Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23Éditorial n°23

Éditorial n°23

Editorial n° 23
Comité de rédaction de Res Futurae

Texte intégral

1L’une des ambitions majeures de ReS Futurae est de contribuer à étudier la science-fiction sur des bases scientifiques : pour cela, depuis ses débuts et à partir de perspectives variées, ReS Futurae encourage à expliciter les manières de constituer la SF en objet d’étude, à objectiver et à consolider les méthodes de lecture qu’on lui applique, à mettre en place des outils d’analyse toujours plus adéquats, à discuter enfin les hypothèses avancées à partir d’une connaissance du champ de recherche au sein duquel la revue travaille depuis dix ans à constituer un pôle actif pour le domaine francophone. Ces ambitions ont été tenues au fil des numéros, qui ont permis de multiplier les points d’entrée dans l’étude des récits, fictions et représentations de la science-fiction, proposant des perspectives poétiques et théoriques, des investigations historiques et géographiques, des approches par auteur, des angles médiatiques, des questionnements génériques, ainsi que des approches conceptuelles globales. Cette diversité d’approches, à la croisée des disciplines, mais unifiée par une pratique de recherche explicite dans ses protocoles, exploratoire dans ses concepts et collectivement argumentée, définit de manière centrale l’identité de notre revue. Elle est lisible dans les chantiers en cours de la revue, dont les livraisons à venir porteront sur les défis lancés à la pratique et à la théorie de la traduction par la science-fiction (n° 24), l’élucidation de ce que signifie la notion de « novum sonore » (n° 25), ou encore les voies de l’expérimentation formelle en science-fiction (n° 26). Interroger les techniques de représentation et les stratégies d’écriture des fictions conjecturales, dans toute la complexité et la mutabilité de leurs déterminations culturelles, doit se faire de manière cohérente et cumulative, de façon à asseoir dans le champ académique un cadre épistémologique d’autant plus productif qu’il s’inscrit dans une démarche commune et reconnue.

  • 1  Merci à Alice Martinent de nous avoir signalé ces parutions.

2Cette ligne éditoriale et scientifique invite alors à embrasser de très nombreuses manières de se saisir des enjeux propres à la science-fiction : ceux qui ont trait au fonctionnement de la SF en tant qu’objet esthétique ont tout particulièrement intéressé les auteurs et autrices de ReS Futurae, qui ont tâché d’identifier ses mécanismes propres et ses manifestations sur différents supports, tandis que des territoires aujourd’hui très actifs de l’existence socioculturelle de la science-fiction requièrent sans doute un intérêt plus nourri et plus spécifique. C’est le cas de la question des usages de la SF, en particulier de son impact sur les représentations sociales, sur les déterminations politiques, sur les conceptualisations de la science que ces fictions spéculatives reflètent et sans doute contribuent à penser. Cette question est ancienne, car elle est liée à la démarche conjecturale même, qui ne nous pousse nullement à accepter par principe des ajouts à notre conception du monde, comme le fait le réalisme en introduisant subrepticement des personnages, des lieux, voire des événements que nous sommes invités à concevoir comme vrais, ou comme le propose la démarche de naturalisation du surnaturel dans la fantasy. En désignant comme essentielle à la science-fiction la dynamique du novum (Suvin, 1979), qui rompt avec l’ordre des choses sur des bases cognitives, pour inciter à prendre du recul sur notre réalité contemporaine, selon une dynamique de défamiliarisation/familiarisation (Spiegel, 2022 ; Huz 2022), Darko Suvin n’a fait que nommer une intuition essentielle, qui intervient dès la lecture du Frankenstein de Mary Shelley, et qui se retrouve dans l’accueil réservé aussi bien à Jules Verne, à H. G. Wells, et à l’anticipation ancienne plus généralement (Pézard, 2023), qu’à une grande partie de la littérature de science-fiction du xxe siècle, sans cesse sommée de livrer des outils d’interprétation du monde, voire des prédictions concrètes ou allégoriques. Pour certaines œuvres très largement partagées, cette force se constate dans la rentabilité esthétique, médiatique mais aussi conceptuelle, voire philosophique, d’une figure précise : Frankenstein et sa créature sont emblématiques de ce processus, dont un ouvrage récent signale encore la productivité remarquable (Chassay et Després, 2024). Il serait aisé d’y ajouter de nombreux exemples, que ce soit la force opératoire des dystopies d’Huxley, d’Orwell, d’Atwood, les apports stimulants à la réflexion politique qu’offrent des autrices et auteurs comme Ursula Le Guin ou Iain M. Banks, comme le montre Anne Besson (2021) et comme l’exploitent Yannick Rumpala (2018) ou Ariel Kyrou (Kyrou, 2020), ou encore les récentes inflexions d’une SF solarpunk qui s’auto-définit par un geste esthétique et politique consistant à (r)ouvrir des futurs désirables pour faire de l’imaginaire le moyen d’une prise concrète sur le réel (Brown et al., 2023 ; Ruaud, 20241). De même, une réflexion d’histoire culturelle sur « L’Aventure spatiale » ne se conçoit plus sans prendre en compte les contributions du space opera et de la hard science à une forme d’enthousiasme – et aux formes prises par cet enthousiasme – à l’égard des programmes spatiaux (Guignard et Martin, 2024) ; tandis que les explorations multiples de ce qu’impliquent les représentations culturelles de l’IA, engagées par le programme ANR CulturIA dirigé par Alexandre Gefen, visent à mettre en évidence les apports réciproques des sciences humaines et des technologies de l’information, comme dans une livraison récente de la revue Belphégor (Gefen, 2024). Les extensions médiatiques ont largement contribué à une telle appréhension des œuvres, contribuant à thématiser et à autonomiser des motifs et des images du genre, ainsi qu’à les doter d’une force propre qui va jusqu’à une forme d’effectivité concrète, relevée et même cultivée dans les approches caractéristiques du design fiction, soit qu’il s’agisse de s’inspirer de concepts développés dans la fiction, soit qu’intervienne une démarche de translation vers le réel des démarches spéculatives fictionnelles (voir Raven 2020, Michaud 2023). De manière plus générale, les spectateurs et spectatrices de Matrix, Ex Machina, Her, ou encore des séries Westworld et Black Mirror, réagissent à l’estrangement cognitif programmé par ces œuvres en y puisant des modalités d’appréhension du monde, d’où des discours collectifs et des communautés interprétatives tirant de la SF des compétences de diagnostic et de prospective du réel.

