Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Éditorial n°22

Éditorial n°22

Comité de rédaction de Res Futurae

Texte intégral

1Le numéro 22 de ReS Futurae est deux fois placé sous le signe de la dualité. Sous le titre d’ensemble « Suites et variations critiques », il offre un dossier double, dont chaque partie se présente elle-même comme un écho des deux grands chantiers ouverts d’abord par notre numéro 20 – « Théorie(s) de la science-fiction », décembre 2022 – et puis par notre numéro 21 – « Fictions climatiques », juin 2023. Chantiers ouverts, mais non refermés, comme le manifestent ces deux dossiers « Bis », qui viennent offrir des prolongements variés à ces objectifs de recherche essentiels que constituent la consolidation d’un corps de concepts et d’outils adaptés à l’étude de la science-fiction, d’une part, et l’exploration de l’un des vecteurs les plus dynamiques de diffusion de la pensée et de l’écriture conjecturales dans la culture et les discours communs, d’autre part.

2Pour autant, chaque versant de ce dossier double manifeste un élan théorique qui lui est propre.

3Le dossier « Théorie(s) de la science-fiction bis » vient confirmer la fécondité des échanges qui sont intervenus lors du colloque anniversaire des 10 ans de la revue, les 15 et 16 décembre 2022, à l’occasion duquel furent discutées et approfondies les propositions critiques des différents articles, dessinant les contours d’une « French (Science-Fiction) Theory », d’une « théorie de la science-fiction à la française ». En eux-mêmes, les acquis des vingt-cinq dernières années de recherche dans le domaine français sont remarquables, qui ont vu s’établir un socle méthodologique et notionnel construit à la convergence des approches développées dans le domaine anglophone, à la suite notamment de Darko Suvin, Rob Latham, Istvan Csicsery-Ronay (Jr.), Mark Bould, David Pringle, ou encore Peter Nicholls et John Clute, et d’approches théoriques nourries de réflexions propres au champ francophone, dans la lignée des travaux de Richard Saint-Gelais, d’Irène Langlet et d’Anne Besson. Plus qu’un simple transfert dont la partie française serait la simple bénéficiaire, c’est un véritable échange théorique qui paraît susceptible de s’instaurer entre ces deux domaines de recherche : deux des articles figurant dans ce numéro dans les rubriques consacrées aux traductions de nos partenaires viennent témoigner de l’intérêt, et même de la nécessité d’une telle approche. Dans un article publié initialement dans Science Fiction Studies, Istvan Csicsery-Ronay (Jr.) rapproche les écrits de Jean Baudrillard et de Donna Haraway pour y cerner ce qui constitue selon lui « La SF de la théorie », c’est-à-dire les linéaments d’une démarche spéculative non fictionnelle, mais critique : ce faisant, il met aussi en valeur l’importance de prendre en compte les apports du champ français à la pensée de la science-fiction. Tout aussi significative est l’inspiration qu’apportent à Simon O’Sullivan les concepts développés par Quentin Meillassoux à l’occasion du Mois de la SF à l’ENS et formalisés par la suite (Meillassoux, 2013), pour envisager les apports de la science-fiction à la pensée philosophique des mondes possibles, et auxquels l’article ici traduit de Foundation vient proposer des ajustements pour définir ce que signifie passer « De la science-fiction à la science-fictionnalisation ». En les mettant à disposition des chercheurs et chercheuses francophones, ce numéro situe leurs propositions, suggestives en elles-mêmes, dans le contexte plus vaste de son appel aux échanges et dialogues critiques, dans lequel ReS Futurae défend l’importance d’une réflexion fondée sur les œuvres et les analyses issues du domaine francophone. Cela marque la nécessité d’un dialogue transatlantique et au-delà, de l’ouverture à une dimension plus globale : c’est là l’un des chantiers essentiels des prochaines années de la revue, qui va chercher à étendre ses partenariats et ses horizons à d’autres espaces linguistiques, vers les domaines italien, hispanophone, ou germanophone (ce dont présageait déjà le dossier de notre n°16, sur les formes brèves de la science-fiction).

