Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La revue académique Res Futurae n’existerait pas sans le soutien bienveillant de ses aînées, qui ont ouvert il y a plus de quarante ans le champ des science fiction studies. Après Science Fiction Studies (fondée en 1973) qui nous offre depuis 2010 un accès gracieux à tout son catalogue d’articles, c’est la revue Foundation : The International Review of Science Fiction (fondée en 1972) qui a accepté un partenariat du même ordre, grâce à deux missions à l’université de Liverpool. C’est là que se tiennent le siège et les archives de la Science Fiction Foundation qui édite la revue, et où s’est faite la rencontre avec deux de ses actuels responsables, Paul March-Russell et Andy Sawyer. Nous en tirons autant de fierté que de reconnaissance, et nous ouvrons donc avec grand plaisir dans cette douzième édition la rubrique « En direct de Foundation », pilotée par Alice Ray comme « En direct de Science Fiction Studies ».

2Le hasard a fait que cette première traduction d’un article de Foundation venait à l’agenda en même temps le numéro 12 et son dossier « Science-fiction et jeu vidéo », proposé et dirigé par une équipe de l’université de Liège et de son Liège Game Lab (Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten) ; or la revue Foundation a fait date, en 2015, en publiant elle-même le premier dossier consacré à ce sujet, « SF and Video Gaming ». SFS n’est pas en reste sur le sujet, et nous y avons sélectionné deux passionnants articles, où l’on verra converger une préoccupation politique qui peut venir étayer les analyses moins directement situées du dossier. L’élargissement de nos rubriques de traductions démarre donc sans nul accroc à la cohérence thématique, et il permettra même de prendre la mesure d’un réseau de chercheurs qui se lisent les uns les autres et alimentent la discussion scientifique en anglais : ainsi, Lars Schmeink cite Paweł Frelik. Comme le dit fort bien l’introduction du dossier, les chercheurs francophones qui ont répondu à l’appel de ce n° 12 de ReSF ont exploré les rapports entre SF et jeu vidéo avec une orientation qui se distingue de l’état de l’art anglophone ; nous sommes heureux de pouvoir en proposer une approche polyphonique avec 3 articles traduits d’un côté et, de l’autre, cinq articles originaux, qui explorent des notions ou des configurations où science-fiction et jeux vidéo se rencontrent de manière particulièrement féconde : le jeu vidéo en mode texte, l’assonance générique, la médiagénie de la science-fiction (en particulier les représentations liées à l’espace), la figuration de la métalepse ou encore les jeux à portée éducative (serious games). Ces réflexions déjà riches entrent en résonance avec deux entretiens, l’un apportant les lumières d’un philosophe dont les travaux ont beaucoup apporté à la théorisation français du jeu vidéo, Mathieu Triclot, l’autre faisant entendre la voix aux accents passionnés d’un créateur, l’écrivain Alain Damasio, ainsi qu’avec deux comptes-rendus directement liés au sujet du dossier. Le collectif dirigé par Fanny Lignon, Genre et jeux vidéo, touche un sujet plus large que celui qui nous occupe ; mais Jean-Louis Trudel souligne les éléments qui en font une lecture utile selon l’angle d’attaque science-fictionnel. Quant au livre de Neil Tringham, en tant qu’unique ouvrage spécifiquement consacré au sujet que nous abordons, il s’avérait indispensable à la réflexion ; le compte-rendu de Pierre-Yves Houlmont permettra au plus large public d’en prendre connaissance puisque le livre n’est pas traduit en français.

3Mettre à disposition du public francophone les débats et les arguments qui s’échangent en anglais (et dans d’autres langues, comme on a pu le faire dans le numéro « Science-fiction en Asie de l’Est »), telle est bien la mission que s’est fixée la revue, lors de sa fondation. Cela ne va pas sans quelques difficultés d’édition, par exemple lorsque des références numériques s’avèrent obsolètes (liens morts ou sites refondus, voire disparus). Le comité de rédaction tâche, à chaque fois, de vérifier ces dernières afin que les sources restent consultables, ou à tout le moins de donner une explication lorsqu’elles ne le sont plus, comme c’est le cas dans l’article de David Higgins. Pour cette fois, il a été possible de prendre l’avis de l’auteur directement, via la revue Science Fiction Studies. Il y a surtout des difficultés de traduction, par exemple pour certains termes de l’art (comme bind-on-picking, shoot’em up ou point-and-click), particulièrement nombreux dans le champ des game studies et du jeu vidéo. Nous avons tâché de réaliser un compromis entre la cohérence de l’expression française et la cohérence de la culture du jeu vidéo, qui allaient parfois à contre-courant l’une de l’autre ; par exemple, nous n’avons pas remplacé MMPORG et MMO par JDRMM, leur équivalent officiel mais trop peu usité à nos yeux. Mais ce ne fut pas sans débat ! Dans le même état d’esprit, la traduction de fantastic a pu s’orienter parfois vers « fantastique », parfois vers « de l’imaginaire », lorsqu’il nous semblait que le terme désignait le bouquet de genres littéraires et médiatiques non-mimétiques que le français a choisi de rassembler sous l’étiquette de « littératures de l’imaginaire ».

4C’est donc sous le signe de ce travail patient, parfois acharné (lorsque se succèdent près de dix versions du même texte), toujours en équipe et solidaire, que nous plaçons ce numéro 12, en incluant dans notre vision de « l’équipe » nos partenaires anglais et nord-américains, que nous remercions très sincèrement à cette occasion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Langlet, « Editorial », ReS Futurae [En ligne], 12 | 2018, mis en ligne le 19 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/resf/2209

Haut de page

Auteur

Irène Langlet

Professeure de littérature contemporaine à l’université de Paris Est Marne-la-Vallée (UPEM). A publié notamment La science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006), ainsi que de nombreux articles sur ce genre. Directrice de la revue ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • OpenEdition Journals