Navigation – Plan du site

Éditorial

Comité de rédaction de Res Futurae

Texte intégral

  • 1 Voir Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Le Seuil, (...)

1La science-fiction se présente plus que jamais, dans ce premier quart du xxie siècle, comme une culture globale et une réserve d’images et d’idées, sollicitée par tous, artistes ou entrepreneurs, pédagogues ou décideurs, pour sa capacité supposée à « ouvrir les possibles » et à projeter l’imagination dans un futur que l’on dit compromis1. La revue Res Futurae s’adapte à ce contexte culturel en concevant davantage de dossiers thématiques larges que de numéros monographiques, comme sa programmation jusqu’en 2022 peut le laisser voir. Elle n’abandonne pas pour autant l’un de ses objectifs fondateurs : documenter académiquement la lecture et l’interprétation des œuvres, par des dossiers consacrés à des auteurs et autrices — voire, dans l’avenir, à des œuvres-clés. On cherche ainsi à composer, petit à petit, un répertoire critique sur des figures marquantes de la vie littéraire et culturelle science-fictionnelle, d’expression française surtout mais pas exclusivement, au gré des spécialités de recherche ou de l’actualité. Ces deux raisons se sont combinées dans le présent numéro 13, qui accueille deux dossiers.

  • 2 Hommage de la rédaction : “Realist of a Larger Reality : Ursula K. Le Guin, 1929–2018”, Science Fic (...)
  • 3 Benjamin Hourcade, « Science-fiction : pourquoi il faut absolument lire Ursula Le Guin », Usbek & R (...)
  • 4 Programme du colloque international « Héritages d’Ursula Le Guin : Science, fiction et éthique pour (...)
  • 5 Parmi eux : Byrne Deirdre, « “What is not owned” : feminist strategies in Ursula L Le Guin’s poetry (...)

2Le premier est consacré à Ursula Kroeber Le Guin, autrice américaine majeure de la science-fiction du dernier quart du xxe siècle. Sa disparition en 2018 a généré une intense émotion2 mais aussi, en France tout du moins, une certaine perplexité exprimée par de jeunes lecteurs et amateurs de SF à qui ni son nom ni son œuvre n’étaient familiers3. Les hommages se sont doublés d’une (re)découverte, tant dans la presse culturelle grand public que dans la sphère universitaire ; en France, deux manifestations scientifiques ont témoigné de cet intérêt, avec deux orientations thématiques qui permettent d’approcher l’œuvre vaste de Le Guin (sans pour autant l’y réduire). En juin 2019 s’est tenu un colloque titré « Héritages d’Ursula Le Guin : Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène », co-organisé par l’École polytechnique et l’université Paris-3 Sorbonne Nouvelle4 ; en janvier, ce fut une journée d’études à l’université Paris-13 Villetaneuse, sous la direction de Magali Nachtergael et Valérie Stiénon, qui ont choisi une thématique féministe. Ce sont les travaux de celle-ci que publie Res Futurae, en parallèle du dossier Bordage prévu de plus longue date. C’est la première fois que la revue bouleverse son agenda de publication pour faire une place à un sujet d’actualité : nous voulons témoigner de cette manière l’importance que la stature de Le Guin et la richesse de son œuvre revêtent à nos yeux. Les deux responsables du dossier ont parfaitement rendu compte de l’une et de l’autre, en replaçant les travaux menés, à travers un état de la question fourni, dans la perspective d’une interprétation internationale qui remonte aux premières publications de l’autrice des Dépossédés, dès 1974. Les revues partenaires de Res Futurae, en particulier, ont été au premier rang de ces lectures critiques et ont mesuré l’évolution majeure que le féminisme faisait prendre à la SF : Science Fiction Studies a ménagé une place de choix à Le Guin : d’abord parce qu’elle fut de sa fondation, dès 1973, en signant un article sur Rêve de fer de Spinrad (cité par Aaron Santesso, traduit dans ce numéro de ReSF) ; puis, en tant que sujet de l’étude, en 1980, dans son dossier « Science-fiction on women, science-fiction by women » (« la SF sur les femmes, la SF par les femmes », n° 20), ainsi que dix ans plus tard, en 1990, dans le dossier « Science-fiction by women » (n° 51). Foundation, de son côté, a publié des articles sur les héros féminins, sur la poésie de Le Guin, ou sur l’écologie politique du Dit d’Aka5 : Res Futurae en traduira certains dans ses prochains numéros.

