Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23En direct de Science Fiction StudiesEnseigner la science-fiction

En direct de Science Fiction Studies

Enseigner la science-fiction

Teaching Science Fiction 
James Gunn
Traduction de Irène Langlet
Référence(s) :

Gunn James, « Teaching Science Fiction », Science Fiction Studies, vol. 23, no 3, novembre 1996.

Résumés

L’article explore les complexités de l’enseignement de la science-fiction dans les milieux académiques. L’auteur note que de nombreux cours de science-fiction se concentrent sur ces thèmes plutôt que sur le genre lui-même, en partie à cause des difficultés à obtenir l’accord de l’administration et en partie à cause de la difficulté à enseigner la science-fiction comme un genre distinct. Gunn plaide pour une enquête approfondie des cours de science-fiction dans les lycées et les universités afin de mieux comprendre leur prévalence et leur contenu. S’appuyant sur sa vaste expérience d’enseignement à l’Université du Kansas, l’auteur décrit diverses approches de l’enseignement de la science-fiction, telles que la méthode des « grands livres », l’approche des idées en science-fiction et la perspective historique.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

enseignement, université

Keywords:

teaching, university
Haut de page

Texte intégral

1La science-fiction est difficile à définir, car il ne s’agit pas d’un genre ordinaire. Contrairement au roman d’énigme, au western, au roman gothique, au roman d’amour ou au récit d’aventures, pour ne citer que quelques-unes des catégories auxquelles on la compare souvent, la science-fiction n’a pas d’action ni de lieu identificatoires. Contrairement aux autres genres, les lecteurs ne le reconnaissent pas grâce à un événement ou à un décor déterminants. En conséquence, la science-fiction peut incorporer d’autres genres ; nous pouvons avoir un roman policier de science-fiction, un western de science-fiction, un roman gothique de science-fiction, une histoire d’amour de science-fiction ou, plus probablement, un récit d’aventures de science-fiction.

  • 1 [NdT] En 1996 dans son numéro 70, la revue Science Fiction Studies a publié un dossier spécial sur (...)

2L’enseignement de la science-fiction connaît aussi ce type d’inclusivité. Les matières qui peuvent être enseignées grâce à la science-fiction relèvent de toutes les sciences sociales et physiques, l’histoire, les idées, la futurologie, la religion, la moralité, l’écologie, les compétences en lecture et bien d’autres. En fait, en parcourant les deux douzaines de descriptions de cours envoyées par Science Fiction Studies1, ma première impression a été qu’elles abordaient presque tout, sauf le genre lui-même. Aujourd’hui, avec plus de deux cents cours, il y en a trop pour pouvoir généraliser facilement. Ils semblent aussi variés que les écoles supérieures et les universités dans lesquels ils sont enseignés, et un certain nombre semble aborder la question de savoir ce qu’est la science-fiction et comment la lire, c’est-à-dire qu’il s’agit de cours sur le genre. Mais d’après moi, il devrait y en avoir davantage.

3Les raisons de cette situation sont multiples. Il est souvent difficile d’obtenir l’approbation du département pour un cours sur le genre de la science-fiction, contrairement à un cours sur le roman, par exemple, la nouvelle ou la poésie. Des cours sur la science-fiction devront peut-être être introduits clandestinement dans le programme sous prétexte de servir d’autres objectifs, plus facilement approuvés. En outre, certains enseignants peuvent se sentir incompétents pour enseigner la science-fiction en tant que genre, ou préférer utiliser la SF à d’autres fins, ou encore croire que la SF doit être lue et évaluée selon les mêmes critères que toute autre littérature et ne nécessite donc aucune instruction particulière.