4C’est dire aussi combien l’ambition de ReS Futurae ne se ramène pas à la défense et illustration de ces approches, aussi essentielles qu’elles soient à la compréhension et à l’étude de la science-fiction sous toutes ses formes. Au contraire, elle se définit comme un espace de recherche, associant une démarche d’histoire des corpus et d’épistémologie à une prospection d’aspects nouveaux. Chaque dossier n’est qu’un moment de cette réflexion, non une approche exhaustive : le choix d’un article de J. P. Telotte, « Méditations sur le « Paradoxe Pulp » : Pal, la Paramount et les Pulps de SF », vient ainsi relancer et compléter certaines questions ouvertes dans notre dossier sur les « Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction ». L’évolution des dossiers de la revue au fil du temps reflète bien cette complémentarité dynamique entre consolidation et exploration, en même temps que l’accumulation des savoirs et approches y prend la forme, non d’une encyclopédie décisive ou d’un « compagnon », à l’instar de ceux qui ont pu être développés dans le champ anglophone (voir Langlet, 2022), mais d’un dialogue théorique, toujours susceptible d’être amendé et renouvelé, dont on peut suivre de nombreux fils d’un dossier à l’autre, ou en direction des publications les plus récentes.

5De ce fait, le dossier « Théorie(s) de la science-fiction » de notre numéro 20, tout en offrant un état de l’art destiné à servir de socle et de point d’appui à toutes les futures recherches déployés au sein de notre revue, appelait d’emblée des prolongements et des réponses, matérialisés d’abord lors du colloque des 15 et 16 décembre, puis aujourd’hui dans ce dossier « Bis », formalisant à l’écrit des pistes de recherche susceptibles d’élargir encore nos perspectives d’étude. Dans « La science-fiction a-t-elle horreur du vide ? Le cas des séries télévisées », Élaine Després et Hélène Machinal prolongent et étendent les réflexions engagées dans le dossier « Séries télévisées », de manière à démontrer que la notion de vide, non sans paradoxe, offre un potentiel évocateur pour penser la SF, à la fois en tant que motif structurant et en tant que moteur formel. Leur approche entre aussi en résonance avec les réflexions amorcées par Aurélie Huz, destinées à adapter la logique séminale du novum et de l’estrangement cognitif suviniens à une approche plus générale des différents médias, à la recherche de défamiliarisations visuelles ou même sonores. De même, s’interrogeant sur les « Enjeux textuels d’une lecture féministe de la science-fiction », Richard Saint-Gelais fait ainsi écho à des pistes amorcées dans notre dossier « Ursula Le Guin », autrice majeure dont il réexamine le rôle pivot dans la perception de ces enjeux, mais il ouvre aussi une piste possible vers la prise en compte d’enjeux de réception, tels qu’ils interviennent dans un contexte pédagogique : des liens se noueront avec un prochain dossier, portant sur les rapports entre science-fiction et didactique (n° 23). Enfin, un dernier contrepoint – au sens de variation musicale – est apporté par un article de Thomas Michaud, étudiant « La science-fiction institutionnelle chez Julian Bleecker et Brian Johnson », afin d’établir la portée concrète d’applications pratiques telles qu’elles sont recherchées dans la science-fiction par des instances gouvernementales ou des entités économiques, selon une logique de « science-fictionnalisation » qui gagne à être mise en regard de celle que propose Simon O’Sullivan, sur un plan philosophique.

6D’une manière comparable, le dossier « Fictions climatiques Bis » offre des suites au dossier déjà d’une grande richesse sur les « Fictions climatiques » déployé dans le numéro 21, composant le deuxième volet d’un diptyque critique issu du colloque du programme Parvis sur « La ville dans les fictions climatiques » (https://parvis.hypotheses.org/​2102). Il comporte également des points d’accroche avec des champs de recherche essentiels, présents ou encore à venir. On y retrouve les éléments d’un dialogue croisé avec les approches médiatiques : l’exploration stimulante par Pierre-Jacques Olagnier des manifestations du motif climatique dans le champ audiovisuel (« Quelle(s) singularité(s) des imaginaires urbains de la fiction climatique au cinéma ? ») prolonge les réflexions ouvertes dans le dossier sur le cinéma, tandis que les questions posées par Rémi Auvertin au motif des ruines et de la fin des civilisations entrelacent corpus de bande dessinée et de littérature (« La nature et les ruines : anciennes présences humaines dans le récit écologique et climatique de science-fiction ») pour prolonger une réflexion personnelle de son auteur (2019), tout en ouvrant un dialogue possible avec un article de Raino Isto traduit dans notre numéro 18 (2021). Mais aussi des promesses de dossiers ou d’investigations encore à consolider : l’étude par Philippe Ethuin de « La ville dans les proto-fictions-climatiques françaises du xixe siècle » vient rappeler la force d’évocation d’un corpus conjectural antérieur à la science-fiction proprement dite, et qui reste à explorer plus systématiquement dans le cadre de ReS Futurae  ; les questions ouvertes par Natacha Levet sur les inflexions propres à la littérature jeunesse, investissant les problématiques climatiques selon une double perspective narrative et éthique, pointent également vers un corpus jeunesse dont l’ampleur et la spécificité au sein du champ de la science-fiction restent à apprécier ; l’exploration d’un corpus italien par Lucia Della Fontana, dans « Souvenirs rétrospectifs de l’Anthropocène : la ville dans la cli-fi italienne », outre les points de convergence qu’elle suggère avec un ensemble d’écritures de l’Anthropocène, suggère tout l’intérêt qu’il pourrait y avoir à mieux cerner d’autres macro-textes européens, dont les représentations et les évolutions propres ne pourraient que nourrir encore une conception aussi large et riche que possible de la science-fiction.

