Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19En direct de FoundationPourquoi les langues non-humaines...

En direct de Foundation

Pourquoi les langues non-humaines sont-elles fondamentalement humaines ?

Why are Alien Languages Inherently Human ?
Bettina Beinhoff
Traduction de Alice Ray
Référence(s) :

Beinhoff, Bettina. « Why are Alien Languages Inherently Human ? », Foundation, vol 44, n° 122, 2015, p. 5-19

Résumés

Depuis quelques années, le phénomène des conlangs a pris de l’ampleur sur la scène publique, notamment grâce aux langues fictionnelles des œuvres de science-fiction et de fantasy. Cependant, toutes les conlangs ne sont pas utilisées dans des récits ou associées à des personnages. De nombreuses raisons sous-tendent la création de conlangs. Quelle que soit la raison conduisant à la création d’une langue, ses sonorités et comment ces dernières sont perçues est une question importante pour de nombreux créateurs de langues. Cet article examine la manière dont les créateurs construisent le système phonétique de leurs conlangs, et en particulier le rôle du symbolisme phonétique dans cette construction. À l’aide d’un questionnaire destiné aux créateurs de langues, l’autrice identifie leurs préoccupations les plus prégnantes. Ainsi, plusieurs critères influencent particulièrement les systèmes phonétiques des conlangs : la facilité de prononciation, l’esthétique et la beauté, le naturalisme et le réalisme ou encore d’autres langues existantes. Tous ces facteurs semblent interconnectés et participent à l’élaboration des sonorités des conlangs.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

conlang, langues, phonétique
Haut de page

Notes de la rédaction

Selon le contexte, les citations tirées d’œuvres audiovisuelles peuvent être extraites du doublage français, du sous-titrage français ou correspondre à une retraduction de la part de l'équipe de la revue.

Texte intégral

  • 1 Une conlang, abréviation de « constructed language », est une langue dont les caractéristiques phon (...)
  • 2 Dans la première édition de la version française, le premier tome de la saga du Trône de fer a été (...)
  • 3 Le titre original de la saga littéraire est A Song of Ice and Fire. La série télévisée porte en réa (...)

1Dans les œuvres de science-fiction et de fantasy, les personnages non-humains ne parlent pas toujours l’une de nos langues humaines, et à moins qu’un système de traduction ne soit mis en place (comme le Babelfish dans Le Guide du voyageur galactique ou le circuit de traduction du TARDIS dans Doctor Who), les langues parlées par les non-humains ont pour but de contribuer à leur caractérisation. Puisque ces langues sont créées de toutes pièces, on les appelle des « langues construites » (ou « conlang1 »), au contraire de la plupart des langues humaines qui se sont formées de manière naturelle. Les conlangs peuvent aller de quelques mots dans un roman (comme les rares exemples de dothraki dans Le Trône de fer2, le premier tome de la saga du même nom en français3) à des langues plus développées et plutôt fonctionnelles comme le klingon dans Star Trek ou encore la version parlée du dothraki dans la série télévisée, Le Trône de fer. Qu’elles soient plus ou moins développées, ces langues tendent vers la plus grande minutie pour révéler certaines qualités chez leurs locuteurs.

2Les hypothèses émises à propos des caractéristiques des personnages grâce à leur conlang se font d’abord par l’entremise des sons de la langue et non par le sens. Elles utilisent ainsi le symbolisme phonétique. Il s’agit des connexions mentales provoquées par les sons (voir Hinton et al., 1994). Cela implique qu’aucune caractérisation de ce type effectuée à travers les conlangs ne peut fonctionner sans une sorte d’accord passé entre l’auteur et le lecteur quant aux qualités assignées à certains sons. Cependant, l’idée que certains sons évoquent certains sentiments est fortement contestée en linguistique, où les réponses évaluatives sont connues pour être causées par la signification socioculturelle ou sémantique plutôt que par des sons spécifiques (voir, par exemple, les études en sociolinguistique variationniste, comme Labov, 2007 [1972] ou l’étude de Coupland et Bishop en 2007 sur les idéologies dans la perception des variétés de l’anglais).

3Dans cet article, nous esquisserons une vue d’ensemble de certaines des préoccupations qui entrent en compte dans la construction des systèmes phonétiques des conlangs, en particulier en ce qui concerne le rôle du symbolisme phonétique. Nous chercherons également à dépasser ce concept afin de comprendre quelles autres décisions et quels autres processus influencent les créateurs de langues lorsqu’ils construisent les systèmes phonétiques de leurs langues. La première partie de l’article se concentrera plus largement sur les langues fictionnelles, mais puisqu’elles ne représentent qu’une petite partie de toutes les langues construites, d’autres conlangs seront prises en considération afin de bénéficier d’une analyse plus exhaustive.

Les langues construites (conlangs)

  • 4 Dans la version originale de son roman 1984 (Londres, Seeker & Warburg, 1949), George Orwell forge (...)

4Ria Cheyne définit une langue artificielle comme une « construction délibérée conçue à un moment spécifique dans un but spécifique » (2008, p. 386). Selon cette définition, techniquement toute langue qui a été (re)construite est une conlang. On pourrait alors inclure des conlangs historiquement pertinentes comme la langue universelle de Raymond Llull, qui était censée être compréhensible par tout le monde, peu importe la langue maternelle ; les tentatives de Gottfried Leibniz pour créer une langue philosophique et parfaitement logique ou encore le solrésol de François Sudre, une langue fondée sur l’échelle musicale. Cela peut également inclure les langues auxiliaires comme l’esperanto, qui a été créé pour fonctionner comme une langue internationale à priori neutre et faciliter la communication interculturelle ; les langues fictionnelles comme le néoparler4 de George Orwell, le klingon de Marc Okrand ou le dothraki de David J. Peterson, qui sont utilisées dans le but de renforcer une intrigue et comme élément de caractérisation des personnages. D’autres conlangs sont conçues pour tester de nouvelles idées (par exemple, le celestial, une langue philosophique ou le moten, une langue qui tente de faire « plus avec moins » en ce qui concerne les éléments linguistiques), tandis que certaines conlangs sont créées simplement par plaisir. Elles sont alors conçues pour jouer avec la langue ou pour fusionner des caractéristiques intéressantes provenant d’autres langues à l’intérieur d’une toute nouvelle.

