéphales », les hommes de Soror seraient victimes d’une régression intellectuelle vers un ancêtre inférieur. Même si cet atavisme de Pierre Boulle ne suit pas la « vérité matérielle » des paléontologues8, elle n’a d’autre ambition que de montrer, comment, dans cette fiction, l’homme a pu devenir intellectuellement inférieur aux singes.

18Mais vers quel ancêtre Pierre Boulle le fait-il régresser ? S’agit-il d’Homo erectus ? Homo ergaster ? Homo rudolfensis ? Homo habilis ? Ou même, plus loin dans l’échelle de l’évolution, s’agit-il de notre ancêtre australopithèque, semblable à Lucy ? Les scientifiques chimpanzés du roman évoqueront cette classification des espèces, mais en relation avec les singes et non pas les hommes :

D’un tronc, qui se perdait à la base dans l’inconnu, diverses branches se détachaient successivement. [...] L’arbre se prolongeait par une classe analogue à nos anthropoïdes. Là, un nouveau rameau se détachait, celui des hommes. Il s’arrêtait court, tandis que la tige centrale continuait à s’élever, donnant naissance à différentes espèces de singes préhistoriques aux noms barbares pour aboutir finalement au Simius sapiens. (Boulle, 2018, p. 93-94)

19Ce même tronc existait encore à l’époque de Darwin, sur Terre, à la différence près que ce sont bien entendu les hommes qui se retrouvaient en haut de l’arbre, juste au-dessus des singes, comme l’indiquait en son temps le biologiste allemand Ernst Haeckel (1877) :

Ill. 3

Ill. 3

Arbre généalogique de l’homme selon Ernest Haeckel (1877). Haeckel Ernest, Anthropogénie, ou Histoire de lévolution humaine, Paris : C. Reinwald & Cie, 1877, p. 432.

20Cette hiérarchie des espèces trouve un parallèle étonnant dans le roman, notamment à travers la colonisation en Orient. En effet, lorsqu’il était militaire, Pierre Boulle a maintes fois eu l’occasion de vivre certaines inégalités entre colonisés et colonialistes comme il l’indique dans son autobiographie Aux sources de la rivière Kwaï. Se remémorant Mrs Birnie et son mari qui ne voulaient pas d’un pilote d’avion chinois, il revient sur ce point de vue occidental qu’il partageait à l’époque, lautre colonisé n’étant qu’un inférieur : « Simplement, ils se sentaient uncomfortables [sic] à l’idée de monter dans un appareil piloté par un Chinois. J’aurais peut-être ressenti le même trouble à leur place... Nous étions d’abominables colonialistes » (Boulle, 2005, p. 1083). L’expérience colonialiste de Pierre Boulle a non seulement pu inspirer la notion de hiérarchie et de domination entre espèces sur Soror, mais elle en devient universelle et nécessaire, au sens philosophique du terme : sur Terre, le Chinois est inférieur à l’Européen, tout comme l’homme est inférieur au singe sur Soror. Cette universalité des rapports de domination entre « races » ou espèces trouve un étonnant compromis lorsque Pierre Boulle compare, dans son célèbre roman à caractère autobiographique Le Pont de la rivière Kwaï, appuyé sur ses souvenirs de guerre, les soldats ennemis qui le gardaient prisonnier à des singes : « L’essentiel [...] c’est que les garçons sentent qu’ils sont toujours commandés par nous, et non par ces singes » (Boulle, 1958, p. 18), le garde coréen étant quant à lui une « brute à face de gorille » (p. 41), et le colonel Saïto un « singe jaune » (p. 38). Qu’ils soient sur Terre ou sur Soror, entre gorilles, orangs-outans, chimpanzés et humains, il y a, pour Pierre Boulle, une même constante : des dominants et des dominés.

  • 9 Cette échelle est similaire à la représentation en arbre de Ernst Haeckel (unicellulaires en bas, H (...)

21D’ailleurs, lorsqu’elle décrit la lignée anthropoïde, Zira, la chimpanzé scientifique, place l’homme à un stade nettement inférieur au singe dans l’arbre de l’évolution. Si nous suivons sa théorie, l’arbre de l’évolution de Soror reprend en réalité la théorie de l’échelle des êtres (ou scala naturae)9 qui, depuis Aristote, prône la hiérarchie des espèces, les plaçant dans le temps comme des chaînons allant du plus simple au plus complexe, depuis les minéraux jusqu’aux anges. L’échelle des êtres de Soror voit ainsi l’homme comme une espèce inférieure ; les gorilles, chimpanzés et orangs-outans, choisis probablement par Dieu, dominent toutes les autres espèces. Sur Terre, cette échelle des êtres a été remplacée, depuis Darwin, par l’arbre phylogénétique, qui non seulement privilégie les parentés entre espèces, mais place tous les êtres encore existants au même niveau.

  • 10 Le fixisme s’oppose ainsi au transformisme : : souvent comparé à l’idée de Création, il implique qu (...)

22Les singes de Soror, de leur côté, avaient longtemps rejeté la théorie de l’évolution et cru au mythe selon lequel Dieu lui-même avait créé toutes les espèces : « On croyait autrefois les espèces immuables, créées avec leurs caractères actuels par un Dieu tout-puissant » (Boulle, 2018a, p. 92). Cette pensée, appelée le « fixisme », considère que le monde est stable, voire cyclique, fidèle à une vision créationniste du monde10. Zira affirme que seuls les orangs-outans croient encore à cette théorie. Mais le doute gagnant de plus en plus les chimpanzés scientifiques, ils commencent à élaborer des théories sur une possible phylogenèse des grands singes :

Mais une lignée de grands penseurs, tous des chimpanzés, ont totalement modifié nos idées à ce sujet. Nous savons qu’elles ont eu probablement toutes une souche commune.
– Le singe descendrait-il de l’homme ?
– Certains l’ont cru ; mais ce n’est pas exactement cela. Singes et hommes sont des rameaux différents, qui ont évolué, à partir d’un certain point, dans des directions divergentes, les premiers se haussant peu à peu jusqu’à la conscience, les autres stagnant dans leur animalité. Beaucoup d’orangs-outans, d’ailleurs, s’obstinent encore à nier cette évidence. (Boulle, 2018a, p. 92)

  • 11 Georges Béchamp, compagnon de cellule de Pierre Boulle en Indochine, avait été Consul de France à C (...)