  • 6 Cédric Chauvin, Référence épique et modernité, Honoré Champion, « Bibliothèque de littérature génér (...)
  • 7 On peut lire l’archive de l’appel à textes sur le carnet de la revue, URL (29 juin 2019) : https:// (...)

3Le deuxième dossier de ce numéro s’attache à Pierre Bordage, un écrivain français populaire et constant, qui publie depuis le début des années 1990 une œuvre imposante. Les thèses de Cédric Chauvin et d’Isabelle Périer avaient évoqué cette œuvre, notamment sur le plan de la référence et des modèles épiques6 ; les quatre articles de notre dossier poursuivent l’approche, sans l’épuiser, en répondant notamment à deux axes que l’appel à textes souhaitait privilégier7 : d’une part une dimension stylistique, abordée ici par le jeu verbal des langages (patois et langues imaginaires) aussi bien que des artefacts textuels ; d’autre part, les expérimentations transmédiatiques qui étendent aux jeux vidéo et à la bande dessinée l’art du « conteur » que la critique littéraire reconnaît chez lui.

4Les deux traductions de ce numéro sont issues de Science Fiction Studies, et font converger des réflexions politiques sur la SF, souvent trop hâtivement considérée comme nécessairement progressiste. Un article un peu ancien de Bradford Lyau (1989) examine le catalogue des fictions sérielles du Fleuve Noir, dans la collection « Anticipation », comme l’expression des diverses réponses culturelles apportées à l’injonction de modernisation technocratique de la société française de l’après-guerre. Un article plus récent de Aaron Santesso débusque dans la SF même la plus progressiste les traces d’une matrice fasciste héritée de la culture des pulp magazines et des idéologies au sein desquelles elle s’est épanouie dans les années 30 (l’utopie raciale, en particulier, ou le mythe de l’homme providentiel incarnant une surhumanité futuriste). Le fait que Santesso choisisse précisément un roman de Le Guin pour servir d’exemple à son propos, The Telling (Le Dit d’Aaka), nous encouragera à poursuivre l’effort de traduction qui permettra de rendre accessibles en français toutes les options de cette discussion. La dimension politique et éthique de la science-fiction mérite en effet que l’on n’élude ni son héritage, ni la diversité de ses tendances, où l’on trouve aussi bien des Zadistes que des Suprémacistes. L’engouement actuel pour le genre peut aussi, si l’on n’y prend garde, nourrir un conservatisme inquiétant.

5Res Futurae fournira à ce débat autant d’arguments de méthode que possible, sans pour autant se réfugier derrière une neutralité formelle : comme on le voit en effet, les études de science-fiction constituent de toute évidence un des fronts sur lesquels la conscience des choix politiques qu’implique la lecture et la compréhension des textes vient aujourd’hui problématiser le fantasme de l’« objectivité scientifique ».

Haut de page

Notes

1 Voir Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris : Le Seuil, 2003 ; Baschet Jérôme, Défaire la tyrannie du présent, Paris : La Découverte, 2018.

2 Hommage de la rédaction : “Realist of a Larger Reality : Ursula K. Le Guin, 1929–2018”, Science Fiction Studies, vol. 45, No. 2, juillet 2018, p. 402-406 ; URL (29 juin 2019) : https://www.jstor.org/stable/10.5621/sciefictstud.45.2.0401

3 Benjamin Hourcade, « Science-fiction : pourquoi il faut absolument lire Ursula Le Guin », Usbek & Rica, 31/01/2018 ; URL (29 juin 2019) : https://usbeketrica.com/article/sience-fiction-ursula-le-guin-pourquoi-lire-absolument

4 Programme du colloque international « Héritages d’Ursula Le Guin : Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène », École Polytechnique / Sorbonne Nouvelle, 19-21 juin 2019, URL (29 juin 2019) : https://litorg.hypotheses.org/le-guin-2019

5 Parmi eux : Byrne Deirdre, « “What is not owned” : feminist strategies in Ursula L Le Guin’s poetry”, Foundation, vol. 41, n° 114, printemps 2012/13, p. 10-30 ; Glover Jayne, « Ecological Philosophy, Ethics and Fundamentalism in Ursula K. Le Guin’s The Telling », Foundation, vol. 38, n° 105, printemps 2009, p. 32-54.

6 Cédric Chauvin, Référence épique et modernité, Honoré Champion, « Bibliothèque de littérature générale et comparée », 2012, 360 p. ; Isabelle Périer, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse soutenue à Grenoble-3, 2010.

7 On peut lire l’archive de l’appel à textes sur le carnet de la revue, URL (29 juin 2019) : https://resf.hypotheses.org/3394

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de Res Futurae, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/resf/2682

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals