Navigation – Plan du site

Éditorial

Irène Langlet

Entrées d’index

Index géographique :

France

Index chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Page de l’Agence Nationale de la Recherche sur le projet « Anticipation » (consultée le 22 juin 201 (...)

1Le dossier « Maurice Renard » de ce onzième numéro de Res Futurae se présente comme exceptionnel à plus d’un titre. Par ses partenariats, tout d’abord. Dirigé par Émilie Pézard et Hugues Chabot, le dossier qu’on va lire est issu des travaux du programme « Anticipation » financé par l’Agence Nationale de la Recherche, qui se donnait pour objectif, en 2014, d’étudier « la naissance d’un genre nouveau à la fin du xixe siècle et au début du xxe : le roman d’anticipation scientifique »1. Son équipe compte de nombreux membres des comités de la revue : dirigée par Claire Barel-Moisan, l’ANR Anticipation recourt aux expertises, entre autres, d’Hugues Chabot (Lyon I), Jean-François Chassay (UQAM), Matthieu Letourneux (Paris Nanterre), Valérie Stiénon (Paris XIII), tous membres du comité scientifique de ReSF, ainsi que Simon Bréan (Sorbonne Université), membre du comité de rédaction. Cette intrication des équipes de la revue et de l’ANR a certes complexifié le processus d’évaluation des articles d’études, puisqu’il a fallu se tourner vers des spécialistes différents ; mais les historiens des sciences, historiens de la culture, philosophes et poéticiens des cultures médiatiques que nous avons sollicités ont favorisé ce travail, et consolidé la stabilisation des consensus critiques dont Res Futurae veut faire son cœur d’activité. En choisissant ReSF pour rendre public et accessible à tous un résultat central de leur programme de recherches, les équipes de l’ANR nous ont honorés d’une confiance essentielle à la poursuite du projet de la revue. Ils ont également permis de souligner l’importance, dans les science fiction studies, de l’objet dont ils ont fait un point majeur d’investigation : désignée parfois, naguère, par le terme de « science-fiction archaïque » en français, ou (plus justement et de façon moins connotée) par « early science fiction » en anglais, la littérature d’anticipation scientifique européenne de la fin du xixe siècle et début du xxe siècle a nourri toute une démarche d’historicisation critique, de Paul Alkon à Arthur Evans, dont la reconnaissance se mesure aussi aux positions qu’ils ont occupées et occupent maintenant dans le paysage académique. Pour ne parler que du second, que Res Futurae connaît bien, il dirige la revue de référence états-unienne qui marche aux côtés de la nôtre depuis sa conception, et nous sommes très heureux de rendre justice aux travaux pionniers qu’il a réalisés sur Maurice Renard, en en proposant une traduction dans la section « En direct de Science Fiction Studies » — ce qui provoque d’ailleurs un étonnant et instructif aller-retour traductologique, où se croisent les deux expressions nodales « merveilleux scientifique » et « sense of wonder » : on en prendra connaissance dans la note 6 de l’article « La science-fiction fantastique de Maurice Renard », qui dialogue avec la note 46 de l’article de Fleur Hopkins.

  • 2 Merril Judith, « What Do You Mean: Science ? Fiction ? », in Clareson (ed), SF : The Other Side of (...)
  • 3 Voir Science Fiction Studies, n°79, novembre 1999, et n°80, mars 2000 : « On Global Science Fiction (...)
  • 4 Voir par exemple le dossier consacré à la science-fiction en Asie de l’Est dans Res Futurae, n°9, 2 (...)
  • 5 On en a proposé une analyse lors du colloque « Erudition des amateurs » du programme Legipop, unive (...)