23Devant les nombreuses révélations scientifiques de Cornélius et Zira, Ulysse comprend très vite que tous se mettent en danger, notamment face à Zaïus, le directeur scientifique de l’Institut des hautes études biologiques : « Cornélius a des ennemis. Il n’ose pas proclamer franchement sa découverte. Le voudrait-il, que les autorités s’y opposeraient sans doute. Le clan orang-outan, Zaïus en tête, intrigue contre lui. Ils parlent de conspiration contre la race simienne [...]. » (Boulle, 2018a, p. 177) Ces querelles scientifiques font écho aux rencontres intellectuelles de Pierre Boulle, lequel admirait nombre de scientifiques qui sortaient des sentiers battus et prenaient des risques. Ainsi, Pierre Teilhard de Chardin, mais aussi le Dr Béchamp11 (avec lequel il avait partagé une cellule), pourraient en réalité se cacher derrière les traits de Zira et Cornélius. Tout comme leurs confrères sororiens, tous deux avaient en leur temps su bousculer les codes et développer de nouvelles idées à contre-courant. En parlant du Dr Béchamp, Pierre Boulle précise :

Il n’était pas un savant au sens où on l’entendait généralement (il possédait un caractère frondeur qui le poussait à s’écarter des sentiers battus, et il raillait les académies) mais, dans des domaines extrêmement divers, il avait acquis la compétence d’un spécialiste, sans perdre son originalité d’autodidacte. (Boulle, 2005, p. 1159)

24Zira et ses congénères chimpanzés représentent parfaitement ces autodidactes que Pierre Boulle admirait tant. Il n’est donc pas surprenant que Zira et son mari Cornélius aident Ulysse Mérou contre tous les autres scientifiques singes, tentant par ailleurs de mieux comprendre les lois de l’évolution sur Soror à travers leur nouvel ami humain. Zira, cependant, pose des limites à l’évolution de l’homme : si elle soutient bien qu’il y a une possible phylogenèse entre hommes et singes, elle ne place cependant pas l’homme à égalité avec le singe, contrairement à la phylogenèse darwinienne.

Ill. 4

Ill. 4

Arbre phylogénétique de la Terre (à gauche) et échelle des êtres de Soror (à droite)

Transformation psychique des singes ou imitation de l’homme ?

25Pour Zira, la branche simienne a continué à progresser grâce à l’apparition d’une conscience réflexive propre à Sapiens qui est, sur Soror comme sur Terre, au centre de la séparation entre les ramifications homme et singe. La supériorité du singe, du fait de sa capacité à réfléchir, le sépare ainsi fondamentalement de l’homme, créant une hiérarchie certaine entre les deux espèces. Le prêtre évolutionniste Teilhard de Chardin avait déjà théorisé que l’évolution était en effet une « transformation primairement psychique » (Teilhard de Chardin, 2006, p. 110) qui installait au sommet de l’échelle des êtres l’espèce démontrant la pensée la plus avancée. Ce progrès phylogénique des espèces venu d’une conscience réflexive exclusive à l’espèce dominante est aussi le produit d’une contingence générale que les chercheurs (sur Terre et sur Soror) n’arrivent pas à expliquer. L’acquisition du langage, qui se serait développée en même temps que cette conscience réflexive, a d’ailleurs complété la domination des singes sur Soror (comme celle des hommes sur Terre) :

Ces singes, tous ces singes, [...] ils deviennent arrogants. Ils soutiennent notre regard. [...]
Ça y est ! L’un d’eux a réussi à parler. [...]
Il y en a d’autres. Le journal en signale tous les jours de nouveaux. Certains savants considèrent cela comme un grand succès scientifique. Ils ne voient donc pas où cela peut nous mener ? (Boulle, 2018a, p. 172-173)

  • 12 Dans le roman, la mémoire des Homo sapiens se présente sous la forme de témoignages précis donnés p (...)

26L’acquisition de la parole a permis aux singes de Soror de communiquer entre eux et de s’organiser ensemble contre leurs maîtres : « Le premier usage qu’ils font de la parole, c’est pour protester quand on veut les faire obéir » (Boulle, 2018a, p. 173). L’apparition d’un langage articulé aurait aussi été, chez Homo sapiens, l’outil principal de son évolution, mais pour une raison surprenante : partager des commérages (Harari, 2015, p. 22). En effet, ce serait cette capacité à médire sur les autres qui aurait permis à Homo sapiens de mieux évaluer son environnement social pour assurer sa survie individuelle dans le groupe. En sachant qui le groupe admirait ou réprouvait, il était plus facile de se positionner dans les cercles d’influence. Sur Soror, à l’image de Homo sapiens sur Terre, Simius sapiens a ainsi pu bénéficier de la même façon de ce pouvoir de commérage. D’ailleurs, les témoignages12 de ces hommes déchus évoquent le développement de ce nouvel outil social servant dans un premier temps à se moquer de leurs maîtres humains : « Elle m’a affirmé que, le soir, on y entend comme des chuchotements et même des ricanements. Un des gorilles se moque du patron en imitant un de ses tics » (Boulle, 2018a, p. 172).

27Pour Teilhard de Chardin, ce qui fait la spécificité du phylum humain est bien que, face à l’évolution de la parole, s’ajoute l’évolution du cerveau. L’un n’allant pas sans l’autre, « ce déluge soudain de cérébralité » (Teilhard de Chardin, 2006, p. 122) de l’homme se répercute directement sur la Terre en modifiant sa nature-même – la conscience humaine créant une âme terrestre à l’image de l’homme :

cette invasion biologique d’un type animal nouveau qui élimine ou asservit graduellement toute forme de vie qui n’est pas humaine : cette marée irrésistible de champs et d’usines ; cet immense édifice grandissant de matière et d’idées... Tous ces signes, [...] ne nous crient-ils pas que sur Terre quelque chose a « planétairement » changé ? (Teilhard de Chardin, 2006, p. 122).

