Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Fictions climatiques (bis)La nature et les ruines : ancienn...

Fictions climatiques (bis)

La nature et les ruines : anciennes présences humaines dans le récit climatique de science‑fiction

Nature and ruins: ancient human presences in the science fiction climate narrative
Rémi Auvertin

Résumés

La modernité et le romantisme européens ont fait de la ruine humaine un symbole du passage du temps et de la chute des civilisations. Le motif persiste durablement dans la culture contemporaine et dans l’imaginaire archéologique du plus grand nombre. Cet imaginaire est bien présent en science‑fiction, et notamment dans des récits marqués par les bouleversements climatiques : si la nature même fait table rase, certaines traces d’occupations humaines échappent à la destruction complète. Quelle soit placée dans un cadre environnemental précis (la montée des eaux, le réchauffement, l’enneigement) ou dans un récit civilisationnel plus global, la ruine climatique peut être observée à la fois comme un discours architectural, comme un objet visuel et esthétique ou comme un dispositif narratologique. Construits à l’intersection de différents modèles culturels (l’imaginaire climatique ou archéologique, la ville postapocalyptique, la ville morte), ces paysages du quotidien, regagnés par la nature, cristallisent l’angoisse d’un non‑retour. À l’inverse, ils affirment la nécessité de l’adaptation aux nouvelles conditions environnementales et de la construction de nouveaux modes de vie. La présente réflexion, influencée par l’archéologie, porte sur deux médias complémentaires, le roman et la bande dessinée, dont la comparaison met en valeur la stabilité du motif mais également la tension entre réalisme et universalisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie les relecteurs anonymes pour leurs précieuses corrections et suggestions.

1Jean‑Marc Ligny, dans son roman dystopique Exodes (Ligny, 2016) consacré aux conséquences des bouleversements climatiques sur l’Homme, accorde une attention toute particulière aux décors traversés par ses protagonistes1. Deux de ses héros, Gunnar et Risten, après avoir fui une Norvège exsangue en proie aux déchirements entre réfugiés climatiques et indigènes, parviennent à rejoindre les Pays‑Bas à bord d’un bateau de pêche. Ligny dépeint, le temps d’un chapitre, le paysage saisissant du village portuaire de Bensersiel conquis par la mer :

Il est établi autour de l’estuaire d’une petite rivière ou d’un canal, par où le bateau peut pénétrer « dans les terres », certainement inondées comme en témoigne l’état de ce village fantôme dont les maisons trempent jusqu’à une hauteur d’un mètre cinquante à deux mètres. Un pont à fleur d’eau l’empêche d’avancer dans le chenal, et c’est tant mieux car il n’a guère envie de louvoyer entre ces maisons mortes, au-dessus des rues englouties avec la crainte d’éventrer la coque à tout instant sur quelque obstacle immergé. (Ligny, 2016, p. 466‑467)

2La description reste vague du point de vue purement architectural et fait se succéder des impressions et des archétypes architecturaux, « maisons », « rues », « villages ». Néanmoins, le passage parvient parfaitement à créer chez le lecteur une image mentale précise, alimentée par les divers récits et visuels d’inondations véhiculés par les actualités. Le motif du village englouti constitue ici un artifice, mis au service de la fiction climatique (ou cli-fi) : l’évènement de la montée des eaux, conséquence du réchauffement, trouve une traduction visuelle, spectaculaire et dramatique dans la confrontation entre la mer et le construit. L’étirement et l’imprécision de la description entraînent au contraire une suspension du temps : là où l’imaginaire de l’inondation implique brutalité, mouvement et destruction, les terres immergées offrent le calme et le silence.

3Cette image littéraire se retrouve transposée à l’identique dans les arts graphiques. Ainsi dans L’Âge d’eau (2021), bande dessinée évoquant le futur climatique d’une France immergée, l’auteur Benjamin Flao dépeint des franges urbaines et des campagnes envahies par l’eau (Ill. 1). La circulation se fait là aussi en petits bateaux et en barques, au milieu de constructions indéterminées dont ne dépassent que les toits (p. 71‑79 ; p. 86‑87 ; p. 93). Alors que Ligny parle d’un village « noyé » mais « intact », le narrateur de L’Âge d’eau évoque une destruction lente (« Par endroit, les milles ramifications où l’eau pouvait s’immiscer, submerger ou détruire exhalent l’odeur âpre de la putréfaction », p. 76) et le renouveau de la vie. L’image est la même : les paysages inondés de Flao se caractérisent par leur immobilité, uniquement rompue par l’activité humaine et par le passage des oiseaux (p. 76‑77 ; p. 86‑87, case 1 ; p. 93).

Ill. 1

Ill. 1

Vue sur la campagne française inondée dans L’Âge d’eau.

Benjamin Flao – L’Âge d’eau tome 1, p. 71, c. 1-2. © Futuropolis 2022

4Nos deux auteurs choisissent ainsi, dans des œuvres chronologiquement proches et par des procédés esthétiques similaires, de confronter l’humain aux conséquences des changements climatiques à travers l’environnement bâti. Les protagonistes traversent et occupent un univers de ruines, édifices du quotidien abandonnés par nécessité à une nature incontrôlée. Alors que la fiction et la science‑fiction climatiques se concentrent plus naturellement sur les bouleversements écologiques, sur les causes humaines et sur les conséquences sur les populations, ce choix de Ligny et de Flao est loin d’être isolé.

5Une sélection d’œuvres littéraires et de bandes dessinées, majoritairement publiées dans les années 2010‑2020, permettra d’illustrer la formation d’un motif des ruines partagé par une partie de la fiction climatique. Un inventaire, non exhaustif, des occurrences (partie 1) conduira à caractériser l’usage des ruines à travers trois approches successives, architecturale, narrative et esthétique (parties 2 à 4). La mise en œuvre de ce motif est assez variée, mais peut être éclairée par la comparaison avec d’autres domaines de la fiction et de la science‑fiction. Nous verrons ainsi que l’imaginaire de la ruine se construit à l’intersection de plusieurs modèles solidement ancrés dans la culture populaire, dans lesquels la fiction climatique pioche librement (partie 5) : l’imaginaire archéologique, l’imaginaire dystopique et apocalyptique et l’imaginaire contemporain de la crise climatique. Malgré les différences liées aux modalités expressives, sémiotiques ou narratives des deux médias, l’analyse s’attachera ainsi principalement à documenter les points communs d’un motif transversal partagé par la littérature et la bande dessinée.

État des lieux

6Le thème de la présence littéraire des ruines connaît un développement conséquent dans la recherche à partir des années 2000. Alors que les premiers travaux ont majoritairement porté sur la période moderne (Forero‑Mendoza, 2002), la diffusion de ces problématiques a permis, ces dernières années, l’engagement de réflexions comparatives dans le cadre de colloques (Preti & Settis, 2015) et la production de synthèses diachroniques (Schnapp, 2015, 2020). Une analyse de l’imaginaire des ruines reste à conduire à propos de la fiction et de la science‑fiction de la seconde moitié du xxe siècle à nos jours (Di Filippo & Schmoll, 2016 ; Douard & Martinez, 2018 ; Auvertin, 2019 ; Musset, 2019). A fortiori, un tel travail sur la fiction climatique ne peut être mené que de manière exploratoire.

7Un inventaire partiel des œuvres littéraires et des bandes dessinées de cli-fi particulièrement marquées par l’imaginaire des ruines, issues des domaines français et anglo‑saxon, sera ici proposé, en prenant en compte les singularités de chaque support médiatique. La démarche ne prétend pas à l’exhaustivité : sont retenues des œuvres de science‑fiction mettant en scène le changement climatique, soit à travers le motif de la montée des eaux, soit à travers celui du dérèglement climatique. Le regard porte aussi bien sur les conséquences à court et moyen termes que sur une temporalité lointaine, influencée par les thèmes postapocalyptiques. Certaines œuvres sélectionnées se situent en marge de la cli‑fi : le roman Outresable de Hugh Howey (2014) ou la bande dessinée Le dernier mot (Perriot, 2021) dépeignent des crises environnementales dérivées des craintes climatiques actuelles, directement imputées à une activité humaine précise (activité minière, concentration et contrôle des eaux) plutôt qu’à un dérèglement global.

8Il n’existe pas de définition univoque de la « ruine ». Nous retiendrons une approche architecturale du terme qui désigne un édifice partiellement ou totalement dégradé, rendu impropre à sa fonction initiale. Les édifices submergés, à la fois altérés par la montée des eaux et inaptes aux modes d’habitations actuels, seront intégrés dans le terme. Cette définition matérielle de la ruine pourrait être affinée par d’autres formes de réflexion. L’approche patrimoniale, dans la continuité d’Aloïs Riegl (1903), attribue ainsi une valeur historique, mémorielle et esthétique à la ruine (voir par exemple, Whitehouse, 2018), alors que l’approche archéologique souligne le caractère dynamique et transitoire de ces édifices, aptes à être réparés, réinvestis voire réoccupés (par exemple, Underwood, 2019). Plutôt que de s’arrêter sur un modèle interprétatif, nous proposerons d’affiner progressivement la définition de la « ruine climatique » au cours de l’étude.

9La majorité des œuvres examinées se concentrent sur une crise ou sur un extrême environnemental, dans lequel est mis en scène l’impact des éléments sur l’urbanisme. Nos deux scènes introductives attirent l’attention sur la place du motif de la montée des eaux, particulièrement présent en bande dessinée. Mathieu Bablet adopte une double approche de la ville submergée, négative (« Premiers de cordée », 2021 ; Carbone & Silicium, 2020) ou positive (affiche des Utopiales de 2019). Kim Stanley Robinson tient plutôt de cette deuxième posture et décrit dans les romans 2312 et New York 2140 (2012 et 2016) une New York assimilée à une « Nouvelle Venise ». Ce motif de la ville submergée parcourt la bande dessinée de science‑fiction récente, sans qu’il soit toujours expliqué par les changements climatiques (Le dernier mot, Perriot, 2021 ; Le dernier pharaon, Schuiten et al., 2019).

10La montée des eaux n’est pas la seule crise climatique évoquée. La désertification et l’enneigement constituent deux autres environnements dominants, dans lesquels sont transposées des villes occidentales contemporaines toujours occupées : on observe ici, dans un futur postapocalyptique, les conséquences du réchauffement climatique poussées à l’extrême. Julia & Roem (Bilal, 2011), bande dessinée associée à une crise climatique non déterminée, situe son action dans un immeuble d’habitation en ruine. Le roman Outresable (Howey, 2014) décrit la fouille des ruines du monde industriel, enfouies dans les sables d’un désert créé par l’activité humaine. L’ère glaciaire engendre de même, en bande dessinée, un regard sur un monde urbain figé sous la neige. Décor anecdotique dans Le Transperceneige (Rochette et Lob, 1984, planche 39, case 1 ; Rochette et Legrand, 1999, p. 21, case 6) ou dans Animal’z (2009), les villes ruinées constituent l’essentiel du décor de la série Neige (Gine & Convard, 1991).

11Au côté de ces approches thématiques fondées sur l’analyse des comportements face à une catastrophe climatique ou à un extrême environnemental donnés, certaines œuvres portent un regard plus global sur les conséquences à long terme de la crise. Ligny (AquaTM, Exodes et Semences initialement publiés en 2006, 2012 et 2015) se place dans la temporalité du changement climatique, et illustre la destruction progressive des corps sociaux, politiques et économiques face à la crise climatique. L’auteur porte une vue d’ensemble sur le processus à travers les trajectoires individuelles de protagonistes séparés dans l’espace et le temps. Les ruines tiennent une place toute particulière dans le propos, à tel point que la diversité des environnements bâtis tient d’une typologie de l’occupation humaine postapocalyptique.

12Les bandes dessinées qui reposent sur ce type d’approche adoptent la forme d’une succession de saynètes illustrant la variété des thèmes du bouleversement climatique. La trilogie du Coup de sang d’Enki Bilal, dont on a mentionné Animal’z et Julia & Roem, fait se succéder de courtes scènes de villes dans les glaces (Bilal, 2009, p. 48, case 1, p. 58, case 3 ; p. 59, case 1), des cités ruinées légèrement reprises par la végétation (Bilal, 2009, p. 44, case 1 ; p. 45, case 5), une maison engloutie par la mer (Bilal, 2014, p. 14, case 1) ou un immeuble établi au milieu d’un désert (Bilal, 2011). Carbone & Silicium (Bablet, 2020) explore l’évolution de plusieurs villes sur fond de crise climatique. Ces tableaux mettent en avant la violence des conséquences du changement climatique et des choix civilisationnels sur l’humain via le tissu architectural.

Une approche architecturale de la ruine : l’évocation du quotidien

13Le motif de la ruine climatique renvoie à des réalités architecturales qui font sens autant pour l’auteur que pour le public. Il est ainsi possible d’interroger la morphologie du bâti : quelles catégories d’édifices sont‑elles mises en scène ? Par quels procédés rend‑on compte de l’état de ruine, d’abandon ou de dégradation ?

14Les dessinateurs comme les auteurs décrivent des environnements majoritairement urbains (Ill. 2), juxtaposant des édifices du quotidien (maisons, immeubles, hangars), des infrastructures publiques telles que les routes et éclairages (« Les Brumes aveugles », Gine & Convard, 1991, planche 14, case 4) et de très rares édifices commerciaux et industriels (magasin d’autoroute dans « Banal holocauste », Gine & Convard, 2003, planches 2‑5) ou publics (aéroport dans Carbone & Silicium, Bablet, 2020, p. 124-127 ; lieu de transit dans L’Âge d’eau, Flao, 2021, p. 31, case 2 ; divers monuments bruxellois dans Le dernier pharaon, Schuiten et al., 2019, p. 48‑54). Les constructions rendent généralement compte de réalités actuelles, transposant parfois des architectures réelles avec un haut niveau de détail : on pense notamment aux immeubles de Carbone & Silicium (Bablet, 2020, p. 109‑124), aux rues de Bruxelles dans Le dernier pharaon (Schuiten et al., 2019, p. 48, case 5 ; p. 49). Plus généralement, une idée de la ville propre à l’auteur est exprimée : Flao dépeint un monde de franges urbaines faites d’immeubles de béton et de parking noyés, en bordure de villes préservées (Flao, 2021, p. 68‑69), Robinson ou Bablet s’intéressent aux mégalopoles, tandis que Ligny rend compte de la diversité des modes d’occupation au xxie siècle.

Ill. 2

Ill. 2

Scène urbaine extérieure et architecture ruinée dans le tome 1 de « Neige », Les Brumes aveugles.

Gine & Convard, Les Brumes aveugles, Tome 1, 1991, pl. 23, c. 1-5. © Glénat / Droits réservés

15L’état de détérioration varie très fortement en fonction du cadre temporel de la narration. Les projections dans un futur récent illustrent des villes abandonnées, sans destructions matérielles affichées. Divers motifs littéraires et visuels (Ill. 3 et 4) prennent alors le pas sur les motifs architecturaux : l’absence de tout occupant, la reconquête du béton par la végétation (Bablet, 2020, p. 126‑127), la fréquentation des lieux par les animaux (Flao, 2021, p. 31, case 1 ; Ligny, 2016, p. 272‑275), l’accumulation de déchets entraînée par la montée des eaux (Flao, 2021, p. 31, case 2) ou par l’absence d’entretien (Bablet, 2020, p. 126).

Ill. 3

Ill. 3

Abandon des espaces intérieurs d’un aéroport dans Carbone & Silicium.

Carbone & Silicium, par Mathieu Bablet, p. 130. © Ankama Éditions, 2020

Ill. 4

Ill. 4

Inondation et réoccupation animale d’une gare ou d’un aéroport dans L’Âge d’eau.

Benjamin Flao – L’Âge d’eau tome 1, p. 31 © Futuropolis 2022

16Plus souvent, le paysage urbain est marqué par la lente érosion de l’abandon. Les façades et toitures sont partiellement effondrées, rendant les édifices ou les rues peu praticables (Ill. 5, Schuiten et al. 2019, p. 32, 36). Les vitres brisées constituent un élément descriptif important permettant de représenter un état intermédiaire de dégradation, dans lequel le gros œuvre n’est pas encore impacté (Convard & Gine, 2003, planche 2, case 6 ; planche 3). Les immeubles constituent un axe privilégié de cet imaginaire de la ville dégradée, soit qu’ils symbolisent l’urbanisme, soit qu’ils portent une réflexion sur le renouvellement des modes de vie. Parfois, les vitres éclatées laissent place à une végétation luxuriante (Schuiten et al., 2019, p. 38‑39) ; ailleurs, les tours permettent de redéfinir les paradigmes de l’urbanisme face à la montée des eaux (Robinson, 2017).

Ill. 5

Ill. 5

Vue postapocalyptique des rues de Bruxelles dans Le dernier pharaon.

Schuiten et al., Le dernier pharaon, 2019, p. 34, c. 1-2. © Éditions Blake et Mortimer / Droits réservés

17La plupart des œuvres retenues pour cette étude se situent dans l’après‑dystopique et le mécanisme de détérioration est rarement décrit. Ligny en offre un exemple isolé dans AquaTM, roman situé en cours de crise climatique. Une habitation de la vieille ville de Saint‑Malo fait face à la montée progressive des eaux. La lenteur et la répétitivité du processus, la détérioration architecturale, l’inexorabilité se constatent (Ligny, 2015, p. 57‑59). Y fait écho la dégradation physique et psychologique des occupants, soumis aux maladies et au désespoir (« elle y moisit de la tête aussi sûrement que les murs du pied »). Ce même récit n’explique qu’en filigrane pourquoi les occupants restent et s’adaptent : il s’agit d’un peu d’attachement au passé, de stagnation et d’absence d’alternative. Cette lente dégradation, qui touche autant les édifices que les corps, est également mentionnée dans Carbone & Silicium (« L’immobilisme me dévore à en crever », p. 121, case 9) et n’est pas sans évoquer le récit de putréfaction de L’Âge d’eau (« Il flotte dans l’air moite un fatalisme sourd, laminaire », Flao, 2021, p. 86‑87, case 1).

18Au milieu de ces ruines, une place est accordée à la construction d’édifices adaptés aux nouvelles conditions climatiques, environnementales ou techniques. Dans L’Âge d’eau, l’inondation des terres conduit à l’implantation de bâtiments en bois sur pilotis. Les paysages humains font coexister des constructions sur poteaux « traditionnelles », de bonne facture (p. 24‑25, p. 139, p. 147), avec l’imaginaire du bidonville : les édifices précaires sont marqués par l’emploi de matériaux récupérés non nobles, par le contraste des matières créé par la superposition du bois et du métal, par diverses juxtapositions de tuyaux, poteaux, cheminées ou bidons (notamment p. 128‑130). Ces architectures servent ici le propos de l’œuvre, qui s’oppose à la stagnation : alors que l’architecture de béton illustre « un cauchemar climatisé, sécurisé, colmaté et étanche au point d’oublier que l’eau monte » (p. 30), les constructions nouvelles révèlent la nécessité de l’acceptation (p. 130) et de l’adaptation (p. 16, case 1). L’architecture soutient un discours similaire dans « Premiers de cordée » de Bablet (2021). L’immeuble immergé, en ruine et peu peuplé, reflète les biais de la société contemporaine ; sa destruction et le sauvetage d’une partie de la population dans un habitat sur pilotis incarnent la nécessité de l’adaptation à l’environnement et la recherche de nouveaux modes de vie.

19De ce panorama assez hétérogène ressort une tension entre deux extrêmes : une tendance très minoritaire à l’abstraction (chez Flao, Ill. 1, ou chez Bilal, Ill. 6), ne conservant que l’idée de la ruine, ou un réalisme référentiel plus ou moins revendiqué. Ces deux tendances opposées répondent aux centres d’intérêt divers des auteurs, mais revêtent également des aspects fonctionnels dont la finalité diverge : là où le réalisme ancre le lecteur dans un environnement connu, l’abstraction et la simplification tendent vers l’universalité du propos et appellent à l’imaginaire du lecteur. Ces deux tendances ne s’excluent pas et peuvent alterner chez un même auteur, notamment chez Flao.

Ill. 6

Ill. 6

Architecture urbaine en ruine esquissée et stylisée dans Animal’z.

Bilal, Animal’z, 2009, p. 45, c. 5. © Éditions Casterman/Bilal.

20L’archétype de la ruine quotidienne invite à interroger la notion même de ruine, jusqu’ici restreinte à une définition matérielle. Le terme s’emprunte au vocabulaire historique et archéologique et présuppose un état de délabrement architectural et l’abandon par ses occupants. Les exemples étudiés ici ont permis de constater en quoi la fiction climatique explore une grande diversité de situations humaines et architecturales associées à la notion, de l’édifice inexploitable à la ruine habitée en passant par la construction adaptée.

21Malgré l’hétérogénéité du corpus, une approche commune de la ruine climatique se dégage, fondée très majoritairement sur l’environnement bâti du quotidien :

  1. la fiction climatique met en scène des villages ou des villes complètes plus que des édifices isolés, soumis à une destruction totale ou réoccupés de manière plus ou moins précaire.

  2. l’imaginaire véhiculé est majoritairement celui de la ville occidentale contemporaine, dont on retient les grands axes (habitations, routes, éclairage public). Cet imaginaire oscille entre deux pôles, la ville de gratte‑ciels et l’urbanisme moyen (banlieues, villages).

  3. la dégradation progressive et inexorable des constructions reflète l’état mental des occupants et constitue un marqueur visuel d’une dissolution économique, sociale et politique qui n’a pu être enrayée.

  4. dans l’ensemble, les personnages et narrateurs ne portent pas de discours patrimonial et mémoriel sur l’architecture, simple lieu de vie ou de passage.

Caractériser les ruines : quel rôle narratif ?

  • 2 Le thème est d’ailleurs absent des travaux sur la fiction climatique tels que Milner et Burgman, 20 (...)

22Les ruines humaines constituent donc un motif récurrent, stable, bien que sans doute non central2, de la fiction climatique. La place accordée au motif dans les différentes œuvres du corpus varie toutefois assez fortement, les ruines oscillant du simple décor au dispositif narratologique de grande ampleur.

23Des œuvres aussi variées qu’Animal’z, Le Transperceneige ou Le dernier mot illustrent le degré zéro de la ruine‑décor, faiblement connectée à la narration. Il s’agit de simples marqueurs du paysage. L’expédition d’Animal’z croise des éoliennes tordues (Ill. 6), figées dans la lande (Bilal, 2009, p. 66, case 1). Dans Le dernier mot, Vincent Perriot développe le paysage d’une cité lacustre de bois établie aux pieds de ruines colossales (p. 52‑53 et p. 63 ; Ill. 7) : des réseaux de tours et d’arcatures constituent un simple décor. Des ruines similaires forment le décor de migrations climatiques causées par la tempête et le déluge (p. 5‑8 ; p. 43). La proximité des ruines évoque certes l’impermanence des civilisations, mais n’appelle pas à un commentaire particulier de la part des protagonistes ou du narrateur et ne suscite pas d’interaction. Ces monuments existent simplement, en marge de l’action.

Ill. 7

Ill. 7

Paysage de ruines réoccupées dans le tome 2 de « Negalyod », Le dernier mot.

Perriot, Le dernier mot, Tome 2, 2021, p. 63, c. 2. © Éditions Casterman/Perriot.

24En contraste avec ces premiers exemples, la plus grande part du corpus fait du paysage de ruine la trame de fond d’une partie ou de toute la narration. Dans certains cas, ce décor existe pour lui‑même et n’impacte pas les péripéties. Cela est notamment vrai en bande dessinée : Le dernier jeu et L’Âge d’eau proposent des vues aériennes (Perriot, 2021, p. 63, case 2 ; p. 84 ; Flao, 2021, p. 69 ; p. 71, case 2 ; p. 93) ou des plans d’ensemble (Flao, 2021, p. 30‑31), accordant une place centrale au paysage. D’autres fois, les ruines constituent un simple arrière‑plan aux déplacements des personnages : cela se voit particulièrement avec les scènes de circulation en barque de L’Âge d’eau, également réalisées en plan d’ensemble (Flao, 2021, p. 78, case 1). Les romans peuvent mettre en œuvre un dispositif similaire à travers les récits de voyage. Ligny, dans Exodes, fait circuler son personnage Mercedes en voiture à travers l’Europe (p. 511‑518). Le narrateur décrit les paysages bâtis et naturels traversés. Mercedes se contente toutefois de passer sans s’arrêter, ce dont rend compte la concision de la description : « là où s’étendaient jadis des lagunes et des étangs, la mer a tout envahi, bâtiments et villages sont noyés, l’autoroute est au ras des flots. » (p. 513‑514).

25Plus souvent, l’architecture constitue un cadre dynamique avec lequel les protagonistes interagissent. Ligny offre l’exemple de villes ruinées qui continuent d’être habitées, soit par des populations résignées qui perdent peu à peu leur humanité (les mangemorts d’Exodes), soit par des occupants qui se réapproprient l’architecture, réparent, adaptent. La plupart des œuvres du corpus tendent vers ce second extrême : la série Neige, « Premiers de cordée », Le dernier pharaon sont autant d’exemples d’une humanité qui tente de maintenir une forme de vie quotidienne dans un monde en rupture. Lieux de vie, les ruines sont également des lieux de danger, rarement liés à l’architecture elle‑même (Bablet, 2021 ; Schuiten et al., 2019, p. 31-34), mais beaucoup plus souvent à l’humain ou l’animal.

26Enfin, la ruine peut constituer le cœur de la narration : sa redécouverte participe à une reconquête, à la fois matérielle et allégorique, d’un passé perdu. Outresable place en son centre un tel processus d’exploration : la découverte d’un immeuble submergé de Denver, érigé à mille cinq cents mètres sous le niveau du sol, constitue l’objectif des six premiers chapitres du livre. L’édifice porte la synthèse à la fois d’une réalité architecturale et culturelle disparue et des espoirs inaccessibles de la population de la surface.

27L’environnement bâti dépasse le seul cadre physique et influence la psyché des personnages. La ville peut être le lieu d’espoirs ou l’objet d’une quête essentielle. Beaucoup plus souvent, le contact des villes abandonnées est malgré tout une source de peur et de désespoir (lorsque le protagoniste vient de l’extérieur) ou de résignation, de monotonie et de déprime (lorsque le protagoniste vient de l’intérieur). L’expression de ces émotions peut faire l’objet de simples constats ponctuels (chez Flao, il s’agit de commentaires extérieurs à l’action) ou participer beaucoup plus directement à la construction des personnages. Chez Ligny, les protagonistes d’Exodes sont ballottés de désillusions en désespoirs ; certains sont mieux armés que d’autres pour supporter ces émotions, mais tous finissent confrontés à la vanité de leurs efforts et sont brisés. Ces indications psychologiques, qui parcourent l’ensemble du corpus, constituent une clé de lecture de la ruine climatique. Loin d’être un simple décor, le paysage de ruine est à la fois le miroir de la société et de la psyché humaine ainsi que le révélateur, pour les personnages mais surtout pour le lecteur, d’un état de non‑retour. À la dimension positive de l’espoir d’une nouvelle normalité répond un constat beaucoup plus sombre : la ruine constitue avant tout un environnement répulsif, dangereux et difficile à réhabiliter. Elle est aussi le rappel de ce qui a été perdu, sécurité, technologie ou mode de vie.

Caractériser les ruines : quel rôle esthétique ?

28Aux fonctions narratives et ontologiques de la ruine climatique s’ajoute une troisième catégorie fonctionnelle : celle de l’esthétique. La ruine doit être abordée comme un objet visuel, en bande dessinée comme en littérature et c’est vraisemblablement sa charge esthétique qui explique le succès du motif.

29Cette esthétique repose tout d’abord sur la mise en exergue de la grandeur (Lattanzi, 2015, p. 236‑237). La notion dépasse le seul cadre du monumental et repose plutôt sur une question d’échelle. Les villes abandonnées se déploient à la fois en verticalité et sur des surfaces immenses. La bande dessinée exploite tout naturellement cette notion à travers le cadrage des ruines. La verticalité est soulignée par des plans d’ensemble, éventuellement en contre‑plongée, accentuant le contraste entre la taille humaine et le bâti. Les plans généraux, à vue d’oiseau, déploient des villes à perte d’horizon ; ils peuvent aussi illustrer le contraste d’échelle entre les architectures nouvelles dystopiques et les architectures anciennes. En littérature, l’idée de grandeur passe par des allusions ou des descriptions courtes, parfois très directes : « Alors qu’ils approchaient, l’effet d’écrasement donna l’impression que les bâtiments étaient moins hauts que dans la réalité, mais leur verticalité demeurait caractéristique et frappante. » (Robinson, 2017, p. 104). Ailleurs, la même idée peut être créée par la multiplication des descriptions ou des scènes. Ainsi, dans Exodes, il s’agit de l’étirement de péripéties vécues du point de vue subjectif de l’une de ses protagonistes, Paula, qui fait comprendre la démesure de la ville de Milan (Ligny, 2016, p. 262‑296). Le même procédé est appliqué en bande dessinée par Bablet dans « Premiers de cordée » : au premier plan d’ensemble de la tour succède une série de tableaux illustrant les étages, qui soulignent l’ampleur du bâtiment.

30L’impression de grandeur va de pair avec une esthétique du détail. Nous avons déjà insisté l’ancrage dans le réel de la représentation architecturale, principalement en bande dessinée. Les illustrations de ruines mettent généralement l’accent sur la précision du rendu du bâtiment lui‑même, à travers le respect de la complexité des façades, le rendu des matériaux, parfois la mise en avant d’éléments structurels. Toutefois, pour l’illustrateur, l’état de ruine constitue surtout un exercice de style à part entière. Schuiten, Flao, Bablet, Gine, multiplient chacun à leur manière les allusions à l’état de délabrement à travers les représentations de murs incomplets, l’intrication de la végétation dans le bâti ou le motif des vitres brisées. L’accumulation de ces détails participe à la construction d’une esthétique fondée sur le foisonnement : chaque planche démultiplie les indicateurs visuels permettant de construire un monde en crise. Ce type de paysage appelle le lecteur à la contemplation et à l’imagination, mais participe également à l’illusion de l’authenticité.

31Enfin, et c’est particulièrement vrai dans le cas de la fiction climatique, l’esthétique de la ruine repose sur le contraste des matières et des couleurs. La ville contemporaine d’acier, de béton et de verre, est confrontée à l’incursion des éléments naturels, principalement l’eau, la végétation et la neige. Si l’enneigement ne fait que renforcer la monotonie chromatique du cadre urbain (Schuiten et al., 2019, p. 16 ; Convard & Gine, 1987, planches 22‑23 ; 26 ; etc.), l’introduction de la nature dans l’urbanisme constitue un critère esthétique central sur lequel jouent les auteurs (par exemple Robinson 2017, p. 105). Ce contraste esthétique se retrouve un peu partout en bande dessinée où des touffes de verdures émergent d’édifices grisâtres (Bilal, 2009, p. 45 ; Bablet, 2021, p. 64 ; Schuiten et al., 2019, p. 36). Le jeu chromatique porte une charge purement esthétique, mais évoque au lecteur la reconquête du monde civilisé par la nature.

  • 3 Sur la narratologie intermédiale, on renverra notamment à Gaudreault et Jost (2017) pour le cinéma, (...)

32La triple analyse architecturale, esthétique et narrative appelle à une première série de conclusions quant à la confrontation des romans et des bandes dessinées. Bien que les deux médias affichent une approche distincte de la narration et de la temporalité, la mise en œuvre du motif des ruines apparaît fondamentalement similaire. Les mêmes catégories d’édifices sont représentées suivant une grammaire identique, empruntée à un imaginaire très visuel. Les deux usages narratifs principaux, de l’anecdote au rôle structurel et central de la ruine, apparaissent aussi bien en bande dessinée qu’en roman. Le découpage en saynètes, constaté chez Bilal ou Bablet, existe tout aussi bien chez Ligny qui multiplie les lieux et les protagonistes. C’est probablement à travers la question du point de vue que les deux médias se distinguent le mieux. Alors que les romans privilégient la lecture subjective de l’environnement urbain, vécu par les protagonistes, la bande dessinée alterne volontiers plans larges et rapprochés de manière à confronter le point de vue des personnages à celui d’un narrateur omniscient, dans une approche vraisemblablement influencée par le cinéma3. Il faut néanmoins constater la force du motif de la ruine, qui traverse de manière très stable les médias.

Une question de modèle : villes abandonnées, villes inondées, villes apocalyptiques ?

33Nos différents récits climatiques mettent donc en scène une image de la ville dégradée, dont l’esthétique et les traits distinctifs sont assez bien délimités. Cet imaginaire n’est pas restreint à la seule fiction climatique et semble dériver d’une succession de modèles tirant leur source de la fascination moderne et contemporaine pour les ruines.

34Le modèle principal en jeu dans nos œuvres les plus récentes est vraisemblablement celui de la ville ruinée postapocalyptique. Le topos parcourt la littérature et la bande dessinée science‑fictionnelle depuis les années 1970 et connaît une très forte vitalité dans la bande dessinée de science‑fiction des années 2010‑2020 (en France, Kounen, Fab & Ladgham, 2021 ; Rodolphe & Dubois, 2020). Des œuvres comme le Niourk de Stefan Wul (1957) ou comme les bandes dessinées de Hermann (la série « Jérémiah, à partir de 1979) ou de Auclair (notamment Jason Muller, Auclair, Gir & Linus, 1975) bâtissent un imaginaire visuel accordant une place centrale à l’architecture du quotidien, à la confrontation entre le bâti et la nature, à la réoccupation de villes détruites, dont les ruines climatiques sont directement héritières. La différence principale, ténue, tient dans la cause des destructions : la science‑fiction postapocalyptique explique le futur dystopique par la guerre, par la catastrophe nucléaire ou par l’épidémie, voire ne l’explique pas. L’argument climatique, au contraire, est rarement avancé : un exemple notable est celui de la série « Neige » de Convard & Gine, qui appartient directement à ce courant.

35Il est également possible de voir les prémices du thème littéraire et iconographique de la ruine dans la littérature dystopique du xixe siècle. Bien étudiées, les œuvres de Joseph Méry, Hippolyte Mettais, Alfred Franklin ou Henriot (Wing, 2015 ; Fontaine, 2015) et les illustrations de Lanos (Dessy & Stienon, 2015) portent, entre 1842 et 1912, le récit de la redécouverte d’une France en ruine par les populations futures. Néanmoins, l’approche du bâti ancien distingue ces textes de la science‑fiction postapocalyptique et climatique : alors que les deux genres plus récents replacent les protagonistes dans des ruines du quotidien, inscrites dans un urbanisme, la littérature dystopique du xixe siècle hérite d’une conception plus ancienne de la ruine, réduite à l’idée de monument.

36Autour de ces modèles centraux viennent se greffer une multitude d’imaginaires, dont la cartographie n’est pas aisée. Alors que la New York de Robinson se rattache à l’architecture utopique, des œuvres comme Outresable évoquent indéniablement le motif science‑fictionnel de la recherche archéologique, mis en œuvre chez Isaac Asimov, Pierre Pelot ou Dan Simmons (Alexandre‑Bidon, 1986 ; Auvertin, 2019) et plaçant la fouille au cœur d’un processus de remémoration du passé. Les différentes visions de villes ruinées dérivent plus généralement de modèles définis entre la Renaissance et le début du xxe siècle : le goût moderne pour les ruines (Lattanzi, 2015), l’archétype de la « ville morte », dont l’exemple caractéristique est Pompéi et abondamment exploité dans la littérature du xixe siècle ou dans la photographie (Le Pajolec & Tillier, 2016 ; Rion 2016 ; Lagan, 2015). La fiction climatique pioche librement et sans doute inconsciemment dans ce réseau d’imaginaires, qu’elle complète par une autre inquiétude : celle de l’urgence climatique, partagée autant par les auteurs et illustrateurs que par les lecteurs, et nourrie par les actualités. Ce nouvel imaginaire climatique explique vraisemblablement la place accordée aux récits de montées des eaux, qui éclipsent les anciens paradigmes du désert ou de l’hiver nucléaire.

37L’examen de ce corpus de bandes dessinées et de romans aura permis d’illustrer de quelle manière le motif des ruines, ancré dans une intertextualité et une intericonicité riches et déjà anciennes, se trouve renouvelé dans le cadre de la cli-fi. Les ruines climatiques ne décrivent pas tant des « villes mortes » que la persistance de la vie humaine, à laquelle s’offrent deux futurs potentiels : une résignation passive et délétère ou une adaptation à de nouveaux modes de vie. La fiction climatique n’utilise donc pas vraiment la ruine pour sa fonction mémorielle traditionnelle, mais pour véhiculer un message très actuel. La destruction d’une architecture du quotidien ancre le lecteur dans son environnement propre et accentue la prise de conscience des conséquences potentielles de la crise climatique.

Haut de page

Bibliographie

Romans

Howey Hugh, Outresable, traduit de l’anglais (États‑Unis) par Thierry Arson, Arles : Actes Sud, coll. » Babel », 2021 [2014].

Ligny Jean‑Marc, AquaTM, Paris : Gallimard, coll. « Folio. Science‑fiction », 2015 [2006].

Ligny Jean‑Marc, Exodes, Paris : Gallimard, coll. « Folio. Science-fiction », 2016 [2012].

Ligny Jean‑Marc, Semences, Nantes : l’Atalante, coll. « La Dentelle du Cygne » 2015.

Robinson Kim Stanley, New York 2140, New York : Orbit, 2017.

Robinson Kim Stanley, 2312, traduit de l’anglais (États‑Unis) par Thierry Arson, Arles : Actes Sud, coll. » Exofictions », 2017 [2013].

Wul Stefan, Niourk, Paris : Fleuve Noir, coll. « Anticipation », 1957.

Bandes dessinées

Auclair, Gir, Linus, Jason Muller, Paris : les Humanoïdes associés, 1975.

Bablet Mathieu, Carbone & Silicium, Roubaix : Ankama, 2020.

Bablet Mathieu, « Premiers de cordée », Métal Hurlant, n°1, 2021, p. 60‑70.

Bilal Enki, Animal’z, Bruxelles/Paris : Casterman, 2009.

Bilal Enki, Julia & Roem, Bruxelles/Paris : Casterman, 2011.

Bilal Enki, La Couleur de l’air, Bruxelles/Paris : Casterman, 2014.

Flao Benjamin, L’Âge d’eau, Tome 1, Paris : Futuropolis, 2022.

Gine Christian, Convard Didier, « Les Brumes aveugles », Neige, tome 1, Grenoble : Glénat, 1991.

Gine Christian, Convard Didier, « Banal holocauste », Neige, tome 12, Grenoble : Glénat, 2003.

Kounen Jan, Mr Fab, Ladgham Omar, La Tour, tome 1, Grenoble : Comix Buro, 2021.

Perriot Vincent, « Le dernier mot », Negalyod, tome 2, Bruxelles/Paris : Casterman, 2021.

Rochette Jean‑Marc, Legrand Benjamin, « L’Arpenteur », Le Transperceneige, tome 2, Tournai : Casterman, France, 1999.

Rochette Jean‑Marc, Lob Jacques, Le Transperceneige, Bruxelles/Paris : Casterman, coll. » Les Romans "À suivre" »,1984.

Rodolphe, Dubois, « 1. Le vieux monde », Terre, Paris : Daniel Maghen Éditions, 2020.

Schuiten François, Van Dormael Jaco, Gunzig Thomas, Durieux Laurent, Le dernier pharaon, Bruxelles : Éditions Blake et Mortimer, 2019.

Références

Alexandre‑Bidon Danièle, « L’archéologie à l’épreuve des médias : méthodes, techniques et problématiques dans la fiction et la science-fiction », Ramage, vol. 4, 1986, p. 191‑248.

Auvertin Rémi, « L’archéologue dans la bande dessinée de science‑fiction francophone », ReS Futurae, vol. 14, 2019. Disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/resf.3600

Baroni Raphaël, « Pour une narratologie transmédiale », Poétique, vol. 2, n°182, p. 155‑175. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/poeti.182.0155

Basch Sophie (dir.), La Métamorphose des ruines : l’influence des découvertes archéologiques sur les arts et les lettres (1870‑1914), Actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (27‑28 avril 2001), Athènes : École française d’Athènes, coll. » Champs helléniques modernes et contemporains », 2004.

Dessy Clément, Stiénon Valérie, « L’étude des imaginaires visuels de la dystopie : une introduction prospective », in Dessy Clément et Stiénon Valérie (dir.), (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840‑1940), Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2015, p. 11‑34.

Douard Fabrice, Martinez Jean‑Luc (dir.), L’archéologie en bulles. Petite Galerie‑Musée du Louvre, Paris : Seuil, coll. « Le Grand livre de la Petite galerie du Louvre », 2018.

Di Filippo Laurent, Schmoll Patrick, « La ville après l’apocalypse. Entre formalisation projective et réalisation locale », Revue des sciences sociales, vol. 56, 2016, p. 126‑133. Disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/revss.424

Fontaine Xavier, « Les futures ruines de Paris chez Méry, Dumas et Franklin. Modalités de l’archéologie rétro‑anticipative », in Dessy Clément et Stiénon Valérie (dir.), (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie (1840‑1940), Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2015, p. 73‑92.

Forero‑Mendoza Sabine, Le temps des ruines : l’éveil de la conscience historique à la Renaissance, Seyssel : Champ Vallon, coll. « Pays‑paysages », 2002.

Gaudreault André, Jost François, Le Récit cinématographique : films et séries télévisées, Malakoff : Armand Colin, 2017 [1990].

Groensteen Thierry, « Système de la bande dessinée. 2 », Bande dessinée et narration, Paris : Presses universitaires de France, coll. « Formes sémiotiques », 2011.

Lattanzi Lorenzo, « Villes en ruine au xviiie siècle : le goût des ruines entre expérience et imagination », in Preti Monica, Salvatore Settis (dir.), Villes en ruine : images, mémoires, métamorphoses, Vanves/Paris : Hazan/Louvre éditions, 2015, p. 234‑257.

Le Pajolec Sébastien, Tillier Bertrand. « Les "villes mortes" existent‑elles ? », Sociétés & Représentations, vol. 1, n°41, 2016, p. 9‑14. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/sr.041.0009

Milner Andrew, Burgmann J. R., Science fiction and climate change: a sociological approach, Liverpool : Liverpool University Press, 2020.

Musset Alain, « Esthétique des ruines du futur », Terrain, vol. 71, 2019, p. 183‑201. Disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/terrain.18252

Preti Monica, Salvatore Settis (dir.), Villes en ruine : images, mémoires, métamorphoses, Vanves/Paris : Hazan/Louvre éditions, 2015.

Riegl Alois, Der moderne Denkmalkultus, sein Wesen und seine Entstehung, Vienne : W. Braumüller, 1903.

Rion Valéry, « Villes méduséennes, cités fantomatiques et photographiques : entre présence et absence », Sociétés & Représentations, vol. 1, n°41, 2016, p. 15‑30. Disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/sr.041.0015

Schnapp Alain, Ruines . Essai de perspective comparée, Dijon/Lyon : les Presses du réel/Presses universitaires de Lyon/Musée des Beaux‑Arts de Lyon, 2015.

Schnapp Alain, Une histoire universelle des ruines. Des origines aux Lumières, Paris : Seuil, coll. « La Librairie du xxie siècle », 2020.

Underwood Douglas, (Re)using Ruins: Public Building in the Cities of the Late Antique West, A.D. 300‑600, Leiden/Boston : Brill, 2019.

Whitehouse Tanya, How ruins acquire aesthetic value: modern ruins, ruin porn, and the ruin tradition, Cham : Springer International Publishing, 2018.

Wing Chapman, « La dystopie, c’est l’histoire. Les (bé)vues du passé dans la dystopie française », in Preti Monica, Salvatore Settis (dir.), Villes en ruine : images, mémoires, métamorphoses, Vanves/Paris : Hazan/Louvre éditions, 2015, p. 55‑72.

Haut de page

Notes

1 Je remercie les relecteurs anonymes pour leurs précieuses corrections et suggestions.

2 Le thème est d’ailleurs absent des travaux sur la fiction climatique tels que Milner et Burgman, 2020.

3 Sur la narratologie intermédiale, on renverra notamment à Gaudreault et Jost (2017) pour le cinéma, à Groensteen (2011) pour la bande dessinée ou à Baroni (2017).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1
Légende Vue sur la campagne française inondée dans L’Âge d’eau.
Crédits Benjamin Flao – L’Âge d’eau tome 1, p. 71, c. 1-2. ©️ Futuropolis 2022
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Ill. 2
Légende Scène urbaine extérieure et architecture ruinée dans le tome 1 de « Neige », Les Brumes aveugles.
Crédits Gine & Convard, Les Brumes aveugles, Tome 1, 1991, pl. 23, c. 1-5. ©️ Glénat / Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-2.png
Fichier image/png, 4,6M
Titre Ill. 3
Légende Abandon des espaces intérieurs d’un aéroport dans Carbone & Silicium.
Crédits Carbone & Silicium, par Mathieu Bablet, p. 130. ©️ Ankama Éditions, 2020
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre Ill. 4
Légende Inondation et réoccupation animale d’une gare ou d’un aéroport dans L’Âge d’eau.
Crédits Benjamin Flao – L’Âge d’eau tome 1, p. 31 ©️ Futuropolis 2022
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Ill. 5
Légende Vue postapocalyptique des rues de Bruxelles dans Le dernier pharaon.
Crédits Schuiten et al., Le dernier pharaon, 2019, p. 34, c. 1-2. ©️ Éditions Blake et Mortimer / Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Ill. 6
Légende Architecture urbaine en ruine esquissée et stylisée dans Animal’z.
Crédits Bilal, Animal’z, 2009, p. 45, c. 5. ©️ Éditions Casterman/Bilal.
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-6.png
Fichier image/png, 958k
Titre Ill. 7
Légende Paysage de ruines réoccupées dans le tome 2 de « Negalyod », Le dernier mot.
Crédits Perriot, Le dernier mot, Tome 2, 2021, p. 63, c. 2. ©️ Éditions Casterman/Perriot.
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/12714/img-7.png
Fichier image/png, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Auvertin, « La nature et les ruines : anciennes présences humaines dans le récit climatique de science‑fiction »ReS Futurae [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/resf/12714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.12714

Haut de page

Auteur

Rémi Auvertin

Docteur en archéologie, laboratoire Halma‑UMR8164, Université de Lille. Il travaille plus habituellement sur l’urbanisme et sur l’habitat romain en Gaule septentrionale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search