Navigation – Plan du site
Maurice Renard

Le merveilleux-scientifique de Maurice Renard en contexte

Emilie Pézard et Hugues Chabot

Résumé

Présentation du dossier Maurice Renard

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Renard (Maurice)

Index géographique :

France

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Notes de la rédaction

Ce dossier a été préparé par Émilie Pézard et Hugues Chabot dans le cadre du programme ANR Anticipation (2014-2019) dirigé par Claire Barel-Moisan : « Romans d’anticipation scientifique au tournant du xixe siècle (1860-1940) ».

Texte intégral

1Considéré comme un « Wells français » (Souza, 1925), Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. À une époque où la littérature d’anticipation constituait un ensemble hétérogène, lié à des cadres génériques et à des esthétiques distincts – roman d’aventures pour la jeunesse, brèves fictions humoristiques dans la presse, roman symboliste ou décadent –, il est l’un des premiers à proposer une théorisation spécifique de ce genre qui réunit des noms aussi variés que Jules Verne, Paul d’Ivoi, Albert Robida, Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam ou Rosny aîné. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « roman merveilleux-scientifique » puis « roman d’hypothèse », se voyait ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieu (1908), Le Péril bleu (1912), Les Mains d’Orlac (1920), L’Homme truqué (1921), Un homme chez les microbes (1928), « Le professeur Krantz » (1932), Le Maître de la lumière (1933).

2Le rôle majeur qu’a joué Maurice Renard dans l’histoire de l’anticipation en France est reconnu par tous : « grand classique de la science-fiction » pour Jacques Baudou (Baudou, 2007), « véritable père spirituel de la science-fiction moderne » selon Fred Jaccaud (Jaccaud, 2008, p. 156), Maurice Renard est présenté dans l’Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction de Pierre Versins comme « le meilleur auteur d’anticipation scientifique français des années 1900-1930, entre Jules Verne et J.-H. Rosny Aîné d’une part et Jacques Spitz et René Barjavel d’autre part » (Versins, 1984, p. 734). Les recherches de Claude Deméocq dans les archives de Maurice Renard ont permis de mieux cartographier le corpus et ont révélé l’ampleur de l’œuvre (Deméocq, 1999). Des rééditions récentes par José Corti (Le Docteur Lerne), L’Arbre vengeur (L’Homme truqué, Un homme chez les microbes) ou Les Moutons électriques (Les Mains d’Orlac) font de Maurice Renard l’un des auteurs d’anticipation les plus accessibles. Ce nom parmi les plus célèbres de l’histoire de l’anticipation est pourtant encore l’un des moins connus de l’histoire littéraire. De très nombreux aspects restent à explorer, en dépit de quelques études pionnières qui ont déjà mis en valeur la richesse de l’œuvre de Maurice Renard (Van Herp, 1956, Baudou, 1976 et 1981, Gouanvic, 1994), notamment deux articles d’Arthur B. Evans traduits dans ce numéro de ReS Futurae : « Science Fiction vs. Scientific Fiction in France : From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné » (Evans, 1988) et « The Fantastic Science Fiction of Maurice Renard » (Evans, 1994).

3Ce dossier interroge le rôle fondateur attribué à Maurice Renard, d’abord en proposant une mise en perspective historique du « roman merveilleux-scientifique » avec des études qui analysent la manière dont il s’inscrit dans le contexte littéraire et scientifique de son temps. Toute l’œuvre de Maurice Renard révèle l’intérêt attentif qu’il portait à la philosophie et à l’histoire des sciences. Sandrine Schiano propose ainsi d’inscrire la notion de merveilleux scientifique dans le développement du darwinisme, montrant comment les romans de Renard reflètent, comme d’autres œuvres contemporaines, cette rencontre de la science et de l’histoire dans les théories de l’évolution. Hugues Chabot étudie les relations entre le processus d’invention du merveilleux scientifique tel que le conçoit Maurice Renard dans la création littéraire avec la réflexion épistémologique menée sur une logique de la découverte scientifique. D’autres articles se penchent sur le contexte littéraire et culturel. En s’appuyant tout à la fois sur les critiques et sur les archives personnelles de l’auteur, Fleur Hopkins retrace le parcours de Maurice Renard et montre comment sa taxinomie entre en écho avec les discours contemporains. À travers la notion de « rumeur médiatique », Valérie Stiénon expose les liens étroits unissant création romanesque et culture médiatique dans Le Péril bleu, roman publié aussi bien en volume que dans la presse, qui interroge malicieusement la notion de véracité à la frontière entre reportage et fiction.

4Le second éclairage au cœur de ce dossier porte sur la notion de genre romanesque. Dans son œuvre de fiction comme dans ses textes théoriques, Maurice Renard n’a cessé de penser la généricité du « roman merveilleux-scientifique ». Émilie Pézard et Hugues Chabot proposent la première édition critique des trois principaux articles de Maurice Renard sur ce genre à définir : « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », paru dans Le Spectateur en 1909 ; « Le Merveilleux scientifique et La Force mystérieuse de J.-H. Rosny aîné », dans La Vie en 1914 ; enfin, en 1928, « Le roman d’hypothèse », qui paraît dans A.B.C. Ces textes sont précédés par un article d’Émilie Pézard qui les resitue dans le contexte général de la pensée de Renard et dans le discours critique, pour montrer qu’ils constituent les réponses apportées par Renard à des questions qui traversent la critique contemporaine. Ces réponses, si elles peuvent constituer des prises de position novatrices, ne forment jamais un cadre dogmatique rigide. La poétique du roman merveilleux-scientifique se caractérise au contraire par sa souplesse et ses emprunts à d’autres codes. Simon Bréan étudie l’intergénéricité à l’œuvre dans les récits de Renard, analysant comment des modes de figuration proprement littéraires tels que l’humour ou le recours à des artefacts fictionnels permettent de donner vie à l’extrapolation scientifique fondant le roman merveilleux-scientifique. Les emprunts de Renard aux codes du reportage sont analysés dans l’article de Valérie Stiénon, qui s’interroge sur la place intermédiaire qu’occupe Renard, écrivain « middlebrow », dans la hiérarchie littéraire. Enfin, dans l’article « L’ombre de la merveille », Émilie Pézard étudie les nombreux récits de Renard qui, à la lisière du merveilleux scientifique, du fantastique et du réalisme, mettent en scène une merveille illusoire, à travers laquelle l’écrivain propose une réflexion sur le désir d’émerveillement et sur l’art du romancier.

5S’inscrivant pleinement au cœur « d’une époque où la science prédomine sans que s’éteigne pourtant notre éternel besoin de fantaisie » (Renard, 1909), Maurice Renard fait entendre une note singulière dans le concert des auteurs qui accompagnent le développement et l’institutionnalisation du roman d’anticipation. Ce « chantre du merveilleux-scientifique » (Deméocq, 1999) alternait entre enthousiasme et mélancolie à l’égard du genre qu’il définissait. Tout en rédigeant un manifeste destiné à susciter des disciples, il développait une poétique très personnelle. Les auteurs mis à contribution dans ce dossier se sont efforcés de restituer les sinuosités et les ambivalences de cet écrivain, fasciné par les progrès scientifiques autant qu’il était séduit par le mystère irréductible du fantastique, en quête de l’approbation des instances de légitimation autant que celle du public, et dont l’œuvre associe réflexivité ironique et candeur assumée dans l’émotion.

Haut de page

Bibliographie

Baudou Jacques (dir.), Les Cahiers de l’imaginaire, « Maurice Renard romancier et théoricien du merveilleux scientifique », no 5, septembre 1981.

Baudou Jacques, « Biographie de Maurice Renard », in Renard Maurice, Romans et contes fantastiques, éd. Francis Lacassin, Paris : R. Laffont, 1990, p. 1241-1247. Coll. » Bouquins ».

Baudou Jacques, « Le Conteur fantastique », in Désiré : l’ami de la littérature populaire, 2e série, no 12, 2e trimestre 1976, p. 209-214.

Baudou Jacques, « Maurice Renard et le merveilleux scientifique », in Désiré : l’ami de la littérature populaire, 2e série, no 14, 4e trimestre 1976, p. 249-257.

Baudou Jacques, « RENARD Maurice (1875-1939) », in Daniel Compère (dir.), Dictionnaire du roman populaire francophone, Paris : Nouveau Monde éditions, 2007, p. 364.

Bréan Simon, La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature, Paris : PUPS, 2012. Coll. » Lettres Françaises ».

Chabot Hugues et Goffette Jérôme, « Maurice Renard sous le regard de la philosophie des sciences et de l’imaginaire », in Alliage, Culture – Science – Technique, no 60, juin 2007, p. 154-167.

Chaperon Danielle, « Du roman expérimental au merveilleux scientifique. Science et fiction en France autour de 1900 », in Europe, no 870, octobre 2001, p. 51-63.

Deméocq Claude, « Maurice Renard, maître du mystère et chantre du merveilleux scientifique », in Renard Maurice, Fantômes et fantoches, Paris : Fleuve Noir, 1999, p. 13-102. Coll. » Bibliothèque du fantastique ». 

Després Elaine, « L’inquiétante science de la greffe chez Maurice Renard », in Otrante, art et littérature fantastique, no 26, dossier « Science et fantastique », dir. Hélène Machinal, Paris : Kimé, automne 2009, p. 55-68.

Evans Arthur B., « Science Fiction vs. Scientific Fiction in France : From Jules Verne to J.-H. Rosny Aîné », in SFS vol. 44, no 1, mars 1988, p. 1-11, repris dans Vintage Visions. Essays on Early Science Fiction, éd. Arthur B. Evans, Middletown, Wesleyan University Press, 2014, p. 82-95. Trad : ReS Futurae, no 11, 2018. En ligne, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1406 .

Evans Arthur B., « The Fantastic Science Fiction of Maurice Renard », in Science Fiction Studies, vol. 21, part 3, November 1994, p. 380-396. ReS Futurae, no 11, 2018. En ligne, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1439.

Gouanvic Jean-Marc, « Une “science-fiction moyenne” : Maurice Renard (1875-1939) » in La Science-fiction française au vingtième siècle (1900-1968), Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 81-130.

Hopkins Fleur, « Généalogie et postérité du genre merveilleux-scientifique (1875-2017) : apparitions, déformations et complexité d’une expression », in Dimension Merveilleux Scientifique 4, éd. Jean-Guillaume Lanuque, Rivière Blanche, 2018, p. 241-259. Coll. « Fusée ».

Huftier Arnaud, « Déliquescence et déplacement du merveilleux scientifique : Maurice Renard, André Couvreur et Rosny aîné », dans « La Belgique : un jeu de cartes ? De Rosny aîné à Jacques Brel », Lez Valenciennes, n° 33, 2003, p. 75-132.

Hummel Clément, « Le Merveilleux scientifique de J.-H. Rosny aîné », éd. Jean-Guillaume Lanuque, in Dimension Merveilleux Scientifique 2, Rivière Blanche, 2016, coll. « Fusée ».

Jaccaud Fred, « Où la S-F naît enfin… avant de disparaître », in BifrostLa Revue des mondes imaginaires, no 50, mai 2008, p. 156-170.

Renard Maurice, « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès » (Le Spectateur, t. I, no 6, octobre 1909, p. 245-261), éd. Émilie Pézard et Hugues Chabot, in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018. En ligne, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1201.

Revue du mois, no 159, mars 1925.

Souza (de) Robert, « Renard, notre Wells français », in Vient de paraître, no 40, avril 1925, numéro spécial « Maurice Renard », p. 189-190.

Van Herp Jacques, « Maurice Renard, scribe de miracles », in Fiction, no 28, mars 1956, p. 107-110.

Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris : Champion, 2012.

Versins Pierre, Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction, Lausanne : L’Âge d’Homme, 1984 (seconde édition, 1972 pour la première édition).

Vient de paraître, no 40, avril 1925, numéro spécial « Maurice Renard »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Pézard et Hugues Chabot, « Le merveilleux-scientifique de Maurice Renard en contexte », ReS Futurae [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1255 ; DOI : 10.4000/resf.1255

Haut de page

Auteurs

Emilie Pézard

Agrégée de lettres modernes et docteur en littérature française, Émilie Pézard a soutenu en 2012 une thèse menée sous la direction de Bertrand Marchal à l’Université Paris-Sorbonne, intitulée Le Romantisme « frénétique » : histoire d’une appellation générique et d’un genre dans la critique de 1821 à 2010 (à paraître aux éditions H. Champion). Aujourd’hui chercheuse post-doctorale à l’ENS-Lyon (IHRIM) pour l’ANR Anticipation, elle étudie dans ce cadre les récits d’anticipation sociale et scientifique parus entre 1860 et 1940. Ses travaux portent plus particulièrement sur la poétique romanesque et la généricité de l’anticipation.

Articles du même auteur

Hugues Chabot

Hugues Chabot est maître de conférences en histoire des sciences à l’Université Claude Bernard Lyon 1 (EA 4148 – S2HEP). Il travaille sur l’histoire de l’Académie des sciences de Paris et sur l’histoire de la physique et de l’astronomie aux xviiie et xixe siècles. Il est associé au projet ENCCRE (Édition Numérique Collaborative et CRitique de l’Encyclopédie) et à l’édition des Œuvres complètes de D’Alembert. Il consacre une partie de ses recherches aux représentations de la science dans la littérature de science-fiction, notamment au sein du programme ANR Anticipation. Publications récentes : « Un physicien tourbillonnaire à Lyon : Henri Marchand » (avec F. Ferlin), dans P. Crépel et C. Schmit, Autour de Descartes et Newton, Paris, Hermann, 2017 ; « Le Roman de l’Uranium », ReS Futurae [En ligne], 6, décembre 2015, URL : http://resf.revues.org/717

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • OpenEdition Journals