4La validité des cours n’est pas remise en question, mais leur nature peut en dire long sur la situation de l’enseignement de la SF en 1996 : à certains égards, la science-fiction peut encore être considérée comme une intruse sur la scène académique. En termes de nombre de cours ou de fréquence des cours proposés, la SF surpasse sûrement les autres genres nés, comme elle, dans les magazines pulp – le roman policier et le western, et certainement le roman gothique ou même la romance. Mais la fréquence de l’enseignement n’est peut-être pas un indicateur de l’acceptation académique, et l’enseignant de roman policier ou de western peut quand même bénéficier d’un statut plus élevé, ou d’une moindre perte de statut en tout cas, peut-être parce que les cours de roman policier ou de western sont enseignés moins souvent, et que leurs enseignants n’y ont aucun intérêt personnel. En revanche, la plupart des professeurs de science-fiction dispensent leur enseignement parce qu’ils estiment que la science-fiction a quelque chose d’important à offrir aux étudiants et tirent leur propre valeur d’enseignant de l’enseignement de la science-fiction. Certains, comme les professeurs de roman policier ou de western, peuvent tirer leur estime de soi de leurs autres domaines d’expertise.

5On pourrait très bien demander aux professeurs de science-fiction ce qu’ils en pensent. Il ne fait aucun doute que nous avons fait quelques progrès vers l’acceptation depuis les premiers jours où les pionniers Sam Moskowitz, Mark Hillegas, Tom Clareson et Jack Williamson ont commencé à enseigner la science-fiction, mais nous avons peut-être perdu notre avantage en tant qu’outsider, tant auprès des étudiants que de nos collègues, voire à nos propres yeux. De plus, j’ai le sentiment que le nombre de cours dispensés dans ce pays a diminué depuis dix ou vingt ans. Il est certain que le mouvement de retour aux fondamentaux dans les lycées a réduit les possibilités d’y enseigner des cours de science-fiction, en particulier les mini-cours qui étaient populaires dans les années 1970. Mais le déclin de cette réputation avant-gardiste et originale, qui a attiré un grand nombre d’étudiants dans les cours universitaires de la même période, a rendu l’enseignement et le suivi de cours de science-fiction moins audacieux dans les années 1990.

6Lorsqu’il était à Northwestern University, Frank McConnell donnait des cours de SF à des classes comptant des centaines d’étudiants, et lorsque je lui ai parlé il y a plusieurs années à la Conférence Eaton, il a déclaré que les cours qu’il enseignait dans son université californienne étaient tout aussi nombreux. Mais mon expérience à Kansas University fut différente : le premier cours que j’ai enseigné comptait autant d’étudiants que l’auditorium pouvait en accueillir, soit 165. Ensuite, les chiffres sont tombés à 150, 115, 90, 85 et se sont stabilisés autour de 50. Non que les chiffres soient importants en eux-mêmes. De nombreux enseignants ne voudraient pas avoir plus de 20 étudiants et seraient horrifiés à l’idée de donner un cours magistral à un grand nombre d’étudiants. De toute évidence, le type de cours que l’on peut faire dépend du nombre d’inscrits. Mais ces chiffres donnent aussi un indice sur l’attitude des étudiants envers la science-fiction. J’ai l’impression qu’un véritable cours de masse ne serait tout simplement pas attractif dans la plupart des universités aujourd’hui. Un de mes collègues qui enseigne « la littérature du baseball » toutes les quelques années peut attirer plus d’étudiants que le cours sur la science-fiction.

7Ce que je préconise depuis une vingtaine d’années, c’est une enquête approfondie dans les lycées et les universités pour savoir combien de cours sur la SF y sont dispensés, si c’est plus ou moins que dans les années 1970, voire dans les années 1980, et ce qui est enseigné dans ces derniers. Une telle enquête permettrait également de développer une liste de diffusion d’enseignants qui serait utile à presque toutes les personnes impliquées dans le domaine. Mais même si j’ai souvent reçu des encouragements, mes propositions ont toujours buté sur le double problème du coût et de l’étendue, par rapport à l’ampleur des bénéfices. Lorsque j’ai suggéré à vingt éditeurs de SF de verser 1 000 $ chacun et de partager les résultats et la liste de diffusion, seule Judy Lynn del Rey a répondu qu’elle le ferait. Aujourd’hui, Science Fiction Studies a franchi une étape importante vers la concrétisation de mon projet.

8Les réponses volontaires contenues dans ce numéro, comme les enquêtes de Jack Williamson au début des années 1970, sont utiles pour savoir ce qui se passe, mais sont limitées aux enseignants qui ont reçu le courrier et qui étaient prêts à prendre le temps et à faire l’effort de partager leur expérience. J’espère donc que ce numéro ne sera que le début d’une série de rapports et de discussions sur l’enseignement de la science-fiction.

