Navigation – Plan du site
En direct de Science Fiction Studies

La science-fiction fantastique de Maurice Renard

Arthur B. Evans
Traduction de Julien Jaegly
Référence(s) :

Evans, Arthur B., « The Fantastic Science Fiction of Maurice Renard », in Science Fiction Studies, vol. 21, n° 3, Nov. 1994, p. 380-396.

Résumés

Bien qu’étant l’un des écrivains (et théoricien) majeurs de la science-fiction en France durant les années 1900-1930, Maurice Renard n’a pourtant été que très peu étudié en dehors de son pays d’origine. Ce manque d’attention de la part des spécialistes anglo-américains est sans doute le résultat de deux facteurs : tout d’abord il existe très peu de traductions anglophones du travail de Renard (et les traductions qui existent sont souvent de piètre qualité) ; ensuite, la nature même de la SF de Renard tend à remettre en question la notion moderne de spécificité des genres lorsqu’il s’agit de définir les canons de la SF. En effet, ses histoires oscillent constamment ente l’horreur gothique, la fantasy mythologique et les intrigues policières. Cet article présente un bref synopsis de la vie de Maurice Renard et de ses idées littéraires (le « merveilleux scientifique », par exemple), tout en offrant un aperçu détaillé de ses nombreux romans et nouvelles qui, donnant souvent l’impression d’une hybridation entre Wells et Poe, sont mieux décrites par l’expression : « SF fantastique ».

Haut de page

Texte intégral

1Écrites durant la deuxième moitié de cet « Âge d’Or » de la fiction spéculative française, qui s’étend de 1880 à 1940, les œuvres de SF de Maurice Renard (1875-1939) occupent une place assez paradoxale dans l’histoire de la science-fiction. Outre le fait d’avoir reçu des avis très partagés de la part des critiques français et américains, ses personnages très hétérogènes tendent à remettre en question nos conceptions plus modernes sur les spécificités des genres littéraires lorsqu’il s’agit de définir les canons de la SF.

  • 1 Voir Maxime Jakubowski, 1987, p. 408-09 et 428 ; Everett F. Bleiler, 1990, p. 619-620 ; John J. Pie (...)
  • 2 E.F. Bleiler, par exemple, décrit les seules traductions disponibles en anglais des romans de Renar (...)

2La plupart des spécialistes français et canadiens francophones de la SF, par exemple, ont généralement une très haute estime du travail de Maurice Renard : Versins le considère comme « le meilleur auteur d’anticipation scientifique français des années 1900-1930 » (Versins, 1984, p. 734), un autre critique décrit les nouvelles de Renard comme « parmi les plus saisissantes de la Littérature française » (Bridenne, 1950, p. 211), un autre encore présente Renard comme « le premier auteur français du genre à se voir cité dans « Histoires de la Littérature » de René Lalou et Henri Clouard » (Van Herp, 1956, p. 110). Les critiques de SF anglais et américains, en revanche, n’ont à ma connaissance jamais écrit le moindre article sérieux à propos de Maurice Renard, tout au plus quelques brèves entrées dans des archives et des encyclopédies consacrées à la science-fiction1. Pourquoi cela ? Sans doute en grande partie à cause du manque de bonnes traductions en anglais de son travail. Comme celles de la plupart des écrivains de SF étrangers, les versions anglaises des œuvres de Renard sont soit inexistantes, soit de bien piètre qualité2.

3Cependant, il paraît aussi vraisemblable d’attribuer ce manque d’études consacrées à Renard à une autre raison. En effet, l’œuvre de Renard en elle-même peut se révéler déconcertante pour le spécialiste anglo-saxon moyen : comme je l’ai déjà expliqué par ailleurs, la majorité, voire la totalité, de son travail évoque « une sorte de fusion […] entre l’imaginaire de SF de Wells et l’horreur à la Hoffmann » (Evans, 1989, p. 259). Les critiques modernes pourraient s’interroger : « Comment peut-on classifier des fictions hybrides de ce type ? Dans quel contexte historique, générique ou théorique peut-on en parler ? » De toutes celles des autres auteurs de SF français majeurs de cette période – tels qu’Albert Robida, Rosny aîné, Gustave Le Rouge, José Moselli, Régis Messac et Jacques Spitz – les œuvres de science-fiction de Maurice Renard apparaissent comme les moins « pures » selon notre définition actuelle de la SF. Elles évoquent souvent les nouvelles d’Edgar Allan Poe (qui a eu beaucoup d’influence sur Renard dans sa jeunesse), et l’imaginaire de Renard semble continuellement voyager entre l’horreur gothique, la mythologie de la fantasy, le roman policier et le fantastique en général.

4Tout d’abord, je commencerai cette présentation de la « SF fantastique » de Maurice Renard en évoquant sa vie et ses idées sur la littérature. Ensuite, j’examinerai ses romans de SF (dans lesquels, en général, prédomine l’aspect scientifique) ainsi que ses nombreuses anthologies de nouvelles (qui sont davantage ancrées dans le surnaturel de par leur contenu et leur ton). Enfin, je conclurai en offrant une réévaluation de l’œuvre de Renard dans son ensemble, ainsi qu’une bibliographie sélective de travaux majeurs et secondaires écrits par lui et sur lui. Afin de rester concis, je n’aborderai pas dans cet article l’abondante poésie de Renard, pas plus que ses articles ne parlant pas de SF, ses romans policiers, ses romances historiques, ou tout autre écrit n’étant pas directement en lien avec la SF (aussi large sa définition soit-elle).

  • 3 [NdT] Les pulps sont des magazines bon marché contenant des histoires relevant des genres de l’imag (...)

5Renard était un des nombreux auteurs de SF français du début du xxe siècle à être aussi bien journaliste qu’écrivain de pulps3, format qui s’épanouissait à cette époque. Mais contrairement à la plupart, il ne vivait pas dans l’anonymat et ne comptait pas exclusivement sur ses écrits pour vivre. Fils et petit-fils d’avocats aisés, Maurice Renard est né à Châlons-sur-Marne le 28 février 1875 dans une famille bourgeoise, possédant de nombreuses propriétés, et très respectée dans la société de la Troisième République. Il ne manqua de rien durant son enfance privilégiée. Cela ne l’empêchait pas de contrarier ses ainés par son impétuosité et sa nature rebelle, ainsi que par sa passion pour l’insolite. On dit qu’il découvrit les nouvelles d’Edgar Allan Poe (brillamment traduites par Baudelaire en 1856) durant son adolescence et qu’elles l’auraient marqué pour le restant de sa vie. Je cite ici l’un des biographes de Renard :

  • 4 Pol Neveux, « Maurice Renard rémois », Vient de paraître (avril 1925), cité par Jacques Baudou, « B (...)

Et les fougues refrénées de son imagination bondissante trouvent soudain un dérivatif dans les chefs-d’œuvre de l’étrange génie américain. Il subit l’emprise […] ; et désormais son âme demeure taraudée par ces contes surnaturels […] il lit tour à tour Hoffmann, les conteurs scandinaves, Erckmann-Chatrian. Dès cette époque lointaine, le destin littéraire de Maurice Renard se trouva fixé.4.

6Mais les rêves ultérieurs qu’avait Renard d’une carrière dans la littérature furent – à l’instar du jeune Jules Verne quarante ans auparavant - temporairement mis de côté par sa famille, qui exigeait de lui qu’il suive la carrière de son père et devienne avocat. Renard fut donc envoyé à Paris dans une école de droit, il y travailla dur afin de recevoir son diplôme, puis rentra dans un cabinet en tant que jeune avocat. Ce n’est qu’après avoir fini son service militaire obligatoire, vers ses vingt-cinq ans, que Maurice Renard abandonna le barreau pour se consacrer pleinement à l’écriture. Durant les années qui suivirent, il participa à l’élaboration de pièces de théâtre tout en écrivant de la poésie, ainsi que différents traités sur le sujet pour divers journaux littéraires, il devint un indéfectible écrivain de feuilletons pour plusieurs magazines pulps et journaux locaux, il tint un salon littéraire dans son domicile (régulièrement fréquenté par des grands noms tels que Colette, Montherlant, Henri de Régnier et Rosny aîné), et pour finir il écrivit plus de dix-huit romans et des centaines de nouvelles – de tous les genres – de 1905 jusqu’à sa mort, le 18 novembre 1939,

  • 5 [NdT] Nous reprenons le texte original, comme pour toutes les citations initialement en français. N (...)

