Navigation – Plan du site
Ursula K. le Guin : Féminisme et science-fiction

Science-fiction féministe, des œuvres aux fans

Engagements expressifs et militants autour des romans d’Ursula K. le Guin, Marion Zimmer Bradley et Margaret Atwood
Hélène Breda

Résumés

Cet article porte sur les fandoms féminins et féministes de science-fiction entre la seconde moitié du vingtième siècle et les années 2010. Il a vocation à montrer que, bien que la SF ait souvent été considérée comme un domaine culturel à domination masculine (des auteurs aux publics, en passant par la représentation des personnages), de nombreuses lectrices et spectatrices se sont approprié le genre. J’ai tout d’abord replacé ce sujet dans une perspective historique, en expliquant que les fandoms féminins de SF ont été créés en opposition aux communautés d’écrivains et de fans hommes qui les rejetaient. En conséquence, les « fannes » ont dû organiser des activités quelque peu clandestines et produire leurs propres créations dérivées, telles que des fanzines de SF entièrement féminins. Ce faisant, elles mettent à profit le potentiel féministe spécifique à la science-fiction pour gagner en agentivité et pour diffuser des idées relatives aux droits des femmes. Dans la seconde partie de mon étude, à travers l’exemple de créations faniques inspirées par les œuvres d’Ursula K. Le Guin, Marion Zimmer Bradley et Margaret Atwood, je développe l’hypothèse selon laquelle ces productions (fanfictions, fanarts, objets divers) sont à la fois des outils d’empowerment féminin et des supports pour le militantisme féministe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La notion de « lecture » est à prendre ici dans une acception large : j’entends par ce terme aussi (...)
  • 2 La lecture hégémonique d’un message communicationnel coïncide avec le sens donné par les instances (...)

1Les études de réception des productions médiatiques – y compris les fictions –, initiées dans les années 1970 (Cervulle et Quemener, 2015, p. 75) et développées à partir des années 1980 (Le Grignou, 2003, p. 1 ; Mattelart et Neveu, 2018, p. 50), ont mis au jour une co-construction des savoirs répartie entre les personnes et instances qui produisent les œuvres d’une part et leurs publics d’autre part. Au mythe de la culture de masse, dont les lecteur·ice·s1 seraient abreuvé·e·s dans une totale passivité, s’oppose le paradigme des réceptions actives et des engagements participatifs autour des productions qui émanent d’industries culturelles. Les travaux de Stuart Hall et de Michel de Certeau, notamment, sont fondateurs en la matière. Le premier, dans son article « Codage/décodage » (Encoding/decoding, Hall, 1980), distingue trois « positions » possibles pour tout individu qui « décode » un message médiatique : hégémonique, négociée ou oppositionnelle2. Le second a quant à lui proposé la notion de « braconnage culturel » pour désigner la capacité des récepteur·ice·s à sélectionner dans une œuvre certains éléments qu’ils et elles s’approprient pour créer du sens, sans pour autant adhérer à l’ensemble de son contenu (de Certeau, 1980). Dans le sillage de de Certeau, Henry Jenkins [1992] recourt aux notions de « braconnage culturel » et de « lecteur·ice·s nomades » pour les appliquer aux études de fans. Il met ainsi en exergue que les fans ont rarement un objet de passion unique, mais pratiquent à l’inverse des juxtapositions intertextuelles, la mise en réseau d’œuvres, pour se créer une culture propre.

2Les théories qui se sont déployées autour de leurs travaux ont ainsi contribué à expliquer comment la fiction, loin d’être produite puis appréhendée dans un vide abstrait, pétrit les imaginaires collectifs et peut être saisie pour aborder des questions sociales.

3Cet article, qui propose d’aborder la réception active et engagée des romans de trois autrices de science-fiction (Ursula K. Le Guin, Marion Zimmer Bradley et Margaret Atwood), s’inscrit dans la tradition des cultural studies, et plus précisément dans celle des fan studies. Le champ théorique des « études culturelles », d’ascendance anglo-saxonne, a trouvé en France des échos et des prolongements un peu tardifs dans des cursus de sciences humaines et sociales, notamment dans les domaines de la sociologie, de la littérature comparée, de l’histoire et des sciences de l’information et de la communication. C’est dans cette dernière discipline que s’ancrera le présent travail, plutôt que dans les études littéraires, quoique son point nodal soit de nature romanesque.

4Les recherches relatives aux pratiques culturelles et à la réception d’œuvres peuvent se fonder sur des enquêtes qualitatives menées auprès des publics, comme le rappellent Cervulle et Quemener (2015, p. 79). Ces chercheur·euse·s évoquent notamment le « tournant ethnographique » que représentent, d’un point de vue méthodologique, deux ouvrages consacrés exclusivement à des réceptrices : les lectrices de romans à l’eau de rose dans une petite ville du Midwest états-unien (Radway, 1984) et les spectatrices néerlandaises du soap opera à succès Dallas (Ang, 1991). Ces jalons théoriques importants ont, entre autres vertus, celle de mettre en exergue la dimension genrée des modalités de « consommation » culturelle et des interprétations de textes ou de programmes. Les cultural studies, en effet, s’attachent à prendre en compte le fait que toute « lecture » est située socialement (sur des axes de genre, d’appartenance ethno-raciale, de classe, etc.). Dans le même temps, les objets choisis par Radway comme par Ang illustrent la propension des études de réception à aborder les relations que des publics entretiennent avec des œuvres issues de la culture populaire, et non uniquement avec celles qui seraient plus classiquement « légitimes.

  • 3 David Peyron (2017, p. 65) explique ainsi que l’identité geek s’est largement construite à partir d (...)

5La science-fiction, genre (para-)littéraire qui m’intéresse ici, est elle-même fortement connotée comme « pop-culturelle ». Si l’on se place du côté de ses réceptions, il apparaît qu’on l’associe fréquemment à une subculture particulière : la culture geek (Peyron, 2013, p. 13). Or, cette subculture, et en particulier les sociabilités qui se nouent autour de la SF, constituent des fiefs longtemps considérés comme spécifiquement masculins3, tout comme, d’ailleurs, les activités d’écriture et de publication d’histoires science-fictionnelles. Nous verrons pourtant qu’il y a bel et bien eu, de tout temps, des femmes qui gravitaient dans ces sphères, des lectrices ferventes, réceptrices engagées, qui ont pu à leur tour devenir des autrices reconnues. Certaines d’entre elles, qui ont bousculé l’entre-soi masculin à partir des années 1970, ont permis l’identification d’une SF « féminine », voire féministe. J’ai retenu pour mon étude trois des grands noms qui prédominent dans le panthéon de la science-fiction féministe nord-américaine de la seconde moitié du xxe siècle. Ursula K. Le Guin tout d’abord, figure incontournable du genre, dont les écrits de SF mais aussi de fantasy, maintes fois primés, abordent des questions de genre et d’égalité sociale, en les articulant à d’autres thèmes engagés : l’écologie, l’anticapitalisme, la diversité ethno-raciale. Les titres La Main gauche de la nuit (1969) et Les Dépossédés (1974) sont parmi les plus emblématiques de ce point de vue. La seconde autrice choisie, Marion Zimmer Bradley, diffère de Le Guin en cela qu’elle ne se réclame pas du féminisme et qu’elle a toujours tenu une position ambivalente vis-à-vis de ses revendications. Elle trouve toutefois sa place dans ma recherche, en cela que ses romans (je me concentrerai ici sur la saga La Romance de Ténébreuse) présentent le point de vue d’héroïnes fortes et indépendantes, qui ont inspiré nombre de lectrices, devenues pour certaines écrivaines également. Helen Merrick (2009, p. 146) relève en outre la dimension queer dans l’œuvre de Zimmer Bradley, où l’homosexualité féminine et la bisexualité sont très présentes. La Canadienne Margaret Atwood complètera mon triptyque ; un peu plus jeune que les deux autrices précédentes, elle a publié (entre autres romans) La Servante Ecarlate en 1985, dystopie très sombre centrée sur l’aliénation des femmes par le patriarcat, et notamment sur la question des droits reproductifs. Ce classique de la SF féministe fut adapté au format série télévisée en 2017, ce qui explique en partie l’abondance de créations dérivées qui recourent à l’iconographie des Servantes dont il sera question dans cet article.