9En attendant, permettez-moi de vous faire part de ma propre expérience dans le domaine.

10J’ai peut-être donné plus de cours sur la science-fiction que quiconque (si quelqu’un d’autre en a fait plus, j’espère qu’il partagera son expérience). J’ai la chance d’avoir cette riche expérience d’enseignement de la SF notamment car le département d’anglais dans lequel je travaille a toujours voulu que j’enseigne la science-fiction aussi souvent que je le souhaitais. En fait, le directeur du département m’a dit, lorsque j’y suis revenu à plein temps en 1970, que certains des plus jeunes membres du département espéraient que je serais disposé à donner un cours sur la science-fiction. Je l’ai fait le premier semestre et chaque année par la suite. En 1974, j’ai créé mon Institut d’anglais intensif pour l’enseignement de la science-fiction, qui consistait à enseigner en duo deux cours intensifs pendant l’été. De plus, j’ai dispensé seul ou en équipe plusieurs autres cours sur la science-fiction, dont deux séminaires que le département m’a demandé de maintenir. Si l’on inclut l’enseignement de l’écriture de la science-fiction, j’ai probablement enseigné en moyenne trois cours sur la science-fiction par an durant mes vingt-trois années d’enseignement à temps plein et j’enseigne encore deux cours par an à la retraite.

11Tout cela n’a pas pour but d’établir une quelconque autorité définitive, mais de suggérer que la science-fiction était mon domaine principal. Même si je donnais trois cours d’écriture de fiction durant le semestre traditionnel, les sessions de l’Institut et les ateliers d’écriture d’été m’ont permis d’enseigner autant sur la science-fiction que sur l’écriture de fiction, peut-être même plus.

12Lorsque j’ai envisagé pour la première fois d’enseigner la science-fiction, j’ai réalisé qu’il existait différentes manières de l’aborder. La première pourrait être appelée le « cours sur les grandes œuvres », dans lequel l’accent serait mis sur les romans, leur analyse critique, et ce qui les rend majeurs. Le deuxième cours pourrait s’intituler « les idées de la science-fiction », et traiterait de la manière dont les histoires de SF peuvent être utilisées pour mettre en récit les problèmes contemporains. La troisième serait l’approche historique : qu’est-ce que la science-fiction et comment en est-elle arrivée là ?

13Chacune de ces approches, ou toute autre, est parfaitement légitime et je me suis vu utiliser les trois. Je me suis retrouvé piégé dans l’approche par les grandes œuvres en 1969 lorsque mon fils et un ami ont organisé un cours et m’ont demandé d’être le professeur officiel. Nous nous sommes mis d’accord sur une liste de romans de SF intéressants, mais lorsque le cours a commencé, je me suis retrouvé à simplement fournir du contexte aux discussions, n’ayant probablement été appelé là qu’en tant que conseiller. Sans cela, j’imagine que les discussions auraient été limitées à l’expression de préférences personnelles ou à des divagations philosophiques occasionnelles sur les événements de cette période troublée.

14Je me suis dit que lorsque j’aurais un cours régulier, il se concentrerait sur le développement historique de la science-fiction afin que les étudiants puissent replacer leurs lectures de SF dans un meilleur contexte et poursuivre leurs lectures ultérieures avec une compréhension plus étendue du genre. Cette opportunité s’est présentée plus tôt que je ne l’imaginais. L’automne suivant, j’ai adopté une liste de lecture d’une douzaine de romans et de l’anthologie Science Fiction Hall of Fame ; pour organiser mes idées, j’ai commencé à écrire une douzaine de cours magistraux sur le développement historique de la science-fiction qui donneraient un sens aux lectures.

15Le printemps suivant, un éditeur de Prentice-Hall est passé à mon bureau et m’a demandé si cela m’intéresserait d’écrire un texte sur l’écriture de fiction. J’ai répondu : « Non, mais j’ai ces douze chapitres sur l’histoire de la science-fiction qui feraient un bon livre. » Celui-ci, quelque peu retardé par un changement d’éditeur, a fini par voir le jour sous le titre : Alternate Worlds : The Illustrated History of Science Fiction.