5De par la grande diversité des conlangs et les nombreuses raisons qui sous-tendent leur création, il est très difficile (et cela dépasse certainement le cadre de cet article) de présenter une typologie cohérente des conlangs qui prendrait en compte chacune d’entre elles. Nous nous concentrerons plutôt sur le processus de construction des conlangs et, plus spécifiquement, sur leur système phonétique et sur certains des processus de décision impliqués.

6Inventer le système phonétique d’une langue n’est pas la seule étape de création d’une conlang. Aucune conlang ne pourrait fonctionner, même de manière marginale, sans une grammaire, sans des règles régissant le système de relations des significations et sans des règles pragmatiques qui déterminent des éléments tels que la politesse ou le langage corporel. Cependant, notamment en ce qui concerne les langues fictionnelles, les sons sont le premier élément d’une conlang auquel on peut être confronté (que ce soient des sons parlés dans des films ou des enregistrements, ou écrits dans des romans et des histoires, sans prendre en compte les scripts non-humains). Ses sonorités constituent pour nous la seule manière d’accéder aux autres éléments d’une conlang (comme sa grammaire).

La stylistique des conlangs

7En science-fiction et en fantasy, les conlangs sont souvent utilisées comme procédés stylistiques. Elles ont ainsi tendance à être utilisées comme des éléments de sociétés futures (comme le néoparler dans 1984 [1949, 1950] d’Orwell ou le nadsat dans L’Orange mécanique d’Anthony Burgess [1962, 1972]), et plus spécifiquement pour caractériser des personnages extraterrestres et non-humains en général. Certains récits placent même les conlangs au cœur de leur intrigue, comme Les Langages de Pao ([1958], 1965) de Jack Vance ou « Langage universel » ([1957], 1973) de H. Beam Piper. Les conlangs sont « avant tout des véhicules pour communiquer des informations sur les êtres qui parlent ces langues » (Cheyne, 2008, p. 396). Le klingon, par exemple, a été créé pour paraître particulièrement étrange, faisant ainsi partie intégrante de la caractérisation des extraterrestres (Okrent, 2010), alors que J.R.R. Tolkien s’est attaché à rendre les langues elfes esthétiquement plaisantes, ce qui correspondait à la caractérisation des Elfes comme des personnages particulièrement positifs (Weiner et Marshall, 2011). En fait, les langues de Tolkien étaient spécifiquement fondées sur ce qu’il considérait personnellement comme étant esthétique et sur les langues dont il avait l’habitude. Il est ainsi peu surprenant qu’on puisse retrouver leurs sons dans les principales langues européennes. La sélection phonétique de Tolkien, surtout en ce qui concerne les langues elfes, reflète également ses préoccupations en ce qui concerne leur culture fictionnelle, dans laquelle, par exemple, la fonction sociale du quenya (le haut-elfique) à l’intérieur de la culture elfe peut être comparée à celle du latin qui, dans une certaine mesure, se reflète également dans la structure morphologique du quenya (voir Weiner et Marshall, 2011, p. 77f).

8Cependant, toutes les conlangs ne sont pas utilisées dans des récits ou associées à des personnages. De nombreuses raisons sous-tendent la création de conlangs. Quelle que soit la raison derrière la création d’une langue, ses sonorités et la manière dont ces dernières sont perçues constituent une question importante pour de nombreux créateurs de langues. Afin de mieux comprendre pourquoi certains sons ou certaines structures phonétiques peuvent engendrer des réactions spécifiques, nous devons prendre en considération le concept de symbolisme phonétique.

Le symbolisme phonétique

9Le symbolisme phonétique est l’association de sons conversationnels spécifiques avec des significations spécifiques ou la « relation systématique hypothétique entre le son et le sens » (Ohala, 1997, p. 1). Le symbolisme phonétique propose une hypothèse pour expliquer le fait que certains mots semblent être, par exemple, « beaux » ou « laids » pour beaucoup de locuteurs, uniquement en se référant aux sons des mots et sans prendre en compte leur véritable signification sémantique.

10Dans la fiction, le symbolisme phonétique est un élément important pour les noms des personnages, mais il joue également un rôle dans les conlangs, comme nous le démontrerons plus tard. Dans son étude sur les pratiques des auteurs en ce qui concerne le choix des noms de personnages, Hilke Elsen a découvert que les auteurs de fantasy et de science-fiction sélectionnaient souvent des noms qui leur « semblaient bien » pour révéler les caractéristiques principales du personnage en question. Au cours d’une expérience, elle a découvert que la grande majorité des participants considérait que le nom le plus pertinent pour un énorme monstre malveillant et laid serait Rrul’ghargop plutôt que Ceena, Gregi ou Schti. De la même manière, presque tous les participants ont déclaré qu’un héros grand, puissant et beau devrait être nommé Atlan et pas Ivsera, Gucky ou Gwrgi (Elsen, 2008, p. 97). L’étude d’Elsen a été réalisée en allemand avec des participants germanophones. Au cours de nos conférences et présentations, nous avons, à maintes reprises, réalisé la même expérience (bien qu’avec une approche moins formelle) avec des participants anglophones et nous avons collecté le même type de réponses, ce qui indique que ces résultats ne s’appliqueraient pas uniquement au contexte germanophone, mais peut-être également, du moins jusqu’à un certain point, au contexte anglophone.

