Navigation – Plan du site
Articles de Maurice Renard

Le roman d’hypothèse

Maurice Renard

Résumé

Cet article paru dans la revue A.B.C. en 1928 constitue le dernier texte connu de Maurice Renard sur le roman « merveilleux-scientifique », défini pour la première fois en 1909, et rebaptisé ici « roman d’hypothèse ». Après avoir fustigé les mauvais lecteurs des romans d’hypothèse, souvent mal compris en France, Renard propose un bref historique du genre, le distingue d’autres formes d’écriture proches (l’anticipation) et analyse ses effets sur le lecteur, la valeur du genre résidant autant dans le plaisir esthétique qu’il procure que dans sa portée épistémologique.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Texte annoté par Émilie Pézard et Hugues Chabot

Note des éditeurs : Texte initialement paru dans A.B.C, no 48, décembre 1928, p. 345-3461. Cette édition a été établie d’après l’original du périodique conservé à la Bibliothèque nationale. L’orthographe et la ponctuation ont été conservées telles quelles. La typographie a été actualisée, sauf quand elle constitue un effet de style : nous conservons en particulier les majuscules dans les appellations génériques. Tous les renvois entre parenthèses aux références bibliographiques dans le texte de Renard sont des éditeurs.

Texte intégral

1Il arrive qu’un écrivain, en assemblant ses mots et ses phrases, leur demande moins d’exprimer sa pensée que de suggérer au lecteur certains sentiments et certaines sensations. Celui qui, par conséquent, lit de telles œuvres comme il lirait le Code civil ou quelque journal d’information – c’est-à-dire en restant sourd aux appels mystérieux du texte et en ne s’appliquant qu’à comprendre au lieu de se laisser aller à sentir – celui-là serait comme un forgeron ou un serrurier qu’on placerait devant la grille d’un parc et qui ne songerait qu’à examiner la grille, sans apercevoir, à travers les barreaux, le parc.

2Or, ce qui est vrai pour certains styles, l’est non moins pour certaines compositions.

3Ainsi, celui qui s’offre la lecture d’un roman d’hypothèse sans lire entre les lignes, sans entrevoir au-delà du récit certaines conceptions qu’il est impossible de traduire ou dont l’exposé nécessiterait l’emploi d’un langage rébarbatif contraire aux lois du roman – celui-là aussi ne voit que la grille, néglige le parc, et vous répond serrure quand vous lui parlez fleurs.

  • 2 Ce nom a été proposé par Renard dans son manifeste de 1909 (voir Renard, 2018a [1909], note 4). En (...)
  • 3 Pour une analyse de ce changement d’appellation, nous nous permettons de renvoyer à notre présentat (...)
  • 4 La formule était utilisée de loin en loin par quelques critiques depuis plus d’une dizaine d’années (...)
  • 5 Jacques Copeau peut apparaître comme un exemple de ces lecteurs réticents, lui qui jugeait « l’âme (...)
  • 6 Le récit montre les hommes confrontés à une « force mystérieuse », sans doute d’origine extra-terre (...)
  • 7 Le roman raconte la vie des derniers représentants d’une humanité décimée par la sécheresse et le d (...)
  • 8 Ces deux romans étaient déjà cités dans le manifeste de 1909 (2018a [1909], note 15) et dans « Le M (...)
  • 9 Renard évoque ici une idée centrale du manifeste de 1909 : le roman merveilleux-scientifique « bris (...)

4J’ai tenu à préciser ce point avant de dire ce que je pense de ce genre de romans qu’on qualifie souvent de « romans merveilleux, scientifiques »2, à quoi je préfère désormais3 l’appellation « romans d’hypothèse »4. Il serait, en effet, inutile d’en écrire, ou du moins d’en publier, si tout le monde lisait comme tout le monde calcule : froidement, platement. Il faut à l’imagination du romancier d’hypothèse des lecteurs qui veulent bien « danser avec elle »5. La Force mystérieuse6, de J.-H. Rosny aîné, sa Mort de la Terre7, l’Homme invisible ou l’Île du docteur Moreau, de Wells8, autant d’invitations à la valse des mondes. Si le lecteur doit rester passif, inerte, s’il ne saisit pas le rythme profond du jazz universel qu’est l’harmonie des sphères, c’est fait de lui ; il ne pénétrera point l’esprit du roman d’hypothèse, lequel esprit consiste, au moyen d’une histoire par elle-même ingénieuse et attrayante, à supposer ce qui n’est pas, pour donner une idée de ce qui pourrait être, de ce qui arrivera peut-être ou de ce qui existe peut-être hors de la portée de nos sens, et aussi pour mieux faire comprendre [ce] que nous connaissons, soit en étudiant ce que notre monde n’est pas, soit en nous plaçant, pour le regarder, sur des points de vue insolites9.

  • 10 La métaphore de la lumière artificielle qui éclaire malgré tout, se trouvait déjà dans « Le Merveil (...)

5Entre les épaisses ténèbres de l’inconnu et le bloc lumineux de notre savoir, il y a une zone extrêmement captivante qui est le domaine de l’hypothèse, contrée fort mince où sont dardés tous les efforts des savants et des philosophes. Cela fait une espèce de halo fantomal. C’est comme la frange de la science, le duvet de la certitude. Là s’agitent les personnages du roman d’hypothèse, là sont allumées ces lumières qui, tout artificielles qu’elles soient, font pour ainsi dire rayonner la connaissance sur l’ignorance10 et nous donnent, sinon le pouvoir même, du moins l’illusion ravissante de comprendre un peu l’inexpliqué.

  • 11 À propos de cette appellation, voir Renard, 2018b [1914], note 30.

6Voilà un divertissement de l’intelligence, un jeu fécond de l’esprit, qui quelquefois, se trouve justifié d’une manière impressionnante par la réalité des découvertes, et prend alors le nom d’anticipation11.

  • 12 Cette idée que l’anticipation ne peut être posée que rétrospectivement apparaissait déjà dans le ma (...)

7Il est téméraire d’intituler anticipation un roman qui s’efforce de deviner l’avenir. On peut dire tout au plus essai d’anticipation tant que la prophétie ne s’est pas réalisée12.

8Ce ne sont pas, d’ailleurs, les ouvrages de cette sorte qui me semblent les plus intéressants parmi les romans d’hypothèse. D’autres me donnent plus de joies, me paraissent plus propres à satisfaire, d’un mirage, notre impatience de savoir, à calmer l’énervement dont nous souffrons parce que nous nous sentons irrémédiablement mal outillés en organes physiques pour percer le mystère qui nous environne et dont l’encerclement ne recule que bien lentement. Ce sont les romans qui, prenant comme point de départ une supposition judicieusement choisie, examinent les conséquences qui en découleraient selon la logique. Quand Rosny étudie dans la Force mystérieuse les influences d’un corps céleste doué de propriétés données et passant à proximité de la Terre – lorsque, dans les Xipéhuz, il montre la lutte des anciens hommes contre une race de créatures qui leur disputent la suprématie – lorsque Wells, dans la Guerre des Mondes, décrit l’invasion de notre globe par les habitants de Mars, ou bien que, dans Le Nouvel Accélérateur, il passe en revue ce qui se produirait si toutes nos fonctions s’accomplissaient plus rapidement – on peut prétendre que nous en retirons plus qu’un agrément, plus qu’un illusoire assouvissement. C’est tout de même un peu mieux qu’une cigarette qu’on nous donnerait à fumer pour apaiser notre faim.

9Pourquoi ?

10Parce qu’il est toujours efficace de projeter sur les choses des clartés nouvelles, ces clartés fussent-elles des faux jours. Notre savoir y gagne à tout coup.