16Au fil des ans, je suis devenu de plus en plus insatisfait de l’enseignement de la science-fiction à travers les romans. Je n’entrerai pas dans mes théories sur la longueur idéale d’un récit de science-fiction, mais j’ai commencé à penser que la discussion autour des caractéristiques science-fictionnelles des romans était vite limitée et qu’elle devait plutôt porter, en grande partie, sur des aspects romanesques plutôt que sur des préoccupations de science-fiction – autrement dit, le cours devenait généralement un cours de type « grandes œuvres ». En outre, le premier exemple possible de roman de science-fiction a été publié en 1818 et, à l’exception de Wells, la plupart des exemples doivent être tirés d’œuvres écrites depuis 1950. D’un autre côté, un enseignant peut utiliser un groupement de nouvelles pour discuter de problèmes plus nombreux et plus variés, ainsi que du développement historique depuis la première période du voyage fantastique.

17Quand Barry Lippman de Mentor Books m’a appelé, un jour de 1975, pour me dire qu’il avait apprécié Alternate Worlds et me demander si j’avais un livre que j’aimerais faire avec Mentor, j’ai suggéré un volume d’approches critiques de la science-fiction ; comme cela ne l’intéressait pas, j’ai dit que j’aimerais faire une anthologie historique. Le premier tome, The Road to Science Fiction : From Gilgamesh to Wells, a fini par être tellement mieux que je ne l’avais imaginé que j’ai proposé deux autres tomes : The Road to Science Fiction #2 : From Wells to Heinlein et The Road to Science Fiction #3 : From Heinlein to Here. Ils sont sortis en 1979. Avant même d’avoir terminé le troisième tome, j’ai pris conscience que je voulais inclure plus d’histoires que je n’avais de place, et j’ai suggéré que le tome 3 soit divisé en deux volumes. Mais le directeur éditorial de l’époque (j’en ai eu cinq pendant toute l’expérience Mentor) a suggéré que nous attendions de voir comment les tomes 2 et 3 étaient accueillis sur le marché. Quand les ventes ont été bonnes, j’ai eu le feu vert pour The Road to Science Fiction #4 : From Here to Forever, que j’ai entièrement consacré aux usages littéraires de la science-fiction. Il a été publié en 1982.

18Il y a une demi-douzaine d’années, ils ont été épuisés les uns après les autres. L’un de mes éditeurs à Mentor avait suggéré d’ajouter une anthologie sur la SF étrangère, et j’en avais proposé une autre sur la SF britannique, mais lorsque j’ai suggéré à un éditeur ultérieur d’assurer la continuité, il a vérifié les chiffres de vente des quatre premiers volumes et a découvert qu’ils ne se vendaient qu’à environ 2 000 exemplaires annuels chacun. La New American Library avait pour règle que les titres grand public devaient se vendre à 5 000 exemplaires par an pour rester sur le marché. Le critère du livre de poche commercial était de 1 000 exemplaires par an. Après avoir envisagé de réimprimer la série en livre de poche et de poursuivre avec les tomes 5 et 6, le comité éditorial a décidé, à la place, de laisser les premiers tomes aller à l’épuisement des stocks. Depuis, j’enseigne mes cours avec des photocopies.

19Mais j’ai de bonnes nouvelles pour mes étudiants et pour les professeurs qui m’ont écrit au fil des ans en espérant obtenir des exemplaires : White Wolf Incorporated réimprimera une version mise à jour de The Road to Science Fiction à partir de septembre 1996 avec le tome 3 et en poursuivant avec les autres tomes tous les trois mois. La série comprendra les deux anthologies que j’ai proposées à Mentor : The Road to Science Fiction #5 : The British Way et, lorsqu’elle sera terminée, The Road to Science Fiction #6 : Around the World.