  • 4 Gain d’autonomie et de capacité d’agir.

6De fait, il ne s’agira pas ici d’analyser les contenus proprement dits des romans des trois autrices sélectionnées, mais de comprendre comment leurs publics – en l’occurrence, principalement féminins – s’en saisissent pour exprimer leurs identités et véhiculer des convictions et des revendications relatives à la cause des femmes. Pour ce faire, je proposerai tout d’abord une mise en perspective historique retraçant le parcours des (groupes de) femmes fans de science-fiction et les enjeux féministes de leur passion. J’aborderai ensuite les créations dérivées produites par ces réceptrices actives et engagées, sources d’empowerment4 féminin et supports de revendications sociopolitiques.

Des lectrices de science-fiction aux fandoms féministes : une mise en perspective historique

  • 5 Sur cette notion, voir Stanley Fish (2007).

7Quoique parfois considérées comme étrangères les unes aux autres, théories féministes et fan studies entretiennent en réalité des rapports étroits, ces dernières « nourrissant une relation de quasi-filiation avec les premières ethnographies féministes des publics et de la réception » (Quemener, 2017, p. 9-10). Henry Jenkins (2015) explique ainsi : « Les interventions féministes dans l’étude sur les sous-cultures, les publics et les lecteurs, a orienté les chercheurs vers les communautés de fans en tant que lieu de compréhension des relations genrées avec les médias populaires ». Pour mon étude, je m’adosserai ainsi à des travaux menés sur des communautés interprétatives5 et des pratiques faniques qui incorporent la notion de genre, voire la lutte pour les droits des femmes. Deux ouvrages en particulier constituent des ressources précieuses pour comprendre le contexte et les évolutions des fandoms de SF féminins et féministes à travers la seconde moitié du xxe siècle : The Secret Feminist Cabal (Merrick, 2009) pour le versant littéraire de la science-fiction, et Enterprising Women (Bacon-Smith, 1992) pour les séries télévisées relevant du genre, Star Trek en tête.

8L’une et l’autre chercheuses rappellent à quel point la SF s’est bâtie comme un bastion masculin, à la fois en ce qui concerne le genre des auteurs et celui des récepteurs visibles, ainsi que dans les contenus mêmes des œuvres. « L’élitisme masculin », constatait Ursula K. Le Guin elle-même (2016, p. 135), « sévit de manière endémique dans la science-fiction ». Le peu de personnages de femmes mis en scène, leur passivité et leur cantonnement à quelques traits de caractère codés comme traditionnellement féminins (Élodie Hommel, 2017, p. 267) peuvent être mis en cause par les lecteur·ice·s qui font montre d’une distance critique aiguisée par le recours à des grilles de lecture genrées. Le Guin se montre, à ce titre, particulièrement virulente, lorsqu’elle déplore que « [l]a science-fiction a complètement ignoré les femmes, ou bien les a présentées comme des sortes de poupées qui couinent tandis qu’elles se font violer par des monstres » (Le Guin, 2016, p. 135), et voit en cela « un vulgaire patriarcat, digne de babouins » (ibid., p. 140).

  • 6 Merrick (2009, p. 44) explique que, bien qu’il y ait eu une impression d’« invasion » féminine dans (...)
  • 7 Terme anglophone désignant les fans féminines, présent dans la Fancyclopédia de 1944 (Merrick, 2009 (...)

9Lorsque des femmes manifestaient leur intérêt pour la SF dans les années 1940 à 19706 – voire plus tard –, il était automatiquement supposé qu’elles avaient accédé aux œuvres et développé leur goût par le truchement d’un homme de leur entourage : frère, petit ami ou mari (Bacon-Smith, 1992, p. 17 ; Merrick, 2009, p. 42). Pourtant, dans les faits, beaucoup de « fannes »7 existaient « par elles-mêmes », sans se définir par leur rapport à un fan masculin. Quoique longtemps reléguées à la marge des lectorats, ces amatrices de SF ont été présentes bien avant d’acquérir une visibilité. S’il est malaisé de dater précisément le début du phénomène, c’est parce que leurs incursions sur les territoires science-fictionnels ont été vues d’un très mauvais œil par les publics masculins soucieux de préserver leur entre-soi (Merrick 2009, p. 41 et 72). Cette logique de rejet est constitutive de l’une des questions soulevées par les fan studies, exprimée notamment par Henry Jenkins (2015) lorsqu’il dit qu’une communauté de fans ne doit pas toujours être envisagée « comme lieu de résistance culturelle mais aussi comme un lieu qui exclut systématiquement et structurellement certains groupes d’une participation pertinente et complète ». Partant, les fandoms féminins de SF ont dû se construire en opposition à ceux monopolisés par les hommes, dans une forme de clandestinité (Bacon-Smith, 1992, p. 4-5).

10Pour les lectrices et spectatrices de science-fiction des années 1950 à 1970 comme des décennies ultérieures, ces pratiques de prédilection, et les activités créatrices qu’elles génèrent, revêtent des enjeux féministes de différents degrés. J’identifierai à un premier niveau un processus d’« émancipation par la lecture », pour faire écho au titre d’un ouvrage de Viviane Albenga (2017). Celle-ci avance en effet que « la lecture est dotée d’un pouvoir de salut, de survie face aux aléas de la vie, voire d’émancipation à l’égard des rapports sociaux et politiques de domination » (Albenga, 2017, p. 15). À plus forte raison, l’on devine que les qualités intrinsèques aux genres de l’imaginaire, dont la SF fait partie, en font un matériau très propice à l’évasion, à l’immersion dans des univers dépaysants qui promettent une rupture avec le quotidien. Cette immersion revêt des enjeux différents de ceux expérimentés par le lectorat masculin : la relation à la science-fiction est socialement située et dotée de spécificités genrées. Comme l’explique par exemple Élodie Hommel :

De nombreuses études de sociologie de la réception ont montré qu’on ne lit pas de la même façon selon que l’on est une fille ou un garçon, un homme ou une femme. Les façons de lire et les intérêts de lecture sont marqués par le genre des lecteurs et lectrices. (2017, p. 245) 

11Conséquemment, le second enjeu féministe de la SF concerne les contenus qui lui sont propres. La science-fiction est dotée dans son essence d’un potentiel féministe pour qui veut bien l’y voir, en particulier dans les œuvres qui ont des autrices. La science-fiction féministe a une capacité à « projeter des futurs potentiels et à construire des mondes, projet qui lui est spécifique et qui n’est pas celui de la littérature générale », pour le dire comme l’essayiste ïan Larue (2018, p. 18). La « puissance heuristique de la fiction » (Allard, 2007, p. 20) permet à la SF de prendre en charge des questions sociales relatives au genre, dont le binarisme et la hiérarchie qui en découle peuvent être abolis, notamment dans des récits utopiques (tels que ceux d’Ursula K. le Guin). Les dystopies explorent pour leur part les dérives possibles des contextes sociopolitiques (bien réels) dont elles sont issues ; sur l’axe du genre, elles permettent par exemple d’aborder le contrôle des corps, la sujétion féminine, les droits reproductifs, comme le fait La Servante écarlate.