2Le dossier est exceptionnel aussi par son sujet. Il donne en effet, en approchant l’exhaustivité des sources d’une manière jusqu’ici sans équivalent, la première étude d’ampleur d’une pensée de la littérature où science et fiction se conjuguent dans un projet littéraire dont tout le xxe siècle déclinera les variantes, scrutera les apories, commentera les paradoxes – à l’exemple de ce titre malicieux de Judith Merrill, en 1971 : « What Do You Mean : Science ? Fiction ? »2. Cette étude historique et littéraire est loin de n’éclairer que les linéaments d’un sous-champ réservé aux érudits de la science-fiction. On ne peut plus refuser de voir que cette dernière a désormais conquis la culture médiatique commune (en générant des profits de plus en plus colossaux) au point d’être un genre dominant du « premier xxie siècle » que nous vivons in progress, au fil des productions de l’industrie culturelle ainsi que des recompositions et des élargissements (on dira parfois « globalisations »3) auxquels les aires asiatique, africaine, russe et latino-américaine invitent4 ; il faudrait désormais, aussi, intégrer à l’étude générale de la littérature le courant que la SF représente, et dont le merveilleux scientifique défendu par Maurice Renard est l’un des pivots déterminants. Le fandom français en a pris la mesure depuis longtemps : une discussion mémorable en a sédimenté les arguments sur internet, dans un forum du site ActuSF. Le « fil M » (ainsi désigné parce que son titre était « Science-fiction et métaphysique »5) a occupé pendant un an la communauté entière des amateurs et érudits de la science-fiction française, attachés à comprendre pourquoi la SF s’était fixée comme genre états-unien après une naissance et un essor européen. Le merveilleux scientifique en était l’un des arguments les plus discutés ; ce dossier documente, avec des sources archivistiques et journalistiques rarement exhumées, comment la catégorie s’est diffusée, cristallisée, puis effacée dans l’histoire littéraire française. À ce titre, il fournit des éléments indiscutables pour affirmer au moins trois choses : non, le merveilleux scientifique n’est pas une invention de Renard ; mais oui, Renard a bien cherché à en faire un genre majeur, et à le faire reconnaître dans l’écosystème littéraire des années 1910-1920 ; et, oui (peut-être : oui, hélas), il a échoué. Cet échec, remarquablement analysé dans le dossier, est sans doute le résultat du travail le plus instructif pour l’histoire littéraire globale : on lira, dans les articles du dossier, comment il éclaire la dynamique des légitimations du champ littéraire français, et aussi comment il se dégage de cet échec en redessinant le projet du roman merveilleux-scientifique en roman d’hypothèse. Ce n’est pas le moindre apport de l’ANR Anticipation que de fonder ainsi l’histoire de la science-fiction en France. Je choisis à dessein cette expression plutôt que celle de « science-fiction française » : les distinguos subtils, les négociations avec la littérature dominante et ses agents (au premier rang desquels la première NRF, Jacques Rivière, et le rapport avec Wells), les arguments internes aux textes mis au service de la dynamique des genres et de l’écriture, me semblent composer un dossier de travail susceptible d’inviter les historiens de la littérature à reconsidérer la continuité des œuvres et des courants de la littérature générale.

  • 6 La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle(...)
  • 7 Renard Maurice, Romans et contes fantastiques, édités par F. Lacassin, Paris : Robert Laffont, 1990 (...)

3C’est enfin dans les articles, grâce à une argumentation collective serrée, toujours précise, érudite, et néanmoins articulée à l’histoire littéraire et culturelle globale, que le dossier se montre exceptionnel. Les études quadrillent le propos avec un accord intellectuel qui témoigne de quatre ans de travail en commun dans l’ANR, avec une rigueur qui ne peut qu’emporter la conviction. On verra ainsi le merveilleux scientifique scruté en tant que nom de genre et programme d’écriture dans les articles de Pézard et Chabot (« Le merveilleux-scientifique de Maurice Renard en contexte »), Hopkins, Bréan ; en tant que levier d’un rapport à la science dans ceux de Chabot, Schiano ; en tant que symptôme d’un rapport à la culture médiatique de la « civilisation du journal » (Thérenty6) et de ce que cela implique en termes de hiérarchies culturelles, codes stylistiques et orientations de l’imaginaire, dans ceux de Stiénon et Pézard (« L’ombre de la merveille »). Mais on aura aussi le loisir de construire sa propre opinion, à partir des sources primaires elles-mêmes, grâce à une exceptionnelle édition critique des articles les plus déterminants de Renard. Souvent cités, toujours lus dans la précieuse, mais ancienne (et peu annotée) édition grand public de la collection « Bouquins » chez Laffont7, mais jamais encore édités dans une version documentée, « Du roman merveilleux-scientifique et de son action sur l’intelligence du progrès » (1909) et « Le roman d’hypothèse » (1928), ainsi qu’un article sur Rosny aîné (1914), moins connu mais qui tire ses arguments de lecture du texte de 1909 tout en l’infléchissant déjà, sont proposés ici dans une leçon qui restitue la version originale conservée à la Bibliothèque Nationale de France, avec un appareil qui en explicite les intertextualités consensuelles ou conflictuelles, les articulations avec le développements des sciences de leur temps, et surtout le trajet intellectuel de Renard, qui éclaire aussi, on l’a dit plus haut, un trajet de la littérature française toute entière dans son rapport avec la science et son « action sur l’intelligence du progrès ».

  • 8 Pour ce numéro 11 du premier semestre 2018 : ANR Anticipation, éditions Kimé (France) et Le Quartan (...)
  • 9 Patrick Dusoulier a été un conseil précieux pour le chapitre « Littératures de genres » du volume X (...)
  • 10 Alice Ray, « Hommage à Patrick Dusoulier », carnet Res Futurae, 30 mars 2018, URL (juin 2018) : htt (...)

4Dans le sillage de ce dossier d’exception, on se félicite d’avoir pu faire paraître en écho un travail proposé spontanément par un lecteur de Rosny aîné et Weinbaum, François Laforge, dont l’article comparatiste met scrupuleusement en relation les écritures de l’altérité des mondes et des êtres, et qui nous est parvenu à point nommé. Deux comptes rendus de livres reçus en service de presse se sont insérés dans cet ensemble, avec une égale conjonction de propos (au plan des époques et/ou des auteurs). La rédaction de Res Futurae tire de ces envois spontanés un encouragement à poursuivre son travail, parfois fastidieux mais toujours instructif et toujours soutenu par l’institution, pour une analyse et une documentation critique des études sur la science-fiction, et remercie les organismes, programmes de recherche, auteurs, traducteurs et éditeurs qui lui accordent cette confiance8. Parmi ces derniers, nous voulons consacrer le dernier mot de cet éditorial à notre ami Patrick Dusoulier, trop tôt disparu en mars 2018 après nous avoir promis, dans son agenda de traducteur, un texte par an, gracieusement et en soutien à notre entreprise académique en accès ouvert. Sa contribution est lisible dans l’article « Science-fiction et fiction scientifique en France : de Jules Verne à J.-H. Rosny aîné ». Nos rencontres avec lui ont dessiné une carte esquissée, toute légère, de la zone qui voit le fandom français se superposer aux réseaux académiques : festival des Utopiales, collection « Ailleurs et demain » des éditions Laffont, ANR HTLF « Histoire des traductions en langue française »9, « Prix du lundi » décerné depuis 2006. A chaque fois que nous avons parlé avec lui, nous avons entendu un homme chaleureux, ancien ingénieur devenu traducteur de SF par passion pour Jack Vance, disponible, bienveillant et toujours prêt à partager ses fichiers de travail, ses dossiers de traducteur, et ses impressions de lecteur chevronné. Alice Ray, doctorante en traductologie à l’université d’Orléans, qui pilote notre section de traductions, lui a rendu hommage sur le carnet de la revue dans les jours qui ont suivi sa disparition10 ; nous le redoublons ici, avec toute notre gratitude pour le généreux accueil qu’il avait donné à notre projet, et au-delà de la triste absence, l’encouragement que nous en conservons pour continuer à travailler.

Haut de page

Notes

1 Page de l’Agence Nationale de la Recherche sur le projet « Anticipation » (consultée le 22 juin 2018) : http://www.agence-nationale-recherche.fr/Projet-ANR-14-CE31-0001; carnet de l’équipe « Anticipation » (consultée le 22 juin 2018) : https://anranticip.hypotheses.org/membres

2 Merril Judith, « What Do You Mean: Science ? Fiction ? », in Clareson (ed), SF : The Other Side of Realism, Bowling Green, OH: Bowling Green University Popular Press, 1971, p. 53- 95.

3 Voir Science Fiction Studies, n°79, novembre 1999, et n°80, mars 2000 : « On Global Science Fiction » (texte intégral disponible sur le site de la revue, URL (consultée le 22 juin 2018) : https://www.depauw.edu/sfs/covers/cov79.htm et https://www.depauw.edu/sfs/covers/cov80.htm.

4 Voir par exemple le dossier consacré à la science-fiction en Asie de l’Est dans Res Futurae, n°9, 2017, URL (consultée le 22 juin 2018) : https://journals.openedition.org/resf/759.

5 On en a proposé une analyse lors du colloque « Erudition des amateurs » du programme Legipop, université d’Artois et MSH Hauts-de-France, Lille, 16-17 novembre 2017 ; URL (consultée le 22 juin 2018) : https://legipop.hypotheses.org/96.

6 La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, sous la direction de Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Paris : Nouveau Monde Éditions, coll. "Opus Magnum", 2011.

7 Renard Maurice, Romans et contes fantastiques, édités par F. Lacassin, Paris : Robert Laffont, 1990. Coll. « Bouquins ».

8 Pour ce numéro 11 du premier semestre 2018 : ANR Anticipation, éditions Kimé (France) et Le Quartanier (Québec), †Patrick Dusoulier. Et, bien sûr, le consortium OpenEdition.

9 Patrick Dusoulier a été un conseil précieux pour le chapitre « Littératures de genres » du volume XXè siècle de cette ANR, dont la publication est annoncée aux éditions Verdier. On en a rendu compte dans le carnet de Res Futurae : https://resf.hypotheses.org/2249

10 Alice Ray, « Hommage à Patrick Dusoulier », carnet Res Futurae, 30 mars 2018, URL (juin 2018) : https://resf.hypotheses.org/3431.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 11 | 2018, mis en ligne le 20 juin 2018, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/resf/1546

Haut de page

Auteur

Irène Langlet

Professeur de littérature contemporaine à l’université de Limoges. A publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Directrice du projet ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • OpenEdition Journals