28Pour Teilhard de Chardin, la Terre est ainsi non pas créée à l’image de Dieu, mais à celle de l’homme, tant il la marque de son empreinte. L’accès à la conscience réflexive est aussi ce qui fera des singes de Soror l’espèce supérieure qui imposera à leur Terre (Soror) une « nouvelle âme », faisant « peau neuve » (Teilhard de Chardin, 2006, p. 121), tout en la rendant hostile à toutes les autres formes de vie – y compris à l’homme. Le cœur de l’intrigue de La Planète des singes réside donc dans cette conscience simienne issue de l’évolution qui crée Soror à l’image du singe, comme la Terre est créée à l’image de l’homme. Dans son analyse génétique des trois manuscrits écrits par Pierre Boulle, Simon Bréan relève d’ailleurs que dans la première version « il n’est pas question de traits humains pour les singes, mais plutôt d’un retour à l’origine de leur comportement » (Bréan, 2015). Citant Ulysse Mérou, Bréan montre combien Pierre Boulle avait, au départ, créé une conscience pleinement simienne qui pouvait, par instants, imiter l’homme : « Ces manifestations [raisonnables] étaient rares et elles ne faisaient que mieux me persuader que j’avais en face de moi une troupe de vrais singes de la Terre, aux instincts délurés, mais imitant par instant un geste qu’ils avaient perçu autrefois chez des humains » (Bréan, 2015).

29Ce n’était donc pas l’imitation de l’homme que Pierre Boulle voulait, dans un premier temps, exposer au lecteur, mais plutôt l’hominisation, en quelque sorte, des singes sur une planète jumelle. Teilhard de Chardin définit l’hominisation sur Terre comme un « grand processus de sublimation [...], la saute individuelle, instantanée, de l’instinct à la pensée, [...] la spiritualisation phylétique, progressive, en la Civilisation humaine, de toutes les forces contenues dans l’Animalité » (Teilhard de Chardin, 2006, p. 120). Sur Soror, l’homme est ainsi revenu vers une certaine animalité alors que le singe s’est « hominisé » à travers, notamment, la parole, comme le comprend Ulysse Mérou lorsqu’il évoque ces deux hypothèses :

Mais pourquoi les singes parlaient-ils et pas les hommes ? Les opinions des savants divergeaient sur ce point. Certains voyaient là une mystérieuse intervention divine. D’autres soutenaient que l’esprit du singe tenait avant tout à ce qu’il possédait quatre mains agiles. (Boulle, 2018a, p. 94)

30Selon Zira, l’apparition de la parole ne serait en effet qu’une question de morphologie, les quatre mains des singes leur ayant permis à la fois de penser plus abstraitement et, par conséquent, de développer le langage :

le fait que nous soyons quadrumanes est un des facteurs les plus importants de notre évolution spirituelle. Cela nous a servi d’abord à nous élever dans les arbres, à concevoir ainsi les trois dimensions de l’espace [...]. Le goût de l’outil nous est venu ensuite parce que nous avions la possibilité de nous en servir avec adresse. Les réalisations ont suivi et c’est ainsi que nous nous sommes haussés jusqu’à la sagesse. (Boulle, 2018a, p. 94-95)

31Cette explication qui semble suivre, à première vue, la théorie de l’évolution, va en réalité à l’encontre de la logique darwinienne. Pour le naturaliste anglais, utiliser les mains pour parler représente un certain handicap dans la logique évolutionniste, l’homme ayant voulu contrôler l’usage de ses mains pour la manipulation d’outils et d’autres fonctions de survie et privilégié les lèvres et la langue pour communiquer :

Nous aurions pu nous servir de nos doigts comme instruments efficaces, [...] mais alors l’impossibilité de nous servir de nos mains, pendant qu’elles auraient été occupées à exprimer nos pensées, eût constitué pour nous un inconvénient sérieux [...] ces progrès ont été principalement obtenus à l’aide de ces parties admirablement ajustées, la langue et les lèvres. (Darwin, 1891, p. 94-95)

  • 13 Il est à noter que bien après l’écriture de La Planète des singes, en 2012, des outils encore plus (...)

32Mais Simius est devenu sapiens grâce à ses quatre mains, bien loin d’imiter l’évolution de l’homme. Ce dernier n’ayant jamais acquis le langage (selon les singes), il n’a pu en conséquence jamais fabriquer d’outils : « Avec ses deux mains [...] il n’a jamais pu se servir d’un outil avec adresse… Oh ! il est possible qu’il ait essayé, maladroitement, autrefois » (Boulle, 2018a, p. 94). L’homme de Soror, sans langage et dépourvu d’outils, se situerait donc, sur l’arbre de Darwin et toujours selon les singes, avant Homo habilis (« homme habile »), puisque c’est lui qui fut le premier à vraiment créer des outils rudimentaires. Certains australopithèques, les ancêtres de la lignée Homo, ont pu aussi se servir de pierres mais sans vraiment les travailler13. Il semblerait ainsi qu’en comparant les hommes de Soror avec la lignée humaine de la Terre, ceux-ci auraient mentalement régressé vers nos ancêtres australopithèques, faisant un bond en arrière de plus de 3 millions d’années.

33L’homme « australopithèque » de Soror, ne faisant plus partie de l’espèce Homo, a, dans cette dé-évolution, perdu depuis longtemps la conscience réflexive de Sapiens, l’utilisation des outils depuis Habilis, et la socialisation que l’acquisition du langage articulé permettait.