3 Ces usages et ces pratiques de la SF constituent, aujourd’hui, un pan très visible, dynamique et en expansion, des discours sur le genre. Pour autant, comme l’ont montré les travaux d’Irène Langlet (2021) et d’Anne Besson (2021), s’appuyer sur une conception claire de ce qu’engagent les processus fictionnels permet de mieux cerner ce qui se joue dans cet intérêt contemporain pour des récits qui soient susceptibles de donner des clefs de compréhension d’un réel dont les rapides évolutions techniques ne se laissent que difficilement saisir, face aux injonctions faussement rassurantes d’un présentisme qui nous laisse sans point de repère temporel ; ainsi envisagés, ces récits qui constituent autant de « fabriques du futur » (Langlet, 2021) influencent toujours plus largement une certaine part de la littérature générale, par le biais des fictions climatiques (Res Futurae, n° 21, 2023) ou du Near Chaos – ces fictions représentant des basculements imminents dans de nouvelles configurations sociopolitiques (Bréan et Bridet, 2024). Pour interpréter ces multiples usages de la science-fiction, le positionnement de ReS Futurae offre une assise féconde, car il invite à les traiter, à l’instar de ses logiques d’écriture, de ses expressions médiatiques, de ses filiations historiques, comme des objets de la réflexion qui ne vont pas de soi. En effet, utiliser la science-fiction pour décrypter l’avenir ou le présent, pour forger des concepts philosophiques, pour inventer d’autres manières de vivre ensemble, pour lutter politiquement, etc., c’est tirer d’un objet sémiotique construit (faits de signes linguistiques, iconiques, sonores) des signifiés suggestifs rapportés plus directement à un état du réel. Un tel geste doit intéresser le chercheur ou la chercheuse, pour la visibilité qu’il acquiert dans les pratiques culturelles contemporaines, pour ce qu’il dit plus largement de notre rapport à la fiction, du besoin que nous en avons, des satisfactions que nous y trouvons, des demandes que nous lui adressons (Besson, 2022). La science-fiction jouerait sur ce plan-là un rôle à la fois commun et en même temps spécifique, du fait de sa nature spéculative et cognitive, qui reste à investiguer à partir d’une enquête prenant en compte ses procédés de fabrication : une assise claire pour l’interprétation des processus conjecturaux est indispensable à l’interprétation efficace et incontestable d’œuvres qui ne se livrent jamais vraiment comme des récits à thèse, et dont l’ambivalence, l’ironie, la réflexivité sont très souvent des instruments essentiels d’une défamiliarisation/familiarisation touchant des phénomènes stylistiques et linguistiques en même temps que conceptuels. C’est cette même gamme de ressorts d’écriture et de logiques poétiques (si l’on entend ainsi la mise en signes et en forme des signifiés de la fiction) qui produit la complexité et la profondeur des récits de SF dont on se réclame pour faire du genre matière à interroger, à comprendre et à fabriquer notre monde.

4Cette réflexion appelle à ouvrir de nouveaux dialogues et à élargir le champ d’étude de la science-fiction en épousant les transformations de l’objet SF, indissociablement esthétique, historique, médiatique, discursif et pragmatique (Letourneux, 2022). À cet égard, le numéro 23 de ReS Futurae est susceptible d’en constituer un jalon. En effet, le dossier dirigé par Estelle Blanquet, « Enjeux didactiques de la science-fiction : enseignement, apprentissage, transmission », se situe à l’articulation de ces enjeux puisque la question centrale qu’il pose, celle de la didactique de la science-fiction, suggère d’associer deux démarches, l’une tournée vers l’objet – ce que signifie enseigner la lecture et l’analyse de la science-fiction – et l’autre envisageant ses usages – ce que la science-fiction, au juste, est susceptible de transmettre.

5Les articles qui composent ce dossier interrogent ainsi de façon complémentaire la démarche de reconfiguration du réel et ce qu’elle peut stimuler au-delà de la compréhension et de l’appréhension des récits. Estelle Blanquet et Éric Picholle (« De L’Histoire véritable au boulet de Jules Verne : une histoire science-fictionnelle des paradigmes astronomiques ») proposent de relire l’histoire des conceptions astronomiques en parallèle de celle des récits conjecturaux, pour y détecter les modalités d’une circulation de représentations entre les deux pôles, mais aussi pour y puiser les fondements d’une approche pédagogique, permettant d’inspirer chez les élèves une démarche hypothético-déductive, à rebours des intuitions préconstruites : un continuum s’établit alors entre une expérience de l’estrangement cognitif et la mise en place de réflexes d’interrogation du réel, au fondement d’un esprit scientifique. D’une manière analogue, Roland Lehoucq (« Utiliser la science-fiction pour partager les sciences ») expose les méthodes par lesquelles il s’emploie à transmettre et à faire saisir des notions scientifiques et des démarches d’analyse à partir de l’étude de corpus de science-fiction, en jouant le jeu de la fiction, en prenant au sérieux les logiques de formulation de mondes et de règles physiques nouvelles, pour entraîner là encore ses lecteurs et lectrices sur la voie d’une compréhension du réel enrichie par les novums de la science-fiction. C’est faire voir en quoi la science-fiction n’est pas qu’un répertoire d’exemples ou de cas-limites à convoquer à des fins illustratives, mais bien le lieu d’un apprentissage, d’une application de compétences d’analyse et d’interprétation. Philippe Clermont interroge le lien aux pratiques de lecture d’élèves du secondaire (« Lecteur méfiant de science-fiction et développement de savoir-faire en lecture »). Géraldine Wuyckens étudie les interactions science-fiction/design fiction pour affiner l’esprit critique des étudiants et étudiantes, pour l’autre (« Le potentiel éducatif du design fiction dans le développement de la pensée critique »), ainsi que, avec Martin Lalonde la pertinence des procédés narratifs de la science-fiction pour développer des compétences numériques et médiatiques des jeunes gens (« Des lendemains incertains : immersion dans l’imaginaire du futur des adolescents. Étude sur l’intégration de la science-fiction et de la réalité virtuelle en enseignement des arts dans les écoles secondaires québécoises »).