12Bien qu’il ne s’agisse pas du seul mode d’investissement dans ces histoires, l’identification aux personnages qui peuplent ces univers imaginaires participe également de l’« émancipation par la lecture », voire d’un empowerment féminin. Est tout particulièrement concernée l’identification à des personnages de femmes « fortes » et indépendantes, tels que ceux que l’on trouve dans les romans des autrices choisies pour ma démonstration (les « Amazones Libres » chez Zimmer Bradley, par exemple). « Si les personnages féminins non traditionnels sont appréciés par les lectrices interrogées, c’est notamment car ils permettent une identification positive. L’identification aux personnages joue un rôle notable dans l’appréciation d’un roman », écrit ainsi Élodie Hommel (2017, p. 271) dans sa thèse consacrée aux réceptions françaises de romans de science-fiction. Lorsque les figures féminines ne constituent pas des points d’accroche identificatoires satisfaisants, les lectrices peuvent se tourner vers des protagonistes masculins pour pallier cette lacune.

13De fait, malgré l’émergence et le développement d’une science-fiction féministe à partir des années 1970, la SF prise au sens large reste souvent envisagée comme une chasse gardée masculine. Le troisième niveau d’engagements faniques féministes vis-à-vis du genre, engagements plus concrètement actifs que les précédents, réside justement dans une organisation collective en contrepoint des sociabilités masculines tissées autour de leurs œuvres de prédilection. Les fannes ont mis en place leurs propres pratiques de regroupements communautaires, leurs fan-clubs, leurs newsletters proprement féminines. L’une des premières formes collaboratives d’activités menées par les femmes fans de SF dès les années 1950 furent ainsi des fanzines, journaux amateurs à parution plus ou moins régulière, proposant des critiques féministes d’œuvres, des nouvelles originales, des dessins et des informations relatives aux liens sociaux qui se nouaient au sein des fan-clubs féminins (correspondances publiques, organisation de conventions, etc.). Le principe du fanzine, bien sûr, n’est pas propre aux réceptions engagées féministes de la SF : cette pratique est également répandue dans les cercles masculins. Toutefois, ces derniers, on le sait, avaient une forte propension à exclure les lectrices et à disqualifier leurs interprétations (socialement situées) du genre science-fictionnel. C’est donc en réaction à un phénomène de rejet que furent créés des fanzines de SF féminins et porteurs de messages féministes. L’un des premiers fanzines labellisés « femmes-fans » fut Vertical Horizons en Australie (apparu en 1952). Suivirent Femzine aux USA et Femizine au Royaume-Uni, également dans les années 1950 et jusqu’au début des années 60 (Merrick, 2009, p. 84-85). Dans les années 1970, toujours selon Merrick (2009, p. 115), deux grands titres de fanzines se distinguèrent à un moment où la SF féministe gagnait en visibilité : The Witch and the Chameleon (WatCh) et Janus.

  • 8 Les traces de ces échanges sont présentes sur le Wiki fanlore.org, sous les entrées « Darkover Land (...)
  • 9 https://www.themarysue.com/
  • 10 https://www.geekywoman.com/

14L’une des particularités des fanzines, ici féminins et féministes, est la convergence qu’ils permettent entre autrices et réceptrices, la frontière entre ces deux statuts pouvant être brouillée. Le Volume 4 – Numéro 1 de Janus (Printemps 1978) inclut ainsi un texte d’Ursula K. Le Guin consacré à une autre autrice et fan de SF, Vonda McIntyre. Une contributrice pouvait par ailleurs publier sa critique féministe d’une œuvre de science-fiction et recevoir une réponse de la romancière visée, l’un et l’autre texte étant publiés dans des numéros différents du même magazine amateur. Un exemple parvenu jusqu’à nous8 porte sur le premier tome de La Romance de Ténébreuse, intitulé Soleil Sanglant. Dans le numéro 2 (Novembre 1974) de WatCh, Vonda McIntyre reprochait à ce livre de traduire une détestation du mouvement féministe et de traiter de manière inadéquate des problématiques féminines (relatives à la contraception, à l’avortement et à la réduction des corps féminins à des fonctions reproductives notamment). Dans les opus suivants du même fanzine, furent publiées plusieurs lettres de réponse à McIntyre, y compris une de la part de Zimmer Bradley elle-même en avril 1975 (où elle se défend d’être pro- comme antiféministe). Les fanzines apparaissent, en conséquence, comme des forums où des réflexions sur l’articulation entre droits des femmes et science-fiction se construisent de manière collective et polysémique. De nos jours, avec l’avènement du Net, le relais a été pris par des sites participatifs qui se donnent pour mission d’analyser la culture populaire et les genres de l’imaginaire (dont la SF) au prisme du genre et de valeurs féministes : citons par exemple The Mary Sue9 et Geeky Woman Magazine10.

  • 11 Les fanzines sont des magazines édités par des amateurs, les fanfictions des récits qui reprennent (...)
  • 12 Abercrombie et Longhurst expliquent ainsi que le fait de s’approprier un média « implique aussi l’a (...)

15Enfin, outre la réalisation collective de fanzines, les engagements féminins et féministes des amatrices de SF constituent un large éventail de pratiques d’appropriation des œuvres. Ces pratiques englobent toute une gamme d’activités visant à produire des « créations dérivées » (Sébastien François, 2013, p. 10) à partir d’œuvres préexistantes. Ces « reflet[s] de l’engagement d’une partie de leurs publics » (ibid.) comprennent fanfictions, fanarts, fanvids, cosplays11, composition de chansons, confection de bijoux et d’objets variés. Si les créations dérivées ne sont pas l’apanage des fans-femmes et/ou féministes, elles vont pouvoir devenir les vecteurs d’expressions identitaires féminines, voire de revendications relatives à la cause des femmes. De fait, les pratiques faniques dérivées des réceptions féminines de la SF peuvent endosser des enjeux d’empowerment, à la fois dans leur réalisation (en cela qu’elles attestent d’un « développement de compétences »12 dans ces franges du public) et dans leurs contenus eux-mêmes.

