Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Fictions climatiques (bis)Cli-fi Young Adult et imaginaire ...

Fictions climatiques (bis)

Cli-fi Young Adult et imaginaire urbain : (re)configurations génériques

Young Adult Cli-fi and Urban Representations:Generic Configurations
Natacha Levet

Résumés

La cli-fi young adult bénéficie du succès de la science‑fiction et de la dystopie auprès des jeunes lecteurs, attentifs à l’environnement, au climat et à l’écologie. Ces fictions relaient souvent le cliché médiatique d’une fiction qui parlerait en réalité du présent, pour le moins d’un futur proche et probable (Langlet, 2020). Par ailleurs, la cli‑fi jeunesse reconduit la tension historiquement instituée entre littérature récréative et littérature éducative. S’y côtoient divertissement, sans réel souci de plausibilité, et engagement, supposé éveiller les consciences et inciter à l’action, adossé à un propos scientifique.

Cette contribution s’attachera, à l’aide d’un corpus de teen‑novels français, à saisir la reconfiguration des Villes dans la cli‑fi young adult, entre conventions culturelles partagées (et générationnelles) et exigence écofictionnelle (Chelebourg, 2012).

L’imaginaire urbain y est nourri d’un jeu de références culturelles spécifique, pour partie générationnel. L’adossement à la culture scientifique, essentiel dans la cli‑fi, est reconfiguré selon les nécessités d’un discours éducatif ou passe au second plan. L’espace urbain est une actualisation des probables bien plus qu’une expérience d’estrangement.

Ces fictions sont des cli‑fi et des teen‑novels. La Ville y reprend‑elle uniquement un imaginaire du désastre ou offre‑t‑elle un espace de jeu et d’initiation ? Dans ce symbole de l’hubris des adultes se reconfigure un système d’opposition avec les aînés, fréquent dans la dystopie young adult (Bazin, 2019). Les jeunes héros écofictionnels peuvent avoir différents objectifs : sauver la planète, redonnant à l’humanité une grandeur perdue, ou quittant la Ville pour fonder un autre système social, urbain ou pas.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet le travail soutenu par Catherine Ayotte (2020) sur l’engagement politique des jeune (...)
  • 2 Laurent Bazin parle d’une cible « difficile à cadrer avec précision mais censée englober adolescent (...)
  • 3 Si cette tension est perceptible dans les déclarations d’intention d’auteurs de la période classiqu (...)

1Fridays for Future, Youth for Climate, grèves scolaires pour le climat et grèves étudiantes pour le climat, toutes initiées par la jeune Greta Thurnsberg, déclarations d’engagement et interpellations des politiques par des étudiants d’institutions académiques en France comme ailleurs : l’implication des plus jeunes dans les luttes pour l’environnement n’est plus à démontrer1. Il semblerait donc logique d’en trouver l’expression ou le prolongement dans les fictions médiatiques jeunesse, notamment dans celles qui sont destinées à un public adolescent au sens large, c’est‑à‑dire regroupant les adolescents et les jeunes adultes, qui constituent le segment éditorial du Young Adult, destiné aux 12‑25 ans2. Ce type de fictions médiatiques pourrait sembler idéal pour explorer les angoisses aussi bien que les attentes de la jeunesse sur le sujet de l’environnement et du climat : la cli-fi jeunesse serait ainsi la déclinaison dans le segment éditorial de la littérature pour adolescents de la fiction climatique entendue comme récit prenant en compte la crise climatique, pour en faire « un levier narratif, voire le thème principal des fictions » (Langlet, 2020, p. 1). Le terrain est d’autant plus propice que depuis les années 2000 ont fleuri fictions dystopiques et postapocalyptiques, aussi bien en littérature qu’au cinéma et à la télévision, pour ne parler que de ces trois médias narratifs. Les fictions de ces mondes défaits semblent particulièrement compatibles avec des univers génériques dystopiques et postapocalyptiques, prompts à donner à lire un imaginaire de la crise climatique, mais adossé à un discours scientifique et citoyen. En effet, la littérature de jeunesse, notamment en France, est traversée tout au long de son histoire par une tension entre fonction éducative et fonction récréative3. C’est pourquoi il a été choisi d’interroger la cli‑fi jeunesse et la représentation de la ville qui y est faite, à l’aide d’un corpus d’œuvres de langue française. Les romans écrits pour la jeunesse assument‑ils une fonction éducative sur les questions climatiques ? Plus précisément, la représentation de la Ville, dans les œuvres retenues, endosse‑t‑elle les exigences de plausibilité scientifique de la cli‑fi, reconfigurées par une double dimension didactique et éducative emblématique de la littérature de jeunesse, afin d’en faire un espace de propositions citoyennes ? Ou manifeste‑t‑elle une simple reconfiguration de codes génériques selon les exigences narratives et récréatives du segment jeunesse, orientées vers un imaginaire du désastre propice à la tension narrative, à l’aventure et à l’accomplissement héroïque des personnages ? L’analyse de ces représentations de la Ville dans la cli‑fi jeunesse permettra d’élargir la réflexion à quelques perspectives plus larges, concernant les enjeux d’une cli‑fi jeunesse.

  • 4 Parce que la littérature de jeunesse entend prendre en compte l’âge des lecteurs, elle introduit ic (...)

2Ont été retenues pour l’analyse neuf œuvres de langue française : Les Pluies (tome 1 et 2) de Vincent Villeminot (2019‑2020 [2016‑2017]), L’Enceinte 9, d’Ophélie Bruneau (2019), Extincta de Victor Dixen (2019), Lou après tout (« Le Grand Effondrement », t. 1) de Jérôme Leroy (2019), Zoomancie d’Adrien Tomas (2019), BPocalypse d’Ariel Holzl (2020), Le Rêve d’un autre monde d’Anne Plichota et Cendrine Wolf (2020), Urban Garden de Fabien Fernandez (2021) et, Paraddict de Pauline Pucciano (2021). Ces romans ont tous été publiés entre 2016 et 2021 dans des collections destinées aux adolescents, à un moment où se donne à voir dans les médias la force croissante des mouvements de la jeunesse pour l’environnement. De fait, la cli‑fi est peu développée dans les années précédant ce mouvement de prise de conscience, du moins au sein du secteur Young Adult. Dans tous ces romans, la thématique climatique est évidemment centrale, tout comme la Ville, qui constitue le cadre principal de l’action et qui offre la particularité de concentrer les préoccupations liées à la crise climatique : s’y donnent à voir les ravages écologiques, économiques et politiques de cette crise. Cependant, il faut d’emblée le noter : ces ouvrages n’ont pas le profil de la cli‑fi tel qu’il a été dégagé par Milner et Burgmann en 2020 dans Science Fiction and Climate Change. A Sociological Approach. Selon eux, la cli‑fi est généralement associée à la science‑fiction, entre autres raisons parce que les auteurs, les collections ou maisons d’édition aussi bien que les lecteurs ont ce genre pour principal univers de référence. La cli‑fi apparaît donc comme un sous‑genre ou une thématique de la science‑fiction, dans lequel la science et les technologies jouent un rôle crucial. Dans le cas de la cli‑fi jeunesse abordée ici, ce constat est à nuancer. En effet, la Ville y est représentée à l’aide de conventions génériques qui ne sont pas spécifiques à la cli‑fi, qui seront développées ci‑dessous, et qui manifestent plutôt une hybridité générique relative aux enjeux assignés à ces romans jeunesse et à l’insertion dans ce segment éditorial4. C’est pourquoi les romans du corpus ne permettront pas d’envisager de manière égale l’ensemble des caractéristiques présumées de la cli-fi : adossement aux conventions de la science‑fiction, rôle majeur de la technologie et de la science, mise en scène d’un imaginaire de la crise climatique. Si L’Enceinte 9, Urban Garden ou Lou après tout explorent la cli-fi dans des univers de science‑fiction et de cli‑fi, un roman apocalyptique comme Extincta se teinte bien davantage de codes empruntés à la fantasy, en estompant les traits de la cli‑fi.

Une cli-fi tempérée par d’autres formes littéraires

3Au vu de l’intérêt de la jeunesse pour les questions environnementales, il serait logique que les éditeurs mettent en avant, via le paratexte, la thématique climatique et environnementale des romans. Dans une logique commerciale, elle pourrait apparaître comme un élément de séduction des jeunes lecteurs, en phase avec leurs préoccupations. Toutefois, elle est peu présente. Deux romans seulement l’évoquent explicitement en quatrième de couverture : Lou après tout (« bouleversements climatiques ») et Le Rêve d’un autre monde, (« dérèglement climatique »). Les autres restent plus indéterminées dans la mention des périls : « pandémie meurtrière » (L’Enceinte 9), « mutant » (Bpocalypse), « monde dévasté par les guerres et les catastrophes » (Zoomancie), « une ville américaine au passé industriel déclinant » (Urban Garden) ou encore « déluge » (Les Pluies).

4Les présentations convoquent plutôt les codes de la dystopie et de la science‑fiction, par exemple en mettant en avant la date de la diégèse (Paraddict : la date 2071 mise en rouge), en faisant un usage science‑fictionnel des majuscules (L’Enceinte 9), en mentionnant des régimes politiques fréquents dans la dystopie (Lou après tout), et des mondes détruits postapocalyptiques, une espèce humaine « en bout de course » (L’Enceinte 9), l’apocalypse (Bpocalypse), le « Grand Effondrement » (Lou après tout), un « monde dévasté » (Le Rêve d’un autre monde). Surtout, hormis dans ce dernier roman, la présentation met en avant la tension narrative du récit, par laquelle le lecteur « est encouragé à attendre un dénouement, cette attente étant caractérisée par une anticipation teintée d’incertitude » (Baroni, 2007, p. 18). L’idée de compte à rebours, de course contre la montre est utilisée dans plusieurs présentations : « comment sauver l’Enceinte 9 avant qu’il ne soit trop tard ? » (L’Enceinte 9), « ils savent que le danger peut surgir à tout instant » (Lou après tout), « Mais pour combien de temps ? » (Bpocalypse), « Désormais, une course contre la montre est engagée » (Les Pluies, tome 2). Cet effacement relatif des traits reliant les romans à la cli‑fi au profit d’autres codes médiatiques, culturels et littéraires est étonnant. Sans doute les éditeurs jugent‑ils plus efficace de mettre en avant la tension narrative des récits, et les éléments les rattachant à la dystopie ou au postapocalyptique, deux genres qui rencontrent les faveurs du public.

5Pourtant, ces romans mettent bien en place un imaginaire urbain qui relève de la cli‑fi. En effet, l’imaginaire urbain commun à ces récits est celui d’un monde défait, défait parce que ses principes actuels (c’est‑à‑dire en vigueur au moment de la publication de l’ouvrage) n’ont plus cours, ce qui résulte d’un choc climatique, de mutations des espèces vivantes, ou d’un Grand Effondrement, à savoir un arrêt de fonctionnement des technologies modernes fondées sur l’électricité, qui bouleverse la marche des sociétés. À des degrés divers, ces romans pour adolescents mettent en œuvre une vision collapsologique. La collapsologie est née du rapport Meadows, publié en 1972, qui prévoyait un « effondrement » pour les années 2030 si la croissance démographique et économique poursuivait son cours. En 2015, Pablo Servigne et Raphaël Stevens ont à leur tour posé les bases de la collapsologie dans leur essai Comment tout peut s’effondrer. Selon eux, une convergence de l’épuisement des ressources naturelles, des bouleversements climatiques, des crises économiques et sanitaires, conduiraient à l’effondrement des principes d’organisation de la société. Dans le corpus, les mondes urbains décrits saisissent des moments différents de cet effondrement, et tous montrent une inversion, un renversement dans les organisations sociales. Ainsi, dans Zoomancie, il y a une inversion Nord‑Sud en termes d’équilibres économiques. En effet, « l’Europe est un territoire du tiers‑monde, un vaste marécage inondé aux contours flous. Tout le monde crève la dalle et peine à survivre jusqu’au jour suivant » (Tomas, 2019, p. 59), tandis que « premiers producteurs d’énergie, les pays situés au sud du Sahara, sont devenus en quelques décennies les nations les plus riches du monde » (p. 126).

6Les villes, jadis abondamment peuplées, synonymes de prospérité et de profusion mercantile, sont désormais des espaces déserts ou presque :

Avec presque un quart de la population parquée dans des camps de Bougeurs ou soignée dans les hôpitaux, elles ressemblent à des déserts. On peut se promener deux heures sans croiser un commerce ouvert. Des immeubles entiers du centre-ville sont vides et les fenêtres sont murées. (Leroy, 2019, p. 226)

7La surconsommation a laissé place au rationnement : « la ville avait réussi à survivre grâce à un rationnement draconien : chaque supermarché, chaque entrepôt en ruines, avait été peu à peu vidé de ses provisions alimentaires » (Holzl, 2020, p. 41).

8Ce monde urbain est également défait parce qu’il est composé de villes en ruines, qui se délabrent faute de moyens financiers et humains. Dans Bpocalypse, le personnage de Sam observe Verdant Street :

Des façades grisâtres la cernaient. Leurs fenêtres brisées, souvent barricadées de planches, rappelaient des yeux aveugles. Comme sa mère, les immeubles de Dhauntown avaient vieilli prématurément. Pourtant, en dehors des larges fissures crevant le trottoir, des épaves de voitures éparpillées sur la route et d’un pesant silence, le quartier paraissait des plus ordinaires. (Holzl, 2020, p. 11)

9Dans Zoomancie, les derniers habitants vendent tous les matériaux qu’ils peuvent récupérer, et Paris « peu à peu désossée et démantelée [et] ses bâtiments dénudés aux fenêtres béantes donnent l’impression déplaisante d’arpenter une ville en décomposition » (Tomas, 2019, p. 235). Dans Urban Garden, les habitations sont des « enveloppes de bois rapiécées avec jardin grillagé ou cimenté » (Fernandez, 2021, p. 13). Ainsi, dans l’ensemble des romans, les villes reflètent le délitement d’un monde dévasté par l’activité agro‑industrielle, qui ne parvient plus à satisfaire aux besoins élémentaires de la population : se nourrir, se loger, vivre en bonne santé.

10Cependant, la cli‑fi jeunesse déroge à un attendu fondamental de la cli‑fi, qui est d’avoir un fort adossement à la science. Certes, le postulat anthropocénique est affirmé. Les actions des êtres humains ont modifié les cycles géologiques et climatiques. Pourtant, les mécanismes précis sont la plupart du temps évoqués rapidement ou éludés. Ainsi, dans Urban Garden, qui se passe dans une époque indéterminée, peut‑être un futur proche, le lecteur connait peu de choses sur les circonstances ayant mené à l’appauvrissement des ressources et des populations. Dans Bpocalypse, l’auteur élude la question scientifique :

Le boulevard devait son nom aux victimes pétrifiées qui l’encombraient. Lorsque les habitants avaient tenté de fuir la ville dans cette direction, ils avaient été changés en statues de sel. Par quoi ? Difficile à dire. De nombreux phénomènes apocalyptiques restaient encore inexpliqués et les pires dangers à Concordia étaient souvent invisibles, comme les radiations, les fuites de gaz ou les mimiques. (Holzl, 2020, p. 55)

11Dans Paraddict, les sous‑titres de chapitres, libellés comme des titres de presse ou de dépêches d’agence de presse, livrent des faits relevant du bouleversement climatique, sans jamais en livrer les explications. Il est ainsi fait mention de canicule exceptionnelle, de l’extinction de différentes espèces dans le cadre de la « Sixième extinction », de l’engloutissement de certains territoires par les océans. Si les raisons, liées à l’activité humaine et à la surpopulation, ne font aucun doute, les conditions scientifiques ne sont jamais évoquées dans le détail. Le Paris de cette année 2071 montre les conditions de vie urbaines en Europe, où règne désormais un climat tropical, mélange de chaleur équatoriale et d’humidité, avec des rues envahies d’insectes et de batraciens.

12Ainsi, les œuvres se conforment à une représentation de la ville emblématique des fictions climatiques, mais en dérogeant à l’exigence scientifique de la cli‑fi, qui pourrait se conjuguer à la dimension didactique de la littérature de jeunesse. À dire vrai, ces œuvres de cli‑fi publiées pour la jeunesse présentent des univers urbains hérités avant tout des imaginaires dystopiques et, dans une moindre mesure, postapocalyptiques.

Des espaces urbains dystopiques et postapocalytiques

  • 5 Songeons ici aux romans de John Green, de Rainbow Rowell ou Susin Nielsen ou, en langue française, (...)

13Laurent Bazin analyse les formes littéraires présentes dans le secteur Young Adult et y observe la prédominance de deux univers génériques : la fantasy et la dystopie, avec depuis quelques années une domination de la dystopie. Concrètement, cela se traduit par un schéma narratif qui oppose les personnages adolescents aux adultes, lesquels représentent le pouvoir en place, tandis que les jeunes générations incarnent le renouveau face un monde adulte vieillissant (Bazin, 2019). C’est le cas dans certains des romans du corpus. La présence de jeunes personnages (adolescents ou jeunes adultes) est une nécessité dans ce segment éditorial, une condition pour entraîner l’adhésion et l’identification des jeunes lecteurs. Cependant, alors que dans des formes de littératures réalistes, les romans‑miroirs, les conflits générationnels sont désormais peu présents5, dans la dystopie, les jeunes protagonistes incarnent un espoir de renouveau ou un mouvement de révolte face à des adultes qui ont l’âge de leurs parents ou plus, et qui détiennent un pouvoir inique ou totalitaire. Les générations s’y affrontent. Dans le corpus, les villes sont ainsi le résultat urbanistique et politique d’une gestion contestable des générations au pouvoir, répondant à des enjeux économiques qui l’emportent sur la préservation du vivant. Ainsi, dans Zoomancie, Paris est en proie à des crues meurtrières et le pouvoir en place a tenu à préserver le capital architectural pour des raisons économiques :

Aux premiers temps des crues, les gouvernants de l’époque ont montré leur sens des priorités : protéger les monuments parisiens de la montée des Eaux. Ne pas perdre d’argent, surtout. Attirer les touristes. Préserver le capital. Rester attractif. […] Le Champ‑de‑Mars est sous l’eau, mais la Tour surnage, du haut du cube de béton armé qui lui a fait prendre cinquante mètres de haut. Le quatrième étage, le plus grand scandale français de tous les temps. Soixante mille Parisiens sont morts pendant les cinq premières semaines de crue, faute de planification adéquate, mais la tour Eiffel avait les pieds au sec. (Tomas, 2019, p. 10‑11)

14Un autre motif de la dystopie est utilisé dans les romans du corpus, celui de la ville ségréguée socialement. Tout d’abord, les villes peuvent procéder à une sélection des populations, comme dans L’Enceinte 9 :

À l’époque du repli, on n’était pourtant pas passé loin des exactions d’autrefois : le contrôle à l’entrée avait privilégié les personnes en bonne santé afin de ne pas devoir gérer trop de maladies chroniques, gourmandes en médicaments et autres substances difficiles à produire en milieu confiné. Combien d’insuffisants rénaux, de diabétiques, de séropositifs HIV, avaient été refoulés à l’entrée des Enceintes ? Aucune trace écrite ne témoignait de cette épuration. (Bruneau, 2019, p. 218)

15Dans Extincta, la ville est organisée en différents secteurs, qui accueillent des populations différentes, réparties en castes :

Elle détourna les yeux du port pour regarder par‑delà les taudis de la ville basse, vers la ville haute réservée aux castes supérieures. Le pleuroir se dressait à mi‑chemin, sur la grande butte grise aux flancs chargés des habitations en briques des crachants et des saignants, plus solides que les cahutes cubiques en torchis des suants. (Dixen, 2019, p. 51)

16Dans Lou après tout, Jérôme Leroy met en scène une société dystopique gouvernée par le Bloc Patriotique, un parti d’extrême droite. La ségrégation est sociale et ethnique, puisque sont rejetées aux abords de la ville, dans la « zone du Dehors », les populations disposant de faibles revenus et issues de l’immigration. Dans Bpocalypse, le principe de ségrégation est différent, car il est biologique. Des quartiers entiers peuvent être mis en quarantaine, à ceci près qu’une quarantaine peut durer des années et impliquer un isolement total. Ainsi, le parc de Cedar Grove a été défini huit ans avant l’époque de la diégèse comme un espace de quarantaine où les habitants de la ville, qui ont subi une mutation biologique, ont été enfermés. Dans le récit, la zone est à nouveau ouverte et ses murs abattus, mais les mutants qui en sont issus ne disposeront pas des mêmes droits que les autres. Ce ne sont que quelques exemples, les romans mettant presque tous en place une organisation urbaine qui classe, voire sépare les populations et les hiérarchise.

17Le corollaire de cette organisation est le contrôle des populations urbaines. Les villes sont des espaces où les mouvements des populations sont encadrés, surveillés, à cause des dangers liés à la désorganisation sociale. Cela en fait des espaces où la présence de la police est constante, voire des espaces surmilitarisés, l’armée contrôlant la population, comme dans Lou après tout :

L’essentiel des forces de police garde les frontières du Dehors et les immenses camps de Bougeurs. La délinquance a augmenté, les pillages des hypermarchés également. Les gens se procurent des armes pour se défendre. Entre la crise alimentaire qui persiste et le personnel insuffisant, on a transformé les usines agroalimentaires, certaines zones agricoles et, bien entendu, tous les hypermarchés en forteresses. (Leroy, 2019, p. 223)

18C’est notamment sur ce point que se joue une opposition entre les adultes, tenants de l’ordre, et la jeunesse, qui aspire à la liberté et à un type de gestion de la Cité différent. Dans Urban Garden, roman choral qui donne voix à plusieurs protagonistes adolescents, les conflits générationnels s’expriment aussi bien dans la relation entre Scott, le jeune héros, et son père, que dans les altercations entre le personnage de Tasha, adolescente déscolarisée qui vit de trafics divers, et la police locale. La jeunesse serait ainsi porteuse d’espoir :

Notre génération serait-elle ce tremplin pour les autres vers un monde meilleur ? […] On est juste différents et plus conscients des drames écologiques quotidiens, ou peut-être qu’on est les seuls à garder espoir en cette fichue planète pour vouloir la préserver ? (Fernandez, 2021, p. 139‑140).

19Enfin, conformément à ce qui s’observe dans les dystopies du secteur jeunesse, les mondes urbains sont pour la plupart des mondes postapocalyptiques, dans lesquels la technologie moderne n’a que peu de place. Les univers médiatiques développés par Hunger Games de Suzanne Collins et Divergente de Veronica Roth ont familiarisé le (jeune) public avec des sociétés ravagées par des destructions massives (liées ou non à l’environnement), gouvernées de manière autoritaire, selon un régime de représentation postapocalyptique souvent prétechnologique. Ici, il n’y a guère que Paraddict pour présenter une vision du monde toujours soumise aux technologies, mais il faut préciser que ce roman ne propose pas seulement une interrogation sur le péril climatique : il présente aussi une vision angoissée d’un monde livré aux pouvoirs de l’intelligence artificielle. Ce roman est cependant une exception dans le corpus. Dans Lou après tout, la vision collapsologique n’évince pas tout recours à la technologie, mais l’univers urbain opère en large part un retour à une ère prétechnologique.

20Cette représentation culmine dans les mondes apocalyptiques et postapocalyptiques des Pluies et de Extincta, dans lesquels le désastre se poursuit. Les villes semblent revenues à un état « médiéval », ainsi que se le demande un personnage : « Des murs. Des créneaux. Des soldats. Était-ce qu’ils accomplissaient tous un retour dans le passé, vers le Moyen Âge ? » (Villeminot, 2020, p. 25)

21L’imaginaire urbain de ces romans de cli‑fi jeunesse montre l’ambiguïté de la relation à la cli‑fi, à la science‑fiction dans son ensemble. On peut considérer qu’il s’agit d’une actualisation romanesque d’un futur proche, plausible, et par là même, une représentation outrée, exacerbée des villes que le lecteur connaît. La cli‑fi, comme le rappelle la chercheuse Irène Langlet, utilise peu les novums science‑fictionnels, ces éléments d’estrangement cognitif qui élaborent un monde constitué d’objets, d’êtres et d’évènements autres, c’est‑à‑dire qui produisent un effet d’altérité (Langlet, 2020). Dans les romans du corpus, il y a en effet peu de novums. Au navitaxi de Zoomancie sont préférés des éléments directement puisés dans le quotidien et le monde du lecteur : smartphones, masques chirurgicaux, pics de pollution, confinement. Le monde urbain dépeint est le nôtre, ou presque, comme dans Paraddict, ou dans Lou après tout, qui n’est pas si éloigné de notre univers de référence actuel et occidental, en tout cas dans le premier tome :

Les sirènes se mettent à mugir un peu partout dans la ville.

Deux des enfants mettent les mains sur leurs oreilles.

Samira a un air à la fois excédé et résigné. Elle consulte, simplement pour confirmation, son smartphone qui bipe d’une manière reconnaissable entre toutes.

Pic de pollution de niveau orange.

Sauf nécessité absolue, il vaut mieux se confiner à l’intérieur, surtout les enfants, les personnes âgées et ceux qui souffrent de maladies respiratoires.

Pourtant, dehors, dans le parc Saint-Martin entouré de ses petits immeubles blancs, rien ne change en cette fin d’après-midi du 2 septembre 2027.

Le soleil, rouge, descend dans un ciel bleu très pur. Il y a toujours le vent dans les arbres, et il fait toujours aussi chaud.

Le danger est invisible… (Leroy, 2019, p. 137)

  • 6 Jérôme Leroy tisse de roman en roman un univers cohérent, avec des effets de résonance : le Bloc pa (...)

22Dans cet extrait, l’action se déroule en 2027, d’où l’effet de familiarité de l’univers mais aussi des évènements : pollution, alertes, confinement. Le roman de Jérôme Leroy construit rapidement un monde postapocalyptique, dans lequel les humains sont menacés par deux phénomènes qui sont présentés et perçus par nombre de lecteurs comme parfaitement réalistes et plausibles, mais qui ne sont pourtant pas réellement justifiés scientifiquement. Irène Langlet souligne que la science‑fiction a une spécificité « dans l’habileté à articuler une altérité surprenante et son explicitation non surprenante » (Langlet, 2020, p. 7). Paradoxalement, les récits cli‑fi du corpus, pour la plupart, font le contraire. Ils présentent des éléments d’altérité atténuée qui ne surprennent pas les lecteurs, qui leur apparaissent très vraisemblables dans un univers proche du nôtre, et proposent une explication surprenante ou se refusent à en proposer. Dans Lou après tout, rien n’est plus prévisible aux yeux des personnages que l’existence des Cybs, résultat d’expériences mal maîtrisées d’apprentis sorciers dans une société liberticide et technologique6 : le lecteur ne s’étonne pas davantage que les mécanismes de cette mutation ne soient pas expliqués. Dans Bpocalypse, il n’est pas plus surprenant de constater que certains individus ont muté au moment de l’Apocalypse et que des animaux fantômes hantent les rues de la ville, même si le lecteur ne sait pas très bien ce qui s’est passé et ce qui peut expliquer scientifiquement ces phénomènes. Au fond, ces récits activent davantage une encyclopédie générique qu’une lecture scientifique du péril climatique. Les univers urbains empruntent à des univers littéraires et cinématographiques, et constituent, comme le dit Scott dans Urban Garden, « un véritable décor de film postapocalyptique » (Fernandez, 2021, p. 14). Bpocalypse est lui aussi plein de phénomènes inexpliqués, qui échappent à la rationalité de la science‑fiction et la scientificité attendue de la cli‑fi.

23C’est que dans ces récits écrits pour la jeunesse, le sense of wonder se déplace et quitte les rivages de la science‑fiction pour aller du côté du fantastique et de la fantasy. Il n’y a pas de dépaysement, plutôt une exacerbation anxiogène de la réalité du lecteur, simplement amplifiée dans un proche avenir par un événement jugé prévisible : la montée des eaux, une pandémie meurtrière, le Grand Effondrement, toujours des conséquences des actions humaines. Somme toute, ces fictions empruntent aussi bien à ce que Blaka Basu, Katherine R. Broad et Carrie Hintz appellent la « dystopie environnementale » qu’à la « dystopie postapocalyptique ». La première explore la menace de la destruction environnementale :

  • 7 Traduction personnelle.

Élévations du niveau de la mer, tempêtes, sécheresse, et fin des énergies fossiles créent des cauchemars sociaux, politiques et économiques qui sensibilisent les lecteurs aux dangers du désastre environnemental, en même temps qu’ils représentent de jeunes personnages qui apprennent à s’adapter et à survivre dans des temps troublés.7 (Basu, Broad, Hintz, 2013, p. 3)

24Les fictions du corpus correspondent également à leur définition de la « dystopie postapocalyptique » : « La dystopie postapocalyptique se différencie de la dystopie environnementale par son insistance sur une variété d’autres événements ayant grandement bouleversé le monde, comme la peste, la Troisième Guerre mondiale, des chutes cataclysmiques d’astéroïdes, ou même des zombies » (p. 3). Les romans actualisent la destruction environnementale, qui advient pendant le récit ou est advenue, tout en empruntant des motifs et des personnages du postapocalyptique.

Du novum au sense of wonder

  • 8 Les informations présentées dans le tableau proviennent de plusieurs sources, vérifiées par recoupe (...)

25Pour comprendre ce tropisme de la cli‑fi jeunesse vers des univers imaginaires délestés de leur dimension scientifique, il faut d’abord s’intéresser aux auteurs et à leurs univers d’appartenance8. Milner et Burgmann observent que la cli‑fi est généralement écrite par des auteurs de science‑fiction, ce qui n’est pas le cas des auteurs du corpus. Dans leurs déclarations et présentations, presque tous affirment mener une carrière d’écrivain dans le secteur jeunesse avant tout ou exclusivement, à l’exception de Jérôme Leroy. La plupart revendiquent l’affiliation à ce vaste ensemble qu’est la « SFFF », c’est‑à‑dire les formes relevant de la science‑fiction, du fantastique et de la fantasy, voire à celui de la fantasy spécifiquement. Seuls Fabien Fernandez et Jérôme Leroy se distinguent par l’appartenance à d’autres formes littéraires, relevant des littératures mimétiques, Fabien Fernandez mettant par ailleurs en avant un lien privilégié avec les univers vidéoludiques ou graphiques plutôt que littéraires.

Tableau 1

Auteur

Autrice

Trajectoire, formation,

profession

Affiliations génériques affichées

Production

Bruneau Ophélie

Ingénieure

SFFF

Jeunesse

SFFF

Fernandez Fabien

Graphisme, game design

SFFF

Jeunesse

SFFF

Holzl Ariel

Jeu vidéo, cinéma

Urban fantasy

Jeunesse

Fantasy / Science‑fiction

Leroy Jérôme

Enseignement

Roman, roman noir, poésie

Jeunesse / Adulte

Science‑fiction, roman, roman noir, poésie

Plichota Anne & Wolf Cendrine

Divers

Science-fiction, fantasy

Jeunesse

Science‑fiction, fantasy

Pucciano Pauline

Enseignement

Anticipation, fantasy, conte pour enfants, poésie

Jeunesse

Science‑fiction, fantasy, conte pour enfants, poésie

Tomas Adrien

Formation : écologie

Divers

Fantasy

Jeunesse

Fantasy

Villeminot Vincent

Journalisme

Science-fiction, fantasy, fantastique

Jeunesse

Science-fiction, fantasy

Trajectoires et univers d’appartenance des auteurs et autrices.

© Natacha Levet

26Ainsi, les auteurs du corpus ne s’affirment jamais comme des auteurs de science‑fiction spécifiquement, et au vu des genres qu’ils pratiquent, voire des univers culturels et médiatiques dans lesquels ils exercent leurs compétences, il n’est pas étonnant que leurs récits de cli‑fi soient peu marqués par la science‑fiction ou hybridés avec la fantasy.

  • 9 Il s’agit d’un mouvement de mobilisation citoyenne qui entend rassembler la jeunesse et coordonner (...)
  • 10 Voir la présentation du label, datée du 30 septembre 2020, en ligne sur le site de l’éditeur :
    https (...)

27Les collections, quant à elles, ne sont pas marquées génériquement, et ne sont donc pas affiliées à la science‑fiction. Toutes, sauf une, sont des collections spécialisées dans le secteur jeunesse. En revanche, une collection se distingue, ou plutôt un label, le label #onestprêt, aux éditions Glénat, qui publie Urban Garden de Fabien Fernandez. Ce label a été lancé en 2021, dans le sillage du mouvement On est prêt (#onestprêt), né en 20189. Les romans publiés s’adressent aux adolescents et aux jeunes adultes et entendent leur proposer des récits qui imaginent de manière positive le monde de demain, reflétant les aspirations de la jeunesse (les moins de vingt ans, dès 13 ans précise le label10) face aux défis climatiques et environnementaux. Les récits sont le fruit d’une collaboration entre auteurs de fictions et experts en matière environnementale. Ainsi, le label ne revendique pas une affiliation générique mais une posture d’engagement. Urban Garden se déroule dans un univers si proche de celui du lecteur de 2021, année de sa publication, qu’il n’est pas possible de le qualifier de récit science‑fictionnel : il s’agit d’une fiction climatique, sans autre assignation générique, écrit par un auteur dont les autres œuvres pour la jeunesse relèvent du roman réaliste ou du roman noir.

  • 11 Différents rapports et enquêtes ont démontré ces dernières années que les genres de l’imaginaire on (...)

28Le profil des auteurs du corpus explique sans doute le glissement générique de la cli‑fi, qui relève moins ici de la science‑fiction que d’un roman d’anticipation se passant des considérations scientifiques, ou qui se déplace vers un univers de fantasy, sans plus d’exigence de rationalité scientifique. Comme cela a été dit plus haut, ces récits proposent une inversion générique : débarrassés ou presque des novums science‑fictionnels qui imposent au lecteur des éléments n’existant pas dans son monde mais résultant de créations plausibles et compréhensibles, ces récits cli‑fi jeunesse reprennent une galerie de créatures héritée de codes culturels génériques pour produire des phénomènes et des êtres peu plausibles, mais acceptables, car faisant référence à une encyclopédie médiatique commune. L’univers cli‑fi utilise donc des éléments culturellement connus pour créer un monde peu admissible rationnellement. L’exigence de crédibilité et d’assise scientifique de la cli‑fi doit en rabattre mais le lecteur se retrouve dans un univers culturel qu’il connaît11.

29Dans plusieurs romans du corpus, l’entrée dans le récit est précédée d’une carte, représentant soit le territoire de la diégèse dans son ensemble (Extincta), soit le plan de la ville (Bpocalypse, Extincta). S’il est présent dans certaines œuvres‑mondes de la science‑fiction comme dans Dune de Frank Herbert, cet usage de la carte liminaire est très répandu dans la fantasy. La carte propose un repère utile pour le lecteur, qui se retrouve face à un monde entièrement imaginaire. Tel ne devrait pas être le cas dans des récits de cli‑fi, où le lecteur s’attend à retrouver le monde qu’il connaît. Cependant, certains d’entre eux inventent de toutes pièces les lieux du récit et manifestent au seuil de ce dernier une appartenance possible au genre de la fantasy.

30Ainsi, dans Extincta, la ville prétechnologique créée par Victor Dixen rappelle les villes‑forteresses de la fantasy médiévaliste, avec son port relié par des passerelles innombrables, ses temples ou lieux rituels comme le « pleuroir », les édifices aristocratiques de la cité‑royaume gouvernée par le roi Orcus qui vit dans un « castel » :

Des milliers de gens s’entassaient à l’entrée sud du pleuroir, réservée au peuple. La grande esplanade offrait une vue dégagée sur la baie enflammée d’un côté. De l’autre, c’était le désert, une immensité grise où seules s’aventuraient les caravanes tirées à force d’homme, assurant le commerce entre les cités-royaumes. […] Au‑dessus se dressaient les toits des colonies extérieures. C’était là que logeaient les suants chargés d’entretenir les parcelles de régénération, ainsi que les caravaniers sans visa pour pénétrer dans la cité. Tout au bout, enfin, on pouvait apercevoir les lits d’humusage où les restes des morts étaient régulièrement mélangés aux algues afin de créer le compost nécessaire à la lente renaissance de Terra. (Dixen, 2019, p. 52)

31Surtout, nombre de ces romans sont peuplés de créatures issues d’autres formes littéraires. Ariel Holzl propose dans Bpocalypse un monde postapocalyptique où fourmillent des créatures imaginaires ou importées de la fantasy et du fantastique, comme des fantômes. Elles sont évoquées sans justification aucune et font de la Ville un terrain de jeu pour les jeunes personnages, avec des signes codés pour se repérer, des espaces maîtrisés par ces adolescents audacieux. La cli‑fi semble bien diffuse dans ces univers, et les questions climatiques sont englouties par le sens de l’aventure, à grand renfort de fantômes, de mutants et autres zombies. Là encore, l’appartenance de ces récits à la littérature de jeunesse pourrait donner une explication. Christian Chelebourg rappelle que « la littérature de jeunesse fait aujourd’hui figure de refuge de l’imagination aventureuse. […] Rien ne la caractérise mieux, en effet, qu’une confiance insolente et comme historiquement déplacée dans les vertus du récit et les figures héroïques » (Chelebourg, 2013, p. 17). Le goût de l’aventure et la mise en valeur de personnages héroïsés s’accommodent mal, dans le secteur jeunesse, de la rationalité scientifique de la cli‑fi. Il est plus satisfaisant ou séduisant d’imaginer une figure salvatrice et charismatique, celle de Lou chez Jérôme Leroy, celle de Faustine chez Adrien Tomas, et de louer les pouvoirs de l’imagination, du chant et de la poésie. L’exigence romanesque sacrifie donc la cli‑fi, en ré‑enchantant les questions climatiques, et cela ne va pas sans ambiguïté.

L’ambiguïté des valeurs dans la cli-fi jeunesse

32Dans Urban Garden, dans Paraddict, dans Le Rêve d’un autre monde et dans Lou après tout, qui sont sans doute les œuvres les plus engagées du corpus, dont les questionnements excèdent parfois le problème du climat, les valeurs sont clairement affichées : dans les romans de Pauline Pucciano et de Jérôme Leroy sont pointées les responsabilités politiques et idéologiques des décideurs occidentaux, et l’hubris des hommes qui placent aveuglément leur confiance dans les nouvelles technologies. Dans ces deux œuvres, le salut des individus ne peut se faire qu’en dehors des espaces urbains. La trajectoire d’Alvar va dans ce sens dans Paraddict, puisque le personnage renonce à sa vie virtuelle et citadine pour prendre la route avec les Nom’s, les nomades :

Alvar ne revenait pas de son bonheur – était‑ce le mot qu’il fallait utiliser ? S’échapper de la City, de la famille, de la WA, ressemblait à un envol. […] Ils vivaient ainsi, dans une simplicité inouïe, liés par des traditions millénaires aux premiers souffles de l’humanité. » (Pucciano, 2021, p. 460)

33Dans Lou après tout, l’échappée se fera dans une communauté loin des grands centres urbains, et comme dans Urban Garden, ce sont des valeurs collectivistes, d’entraide, de solidarité qui représenteront les seules réponses possibles aux dévastations. Si cette solution est mise en œuvre dans le tome 3 de la trilogie de Jérôme Leroy, qui a été écarté du corpus précisément parce que l’action se situe hors des villes, elle apparaît comme une réponse possible aux désordres climatiques, économiques et sociaux dans Urban Garden. L’initiative du jardin urbain, sur le terrain vague qui sépare les habitants du quartier, apparaît comme le moyen de rapprocher les gens, de les nourrir aussi. Le roman, dans la perspective écocitoyenne du label éditorial #onestprêt, s’inspire de solutions réalistes, qui existent déjà : financement participatif, micro‑crédit, circuits courts, agriculture raisonnée et biologique. Le Rêve d’un autre monde va plus loin en proposant au sein même de l’imaginaire urbain du désastre un modèle plus utopique, quoique fragile. Cette ville dans la ville est incarnée par la tour qui donne son sous‑titre au premier volume : « La tour de l’espoir ». S’y pratique une autogestion citoyenne et communautaire, avec un potager au 44e étage :

Contrairement à l’élevage des insectes, les potagers étaient libres d’accès. Les familles disposaient d’un ou plusieurs carrés, selon le nombre de personnes qui les composaient et la place disponible au quarante‑quatrième étage et au pied de la tour, sur l’héliport abandonné en pleine construction et les toits plats. Certains de ces petits lopins étaient barricadés comme des places fortes, d’autres laissés ouverts à tous. La tour de David fonctionnait de la même façon qu’un village, on misait sur la confiance. Ceux qui étaient acceptés mesuraient leur chance et signaient sans rechigner le contrat établissant les règles édictées par le Conseil des chefs d’étage. (Plichota & Wolf, 2020, p. 97‑98)

34Remarquons toutefois que c’est le village qui est mentionné comme référence, comme si la Tour était une enclave villageoise au sein de la grande cité dévastée et dangereuse.

35Pour autant, ces romans ne constituent pas la majorité. L’imaginaire du désastre se teinte d’une certaine ambiguïté. Ainsi, les villes ne sont pas seulement le symptôme du désastre, elles sont représentées comme des refuges pour l’humanité en péril. Dans L’Enceinte 9, les habitants se sont claquemurés dans une forteresse aux murailles végétales, dans une ville explicitement qualifiée de « refuge ». Dans Extincta, les « Derniers Humains » sont des rescapés qui ont fui la campagne ravagée « par les pluies acides, les incendies titanesques et les canicules mortelles » (Dixen, 2019, p. 23) Dans Les Pluies, la ville de Komolo, bâtie en hauteur et protégée par des remparts d’envahisseurs jadis redoutés, est devenue le meilleur refuge contre les inondations. Ainsi, la ville peut bien être en ruines, elle permet aux hommes de mieux résister aux catastrophes, ce qui là encore représente une inversion intéressante, non pas par rapport aux genres littéraires médiatiques, mais par rapport aux postulats scientifiques qui pointent plutôt la nécessité d’en finir avec les grandes métropoles énergivores.

36L’ambiguïté des mondes et des solutions de la cli‑fi jeunesse apparaît également dans l’absence de proposition : hormis les solutions très concrètes et déjà possibles intégrées au récit de Fabien Fernandez dans Urban Garden, ou l’utopie qui se fera jour dans les tomes 2 et 3 de Lou après tout, les exigences du romanesque et de l’aventure semblent l’emporter et privent la cli‑fi de sa capacité d’alerte. Cela peut surprendre : la cli‑fi semblait taillée pour le secteur Young Adult, avec la dimension éducative du secteur jeunesse qui ouvrait la voie à l’adossement scientifique des fictions climatiques et à une dimension d’éducation citoyenne, pour des jeunes lecteurs ainsi sensibilisés aux dangers climatiques. Et ce n’est pas par crainte d’effrayer les jeunes lecteurs, car les univers proposés sont par ailleurs très sombres et parfois violents : l’imaginaire urbain du désastre assure une belle dose de violence et de chaos. Pire encore, il n’est pas toujours question de dénouement résolutif et positif : Extincta de Victor Dixen, roman apocalyptique, se termine sur l’extinction de l’homo sapiens sapiens, et la perspective offerte par le chœur d’un possible recommencement du « Chant de la vie », « sous un autre ciel », n’est qu’une piètre consolation. Les dernières phrases du roman de Victor Dixen toutefois montrent que ces fictions climatiques jeunesse sont en réalité influencées par un imaginaire religieux, chrétien ou païen, qui en fait des fictions d’expiation et de fin du monde.

37Nombre des romans du corpus sont en effet nourris d’un imaginaire de la faute, de l’expiation, qui peut apparaître dans des motifs ou des dispositifs narratifs, ou qui orientent la caractérisation des personnages. Extincta reprend le dispositif de la tragédie antique, s’ouvrant et se fermant sur les paroles du chœur, qui précise d’emblée que « l’espèce humaine s’éteignit un jour d’été » (Dixen, 2019, p. 15). La parole du chœur ponctue ainsi le récit, lui‑même structuré en chants, tel une épopée antique. De même, un motif récurrent des romans est celui du déluge : si la montée des eaux est un péril climatique bien établi, déjà actuel (inondation, tsunami, érosion des littoraux), elle est réinvestie dans ces romans par un imaginaire chrétien du Déluge. De manière explicite, la quatrième partie du tome 1 des Pluies de Vincent Villeminot s’intitule « L’Arche de Noah ». Les pluies torrentielles du Rêve d’un autre monde, la crue de la Seine dans Zoomancie évoquent elles aussi cet imaginaire du Déluge. Les hommes ont été punis : dans Bpocalypse, certains ont été transformés en statues de sel. Les protagonistes se rêvent parfois en figures sacrificielles. Dans Urban Garden, Scott se désigne comme l’auteur d’un incendie criminel pour le bien de la collectivité : « Tu t’es sacrifié la dernière fois. Je n’ai pas tout compris sur le moment. Je n’ai d’ailleurs peut‑être pas encore tout capté. Mais ce que je sais, c’est que s’il faut un bouc émissaire pour que d’autres aillent mieux, ce sera moi. » (Fernandez, 2021, p. 163). La tour du roman d’Anna Plichota et de Cendrine Wolf est une sorte de tour de Babel heureuse, qui rassemblerait les Hommes et leur permettrait de se parler et de se comprendre :

Avec ses quelque trois mille huit cents habitants, la tour de David, qualifiée de plus grand squat vertical du monde, avait tout d’une petite ville. Ici, tout le monde se connaissait, ou presque. L’absence d’ascenseur transformait les étages en rues ou en quartiers et les paliers en esplanades où l’on discutait volontiers avec ses voisins. (Plichota & Wolf, 2020, p. 24)

38Enfin, la force critique ou le pouvoir d’alerte de la cli‑fi sont parfois sacrifiés dans ces romans pour la jeunesse. L’absence de force propositionnelle, pour étonnante qu’elle soit dans un secteur éditorial qui pourrait facilement endosser une dimension didactique, peut renvoyer au versant fataliste qui est l’une des options de la cli-fi dont parlent Milner et Burgmann. Néanmoins, les fictions du corpus sont parfois plus étonnantes encore : ainsi, sur le pouvoir militaire, on note une curieuse ambiguïté dans Bpocalypse, dans lequel des milices sont constituées et protègent les populations du désordre. Les jeunes protagonistes sont les premiers à se sentir rassurés par la présence de ces unités paramilitaires. Certains aspirent même à les intégrer : Sam rêve d’« assurer l’ordre et exterminer les mutants, voilà ce qu’elle voulait faire une fois diplômée. Sans les miliciens, la ville aurait été à feu et à sang depuis des lustres. Beaucoup d’entre eux étaient aussi d’anciens flics. » (Holzl, 2020, p. 35).

39La cli‑fi, pourtant fortement teintée de dystopie, comme cela a été vu, est bien loin ici de l’exaltation de la liberté, de la glorification de la révolte face à des gouvernements liberticides et, dans le cas des fictions climatiques, inconscients des périls.

Conclusion

40Est‑il réellement possible de parler de cli‑fi à propos des romans du corpus ? La dimension didactique fréquente dans le secteur jeunesse en France semblait être un facteur favorable au développement d’un propos scientifiquement étayé dans ces romans. Pourtant, la cli‑fi jeunesse a bien du mal à renoncer aux codes du romanesque, sacrifiant l’exigence de plausibilité scientifique et la perspective propositionnelle dans une reconfiguration à la fois générique (la fantasy) et culturelle (des motifs religieux). Bien souvent, la cli‑fi jeunesse réintroduit un sense of wonder dans une exigence de divertissement et d’aventures. De même, nombre de ces romans peinent à proposer un imaginaire urbain positif, à se faire force de proposition, comme peut l’être la cli‑fi. Ainsi, l’aventure urbaine, parfois conçue comme jeu de piste pour des adolescents audacieux, l’emporte sur la force critique ou le pouvoir d’alerte de la cli‑fi, qui reste ici très variable, tout comme l’est la dimension scientifique des événements climatiques et environnementaux. Paradoxalement, la littérature de jeunesse ne semble retenir de la cli‑fi que la représentation du désastre à venir, à travers la représentation anxiogène d’un univers urbain du désastre, un lieu de violence et de destruction qu’il est impossible de fuir. Les romans de Jérôme Leroy et de Fabien Fernandez, ainsi que celui d’Anna Chiplova et de Cendrine Wolf, sont les seuls à envisager la cli‑fi comme un espace d’engagement, un lieu de parole positive et constructive.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Bruneau Ophélie, L’Enceinte 9, Paris : Lynks, 2019.

Dixen Victor, Extincta, Paris : Robert Laffont, coll. « Collection R. », 2019.

Fernandez Fabien, Urban Garden, Grenoble : Glénat, coll. « #onestprêt », 2021. [Jardin Urbain]

Holzl Ariel, BPocalypse, Paris : L’École des Loisirs, coll. « Medium + », 2020.

Leroy Jérôme, Lou après tout, « Le Grand Effondrement », tome 1, Paris : Syros, 2019.

Plichota Anne, Wolf Cendrine, Le Rêve d’un autre monde. La Tour de l’espoir, tome 1, Paris : XO Éditions, 2020.

Pucciano Pauline, Paraddict, Paris : Gallimard Jeunesse, 2021.

Tomas Adrien, Zoomancie, Paris : Lynks, 2019.

Villeminot Vincent, Les Pluies, tome 1, Paris : Le Livre de Poche Jeunesse, 2019 [2016].

Villeminot Vincent, Les Pluies, tome 2, Paris : Le Livre de Poche Jeunesse, 2020 [2017].

Références

Ayotte Catherine, Engagement politique des jeunes dans la lutte aux changements climatiques : rôle de l’éducation relative à l’environnement, Mémoire de master, sous la direction d’Anne‑Sophie Gousse‑Lessard, Université de Sherbrooke, 2020. Disponible en ligne : https://www.usherbrooke.ca/environnement/essais-et-memoires

Baroni Raphaël, La Tension Narrative. Suspense, curiosité et surprise, Paris : Seuil, coll. « Poétique », 2007.

Basu Balaka (dir.), Broad Katherine R. (dir.), Hintz Carrie (dir.), Contemporary Dystopian Fiction for Young Adults. Brave New Teenagers, New York/Londres : Routledge, 2013.

Bazin Laurent, La Littérature Young Adult, Clermont‑Ferrand : Presses de l’Université Blaise Pascal, coll. « L’Opportune », 2019.

Chelebourg Christian, Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde, Bruxelles : Les Impressions Nouvelles, coll. « Réflexions faites », 2012.

Chelebourg Christian, Les Fictions de jeunesse, Paris : PUF, coll. « Les Littéraires », 2013.

Centre National du Livre, Les jeunes Français et la lecture. Suivre les pratiques de lecture, comprendre les comportements et usages des jeunes de 7 à 25 ans, CNL/IPSOS, mars 2022. Disponible en ligne : https://centrenationaldulivre.fr/donnees-cles/les-jeunes-francais-et-la-lecture

Falconer Rachel, The Crossover Novel: Contemporary Children’s Fiction and Its Adult Readership, New York : Routledge, 2009.

Langlet Irène, La Science‑fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, coll. « U », 2006.

Langlet Irène, « Cli-Fi & Sci-Fi. Littératures de genre et crise climatique », La Vie des idées, juillet 2020. Disponible en ligne : https://laviedesidees.fr/Cli-fi-Sci-fi.html

Martin Marie‑Claire, Martin Serge, Quelle littérature pour la jeunesse ?, Paris : Klincksieck, coll. « 50 questions », 2009.

Milner Andrew, Burgman J.R., Science Fiction and Climate Change. A Sociological Approach, Liverpool : Liverpool University Press, 2020.

Servigne Pablo, Stevens Raphaël, Comment tout peut s’effondrer. Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes, Paris : Seuil, coll. « L’anthropocène », 2015.

Tomlinson Carl M., Lynch‑Brown Carol, Essentials of Young Adult Literature, Boston : Pearson, 2010.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet le travail soutenu par Catherine Ayotte (2020) sur l’engagement politique des jeunes sur les questions climatiques et environnementales.

2 Laurent Bazin parle d’une cible « difficile à cadrer avec précision mais censée englober adolescents (les 12‑18 ans, globalement) et jeunes adultes (de 18 à 25 ans environ) » (Bazin, 2019, p. 19).

3 Si cette tension est perceptible dans les déclarations d’intention d’auteurs de la période classique, considérés comme les ancêtres de cette production (La Fontaine, Fénelon ou Perrault), elle est inhérente à la constitution du segment éditorial au xixsiècle, fondatrice par exemple de la ligne de Pierre‑Jules Hetzel. Voir à ce sujet les ouvrages de Marie‑Claire et Serge Martin (2009) ou de Christian Chelebourg (2012).

4 Parce que la littérature de jeunesse entend prendre en compte l’âge des lecteurs, elle introduit ici une tension narrative empruntée au récit d’aventure, pour maintenir l’intérêt du lectorat, et tient compte de ses goûts supposés, par exemple pour la fantasy (voir plus bas).

5 Songeons ici aux romans de John Green, de Rainbow Rowell ou Susin Nielsen ou, en langue française, aux romans de Marie‑Aude Murail, Axl Cendres ou Jérôme Leroy.

6 Jérôme Leroy tisse de roman en roman un univers cohérent, avec des effets de résonance : le Bloc patriotique au pouvoir dans Lou après tout a été inventé (sur le modèle du Front national) en 2011, dans un roman noir intitulé Le Bloc, paru chez Gallimard, dans la collection « Série noire ». Lou après tout montre ce parti d’extrême droite au pouvoir.

7 Traduction personnelle.

8 Les informations présentées dans le tableau proviennent de plusieurs sources, vérifiées par recoupement : pages d’encyclopédies collaboratives en ligne, sites d’éditeurs et d’auteurs, entretiens dans la presse. Ainsi, pour Ariel Holzl, les sources sont les suivantes : le site de l’auteur (http://arielholzl.com/auteur/ [consulté le 29 avril 2023]), la présentation de l’auteur sur le site Babelio.com (https://www.babelio.com/auteur/Ariel-Holzl/411200 [consulté le 29 avril 2023]). Pour Adrien Tomas, les sources sont : l’encyclopédie collaborative Wikipédia (https://fr.wikipedia.org/wiki/Adrien_Tomas_(auteur) [consulté le 29 avril 2023]), le site Elbakin.net (http://www.elbakin.net/fantasy/auteur/adrien-tomas-2018 ; http://www.elbakin.net/interview/exclusive/Un-entretien-avec-Adrien-Tomas [consultés le 29 avril 2023]), le site La Charte des auteurs et illustrateurs jeunesse (https://www.la-charte.fr/repertoire/tomas-adrien/ [consultée le 29 avril 2023]).

9 Il s’agit d’un mouvement de mobilisation citoyenne qui entend rassembler la jeunesse et coordonner diverses actions pour le respect du vivant et de l’environnement.

10 Voir la présentation du label, datée du 30 septembre 2020, en ligne sur le site de l’éditeur :
https://www.glenat.com/actualites/onestpret-notre-1ere-collection-de-romans-ados [page consultée le 30 octobre 2023].

11 Différents rapports et enquêtes ont démontré ces dernières années que les genres de l’imaginaire ont la faveur des adolescents et des jeunes adultes. Ainsi, la récente étude du Centre National du Livre établit que les littératures de science-fiction et de fantasy ont la faveur de 50 % des enquêtés (cf. bibliographie).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Levet, « Cli-fi Young Adult et imaginaire urbain : (re)configurations génériques »ReS Futurae [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/resf/12446 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.12446

Haut de page

Auteur

Natacha Levet

Maîtresse de conférences, Université de Limoges, EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles). Ses recherches portent sur le roman noir français (xxexxie siècles) dans une perspective socio‑poétique, sur la fiction criminelle et ses circulations transnationales et intermédiatiques, depuis la fin du xixe siècle, ainsi que sur la littérature Young Adult, ses caractéristiques textuelles et ses modes de médiation et de promotion. En tant que membre du projet DETECt (Projet H2020), elle s’intéresse aux stratégies éditoriales dans un marché globalisé.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search