Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Éditorial

Texte intégral

  • 1 La différence de ces deux modes de consommation, si déterminante, est encore accentuée par la révol (...)

1Peut-on imaginer une culture télévisuelle qui ne serait pas une culture sérielle ? Il faudrait raconter une histoire alternative, qui pourrait mettre en scène une « petite lucarne » dont les émissions ne seraient pas programmées périodiquement, dont les histoires se raconteraient en un one shot, ou dont les personnages ne reviendraient pas. Ce serait une uchronie médiatique pour le moins insolite, voire incongrue, à l’instar de ce roman d’Ursula Le Guin qui fait reposer une part de sa puissante étrangeté sur la construction d’un monde où les communications à distance sont tout à fait maîtrisées, mais où l’Histoire a préféré les fictions audio et où l’on ignore le cinéma ou la télévision. Ce simple décalage médiatique suffit à singulariser le monde fictionnel, tout comme une télé qui ne serait pas sérielle ouvrirait le monde possible à des stratégies de production, des scènes de visionnage et des modes de récit complètement différents des nôtres. Dans notre monde toutefois, le dispositif télévisuel, et l’écosystème économique, politique, culturel, fictionnel qu’il commande, se confondent si bien avec la culture sérielle qu’on n’imagine que difficilement une télévision sans ses cycles, ses feuilletons et ses séries. Cela a bien entendu des conséquences majeures sur la manière de raconter des histoires, de les consommer – notablement parce que l’on consomme ces récits sériels chez soi, contrairement à ce qui se passe quand on va au cinéma1 – et de les organiser en genres ou en types.

2Dès lors, étudier la SF à la télévision revient peu ou prou à se demander ce que la sérialité fait à la SF, et ce qu’elle fait à une SF livrée à domicile. Ces deux caractéristiques ne risquent-elles pas d’être inadaptées à la distanciation cognitive qui, si l’on suit Suvin, structurent le plaisir de la fiction science-fictionnelle ? L’histoire des séries semble répondre : nullement. Il fait peu de doute que les séries télévisées sont devenues une manière dominante de consommer des histoires, et que les séries de SF s’y taillent une part conséquente. On peut même à bon droit faire l’hypothèse que la télévision n’est pas pour rien dans le fait que la science-fiction « est devenue mainstream » (Girard, cité par L’Encre et la Bannière, 2017), et que plus d’un téléspectateur ou d’une téléspectatrice ont connu leur premier frisson de sense of wonder devant, en leur temps, La Quatrième Dimension ou Star Trek, ou, plus récemment, face à Westworld ou à Black Mirror.

3Les études télévisuelles (TV studies), quant à elles, sont en plein essor ; le dossier de ce numéro 19 a voulu rendre justice à cette vaste culture et à ce champ critique plein de vigueur, en confiant à deux de ses spécialistes de renom international, Hélène Machinal (UBO) et Florent Favard (Université de Lorraine) la recherche des réponses à deux questions : d’abord, « Qu’est-ce que les séries TV font à la SF ? » – autrement dit, comment la traitent-elle, s’en arrangent-elles, comment l’informent-elles, la déforment-elles, la transforment-elle ? Mais aussi, symétriquement : « Qu’est-ce que la SF fait aux séries TV », c’est-à-dire : comment ce genre, ses requisits, son histoire suggèrent-ils une nouvelle approche du médium ? et comment conduisent-ils à rénover la conception-même de la « petite lucarne » ?

4Sous leur direction, proposant de manière transversale un remarquable état de l’art, huit articles ont passé une bonne trentaine de séries au crible de la théorie du personnage, de la théorie de la métalepse, des sciences politiques ou des fan studies (pour ne citer que quelques-uns des cadres méthodologiques exploités). Deux articles de notre aînée et partenaire Science Fiction Studies ont complété la vaste galerie de ces objets d’études : l’une des deux traductions porte sur l’impact culturel et politique de Dr Who, l’autre sur les représentations du capitalisme dans The Expanse.