Les activités créatrices des fannes de SF comme vecteurs d’empowerment féminin et de revendications militantes

16Les activités faniques peuvent constituer des formes de résistance à des messages porteurs d’une idéologie dominante (Abercrombie et Longhurst, 1998, p. 121 ; Jenkins, 2013, p. 284). En l’occurrence, certaines créations dérivées produites par des femmes fans de science-fiction sont à envisager comme des lieux de contestation de la domination hégémonique propre au système patriarcal.

  • 13 Ma recherche par mots-clés s’est appuyée sur des combinaisons des termes suivants : Ursula Le Guin (...)
  • 14 Google et DuckDuckGo.
  • 15 Twitter, Facebook, Instagram, Tumblr, Pinterest et DeviantArt.
  • 16 Fanlore.org
  • 17 Fanfiction.net, Archiveofourown.org
  • 18 Etsy, Society6.
  • 19 Le terme de « canon », pour le dire très vite, désigne l’ensemble des éléments qui appartiennent «  (...)
  • 20 Il est par ailleurs arrivé que Marion Zimmer Bradley utilise des fanfictions situées dans l’univers (...)

17Je proposerai ainsi l’étude qualitative d’un corpus de créations de fans autour d’œuvres de SF d’Ursula K. Le Guin, Marion Zimmer Bradley et Margaret Atwood, créations qui ont pour spécificité de ne pas simplement attester un intérêt pour les romans d’origine, mais à l’inverse de s’inscrire dans ce que Laure Bereni (2012) nomme « l’espace de la cause des femmes ». J’ai assemblé ce corpus au cours des mois de décembre 2018 et janvier 2019, principalement sur le Net, via des combinaisons de mots-clés13 sur différents moteurs de recherche14, réseaux sociaux15, encyclopédies en ligne (ou « Wiki »)16, sites de fanfictions17 et plateformes de vente d’objets créatifs18. La principale exception à cette « quête 2.0 » réside dans un ensemble de fanfictions situées dans le monde de Ténébreuse (Darkover) créé par Marion Zimmer-Bradley, qui furent publiées sous forme d’anthologies, les ouvrages ayant été coordonnés par Zimmer Bradley elle-même et incorporés au canon19 de la saga20.

18Comme les fanzines, les fanfictions (ou « fanfics ») sont des moyens expressifs à travers lesquels s’opère une prise de distance – possiblement critique – avec l’œuvre de départ, ainsi qu’une appropriation du texte. Or, cette pratique est dotée d’une dimension éminemment genrée : Henry Jenkins (2015) rappelle ainsi « l’importance de la science-fiction pour débattre à l’intérieur de la seconde vague féministe et savoir si la fan fiction est une forme d’écriture propre aux femmes ». Dans sa thèse consacrée aux fanfictions, Sébastien François (2013, p. 241) évoque l’importante « ‘domination’ féminine » dans cette branche de créations dérivées, à l’époque des fanzines papier comme de nos jours sur le Net. Le phénomène tient notamment au fait qu’« à l’époque des fanzines, […] les fanfictions ont représenté une niche pour exister aux côtés des fans hommes qui contrôlaient les autres activités » (Sébastien François, 2013, p. 245). De fait, la pratique même de cette écriture fanique tiendrait en partie, à l’origine, de l’émancipation féminine et de la résistance féministe contre l’exercice d’un pouvoir masculin, indépendamment des contenus produits. Si l’on passe en revue les biographies des auteur·ice·s de textes dérivés du cycle de Ténébreuse de Zimmer Bradley, il apparaît en effet que le genre féminin prédomine largement, à tel point que la rareté des auteurs est parfois évoquée explicitement. De nos jours, les fanfictions qui fleurissent sur la Toile sont toujours très majoritairement dotées d’autrices (et de lectrices), comme l’atteste la thèse de Sébastien François.

19Lorsqu’elles sont tirées de romans de SF féministe, les fanfictions peuvent s’emparer de personnages féminins valorisants et de thèmes qui vont dans le sens de la défense de la cause des femmes. L’une des six anthologies traduites en français de fanfictions dérivées de La Romance de Ténébreuse, par exemple, s’intitule Les Amazones libres. Elle est centrée sur la guilde du même nom imaginée par Zimmer Bradley, spécifiquement féminine, composée de guerrières indépendantes qui portent cheveux courts, pantalons et dagues à la ceinture.

  • 21 Par Margaret L. Carter.
  • 22 Don psychique dont bénéficient les familles nobles sur la planète Ténébreuse.

20Les récits faniques qui gravitent autour de cette collectivité féminine déploient ainsi des épisodes de sa constitution, évoquent les raisons et manières dont des femmes choisissent de la rejoindre ou de la quitter. Entre autres exemples, la nouvelle « Son propre sang »21 se focalise sur une adolescente de quinze ans qui, après avoir été longtemps maltraitée par son beau-père, est engagée comme servante dans la demeure de son véritable père, un aristocrate dont elle est l’enfant naturelle. Ce dernier, cependant, ne lui porte un intérêt que parce qu’elle jouit d’un don de guérisseuse qui la rend capable de protéger l’héritier du domaine, un petit garçon hémophile. La jeune fille, ne se satisfait pas de cette situation et choisit de prendre son destin en main en devenant une Amazone libre. L’autrice décrit ainsi le basculement mental qui permet à sa protagoniste de faire ensuite montre de détermination et d’une capacité d’agir : « Gwennis pensa un moment à Dom Elric, qui […] s’intéressait à elle uniquement à cause des avantages de son laran22 récemment découvert. Pas plus que son beau-père, il ne s’intéressait à elle en tant que personne. Tandis que les Amazones lui donneraient l’occasion de découvrir qui elle était. » Quelques pages plus loin, la nouvelle se termine par ces mots : « – Alors, j’irai à la Maison de la Guilde. Et je reviendrai, si Dom Elric veut bien de moi, pour aider mon demi-frère – après avoir trouvé ma propre voie. » Ces deux courts passages mettent en lumière la quête identitaire d’un personnage féminin aux prises avec un système patriarcal rigide (ici incarné par les figures paternelles successives), ainsi que les décisions concrètes qu’elle prend pour infléchir sa trajectoire.

  • 23 Son autrice, Roxana Pierson, semble avoir puisé dans son propre vécu pour imaginer ce récit : sa mi (...)

21Les membres de la Guilde des Amazones ne sont pas les seuls personnages féminins qui font l’objet d’appropriations faniques de l’œuvre de Zimmer Bradley s’inscrivant dans l’espace de la cause des femmes. D’autres autrices de nouvelles vont préférer imaginer des personnages qui jouent un rôle genré plus traditionnellement féminin dans la société médiévale-fantastique de la planète Ténébreuse, mais qui sont aussi capables de résister à un pouvoir masculin. Le recueil Les Amazones Libres s’ouvre ainsi sur un court texte intitulé « Piqué des vers »23, où une très jeune femme mariée de force à un vieillard violent subvertit la domination de ce dernier en lui faisant croire, elle aussi grâce à un don psychique, que sa nourriture et son environnement grouillent d’insectes.