11Alors que le symbolisme phonétique semble être une notion résolument acceptée parmi les auteurs de fiction et chez beaucoup de leurs lecteurs, ce concept occupe une position instable dans le champ de la linguistique. Il existe certainement plusieurs raisons à cet état de fait : la plus importante réside dans le manque de preuves tangibles soutenant ce genre de relations de sens, ce qui décourage beaucoup de linguistes (notamment ceux qui travaillent dans des spécialités plus théoriques) à étudier plus avant cette question. De plus, les observations sur le symbolisme phonétique accompagnent souvent l’hypothèse que ces connexions sont universellement applicables à toutes les langues humaines – une affirmation qui est toujours problématique ne serait-ce qu’au regard du nombre et de la diversité des langues dans le monde (Diffloth, 1994, p. 107). Il existe depuis longtemps de très nombreuses preuves en sociolinguistique qui démontrent que les comportements et les perceptions de sons et de systèmes phonétiques spécifiques sont surtout socialement conditionnés et sont donc voués à différer selon les cultures (voir, par exemple, les recherches sur la perception sociale, et les comportements subséquents, des accents anglophones et des langues régionales par Coupland et Bishop, 2007 ; Garrett et al., 2003 ; Giles, 1970, Hiraga, 2005 et Lippi-Green, 1997).

12Néanmoins, un certain nombre d’études ont été menées sur des exemples possibles de symbolisme phonétique à travers différentes langues. Elles ont révélé des traces de modèles généraux qui pourraient expliquer pourquoi certains sons semblent porteurs de significations spécifiques. L’étude la plus convaincante analyse un nombre de mots dans plusieurs langues et démontre que, par exemple, pour les mots « grand » et « petit », certaines voyelles spécifiques sont privilégiées. Le tableau ci-dessous donne un exemple général fondé sur plusieurs langues européennes.

Langue

« petit »

« grand »

Anglais

teeny, wee, itsy-bitsy

humongous

Allemand

klein

groß

Espagnol

chico

gordo

Français

petit

grand

Grec

/mikros/

/makros/

Tableau 1. Les mots pour « grand » et « petit » dans plusieurs langues européennes (d’après Ohala, 1997)

13Les exemples du Tableau 1 montrent une préférence pour les voyelles /i/ et /e/ (voyelles qui sont produites avec la langue dans une position haute et antérieure) pour des mots signifiant « petit ». Au contraire, pour « grand », beaucoup de mots contiennent des voyelles comme /o/ et /a/ (qui sont produites avec une position de langue basse et postérieure). Ce modèle général se trouve être statistiquement significatif pour un grand nombre de langues à travers le monde, bien qu’il y ait beaucoup d’exceptions, comme les voyelles des mots « grand » et « petit » le démontrent : des voyelles antérieures apparaissent dans « grand » et des voyelles postérieures apparaissent dans « petit ». John Ohala s’est intéressé à plusieurs études ayant découvert que les voyelles antérieures comme /i/, /e/ et /y/, des consonnes sourdes comme /s/, /p/ et /f/, et aiguës (surtout dans les langues tonales comme le cantonais ou le yoruba) sont prédominantes dans l’expression du concept de « petit ». Le concept « grand » ou « gros » est exprimé de manière prédominante par des voyelles postérieures comme /a/ et /o/, des consonnes sonores comme /z/, /b/ et /v/ et des tons graves (Ohala, 1997, p. 2). Il semble exister une relation directe entre les fréquences acoustiques et la taille de l’entité dénotée ; dans une certaine mesure, on pourrait même observer une certaine relation sur les plans physiologique ou biologique. Par exemple, quand on produit les sons /i/ et /e/, l’espace dans nos bouches est limité par notre langue et la position relativement haute de notre mâchoire inférieure. Au contraire, quand on produit les sons /a/ et /o/, notre langue et notre mâchoire inférieure se retrouvent dans une position qui libère un plus grand espace à l’intérieur de notre bouche (émettre ces sons les uns après les autres donne un bon aperçu sur les changements d’espace qui s’opèrent dans notre bouche). De cette manière, on pourrait même être tenté de déclarer que les relations de taille peuvent être véritablement ressenties lorsque nous produisons ces sons.

Les questions de l’étude

14Étant donné nos observations sur les conlangs, leur rôle notamment dans la fiction, et le rôle du symbolisme phonétique dans la perception des relations sonores, les questions suivantes émergent :

151) Quel rôle le symbolisme phonétique joue-t-il dans la création d’une langue ?

16Dans le cadre de cette question, nous nous intéresserons tout particulièrement à comprendre dans quelle mesure les créateurs de langues sont conscients des mécanismes du symbolisme phonétique, s’ils utilisent des sons spécifiques pour des significations spécifiques et, notamment pour les langues qui se rattachent à un personnage en particulier, si et de quelle manière le symbolisme phonétique est utilisé dans la conlang pour sa caractérisation.

172) Quels autres facteurs les créateurs de langues prennent-ils en considération quand ils construisent le système phonétique de leurs conlangs ?

18La question cible tous les facteurs en dehors du symbolisme phonétique qui font partie du processus de création du système phonétique des conlangs. Comme évoqué précédemment, beaucoup de conlangs ne sont pas créées en tant qu’éléments fictionnels et ne sont donc certainement pas autant concernées par les questions de caractérisation spécifique et d’expressivité associée à ces dernières que les conlangs de fiction. En même temps, le symbolisme phonétique n’est peut-être pas aussi important (ou évident) aux yeux des créateurs de langues que cela semble être le cas chez les auteurs de fiction dans l’étude d’Elsen, puisqu’ils sont concernés par la langue à un niveau différent.