34Ce sera d’ailleurs par une double révolution sociale et évolutionniste que les singes se dresseront contre Homo sapiens pour lui ravir tous ses attributs « sages », notamment la conscience réflexive. Or, pour Darwin, c’est précisément lorsqu’une espèce acquiert la conscience réflexive qu’elle engendre non seulement un être moral pouvant « se rappeler ses actions passées et apprécier leurs motifs », mais qu’elle le fait devenir un « être unique » marquant « la plus grande de toutes les distinctions qu’on puisse faire entre lui et les animaux » (Darwin, 1891, p. 668). Pour Darwin, cet être moral correspond à la conscience de soi, au sens d’une conscience réflexive qui prendrait les traits d’un « conseiller intérieur » :

Chaque individu, en effet, aurait le sens intime qu’il possède certains instincts plus forts ou plus persistants, et d’autres qui le sont moins ; il aurait, en conséquence, à lutter intérieurement pour se décider à suivre telle ou telle impulsion ; il éprouverait un sentiment de sa satisfaction, de regret, ou même de remords, à mesure qu’il comparerait à sa conduite présente ses impressions passées qui se représenteraient incessamment à son esprit. Dans ce cas, un conseiller intérieur indiquerait à l’animal qu’il aurait mieux fait de suivre une impulsion plutôt qu’une autre. (Darwin, 1891, p. 106)

L’absurdité de Sapiens

  • 14 Cette « révolution cognitive » est apparue avec Sapiens entre -70 000 et -30 000 ans : les chercheu (...)
  • 15 On remarquera d’ailleurs que, dans les versions modernes cinématographiques de La Planète des singe (...)

35Lors des expériences de laboratoire qu’il subit, Ulysse Mérou ne cesse de réfléchir sur sa situation, faisant intervenir ce « conseiller intérieur » que les singes ne soupçonnent pas chez lui, même lorsqu’il leur montre des capacités réflexives incroyables : « Je prenais en pitié la faiblesse de leur intellect, qui les empêchait d’attribuer la seule cause possible à ce progrès subit : la conscience » (Boulle, 2018a, p. 70). Notre astronaute pense alors que c’est cette même conscience qui, ayant fait défaut à l’homme, aurait peut-être empêché son évolution sur Soror : « Quand elle parlait des hommes, je savais qu’il était question de créatures bestiales, douées d’un certain sens d’imitation, présentant quelques analogies anatomiques avec les singes, mais d’un psychisme embryonnaire et dépourvues de conscience » (Boulle, 2018a, p. 92). Le subjectivisme rendu possible par ce « conseiller intérieur » qu’est la conscience réflexive permet à l’homme de poser sa propre vérité en tant que conscience. Il rend à ce dernier sa propre dignité, puisque l’homme n’est plus un objet, mais plutôt un sujet pensant de son monde. Dans la théorie de l’évolution, l’accès à cette conscience réflexive, appelée « révolution cognitive »14, arriva non seulement au gré du hasard, mais fut aussi le produit d’une mutation génétique accidentelle15. Sur notre Terre, c’est donc la nature qui a, par contingence, développé le cerveau de Homo sapiens, lequel n’a cessé d’évoluer pour arriver à l’homme moderne que nous sommes.

36Mais sur Soror, ce n’est ni par hasard ni par mutation génétique que cette révolution cognitive a favorisé les singes et parallèlement fait dé-évoluer les hommes : les causes en sont historiques, les conséquences, ontologiques. L’homme de Soror est en effet celui qui a effacé son espèce du règne Homo en développant une surprenante paresse intellectuelle :

« Ce qui nous arrive était prévisible. Une paresse cérébrale s’est emparée de nous. Plus de livres ; les romans policiers sont même devenus une fatigue intellectuelle trop grande. Plus de jeux ; des réussites, à la rigueur. Même le cinéma enfantin ne nous tente plus. [...]
Ici, nous sommes restés sur place, surtout par paresse. Nous dormons ; nous sommes incapables de nous organiser pour la résistance... [...] ». (Boulle, 2018a, p. 173-175)

37Cette abdication de toute conscience réflexive mène ainsi l’homme à se faire remplacer par les singes, comme l’a finalement compris Ulysse Mérou : « Une humanité aussi veule, qui se résignait si facilement, n’avait-elle pas fait son temps sur la planète et ne devait-elle pas céder la place à une race plus noble ? » (Boulle, 2018a, p. 175). Pour Teilhard de Chardin, une fois la conscience acquise, celle-ci ne peut que se complexifier, se renforcer, gagner en degrés (2006, p. 115). Or, La Planète des singes de Pierre Boulle fait non seulement dé-évoluer la conscience humaine, mais les singes lui nient aussi son historicité. La « race plus noble », celle des singes, ayant évolué en suivant d’une certaine façon le schéma des équilibres ponctués tel que décrit par Niles Elredge et Stephen Jay Gould (1972), continuera son évolution grâce à des gènes jusque-là restés silencieux : les singes gagnent ainsi la capacité de réfléchir et de parler, comme ce fut le cas pour Homo sapiens. Mais les siècles passant sur Soror, hommes et singes ont oublié qu’un jour Sapiens appartenait exclusivement au genre Homo, et non à Simius : « Le cerveau du singe, conclut Zira, s’est développé, compliqué et organisé, tandis que celui de l’homme n’a guère subi de transformation » (Boulle, 2018, p. 94). D’ailleurs, l’historicité de l’homme en tant que conscience réflexive n’ayant, selon certains singes, jamais été attestée sur Soror, Ulysse Mérou pense que l’évolution qu’il connaît s’est faite à l’exact opposé de celle de Soror :

Non seulement, je suis une créature pensante, non seulement une âme habite paradoxalement ce corps humain, mais je viens d’une planète lointaine, de la Terre, de cette Terre où, par une fantaisie encore inexplicable de la nature, ce sont les hommes qui détiennent la sagesse et la raison. (Boulle, 2018a, p. 125)

38Mais sur Soror, bien qu’il soit un Homo sapiens, Ulysse Mérou est réduit, comme les autres hommes, à n’être qu’un animal dominé par les singes. Cette facticité animale dans laquelle il est plongé est, pour lui, synonyme de honte, comme lors de la promenade qu’il effectue avec Zira, laquelle le tient en laisse : « je m’aperçus qu’elle allait me tenir en laisse [...] je rougissais de me sentir nu. Je m’y étais accoutumé dans ma cage ; mais ici, je me trouvais grotesque et indécent, sous les yeux des passants-singes qui me dévisageaient avec insistance » (Boulle, 2018a, p. 96-98). Honteux d’être objet pour autrui, honteux d’être objectivé par des singes, Ulysse Mérou est ainsi soumis à une relation maître/esclave. Mais il refuse qu’on lui impose cet en-soi dégradant et cherche dans un même élan à libérer l’espèce humaine de Soror. Car pour lui, cet homme de Soror a encore la possibilité d’évoluer vers une forme archaïque de Sapiens : « Un secret instinct m’avertit qu’il y a pourtant en eux des possibilités plus grandes » (Boulle, 2018a, p. 136). Ulysse Mérou pense alors que s’il est capable de penser, il peut parvenir à une montée des consciences des autres hommes de Soror, à leur faire franchir ce « pas phylétique », comme l’écrit Teilhard de Chardin pour évoquer le pas décisif d’une espèce vers une évolution supérieure basée sur la conscience réflexive (Teilhard de Chardin, 2006, p. 115).