  • 24 Les recueils de nouvelles situées dans la diégèse de Darkover avaient été publiés entre 1985 et 199 (...)
  • 25 On recense ainsi quelques 805 000 contributions sur Fanfiction.net et près de 200 000 sur Archiveso (...)
  • 26 Par Leaf Litter ; https://archiveofourown.org/works/600199/chapters/1082511 (dernière consultation (...)
  • 27 Other Dances, par Miss M ; https://archiveofourown.org/works/30212 ?show_comments =true#comments (d (...)
  • 28 « J’ai particulièrement apprécié le fait que tu aies mis l’accent sur la façon dont Tenar choisit s (...)
  • 29 « J’adore ! Tenar sera toujours l’un de mes personnages préférés, elle est si forte […] » ; comment (...)
  • 30 « C’est vraiment charmant ; tu as fait un très bon boulot sur Tenar, Tehanu et le destin des femmes (...)
  • 31 À ce titre, mon corpus n’est pas représentatif de toutes les fanfictions de SF féministes : beaucou (...)

22Plus récemment24, les plateformes de partage de fanfictions en ligne ont permis à cette pratique créative de gagner en visibilité et en accessibilité. Quoiqu’elles soient bien minoritaires comparées aux univers les plus populaires25, des histoires tirées des œuvres des trois autrices que j’ai retenues ont trouvé leur place sur Fanfiction.net et Archivesofourown.org. Ici encore, elles offrent des espaces de développement pour des personnages féminins dotés de compétences, d’une agency, auxquels on offre de nouveaux arcs narratifs inspirants. La fanfic Living the revolution26, par exemple, développe un personnage de femme révolutionnaire anarchiste imaginé au départ par Ursula K. Le Guin pour sa nouvelle « The Day Before The Revolution » (1974). Ce récit dérivé met précisément l’accent sur les thèmes du soulèvement et de la prise en charge d’un mouvement militant par des femmes sur la planète Urras. Si l’on peut voir dans des textes de ce genre un prolongement des enjeux féministes déjà présents dans le matériau de départ, les commentaires déposés par les lecteur.ice.s sur la plateforme viennent eux aussi faire écho à l’importance de ces questions à la fois identitaires et sociales. Ainsi, parmi les avis laissés sous une autre fanfiction27 tirée de l’œuvre de Le Guin (ici, le cycle des Contes de Terremer, Earthsea en anglais) et intitulée Other Dances, plusieurs personnes s’enthousiasment : « I particularly love your emphasis that Tenar chose her own fate the best she could--not a point that’s made often enough ! »28 ; « Love this ! Tenar will always be one of my favorite characters ; she’s so strong […] »29 ; « This is really lovely ; you’ve done a great job with Tenar and Tehanu and the fate of women/women choosing their own fate in the books. »30 De fait, les fanfictions à coloration féministe tirées des ouvrages de SFFF des autrices de mon corpus se présentent comme des lieux d’exploration – de façon plus ou moins explicitement revendiquée – d’enjeux liés à la cause des femmes, à leur agentivité, aux moyens dont elles disposent pour contrebalancer un pouvoir patriarcal ou accéder à un rôle politique. Cela est permis par les fictions originelles, lesquelles fournissent des personnages et organisations sociales à-même de traiter de ces problématiques genrées31.

23Parallèlement aux fanfictions, les pratiques faniques incluent un ensemble hétéroclite de créations dérivées réunies sous l’appellation de « fanarts ». Dans son acception la plus courante, le terme renvoie à des dessins ou peintures représentant des personnages (ou des lieux) issus d’une fiction préexistante. En réalité toutefois, ces activités créatrices graphiques reposent sur des techniques d’une grande variété. J’y inclus donc des œuvres visuelles telles que des photomontages ou des collages. Des fanarts étaient déjà présents dans les fanzines de la seconde moitié du xxe siècle ; avec l’avènement du Net et des cultures participatives en ligne, cette pratique a gagné en visibilité et en diffusibilité.

  • 32 Par exemple : https://www.deviantart.com/devilevn/art/A-Wizard-of-Earthsea-411596623
  • 33 Par exemple : https://www.deviantart.com/devilevn/art/Estraven-and-Genly-Ai-353841427
  • 34 Par exemple : https://www.deviantart.com/dejan-delic/art/Nolite-Te-Bastardes-Carborundorum-74691221 (...)
  • 35 Par exemple : https://www.deviantart.com/volcannah/art/The-Mausoleum-at-Hali-150454165

24Comme pour les fanfics, les créations « fanartistiques » peuvent être un accomplissement, voire une source d’empowerment, dans leur réalisation même, puisqu’elles participent d’un gain et d’un déploiement de compétences chez leurs auteur·ice·s. Toutes ne sont pas porteuses, loin de là, de messages engagés ni de revendications sociopolitiques explicites : elles peuvent avoir pour fonction principale de donner une matérialité, une apparence concrète, à des lieux ou des personnages qui n’existent qu’à travers les mots des romancier·e·s. Au cours de ma recherche, j’ai ainsi pu rencontrer quelques représentations de protagonistes créés par les autrices choisies, tels que Ged32 (de la série Terremer d’Ursula K. Le Guin) ou Estraven et Genly Ai33 (de La Main Gauche de la nuit), des scènes de La Servante écarlate de Margaret Atwood34 ou des paysages inspirés par la planète Ténébreuse dans le cycle de Marion Zimmer Bradley35. Mais ces créations peuvent également véhiculer des idéaux politiques, devenant alors des formes d’expression militante.

  • 36 Par exemple : https://www.pinterest.fr/pin/478437160390829854/
  • 37 Le site de vente par des particuliers Etsy, par exemple, propose quantité de T-shirts, bracelets, b (...)
  • 38 https://www.pinterest.fr/pin/587719820097996646/
  • 39 https://www.facebook.com/hulu/photos/ms.c.eJxty8EJACAMA8CNpJGWJPsvJr6E4PfgUJhpldoiIS08sVOknVIp~ ;Kw (...)

25L’imagerie percutante de La Servante écarlate, associée à des thèmes encore largement d’actualité, font de cette œuvre (remise sur le devant de la scène par son adaptation à la télévision en 2017) un support idéal pour des appropriations explicitement féministes. De nombreux dessins, montages et collages vont ainsi reproduire les robes rouges et cornettes blanches des « Servantes », ces femmes réduites en esclavage, condamnées à être violées et à porter les enfants de leurs « propriétaires » dans la dystopie imaginée par Margaret Atwood. Les créations « fanartistiques » dérivées de cette œuvre peuvent traduire par le dessin (pour la dénoncer) la violence de la condition des Servantes, en jouant par exemple sur la proximité chromatique entre leurs robes et le sang, ou en introduisant des éléments emblématiques de leur enfermement et des dangers qui les guettent : fils de fer barbelés, murs de briques36, cordes prêtes pour une pendaison… Mais la vocation féministe de ces fanarts gagne en clarté lorsqu’ils s’accompagnent de messages écrits. La maxime en latin de cuisine issue de La Servante écarlate, « Nolite te bastardes carborundorum » (« Ne laisse pas les salauds te broyer »), est ainsi fréquemment reprise comme un slogan incitant les femmes du « monde réel » à résister contre le patriarcat. Outre les dessins, de nombreux objets dérivés, des vêtements et des bijoux notamment, en sont ornés37. Les créations inspirées par le roman d’Atwood (et de la série télévisée) arborent aussi, de manière plus ponctuelle, d’autres petites phrases qui vont dans le sens de la défense des droits des femmes : par exemple, « I intend to survive » (« Je compte survivre »), « They should never have given us uniforms if they didn’t want us to be an army »38 (« Ils n’auraient jamais dû nous donner d’uniformes s’ils ne voulaient pas que nous formions une armée ») ou « You are not alone »39 (« Tu n’es pas seule ») pour traduire des vœux de lutte contre le patriarcat et de solidarité sororale.

