Navigation – Plan du site

AccueilNuméros23LecturesChristina Lord, Reimagining the H...

Lectures

Christina Lord, Reimagining the Human in Modern French Science Fiction

Christina Lord, Reimagining the Human in Modern French Science Fiction
Simon Bréan
Référence(s) :

Lord Christina, Reimagining the Human in Modern French Science Fiction, Liverpool : Liverpool University Press,

Texte intégral

1Avec Reimagining the Human in Contemporary French Science Fiction, Christina Lord offre une rareté dans le cadre des études sur la science-fiction : une réflexion menée en langue anglaise à partir d’un corpus en langue française, et en puisant à des sources critiques dans les deux langues. À cet égard, avant d’aborder la question au centre de cet essai, l’articulation de représentations de l’humain à des possibles transhumanistes et posthumanistes, il convient de saluer l’importance d’un ouvrage qui peut se lire depuis un point de vue anglophone comme une introduction à la science-fiction française, et réciproquement, depuis un point de vue francophone, comme un lieu où interroger ce qui pourrait retenir un intérêt étatsunien ou britannique.

2De fait, la science-fiction d’expression française reste peu étudiée dans le champ universitaire anglophone. Cela résulte de plusieurs facteurs, qui tendent à se renforcer et qui constituent des contraintes plus ou moins implicites pour l’ouvrage de Christina Lord.

3En ce qui concerne le domaine éditorial étatsunien ou britannique, la faible pénétration des œuvres françaises limite la possibilité pour ces œuvres d’acquérir visibilité, reconnaissance ou distinction, ce qui en retour ne favorise pas le repérage de nouvelles œuvres en vue d’une publication. Une étude spécifique de cette question reste à mener, en comparant cette situation à celle de corpus qui sont parvenus à percer sur la scène anglophone, et de là à acquérir une visibilité mondiale, qu’il s’agisse d’auteurs individuels – comme en son temps Stanislaw Lem – ou d’un pôle de création plus large, à l’instar de la littérature chinoise de science-fiction : dans chacun de ces cas, il existe des points de relais parmi les acteurs du champ étatsunien, ce qui permet une sélection et une traduction ad hoc, mais aussi des éléments de singularisation susceptibles de signaler une « origine », un ancrage conceptuel et imaginaire qui permette d’en faire une science-fiction à la fois reconnaissable et exotique.

4Tous ces aspects se répercutent et s’amplifient dans le champ des études universitaires. Les réseaux de recherche étatsuniens et britanniques sur la science-fiction sont portés par des chercheurs et chercheuses travaillant sur des corpus en langue anglaise, et qui recherchent dans les corpus étrangers des éléments de valeur ajoutée. Arthur Evans a ainsi défendu dès longtemps une approche de l’anticipation française, autour de Verne, Robida et Rosny aîné en particulier, socle sur lequel s’appuie l’ouvrage de Christina Lord (voir par exemple Evans, 2012 et 2018) ; mais pour permettre la mise en avant d’un corpus plus récent, il faut qu’il soit accessible et légitime (les deux étant empêchés par l’absence de traduction), et qui plus est spécifique : que ce corpus, soit par son origine (sa « francéité », pour ainsi dire), soit par ses caractéristiques intrinsèques (sa « valeur propre ») justifie d’être convoqué plutôt qu’un équivalent plus facilement disponible.

  • 1 À ces quatre inflexions, on peut ajouter de façon subsidiaire une cinquième, dans la mesure où les (...)
  • 2 Sur le merveilleux-scientifique, voir Hopkins-Loféron, 2023.
  • 3 Sur le Near Chaos, voir Bréan et Bridet, 2024.