39Le processus d’humanisation de tous ces hommes sororiens passera d’abord par l’acquisition du langage. D’un point de vue évolutionniste, le langage articulé rend l’homme supérieur à toutes les autres espèces puisque, selon Darwin, cette faculté lui a permis de développer plus d’idées abstraites : « l’usage continu et l’amélioration de cette faculté ont dû réagir sur l’esprit en lui permettant et en lui facilitant la réalisation d’une plus longue suite d’idées [...] l’usage du langage implique la faculté de la conception d’idées générales » (Darwin, 1891, p. 93). Ce sera donc en essayant de faire articuler des mots à Nova et à ses congénères qu’Ulysse Mérou va d’abord tenter d’apercevoir une lueur d’humanité Homo chez eux :

Je voudrais leur apprendre à parler. C’est cela ma grande ambition. [...] Je leur parle ; je leur parle doucement, avec patience. [...] Ils semblent écouter. Je continue pendant quelques minutes, puis je renonce aux phrases et je prononce des mots simples, les répétant plusieurs fois, espérant un écho. L’un d’eux articule maladroitement une syllabe, mais cela n’ira pas plus loin aujourd’hui. Le sujet se fatigue bientôt, abandonne une tâche surhumaine et se couche sur la paille comme après un labeur accablant. Je soupire et je passe à un autre. (Boulle, 2018a, p. 136-137)

  • 16 Il s’agit de La Planète des hommes, dont le scénario fut rejeté par les producteurs d’Hollywood. Au (...)

40Soror représente un échec pour Ulysse Mérou : les humains étant atteints d’une ataraxie incompréhensible, ils ne pourront jamais articuler un quelconque langage dans le roman, à l’exception de Nova. Cependant, devant le succès du film de 1968, les studios d’Hollywood demandent à Pierre Boulle d’écrire le scénario d’une deuxième partie16. Dans cette suite, Taylor (l’alter ego d’Ulysse Mérou dans le roman) et Nova arrivent à rallier les hommes et à leur enseigner le langage, l’utilisation des outils, les techniques agricoles, et commencent même des peintures rupestres – peintures qui marqueront leur passage au stade Homo. Cette évolution sur Soror se fait très rapidement, puisqu’en quelques années seulement ces Homos re-nés de leurs cendres se hisseront à nouveau au rang de Sapiens et reprendront le contrôle de leur planète, les singes redevenant de simples primates.

41Mais pourquoi Pierre Boulle n’a-t-il pas exaucé Ulysse Mérou dans son roman ? Probablement parce qu’il voulait souligner l’absurdité du mythe relatif à l’hominisation de Sapiens. Dans un entretien télévisuel avec André Bourin, il déclare :

Je vois l’absurde comme un pôle d’attraction extrêmement puissant et presque irrésistible pour toutes les activités humaines. Quand je regarde autour de moi, je me vois plongé dans un océan d’absurdité. [...] Je vois le démon de l’absurde [...]. C’est-à-dire le sens du non-sens, le sens de faire ce qu’il ne faut pas faire et en des bonds qui orientent toujours les activités vers quelque chose de contraire à l’intention primitive qui était en conformité avec la raison. (Viallet, 1970)

42L’absurde de La Planète des singes est certainement cette folie des hauteurs née d’Homo sapiens. Se pensant comme l’espèce dominante dans l’arbre de l’évolution, il a vu les autres espèces comme des créatures à abattre ou à soumettre, à l’image de Simius sapiens sur Soror. Sur Terre, Homo sapiens a réussi à évincer toutes les autres espèces Homo, dont la plus récente, Néandertal, que ce soit en accélérant leur disparition par sa capacité supérieure à chasser et à s’adapter à la nature, ne laissant aux autres que trop peu de denrées, ou en s’adonnant tout simplement au génocide de masse, en supprimant toutes les autres espèces Homo (Harari, 2015, p. 17). Sur Soror, un même génocide des espèces serait sur le point de se produire. Alors qu’il lit un journal scientifique simien, Ulysse Mérou s’aperçoit que dans un futur proche Simius sapiens sera lui aussi à l’origine de l’extinction des autres espèces, et notamment celle de l’homme : « J’ai lu une étude prouvant qu’il y a plus d’hommes que de singes. Mais le nombre de ceux-ci va en augmentant, tandis que la population humaine diminue et, déjà, certains savants sont inquiets pour le futur ravitaillement de leurs laboratoires » (Boulle, 2018a, p. 112). C’est ainsi que dans La Planète des singes le lecteur est le témoin d’un grand remplacement des espèces, un Sapiens dévastateur remplaçant un autre Sapiens tout aussi néfaste.

  • 17 Hypothèse remise en cause en 1995 avec la découverte d’un australopithèque, Abel, datant de 3,5 mil (...)