7Si Maurice Renard devint l’un des rares écrivains de SF français à être « reconnus », ne serait-ce que marginalement, par l’élite littéraire de Paris en ce début du xxe siècle, un autre de ses titres de gloire est d’avoir été l’un des rares théoriciens de la science-fiction de cette période. Entre 1909 et 1928, il tenta à travers plusieurs journaux et publications d’expliquer et de promouvoir ce qu’il qualifiait de merveilleux scientifique, ainsi que ce « nouveau genre littéraire » dédié à ce concept et qu’il dénomma le roman merveilleux-scientifique. À l’époque où les seuls termes généralement reconnus en France pour de tels écrits étaient la « scientific romance » britannique et le « roman d’anticipation » post-Vernien, la nouvelle nomenclature de Renard put jouir pendant un temps d’une certaine popularité. Encore plus fascinant : les postulats théoriques que pose Renard dans ses articles sur la science-fiction ne se bornent pas à devancer de plusieurs années d’autres travaux reconnus aux États-Unis – c’est-à-dire, les codifications de la science-fiction d’Hugo Gernsback, et autres. –, mais ils semblent étrangement prophétiser les théories sur la SF du xxe siècle bien plus récentes. Prenons, par exemple la sélection d’extraits ci-dessous, tirés de deux articles écrits par Renard : le premier écrit en 1909, intitulé « Du Roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », et le second, « Le Merveilleux scientifique et La Force mystérieuse de J.H. Rosny aîné », publié en 1914. En passant, il s’agit, à ma connaissance, de la première traduction (même partielle) de ces articles vers l’anglais5.

S’il n’est pas prématuré de discuter sur les choses à la minute où elles achèvent seulement d’affirmer leur existence, le roman merveilleux-scientifique est mûr pour l’étude critique. L’heure où nous sommes permet de l’identifier. Produit fatal d’une époque où la science prédomine sans que s’éteigne pourtant notre éternel besoin de fantaisie, c’est bien un genre nouveau qui vient de s’épanouir…

Je dis que c’est bien un genre nouveau. — Jusqu’à Wells, on en pouvait douter. En effet, avant l’auteur de La Guerre des Mondes, les rares ouvriers de ce qu’on devait nommer plus tard le « merveilleux-scientifique » ne se sont livrés à son œuvre que de loin en loin, occasionnellement et, semble-t-il, par jeu. […] Cyrano de Bergerac […] Swift […] Flammarion […] Edmond About […]

Edgar Poe […] fonda le roman merveilleux-scientifique pur, comme il instaura le roman policier avec trois autres nouvelles prototypes […] il eut des apôtres célèbres, puisque Villiers de l’Isle-Adam écrivit L’Ève moderne [sic], Stevenson Le docteur Jeckyll [sic] et Mr Hyde, et puisque enfin voici H. G. Wells. Avec [Wells], le genre qui nous occupe se déploie dans toute son ampleur intégrale […].

Aussi bien, voilà une définition, si vague soit-elle, et nous pouvons nous en contenter provisoirement, en attendant qu’une autre, plus concise, se dégage d’un examen plus approfondi.

Quelle est la genèse d’un roman merveilleux-scientifique ? Où prendre des sujets qui se puissent traiter ? Quelle est la technique de cet art récent ? […] C’est en effet le mode de la littérature contemporaine qui confine le plus à la philosophie, — qui est de la philosophie mise en scène, de la logique dramatisée. Né de la science et du raisonnement, il s’efforce de devancer l’une avec l’aide de l’autre […]Nous […] cherch[ons] nos thèmes romanesques soit dans l’inconnu, soit dans l’incertain. […] Nous agirons exactement comme fait le savant qui s’attaque aux problèmes de l’inconnu ; nous appliquerons à l’inconnu et au douteux les méthodes de l’investigation scientifique. […]

Ce procédé général pour construire la charpente d’une histoire merveilleuse-scientifique, revêt des formes infiniment variées. Exemple : Nous pouvons admettre comme certitude telles hypothèses scientifiques, et en déduire les conséquences de droit. (Habitation de Mars […] La Guerre des Mondes.) — Nous pouvons encore confondre deux notions : prêter à l’une certaines propriétés de l’autre […] (Qualités de l’espace prêtées au temps : La Machine à explorer le temps.) — Nous pouvons aussi appliquer des méthodes d’exploration scientifique à des objets, des êtres ou des phénomènes créés dans l’inconnu par des moyens rationnels d’analogie et de calcul, par des présomptions logiques. (Étude d’un peuple extrahumain : Le peuple du Pôle.) […] Il s’agit de lancer la science en plein inconnu et non pas d’imaginer qu’elle a enfin accompli telle ou telle prouesse en voie réelle d’exécution. Il s’agit, par exemple, d’avoir l’idée d’une machine à explorer le temps, et non pas d’admettre qu’un personnage fictif a construit un sous-marin, dans le moment même où les ingénieurs authentiques sont sur la piste de cette découverte. Et si j’insiste là-dessus, c’est que là, justement, réside la grande différence entre Wells et Jules Verne, si souvent confondus. Jules Verne n’a pas écrit une seule phrase de merveilleux-scientifique.

L’influence du roman merveilleux-scientifique sur [notre] conception du progrès est considérable. Avec une telle force convaincante puisée à même la raison, il nous dévoile brutalement tout ce que l’inconnu et le douteux nous réservent peut-être […]. Il nous découvre l’espace incommensurable à explorer en dehors de notre bien-être immédiat […]. Il brise notre habitude et nous transporte sur d’autres points de vue, hors de nous-mêmes. (Renard, 2018a [1909])

Tel quel, le roman merveilleux-scientifique exerce sur notre pensée une action précieuse. À se figurer ce qui peut arriver, on conçoit mieux ce qui arrive ; à supposer ce qui peut être, […] on voit plus nettement ce qui est. Quand nous fermons un roman merveilleux-scientifique après l’avoir lu, quand notre œil quitte l’oculaire de cette lunette conjecturale (la seule que nous puissions braquer sur le mystère immense), nous ne voyons plus de la même façon. L’ouvrage nous a délicieusement dépaysés. (Renard, 2018b [1914])

  • 6 [NdT] Pour un commentaire de cette formule, voir Hopkins, 2018 : « Arthur B. Evans choisit malicieu (...)

8Bien que l’usage de l’encombrante expression-valise romans merveilleux-scientifiques6 se soit révélé une combinaison plutôt malheureuse, qui n’est pas restée dans l’usage courant, Renard manifeste malgré tout une incroyable capacité à prévoir et identifier ce qu’est la science-fiction, aussi bien son origine, que la manière dont elle se distingue des autres genres. Quand il examine les ancêtres génériques de la science-fiction, quand il affirme que la véritable SF consiste à « lancer la science en plein inconnu », quand il explique la différence essentielle entre Verne et Wells, ou quand il décrit les effets psychologiques de la science-fiction à partir de son expérience de lecteur, Renard apparaît comme un théoricien de la science-fiction largement en avance sur son temps.

9La publication du premier roman de SF de Renard en 1908, Le Docteur Lerne, lui valut une avalanche de louanges et le propulsa sous les projecteurs des cercles littéraires parisiens. Bien que fortement inspiré du roman de Wells L’Île du Docteur Moreau (1901) (The Island of Dr Moreau [1896]) – inspiration reconnue ouvertement par Renard dans sa dédicace – Le Docteur Lerne pousse l’extrapolation du génie biologique beaucoup plus loin que Wells, jusque dans le fantastique. Après des années d’expérimentations à greffer des membres d’animaux à des plantes et inversement, (obtenant parfois des résultats tout à fait spectaculaires), le Dr. Lerne se met à permuter les cerveaux de plusieurs animaux, mais aussi des cerveaux humains, et même à intervertir des cerveaux humains et animaux. Ces expériences lui apprennent en définitive comment projeter son esprit dans d’autres objets animés (et pas-si-animés) comme des gens, des arbres et même une automobile. L’histoire est racontée à la première personne par le narrateur, Nicolas, le neveu du Dr. Lerne venu lui rendre visite. Petit à petit, à la manière d’un roman policier, Nicolas découvre peu à peu la vérité sur les expériences de son oncle et ses réactions s’étendent de la curiosité morbide à l’horreur pure.

  • 7 Voir Jean-Marc Gouanvic, qui note que « Maurice Renard, au contraire de Wells, suppose résolue la q (...)
  • 8 Prenez, par exemple, Les Amants Étrangers de Philip José Farmer (1968) (1952, The Lovers, 1961), «  (...)