5De ce fait, Christina Lord est amenée à prendre position, pour justifier de s’appuyer sur un corpus français de science-fiction qui soit susceptible d’apporter à la réflexion sur le posthumanisme et le transhumanisme, et plus largement sur la place de l’humain au sein de l’Anthropocène ; et ce, tout en proposant des conditions d’accès à un corpus pour l’essentiel non traduit vers l’anglais. Les œuvres qu’elle convoque apparaissent très éclectiques : de Rosny aîné, Les Xipéhuz (1887), Les Navigateurs de l’Infini (1925) et La Mort de la Terre (1910) ; d’Éric Chevillard, Sans l’orang-outan (2007) ; d’Ayerdhal et Jean-Claude Dunyach, Étoiles mourantes (1999) ; de Luc Besson, Le Cinquième Élément (1997) et Lucy (2014). À rebours d’une approche panoramique qui n’aurait pas permis d’étude approfondie, la démarche adoptée par Christina Lord consiste donc à offrir un échantillon pertinent de quatre inflexions de la création conjecturale française1 : l’anticipation du premier xxe siècle, liée au merveilleux-scientifique2 (Rosny), est mise en regard de l’anticipation du xxie siècle, voire du Near Chaos3 (Chevillard), sous le signe commun des « inflexions évolutionnaire et écologique » [« Evolutionary and Ecological Shifts »] (première partie de l’ouvrage) ; dans un cadre contemporain (1990-2010), la littérature de science-fiction est confrontée au cinéma de science-fiction autour de la réflexion sur les « corps posthumains, esprits posthumains » [« Posthuman Bodies, Posthuman Minds »] (deuxième partie).

  • 4 Lord, 2023, p. 15: « the chimeric nature of French SF and its capacity to investigate both the imma (...)

6Selon Lord, leur dénominateur commun tient à leur capacité à manifester « la nature chimérique de la SF française et son potentiel d'exploration aussi bien de l’immatériel (les états d’esprit psychologiques) que du matériel (le corps4) ». S’il n’y a pas dans ces œuvres une « francéité » déterminante ([« Frenchness »], p. 14), c'est parce qu’elles reflètent plutôt des circulations et dialogues incessants, fondant un paradoxe conceptuel selon lequel les penseurs et artistes voient revenir en France des figures et des idées transformées par leur passage dans le champ anglophone, qu’il s’agisse d’un Jules Verne, père français d’une science-fiction organisée aux États-Unis (p. 12-14), ou de la « French Theory », stimulante mais difficile à réassimiler (p. 5-11). Ces œuvres et auteurs sont ainsi choisis aussi pour leur valeur de seuil – pour représenter une créativité française compatible avec une sensibilité anglophone.

7Le pari proposé par l’essai de Christina Lord est ainsi de donner à saisir des œuvres dans leur singularité – ce qu’elle accomplit par un entrelacement efficace d’éléments d’intrigues et d’analyses de passages traduits avec élégance – tout en défendant leur pertinence pour le sujet même de l’ouvrage, les représentations du posthumain et du transhumain, et corollairement les confrontations entre humain et non-humain. En d’autres termes, elle entreprend de démontrer que son corpus offre des points d’entrée spécifiques pour penser l’évolution des corps et du rapport à notre environnement par la science-fiction.

8Compte tenu de l’ampleur de la littérature primaire et secondaire sur le sujet, une telle approche aurait pu relever de la gageure, en ce qu’elle aurait supposé non seulement la mise en valeur du corpus, mais aussi sa mise en perspective par rapport à des œuvres majeures et des propositions théoriques de grande ampleur, au risque de faire disparaître les récits traités au sein d’un continuum d’images et d’idées. Sans doute impossible dans une version maximaliste, la démonstration d’un rapport privilégié de son corpus à la double question du transhumanisme et du posthumanisme offre un cadre conceptuel, un idéal régulateur, dans lequel se déploient les analyses de l’ouvrage. Les quatre chapitres, organisés par paires, proposent une traversée des œuvres sélectionnées, selon une approche chaque fois renouvelée.