20Ces derniers ont eu un point de départ inhabituel. Wilhelm Heyne était en train de réimprimer la série en allemand et, lorsqu’il est arrivé au tome 2, l’éditeur, Wolfgang Jeschke, a demandé par l’intermédiaire de mes agents si j’avais plus de quatre volumes en tête. J’ai mentionné les deux dont j’avais discuté avec Mentor et, après quelques négociations, Heyne m’a envoyé des contrats pour leur préparer les tomes 5 et 6. Comme Heyne retarde la publication du tome 5 jusqu’à ce que le tome 6 soit prêt, les éditions en langue anglaise pourraient être publiées en premier.

21J’avais utilisé les quatre premiers tomes de mon cours pour aborder le développement historique de la science-fiction depuis ses premiers prototypes (qui sont également les prototypes de toute la littérature) jusqu’à ses exemples les plus contemporains, qui se sont avérés dater de 1979 dans le tome 3 (sa date de publication) et 1981 dans le tome 4 (un an avant sa publication). [White Wolf a mis une option sur un septième volume qui couvrirait les deux dernières décennies.]

22J’ai également profité du cours pour aborder la question du genre, c’est-à-dire ce qu’est la science-fiction et comment elle est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Tout le semestre, ai-je dit dans mes cours, était consacré à une recherche de définition. Ce faisant, j’ai également exploré les approches thématiques de la science-fiction. Les quatre volumes sont organisés chronologiquement ; une introduction traite du développement de la SF en tant que genre ; et les introductions des chapitres traitent de la situation de la SF au moment où le récit étudié est publié, de ce que ce récit particulier a pu apporter au développement du genre – ou comment il l’illustre –, ainsi que des informations sur l’auteur et le texte. J’exhorte les étudiants à lire les anthologies du début à la fin, en prêtant attention aux textes introductifs. Mais j’organise les discussions en classe autour d’unités thématiques et je demande aux élèves de relire les histoires selon ces regroupements.

23Après les premiers exercices, dans lesquels je discute de la différence entre les approches mainstream et science-fictionnelle, et de la façon dont les changements sociaux les déterminent, les groupes parcourent les quatre volumes dans l’ordre, bien que les histoires ne soient pas abordées dans cet ordre. Un aperçu des regroupements que j’utilise est donné en annexe, ainsi que les thèmes sous lesquels je les regroupe. Les regroupements sont bien entendu arbitraires et d’autres enseignants préféreraient peut-être les organiser d’une autre manière, s’ils avaient envie d’essayer cette approche. Le but est d’aborder les questions et les méthodes importantes qui concernent la SF, telles que les voit l’enseignant, et de n’exclure aucun récit.

24Avec près de 100 nouvelles à discuter, cela demande du temps. Cela crée également un problème dans la mesure où le temps alloué (j’ai utilisé les vendredis pour projeter des cours vidéo à partir de ma série d’anthologies) ne donne pas la possibilité d’une discussion prolongée – si ce n’est l’histoire de Philip José Farmer, « Sail On ! Sail On ! », que j’utilise pour une analyse ligne par ligne afin d’illustrer les protocoles de lecture de la SF. Les enseignants qui préfèrent consacrer plus de temps à une histoire devront peut-être en éliminer certaines de la discussion ou de la liste de lecture.

  • 2 [NdT] D’abord publié sous le titre Question de poids en 1971.

25La discussion reste possible dans une classe nombreuse, même si certains étudiants préfèrent s’asseoir en silence au fond de la salle. Les devoirs écrits fréquents, en revanche, ne le sont pas – à moins d’avoir un assistant pédagogique, comme cela a été mon cas pendant les dix premières années. Après cela, je n’ai donné qu’un écrit de mi-semestre (offrant aux étudiants un sujet de dissertation leur laissant le choix entre quatre courtes définitions de la SF), un écrit final (demandant une discussion sur la SF construite autour de plusieurs questions, avec des exemples) et un dossier fondé sur une comparaison contrastive entre deux ou plusieurs romans de SF, à partir d’une liste que j’avais fournie ou que j’avais préalablement approuvée. À la place du dossier, j’ai permis aux étudiants de proposer une nouvelle ou, dans certains cas, d’autres projets. Certains étudiants ont réalisé des œuvres d’art, par exemple ; l’un a réalisé une dramatisation radiophonique de « Arène » de Fredric Brown (« Arena ») ; l’un a réalisé une illustration à l’aiguille de la couverture d’Alternate Worlds, un autre une réplique en macramé d’un Mesklinite de Mission gravité2 de Hal Clement (Mission of Gravity), et un étudiant diplômé en art de 1995, une illustration photographique, dans ce mode argentique oublié, d’un modèle emprunté à « Piles de mots » de George Zebrowski (« The Word Sweep »).

26Après mon premier ou mon deuxième cours, j’ai reçu un appel téléphonique d’un étudiant qui me demandait quand je donnerais à nouveau ce cours. Son colocataire, m’a-t-il dit, avait réalisé un projet pour ma classe, et cela semblait si fascinant que lui-même voulait en faire un. J’ai suggéré qu’il n’était pas obligé de suivre mon cours pour réaliser un projet. Au début, je recourais aux devoirs à la maison en partant du principe que cela encouragerait les étudiants à faire un meilleur travail. Cependant, un de mes étudiants a rendu à mi-semestre la première moitié de l’essai de Judith Merril « What do you mean : Science ? Fiction ? ». Je l’ai traité avec douceur, estimant que je n’avais pas clairement expliqué la nécessité de penser et d’écrire par lui-même. Je lui ai dit que je ne pouvais pas lui donner de note pour la mi-semestre, mais qu’il pouvait rendre quelque chose de personnel pour en obtenir une. Il ne l’a pas fait, et pour l’examen final il a rendu la seconde moitié de l’essai de Judy.

27Les sessions intensives d’été de l’Institut d’anglais condensaient toutes les discussions sur les nouvelles en une session de trois semaines, à raison de trois heures chaque matin. Steve Goldman y associait une liste de lecture de plus de deux douzaines de romans, pour de brillantes discussions chaque après-midi pendant trois heures. Les cours d’été comptaient entre 22 et 6 personnes, mais elles venaient de partout aux États-Unis ainsi que d’Argentine, du Canada, des Pays-Bas, du Danemark, de Chine, d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Nous avons eu trois écrivains invités pendant une semaine chacun : Gordon Dickson, Fred Pohl et Ted Sturgeon. Ce fut une excellente occasion de vivre une expérience d’immersion totale et de nombreux étudiants se sont sentis transformés. L’un de mes souvenirs préférés de cette période est la réaction des étudiants : la première semaine, ils ont dit « C’est l’expérience la plus merveilleuse que nous ayons jamais vécue » ; la deuxième semaine, « Pourquoi nous faites-vous travailler si dur ? » ; et la troisième semaine, « Comment ça a pu passer aussi vite ? ».

28Plus tard, sentant que certains étudiants venus de plus loin pourraient être dissuadés par l’idée de devoir investir trois semaines de vacances, Steve et moi avons réduit la période à deux semaines en programmant des séances de cours le samedi et le dimanche. Depuis la mort prématurée de Steve en 1991, à l’exception de la première année, lorsque Tom Shippey l’a remplacé, j’ai proposé la séquence sur les nouvelles et la séquence sur les romans en alternance. Je demande aux participants de se familiariser avec The Road to Science Fiction, soit en suivant le cours sur les nouvelles, soit en lisant la série d’anthologies préalablement. Les romans sont ceux que je considère importants pour la compréhension de la science-fiction ou, dans le cas du mien, une opportunité pour les étudiants de se familiariser avec une œuvre de leur professeur et de poser des questions sur le processus créatif. Cela s’applique également à Fred Pohl, qui est toujours un écrivain invité de l’Institut et, à Betty Anne Hull, une amie fidèle du programme de SF ici, de la Conférence Campbell et de ses récompenses. Betty fait partie du jury du Campbell Award et Fred de celui du Sturgeon Award.

29Les discussions sur les romans portent en partie sur leurs contributions au genre, en partie sur leur importance historique, mais surtout sur la manière de produire de la science-fiction. J’essaie de jumeler deux romans qui abordent des sujets similaires ou qui constituent des approches différentes de la même tâche littéraire générale. Au cours de la deuxième semaine, je demande aux étudiants de se mettre par deux et de diriger la discussion sur les romans restants. Une liste des romans pour l’été 1997 (nous aborderons la séquence des romans) est lisible en annexe.

30Un été, avec Steve Goldman, nous avons également donné un cours sur les « idées de la science-fiction », dans le cadre du programme du Comité des sciences humaines du Kansas destiné aux enseignants du secondaire. Nous l’avons intitulé « Prométhée revisité : les valeurs humaines dans un monde technologique ». On a composé un véritable livre de photocopies : des extraits de la conférence de C. P. Snow sur « les Deux Cultures » et certaines des réactions qu’elle a suscitées, ainsi que des contributions plus anciennes au débat sur les deux cultures ; un groupement de nouvelles traitant du conflit entre les sciences et les humanités, avant de conclure avec plusieurs nouvelles qui tentaient une synthèse, ainsi que trois romans, Éternité de Greg Bear (Eternity), Un paysage du temps de Gregory Benford (Timescape) et Le Creuset du temps de John Brunner (The Crucible of Time). Steve et moi avons également donné en équipe un cours sur le roman de science-fiction dans lequel nous avons tenté de traiter des problèmes et des opportunités spécifiques au roman de science-fiction, et des approches critiques qui lui sont adaptées – par exemple, comment lire avec justesse la trilogie Fondation d’Isaac Asimov (Foundation), qui est une série de nouvelles imbriquées les unes à la suite des autres comme des jouets de construction ; ou encore comment appliquer les normes romanesques au Monde des Ā d’A. E. van Vogt (The World of Null-A), qui a commencé comme une série, ou encore comment apprécier le processus par lequel Les Enfants d’Icare d’Arthur C. Clarke (Childhood’s End) s’est développé à partir de la nouvelle « Ange gardien » (« Guardian Angel »).

31À deux reprises, j’ai donné des séminaires sur la science-fiction. Dans chaque cas, parce que les étudiants avaient déjà eu l’occasion de suivre des cours sur la fiction brève et sur le roman, j’ai consacré le séminaire aux approches critiques de la science-fiction. J’ai composé une liasse de photocopies d’articles et de chapitres critiques et j’ai consacré les deux premiers tiers du semestre à comparer ces approches critiques, tandis que les étudiants travaillaient à appliquer leurs propres approches à un groupe de romans ou de thèmes. Au cours du dernier tiers du semestre, les étudiants ont été invités à rendre compte de leurs projets. À mes yeux, presque tous les articles du deuxième séminaire étaient publiables, et au moins quelques-uns ont été acceptés. J’aurais aimé les voir tous publiés, et j’ai proposé à Borgo Press un livre intitulé New Voices in SF Criticism (« Les Nouvelles voix de la critique de la science-fiction »), mais le projet est tombé à l’eau après le rachat de Borgo par Starmont.

32J’espère que ce numéro de Science Fiction Studies ne sera que le début d’une discussion ininterrompue sur l’enseignement de la SF. J’attends avec impatience le retour d’expérience d’autres enseignants.

Haut de page

Annexe

APPENDICE. GROUPEMENTS THÉMATIQUES POUR LES DEVOIRS QUOTIDIENS

Nouvelles et sélections [<…>] dans The Road to Science Fiction3.

Changer les comportements

<Frankenstein>

La Fille de Rappacini

Froides équations ; La Lentille de diamant

Une plage au bout du chemin

Le Destin de l’humanité

L’Étoile ; La Machine s’arrête

Crépuscule

Voyager – à la rencontre de l’inconnu

<Communion> ; < Le livre des merveilles du monde>

<Le Songe, ou astronomie lunaire> ; Mellonta Tauta

<Le voyage souterrain de Niels Kim>

<Vingt Mille Lieues sous les mers...>

<Autour de la Lune>

Par la malle de nuit

Les utopies – comment s’y rendre

<L’Utopie> ; <La Nouvelle Atlantide>

<Cent ans après ou l’An 2000>

La satire

<Voyage dans la Lune>

<Voyage à Laputa>

The Revolt of the Pedestrians

<Le Meilleur des mondes>

Les mystères naturels

L’Infernale Créature ; Les Êtres de l’abîme ; Le Dieu rouge

Voyage et aventure

<Elle> ; <Échecs sur Mars>

Une Odyssée Martienne ; Proxima Centauri

Black Destroyer

Le Savant fou

Le Nouvel accélérateur

The Tissue-Culture King

Les Bras croisés

Brooklyn Project

L’histoire du futur

<Les Derniers et les Premiers>

The Faithful ; Requiem

Comment est-ce là-haut ?