6La science-fiction comme instrument d’enseignement, comme lieu d’apprentissage, comme horizon de transmission, pour former les jeunes esprits, pour entretenir un rapport analytique au monde, pour ouvrir notre rapport à l’avenir et aux possibles : autant de manières d’imaginer un impact concret de la SF sur les représentations sociales, attestées depuis longtemps dans les récits conjecturaux, comme le rappelle Tatiana Drobot en se concentrant sur le cas remarquable offert par Alexandre Bogdanov (« Penser la rencontre de visions du monde plurielles à travers le didactisme de la science-fiction d’Alexandre Bogdanov »). Mais cet imaginaire des effets traverse plus largement l’histoire de la science-fiction, qui met en intrigue, de manière plus ou moins inquiétante, le fantasme de sa propre efficience sur les consciences par le jeu du langage, ce qu’étudie Alexia Jingand (« Les imaginaires de l’enseignement et de l’apprentissage des langues dans trois romans de science-fiction dystopiques »). C’est ainsi à la fois depuis la science-fiction elle-même, dont les récits tendent à mettre en scène l’acquisition du savoir servant à les décrypter, et depuis le regard extérieur porté sur un type de fiction à même de penser le changement social et les évolutions technologiques qu’est née une aspiration éducative dont Philippe Clermont, dans un second article, retrace les étapes essentielles (« “Enseigner avec la science-fiction” : quelques jalons pour une histoire récente de l’enseignement de la science-fiction en France [1970-2020] »).

  • 2 J. Wayne and Elsie M. Gunn Center for the Study of Science Fiction. [En ligne], [consulté le 24 jui (...)

7Toutes ces réflexions trouvent des échos dans les articles de notre section « En direct de Science Fiction Studies ». D’une part, certaines d’entre elles prolongent directement la problématique centrale d’un numéro spécial de Science Fiction Studies, intitulé « Science Fiction in Academe » (1996), dont nous nous publions ici deux articles, et qui proposait de faire le point sur ce que signifiait, il y a trois décennies de cela, engager l’étude de la science-fiction dans les universités américaines. Écrivain et pionnier d’un enseignement universitaire mêlant recherche et création à l’université du Kansas, James Gunn (« Enseigner la science-fiction ») s’appuie sur sa longue expérience pour présenter différentes approches d’un corpus qui doit être saisi dans toute sa vivacité, dans une relation vivante aux enjeux contemporains – ce que capture aussi le beau témoignage de Barbara Bengels de l’université Hofstra de l’État de New York (« Les plaisirs et les dangers d’enseigner la science-fiction au niveau universitaire »). L’une comme l’autre ont continué ensuite de diversifier et de renouveler leur pratique durant près de trente ans. James Gunn a d’ailleurs contribué à la création d’un pôle de recherche à l’université du Kansas, le Gunn Center for the Study of Science Fiction2. D’autre part, la question de ce que la science-fiction peut avoir à enseigner et à transmettre trouve des résonances particulières dans l’étude menée par Ron S. Judy sur « Le post-humanisme chinois et la science-fiction politique de Chen Qiufan », qui donne à voir comment la science-fiction peut servir de lieu d’assimilation de concepts étrangers et d’expression de nuances propres à une culture et à un contexte politique particuliers. Quant à l'article signé Brian S. Matzke et issu de Foundation, il offre en contrepoint une archéologie de la manière dont les femmes étaient dépeintes dans la science-fiction de l'époque d'Amazing Stories et de leur impact sur la perception des genres littéraires.

8Ce numéro 23 vient après les deux livraisons qui ont publié les résultats de notre réflexion sur les « Théories de la science-fiction », à l’occasion du dixième anniversaire de la revue (numéros 20 et 22). Ce tournant des dix ans a coloré de nombreuses facettes de notre travail : côté cour, un événement scientifique sous la forme du premier colloque de la revue, des traductions d’articles de fond, un dossier théorique majeur ; côté jardin, une évaluation collaborative innovante des articles, et des mouvements conséquents dans le comité scientifique, partiellement renouvelé, et dont l'expertise scientifique a déjà marqué Dans sa nouvelle configuration, ce comité scientifique affiche une internationalisation résolue, avec un ancrage confirmé sur le continent nord-américain bien sûr, qui reste une aire culturelle déterminante pour toutes les sciences-fictions mondiales : aux côtés de la figure tutélaire d’Arthur Evans (professeur émérite à DePauw University), toujours membre d’honneur, ReS Futurae bénéficie aujourd’hui du regard de Amy J. Ransom (Central Michigan University) Paul Scott (Kansas University) et Christina Lord (University of North Carolina Wilmington), dont le récent essai Reimagining the Human in French Science Fiction (2023) fait l'objet d'un lecture critique dans ce numéro. Mais nous sommes heureux de gagner également en expertises européennes, avec Anne-Sophie Donnarieix (Universität des Saarlandes) et Teresa López-Pellisa (Universidad de Alcalá), qui nous permettent d’espérer toucher les domaines germanophones et hispanophones notamment, en plus de ceux que nous touchons déjà, comme l’Asie de l’Est (Gwennaël Gaffric, université Jean Moulin Lyon 3) et l’Italie. Nous tâchons de prendre soin, enfin, du dialogue avec les sciences de la vie et de la matière (Estelle Blanquet, INSPE Bordeaux-Aquitaine ; Éric Picholle, université de Nice) et avec les sciences des systèmes de signes autres que verbaux – jeux vidéo (Fanny Barnabé, université de Namur ; Mathieu Triclot, IUT Belfort-Montbéliard), théâtre (Romain Bionda, université de Lausanne), cinéma et les séries TV (Alain Boillat, université de Lausanne ; Florent Favard, université de Lorraine ; Marianne Kac-Vergne, université de Picardie Jules Verne ; Hélène Machinal, université Rennes 2), musique (Chloé Huvet, université d’Évry Paris-Saclay), bande dessinée (Denis Mellier, université de Poitiers) et animation (Jérôme Dutel, université Jean Monnet Saint-Étienne). Dans ReS Futurae, ces domaines scientifiques dialoguent ainsi à part égale avec les études littéraires qui ont historiquement été motrices pour les théories de la science-fiction (Roger Bozzetto, professeur émérite à l’université d’Aix-Marseille I, en témoigne comme second membre d’honneur) et qui se sont constituées sans monolithisme, éclairant les rapports de la SF avec d’autres phénomènes sociaux et culturels comme les genres de l’imaginaire (Anne Besson université d’Artois), l’anticipation (Claire Barel-Moisan, ENS Lyon / CNRS ; Christèle Couleau, université Sorbonne Paris Nord ; Valérie Stiénon, université Paris XIII, IUF), les cultures de jeunesse (Philippe Clermont, INSPE Strasbourg), les imaginaires scientifiques (Jean-François Chassay, université du Québec à Montréal ; Jean-Louis Trudel, université d’Ottawa).