  • 5 Lord, 2023, p. 61: « French tradition of the relativity of culture ».
  • 6 Lord, 2023, p. 33: « French traditions of communication and observation ».

9Ainsi, le chapitre consacré à Rosny aîné, « Des lances aux vaisseaux spatiaux : rencontres avec l’altérité dans la SF de Rosny aîné » [« From Spears to Spaceships : Alien Encounters in the SF of Rosny aîné »], met l’accent sur la remarquable culture scientifique de Rosny, en particulier son intérêt pour les théories de l’évolution, tout en situant son œuvre dans la continuité d’une « tradition française de la relativité des cultures5 », ce qui permet de le présenter à la fois comme un héritier de Cyrano et de Voltaire, et comme un marqueur essentiel dans l’histoire de la littérature conjecturale française. En effet, les trois récits étudiés, Les Xipéhuz, Les Navigateurs de l’infini et La Mort de la Terre, sont présentés comme faisant la synthèse d’une thématique essentielle, le conflit entre l’humain et l’Autre, en l’intégrant aux « traditions françaises de communication et d’observation6 », pour lui donner une portée métaphysique plus décisive. Les analyses des œuvres font ressortir la sensibilité de Rosny à la question de l’Altérité envisagée non comme un miroir déformant ou comme le lieu d’une projection (dans l’idéalisation ou la monstruosité) mais comme l’élément indispensable d’une dialectique, de l’affirmation mélancolique des humains vainqueurs des Xipéhuz à l’absorption définitive du dernier homme par les ferromagnétaux, en passant par les échanges culturels, et même le métissage inter-espèce que donne à voir Les Navigateurs de l’infini. En s’appuyant sur Levinas en même temps que sur Darwin, Christina Lord donne à voir les nuances de la posture de Rosny, préoccupé d’un temps long de la Terre et des espèces, dont l’humain n’est qu’un moment.

  • 7 Lord, 2023, p. 70: « [the] impulse to master biology ».

10En regard de ce moment post-humain qui se joue potentiellement sans les humains, au sens littéral, l’exploration de Sans l’orang-outan d’Éric Chevillard permet de cerner la fécondité en France d’une autre angoisse thématique particulière, la crainte que l’humain se perde en lui-même, subissant une dévolution sans retour – un point de repère de cette inquiétude étant évidemment La Planète des singes (1963) de Pierre Boulle. Pourtant, comme Lord le montre bien, la posture de Chevillard consiste à en subvertir les attendus : la perte de l’humanité ne vient pas de la multiplication de l’altérité – des singes devenant plus intelligents, nombreux, dominateurs – mais de sa disparition, avec l’extinction des orangs-outans. Tous les efforts caractérisant le transhumain, « [l’]aspiration à dominer la biologie7 » sont tournés vers une régression, un « devenir orang-outan » de l’humanité elle-même, une involution biologique qui inverse ironiquement le mouvement de progrès technologique censé caractériser l’humanité (p. 87).

  • 8 Voir Bréan, 2023.

11La délimitation entre deux types de thématique – le rapport à l’environnement, à une altérité externe, pour la première partie, puis le rapport au corps, à une altérité interne – recouvre ici discrètement une autre distinction, que Christina Lord n’évoque pas, dans la mesure où elle adopte dans son essai une définition très large de la science-fiction, pour inclure tous les types de récits conjecturaux. Les textes de Rosny et Chevillard, analysés ici avec finesse, correspondent, à un siècle de distance, à la « poétique de l’anomalie » propre à l’anticipation française8, qui interroge de manière dynamique le résultat de la confrontation de l’humanité avec un novum qui lui est radicalement étranger. A contrario, les œuvres d’Ayerdhal et Dunyach, et celles de Luc Besson, qui sont étudiées ensuite, correspondent plutôt au paradigme d’une science-fiction orientée vers la recherche de solutions et de modes de compatibilité, pour acclimater des novums parfois en cascade. De ce fait, il est difficile d’affirmer avec certitude qu’il serait possible d’extrapoler à toute la science-fiction française la ligne de partage que dessine la démonstration, entre un pessimisme marqué à l’endroit de l’avenir humain sur une Terre épuisée, et la possibilité d’une réconciliation sous le signe d’une hybridation – cybernétique ou posthumaine.