Créer des conlangs : les principales préoccupations

19Afin de comprendre le rôle que joue le système phonétique d’une conlang dans le processus de sa création, il est nécessaire d’observer les processus décisionnels impliqués. L’histoire des conlangs les mieux connues donne une bonne idée des préoccupations individuelles. Par exemple, afin de donner au klingon une phonétique particulièrement extraterrestre, son créateur a utilisé des phonèmes et des règles phonologiques qui sont rares dans les systèmes langagiers humains et qui n’ont de co-occurrence dans aucune des langues naturelles (Okrand et al., 2011). Néanmoins, ces témoignages épars ne donnent qu’un aperçu puisqu’ils sont, par défaut, limités à quelques conlangs célèbres et populaires et qu’ils ne sont donc pas représentatifs d’un plus grand nombre de conlangs ni même de conlangs fictionnelles.

20Pour donner un premier aperçu des processus décisionnels impliqués dans la création de langues, notamment en ce qui concerne la création des systèmes phonétiques des conlangs, un questionnaire en ligne (voir l’appendice) a été diffusé à la communauté de conlangers via une liste de diffusion réputée. Les créateurs de langues ont été d’une grande aide et d’une incroyable réactivité ; en plus de répondre au questionnaire, ils nous ont proposé des commentaires particulièrement utiles pour notre étude. Le questionnaire a reçu 55 réponses uniques avec 105 conlangs présentes (une moyenne de 1,91 conlang par réponse, allant de 1 conlang par personne jusqu’à un maximum de 3 par personne, bien que 19 créateurs aient déclaré avoir créé bien plus de 5 conlangs). Environ la moitié de ces conlangs étaient des langues en relation avec un personnage fictif ou une culture construite.

21Dans le questionnaire, la question principale qui nous intéressait dans la perspective de notre étude était : « Quelles étaient vos principales préoccupations quand vous avez créé le système phonétique de vos/votre conlang(s) ? (Par exemple, facilité ou difficulté de prononciation, utilisation de modèles spécifiques) ». Les réponses peuvent être résumées autour de six thèmes : facilité de prononciation, esthétique/beauté, réalisme/naturalisme, prise en compte des théories linguistiques, influence d’autres langues et de leurs sonorités, symbolisme phonétique. Les sections qui suivent rendent compte plus en détail des préoccupations pour chaque thème ; les réponses du questionnaire sont mises entre guillemets et les noms des conlangs concernées par les réponses sont indiqués entre parenthèses lorsque cela est pertinent.

Facilité de prononciation

22La facilité de prononciation a été la préoccupation la plus fréquemment mentionnée, ce qui peut, bien entendu, s’expliquer par la formulation de la question en elle-même. Néanmoins, elle est considérée par les créateurs de différentes manières. Pour certains, la facilité de prononciation générale de leur conlang était une problématique importante, alors que d’autres se préoccupaient surtout de la facilité avec laquelle ils pourraient eux-mêmes prononcer la conlang. Ces deux manières de considérer la facilité de prononciation sont différentes, mais on peut émettre l’hypothèse qu’elles se recoupent dans certains cas. Par exemple, une réponse type était « J’aime les prononciations faciles parce que je veux parler ma langue » (eseh, neur, mais aussi ikuranish) ce qui indique clairement que la facilité de prononciation fait référence à la capacité de prononciation du créateur lui-même. Au contraire, une autre langue a été créée avec « l’intention d’avoir une phonologie “universellement prononçable” avec des distinctions minimales » (conlangA) et aurait donc pour objectif d’être facilement prononçable non seulement pour son créateur, mais également pour une communauté plus large. En effet, l’une des conlangs « était foncièrement attachée à la facilité de prononciation à une échelle mondiale » (briefscript project).

23La grande majorité des réponses notait la facilité de prononciation comme étant une des préoccupations lors de la création sans pour autant donner plus de détails, de sorte que ces conlangs peuvent relever de l’une ou l’autre des catégories ci-dessus (par exemple iaksyon, aninterite, konya, elomi, qakwan, senjecas, athonite, dawar). Un autre cas intéressant est celui d’une langue qui a été créée pour un dragon, avec un système phonétique qui serait prononçable par des êtres humains (torashi). La facilité de prononciation pouvait être aussi destinée à un groupe spécifique de personnes. Dans un cas, le but était d’avoir une langue qui est difficile à prononcer pour des locuteurs anglophones natifs (conlangB), alors que les conlangs conçues pour le cinéma, la télévision ou les jeux doivent prendre en considération non seulement le fait que « des acteurs devront prononcer la langue », mais également les limites de ces derniers dans l’apprentissage de nouveaux sons (dothraki, castithan).

Esthétique/beauté

24Près de la moitié des répondants ont mentionné l’esthétique et la beauté de la langue comme étant un élément important de leurs conlangs. Certaines de ces réponses, très générales, déclarent que l’esthétique a fait partie du processus de création sans définir plus précisément ce que cela signifie dans le contexte de leur conlang en particulier (il faut noter que cela n’était pas spécifiquement demandé). Deux répondants ont plus spécifiquement mentionné Tolkien comme étant leur source d’inspiration au regard de l’esthétique des conlangs, tandis que la plupart des répondants ont mentionné clairement leur propre perception et leurs propres préférences comme influences principales de l’esthétique de leur conlang – par exemple, quand ils déclarent « choisir des sons que j’aimais » ou « ce qui me paraissait sympa ». Certaines réponses mentionnaient de manière explicite une « esthétique personnelle » (par exemple, géarthnuns, kenrish). D’autres se référaient à quelque chose de plus général, préférant que la conlang soit « plaisante à entendre ». Ce dernier commentaire doit être considéré par rapport au créateur de la conlang, mais étant donné sa formulation plus générale, il pourrait être étendu au-delà du goût individuel.

Réalisme/naturalisme

25Le réalisme ou le naturalisme étaient des sujets majeurs pour neuf répondants, que leur conlang soit ou non reliée à un personnage fictionnel ou à une conculture (dont hewrit, castithan, táálen, egeldish et arandui). Les préoccupations principales listées dans les réponses indiquaient que la conlang ne devrait pas être « surprenante à entendre dans la nature » ou en langue naturelle, être plausible, avoir un « ensemble réaliste » de sons dans sa phonologie et refléter certaines caractéristiques régionales. L’un des thèmes qui revenaient le plus dans ces réponses était la préoccupation pour les « développements naturels » que ces conlangs devraient respecter, à partir de protolangues ou de langues naturelles spécifiques. Il s’agit d’une référence aux développements historiques des langues naturelles, comme l’évolution d’un grand nombre de langues européennes à partir du proto-indo-européen (une langue qui est encore aujourd’hui hypothétique puisqu’aucune trace écrite n’a survécu), et qui a produit (entre autres) les langues germaniques, à partir desquelles sont nées les langues germaniques occidentales, pour devenir l’allemand et l’anglais que l’on connaît aujourd’hui (Campbell, 1998, p. 168). Ces évolutions peuvent être retracées à travers des changements phonétiques spécifiques (qu’ils soient hypothétiques ou non) qui sont souvent imités dans les conlangs dans le but de gagner en réalisme, mais également par intérêt académique.

Les théoriques linguistiques

26Cet intérêt académique s’étend à d’autres domaines de la linguistique, et plus particulièrement à certaines évolutions et approches linguistiques. Par exemple, certains répondants se sont intéressés particulièrement à certaines théories spécifiques en linguistique lors de la création de leurs langues. Deux conlangs ont été créées dans une approche « minimaliste » (tatari faran) et dans l’idée de « faire plus avec moins » (moten) en ce qui concerne leur système phonétique. Cela signifie que leurs créateurs ont tenté de développer ces langues en utilisant très peu de sons, de règles ou, plus généralement, un inventaire d’éléments et de processus linguistiques plus minimaliste.

27D’autres conlangs ont été créées en prêtant une attention toute particulière aux règles d’harmonie vocalique (en se référant à des processus spécifiques d’assimilation dans la phonologie d’une langue) et aux aspects d’équilibre dans les inventaires et contrastes phonologiques. D’autres créateurs de langues ont utilisé leurs inventions langagières comme une manière d’appliquer des règles et des structures spécifiques. Par exemple, l’ikuranish a été créé avec une phonologie relativement limitée ; en kiitra les mots sont formés par agglutination (une suite de morphèmes tels que les suffixes et préfixes) ; le jeila est une langue dotée d’une structure isolante (utilisant très peu de morphèmes, mais plutôt des mots uniques comme unités grammaticales) et le senjecas se fonde sur les sons décrits pour la langue (proto-)indo-germanique.

L’influence d’autres langues et de leurs sonorités

28Environ un tiers des répondants ont été influencés par d’autres langues (notamment des langues naturelles) et leur système phonétique. Ces influences viennent d’une grande variété de langues, dont les langues austronésiennes, indonésiennes, amérindiennes, sémitiques, le grec ancien et moderne, les langues gotiques et proto-germaniques, le vieil islandais, le vieil anglais, l’indo-européen, le sanskrit et l’espéranto. Il convient de noter le grand intérêt porté aux langues européennes historiquement attestées, mais aujourd’hui éteintes, soulignant ainsi la volonté de créer des conlangs dont les sonorités paraissent plus réalistes et naturelles. En même temps, beaucoup de créateurs de langues s’inspirent de langues explicitement non européennes, ce qui, dans bien des cas, est lié au désir de créer des langues dont les sonorités diffèrent des langues européennes bien connues. D’autres influences incluent des exemples d’onomatopées (cela a été attesté dans au moins deux conlangs), un fait étroitement connecté au concept de symbolisme phonétique.

29Le symbolisme phonétique, ou plutôt les relations entre sons et sens, était mentionné explicitement dans l’une des questions du questionnaire. Les réponses suggéraient clairement que le symbolisme phonétique est un facteur dans le processus de création de langue, bien qu’il n’apparaisse pas dans toutes les conlangs de la même manière. Le symbolisme phonétique n’est pas employé de manière régulière, car il rentrerait alors en conflit avec d’autres facteurs, tels que le réalisme/naturalisme. Ainsi, le symbolisme phonétique dans les conlangs montre des similarités avec les langues naturelles, où de nombreuses exceptions peuvent être relevées.

Le symbolisme phonétique dans les conlangs.

30Un grand nombre de créateurs de langues ont bien conscience du concept de symbolisme phonétique et certains d’entre eux l’utilisent explicitement dans leurs langues. Dans certains cas, la connexion entre le son et le sens suit des modèles philosophiques particulièrement sophistiqués (notamment le celestial), tandis que beaucoup d’autres conlangs disposent de sons spécifiques reliés à des significations spécifiques, ce qui n’existe pas nécessairement dans les langues naturelles à grande échelle (« les occlusives éjectives vélaires sont associées à des éléments dangereux » en jorayn ou « des mots désignant des choses dégoûtantes ou désagréables finissent en /-p/’ » en kash). En général, les concepts ou significations suivantes ont tendance à être connectés à des sons ou des modèles phonétiques spécifiques :

  • Positif-négatif ; bien-mal ou encore agréable-désagréable

  • Grand-petit

  • Le genre (généralement homme, femme, neutre)

  • Le mouvement (par exemple, vers l’intérieur ou vers l’extérieur)

  • Luminosité/clarté

  • La forme (par exemple, longueur, circularité)