5Ce dossier sur les séries télévisées de SF vient s’inscrire dans ce qui pourrait apparaître (si l’on se laisse tenter par une analogie avec la construction sérielle des récits dans leurs saisons) comme l’arc médias de ReS Futurae – lequel, après quelques prémices dans des articles isolés [REF], a lancé son déploiement avec le dossier « Science-fiction et jeux vidéo » (Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten, 2018), puis « Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française » (Alain Boillat, 2019), « Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction » (Simon Bréan et Daniel Tron, 2021), « Le Théâtre de science-fiction. Premiers éléments de cartographie » (Romain Bionda, 2021, et maintenant ce dossier, « Séries télévisées de science-fiction » (Favard et Machinal, 2022). L’intermédialité constitutive du genre et de la culture de SF s’y trouve examinée avec la plus minutieuse conscience possible de ses structures, de ses effets et de ses logiques. C’est l’occasion d’ailleurs de constater la diffusion de certains concepts clés de la théorie de la SF, dont il apparaît qu’ils sont mobilisables de manière transversale : ainsi de l’omniprésent novum de Suvin, qu’il est toujours plus tentant de décliner en fonction du médium (novum visuel, sonore, aussi bien que textuel) en portant attention aux modalités spécifiques d’incarnation des concepts science-fictionnels, mais aussi de la notion de xénoencyclopédie (Saint-Gelais). À chaque fois, il s’est agi de choisir les outils théoriques qui puissent éclairer la double question : en toute spécificité, et pour chaque médium, ce qu’il fait à la SF, et ce que la SF fait de lui. En dépit des apparences, une même dynamique se joue, que ce soit pour le jeu vidéo, qui manifestement « ne [cesse] jamais d’inspirer et d’alimenter les œuvres vidéoludiques », lesquelles viennent en retour « renforcer et renouveler toute une série de figures et d’obsessions propres au genre » (Delbouille, Dozo et Jousten, 2018), ou pour le théâtre : « Accepter que le théâtre, art par excellence du présent et de la présence », puisse être un lieu de création de science-fiction, préoccupée de "l’ailleurs" et de "demain", c’est en soi « déplace[r] les cadres, diversifie[r] les modèles et complexifie[r] les réponses » (Bionda, 2021). Quel que soit l’angle adopté, une telle réévaluation des apports de chaque support médiatique ne peut que contribuer à faire évoluer le regard tant sur la création de la science-fiction que sur nos outils d’analyse : si « certains jalons de l’histoire de la bande dessinée relèvent de la science-fiction ou de certains de ses sous-genres », réciproquement son étude permet d’ouvrir sur nouveaux frais « une réflexion historique et théorique sur le genre » (Boillat, 2019). Il s’agit bien, pour le cinéma comme pour tous les autres médiums, d’identifier ce que chacun « apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières » (Bréan, 2021). Les articles réunis par Florent Favard et Hélène Machinal viennent ainsi logiquement conclure provisoirement cette exploration d’une « relation de mutuel bénéfice qui se tisse entre ces deux objets d’étude, au sein d’un contexte transmédial et transmédiatique » (Favard et Machinal, 2022). ReS Futurae est née au sein de disciplines littéraires, avec pour projet explicite de développer cette compréhension intermédiale et intermédiatique de la culture. À ce stade de cet arc médias, il serait certainement fructueux d’effectuer un retour vers la littérature, pour lui poser à nouveaux frais la même double question. Le dossier « Théorie(s) de la SF » du prochain numéro, qui fêtera l’anniversaire des dix ans de la revue, devrait emprunter au moins cette voie. Et les deux articles de la rubrique « Varia » peuvent apparaître comme un beau pont de l’arc médias à cette prochaine consolidation : le texte d’Éliane Beaufils, en faisant retour sur le dossier « Théâtre », poursuit le dessin de cet arc média ; le texte de Marion Pujalte et d’Anthony Saber sur les « Fictions à substrat professionnel (FASP) » et la hard SF prépare, et fait écho, au questionnement théorique qui s’engage.

Haut de page

Bibliographie

« Human after hal : le bélial’ : “la science-fiction est passée des marges au centre du débat. elle est devenue mainstream” », L’Encre et la Bannière, 2017, [En ligne], [consulté le 28 juin 2022], URL : https://encreetbanniere.wordpress.com/2017/10/17/human-after-hal-le-belial-la-science-fiction-est-passee-des-marges-au-centre-du-debat-elle-est-devenue-mainstream/

Bionda Romain, « Cartographier la science-fiction au théâtre », ReS Futurae n° 18, 2021, [En ligne], [consulté le 28 juin 2022], URL : http://journals.openedition.org/resf/10505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.10505

Boillat Alain, « Sept rencontres du 9e type entre un médium (la BD) et un genre (la SF) », ReS Futurae, n° 14, 2019, [En ligne], [consulté le 28 juin 2022], URL : http://journals.openedition.org/resf/3969 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.3969

Bréan Simon, « Cinéma/Science-fiction : vers un changement de paradigme critique ? », ReS Futurae n° 17, 2021, [En ligne], [consulté le 28 juin 2022], URL : http://journals.openedition.org/resf/9398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.9398

Delbouille Julie, Dozo Björn-Olav et Jousten Lison, « L’espace science-fictionnel (au sein) du jeu vidéo », ReS Futurae, n° 12, 2018, [En ligne], [consulté le 28 juin 2022], URL : http://journals.openedition.org/resf/2124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.2124

Florent Favard et Hélène Machinal, « Les séries de science-fiction au croisement d’un genre fictionnel et d’une forme narrative audiovisuelle », ReS Futurae, n° 19, 2022, [En ligne], [consulté le 29 juin 2022], URL : http://journals.openedition.org/resf/11137

Haut de page

Notes

1 La différence de ces deux modes de consommation, si déterminante, est encore accentuée par la révolution numérique au point que l’on a pu s’interroger sur une « fin du cinéma » – à moins que ce ne soit une « troisième naissance » de ce dernier (cf. Gaudreault et Marion, [2013] 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de Res Futurae, « Éditorial »ReS Futurae [En ligne], 19 | 2022, mis en ligne le 29 juin 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/resf/11159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.11159

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction de Res Futurae

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search