43Mais le message absurde de Pierre Boulle ne s’arrête peut-être pas à ce grand remplacement – ou génocide. En effet, la dé-évolution de l’homme vers un stade antérieur de son évolution le fait revenir à la nature au fur et à mesure qu’il s’éloigne du stade Sapiens. Or, le récit savant des origines a poussé nombre de chercheurs évolutionnistes à réévaluer l’hominisation de Sapiens, notamment à travers le scénario de l’East Side Story17. Selon le paléontologue français Yves Coppens (1983), suite à la formation du Rift en Éthiopie, il y a 10 millions d’années, deux lignées se sont séparées : les grands singes (chimpanzés, bonobos, gorilles) à l’Ouest, ayant pu rester dans la jungle, seraient restés quadrupèdes. À l’Est, en revanche, les ancêtres de l’homme moderne ont dû s’adapter à de nouvelles conditions géologiques et climatiques : devant notamment progresser dans la savane, ils seraient devenus bipèdes. Ainsi, en devant s’adapter à de nouvelles conditions géologiques et climatiques, l’ancêtre de l’homme moderne aurait progressivement quitté la nature, faisant de lui-même un « désadapté » :

L’homme est un quadrupède qui se tient sur ses pattes de derrière, qui a donc au début accepté à la fois une perte d’équilibre considérable et une perte non moins périlleuse de rapidité à la course. En revanche, il libérait pour d’autres tâches ses membres antérieurs [...]. Il acquérait ainsi la possibilité de prendre un objet, de le regarder et de réfléchir sur lui [...] mais un tel ensemble : station debout, vision panoramique, [...] main capable de ramasser, de cueillir, de rassembler, de lancer, démontre les énormes possibilités d’enrichissement que l’homme a pu retirer d’une première désadaptation. (Caillois, 2008 [1965], p. 17-18)

44En perdant ses facultés animales, l’homme a progressivement développé des outils, le langage, et la conscience, devenant non seulement a-nature mais se dégradant d’autant plus, comme le souligne Philippe Breton : « Cette distinction pourrait bien, avant d’être un progrès, être le fruit, d’abord, d’une régression. Ne serait-ce pas du fait de la dégradation, accidentelle ou non, des formidables capacités de traitement de l’information de l’animal que l’un d’entre eux, du coup pré-anthropoïde, serait devenu humain ? » (Breton, 1998, p. 30-31).

45Avec ses hommes archaïques de Soror, Pierre Boulle expose un homme absurdement ré-adapté à la nature. En écoutant les témoignages des ancêtres de Nova, il semble d’ailleurs que ce soient les hommes eux-mêmes qui auraient décidé de revenir vers une animalité primitive :
Les singes nous traitent bien et nous donnent à manger en abondance. Ils changent la paille de notre litière quand elle est trop sale. [...] Je marche à quatre pattes, je fais des cabrioles. Aussi sont-ils très gentils avec moi, je ne suis pas malheureuse. Je n’ai plus ni soucis ni responsabilités. La plupart d’entre nous s’accommodent de ce régime. (Boulle, 2018a, p. 175).

46Le retour de l’homme vers un stade primitif, la soudaine mutation psychique des singes en Simius sapiens, capables de réfléchir et de parler, sont, dans l’échelle de l’évolution traditionnelle, purement impossibles. D’une part, aucune espèce ne peut régresser. D’autre part, les grandes mutations prennent au moins quelques milliers d’années, s’accompagnant entre autres de transformations morphologiques non explicitées par Pierre Boulle. Cependant, d’autres théories évolutionnistes pourraient valider l’hypothèse de Simius sapiens à travers la théorie vraisemblable du « saltationnisme » (rejetée par Darwin). Selon cette pensée évolutionniste, les mutations pourraient se faire soudainement, par « sauts », devenir héréditaires et donner naissance à de nouvelles espèces de « monstres prometteurs » telles que Richard Goldschmidt les avait imaginées.

47À travers diverses thèses évolutionnistes, Pierre Boulle bouscule à plaisir son lecteur. Il le fait non seulement revenir à ce qu’il fut, mais il le fait aussi se confronter à ce qu’il est au moment où il écrit le roman. Mais ces singes de Soror ne sont pas une simple imitation des hommes : loin de se conformer à l’homme et à ses habitus, les singes de Soror montrent combien l’univers n’est qu’un, et combien il est nécessaire qu’il y ait d’autres formes de vie semblables à la nôtre. Pierre Boulle rêvait de rencontrer ces inconnus de l’espace dont l’évolution devait être identique à celle des hommes. Mais ce n’est qu’à travers l’acquisition, par cet autre cosmique, d’une conscience réflexive qu’un jour l’homme, selon Pierre Boulle, pourra enfin voir son semblable venu de l’espace : « ces acquis de la conscience humaine sont d’une importance considérable au point de vue cosmique », cette conscience étant, pour lui, « une phase essentielle de l’évolution ; la plus importante pour l’instant » (Boulle, 2018b, chap. iv, par. 2). Citant Carl Sagan et Frank Drake un peu plus loin, il précise : « Il pourrait y avoir une sorte de loi biologique suivant laquelle plusieurs cheminements mènent à l’intelligence et à une haute technologie : toute planète habitée, disposant de suffisamment de temps, si elle n’est pas détruite, arriverait à un résultat analogue ». Pour Pierre Boulle comme pour Sagan, Drake, Zira, Cornélius, Ulysse Mérou et beaucoup d’autres scientifiques, qu’ils soient réels ou fictifs, l’univers comprend partout les mêmes composantes chimiques, la même mécanique quantique (Boulle, 2018b, chap. vii, par. 2), faisant une réalité de ces espèces intelligentes qui ne font qu’une avec l’univers :

Qu’il y ait, parmi ces frères lointains, des différences de détail, c’est possible, probable même, mais je suis presque convaincu qu’à un certain degré d’évolution, leur structure physique doit être comparable à la nôtre, comme doit l’être leur manière de raisonner et de sentir. (Boulle, 2018b, chap. vii, par. 2).

48Simius sapiens existe bien, quelque part dans l’univers.

Haut de page

Bibliographie

AFP, « Pierolapithecus : ancêtre commun de l’homme et du singe ? », Science actualités [En ligne], 3 décembre 2004, consulté le 2 juin 2019, URL : https://www.cite-sciences.fr/archives/science-actualites/home/webhost.cite-sciences.fr/fr/science-actualites/enquete-as/wl/1248100286260/pierolapithecus-ancetre-commun-de-l-homme-et-du-singe/index.html

Balzeau Antoine, Beaune Sophie A. (de), Notre préhistoire. La grande aventure de la famille humaine, Saint-Étienne : Belin, 2016.

Boulle Pierre, Le Pont de la rivière Kwaï, Paris : René Julliard, 1958.

Boulle Pierre, Aux sources de la rivière Kwaï (1966), dans Pierre Boulle, Romans héroïques, Paris : Omnibus, 2005.

Boulle Pierre, La Planète des singes (1963), Paris : René Julliard, 2018a.