  • 9 Lord, 2023, p. 103: « Gallic cyberpunk […] takes a more measured approach to new technologies, bala (...)

12Pour autant, les études proposées sur Étoiles mourantes et sur les films de Luc Besson sont en elles-mêmes éclairantes. Le chapitre sur le roman d’Ayerdhal et Dunyach, en particulier, offre une réflexion efficace sur les évolutions historiques de la représentation d’un lien homme-machine dans la science-fiction française. Il permet de prendre la mesure de la singularité de l’appropriation, par ces deux écrivains, d’une imagerie cyberpunk dans un cadre de space opera : « le cyberpunk à la française […] aborde de manière plus mesurée les nouvelles technologies, associant un optimisme prudent à un cynisme technologique résiduel9 ». Les analyses mettent en évidence le fonctionnement symbolique du roman. Celui-ci est très nettement articulé à la manière dont sont construits des mondes cohérents et antagonistes – les différents « Rameaux » de l’humanité qui ont développé chacun leur équilibre imparfait entre organique et technologique – mais aussi à la façon dont se déploie sa structure narrative, laquelle représente comme inévitable une reconfiguration des différents systèmes, en faisant à la fois apparaître les impasses de chaque système technosocial et les points d’interaction entre eux.

  • 10 Lord, 2023, p. 137: « [Haraway’s] cyborg myth projects Beauvoir’s notion of self-construction into (...)

13S’il prend pour appui les films de Luc Besson, et offre à cet égard une mise au point sur le cinéma dans le domaine français, le dernier chapitre organise néanmoins l’essentiel de sa réflexion sur le corps posthumain à partir d’une discussion sur les représentations de genre : « Rencontres avec des femmes posthumaines dans le cinéma de Luc Besson » [« Encounters with posthuman Women in the Films of Luc Besson »]. Plutôt qu’une tradition cinématographique, c’est la bande dessinée qui est présentée comme décisive pour la caractérisation de personnages féminins assertifs chez Besson, avec Barbarella et surtout Laureline (p. 132-134). Convoquant Beauvoir et Haraway à l’appui d’une démonstration de l’agentivité féminine posthumaine chez Luc Besson (« le mythe du cyborg [d’Haraway »] injecte la notion beauvoirienne d’auto-construction dans la culture high-tech et les archétypes de genre de la science-fiction, comme la femme créée de main d’homme, la femme fatale, le cyborg hypermasculin, et le super-héros10 »), Christina Lord applique une grille de lecture qui lui permet de repérer ce qui, dans les personnages de Leeloo (Le Cinquième Élément) et de Lucy, tient de la récupération d’un male gaze, et ce qui, à rebours, le déconstruit, proposant même de voir dans ces deux figures un moyen de dénoncer un « fantasme Pygmalion » [« Pygmalion impulse »]. Ces deux figures féminines, l’une reliée plutôt à une forme d’affectivité (affirmant classiquement la force des émotions, de l’amour, du care), l’autre à une assertivité vengeresse qui aboutit à un empowerment radical, sont interprétées comme des promesses d’un dépassement équilibré, dans lequel le féminin – symbolisant le pôle des dominés – vient s’approprier, pour les compenser, les excès fantasmatiques des dominants.

14L’une des réussites principales de l’essai de Christina Lord tient à ce qu’elle donne à entendre la voix des auteurs français, de deux manières complémentaires : elle parvient effectivement à faire sentir en quoi l’approche spécifique qu’ils proposent de questions classiques – le rapport à l’altérité, le devenir de l’humanité, le contrôle technologique des corps – résonne d’une autre manière que ce qui provient de la sphère anglophone de la science-fiction ; mais, de façon peut-être plus précieuse dans une lecture française de cet ouvrage, elle amène bien à redécouvrir ces textes, en les approchant par des angles qui devraient être connus mais qui sont trop souvent négligés – mobiliser Levinas, Deleuze, Beauvoir n’a rien de transgressif dans le cadre plus général des études littéraires, mais ils sont trop peu appliqués à des interprétations de la science-fiction française. C’est en s’appuyant sur l’efficacité de cette démarcher que Lord construit un propos convaincant sur les apports de la science-fiction française à la question du trans- et du post-humain, dans un dialogue critique encore à construire et à consolider dans le champ universitaire français.

Haut de page

Bibliographie

Bréan Simon, « Un genre encore fécond ? Devenirs de l’anticipation en France », Belphégor [en ligne], n° 21-1, 2023, [consulté le 17 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/belphegor/5246

Bréan Simon et Bridet Guillaume, Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire. Paris : Hermann, coll. « Savoir Lettres », 2024.

Evans Arthur B., « Les origines de la critique de science-fiction : de Kepler à Wells » (1999), ReS Futurae [en ligne], n° 1, 2012, [consulté le 19 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/resf/153

Evans Arthur B., « Science-fiction et fiction scientifique en France : de Jules Verne à J.-H. Rosny aîné » (1988), ReS Futurae [en ligne], n° 11, 2018, [consulté le 19 juin 2024], URL : http://journals.openedition.org/resf/1406

Hopkins-Loféron Fleur, Voir l'invisible : histoire visuelle du mouvement merveilleux-scientifique (1909-1930), Paris : Champ Vallon, coll. « Détours », 2023.

Lord Christina, Reimagining the Human in Modern French Science Fiction, Liverpool : Liverpool University Press, 2023.

Haut de page

Notes

1 À ces quatre inflexions, on peut ajouter de façon subsidiaire une cinquième, dans la mesure où les influences déterminantes pour Besson de l’esthétique de la série dessinée « Valérian et Laureline » de Christin et Mézières sont discutées en détail aux pages 131-135 – une esthétique qui permet de caractériser d’autant plus nettement le cinéma de Besson comme étant « delightfully Un-American » (Lord, 2023, p. 131).

2 Sur le merveilleux-scientifique, voir Hopkins-Loféron, 2023.

3 Sur le Near Chaos, voir Bréan et Bridet, 2024.

4 Lord, 2023, p. 15: « the chimeric nature of French SF and its capacity to investigate both the immaterial (the psychological state of mind) and material (the body) ».

5 Lord, 2023, p. 61: « French tradition of the relativity of culture ».

6 Lord, 2023, p. 33: « French traditions of communication and observation ».

7 Lord, 2023, p. 70: « [the] impulse to master biology ».

8 Voir Bréan, 2023.

9 Lord, 2023, p. 103: « Gallic cyberpunk […] takes a more measured approach to new technologies, balancing a careful optimism with residual technological cynicism. »

10 Lord, 2023, p. 137: « [Haraway’s] cyborg myth projects Beauvoir’s notion of self-construction into high-tech culture and the gender-coded archetypes of science fiction, like the man-made woman, the femme fatale, the hypermasculine cyborg, and the superhero ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bréan, « Christina Lord, Reimagining the Human in Modern French Science Fiction »ReS Futurae [En ligne], 23 | 2024, mis en ligne le 25 juin 2024, consulté le 20 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/resf/13583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wpp

Haut de page

Auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à Sorbonne Université. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012) et Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire (Hermann, 2024). Membre du comité de rédaction de ReS Futurae.

Assistant Professor in French Literature at Sorbonne Université. Published La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012) [Science Fiction in France. A Theory and A History of a Literature], and Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire (Hermann, 2024) [Near Chaos. When literature prepares us for the worst]. Member of the editorial Board of ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search