  • 40 « Nous sommes des volcans. Lorsque nous, femmes, offrons notre expérience comme notre vérité, comme (...)
  • 41 « Le pouvoir du harceleur, de l’abuseur, du violeur, dépend avant tout du silence des femmes ». Voi (...)
  • 42 « Les femmes âgées sont différentes du reste du monde : elles disent ce qu’elles pensent ».

26Il est moins aisé de trouver des fanarts explicitement féministes issus des œuvres d’Ursula K. Le Guin ou de Marion Zimmer Bradley. Toutefois, mes investigations en ligne m’ont permis de relever quelques réalisations à inclure dans mon corpus, en particulier concernant Le Guin. En effet, de petites créations visuelles fleurissent sur les réseaux sociaux et sites de micro-blogging, qui associent (parfois) à des images des citations des autrices choisies, issues soit d’un de leurs romans, soit de propos qu’elles ont pu tenir par ailleurs, dans des interviews ou des essais. Quelques-unes de ces citations s’inscrivent plus particulièrement dans la « cause des femmes ». J’ai observé par exemple la popularité de la citation d’Ursula K. Le Guin « We are volcanoes. When we women offer our experience as our truth, as human truth, all the maps change. There are new mountains »40; j’ai également relevé « The power of the harasser, the abuser, the rapist depends above all on the silence of women »41 et « Old women are different from everyone else : they say what they think »42. Ces petites créations, parfois accompagnées de portraits de Le Guin, peuvent prêter à sourire, sembler anodines et superficielles. Il est cependant intéressant de constater que, comme d’autres de la même autrice (relatives par exemple à la libération par l’imagination, par l’importance d’être soi-même, etc.), elles sont diffusées, commentées par les internautes les trouvant inspirantes, et mises en réseau par un système de hashtags (ou mots-dièses) qui les relient à une quantité d’autres contenus : #feminism, #womenswriting, #écritureféminine, par exemple. Pour cette raison, je considère ces créations dérivées comme autant d’objets qui s’inscrivent dans une constellation d’ « appropriations ordinaires des idées féministes » (expression de d’Albenga et Jacquemart, 2015), qui contribuent à tisser du lien entre des femmes et à faire germer dans les esprits un sentiment diffus d’appartenance à une même communauté fondée sur l’identité féminine. J’y vois, comme dans certaines pratiques de lecture propres aux femmes, une « subversion douce » du patriarcat, pour reprendre les mots de Nelly Quemener.

  • 43 https://www.nytimes.com/2017/06/30/us/handmaids-protests-abortion.html
  • 44 https://www.theguardian.com/world/2018/aug/03/how-the-handmaids-tale-dressed-protests-across-the-wo (...)

27Si ces revendications peuvent paraître peu politisées et somme toute inoffensives, j’achèverai cependant mon panorama des créations dérivées féministes science-fictionnelles en évoquant des actions plus concrètes de la part de certaines militantes. La pop-culture, en effet, peut servir de support à des engagements sociopolitiques bien réels, qui ont donné lieu au néologisme de « fanactivisme » (Jenkins et Shresthova, 2012). En l’occurrence, des femmes investies dans des luttes concernant notamment l’accès à l’avortement et les droits reproductifs ont arboré des costumes de Servantes lors de manifestations contre certaines décisions : entre autres exemples, des États-uniennes ont revêtu les robes rouges et chapeaux blancs imaginés par Margaret Atwood et défilé devant le Capitole pour protester contre la baisse de subventions pour le Planning familial43. Des militantes de plusieurs autres pays ont recouru à la même stratégie pour diffuser leurs messages de lutte contre l’oppression patriarcale44.

Conclusion

28Cette étude a permis de rappeler que, en dépit de certaines représentations tenaces relatives au « portrait-robot » du « vrai » fan de science-fiction (toujours supposé masculin), ce genre pluri-médiatique faisait l’objet de lectures passionnées et d’appropriations créatives de la part de publics féminins. L’émergence d’une SF féministe dans les années 1970, en réaction à une surreprésentation des hommes du côté des auteurs comme des communautés de récepteurs, y est bien sûr pour beaucoup. La propension de la science-fiction à créer des mondes différents du nôtre, de projeter des possibles, tout en abordant des sujets propres à nos sociétés, en fait un lieu porteur d’un réel potentiel féministe. Mais les articulations entre récits futuristes et défense de la cause des femmes sont loin de se cantonner à un secteur de niche sur le marché éditorial. Tout au contraire, c’est parfois dans le sexisme inhérent aux œuvres d’origine que les fannes vont puiser un matériau à détourner et à s’approprier pour défendre leurs propres intérêts. Ce faisant, elles mettent en place des « tactiques de réception » qui leur permettent de contourner la lecture hégémonique (au sens de Stuart Hall).

  • 45 Fandom functions as an alternative social community (ma traduction).
  • 46 Merrick évoque notamment à ce sujet « les ramifications culturelles des lectrices qui accèdent aux (...)

29L’approche croisée de la science-fiction féministe, au carrefour des gender et des fan studies, permet de mettre en exergue le fait que « les fandoms fonctionnent comme des communautés sociales alternatives »45 (Jenkins, 2013, p. 280), dont les membres peuvent soulever des questions identitaires relatives à leur genre, leur orientation sexuelle, entre autres (ibid., p. 283). Construits en marge de la culture dominante, hégémonique et masculine, les cercles de fannes de SF sont des lieux où se tissent des liens de solidarité et de sororité fondés sur des affinités et des modèles culturels communs. Des sociabilités s’y nouent, notamment autour de conventions ou de fanzines spécifiquement féminins où tombent les frontières hiérarchiques entre autrices et lectrices. Loin de se replier sur des mondes imaginaires, des utopies qui leur permettraient de fuir la réalité, les femmes-fans vont à l’inverse s’adosser à leur goût pour une fiction commune afin de mettre en place une praxis féministe qui pourra, dans un second temps, toucher un public plus large (Merrick, 2009, p. 33)46. L’étude des fandoms de trois autrices majeures de la SF féministe, Ursula K. Le Guin, Marion Zimmer Bradley et Margaret Atwood, a permis d’illustrer quelques-unes des manières dont les réceptions actives et engagées de leurs œuvres étaient sources d’empowerment féminin : les créations dérivées faniques, notamment, permettent à la fois un développement de compétences, une appropriation des œuvres et un réinvestissement du matériau de départ à des fins militantes. Les paratextes ainsi que les espaces d’échange, de partage et de commentaires (des fanzines aux sites Internet) offrent pour leur part des lieux de convergence et d’enrichissement des réflexions autour d’autrices comme de personnages féminins inspirants qui deviennent parfois des modèles, des sources d’inspiration. A ce titre, les communautés de fans sont bel et bien, comme l’écrit Henry Jenkins (2015), « un espace alternatif pour débattre des philosophies politiques et imaginer le changement social ». 