Boulle Pierre, LUnivers ondoyant (1987), Paris : René Julliard, 2018b. [Kindle ebook].

Bozzetto Roger, « Les univers imaginaires de Pierre Boulle », ReS Futurae [En ligne], n6, mis en ligne le 19 décembre 2015, consulté le 4 juin 2019, URL : http://journals.openedition.org/resf/767

Bréan Simon, « De “la planète mystérieuse” à La Planète des singes : une étude des manuscrits de Pierre Boulle », ReS Futurae [En ligne], n6, mis en ligne le 1er décembre 2015, consulté le 20 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/resf/698

Breton Philippe, La Parole manipulée, Paris : La Découverte, 1998.

Caillois Roger, « L’univers de l’animal et celui de l’homme », dans Le Robot, la bête et l’homme. Rencontres internationales de Genève 1965 (1965), édition électronique réalisée par Pierre Palpant, coll. « Les classiques des sciences sociales », [en ligne], 2008, p. 14-39, consulté le 20 mai 2019, URL : http://classiques.uqac.ca/contemporains/RIG/RIG_1965/RIG_1965.html

Coppens Yves, Le Singe, lAfrique et lhomme, Paris : Fayard, 1983.

Darwin Charles, La Descendance de lhomme et la sélection sexuelle, Paris : C. Reinwald & Cie, 1891.

Dumasy Jacques, « Hommage au Docteur Georges Bechamp, Consul de France à Chengdu (1929-1941) », Le Souvenir français [En ligne], décembre 2009, consulté le 10 décembre 2019, URL : http://www.souvenir-francais-asie.com/newsletter/Newsletter_35.pdf

Eldredge Niles, Gould Stephen J., « Punctuated Equilibria : an Alternative to Phyletic Gradualism », in T. J. Schopf (dir.), Models in Paleobiology, San Francisco : Freeman, 1972, p. 82-115.

Gómez-Robles Aida, « Dental Evolutionary Rates and its Implications for the Neanderthal-Modern Human Divergence », Sciences Advances [En ligne], vol. 5, no 5, mis en ligne le 15 mai 2019, consulté le 10 décembre 2019, URL : https://advances.sciencemag.org/content/5/5/eaaw1268

Haeckel Ernst, Anthropogénie, ou histoire de l’évolution humaine, Paris : C. Reinwald & Cie, 1877.

Harari Yuval N., Sapiens. A Brief History of Humankind, Harper Collins, 2015.

Hombert Jean-Marie, Lenclud Gérard, Comment le langage est venu à lhomme, Saint-Armand-Montrond : Fayard, 2014.

Mauméjean Xavier, » Planet of The Men, scénario de Pierre Boulle », ReS Futurae [En ligne], no 6, 2015, mis en ligne le 1er décembre 2015, consulté le 20 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/resf/739

Prat Jean (réal.), « Pierre Boulle : La planète des singes », entretien avec Pierre Desgraupes, Lecture pour tous, Office national de radiodiffusion télévision française, 1re chaîne, 6 février 1963.

Prochiantz Alain, « L’Homme est un animal tragique », Le Point, 1er novembre 2012, consulté le 2 juin 2019, URL : http://www.lepoint.fr/culture/prochiantz-l-homme-est-un-animal-tragique-01-11-2012-1694061_3.php

Quero Yann, « L’influence de l’Asie sur les écrits de science-fiction de Pierre Boulle », ReS Futurae [En ligne], no 6, 2015, mis en ligne le 1er décembre 2015, consulté le 20 mai 2019, URL : http://journals.openedition.org/resf/703

Teilhard de Chardin Pierre, Le Phénomène humain (1956), édition électronique réalisée par Pierre Palpant, coll. « Les classiques des sciences sociales », [en ligne], 2006, URL : http://classiques.uqac.ca/classiques/chardin_teilhard_de/phenomene_humain/phenomene_humain.html

Viallet Pierre (réal.), « Pierre Boulle : Quia absurdum », Le Fond et la forme, Office national de radiodiffusion télévision française, 1re chaîne, 16 avril 1970.

Haut de page

Notes

1 Rappelons qu’Homo sapiens, apparu il y a 200 000 ans, correspond à l’homme moderne que nous sommes. Si, pendant un certain temps, une majorité de scientifiques s’accordait à dire que l’ancêtre commun de Homo sapiens et Homo neanderthalensis était probablement Homo heidelbergensis, de nouvelles recherches relancent le débat et placeraient cet ancêtre commun à une période bien antérieure, à plus de 800 000 ans (Gómez-Robles, 2019).

2 Si les scientifiques chimpanzés évoquent la phylogenèse de l’homme et du singe, ainsi que certains attributs de l’évolution tels que l’utilisation des mains pour fabriquer des outils, ou encore l’impact important de la parole sur l’évolution, l’approche de Pierre Boulle emprunte aussi d’autres voies, notamment celle du « progrès » selon les néo-lamarckiens comme Pierre-Paul Grassé : la dé-évolution des humains résultant du non-usage de la parole et de l’intelligence n’aura d’équivalent que la volonté des singes d’utiliser, au contraire, la parole et leur intelligence pour devenir l’espèce « la plus évoluée ».

3 Toute notion de régression est, par définition, anti-évolutionniste puisque selon Darwin les espèces ne peuvent pas revenir vers un état archaïque.

4 Le croisement qu’opère Pierre Boulle entre fiction et réel serait, selon Roger Bozzetto, une constante dans l’œuvre de l’écrivain. Lorsqu’il commence à écrire dans les années cinquante, il n’hésite pas à publier à la fois un roman réaliste (William Conrad) et des nouvelles de science-fiction (Les Contes de l’absurde). Pour Bozzetto, cette simultanéité des genres montrerait combien Pierre Boulle aurait donné une importance égale aux deux genres lorsqu’il s’agit d’évoquer la condition humaine (Bozzetto, 2015).

5 Aujourd’hui nous savons que le Dernier Ancêtre Commun de l’homme et des chimpanzés (mais aussi des bonobos), ou DAC, a vécu il y a 7 ou 8 millions d’années, les branches issues du DAC s’étant séparées il y a environ 13 millions d’années entre Chimpanzés-Hommes d’une part, et Gorilles d’autre part (AFP, 2019).

6 Cette catégorie, aussi appelée Hominoïdes, comprend l’homme, les bonobos, les chimpanzés, les gorilles, les orangs-outans et les gibbons.

7 Pierre Boulle admirait en effet les écrits de Pierre Teilhard de Chardin. Il parle longuement de ses idées dans son essai L’Univers ondoyant, et le mentionne à plusieurs reprises dans son autobiographie Aux sources de la rivière Kwaï, le qualifiant d’esprit voué « à la poursuite des lois universelles », scientifique original, exilé volontaire « pour n’avoir pas trouvé en France une compréhension suffisamment encourageante parmi les cénacles ou les chapelles que [son] audacieuse intelligence déconcertait » (Boulle, 2005 [1966], p. 1159-1160).

8 Toujours dans le souci de ne proposer au lecteur qu’une simple « puissance évocatrice », et non une vérité scientifique, Pierre Boulle n’évoque jamais de différences morphologiques entre le cerveau des singes et celui des humains. Cependant, Boulle explique l’intelligence simienne à travers deux facteurs importants : le facteur environnemental (favorisant la chasse, et donc le déploiement de stratégies complexes, à l’image des gorilles chasseurs au début du roman) et le facteur social, les singes développant une intelligence « machiavélienne » (Hombert, Lenclud, 2014, p. 302-305).

9 Cette échelle est similaire à la représentation en arbre de Ernst Haeckel (unicellulaires en bas, Homo sapiens tout en haut, sans possibilité de dépasser ce stade évolutif).

10 Le fixisme s’oppose ainsi au transformisme : : souvent comparé à l’idée de Création, il implique qu’il ne peut y avoir de transformation ou de changement par voie de descendance des espèces au cours du temps.

11 Georges Béchamp, compagnon de cellule de Pierre Boulle en Indochine, avait été Consul de France à Chengdu dès 1929 jusqu’à ce qu’il rejoigne le général de Gaulle en 1940. Il sera par la suite déchu de la nationalité française par le régime de Vichy, exclu de la Légion d’honneur, et condamné à des travaux forcés par la Cour martiale de Hanoi. Il mourra en prison le 20 juillet 1944 (Dumasy, 2009).

12 Dans le roman, la mémoire des Homo sapiens se présente sous la forme de témoignages précis donnés par une femme cobaye qui, grâce à des électrodes posées sur son cerveau, parvient à révéler des fragments d’histoires vécues par ses ancêtres. C’est à travers ce passage et l’idée de mémoire « atavique » que Pierre Boulle règle l’énigme majeure du livre en quelques pages, tout en offrant au lecteur une approche plus fantastique, orientée vers des notions moins scientifiques, au travers de ces épisodes de rétrocognition.

13 Il est à noter que bien après l’écriture de La Planète des singes, en 2012, des outils encore plus anciens, provenant du nord-ouest du Kenya et datant de plus de 3,3 millions d’années ont été retrouvés, suggérant qu’Homo n’était pas le premier à fabriquer des outils (Balzeau, Beaune, 2016, p. 52).

14 Cette « révolution cognitive » est apparue avec Sapiens entre -70 000 et -30 000 ans : les chercheurs pensent que c’est une mutation génétique accidentelle qui a pu changer le cerveau de Sapiens, lequel a commencé à inventer un langage construit et à penser abstraitement, créant ainsi des légendes, des mythes, des dieux et des religions (Harari, 2015, p. 24-26).

15 On remarquera d’ailleurs que, dans les versions modernes cinématographiques de La Planète des singes, les scénaristes imaginent que ce sont des mutations génétiques créées par l’homme sur le singe (et non pas accidentelles), ou encore la dissémination de virus aussi créés par l’homme, qui furent à l’origine de la perte de l’humanité et de la domination du singe.

16 Il s’agit de La Planète des hommes, dont le scénario fut rejeté par les producteurs d’Hollywood. Aujourd’hui, cette œuvre est numérisée sur le site de la Bibliothèque nationale de France (Mauméjean, 2015).

17 Hypothèse remise en cause en 1995 avec la découverte d’un australopithèque, Abel, datant de 3,5 millions d’années, à l’ouest de la vallée du Rift. Cette hypothèse sera définitivement abandonnée par Coppens lui-même dès 2001, avec la découverte de Toumaï (7 millions d’années), lui aussi trouvé dans une région du Tchad (Balzeau, Beaune, 2016, p. 29).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1
Crédits © A. Viguier
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/10407/img-1.png
Fichier image/png, 34k
Titre Ill. 2
Crédits © A. Viguier
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/10407/img-2.png
Fichier image/png, 36k
Titre Ill. 3
Légende Arbre généalogique de l’homme selon Ernest Haeckel (1877). Haeckel Ernest, Anthropogénie, ou Histoire de lévolution humaine, Paris : C. Reinwald & Cie, 1877, p. 432.
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/10407/img-3.png
Fichier image/png, 184k
Titre Ill. 4
Légende Arbre phylogénétique de la Terre (à gauche) et échelle des êtres de Soror (à droite)
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/10407/img-4.png
Fichier image/png, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audrey Viguier, « La Planète des singes de Pierre Boulle (1963) : entre théorie(s) évolutionniste(s) et conscience cosmique »ReS Futurae [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le 17 décembre 2021, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/resf/10407 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.10407

Haut de page

Auteur

Audrey Viguier

Docteur en lettres modernes de University of Florida (États-Unis d’Amérique) et Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques, Audrey Viguier est enseignant-chercheur à Eastern Michigan University (États-Unis d’Amérique). Spécialiste d’Olympe de Gouges, elle a publié de nombreux articles sur son combat féministe et sa place unique dans l’histoire de France. Audrey Viguier s’intéresse aussi à d’autres auteurs, anonymes ou célèbres, qui ont su marquer l’histoire de France par leurs œuvres, en commençant par Anatole France, ou encore aux pamphlets et autres écrits politiques de la Révolution française (en français et en occitan). Enfin, depuis 2013, elle ne cesse de promouvoir l’enseignement du français à objectif spécifique, notamment à travers l’organisation de formations professionnelles dispensées par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Île-de-France aux professeurs américains.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search