L’idée est la chose

Hyperpilosité ; Quand les ténèbres viendront

Raison ; Critical Factor

La nature de la réalité

Vous les zombies...

De mémoire d’homme

La Danse au soleil

Le futur de l’humanité – l’humain changera

Désertion ; Dolphinʹs Way

Le Jeu du Rat et du Dragon

Mais qui peut remplacer l’homme ?

Le Millionième jour ; Tricentenaire

La dernière guerre (nucléaire)

Et la foudre et les roses

Le Pique-nique d’un million d’années

Seule une mère

La Plage ultime

Le Grand flash

D’étranges phénomènes

Tout smouales étaient les borogoves

La Sentinelle ; Supernova

Commentaire social

Le Prochain spectacle au programme

Un mardi soir bien calme

Et pour toujours Gomorrhe

<Tous à Zanzibar>

Pauvre surhomme

Visions individuelles

L’Androïde assassin

Ta croix dans le désert des cieux

Je n’ai pas de bouche et il faut que je crie

Masques ; Pèlerinage à la Terre

Féminisme

<La Main gauche de la nuit>

Quand ça change

The Heat Death of the Universe

De brume, d’herbe et de sable

Abominable

Aliens et aliénation

Journal d’un monstre

On n’embête pas Gus

La Danse des Trois et du Changeur de vie

Ligne de fuite

Depuis des hauteurs impensables

La dimension littéraire

La bibliothèque de Babel

La Dérègle du je

La Tomate vagabonde ; Piles de mots

Thématiques sérieuses

Where No Sun Shines

Angoulême ; Uncoupling

Tour de cendre

Jeu dʹesprit

My Boy Friendʹs Name Is Jello

Première expédition A ou l’Électrolyre de Trurl

La Machine à écrire

La Convention Mondiale de Science-Fiction de 2080

La science-fiction traditionnelle

Papillon de Lune ; Lumière des jours enfuis

Raid aérien

Fiction et science ; science et fiction

Particle Theory

Clichés

Haut de page

Notes

1 [NdT] En 1996 dans son numéro 70, la revue Science Fiction Studies a publié un dossier spécial sur la science-fiction dans le domaine académique (université et lycées). « Science Fiction in Academe » rassemble des témoignages d’enseignants, chercheurs et écrivains (cumulant parfois les trois fonctions) mais surtout un recensement des cours donnés sur tout le territoire américain, via les réponses à un questionnaire piloté par Arthur B. Evans. La liste de ces réponses, des programmes d’œuvres, donne une cartographie unique en son genre de la place de la SF dans les programmes scolaires et universitaires. Le numéro entier est accessible ici : Science Fiction Studies [En ligne], [consulté le 28 juin 2024], URL : https://www.depauw.edu/sfs/covers/cov70.htm.

2 [NdT] D’abord publié sous le titre Question de poids en 1971.

3 [NdT] Les titres qui n’ont pas encore été officiellement traduits en français sont laissés en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

James Gunn, « Enseigner la science-fiction »ReS Futurae [En ligne], 23 | 2024, mis en ligne le 25 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/resf/13463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wpl

Haut de page

Auteur

James Gunn

James Gunn est un écrivain et critique de science-fiction. Il a fondé le J. Wayne and Elsie M. Gunn Center for the Study of Science Fiction de l'Université du Kansas, où il a offert des cours sur la science-fiction des années 1960 à son décès en 2020.

James Gunn is a science fiction writer and critic. He founded the J. Wayne and Elsie M. Gunn Center for the Study of Science Fiction at the University of Kansas, where he offered courses on science fiction from the 1960s until his death in 2020.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search