31Alors que des modèles spécifiques de symbolisme phonétique (notamment la relation des sons comme /i/ et /e/ pour le concept de « petit » et des sons comme /o/ et /a/ pour le concept de « grand ») sont bien attestés dans les langues naturelles, cela n’est pas nécessairement le cas pour les conlangs. Après tout, les créateurs peuvent vouloir créer une langue non-humaine qui diffère considérablement des modèles des langues naturelles, ou vouloir intentionnellement éviter les structures habituelles du symbolisme phonétique pour d’autres raisons. Certaines structures phonétiques spécifiques peuvent ainsi se retrouver assignées à des significations auxquelles elles ne seraient pas normalement associées dans les langues naturelles. Par exemple, l’exemple ci-dessus peut être inversé : /i/ et /e/ seraient utilisés pour le concept de « grand ». Afin de mieux comprendre le phénomène, nous avons demandé à certains des créateurs de langues qui ont pris part à l’enquête de traduire certains mots précis dans leurs conlangs. Donner une analyse de toutes les traductions serait impossible dans le cadre de cet article, mais les exemples ci-dessous des mots pour les concepts de « petit » et « grand » donnent déjà une idée générale de l’utilisation de sons spécifiques. Ces exemples de conlangs ont été aimablement donnés par les créateurs de ces langues (à l’exception des exemples klingons qui ont été extraits du Klingon-English Dictionary [1992]).

Langue

« petit »

« grand »

Dothraki

naqis

zhokwa

Itlani

kilikit

gidanit

Moten

pleg

tuna

Egeldish

/sɪnɛ/

/gon/

Celestial

bexogio (relation de petite taille)

gexogio (relation de grande taille)

Klingon

mach

tln

Tableau 2. Les mots pour « petit » et « grand » dans six conlangs

32Les exemples du Tableau 2 indiquent que certaines conlangs utilisent clairement le symbolisme phonétique sous sa définition habituelle. Il y a une préférence nette pour les voyelles /i/, /ɪ/ et /e/ (des voyelles relativement antérieures) dans les mots pour désigner « petit » et pour les voyelles /a/, /ɔ/ et /o/ (voyelles plus postérieures) dans les langues dothraki, itlani, moten et egeldish. Il est à noter, cependant, que d’autres voyelles sont également utilisées, comme en itlani, où le terme « gidanit » pour « grand » ajoute deux sons /i/ à côté de la seule voyelle postérieure /a/, contournant ainsi la structure de base. De la même manière, le mot dothraki pour « petit » contient aussi une voyelle postérieure près d’une voyelle antérieure. Il est particulièrement intéressant de constater que les conlangs celestial et klingon ne suivent pas du tout la structure habituelle. En ce qui concerne le klingon, cela fait probablement partie d’une tentative délibérée de construire une langue qui n’a que peu de traits « typiques » de la langue naturelle puisqu’on retrouve en effet en klingon l’exact opposé de la structure attendue pour les mots « grand » et « petit » en langues naturelles. En klingon, le mot pour « petit » contient une voyelle postérieure, alors que le mot pour « grand » contient une voyelle antérieure. Le celestial, cependant, a un statut quelque peu différent puisque la langue a été conçue pour être une langue philosophique où les sons et les structures portent des significations très spécifiques et où la combinaison de ces sons crée de nouvelles relations de sens plus complexes. Dans ce contexte, le celestial utilise et combine des sons pour créer du sens d’une manière différente et sur un plan différent du symbolisme phonétique dans les langues naturelles. Dans l’exemple ci-dessus, la consonne initiale sépare « petit » et « grand » à l’intérieur des relations de taille (spécifiée par les deux syllabes suivantes).

Conclusion

33Cet article s’est intéressé à la relation entre les sons et le sens dans les conlangs à travers un questionnaire distribué à une communauté de créateurs de langues. Même si cette enquête s’est tout particulièrement penchée sur les langues fictionnelles, d’autres conlangs non fictionnelles et qui ne sont pas liées à des personnages particuliers ont également été incluses afin de donner un socle plus détaillé à l’analyse.

34En ce qui concerne les questions de recherche, il est apparu clairement que le symbolisme phonétique joue bien un rôle dans de nombreuses conlangs, dans lesquelles les créateurs de langues font ouvertement des relations entre le sens et le son. Cependant, la manière dont cette relation est encodée peut grandement varier selon les conlangs. Les créateurs de langues ont listé beaucoup de concepts qui sont exprimés par le symbolisme phonétique, certains étant également discutés dans le cadre des langues naturelles, comme les relations de taille, et qui sont liés au symbolisme phonétique, comme le genre (Ohala, 1994 et 1997). D’autres concepts sont moins évidents dans les langues naturelles, mais se retrouvent dans les conlangs, comme le positif-négatif (également décrit comme bien-mal ou agréable-désagréable), le mouvement, la luminosité/clarté et la forme. De la même manière, la façon dont ces relations de sens sont exprimées peut différer considérablement d’une conlang à l’autre, et peut aussi être différente des langues naturelles, comme, par exemple le klingon qui utilise délibérément des traits inhabituels (Okrand et al., 2011) et le celestial, qui se préoccupe des relations entre sens et sons à un niveau abstrait. Ces résultats s’appliquent non seulement aux conlangs fictionnelles qui ont par ailleurs une fonction de caractérisation spécifique de personnages, mais s’étendent également aux conlangs non-fictionnelles. En même temps, toutes les conlangs n’utilisent pas spécifiquement le symbolisme phonétique et beaucoup de créateurs de langues s’intéressent à d’autres facteurs.

35L’enquête a révélé qu’un grand nombre d’autres facteurs préoccupait les créateurs de langues lors de leur processus de création, notamment en ce qui concerne les systèmes phonétiques. Ces facteurs incluent la facilité de prononciation, l’esthétique/la beauté, le naturalisme/réalisme, les théories linguistiques et l’influence d’autres langues. Tous ces facteurs se sont révélés importants à la fois pour les conlangs fictionnelles et non-fictionnelles, à l’exception des théories linguistiques qui, sans surprise, ne sont pas très pertinentes dans le cadre des conlangs fictionnelles. Ces facteurs semblent être interconnectés. Ainsi, par exemple, le projet de doter une conlang d’un système phonétique réaliste influence la mesure dans laquelle le symbolisme phonétique va être utilisé. Cela signifie également que pour les créateurs de langues, le symbolisme phonétique est un facteur parmi d’autres, ce qui les distingue clairement des auteurs de fiction dans l’étude d’Elsen, qui ne s’intéressaient qu’à la manière de nommer des personnages en fonction des qualités spécifiques qu’ils voulaient voir refléter dans leurs noms, plutôt qu’à la création d’une langue entière destinée à ces mêmes personnages.

36Il est important de noter que cet article ne s’est intéressé qu’aux systèmes phonétiques des conlangs. Cependant, toutes les conlangs ne sont pas orales. Étant donné que le but principal était d’étudier des aspects de la langue qui n’apparaissaient que dans le discours, c’était une restriction essentielle. L’enquête a été faite en anglais, ce qui signifie qu’elle n’inclut que des créateurs de langues capables de parler anglais. Cela fait émerger un biais en faveur des créateurs de langues venant d’un milieu plus anglocentrique. Il serait utile de conduire des enquêtes similaires dans d’autres contextes culturels afin de comparer les résultats et d’analyser à quel point ils peuvent être généralisés.

37Enfin, j’espère à présent que la réponse à la question « Pourquoi les langues non-humaines sont-elles fondamentalement humaines ? » sera relativement évidente (et nous devrions préciser que « langues non-humaines » désigne ici les conlangs conçues pour des personnages non-humains fictionnels). Après tout, le symbolisme phonétique (qui est le sujet principal de cet article), mais également d’autres facteurs comme l’esthétique ou la facilité de prononciation, peut seulement être considéré d’un point de vue humain. Même dans les cas où une langue est conçue pour être extraterrestre, et donc non-humaine (comme le klingon), elle ne peut l’être que selon des critères humains. Cela signifie utiliser des sons humains (sinon elle serait difficile à reconnaître en tant que langue) de manière inhabituelle, où l’inhabituel réfère de nouveau à nos attentes et à nos connaissances sur les langues (humaines). En dehors du fait que l’on suit ou non les règles des langues humaines, nous sommes toujours voués à les utiliser comme point de référence, car nous sommes modelés par nos connaissances des autres langues, nos perceptions sociales d’unités phonétiques spécifiques dans le discours et, dans une certaine mesure, par des facteurs biologiques. Les conlangs de fiction sont créées par des êtres humains pour d’autres êtres humains qui doivent être capables de comprendre les conlangs jusqu’à un certain degré afin que ces dernières puissent remplir leur objectif.

Haut de page

Bibliographie

Campbell Lyle, Historical Linguistics : An Introduction, Edinburgh : Edinburgh University Press, 1998.

Cheyne Ria, « Created Languages in Science Fiction », Science Fiction Studies, vol. 25, nᵒ 3, 2008, p. 386‑403.

Coupland Nikolas et Hywel Bishop, « Ideologised Values for British Accents », Journal of Sociolinguistics, vol. 11, nᵒ 1, 2007, p. 74‑93.

Elsen Hilke, Phantastische Namen, Tuebingen : Gunter Narr Verlag, 2008.

Garrett Peter et al., Investigating Language Attitudes Social Meanings of Dialect, Ethnicity and Performance, Cardiff : University of Wales Press, 2003.

Giles Howard, « Evaluative Reactions to Accents », Educational Review, vol. 22, 1970, p. 211‑227.

Hinton Leanne et al., « Introduction : sound-symbolic processes », In Sound Symbolism, Leanne Hinton, éd., Cambridge : Cambridge University Press, 1994, p. 1‑14.

Hiraga Yuko, « British Attitudes towards Six Varieties of English in the USA and Britain », World Englishes, vol. 24, nᵒ 3, 2005, p. 289‑308.

Labov William, Sociolinguistique, Paris : Editions de Minuit, 2007.

Lippi-Green Rosina, English with an Accent : Language Ideology and Discrimination in the United States, Londres : Routledge, 1997.

Ohala John, « Sound Symbolism », Proceedings of the 4th Seoul International Conference on Linguistics (SICOL) [en ligne], p. 325‑347, 1997, [consulté le 07 juin 2022],. URL : <http://www.linguistics.berkeley.edu/~ohala/papers/SEOUL4-symbolism.pdf>.

Ohala John, « The Biological Bases of Sound Symbolism », In Sound Symbolism, Leanne Hinton (éd.), Cambrdige : Cambridge University Press, 1994, p. 325‑347.

Okrand Marc, « “Wild and Whirling Words” : The Invention and Use of Klingon », In From Elvish to Klingon : Exploring Invented Languages, Michael Adams (éd.), Oxford : Oxford University Press, 2011, p. 111‑134.

Okrent Arika, In the Land of Invented Languages : A Celebration of Linguistic Creativity, Madness, and Genius, New York : Random House, 2010.

Weiner E. S. C. et Jeremy Marshall, « Tolkien’s Invented Languages », In From Elvish to Klingon : Exploring Invented Languages, Michael Adams (éd.), Oxford : Oxford University Press, 2011, p. 111‑134.

Haut de page

Annexe

Questionnaire sur le(s) son(s) des langues construites (conlangs)

Cher Conlanger,

Un grand merci d’avoir pris le temps de visiter ce site internet. Je vous invite à remplir le questionnaire suivant dont les questions concernent le système phonétique de vos langues construites (conlang). Je suis tout particulièrement intéressée par la manière dont vous avez décidé de sélectionner ou non certains sons ou structures sonores pour la phonologie de votre conlang, et vous constaterez qu’un grand nombre de questions se rapportent aux domaines de la stylistique et de la sociolinguistique.

Toutes les conlangs sont concernées par cette étude tant qu’elles possèdent une phonologie. Si vous ne pouvez pas répondre à une question en particulier, vous pouvez simplement le signaler et passer à la suivante.

Questions générales

Combien de conlangs avez-vous créées jusqu’à maintenant (peu importe leur étendue) ?

Veuillez sélectionner jusqu’à trois de vos conlangs pour les inclure dans ce questionnaire. La suite des questions ne devra alors concerner que les trois conlangs que vous indiquerez ici.

Nom de la conlang 1 :

Nom de la conlang 2 :

Nom de la conlang 3 :

J’accepte que le(s) nom(s) de ma ou de mes conlang(s) soient utilisé(s) dans le cadre des résultats de cette étude au sein de publications et de conférences académiques.

Oui/Non

Système phonétique

Pour rappel : le sujet principal des questions suivantes est le système phonétique/la phonologie de votre ou de vos conlang(s) ; d’autres aspects peuvent se révéler intéressants dans la mesure où ils influencent le son de la langue (par exemple, la répétition morphologique ou syntaxique peut influencer le rythme de la langue, etc.).

Quelles étaient vos principales préoccupations quand vous avez créé le système phonétique de vos/votre conlang(s) ? (Par exemple, facilité ou difficulté de prononciation, utilisation de modèles spécifiques)

Avez-vous conçu votre ou vos conlang(s) pour un personnage fictionnel ?

Oui/non

Si oui :

Veuillez donner une brève description de ce personnage et, si cela est pertinent, de sa culture.

Est-ce qu’une ou plusieurs de vos conlang(s) est (sont) un élément stylistique (en fiction, par exemple) et n’est (ne sont) pas utilisée(s) par un personnage fictionnel ?

Oui/non

Si oui :

6.1. Veuillez donner une brève description de la fonction de votre conlang.

Est-ce qu’une ou plusieurs de vos conlang(s) est (sont) fondée(s) sur des langues naturelles ou sur des conlangs qui existaient précédemment ?

Oui/non

Si oui :

7.1. Veuillez donner une brève description des langues sur lesquelles sont (ou sont) fondée(s) votre ou vos conlang(s)

7.2. Veuillez donner une brève description de la manière dont ces langues ont influencé votre ou vos conlang(s).

Symbolisme phonétique/stéréotype

Y a-t-il certains sons ou certaines structures dotés de significations spécifiques dans votre ou vos conlang(s) ?

(Par exemple, dans certaines langues naturelles, des sons spécifiques peuvent signifier le concept « petit » alors que d’autres peuvent être des sons reliés au concept de « grand »)

Oui/non

Si oui :

8.1. Veuillez donner une brève description de ce type de connexions entre son et sens.

Traductions

Veuillez donner une traduction des termes suivants dans votre ou vos conlang(s). Si votre conlang ne possède pas ce concept, utilisez le concept le plus proche (par exemple, aigle = oiseau de proie).

  1. moineau

  2. aigle

  3. pigeon

  4. chat

  5. chaton

  6. lion

  7. souris

  8. éléphant

  9. eau

  10. feu

  11. bébé

  12. enfant

  13. homme

  14. femme

  15. petit

  16. grand

  17. inoffensif

  18. dangereux

  19. sympathique

  20. agressif

  21. bien

  22. mal

  23. paix

  24. guerre

  25. merci

Compétences linguistiques

Quelle(s) langue(s) considérez-vous être votre première langue ou votre langue maternelle ?

Quelles langues parlez-vous ?

Merci d’avoir participé à ce questionnaire.

Haut de page

Notes

1 Une conlang, abréviation de « constructed language », est une langue dont les caractéristiques phonologiques, lexicales et grammaticales ont été artificiellement forgées, en particulier (mais pas seulement) dans des œuvres de fiction. Dans ce cas précisément, une conlang peut correspondre à une « conculture », c’est-à-dire à la culture elle aussi artificiellement construite de la communauté fictionnelle des locuteurs de la conlang considérée. NdT.

2 Dans la première édition de la version française, le premier tome de la saga du Trône de fer a été divisé en deux tomes : Le Trône de fer et Le Donjon rouge. Ce n’est plus le cas pour les rééditions. NdT

3 Le titre original de la saga littéraire est A Song of Ice and Fire. La série télévisée porte en réalité le titre du premier tome de la saga, A Game of Thrones publié en 1996 (1998 en français). En français, le nom de la saga a été traduit par Le Trône de Fer, qui correspond également à la première partie du premier tome (voir note précédente). NdT.

4 Dans la version originale de son roman 1984 (Londres, Seeker & Warburg, 1949), George Orwell forge le célèbre néologisme « Newspeak ». Sa traduction par « novlangue », dans la version qu’en donne Amélie Audiberti l’année suivante (Paris, Gallimard, 1950), initialement au masculin, passe dans l’usage courant sous sa forme féminine (« la novlangue »). En 2018, Gallimard publie une nouvelle traduction de Josée Kamoun, dans laquelle « Newspeak » est cette fois rendu par « néoparler ». NdT.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bettina Beinhoff, « Pourquoi les langues non-humaines sont-elles fondamentalement humaines ? »ReS Futurae [En ligne], 19 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/resf/10617 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.10617

Haut de page

Auteur

Bettina Beinhoff

Bettina Beinhoff est maîtresse de conférences en linguistique appliquée à la Anglia Ruskin University. Elle travaille notamment sur la communication interculturelle, l’apprentissage de langues étrangères, la connexion entre langue et identité et les langues construites en tant que phénomène culturel, artistique et linguistique. Elle est co-directrice de l'Anglia Ruskin Research Centre for Intercultural and Multilingual Studies et du Centre for Science Fiction and Fantasy.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search