10Cependant, l’originalité de l’histoire ne vient pas uniquement de ses scènes parfois extravagantes, mais de la façon dont elles sont racontées. L’originalité de ce roman tient en deux choses : sa SF érotisée7 et la façon dont il représente la séparation esprit-corps par la narration. Un exemple : Nicolas se voit contraint d’échanger son cerveau avec celui d’un taureau. Après l’opération, le jeune homme doit lutter pour s’habituer à l’altérité : non seulement devant son corps et ses instincts bovins, mais également devant son ancien corps perçu comme un « autre », surtout lorsque celui-ci fait des avances ouvertement sexuelles envers « sa » maîtresse. Un autre exemple : plus tard dans le texte, après avoir récupéré son cerveau, le narrateur est en plein milieu d’un interlude torride avec ladite maîtresse lorsqu’il ressent soudaine l’intrusion d’une autre personne dans son esprit, afin de prendre le contrôle de son corps. Il s’agit du Dr. Lerne qui, les ayant observés à travers un judas, décide de faire plus que simplement regarder. Un sujet si osé et les points de vue excentriques du Docteur Lerne – oscillant continuellement entre la substitution et le voyeurisme – en font un texte de SF très original et qui augure d’autres œuvres de science-fiction érotiques par des auteurs tels que Philip José Farmer, Robert Silverberg et Kate Wilhelm, tous publiés plus d’un demi-siècle plus tard8.

  • 9 Il est à noter que la traduction proposée dans le texte original de cet article met en avant quelqu (...)

11Bien entendu, si l’on devait juger Le Docteur Lerne de Renard partir de son unique traduction anglaise, New Bodies for Old [que l’on pourrait retraduire par De nouveaux corps en échange des anciens], nous ne pourrions pas lire ce genre de passages. Ils n’y figurent pas. En réalité, cette traduction se révèle être un parfait exemple d’une stratégie marketing conçue pour appâter le client. Sur la couverture volontairement provocatrice du livre, et après le titre « Maurice Renard’s Startling Novel, New Bodies for Old or The Strange Experiments of Dr. Lerne » [L’étonnant roman de Maurice Renard, De nouveaux corps en échange des anciens ou Les étranges expériences du Dr. Lerne], l’éditeur choisit de citer les phrases les plus suggestives de la dédicace de l’auteur envers Wells : « Mais quand la Fortune […] m’a fait rencontrer, sous forme d’allégorie, le sujet de ce roman, je n’ai pas cru devoir le négliger pour quelques hardiesses qu’une exposition fidèle comportait […] Loin de vouloir, chez le lecteur, provoquer l’être d’instinct, réjoui de tableaux fripons, elle s’adresse au philosophe […] »9 Mais quand on lit vraiment le livre, on s’aperçoit que toutes ces « hardiesses » et ces « tableaux fripons » – c’est-à-dire, les passages à teneur sexuelle que je viens de décrire – ont été méticuleusement retirés. Malgré les subtiles promesses d’érotisme de la couverture, le contenu de l’œuvre de Renard s’est vu soulagé de tels passages afin de ne pas offenser le sens moral supposé de son lectorat anglophone.

  • 10 [NdT] Depuis la publication de cet article d’Arthur Evans, un certain nombre d’écrits de Maurice Re (...)
  • 11 Voir Pierce, 1987b, p. 126-27.

12Le Péril bleu, le second roman de Renard (publié en 1911), est sans doute son œuvre de SF la plus accomplie. Un critique le décrit comme « n’ayant pas vieilli le moins du monde » (Jakubowski, 1981, p. 415). Bien que n’ayant jamais été traduit en anglais10, il a pu inspirer (par l’intermédiaire de Charles Fort) d’autres histoires de SF utilisant le trope de la-Terre-est-secrètement–occupée-par-une-race-extraterrestre-supérieure, comme Sinister Barrier [Sinistre barrière] d’Eric Frank Russell (1939)11. Encore une fois, l’originalité du texte de Renard se retrouve dans l’étrangeté de sa perspective. Les Sarvants, une race extraterrestre sans forme physique, explorent ce qui semble être pour eux un vaste océan recouvrant un nouveau monde. Ils capturent, dans les profondeurs de ce monde, certains spécimens inhabituels de cette faune indigène, leurs scientifiques les étudient, les dissèquent, les classent, les préservent pour les exposent dans des musées. Ce n’est que par accident qu’ils finissent par découvrir que ces créatures subaquatiques ressentent la douleur et sont capables de pensées rationnelles. Les Sarvants décident donc d’arrêter leurs expériences par pure bonté d’âme : ils ne « pêchent » plus ces étranges mammifères bipèdes qui peuplent les épaisses mers atmosphériques de la planète Terre. Le Péril bleu se démarque ainsi, non pas parce qu’il dépeint l’existence possible dans l’univers d’une race extraterrestre à l’intelligence supérieure, mais parce qu’il est l’un des premiers à décrire ce thème traditionnel de la SF de manière non-anthropomorphe. Pour citer l’un des protagonistes humains du roman :

Fous que nous sommes, pauvres êtres submergés par l’océan de gaz, nous qui nous croyons les maîtres de la Terre ! Nous ne nous doutons pas qu’une autre humanité, plus considérable que la nôtre, existe au-dessus d’elle, nous ignorant, nous supposant à peine et nous prêtant l’esprit que nous prêtons aux crabes ! (1911, p. 195-96).

13Renard publia en 1920 ce qui devait être son roman le plus populaire, ainsi que le plus traduit : Les Mains d’Orlac. Bien connu de la majorité des lecteurs et des cinéphiles familiers du genre de la SF et de l’horreur, l’histoire relate la vie d’un pianiste célèbre qui perd ses mains dans un accident de train. Pour les remplacer, il se fait greffer les mains d’un meurtrier récemment exécuté et commence ensuite à adopter la personnalité de son donneur psychopathe. Plusieurs films furent adaptés du livre : les deux plus connus étant la version de 1926 de Robert Wiene (réalisateur du Cabinet du docteur Caligari), avec Conrad Veidt dans le rôle d’Orlac, et la version de 1935 de Karl Freund (inexplicablement intitulé Mad Love [Fol amour]) avec Peter Lorre dans ce même rôle. La fascination manifeste d’Hollywood pour cette thématique s’entretiendra pendant plusieurs années grâce à des thrillers à petits budgets, plus ou moins fondés (souvent moins que plus) sur l’idée originale de Renard. On peut par exemple citer La Bête aux cinq doigts (1948, sortie française) (The Beast with Five Fingers) (1946, également avec Peter Lorre), The Hands of a Stranger (1963) [Les Mains d’un étranger], et même plus récemment en 1991, Body Parts (avec Jeff Fahey).

14Une anecdote intéressante à propos des Mains d’Orlac : il se trouve que le chirurgien décrit dans le roman, un certain Dr. Cerral, est inspiré d’un célèbre chirurgien français ayant pratiqué dans les années 1900. Son nom était Dr. Alexis Carrel (1873-1944) et il reçut le prix Nobel en 1912 pour ses expériences sur les procédures de greffes et de transplantation biologique. Le Docteur Lerne et Les Mains d’Orlac témoignent ainsi précisément de l’intérêt et de la connaissance de Renard en ce qui concerne les avancées scientifiques de son époque (principalement dans les domaines de la biologie, de la psychologie et de la physique) – intérêt qu’il a transposé directement dans la plupart de ses œuvres de SF. Renard semble particulièrement fasciné par l’altération des sens et de la perception humaine : comment certaines altérations de la physiologie humaine permettraient de mieux accéder à « l’au-delà ». En cela L’Homme truqué, son roman suivant, est un autre cas d’école.

  • 12 [NdT] Il existe à présent une traduction anglaise de L’Homme Truqué, également par Brian Stableford (...)

15Publié en 1921 et jamais traduit en anglais12, L’Homme truqué de Renard est indubitablement inspiré par le travail de deux auteurs de SF qu’il admirait et qu’il connaissait bien : « The Remarkable Case of Davidson’s Eyes » (« Le cas remarquable des yeux de Davidson ») de Wells (1895), et Un Autre monde de Rosny aîné (1895, traduit en anglais en 1962). Cependant, l’histoire de Renard s’en détache grâce à son protagoniste, Jean Lebris, un soldat français se battant près de Strasbourg lors de la première guerre mondiale : rendu aveugle par un éclat d’obus, il est capturé par l’ennemi et envoyé à un grand scientifique allemand du nom de Dr. Prosope, qui mène des recherches avancées sur l’ophtalmologie. Lebris est équipé d’yeux électroscopiques expérimentaux qui lui permettent de voir bien au-delà du spectre normal de la vision humaine. En plus de provoquer un phénomène de synesthésie déjà étrange en soi (le fait de « voir » les sons, les odeurs, etc.), ses yeux artificiels lui permettent de voir les courants électriques, les champs magnétiques, le mouvement du vent, tous les types de radiations, et bien plus encore. Malheureusement pour Lebris, ces nouvelles facultés se révèlent en définitive une malédiction du fait de l’impossibilité de les occulter. Il finit par tomber dans le coma et par mourir à force d’observer continuellement des entités invisibles et électriques coexistant – à l’insu de l’humanité – sur le même plan que nous.

  • 13 Voir Pierce, 1987a, p. 73.

16Comme c’est le cas avec la majorité des récits de SF de Renard, L’Homme truqué est organisé comme une sorte de récit à énigme, narré à la première personne par un médecin et ami du personnage principal. Cela dit, son novum technologique – étendre la perception humaine via des implants prothétiques de haute technologie – était destiné à devenir un incontournable d’une grande partie de la science-fiction de l’époque des pulps durant les années 20 et 30. « Invisible Light » (« Невидимый свет ») [« Lumière invisible »] d’Alexender Beliayev (1938)13 par exemple, est une œuvre de SF dans laquelle un aveugle se voit doté d’yeux artificiels capables de voir l’électricité (ce qui était probablement une reprise directe du roman de Renard). D’un point de vue plus pessimiste, L’Homme truqué de Renard anticipe également certaines expériences physiologiques conduites en Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale, lors de cette période terrible de barbarie aujourd’hui connue comme l’Holocauste.

17Le récit de SF de Renard le plus proche du mystère policier – sans doute modelé sur Double Assassinat dans la Rue Morgue de Poe – est Le Singe, publié en 1925 (curieusement traduit en anglais par Blind Circle [Cercle aveugle] en 1928). Il fut coécrit avec Albert Jean et, comme la plupart des fictions de Renard, parut d’abord en feuilleton (62 épisodes) dans un journal de pulp parisien. L’intrigue tourne autour de l’enquête que mène la police sur l’existence mystérieuse de plusieurs cadavres, tous de la même personne, un certain Richard Cirugue. Après moultes révélations et retournements de situations, le mystère est enfin résolu : Richard est en réalité toujours vivant. En usant de sa récente découverte d’un procédé d’électrolyse capable de dupliquer (mais pas d’animer) des tissus humains et animaux, il avait fabriqué des clones sans vie de lui-même et les avait éparpillés à travers Paris pour créer une publicité choc afin d’attirer des investisseurs pour ses recherches. Dans un rebondissement encore plus étrange, Richard finit par mourir (pour de bon), mais son esprit subsiste et parvient à prendre possession du clone de son frère, dont il convoite la femme. Il va sans dire qu’en dehors du thème un peu à la Frankenstein de la création de corps artificiels dans une cuve chimique, Le Singe est moins un roman de science-fiction que, comme le dit Bleiler une » comédie de mœurs, de sexe, [et] de mystère à la Gaston Leroux » (Bleiler, 1990, p. 620).

  • 14 [NdT] Un Homme chez les microbes a été traduit en 2010 également par Brian Stableford sous le titre (...)
  • 15 D’autres écrivains précurseurs de la SF s’essayèrent au microscopique avant Renard, par exemple Fit (...)

18Bien plus intéressant, Un Homme chez les microbes, publié en 1928 (jamais traduit en anglais14), est une œuvre de SF astucieuse et amusante, sortie près de trois décennies avant le plus connu L’Homme qui rétrécit (The Shrinking Man) de Richard Matheson (publié en 1956, 1957 pour la traduction française et adapté au cinéma en 1957). Même s’il n’est pas le premier à utiliser ce thème traditionnel de la SF15, Renard parvient néanmoins à mélanger adroitement le ton léger des premiers voyages imaginaires et des récits de découverte de la pluralité des mondes avec les observations réalistes propres aux variantes fictionnelles modernes. On peut par exemple retrouver des traces du premier aspect lors de la visite au royaume utopique et invisible d’Ourrh (avec ce qu’elle implique de descriptions « étranges » sur la vie et les coutumes de ses habitants dotés d’antennes) et dans l’abondance d’humour provocateur dans le texte (jeux de mots littéraires répétés, parfois auto-référentiels, satire voltairienne, sous-entendus libertins et une certaine facétie dans la construction des personnages). Pour le second aspect, on observe des éléments tels que la représentation détaillée des modifications de points de vue au fil du processus de rétrécissement lui-même (meubles géants, se faire pourchasser par le chat de la famille, etc.), la peur de l’inconnu (« Comment tout cela finirait-il ? Où s’arrêterait sa décroissance ? N’allait-il pas tout simplement au néant ? » [1928, p. 64]), et différentes observations scientifiques au sujet de l’écoulement du temps dans le monde microscopique par opposition au monde macroscopique, les fonctions de la thyroïde et de la glande pinéale, etc. D’après un duo d’académiciens contemporains, ce roman serait « un voyage dans le microcosme plus adroit et sophistiqué que celui de Ray Cummings » (Clute/Nicholls, 1993, p. 1003).

19En outre, la conclusion quintessentiellement surréaliste d’Un Homme chez les microbes est l’une des plus surprenantes parmi tous les romans de SF. Le héros, Fléchambeau, a finalement retrouvé sa taille normale, a fini de relater ses aventures et s’est endormi paisiblement en compagnie de son ami, le scientifique et philosophe, Pons. Ce dernier se met à méditer sur les implications morales des expériences qu’ils ont traversées. Le roman conclut ensuite :

— Pantins ! murmura Pons. Nous sommes de petits pantins de mie de pain, qu’un auteur philosophe fait danser sur une assiette. D’un souffle, il peut nous envoyer nous perdre parmi les poussières du néant…

La rafale, alors, se fit tempétueuse.

Pons regarda le lit. Fléchambeau n’y était plus. Tout chancelait sous l’effort de l’ouragan. La maison s’envolait. Saint-Jean-de-Nèves et sa montagne, emportés je ne sais où, cédaient, comme fétus, au caprice de la bourrasque. Une bouche mystérieuse soufflait sur le décor et sur les petits bonshommes qu’une main fantaisiste avait pétris naguère. Pons se confirma dans l’opinion que lui-même n’était rien, en vérité. Il voulut s’écrier :

— Qu’est-ce que je disais !

Mais déjà l’auteur lui avait retiré la voix, le mouvement et la pensée. FIN (1928, p. 192-93)

20Après avoir évoqué au sein de ce récit étrange, des éléments des romans utopiques du xviie et du xviiie des caractéristiques du réalisme du 19ème ainsi que des références à la physique du début du xxe siècle, Renard conclut son voyage imaginaire de SF dans le « microscopique » d’une manière qui rappelle les romans les plus méta-référentiels du postmodernisme. À la lumière du final faisant comiquement référence à son propre statut de fiction, il semble évident que le véritable « Homme parmi les microbes » présent dans cette histoire est l’auteur lui-même, bataillant avec ses propres créations fictionnelles.

  • 16 [NdT] Le Maître de la lumière a été traduit en anglais par Brian Stableford en 2010 sous le titre T (...)
  • 17 Le terme employé dans la (très intéressante) nouvelle « Lumière des jours enfuis » (1971) (« Light (...)

21Le dernier roman de science-fiction de Renard, Le Maître de la lumière (lui non plus jamais traduit16), fut publié en feuilleton en 1933. Il fut réédité en volume après sa mort, en 1947. Similaire, d’une certaine façon, à un autre de ses romans, Le Singe, on y retrouve le même mélange étrange et éclectique de romance d’opérette, de vendetta familiale, d’horreur gothique teintée d’enquête policière, et d’aventure, avec juste assez de spéculation scientifique pour entrer dans la SF (à la marge). L’intrique se déroule en 1929-30 et tourne autour du meurtre d’un officier de la marine de Napoléon nommé César Christiani, commis un siècle plus tôt durant l’époque trouble suivant la révolution de Juillet. Son descendant, Charles Christiani, le jeune héros de l’histoire, finit par découvrir l’identité du véritable meurtrier de son arrière-grand-père, grâce à une plaque de verre spéciale placée à l’origine sur une fenêtre chez le défunt. Ce morceau ressemblant à du mica, ramené par César des jungles d’une île perdue d’Indonésie, a pour propriété exceptionnelle de refléter des événements passés. La logique scientifique derrière ce « verre lent »17 est expliquée ainsi :

Ces vitres sont d’une composition à travers laquelle la lumière est retardée de la même manière qu’elle l’est dans l’eau, de la même manière que le son est retardé dans certains milieux. Vous savez bien, Péronne, qu’on entend plus vite un son à travers, par exemple, un conduit métallique, un solide quelconque, qu’à travers l’espace libre ! Eh bien ! tout cela, tout cela est de la même famille, Péronne !

Voici donc la solution. Ces espèces de vitres retardent la lumière dans des proportions extrêmement remarquables, puisqu’il suffit d’une épaisseur relativement faible pour la retarder de cent ans. Il faut cent ans à un rayon lumineux pour transpercer cette couche de matière ! Il lui faut un an pour transpercer un centième de cette profondeur.”

[…] Il existe mains rapports, maints ouvrages techniques sur le sujet de la matière que Charles Christiani venait de découvrir — ou plutôt de redécouvrir — et qu’il baptisa luminite. […] reten[ons], pour le moment, que la luminite […] est une chose qui produit le résultat suivant : la lumière cheminant dans cette matière à une vitesse extrêmement freinée, on voit, de part et d’autre des plaques de luminite, ce qui se trouvait là jadis. Et plus la plaque est épaisse, plus le passé qu’elle montre est lontain, sur une face comme sur une autre. (1947, p. 93)

22Il va sans dire que grâce à ce verre fait de « luminite », le jeune Charles parvient à dissiper les superstitions locales supposant des fantômes dans sa demeure familiale, à laver l’honneur de sa famille, à se faire quelque peu connaître dans la communauté scientifique, à identifier le vrai meurtrier (comme par hasard l’arrière-grand-père de son rival actuel) et à épouser l’élue de son cœur.

23Malheureusement, Maurice Renard passa la fin de sa vie, de1930 à 1939, à écrire des romans « grand public » tels que celui-ci. Cela en partie à cause de ses difficultés financières et sentimentales durant la décennie précédant sa mort. Heureusement, toutefois, ce n’est pas ce qu’on a retenu de lui. Plus encore que sur les quelques romans de SF que je viens de résumer, la renommée littéraire de Renard repose sur ses nombreuses nouvelles qui explorent les facettes les plus sombres et mystérieuses du fantastique.

24Renard publia six grandes anthologies de nouvelles au cours de sa vie : Fantômes et fantoches (1905, abrégée en FF), Le Voyage immobile (1909, VI), Monsieur d’Outremort (1913, MO), L’Invitation à la peur (1926, IP), Le Carnaval du mystère (1929) et Celui qui n’a pas tué (1932). De plus, une anthologie posthume tirée des centaines de nouvelles écrites à l’origine pendant les années 20 et 30 pour le quotidien parisien Le Matin, intitulée avec humour Mille et un Matins, est parue dans l’omnibus des œuvres de Renard, Romans et contes fantastiques (1990).

25Pour citer un spécialiste : « il est hasardeux de coller des étiquettes strictes sur les œuvres de Maurice Renard où, la plupart du temps, se combinent merveilleux, surnaturel, anticipation et énigme policière » (Baronian, 1978, p. 176). Rien n’illustre mieux cet état de fait que les nombreuses nouvelles de Renard, qui se déploient dans le temps du préhistorique au prophétique, dans le style du baroque au burlesque, et dans le contenu de la mythologie à la pathologie.

26La SF « la plus pure » parmi les nouvelles de Renard peut se trouver dans certaines histoires d’extrapolation, comme sa longue nouvelle de 76 pages « Le Voyage immobile » (1908 [VI]). Prêtant une réalité physique à certains voyages imaginaires, comme ceux décrits par Fontenelle dans son Entretiens sur la pluralité des mondes (1686), Renard imagine une machine volante anti-gravité appelée « aérofixe » qui, en restant stationnaire au-dessus du sol, « bouge » d’un point à un autre lorsque la terre se déplace sous elle. Une autre nouvelle, « M. d’Outremort, gentilhomme physicien » (1913 [MO]), parle d’un scientifique faussement bienfaisant qui mène des recherches dans son château familial sur la télémécanique décrite comme « la science de gouverner les machines à distance, sans fil et par la seule entremise des ondes dites “hertziennes” » (Renard, 1990, p. 456). Lorsque la foule superstitieuse sort du village pour s’en prendre violemment à lui, il démarre – avec une commande à distance – la voiture familiale, qu’il a équipée de lames de faux, et s’en sert pour massacrer sans remords les villageois. Enfin, Renard mélange humour noir et extrapolation scientifique dans « La Grenouille » (1926 [IP]). Dans cette histoire, un professeur de physique parvient à redonner un semblant de vie à sa défunte mère en utilisant des électrochocs sur son cadavre suivant la méthode de Galvani.

27Fidèle à sa fascination pour l’altération des modalités de perception humaine, Renard écrit également beaucoup de nouvelles qui mettent au premier plan les thèmes de l’invisibilité et des miroirs. Par exemple, proposant une critique satirique de L’Homme invisible de Wells, la nouvelle facétieuse intitulée « L’Homme qui voulait être invisible » (1926 [IA]) entreprend de mettre les choses au point : rendre un humain invisible implique nécessairement de le rendre totalement aveugle. Dans le récit de Renard, un scientifique excentrique du nom de Patpington croit avoir inventé une machine à rendre invisible. Il s’en sert, devient temporairement aveugle et, du fait qu’il se croit totalement invisible, commence à se livrer à des actes indécents comme se promener nu chez sa belle-famille. L’« humour » dans cette histoire (similaire à celui des « Habits neufs de l’Empereur ») se trouve dans le fait que la machine ne fonctionne pas, et que Patpington reste parfaitement visible aux yeux de ses proches qui jouent gentiment le jeu face à ses excentricités.

28Publiée quelques années plus tôt, « L’Homme au corps subtil » de Renard (1913 [MO]) offre une autre variante sur le thème de l’invisibilité. Cette nouvelle décrit un scientifique du nom de Bouvancourt qui a, lui aussi, inventé une machine provoquant une invisibilité temporaire. Néanmoins, en rendant ainsi son corps « éthéré », il a dès lors tendance à passer au travers des objets qui l’entourent. À un moment de l’histoire, un malfrat force Bouvancourt à le rendre invisible (afin de l’aider à perpétrer ses crimes), et celui-ci accepte contre son gré. Cependant, une fois la procédure accomplie, le malfaiteur se voit soudain précipité vers le centre de la Terre : lors de ses expériences, Bouvancourt n’avait jamais « éthérisé » ses propres chaussures. Prenant finalement conscience du danger mortel que représente sa machine à invisibilité, le scientifique décide de la détruire. La manière espiègle dont Renard traite son héros devient encore plus évidente lorsqu’on s’aperçoit que, dans une nouvelle plus ancienne titrée adéquatement « La Singulière destinée de Bouvancourt » (1905 [VI]), le même personnage est censé découvrir le moyen d’entrer dans un miroir, se retrouve prisonnier d’un monde fait de reflets, et finit par y mourir. Ainsi, avec la réincarnation littéraire inattendue de Bouvancourt plusieurs années plus tard, Renard semble ajouter volontairement à sa fiction un nouveau retournement paradoxal au thème récurrent de l’invisible et du visible.

29Pour finir, deux autres récits de Renard appartiennent au domaine de la science-fiction, , ses récits préhistoriques : les nouvelles « Les Vacances de M. Dupont » (1906 [VI]) et « Le Brouillard du 26 octobre » (1913 [MO]). Dans la première, une caverne récemment découverte dans le sud de la France se trouve abriter d’énormes œufs de dinosaure, parfaitement préservés grâce à une combinaison de facteurs climatiques et géologiques. Lorsque les œufs éclosent sans prévenir, les gigantesques sauriens se mettent à causer des ravages, non seulement aux campagnes environnantes et chez le paléontologue qui les étudiait, mais aussi chez l’aimable monsieur Dupont qui, ironiquement, avait décidé de passer des vacances tranquilles dans la maison de campagne d’un ami. Dans la seconde histoire, un brouillard étrange et peu naturel enveloppe soudainement un géologue et un botaniste en train de travailler près de la forêt des Ardennes. Lorsque le brouillard se lève, ils s’aperçoivent, qu’ils ont été inexplicablement transportés quelques millions d’années dans le passé pendant la période du Cénozoïque. Ils se mettent à explorer les alentours et finissent par se retrouver face à une tribu de singes ailés préhistoriques – une branche de l’évolution dont la science moderne n’avait jamais soupçonné l’existence. Soudain attaqués, les deux scientifiques se voient contraints de tirer sur l’une des créatures qui parvient, avant de mourir, à attraper une montre à gousset en or, tombée par terre durant l’affrontement. Le brouillard étrange revient alors et les scientifiques se retrouvent de nouveau chez eux au xxe siècle, se demandant si ce qu’ils ont vécu était une sorte d’hallucination. Ils tombent alors sur les antiques restes d’un squelette anthropoïde, un trou de balle dans le crâne et une montre à gousset en or fossilisée dans les os de sa main Même si Renard dédie cette histoire à Edgar Allan Poe et au « Souvenir de Mr. August Bedloe » (« Tale of Ragged Mountains »), elle paraît aussi reprendre beaucoup d’éléments du récit préhistorique de son ami Rosny aîné, « La Contrée prodigieuse des cavernes » (1898), un récit de monde perdu parlant d’une civilisation de chauve-souris vampires humanoïdes et hautement intelligentes.

30Au sein de la catégorie (certes) très vaste du fantastique et de l’horreur, les récits de Renard paraissent effleurer presque tous les ingrédients de base. Par exemple, d’une manière qui rappelle de bien des manières des histoires comme « Le masque de la Mort rouge » d’Edgar Allan Poe, on trouve des récits hautement baroques de pestes et de complots meurtriers comme « Mystification » (s.d. [MM]), « Le Lapidaire » (1905 [FF]), « Le Balcon » (1926 [IA]) et « L’Affaire du miroir » (1926 [IA]). Il y a des histoires parlant de nouvelles espèces marines, comme « Le Requin » (s.d. [MM]) dans laquelle des requins mutants ont appris à chasser en meute, ou comme « Jeff le scaphandrier » (s.d. [MM]) dans laquelle une combinaison de plongée mécanique semble soudainement s’animer d’une vie propre. D’autres nouvelles relatent d’étranges phénomènes extrasensoriels et de zombies hypnotisés, comme « Un Mirage » (s.d. [MM]), dans laquelle une image fantomatique de la tour Eiffel apparait devant les yeux d’un paysan* français qui apprend plus tard que son fils, à cet instant précis, s’était suicidé en sautant du haut du monument parisien, et comme « Le Rendez-vous » (1908 [VI]), dans laquelle – à l’instar de « Valdemar » – une femme est hypnotisée de façon à ce qu’elle se rende chaque semaine à un rendez-vous pour y faire l’amour, puis meurt de manière inattendue, est enterrée, mais revient sans relâche d’entre les morts chaque semaine à l’heure prévue (au désespoir de son ancien amant qui ne parvient pas à lui échapper). Il y a également de nombreux récits de quiproquos tragiques, comme « L’Ogre » (s.d. [MM]), dans lequel une petite fille assassine un gentil vieux monsieur parce qu’elle croit que c’est un ogre, comme dans son conte de fées préféré. Il y a des histoires de fantastique mythologique, comme « La Mort et le coquillage » (1907 [VI]), dans laquelle un musicien colle son oreille sur un coquillage et se retrouve captivé par les étranges mélodies marines qu’il entend, tombant raide mort d’avoir écouté le chant des sirènes, et comme « La Cantatrice » (1913 [MO]), où une mystérieuse jeune chanteuse d’opéra à la voix enchanteresse se révèle être une sirène capturée. Il y a même une histoire assez autoréflexive, portant sur le rapport existant entre l’écrivain de fiction et ses propres créations : « La Fêlure » (1905 [FF]), dans laquelle un romancier paranoïaque rencontre le méchant qu’il a lui-même créé dans sa fiction, et doit promptement effacer un chapitre de son livre pour éviter d’être lui-même assassiné.

  • 18 Voir Van Herp, Panorama de la science-fiction, p. 217

31Cela dit, c’est dans le genre vénérable des histoires de fantômes que l’adaptabilité et l’imagination de Renard se manifestent le mieux. Ses récits vont du roman à la Sherlock Holmes où on rejette le surnaturel par déduction jusqu’aux récits terrifiants où se produit un inexplicable pourtant tangible. Par exemple, dans sa nouvelle policière « Le Spectre photographié » (s.d. [MM]), des photos prise dans une usine prétendument hantée montrent clairement un fantôme squelettique en train de rôder. Toutefois, on finit par comprendre qu’il s’agit de clichés d’un simple voleur du coin, pris par l’appareil d’un système de sécurité automatique, relié par erreur à une machine à rayons X. Dans une veine plus spiritualiste, très inspirée des efforts bien connus d’Edison et d’Houdini pour contacter les morts18, « Aux Écoutes des ténèbres » de Renard (1926 [IA]) représente un soldat de la Première Guerre mondiale recevant un appel téléphonique longue-distance de son camarade au front, mais apprend plus tard que cet ami avait été tué plusieurs jours auparavant. Dans la veine gothique traditionnelle, des armures médiévales vides, mais conscientes, et de mystérieux murmures figurent dans le « Château hanté » (1913 [MO]). Dans l’histoire de fantômes romantique et sentimentale intitulée « Au-delà » (s.d. [MM]), un jeune veuf ne parvient pas à se remettre du décès de sa femme, jusqu’à ce que l’esprit de celle-ci vienne le consoler. Même l’histoire de vaisseau fantôme connue sous le nom du Hollandais Volant a des variantes chez Renard avec des nouvelles comme « Brouillard en mer » (s.d. [MM]), où un navire évite de justesse une collision fatale au milieu d’une mer brumeuse, grâce à l’apparition fantomatique d’un vaisseau similaire ayant coulé au même endroit plusieurs années auparavant ; ou comme « La Damnation de l’“Essenˮ » (1926 [IA]), où un capitaine allemand satanique et son navire meurtrier sont transportés dans le monde spectral dans lequel ils peuvent hanter à jamais les hautes mers en tant qu’émissaires du diable.

32Comme la plupart des lecteurs l’aura immédiatement saisi, une très grande partie des nouvelles de Maurice Renard ont été sans cesse recyclées par des auteurs de fiction spéculative depuis le début du xxe siècle. Certaines sont devenues des films, ou des épisodes pour des séries télévisées américaines comme La Quatrième Dimension, Histoires de l’autre monde, ou encore Les Contes de la Crypte. Je n’ai parlé ici que de quelques extraits représentatifs parmi toute la production de nouvelles de Renard. Une analyse intertextuelle détaillée des emprunts littéraires et cinématographiques qui en ont été faits demanderait beaucoup plus d’espace que ce que permet ce bref article introductif.

  • 19 [NdT] En 2010, un grand nombre de récits de Maurice Renard sont parus en langue anglaise grâce au t (...)

33Cela dit deux faits semblent clairs. Premièrement, si les études Anglo-américaines actuelles en rapport avec la science-fiction doivent sortir de leurs propres frontières idéologiques et logocentriques limitées, il est impératif que davantage de traductions (de bonne qualité) d’auteurs étrangers, tel que Maurice Renard, deviennent disponibles19.

34Deuxièmement, et pour finir, dans l’évolution du genre de la SF, la place de Maurice Renard est singulièrement polyvalente et trans-historique. Comme un critique l’a observé, il « est à la jonction de deux époques » (Fauchereau, 1970, p. 25). J’irais même jusqu’à dire que les œuvres de Renard lancent un pont entre deux mondes complets : non seulement en termes de chronologie (le xixefin-de-siècle* et le xxe siècle) et d’esthétique (les Goncourt et les Surréalistes), mais aussi en reliant les deux faces essentielles de l’esprit humain : le rationnel et l’irrationnel. Si ses œuvres de merveilleux scientifique* doivent énormément aux fictions spéculatives d’H.G. Wells et de J. H. Rosny aîné (et très peu aux fictions scientifiques de Jules Verne), l’essentiel de l’œuvre de Renard doit encore davantage à ce maître du fantastique qu’est Edgar Allan Poe.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie primaire

La liste chronologique qui suit regroupe les romans et nouvelles publiés par Maurice Renard et qui s’inscrivent principalement dans la science-fiction [SF], le fantastique/horreur [FH], ou le roman policier [RP], avec pour finir deux anthologies publiées en 1990.

Fantômes et fantoches, Paris : Plon, 1905. (Signé avec le pseudonyme de Vincent Saint-Vincent). [FH]

Le Docteur Lerne, sous-Dieu, Paris : Mercure de France, 1908 (Paris : Crès, 1919 ; Paris : Tallendier, 1958 ; Paris : Belfond, 1970 ; Verviers, Belgique : Marabout, 1975). : [SF]

Le Voyage immobile, suivi d’autres histoires singulières, Paris : Mercure de France, 1909 (Paris : Crès, 1922). : [SF/FH]

Le Péril bleu, Paris : Michaud, 1911 (Paris : Crès, 1920 ; Paris : Tallandier, 1958 ; Paris : Belfond, 1974 ; Viviers, Belgique : Marabout, 1976). [SF]

Monsieur d’Outremort et autres histoires singulières, Paris : Michaud, 1913 (Paris : Crès, 1921 avec le titre Suite fantastique). [SF/FH]

Les Mains d’Orlac., Paris : Nilsson, 1920 (Paris : Plon, 1933 ; Paris : Belfond, 1970 ; Verviers, Belgique : Marabout, 1978). Première publication des 58 épisodes dans L’Intransigeant (15 Mai – 12 Juillet, 1920). [SF/FH]

L’Homme truqué, Paris : Crès, 1921 (Paris : Tallendier, 1958). L’édition du Crès inclut également deux nouvelles : « Château hanté » et « La Rumeur dans la montagne ». L’édition Tallendier inclut Un Homme chez les microbes à la place de ces nouvelles. [SF/FH]

Le Singe, coécrit par Albert Jean, Paris : Crès, 1925. ,. Première publication en 62 épisodes dans L’Intransigeant (15 avril - 19 juin, 1924). [SF/RP]

L’Invitation à la peur, Paris : Crès, 1926. Les deux réimpressions de cette anthologie (Paris : Tallendier, 1958 et Paris : Belfond, 1970) gardent le titre original, mais n'incluent pas les mêmes nouvelles. [SF/FH]

Un Homme chez les microbes. Paris : Crès, 1928 (Paris : Ed. Métal, 1956 ; Paris : Tallandier, 1958). L’édition Ed. Métal inclut les nouvelles « L’Image au fond des yeux » et « L’Homme qui voulait être invisible », alors que l’édition Tallendier inclut (comme noté précédemment) le roman L’Homme truqué. [SF]

Le Carnaval du mystère, Paris : Crès, 1929. Certaines de ces nouvelles — plus quelques-unes venant de l’anthologie L’Invitation à la peur — sont rééditées dans Le Papillon de la mort (Paris : Nouvelles Editions Oswald, 1985). [FH/RP]

Celui qui n’a pas tué, Paris : Crès, 1932. La plupart des nouvelles de cette anthologie ont d’abord été publiées dans La Petite Illustration entre 1927-31. [FH/RP]

Le Maître de la lumière, Première publication en 54 épisodes dans L’Intransigeant (8 mars - 2 mai, 1933). Réédité en un tome posthume (Paris : Tallandier, 1947). [RP]

Contes des « Mille et Un Matins », Rassemblées et publiées de manière posthume (dans Romans et contes fantastiques, 1990). [SF/FH/RP]

Romans et contes fantastiques, Paris : Laffont, 1990, « Bouquins » Comprend 5 romans de SF (Le Docteur Lerne, Le Péril bleu, Les Mains d’Orlac, Un Homme Chez les Microbes, et Le Maître de la lumière) ainsi qu’un large choix parmi ses meilleures nouvelles de SF et d’horreur fantastique. Cette édition contient également plusieurs articles de critiques littéraires écrits par Renard, des témoignages de ses contemporains, une brève biographie de l’auteur et trois bibliographies (tous les écrits de Renard ainsi que les adaptations cinématographiques et télévisuelles qui en ont découlé).

Bibliographie secondaire

L’Ami des Livres, 4, 15 juin, 1923.

Beliayev Alexander, « Invisible Light », in Russian Science Fiction. Ed. Robert Magidoff, trad de Doris Johnson., NY : New York UP, 1964. Traduit depuis « Nevidimyi Svet. » Vokrug Sveta, 1, 1938.

Baronian J.B., « J.-H. Rosny aîné et Maurice Renard : un fantastique raisonné, » Panorama de la littérature fantastique de langue française. Paris : Stock, 1978, p. 173-177.

Baudou Jacques, « Biographie de Maurice Renard », in Romans et contes fantastiques, Paris : Laffont, 1990, p. 1241-1247.

Baudou Jacques, « Le Conteur fantastique », Désiré, 12, 2ème trimestre, 1976.

Baudou Jacques, « Maurice Renard et le merveilleux scientifique », Désiré, 14, 4ème trimestre, 1976.

Baudou Jacques, « Maurice Renard romancier et théoricien du merveilleux scientifique, », Les Cahiers de l’Imaginaire, 5, p. 41-45, septembre 1981.

Bleiler Everett F., « Maurice Renard », in Science-Fiction, The Early Years, éd. Bleiler, Kent, OH, et Londres : Kent State UP, 1990, p. 619-620.

Bourgoin Stéphane, « Préface », in Le Papillon de la mort, Renard Maurice, Paris : Nouvelles Editions Oswald, 1985, p. 5-7.

Branthomme Michel, « Maurice Renard », Mémoire de Master, Université d’Aix-en-Provence, 1973.

Bridenne Jean-Jacques, La Littérature française d’imagination scientifique, Paris : Das-sonville, 1950.

Les Cahiers de l’Imaginaire, 5, Sept 1981. Édition spéciale dédiée à Maurice Renard.

Clute John et Peter Nicholls, « Maurice Renard », in The Encyclopedia of Science Fiction, éds.Clute et Nichols, NY : St Martin’s Press, 1993, p. 1003.

Evans Arthur B., « Science Fiction in France », SFS, 16.3, p. 254-76, #49, novembre 1989.

Faucherau Serge, « Maurice Renard », La Quinzaine littéraire, 96, p. 25-26, 1 juin 1970.

Fontenelle Bernard le Bouvier de., Entretiens sur la pluralité des mondes, Paris : C. Blageart, 1686.

Gouanvic Jean-Marc, « La Science-fiction française : 1918-1968 », Montréal, Thèse, Université McGill, 1983.

Gouanvic, Jean-Marc, La Science-fiction française au xxe siècle (1900-1968. Essai de sociopoétique d’un genre en émergence, Amsterdam : Rodopi ; Atlanta : GA, 1994.

Hopkins Fleur, « Écrire un “conte à structure savante” : apparition, métamorphoses et déclin du récit merveilleux-scientifique dans l'œuvre de Maurice Renard (1909-1931) », in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard dans l’histoire littéraire », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018. En ligne, consulté le 20 juin 2018, URL : http://journals.openedition.org/resf/1296

Jakubowski Maxim, « French SF », in Anatomy of Wonder : A Critical Guide to Science Fiction, éd. Neil Barron., NY : Bowker, 1981, p. 399-425. 3ème ed. NY : Bowker, 1987, p. 405-440.

Juin Hubert, Préface : « Dans la ménagerie insolite », in Le Docteur Lerne, Renard Maurice, Paris : Belfond, 1970. Réédité dans Romans et contes fantastiques Paris : Laffont, 1990, p. 59-64.

Klein Gérard, « Maurice Renard : des mains coupées jouant sur un piano », Le Monde, 15 Aout, 1970, p. 13.

Neveux Pol, « Maurice Renard rémois », vient de paraître, avril 1925. Cité par Jacques Baudou, « Biographie de Maurice Renard », in Romans et contes fantastiques, Paris : Laffont, 1990, p. 1242.

Pallander Edwin, The Adventures of a Micro-Man, Londres : Digby, Long & Co, 1902.

Pierce John J., Foundations of Science Fiction, Westport, CT : Greenwood Press, 1987a.

Pierce John J., Great Themes of Science Fiction, Westport, CT : Greenwood Press, 1987b.

Raabe Juliette, « Maurice Renard : un combat contre la folie », Magazine littéraire, 42, juillet 1970, p. 35-36,

Rambaud Patrick, « Préface de : “Conditionnel Immédiatˮ », in L’Invitation à la peur Renard Maurice, Paris : Belfond, 1970, p. 7-16.

Renard Maurice, « Anticipations », Paris-Soir, 8 mai, 1925. Réédité dans Romans et contes fantastiques, Paris : Laffont, 1990, p. viii-x.

Renard Maurice, « Depuis Sinbad », L’Ami des livres, 15 juin, 1923. Réédité dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1213-15.

Renard Maurice, « Le Merveilleux scientifique et La Force mystérieuse de J.-H. Rosny aîné », La Vie, 16, 15 juin, 1914. Réédité dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1220-25. Réédité : éd. Émilie Pézard et Hugues Chabot, in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018b. En ligne, consulté le 30 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1215

Renard Maurice, « Pourquoi j’ai écrit Un Homme chez les microbes », La Rumeur, 19 novembre, 1928. Réédité dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1219-20. Réédité dans

Renard Maurice, « Que devons-nous à Jules Verne ? », L’Intransigeant, 6 janvier, 1928. Réédité dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1230-31.

Renard Maurice, « Du Roman merveilleux scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès », Le Spectateur, 6, 6 octobre, 1909. Réédité dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1205-12. Réédité : éd. Émilie Pézard et Hugues Chabot, in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018a. En ligne, consulté le 30 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1201

Renard Maurice, « Le Roman d’hypothèse », A.B.C., 15 Décembre, 1928. Réédité dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1216-18. Réédité : éd. Émilie Pézard et Hugues Chabot, in ReS Futurae, no 11, « Maurice Renard », dir. Émilie Pézard et Hugues Chabot, 2018c. En ligne, consulté le 30 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1223

Renaud Tristan, « Les Demains de Maurice Renard », Lettres Françaises, 1348 :7, 26 aout, 1970.

Rosny aîné J.-H., « Un Autre monde », in Récits de science-fiction Rosny, Verviers, Belgique : Marabout, 1975, p. 17-39.

Rosny aîné J.-H., « La Contrée prodigieuse des cavernes », in Récits de science-fiction, Verviers, Belgique : Marabout, 1975, p. 251-69.

Touttain Pierre-André, « Les Curieux romans de Maurice Renard », Figaro littéraire 1245, 30 Mars 1970, p. 15-16

Touttain Pierre-André, « Les Obsessions de Maurice Renard », Les Nouvelles littéraires, 2225 :5, 14 mai 1970.

Touttain Pierre-André, « Préface : de “Maurice Renard, ou le mystère des mainsˮ », in Les Mains d’Orlac, Renard Maurice, Paris : Belfond, 1970, p. 5-10.

Triptique, 24 Jan 1929.

Tulard Jean, « Préface », in Romans, Paris : Laffont, 1990, p. i-vii.

Van Herp Jacques, « Maurice Renard, scribe des miracles », Fiction, 28, 1956, p. 107-110.

Van Herp Jacques, Panorama de la science-fiction, Verviers, Belgique : Marabout, 1973, rpt. 1975.

Versins Pierre, « Maurice Renard », in Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires, et de la science-fiction, Lausanne : L’Age d’Homme, 1972, 1984, p. 734-35.

Vient de Paraître, 41, April 1925. Édition spéciale dédiée à Maurice Renard.

Haut de page

Notes

1 Voir Maxime Jakubowski, 1987, p. 408-09 et 428 ; Everett F. Bleiler, 1990, p. 619-620 ; John J. Pierce, 1987a, p. 73-74 et surtout John Clute et Peter Nicholls, 1993, p. 1003.

2 E.F. Bleiler, par exemple, décrit les seules traductions disponibles en anglais des romans de Renard (datant des années 1920) comme « barbares » et « mauvaises aussi bien en termes de traduction que de langue anglaise » (1990, p. 620). Ayant déjà lu l’original en français, j’ai récemment emprunté New Bodies for Old (l’étrange traduction du Docteur Lerne) afin de le lire soigneusement pour me faire mon opinion. Je fus aussi perplexe qu’horrifié : le traducteur anonyme, tout en ayant traduit fastidieusement mot à mot la prose de Renard, avait tout de même choisi de censurer radicalement le texte source. J’y reviendrai plus tard.

3 [NdT] Les pulps sont des magazines bon marché contenant des histoires relevant des genres de l’imaginaire (fantasy, science-fiction, fantastique, horreur, etc.). Arthur Evans emploie ici le terme pour désigner les revues populaires, y compris françaises.

4 Pol Neveux, « Maurice Renard rémois », Vient de paraître (avril 1925), cité par Jacques Baudou, « Biographie de Maurice Renard », dans Romans, Paris : Laffont, 1990, p. 1242.

5 [NdT] Nous reprenons le texte original, comme pour toutes les citations initialement en français. Nous avons maintenu cette phrase de l’article pour signaler que ces corpus critiques n’ont pas fait l’objet de traductions vers l’anglais, en dépit de leur intérêt historique.

6 [NdT] Pour un commentaire de cette formule, voir Hopkins, 2018 : « Arthur B. Evans choisit malicieusement de traduire « romans merveilleux-scientifiques » par « scientific-sense of wonder novels » […] au lieu de la traduction « scientific-marvelous novel ». Il associe alors le « merveilleux » à un sentiment recherché par le lecteur et suppose que le roman veut faire naître en lui un émerveillement. » Le choix est ici effectivement malicieux puisque l’expression sense of wonder, s’il traduit la notion de « merveilleux », évoque également la partie cruciale que joue le lecteur dans la construction du monde merveilleux. Contrairement à l’adjectif « marvelous » qui fait littéralement référence à ce qui est extraordinaire, « sense of wonder » offre une notion légèrement différente et décrit plus subtilement la relation entre le texte et le lecteur : le récit n’est pas seulement extraordinaire mais donne un sentiment d’extraordinaire.

7 Voir Jean-Marc Gouanvic, qui note que « Maurice Renard, au contraire de Wells, suppose résolue la question de la greffe des cerveaux : son Docteur Lerne commence là où s’achève L’Île du Docteur Moreau. En outre, […] c’est le comportement social et éthique de cette “parodie d’humanitéˮ que [Wells] met en scène. Renard, par contre, se sert [de ce] thème […] sur un mode essentiellement érotique. L’échange des cerveaux est l’occasion d’un mélange des rôles et des conventions sexuelles » (1983, p. 113-14 [Gouanvic, 1994, p. 89]). Ces observations sont de Gouanvic, diplômé en 1983 d’une thèse non publiée intitulée « La Science-fiction française : 1918-1968 ». Il s’agit de l’une des meilleures réflexions critiques sur la SF française que j’ai pu voir jusqu’à ce jour – et une que je regrette d’avoir omise dans la bibliographie de mon ancien article « Science Fiction in France » (SFS, 16, p. 254-276 et 338-368, #49, novembre 1989). [NdT : la thèse de Jean-Marc Gouanvic a depuis été publiée sous le titre La Science-fiction française au xxe siècle (1900-1968). Le texte repris ici est tiré de cet ouvrage. Gouanvic, 1994]

8 Prenez, par exemple, Les Amants Étrangers de Philip José Farmer (1968) (1952, The Lovers, 1961), « Le Collectif » (1976) (« In the Group », 1973) de Robert Silverberg, et « La Plus grande vedette du monde » (1975) (« Baby You Were Great », 1967) de Kate Wilhelm.

9 Il est à noter que la traduction proposée dans le texte original de cet article met en avant quelques différences notables avec la version originale écrite par Maurice Renard. Ainsi, les « hardiesses » deviennent « audacities », terme comportant en anglais un aspect qui n’existe pas dans le terme « hardiesse » : l’aspect irrespectueux. L’expression quelque peu malicieuse « tableaux fripons » devient « scandalous descriptions », ce qui signifie littéralement « descriptions scandaleuses », l’espièglerie que manifeste Renard en parlant de ses scènes à teneur sexuelle n’est plus présente dans la traduction anglaise.

10 [NdT] Depuis la publication de cet article d’Arthur Evans, un certain nombre d’écrits de Maurice Renard ont été traduits par Brian Stableford. Le Péril bleu est notamment paru en langue anglaise en 2010 aux éditions Black Coat Press sous le titre The Blue Peril.

11 Voir Pierce, 1987b, p. 126-27.

12 [NdT] Il existe à présent une traduction anglaise de L’Homme Truqué, également par Brian Stableford, paru sous le titre The Doctored Man en 2010 aux mêmes éditions.

13 Voir Pierce, 1987a, p. 73.

14 [NdT] Un Homme chez les microbes a été traduit en 2010 également par Brian Stableford sous le titre A Man Among the Microbes.

15 D’autres écrivains précurseurs de la SF s’essayèrent au microscopique avant Renard, par exemple Fitz-James O’Brien avec « The Diamond Lens » (1858) (« Les lentilles de diamant »), Edwin Pallander avec The Adventures of a Micro-Man (1902) (Les Aventures d’un micro-homme) ou Ray Cummings avec sa série débutant par « La Fille dans l’atome d’or » (1977) (1919 ; The Girl in the Golden Atom, 1921) ; sans oublier les premiers contributeurs bien connus du genre : Swift, Voltaire, et al.

16 [NdT] Le Maître de la lumière a été traduit en anglais par Brian Stableford en 2010 sous le titre The Master of Light.

17 Le terme employé dans la (très intéressante) nouvelle « Lumière des jours enfuis » (1971) (« Light of Other Days », 1966) de Bob Shaw, ainsi que dans son anthologie Les Yeux du temps (1973) (Other Days, Other Eyes, 1972).

18 Voir Van Herp, Panorama de la science-fiction, p. 217

19 [NdT] En 2010, un grand nombre de récits de Maurice Renard sont parus en langue anglaise grâce au travail de traduction de Brian Stableford aux éditions Black Coat Press. (http://www.blackcoatpress.com/index.html) : Doctor Lerne, A Man Among the Microbes, The Blue Peril, The Doctored Man, The Master of Light.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur B. Evans, « La science-fiction fantastique de Maurice Renard », ReS Futurae [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1439 ; DOI : 10.4000/resf.1439

Haut de page

Auteur

Arthur B. Evans

Arthur B. Evans est professeur émérite de littérature française à l'Université DePauw (Greencastle, Indiana). Spécialiste de Jules Verne, dont il a l'éditeur scientifique de plusieurs traductions aux États-Unis, et d'"early science fiction" en langue française (Le Rouge, Renard, Spitz), il dirige la revue Science Fiction Studies depuis 1991. Il a notamment édité l'anthologie Vintage Visions: Essays on Early Science Fiction (2014).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • OpenEdition Journals