  • 13 Cette image apparaissait déjà dans l’article « Le Merveilleux scientifique » (Renard, 2018b [1914], (...)

11On ne pense pas non plus assez souvent que, pour bien observer un objet, un être – l’homme, par exemple – il est excellent d’observer ce que n’est pas cet objet, cet être – l’homme. Il y a là une étude négative qu’on n’a pas coutume de faire, qui n’en est pas moins précieuse, qui n’en est que plus frappante. Quand d’une feuille de papier blanc vous avez ombré toute la partie extérieure à la figure dont vous vous promettez de dessiner les traits, que reste-t-il en blanc sur ce fond ? La silhouette de la figure, les contours de cette figure obtenus par un procédé négatif13.

  • 14 Maurice Renard développait cet argument dans sa nouvelle « L’homme qui voulait être invisible », où (...)
  • 15 Jean-Marc Gouanvic indique que dans la « 11e édition imprimée en Allemagne occupée » — sans doute f (...)

12... Seulement, il ne faut pas que l’auteur commette une seule étourderie. À partir du moment où nous avons accepté sa supposition initiale (la seule qu’il ait le droit de nous imposer), il a le devoir d’éviter la moindre erreur de jugement ; faute de quoi, l’œuvre retomberait au niveau des contes de fées. Une logique inflexible doit gouverner l’action – une logique égale à l’imagination disciplinée qui préside au choix de la donnée. L’un des grands maîtres du roman d’hypothèse, Wells, nous a campé un homme invisible qui voit, ce qui est scientifiquement beaucoup plus inadmissible que l’invisibilité d’un corps vivant14. J’ajoute que, parfois, on a de bien grandes surprises touchant l’originalité du thème à développer, car, en ce qui me concerne, j’ai cru, certain jour, avoir découvert une idée neuve entre toutes (celle du Péril bleu), et je me suis aperçu avec stupeur qu’un éminent confrère l’avait formulée avant moi... Bien avant ! Ce confrère n’était autre que Platon15. Quelle leçon d’humilité !

  • 16 Nos recherches ne nous ont pas permis de retrouver la source de cette citation.
  • 17 Renard utilisait en 1909 une formule très proche, en faisant du roman merveilleux-scientifique le « (...)

13Le roman d’hypothèse a remplacé au xixe et au xxe siècle le conte philosophique du xviiie siècle. « Aujourd’hui, a dit Wells, l’utopie a besoin d’un monde. »16 Ce monde, c’est la zone dont je parlais tout à l’heure et qui se trouve située entre le connu et l’inconnu. Et il était tout naturel qu’à l’époque où la science prédomine absolument, on se servît de la science pour monter l’armature de ces romans17 qui sont moins conçus pour distraire pendant qu’on en fait la lecture, que pour engendrer le rêve après qu’on les a lus. « Ils donnent le branle à l’imagination », ainsi que l’a remarqué M. Jacques Copeau (Copeau, 1912, p. 876). Sans doute, si Voltaire et Swift revenaient parmi nous, ne manqueraient-ils pas de donner le premier à Micromégas, le second à Gulliver, une suite de descendants issus des connaissances scientifiques qu’ils auraient acquises au siècle des Edison et des Curie : et, pour peu que l’on croie aux possibilités de la métempsycose, il n’est pas défendu de s’imaginer que l’âme de Voltaire anime de nos jours notre grand Rosny et que celle de Swift a passé dans le corps de Wells.

14On sait pourtant qu’au xviiie siècle, le conte philosophique était exclusivement un prétexte à satires. Micromégas et Gulliver, pour nous en tenir à ces deux ouvrages d’une si délicieuse invention, avaient pour objet de railler les institutions et quelques personnages contemporains ; tandis que, de nos temps, si le roman d’hypothèse permet à un Wells d’exprimer, sous forme d’apologue, des opinions sociologiques, en revanche beaucoup d’écrivains se sont complus à le travailler sans autre préoccupation que de lui faire exhaler tous les arômes de sa propre nature.

15Est-ce à dire qu’un roman d’hypothèse doive se confiner dans l’enceinte du monde physico-chimique ? Loin de moi cette pensée. Les plus belles œuvres du genre, au contraire, sont celles où flottent, comme des effluves éternels, les vieilles inquiétudes qui ont toujours obsédé les rêveries humaines, hanté notre esprit, étreint notre cœur. Le vent de la destinée souffle sous la porte du laboratoire. N’est-ce pas, Edgar Poe ? N’est-ce pas, Villiers de l’Isle- Adam ? Mais l’essentiel n’est point là. L’essentiel réside dans le brouillard métaphysique qui doit s’élever du récit romanesque.

  • 18 D’autres critiques avaient émis des doutes similaires sur la possibilité que le genre s’accorde ave (...)
  • 19 Il existe une riche tradition d’anticipation scientifique en Allemagne dès la fin du xixe siècle (i (...)

16D’où, forcément, il résulte que les amateurs les plus enthousiastes du roman d’hypothèse se trouvent de l’autre côté du Rhin18. Nous (qu’on me pardonne ce « nous » presque aussi haïssable que le « moi ») nous ne saurions être mieux compris qu’en Europe centrale19. Les peuples latins nous marquent déjà beaucoup plus d’indifférence. Les Anglais considèrent comme secondaires, dans l’œuvre de leur Wells, les ouvrages de l’ordre de Place aux géants, ou Les premiers Hommes dans la Lune. Quant aux Américains, ils sont encore un peu jeunes, et sûrement c’est tout à fait par suite d’une erreur qu’Edgar Poe est né à Baltimore il y a plus de cent ans.

17Je m’excuse de n’avoir pas su présenter plus simplement ce bref aperçu. Le sujet est complexe, et j’estime qu’on ne peut le traiter convenablement qu’en employant, comme j’ai essayé de le faire, des procédés détournés, qui ne l’attaquent pas de front mais le délimitent, lui aussi, par le dehors.

18Une image, pour finir par un cul-de-lampe. Le roman d’hypothèse m’apparaît parfaitement symbolisé, en sa fantaisie et sa raison, par le Mercure du sculpteur Jean de Bologne – ce jeune et beau dieu dont les ailes, quoique fantastiques, ne font pas un monstre ; qui s’envole avec une grâce puissante ; mais qui, du bout d’un seul orteil, touche encore et touchera toujours la terre des hommes.

Haut de page

Bibliographie

Aubry G. Jean, « Des origines et de quelques aspects du roman moderne à hypothèse scientifique », in La Revue des idées. Études de critique générale, no 36, 15 décembre 1906 (3ème année), p. 945-953.

Čapek Karel, « R. U. R., Comédie utopiste en trois actes et un prologue », traduit du tchèque par Jelínek Hanuš, in Les Cahiers dramatiques, no 21, Supplément au no 37 de Théâtre & Comœdia Illustré, 1er octobre 1924.

Copeau Jacques, « Le Docteur Lerne, sous-dieu ; Le Péril bleu, par Maurice Renard », La Nouvelle Revue française, n° 41, mai 1912, p. 871-880.

Gouanvic Jean-Marc, La Science-fiction française au xxe siècle, Essai de socio-poétique d’un genre en émergence, Amsterdam : Rodopi, 1994.

Lionnet Jean, « Le Déclin du réalisme » [La Quinzaine, 1er juin 1904, p. 397-410], in L’Évolution des idées chez quelques-uns de nos contemporains, Paris : Perrin, vol. 2, 1905, p. 205-237.

Kahn Gustave, « Le roman chimérique », in La Nouvelle Revue, 25e année, nouvelle série, t. XXVI, janvier-février 1904, p. 368-372.

Kellermann Bernhard, Le Tunnel (pré-or. Je sais tout, 15 mai – 15 juillet 1914), Paris : E. Flammarion, 1922, 2 vol. 

Laubreaux Alin, Plaute Serge, Metropolis, Paris : Gallimard, 1928, coll. « Le Cinéma Romanesque ».

Mauclair Camille, « La vie de Paul Adam », in La Revue hebdomadaire, 30e année, no 41, 8 octobre 1921, p. 148-164.

Pézard Émilie, « Défense et illustration d’un genre. Le merveilleux scientifique défini par Maurice Renard (1909-1928) », in Res Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018. En ligne, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1383

Platon, Phédon, in Œuvres de Platon : Apologie de Socrate. Criton. Phédon. Gorgias, traduit du grec ancien par Bastien Augustin, Paris : Classique Garnier, 1917, p. 83-191.

Renard Maurice, « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès » [Spectateur, t. I, no 6, octobre 1909, p. 245-260], éd. Émilie Pézard et Hugues Chabot, in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018a. En ligne, consulté le 30 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1201

Renard Maurice, « Deux observations sur le public. “M. Orville Wright…” – Le canard attraction », in Le Spectateur, 4e année, no 31, janvier 1912, p. 26-31.

Renard Maurice, « Le merveilleux scientifique et La Force mystérieuse de J.-H. Rosny aîné » [La Vie, no 16, 15 juin 1914], éd. Émilie Pézard et Hugues Chabot, in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018b. En ligne, consulté le 30 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1215

Renard Maurice, Les Mains d’Orlac, Paris : Nilsson, 1920.

Renard Maurice, « L’homme qui voulait être invisible » [Œuvres libres, 1923], in Fantômes et fantoches, suivi de Contes à la plume d’oie et autres histoires étranges, éd. Claude Deméocq, Paris : Fleuve noir, coll. Bibliothèque du fantastique, 1999, p. 468-486.

Rosny aîné J.-H., « Les Xipéhuz », L’Immolation, Paris : Albert Savine, 1887, p. 249-328.

Rosny aîné J.-H., La Mort de la Terre, Roman suivi de Contes (pré-or. Les Annales politiques et littéraires, mai-juillet 1910), Paris : Plon, Nourrit et Cie, 1912.

Rosny aîné J.-H., La Force mystérieuse (pré-or. Je sais tout, 15 janvier-15 avril 1913), Paris : Plon, Nourrit et Cie, 1914.

Swift Jonathan, Voyages de Gulliver (Gulliver’s Travels, 1721, trad. fr. 1727), in Œuvres, éd. Émile Pons, Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1988, p. 3-315.

Voltaire, Micromégas (1752), in Romans et contes, éd. René Groos, Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1932, p. 102-119.

Wells H. G., La Guerre des Mondes (The War of the Worlds, 1898), traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Davray Henry-D., Paris : Société du Mercure de France, 1900.

Wells H. G., L’Homme invisible (The Invisible Man, 1897), traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Laurent Achille, Paris : Ollendorff, 1901.

Wells H. G., L’Île du docteur Moreau (The Island of Doctor Moreau, 1896), traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Davray Henry-D., Paris : Société du Mercure de France, 1901.

Wells H. G., Les Premiers Hommes dans la Lune (The First Men in the Moon, 1901), traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Davray Henry-D., Paris : Société du Mercure de France, 1901.

Wells H. G., Place aux géants (The Food of the Gods and How It Came to Earth, 1904), traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Davray Henry-D. et Kozakiewicz B., Paris : Société du Mercure de France, 1904.

Wells H. G., « Le nouvel accélérateur » (« The New Accelerator », 1901), traduit de l’anglais (Grande-Bretagne) par Davray Henry-D. et Kozakiewicz B, in La Revue bleue, 5e série, t. VII, janvier-juin 1907, p. 433-436, 470-472.

Haut de page

Notes

1 Le texte de Renard y était précédé de cette présentation : « Si vous ouvrez un des dix ou douze ouvrages de M. Maurice Renard, que ce soit Le Voyage immobile, Le Péril bleu, L’Invitation à la peur, ou le dernier paru : Un homme chez les microbes, vous pouvez vous attendre à quelques émotions et à beaucoup d’imprévu. Mais cet imprévu et ces émotions vous seront administrés sans la moindre violence, avec une telle clarté de langage, avec une si parfaite logique, et en même temps avec un enjouement si soutenu que vous ne songerez pas à protester, même s’il arrive que la dose vous paraisse forte. / Si M. Maurice Renard a conquis en peu d’années un des premiers rangs parmi les rénovateurs du roman, il le doit presque autant à l’art de convaincre, qu’il possède au plus haut degré, qu’à un talent exceptionnel de conteur et à l’imagination la plus audacieuse. Nous remercions l’auteur de tant de fictions ingénieuses et vraisemblables d’avoir bien voulu entretenir nos lecteurs d’un genre où il est maître et que nul mieux que lui ne saurait commenter. »

2 Ce nom a été proposé par Renard dans son manifeste de 1909 (voir Renard, 2018a [1909], note 4). En dépit de la diffusion du terme concurrent « anticipations », le nom « merveilleux scientifique » est régulièrement utilisé par la critique entre 1909 et 1928, toujours principalement comme substantif : la formule « romans merveilleux, scientifiques » est, elle, rarement usitée. L’emploi d’une virgule pour séparer les deux adjectifs est contraire à tous les emplois de Renard tout comme à la syntaxe habituelle des noms génériques : faut-il y voir une coquille ?

3 Pour une analyse de ce changement d’appellation, nous nous permettons de renvoyer à notre présentation de cette édition critique (Pézard, 2018).

4 La formule était utilisée de loin en loin par quelques critiques depuis plus d’une dizaine d’années, sans constituer une appellation générique instituée. Vingt ans avant Renard, Gustave Kahn suggère ce nom parmi d’autres (« le roman chimérique, si l’on veut le roman d’utopie, ou si l’on préfère le roman d’hypothèse » ; Kahn, 1904, p. 368) ; Aubry le décline sous différentes formes — « roman d’hypothèse », « roman d’hypothèse scientifique », « roman moderne à hypothèse scientifique » — dans La Revue des idées (Aubry, 1906) ; quinze ans plus tard, on présente Les Cœurs nouveaux, de Paul Adam comme un « roman d’hypothèse socialiste » (Mauclair, 1921, p. 155). Le caractère dispersé de ces mentions et l’écart temporel qui les sépare interdisent d’y identifier une lignée unique où se lirait un rapport d’influence.

5 Jacques Copeau peut apparaître comme un exemple de ces lecteurs réticents, lui qui jugeait « l’âme de Lerne se déchargeant dans le mécanisme d’une voiture automobile » « une médiocre farce » (Copeau, 1912, p. 876).

6 Le récit montre les hommes confrontés à une « force mystérieuse », sans doute d’origine extra-terrestre, qui affecte en profondeur les phénomènes physiques (lumière, énergie) et les organismes vivants (le « groupisme » force ainsi certains êtres à rester toujours proches les uns des autres).

7 Le roman raconte la vie des derniers représentants d’une humanité décimée par la sécheresse et le développement des ferromagnétaux, nouvelle espèce régnant sur la Terre.

8 Ces deux romans étaient déjà cités dans le manifeste de 1909 (2018a [1909], note 15) et dans « Le Merveilleux scientifique et La Force mystérieuse de J.-H. Rosny aîné » (2018b [1914], §28, 55).

9 Renard évoque ici une idée centrale du manifeste de 1909 : le roman merveilleux-scientifique « brise notre habitude et nous transporte sur d’autres points de vue, hors de nous-mêmes. » (Renard, [1909], §30). Cette idée faisait l’objet d’un développement dans l’article « Deux observations » (Renard, 1912 ; voir Renard, 2018a [1909], note 50).

10 La métaphore de la lumière artificielle qui éclaire malgré tout, se trouvait déjà dans « Le Merveilleux scientifique » : « L’ouvrage […] a projeté sur la création des clartés inattendues, étranges, ultraterrestres, “fausses” comme on dit de certains éclairages artificiels. » (Renard, 2018b [1914], §51).

11 À propos de cette appellation, voir Renard, 2018b [1914], note 30.

12 Cette idée que l’anticipation ne peut être posée que rétrospectivement apparaissait déjà dans le manifeste de 1909 : « L’avancement du savoir peut démontrer que notre sophisme n’en était pas un ; mais, pour la minute où nous écrivons, c’en est un. » (Renard, 2018a [1909], §12).

13 Cette image apparaissait déjà dans l’article « Le Merveilleux scientifique » (Renard, 2018b [1914], §48).

14 Maurice Renard développait cet argument dans sa nouvelle « L’homme qui voulait être invisible », où Hopkins répondait à son oncle M. Patpington, résolu à trouver le secret de l’invisibilité : « on ne saurait devenir invisible sans devenir aveugle, et […] Wells nous met dedans lorsqu’il nous montre un homme invisible qui voit ! » (Renard, 1999 [1923], p. 475).

15 Jean-Marc Gouanvic indique que dans la « 11e édition imprimée en Allemagne occupée » — sans doute faut-il comprendre ici 11e tirage — de l’édition de 1920 du Péril bleu, Maurice Renard intègre ce commentaire en lieu et place de l’épigraphe : « je me suis laissé dire par Platon (Phédon) que Socrate avait exprimé, voici deux mille trois cents ans, l’hypothèse même dont le Péril bleu n’est que la paraphrase » (Gouanvic, 1994, p. 92). Le mythe développé par Socrate dans Phédon, et selon lequel « la terre compte un grand nombre de régions merveilleuses », est en effet étonnamment proche du thème du Péril bleu : « nous croyons habiter la surface supérieure de la terre, à peu près comme quelqu’un qui, ayant son habitation dans les abîmes de l’Océan, croirait habiter au-dessus de la mer. Voyant au travers de l’eau le soleil et les autres astres, il prendrait la mer pour le ciel. Sa pesanteur et sa faiblesse l’ont toujours empêché d’arriver aux extrémités supérieures de la mer ; n’ayant jamais pu en sortir ni avancer la tête hors de l’eau vers les lieux que nous habitons, il n’a pas vu combien ils sont plus purs et plus beaux que ceux qu’il habite, et il n’a trouvé personne pour l’instruire de ces merveilles après les avoir contemplées. Je suis persuadé que voilà précisément l’état où nous sommes : confinés dans quelque cavité de la terre, nous croyons en habiter les hauteurs, nous prenons l’air pour le ciel, et nous croyons que c’est là le véritable ciel où les astres suivent leur cours. La cause de notre erreur, c’est que la pesanteur et la faiblesse qui sont dans notre nature nous empêchent de nous élever au-dessus de l’air. Car si quelqu’un pouvait y parvenir et s’envoler sur des ailes vers ces hautes régions, il n’aurait pas plutôt mis la tête hors de notre atmosphère, qu’il verrait ce qui se passe dans cet heureux séjour, comme les poissons, en s’élevant et en sautillant au-dessus de la mer voient ce qui se passe dans l’air que nous respirons ; et s’il se trouvait avoir une nature propre à une longue contemplation, il reconnaîtrait que c’est le véritable ciel, la véritable lumière et la véritable terre […] s’il faut vous raconter un beau mythe, Simmias, vous ne perdrez pas votre temps à m’entendre pendant que je vous donnerai une idée de la beauté de cette terre pure qui s’élève au milieu du ciel. — Nous aurons du plaisir à t’écouter, Socrate, répondit Simmias. » (Platon, 1917, p. 176-178) Suit une description de la « véritable terre », dont voici un extrait : « Elle est habitée par toute sorte d’animaux et par les hommes : les uns répandus au milieu des terres, les autres autour de l’air comme nous autour de la mer, d’autres enfin dans les îles que l’air forme près du continent ; car en un mot, l’air est là ce que sont ici l’eau et la mer pour notre usage, et l’éther est pour eux ce que l’air est pour nous. » (Platon, 1917, p. 179).

16 Nos recherches ne nous ont pas permis de retrouver la source de cette citation.

17 Renard utilisait en 1909 une formule très proche, en faisant du roman merveilleux-scientifique le « [p]roduit fatal d’une époque où la science prédomine sans que s’éteigne pourtant notre éternel besoin de fantaisie » (2018 [1909], §2).

18 D’autres critiques avaient émis des doutes similaires sur la possibilité que le genre s’accorde avec la mentalité française, par exemple Jean Lionnet : « la grande difficulté que rencontrerait en France le développement de ce genre, où, malgré tout, l’imagination prédomine, ce serait la tradition si raisonnable — j’écrirais volontiers rationaliste — de notre littérature. Nous aimons la logique ordinaire, le sens commun, même étroit, plus que l’originalité. » (Lionnet, 1905, p. 233).

19 Il existe une riche tradition d’anticipation scientifique en Allemagne dès la fin du xixe siècle (illustrée par exemple par l’œuvre de Kurd Lasswitz), mais peu d’auteurs semblent avoir été traduits en France à cette époque. Le roman Der Tunnel (1913) de Bernhard Kellermann, qui relate la construction d’un tunnel sous la Manche, est ainsi publié en volume en français en 1922, après une prépublication partielle dans le magazine Je Sais Tout en 1914 (Kellermann, 1922). Du côté de l’Europe centrale, la pièce de théâtre R.U.R. (1920) du dramaturge tchèque Karel Čapek est montée en France à la Comédie des Champs-Élysées au printemps 1924 (Čapek, 1924). Peut-être faut-il aussi chercher du côté du cinéma la source de l’appréciation de Maurice Renard. Rappelons que Les Mains d’Orlac (1920), traduit en allemand dès 1922 par Norbert Jacques, a été adapté au cinéma en 1924 par Robert Wiene (qui venait de s’illustrer avec Le Cabinet du Docteur Caligari, 1919). En 1927 sort le film Métropolis de Fritz Lang. En France, il fait l’objet d’une novellisation (Laubreaux, Plaute, 1928), basée très partiellement sur le roman original alors non traduit de Thea von Harbou (publié en 1926). Un cahier cinéma de La Petite Illustration (no 372, 3 mars 1928), intitulé « Une anticipation de la cité future à l’écran : Métropolis », évoque un succès considérable en France et fait une revue de presse où les noms de Verne, Wells, Poe, Villiers de l’Isle-Adam, côtoient des références à « l’âme allemande » ou encore « l’âme romantique et médiévale à la fois d’un Wagner ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Renard, « Le roman d’hypothèse », ReS Futurae [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1223 ; DOI : 10.4000/resf.1223

Haut de page

Auteur

Maurice Renard

Maurice Renard (1875-1939) est un écrivain français, auteur de romans et de contes qui associent souvent fantastique, imaginaire scientifique et enquête policière, dans la double lignée d’Edgar Poe et de H. G. Wells : Le Docteur Lerne, sous-dieu (1908), Le Péril bleu (1910), Un homme chez les microbes (1928). Son roman Les Mains d’Orlac (1920) a donné lieu à plusieurs adaptations cinématographiques. Ces titres constituent autant d’exemples du genre du « roman merveilleux-scientifique » dont Maurice Renard s’était également fait le théoricien, dans plusieurs articles parus dans la presse entre 1909 et 1928.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • OpenEdition Journals