Haut de page

Bibliographie

Besson Anne, Les Pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction, Paris : Vendémiaire, 2021.

Bréan Simon et Guillaume Bridet, Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire, Paris : Hermann, coll. « Savoir. Lettres », 2024.

Brown Touxi, Buczkowicz Loic, et al., Solarpunk, Bretteville-sur-Odon : Copie gauche, coll. « C’était mieux demain », 2023.

Chassay Jean-François et Després Elaine (dir.), Frankenstein et sa créature, d'hier à aujourd'hui, Montréal : Presses universitaires de Montréal, coll. « Cavales », 2024.

Gefen Alexandre (dir.), dossier « Imaginaires de l’IA », Belphégor [En ligne], n° 22, 2024, [consulté le 23 juin 2024], URL : https://journals.openedition.org/belphegor/5760.

Guignard Laurence et Martin Laurent (dir.), dossier « L’Aventure spatiale », Sociétés & Représentations, n° 57, 2024.

Huz Aurélie, « Démêlés avec le novum : démontages et remontages de la notion dans une perspective culturelle intermédiatique », ReS Futurae [En ligne], n° 20, 2022, [consulté le 23 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/resf/11338.

Kyrou Ariel, Dans les imaginaires du futur : entre fins du monde, IA, virus et exploration spatiale, Chambéry : ActuSF éditions, coll. « Les Trois Souhaits », 2020.

Langlet Irène, Le Temps rapaillé. Science-fiction et présentisme, Limoges : Pulim, coll. « Médiatextes », 2021.

Letourneux Matthieu, « Le genre comme fait de discours : pour une définition molle de la science-fiction », ReS Futurae [En ligne], n° 20, 2022, [consulté le 24 juin 2024], URL: http://journals.openedition.org/resf/11405.

Lord Christina, Reimagining the Human in Modern French Science Fiction, Liverpool : Liverpool University Press, 2023.

Michaud Thomas, « La science‑fiction institutionnelle chez Julian Bleecker et Brian David Johnson », ReS Futurae [En ligne], n° 22, 2023, [consulté le 22 juin 2024]. URL : http://journals.openedition.org/resf/12403.

Pézard Émilie, « L’avenir dans la généricité du “récit d’anticipation” », Belphégor [En ligne], n° 21-1, 2023, [consulté le 23 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/belphegor/5359.

Raven Paul Graham, « Rhétorique de la futurité : scénarios, design fiction, prototypes et autres modalités évaporées de la science-fiction » (2016), ReS Futurae [En ligne], n° 16, 2020 [consulté le 24 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/resf/8761.

Ruaud André-François, Solarpunk. Vers des futurs radieux, Bordeaux : Les moutons électriques, coll. « Bibliothèque des vertiges », 2024.

Rumpala Yannick, Hors des décombres du monde. Écologie, science-fiction et éthique du futur, Ceyzérieu : Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », 2018.

Spiegel Simon, « Le monde en plus étrange : à propos du concept d’“estrangement” en théorie de la science-fiction », ReS Futurae [En ligne], n° 20, 2022, [consulté le 23 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/resf/11457.

Suvin Darko, Metamorphoses of Science Fiction. On the Poetics and History of a Literary Genre, New Haven/Londres : Yale University Press, 1979.

Haut de page

Notes

1  Merci à Alice Martinent de nous avoir signalé ces parutions.

2 J. Wayne and Elsie M. Gunn Center for the Study of Science Fiction. [En ligne], [consulté le 24 juin 2024], URL : https://sfcenter.ku.edu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de Res Futurae, « Éditorial n°23 »ReS Futurae [En ligne], 23 | 2024, mis en ligne le 25 juin 2024, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/resf/13460 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wpc

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction de Res Futurae

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search