Haut de page

Bibliographie

Abercrombie Nicholas et Longhurst Brian, Audiences, Londres : Sage Publications, 1998.

Albenga Viviane, S’émanciper par la lecture. Genre, classe et usages sociaux des livres, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2017, coll. « Le Sens social ».

Albenga Viviane et Jacquemart Alban, « Pour une approche microsociologique des idées politiques. Les Appropriations ordinaires des idées féministes », Politix n° 109, vol. 28, 2015, p. 7-20.

Allard Laurence, « À propos du Manifeste cyborg, d’Ecce Homo et de La Promesse des monstres, ou comment Haraway n’a jamais été posthumaniste », in Donna Haraway, Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – Fictions – Féminismes. Paris : Exils Éditeurs, 2007, coll. « Essais », p. 19-28.

Ang Ien, Watching Dallas, Londres : Routledge, 1991.

Bacon-Smith Camille, Enterprising Women. Television Fandom and the Creation of Popular Myth, Philadelphie: University of Pennsylvania Press, 1992.

Bereni Laure, « Penser la transversalité des mobilisations féministes : l’espace de la cause des femmes », in Christine Bard (dir.), Les Féministes de la deuxième vague, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 27-41.

Bourdaa Mélanie, « ‘Je suis un fan et je ferai tout pour ma série’ : les figures des fans prescripteurs », in B. Chapelain et S. Ducas (dir.), Prescription culturelle : avatars et métamorphoses, Villeurbanne : Presses de l’Enssib, 2018, p. 287-300. 

Certeau Michel de, L’Invention du quotidien. I. Arts de faire, Paris : Union générale d’édition, 1980.

Cervulle Maxime et Quemener Nelly, Cultural Studies. Théories et méthodes, Paris : Armand Colin, 2015, coll. « 128 ».

Fish Stanley, Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives (traduction française de Is There a Text in This Class ? The Authority of Interpretive Communities, 1982), Paris, Les Prairies ordinaires, 2007, coll. « Penser/Croiser ».

François Sébastien, Les Créations dérivées comme modalités de l’engagement des publics médiatiques : le cas des fanfictions sur Internet, thèse de doctorat en Science économiques et sociales sous la direction de Pasquier Dominique, Télécom Paris Tech, 2013.

Hall Stuart, « Encoding/Decoding », in Stuart Hall et al. (dir.), Culture, Media, Language, Londres: Hutchinson, 1980.

Hommel Élodie, Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire, thèse de doctorat en Sociologie sous la direction de Détrez Christine, École Normale Supérieure de Lyon, 2017.

Jenkins Henry et Shresthova Sangita, « Up, up, and away! The power and potential of fan activism », Transformative works and cultures, n° 10, 2012.

Jenkins Henry, Textual Poachers. Television fans and participatory culture [1992], New York et Londres: Routledge, 2013.

Jenkins Henry, « Panorama historique des études de fans », traduit de l’anglais (États-Unis) par Mélanie Bourdaa, Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], n° 7, 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 12 novembre 2018. URL: http://journals.openedition.org/rfsic/1645

Larue ïan, Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe, Paris : Cambourakis, 2018.

Le Grignou Brigitte, Du Côté du public. Usages et réceptions de la télévision, Paris : Économica, 2003, coll. « Études politiques ».

Le Guin Ursula K., « La Science-fiction américaine et l’Autre » (« American SF and the Other », 1975), traduit de l’anglais (États-Unis) par Francis Guévremont, in Ursula K. Le Guin, Le Langage de la nuit, Bussy-Saint-Martin : Aux Forges de Vulcain, 2016, coll. « Le Livre de poche », p. 135-141.

Mattelart Armand et Neveu Érik, Introduction aux Cultural Studies (3ème édition), Paris : La Découverte, 2018.

Merrick Helen, The Secret Feminist Cabal. A Cultural History of Science Fiction Feminisms, Seattle: Aqueduc Press, 2009.

Peyron David, La Culture geek, Limoges : Fyp, 2013.

Peyron David, « De la fake geek girl au vrai geek. L’appropriation des univers de fiction dans la culture geek, outil de la hiérarchisation genrée. », in Arnaud Alessandrin et Mélanie Bourdaa, Fan Studies, Gender Studies. La rencontre, Paris : Téraèdre, 2017, p. 63-84.

Quemener Nelly, « Ce que les fan studies font au genre, et inversement », in Arnaud Alessandrin et Mélanie Bourdaa, Fan Studies, Gender Studies. La rencontre, Paris : Téraèdre, 2017, p. 9-14.

Radway Janice, Reading the romance. Women, Patriarchy and Popular Literature, Chapel Hill: University of North Carolina Press, 1984.

Haut de page

Notes

1 La notion de « lecture » est à prendre ici dans une acception large : j’entends par ce terme aussi bien la consommation de livres, de journaux ou de bandes dessinées que de productions audiovisuelles.

2 La lecture hégémonique d’un message communicationnel coïncide avec le sens donné par les instances de production (ou « émetteurs »), tandis que la lecture oppositionnelle offre une interprétation qui diffère fortement du « code dominant ». Entre les deux, la lecture négociée comprend le sens hégémonique d’un message, mais se réserve une certaine « marge de manœuvre » dans l’interprétation qu’elle en fait.

3 David Peyron (2017, p. 65) explique ainsi que l’identité geek s’est largement construite à partir d’une hiérarchisation genrée qui excluait les femmes de ses cercles et s’opposait à elles.

4 Gain d’autonomie et de capacité d’agir.

5 Sur cette notion, voir Stanley Fish (2007).

6 Merrick (2009, p. 44) explique que, bien qu’il y ait eu une impression d’« invasion » féminine dans le champ de la SF dans les années 1970, les femmes étaient en réalité déjà présentes et investies dans les années 1950 et 1960.

7 Terme anglophone désignant les fans féminines, présent dans la Fancyclopédia de 1944 (Merrick, 2009, p. 43). Le néologisme « femme-fan » est lui aussi employé.

8 Les traces de ces échanges sont présentes sur le Wiki fanlore.org, sous les entrées « Darkover Landfall reviewed by Vonda N. McIntyre » (https://fanlore.org/wiki/Darkover_Landfall_reviewed_by_Vonda_N._McIntyre) et « The Witch and the Chameleon "Darkover Landfall" Letter by Marion Zimmer Bradley (April 1975) » (https://fanlore.org/wiki/The_Witch_and_the_Chameleon_ %22Darkover_Landfall %22_Letter_by_Marion_Zimmer_Bradley_(April_1975)).

9 https://www.themarysue.com/

10 https://www.geekywoman.com/

11 Les fanzines sont des magazines édités par des amateurs, les fanfictions des récits qui reprennent un univers et/ou des personnages préexistants, les fanarts des créations graphiques (dessins, peintures, collages), les fanvids des créations vidéo, les cosplays des costumes confectionnés et portés par des fans, reproduisant ceux que portent des personnages dans leurs fictions originelles.