7Ainsi que le figure le choix de reprendre en les réunissant les couvertures des numéro 20 et 21, en un montage effectué par Pierrine Malette, nouveau membre du comité éditorial, et qui assure le secrétariat de rédaction de la revue, il s’agit bien d’insister sur la multiplicité des liens à établir entre les différents horizons de recherches de ReS Futurae. Ces horizons ont vocation à s’élargir et à s’étendre, tout en continuant d’assurer l’ancrage institutionnel de l’étude en français de la science-fiction à l’université. C’est dans ce cadre que, à l’initiative de sa directrice Laurence Bobis, nous avons eu le plaisir d’être invité.es par la Bibliothèque Interuniversitaire de la Sorbonne, dont l’acronyme « BIS » résonne agréablement avec notre dossier dual, à apporter notre expertise scientifique pour la mise en place d’une exposition dans ses murs, « La Science-fiction en Sorbonne » (14 septembre-20 décembre 2023, commissariat I. Langlet et S. Bréan, en coordination avec J. Jestaz et L. Taheri pour la BIS), et dont le vernissage de clôture se fait autour de la parution de ce numéro 22. Outre les trésors bibliographiques qu’une telle exposition a permis de présenter aux étudiantes et étudiants, ainsi qu’aux chercheuses et aux chercheurs de la Sorbonne, et au-delà, la collaboration engagée a donné l’occasion de vérifier les progrès de la légitimation de la science-fiction, comme pratique conjecturale et comme champ de recherche, en constatant l’enrichissement du catalogue de recherche de cette bibliothèque de référence : celui-ci a donné lieu à la présentation sous les ors de la vénérable salle de lecture Jacqueline de Romilly, de dizaines de références à la fois anciennes et très récentes, susceptibles de montrer la fécondité d’approches interdisciplinaires, ainsi que la très large gamme d’approches actuellement disponibles. Sous le marrainage d’Irène Langlet, cette « Année de la science-fiction » (https://www.bis-sorbonne.fr/​biu/​spip.php?rubrique537) a aussi été pensée par les conservatrices de la BIS dans une continuité organique avec la création, en conviant des auteurs et autrices à des lectures publiques et en proposant aux étudiant.es de participer à l’écriture de micro-fictions : manière aussi de rappeler qu’à la source de nos études, se trouve aussi, et surtout, un plaisir de lecture et un jugement esthétique, que nos recherches visent à rendre aussi vivants et vibrants que possible.

Haut de page

Bibliographie

Auvertin Rémi, « L’archéologue dans la bande dessinée de science-fiction francophone », ReS Futurae [En ligne], n° 14, 2019, 21 décembre 2019 [consulté le 10 décembre 2023], URL : http://journals.openedition.org/resf/3600.

Huz Aurélie, « Démêlés avec le novum : démontages et remontages de la notion dans une perspective culturelle intermédiatique », ReS Futurae [En ligne], n° 20, 2022, 13 décembre 2022 [consulté le 10 décembre 2023], URL : http://journals.openedition.org/resf/11338.

Isto Raino, « Dans la vallée des tombes temporelles : monumentalité, temporalité et histoire dans la science-fiction », ReS Futurae [En ligne], n° 18, 2021, 17 décembre 2021 [consulté le 10 décembre 2023], URL : http://journals.openedition.org/resf/10295.

Langlet Irène, « Les Compagnons de la théorie (de la science-fiction) », ReS Futurae [En ligne], n° 20, 2022, 13 décembre 2022 [consulté le 10 décembre 2023], URL : http://journals.openedition.org/resf/11474.

Quentin Meillassoux, Métaphysique et fiction des mondes hors-science, Paris : Aux Forges de Vulcain, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de Res Futurae, « Éditorial n°22 »ReS Futurae [En ligne], 22 | 2023, mis en ligne le 11 décembre 2023, consulté le 28 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/resf/13014 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.13014

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction de Res Futurae

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search