12 Abercrombie et Longhurst expliquent ainsi que le fait de s’approprier un média « implique aussi l’apprentissage de savoirs-faires variés » (« the appropriation of the media also does involve the learning of skills of various kinds » ; Abercrombie et Longhurst, 1998, p. 119 [Ma traduction]).

13 Ma recherche par mots-clés s’est appuyée sur des combinaisons des termes suivants : Ursula Le Guin – Marion Zimmer Bradley – Margaret Atwood – féminisme – féministe – feminismfeminist – fanart – fanfiction – fanzine – fanclub - forum – Left Hand of Darkness – The Dispossessed – Earthsea – Darkover - Handmaid’s Tale – Nolite te bastardes carborundorum – Free Amazons – Quote.

14 Google et DuckDuckGo.

15 Twitter, Facebook, Instagram, Tumblr, Pinterest et DeviantArt.

16 Fanlore.org

17 Fanfiction.net, Archiveofourown.org

18 Etsy, Society6.

19 Le terme de « canon », pour le dire très vite, désigne l’ensemble des éléments qui appartiennent « officiellement » à une fiction, par opposition aux ajouts ou modifications apocryphes apportés par les fans.

20 Il est par ailleurs arrivé que Marion Zimmer Bradley utilise des fanfictions situées dans l’univers de Ténébreuse pour développer certains romans du cycle signés en son nom propre.

21 Par Margaret L. Carter.

22 Don psychique dont bénéficient les familles nobles sur la planète Ténébreuse.

23 Son autrice, Roxana Pierson, semble avoir puisé dans son propre vécu pour imaginer ce récit : sa mini-présentation en fin de recueil indique ainsi qu’elle avait un père apiculteur qui l’avait empêchée d’étudier parce qu’il « ne croyait pas à l’éducation des filles » et qu’elle « n’a pu aller à l’université qu’après un mariage désastreux ». Quoiqu’il s’agisse seulement d’une hypothèse, il semble pertinent de supposer que la lecture comme l’écriture de science-fiction ont constitué pour cette autrice une forme d’émancipation.

24 Les recueils de nouvelles situées dans la diégèse de Darkover avaient été publiés entre 1985 et 1993.

25 On recense ainsi quelques 805 000 contributions sur Fanfiction.net et près de 200 000 sur Archivesofourown.org consacrées à Harry Potter, pour ne prendre comme exemple que l’œuvre la plus représentée sur ces sites (dernière consultation le 23 avril 2019).

26 Par Leaf Litter ; https://archiveofourown.org/works/600199/chapters/1082511 (dernière consultation le 23 avril 2019)

27 Other Dances, par Miss M ; https://archiveofourown.org/works/30212 ?show_comments =true#comments (dernière consultation le 23 avril 2019)

28 « J’ai particulièrement apprécié le fait que tu aies mis l’accent sur la façon dont Tenar choisit son propre destin du mieux qu’elle peut – un aspect sur lequel on insiste trop peu souvent ! » ; commentaire laissé par Pipedreamer le 25 décembre 2009.

29 « J’adore ! Tenar sera toujours l’un de mes personnages préférés, elle est si forte […] » ; commentaire laissé par Ade le 25 décembre 2009.

30 « C’est vraiment charmant ; tu as fait un très bon boulot sur Tenar, Tehanu et le destin des femmes/les femmes qui choisissent leur propre destin dans les livres. » ; commentaire laissé par Eruthros le 29 décembre 2009.

31 À ce titre, mon corpus n’est pas représentatif de toutes les fanfictions de SF féministes : beaucoup de ces créations dérivées n’ont pas pour point de départ un matériau qui embrasse la cause des femmes. Cette pratique fanique correspond souvent à ce que Mélanie Bourdaa (2018, p. 287) appelle des « tactiques de réception » permettant de résoudre la tension entre fascination pour une production culturelle et frustration face au sexisme dont elle est porteuse. Il s’agit alors de s’approprier le texte originel en y modifiant les éléments insatisfaisants : par exemple, en y ajoutant des personnages féminins plus complexes et plus stimulants que ceux présents dans le récit officiel (voir par exemple Bacon-Smith, 1992, p. 150, au sujet de la série Star Trek).

32 Par exemple : https://www.deviantart.com/devilevn/art/A-Wizard-of-Earthsea-411596623

33 Par exemple : https://www.deviantart.com/devilevn/art/Estraven-and-Genly-Ai-353841427

34 Par exemple : https://www.deviantart.com/dejan-delic/art/Nolite-Te-Bastardes-Carborundorum-746912217

35 Par exemple : https://www.deviantart.com/volcannah/art/The-Mausoleum-at-Hali-150454165

36 Par exemple : https://www.pinterest.fr/pin/478437160390829854/

37 Le site de vente par des particuliers Etsy, par exemple, propose quantité de T-shirts, bracelets, broches ou encore de tasses qui reproduisent cette phrase.

38 https://www.pinterest.fr/pin/587719820097996646/

39 https://www.facebook.com/hulu/photos/ms.c.eJxty8EJACAMA8CNpJGWJPsvJr6E4PfgUJhpldoiIS08sVOknVIp~ ;KwU~_q4DTHoZog~-~-.bps.a.10155480849727188.1073741861.6500552187/10155480849877188/ ?type =1&theater

40 « Nous sommes des volcans. Lorsque nous, femmes, offrons notre expérience comme notre vérité, comme vérité humaine, toutes les cartes changent. De nouvelles montagnes apparaissent. » Voir par exemple : https://selfrescuingprincesssociety.blogspot.com/2015/10/quote-of-day-ursula-k-le-guin.html

41 « Le pouvoir du harceleur, de l’abuseur, du violeur, dépend avant tout du silence des femmes ». Voir : https://www.pinterest.fr/pin/326018460500489914/

42 « Les femmes âgées sont différentes du reste du monde : elles disent ce qu’elles pensent ».

43 https://www.nytimes.com/2017/06/30/us/handmaids-protests-abortion.html

44 https://www.theguardian.com/world/2018/aug/03/how-the-handmaids-tale-dressed-protests-across-the-world

45 Fandom functions as an alternative social community (ma traduction).

46 Merrick évoque notamment à ce sujet « les ramifications culturelles des lectrices qui accèdent aux idées et au langage scientifiques et technologiques », à partir desquelles elles peuvent créer « un espace féministe au sein du fandom de la SF, et ainsi changer leur communauté via des activités féministes » (ma traduction).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Breda, « Science-fiction féministe, des œuvres aux fans », ReS Futurae [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/resf/2271 ; DOI : 10.4000/resf.2271

Haut de page

Auteur

Hélène Breda

Hélène Breda est Maîtresse de conférences en Sciences de l’Information de de la Communication à l’Université Paris 13, au sein du LabSIC, et chercheuse associée à l’IRCAV. Ses recherches, qui embrassent à la fois des analyses de contenu d’œuvres et des études de réception, portent sur les relations entre médiacultures et appartenances identitaires. Ancrées dans le champ des cultural studies, elles questionnent les manières dont la fiction et les médias travaillent les imaginaires collectifs et sont, en retour, influencés par la société dont ils émanent. Ses travaux les plus récents se sont orientés du côté des nouvelles technologies d’information et de communication, en particulier des mobilisations militantes en ligne via des pratiques de « critiques féministes » d’œuvres.

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals