Navigation – Plan du site
Pierre Bordage

Introduction au dossier Bordage

Claire Cornillon et Natacha Vas-Deyres

Résumés

Cette introduction au dossier consacré à l’écrivain français Pierre Bordage présente sa carrière dans les différents genres de l’imaginaire et les caractéristiques de son travail. Ce dossier vise à compléter les recherches déjà menées sur l’œuvre de Pierre Bordage, notamment en explorant des corpus encore sous-étudiés ou bien en privilégiant de nouvelles approches, telles que l’analyse de la dimension transmédia ou une perspective linguistique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Cette première année de faculté a été super importante pour moi. C’est là que j’ai découvert la s (...)

1Pierre Bordage a reçu en 2017 le prix « Extraordinaire » décerné par le jury littéraire du festival des Utopiales pour récompenser l’ensemble de sa carrière dans le domaine de la science-fiction. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles approfondissant le traitement de ses thèmes de prédilection – la dystopie, le post-apocalyptique, la mutation ou encore la spiritualité – comme Wang, La Trilogie des prophéties, Les Derniers Hommes ou Les Fables de l’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Même s’il n’a découvert la science-fiction qu’à vingt ans (1975), dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes1, son premier roman Les Guerriers du silence, écrit en 1984 mais édité seulement en 1993, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront la spécificité de l’écrivain, notamment la spiritualité et la question de la violence et du mal, il conquiert un public qui lui reste particulièrement fidèle. Selon une enquête du Parisien Magazine datée du 9 novembre 2018 et consacrée aux auteurs de best sellers tous genres confondus, Pierre Bordage aurait vendu plus de 800 000 exemplaires depuis 1993 (Bretonnier, 2018). Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Pierre Bordage, le conteur

  • 2 Le dossier de presse rassemblé par l’éditeur L’Atalante est révélateur à cet égard. Depuis les anné (...)

2Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », parfois de « raconteur »2. Ce terme, employé dans son cas comme un quasi-équivalent d’« écrivain », suggère la pureté et la clarté d’une écriture dont le contenu est réputé à la fois plaisant et édifiant, puisqu’il s’agit de « contes ». Pourtant, ce lieu commun de la critique mérite d’être réinterrogé. Le travail narratif et stylistique que Pierre Bordage effectue dans ses œuvres est tout autant digne d’intérêt que les thématiques qu’il évoque. Il relève du « scriptural » plutôt que du « structural », selon la terminologie proposée par Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003). Cet essai semble pertinent pour analyser le processus créatif du romancier. Selon Francis Berthelot, s’exprimant comme écrivain et comme chercheur :

Certains écrivains ont un rapport plus distancié à leurs personnages et privilégient d’autres modes d’immersion (esthétique, intellectuelle, etc.). Mais il n’en reste pas moins que, pour beaucoup d’entre nous, cette identification existe. Elle n’est pas tellement plus étonnante, quand on y réfléchit, que celle d’un comédien à son rôle. S’il existe une différence, cependant, elle porte sur les deux points suivants : d’une part l’auteur invente le personnage à mesure qu’il l’écrit, contrairement à l’acteur qui – sauf dans le cadre de l’improvisation – travaille sur un texte préexistant ; d’autre part, ce n’est pas à un mais à plusieurs personnages qu’il est amené à s’identifier, certains pouvant avoir des points de vue diamétralement opposés (Prstojevic, 2019).

3Cette analyse nous ramène au processus d’écriture chez Pierre Bordage pour qui l’improvisation est capitale, « l’écriture [étant] une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Bordage in Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. C’est notamment l’alternance des points de vue et des constructions narratives complexes, tant au niveau du roman que des cycles, qui caractérise l’approche littéraire de Pierre Bordage au sein de la science-fiction. On ne s’étonnera pas qu’il privilégie ainsi une forme massive de polyphonie dans la mesure où son œuvre entière semble être une réflexion sur le rapport à soi et aux autres dans un contexte à la fois politique et métaphysique. L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, est toujours au centre de ses récits que l’on pourrait qualifier de polygénériques tant Pierre Bordage tient à varier l’appartenance de ses romans aux différents sous-genres des littératures de l’imaginaire tout en diversifiant les expériences éditoriales. Si Vaugirard fut sa première maison d’édition en 1992 (Rohel le Conquérant), L’Atalante, où il conserve de fortes attaches, publia une majorité de ses romans, Au Diable vauvert ses anticipations dystopiques et la plus discrète Organic Editions un concept illustratif (Boxing dolls en 2016). En réalité il choisit ses éditeurs en fonction du genre choisi : Bragelonne fut son éditeur pour Arkane (2017) alors qu’il ne l’avait jamais été : « Pour moi, si vous voulez écrire un cycle de fantasy pure, c’est Bragelonne qui le défend le mieux. J’agis souvent comme ça, je fais un livre dans un genre particulier et je trouve ensuite le meilleur éditeur pour défendre mon travail » (Bordage in Chéry, 2017).

4Dès le début de sa carrière, il privilégie la forme du cycle, caractérisé par le retour évolutif et la continuité de l’intrigue avec l’ambition de la totalisation (Besson, 2004), ce qui lui vaut très rapidement la fidélisation d’un public large, dans des univers hybrides mêlant des origines science-fictionnelles au traitement épique de la fantasy. Isabelle Périer montrait ainsi dans sa thèse (2010) comment Pierre Bordage alliait technoscience et sacré en produisant dans ses récits une hybridation entre savoir scientifique et savoir narratif de type spirituel, mythique ou religieux. Dans Rohel le conquérant (1992-1997) structuré en trois cycles, celui d’Asmine d’Alba, celui de Lucifal et celui de Saphir, dans Les Guerriers du silence (1993-1997), dans le space opera Abzalon (1998-2000) ou encore dans La Fraternité du Panca (2008-2012), les thèmes science-fictionnels du voyage dans l’espace ou à travers les dimensions ne sont qu’un décor utilisé pour narrer la quête épique ou le cheminement initiatique de personnages bien souvent soutenus par des forces pouvant être assimilées à la magie. A contrario, les romans dystopiques comme Wang (1996-1997) ou le cycle du Livre des Prophéties (L’Évangile du serpent/L’Ange de l’Abîme/Les Chemins de Damas, 2001-2005) proposent non seulement une variante au cycle traditionnel, fondé sur un concept spirituel et métaphysique structurant les romans et non sur une trame narrative ou des personnages récurrents, mais également une anticipation de nos sociétés contemporaines, via l’évocation d’une Europe ravagée par le terrorisme islamique, l’instauration de régimes politiques d’extrême droite et la peur irrationnelle des migrations venues d’Orient ou d’Asie, conduisant à l’élévation d’un mur protecteur.

5Si Pierre Bordage revisite la fantasy via la science-fiction, il offre également des variations de la fantasy elle-même avec L’Enjomineur, un cycle de fantasy historique composé de trois romans ayant pour cadre l’histoire de la Vendée, sa région natale. Ces romans, qui se déroulent après la Révolution française, incluent de nombreux éléments de féerie traditionnelle (le petit peuple celtique) ou issus du merveilleux folklorique français avec des références à la légende de Mélusine. Mais il n’avait jamais écrit de roman de fantasy non hybride avant 2017 : « Faire un roman de fantasy pure est en effet une première. Mais j’ai produit des nouvelles pour l’anthologie des Imaginales pendant plusieurs années, ce qui m’a permis de comprendre les archétypes du genre. » (Chéry, 2017) Arkane, son dernier cycle en cours d’élaboration est identifié clairement comme de la fantasy, Pierre Bordage revendiquant même avec humour un coming-out générique – « En réalité je suis un auteur de fantasy ! » (Bordage in Cornilllon/Vas-Deyres, 2017) – au moment de la publication du premier tome, La Désolation.

6Il ne délaisse aucun genre, ce que l’on peut lire plus particulièrement dans sa production de romans indépendants et ses recueils de nouvelles. Il reprend ainsi les codes d’un polar qui s’hybride avec le fantastique avec Porteur d’âmes (2009), ou s’auto-parodie dans Crimes, aliens et châtiment (2017), écrit en collaboration avec deux auteurs de la science-fiction française, Laurent Genefort et Laurent Whale. Dans une production mainstream, Mort d’un clone (2012), ou Tout sur le Zéro (2017) se focalisent sur les dérives du monde occidental dans sa contemporanéité – le premier traitant le travail qui conduit à la folie, le second l’addiction au jeu. Ses anticipations, comme le post-apocalytique Les Derniers hommes – publié initialement en épisodes chez Librio en 2000 – ou Les Dames blanches (2015), complètent et enrichissent la vision de nos sociétés européennes futures présente dans les cycles de Wang ou du Livre des prophéties.

7Par ailleurs Pierre Bordage est toujours intéressé par des expérimentations dans l’écriture, notamment transmédiatiques : L’Arcane sans nom (2011) a été publié aux éditions la Branche dans la collection « Vendredi 13 », fondée sur une synergie entre l’éditeur et la société de production Agora Films, inscrite dans une économie globale, édition littéraire / site internet / production audiovisuelle, afin que le roman publié soit également conçu dans l’optique d’un scénario. En 2003, Pierre Bordage écrit les dialogues de Kaena, la prophétie, film d’animation franco-canadien de science-fiction réalisé par Chris Delaporte, en collaboration avec Alejandro Jodorowski. C’est à partir du support iconographique filmique qu’il va concevoir la novélisation de l’œuvre. Enfin, le récit Chroniques des ombres est à l’origine un synopsis de roman, mais Pierre Bordage en fait un scénario pour une série de 20 épisodes audio au format MP3, qui se transforment également en feuilleton de BD vidéo. Cette expérimentation transmedia fut inachevée mais elle a permis à l’écrivain de travailler la narration feuilletonnesque, qu’il intègre par ailleurs dans la publication du roman au Diable vauvert en 2013, Chroniques des ombres étant une dystopie post-apocapolyptique, comme la Trilogie des prophéties. L’espace dystopique – après un conflit nucléaire, les classes privilégiées de la population mondiale se sont regroupées dans des mégapoles ou Cités Unifiées comme NyLoPa, qui réunit New York, Londres et Paris, tandis que le reste de la population survit dans des zones polluées – structure les chapitres. L’alternance intérieur/Cité unifiée versus extérieur/Horcites, présente dans les épisodes audio et vidéo et permettant aux écoutants et spectateurs de se repérer dans la narration, et double la polyphonie des voix narratives caractéristiques des romans de Bordage d’une polyspatialité, résultante de l’écriture transmédiatique.

8S’il se reconnaît comme un romancier, tant dans la science-fiction que dans la fantasy, Pierre Bordage n’est pas un nouvelliste naturel. Le récit bref représente pour lui un exercice d’écriture singulier dans son œuvre globale. L’intérêt que l’on peut porter à ses nouvelles, publiées dans trois recueils, Nouvelle vie™ (2004), Dernières Nouvelles de la terre (2010) et Hier je vous donnerai de mes nouvelles (2016), tient à ce que ses textes permettent d’approcher synthétiquement les problématiques essentielles abordées dans son œuvre globale : évoquer l’altérité due à la transgénèse, envisager toutes les hypothèses apocalyptiques et surtout déterminer l’humain dans les explorations science-fictionnelles. Au-delà du choix de la littérature de genre, SF ou fantasy, ces récits représentent pour Pierre Bordage une forme de vertige : c’est ce qu’il dit avoir expérimenté à la lecture des Chroniques martiennes de Bradbury – « un saut qui donne le vertige » (Bordage in Cornillon, 2011) – et qu’il cherche à reproduire dans ses propres textes. Il reconnaît écrire ses nouvelles très vite, en quelques heures, et déclare, dans le cas de ses romans, se laisser porter par les personnages : « Je suis un imposteur. Je ne suis pas l’auteur de mes livres : mon boulot, c’est d’accueillir l’histoire qui passe à travers moi » (ibid.).

Pierre Bordage l’humaniste

9Ce que Pierre Bordage explore avant tout, c’est ce qui fait l’être humain mais aussi la manière dont il se raconte par les récits. Ainsi, les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses textes : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy), que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. C’est peut-être là que se trouve une des sources de l’hybridité générique de son œuvre. Par ailleurs, si les romans de Pierre Bordage apparaissent comme « humanistes », au sens moderne d’un primat de l’homme et de l’individu, cette affirmation pose problème quand nombre de ses textes disent en réalité la fin de l’humanité telle que nous la connaissons. Pour Cédric Chauvin, reprenant la thèse de Jean-Marie Schaeffer qui distingue dans La Fin de l’exception humaine (2007) deux couples ontologiques pour comprendre l’humanité (intériorité transcendante/monde extérieur, humain/non humain), Pierre Bordage envisage à la fois une humanité qui nous est familière et dans « le même temps une extrême fin de l’humanité qui n’en finit pas de changer » (Chauvin, 2014, p. 102). Autrement dit, l’humanisme moderne se doit de confronter l’humanité que nous sommes encore à celle qui va irrémédiablement muter avec les progrès de la biogénétique. C’est un des points de vue développés par Marc Atallah en 2006 ou Pascal Patoz dans l’article de Galaxies en 2001 : certains récits de Pierre Bordage possèdent la capacité d’interroger le lecteur sur la nature de la dignité de l’être humain dans une société dominée par une technologie mise au service de la rentabilité économique.

  • 3 « Une grande partie de ce que j’écris est une interrogation sur la spiritualité […]. Je suis sorti (...)

10La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité, des thèmes qui tiennent à cœur à Pierre Bordage en raison de son parcours de vie3, construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers qui semblent souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Jeffrey, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus inhumaine. Ainsi, le corps, tout autant que l’esprit, est fondamental dans son œuvre, et les perspectives métaphysiques ne s’éloignent que rarement d’interrogations politiques résonnant avec le monde contemporain. Pierre Bordage, qui fut un ancien séminariste, a non seulement rejeté toute forme de religion institutionnelle (« À un moment j’ai perçu la religion comme un grand appareil qui rendait les gens mal dans leur peau [et] j’ai eu un rejet très violent de la religion », in Comballot, 2010), mais il s’interroge sur les formes nouvelles de la spiritualité pouvant parfois apparaître comme un syncrétisme opératoire, tel que le définit André Mary, reprenant les analyses d’Hervé Dieu-Léger :

La « subjectivisation » présente des croyances et des pratiques religieuses témoigne d’un individualisme narcissique plus sensible à l’épanouissement du moi qu’à l’ascèse, combinant l’intégration au monde de la rationalité techno-scientifique et le recours au langage émotionnel, pratiquant surtout un bricolage à la carte des traditions religieuses qui consacre l’éclatement des grands systèmes de pensée. Les utopies révolutionnaires ont sans doute largement puisé dans l’imaginaire de l’eschatologisme judéo-chrétien mais ce qu’il s’agit désormais de penser dans cette époque de la « fin des utopies » collectives, de l’effondrement des grandes traditions et du flottement des cadres de la mémoire historique, c’est un régime nouveau de « l’imaginaire de la continuité », pour reprendre une expression chère à D. Hervieu-Léger. (Mary, 1995)

11Après ces premières lectures en termes d’humanisme et de spiritualité, ou après celles qui portent sur la question de l’utopie (Vas-Deyres, 2013), avec pour appui les entretiens de 2010 et 2017 (Comballot, 2010, Vas-Deyres et Cornillon, 2017), il convenait d’ouvrir à de nouveaux objets l’étude de l’œuvre de Pierre Bordage dans son ensemble. C’est l’objectif que s’est donné le présent dossier, en développant des analyses sur les différentes modalités d’écriture de l’auteur. Il s’agit notamment de proposer des analyses de textes peu étudiés, tels que L’Enjomineur, d’aborder des éléments moins connus de l’œuvre de Pierre Bordage, comme sa dimension transmédiatique (Atlantis, Kaena) ou encore d’envisager son travail selon une perspective encore inédite, par exemple linguistique. Ce dossier propose donc quelques nouvelles portes d’entrée dans l’œuvre foisonnante d’un écrivain contemporain qui marque durablement et profondément le paysage de la science-fiction française.

Haut de page

Bibliographie

Atallah Marc, « Nouvelle vieTM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? », in Michel Prat, Alain Sebbah (dir.), Fictions d’anticipation politique, Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, 2006, coll. » Eidôlon », p. 191-205.

Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone. 1950-2010, Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, coll. » Eidôlon », p. 95-102.

Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Évangile du Serpent de Pierre Bordage », Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone. 1950-2010, Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2014, coll. » Eidôlon », p. 213-222.

Jeffrey Denis, Jouissance du sacré, Paris : Armand Colin, 1998, coll. » Références. Chemins de traverse ».

Mary André, « Religion de la tradition et religieux post-traditionnel », Enquête [En ligne], 2 | 1995, mis en ligne le 10 juillet 2013, consulté le 30 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/enquete/315 [sur les travaux de H. Hatzfeld, Les Racines de la religion : tradition, rituel, valeurs, Paris : Seuil, 1993, et de D. Hervieu-Léger, La Religion pour mémoire, Paris : Le Cerf, 1993]

Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.

Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire : l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), L’Utopie entre eutopie et dystopie. En hommage à Claude-Gilbert Dubois, Pessac : Presses universitaires de Bordeaux, 2013, coll. » Eidôlon », p. 165-176.

Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris : Honoré Champion, 2013, coll. » Bibliothèque de littérature générale et comparée », chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p. 366-380.

Ressources médiatiques

Bretonnier Lucas, « Le Parisien magazine. Livres : Des best-sellers jamais vus à la télé », in Le Parisien [En ligne], mis en ligne le 26 janvier 2017, modifié le 9 novembre 2018, [consulté le 30 juin 2019], URL : http://www.leparisien.fr/week-end/le-parisien-magazine-livres-des-best-sellers-jamais-vus-a-la-tele-27-01-2017-6616680.php.

Chéry Lloyd, interview avec Pierre Bordage, Le Point Pop, 3 mars 2017. [En ligne], URL : https://www.lepoint.fr/pop-culture/livres/pierre-bordage-enfant-j-avais-des-elans-mystiques-inexplicables-03-03-2017-2109096_2945.php.

Comballot Richard, « Pierre Bordage », in Richard Comballot (dir.), Voix du futur. Entretien avec huit auteurs de science-fiction, Lyon : Les Moutons électriques, 2010, coll. « La bibliothèque voltaïque ».

Cornillon Claire, « Pierre Bordage : “Les romanciers sont dépassés par leurs personnages” », entretien réalisé pour L’Intermède [En ligne] en juillet 2011, mis en ligne le 1er septembre 2011, [consulté le 30 juin 2019], URL : http://www.lintermede.com/dossier-sf-portrait-pierre-bordage-ecrivain.php.

Cornillon Claire, Vas-Deyres Natacha, « Pierre Bordage, le passeur d’histoires », entretien réalisé avec le service audiovisuel de l’Université Bordeaux Montaigne et diffusé sur France-Culture, mai 2017, disponible sur France Culture [En ligne], [consulté le 30 juin 2019], URL https://www.franceculture.fr/conferences/universite-bordeaux-montaigne/pierre-bordage-le-maitre-de-la-science-fiction-made-france.

Guitteaud Corinne, « Bordage – L’Enjomineur 1792 », in Khimaira, janvier-mars 2005, consultable sur L’Atalante [En ligne], [consulté le 30 juin 2019], URL : https://www.l-atalante.com/revues-de-presse/bordage-l-enjomineur-1792-khimaira/.

Hubert Thierry, « Bordage Wang I », in Le Dauphiné libéré, 2 décembre 1996, consultable sur L’Atalante [En ligne], [consulté le 30 juin 2019], URL : https://www.l-atalante.com/revues-de-presse/bordage-wang-i-le-dauphine-libere/.

Patoz Pascal, « Pierre Bordage : vers l’humain et au delà…. », in Galaxies, n° 21, juin 2001, p. 105-116.

Prstojevic Alexandre, « Du rêve au roman. Entretien avec Francis Berthelot », in Vox-Poetica [En ligne], [consulté le 30 juin 2019], URL : http://www.vox-poetica.org/entretiens/intBerthelot.html.

Roussel Frédérique, « Portrait entier de “l’écrivain chaman” Pierre Bordage », in Libération [En ligne], 6 novembre 2018, [consulté le 20 juin 2019], URL : https://next.liberation.fr/livres/2018/11/06/portrait-entier-de-l-ecrivain-chaman-pierre-bordage_1690162.

Haut de page

Notes

1 « Cette première année de faculté a été super importante pour moi. C’est là que j’ai découvert la science-fiction, imposée par un cours de littérature comparée sur la science-fiction américaine de l’Âge d’or : Chroniques martiennes de Bradbury, la claque ! Un récit qui me parlait autant que les mythologies m’avaient parlé. Du coup, je me suis à lire plein de science-fiction : Dune, Fondation, En terre étrangère, Demain les chiens, Shambleau, Abattoir 5, etc. » (Bordage, Comballot, 2010, p. 307)

2 Le dossier de presse rassemblé par l’éditeur L’Atalante est révélateur à cet égard. Depuis les années 1990 (Hubert, 1996) jusqu’à la période contemporaine (voir par exemple Guitteaud, 2005, Roussel, 2018), le terme de « conteur » est maintenant devenu partie intégrante de la présentation de l’écrivain, par exemple dans Thévenet, 2019, qui parle d’Alain Damasio comme d’un « écrivain français d’anticipation », de Jean-Michel Truong comme d’un « auteur », terme plus neutre, et donc de Pierre Bordage comme d’un « conteur hybride, qui navigue entre la fantasy et la science-fiction ».

3 « Une grande partie de ce que j’écris est une interrogation sur la spiritualité […]. Je suis sorti [du séminaire] totalement dégoûté par la religion. Je ressentais, quand j’étais enfant, ce sentiment grisant de liberté et on voulait briser cet élan pour faire de moi un vecteur de dogmes. […] J’essaie de voir la différence entre spiritualité – un chemin vers la liberté totale – et la religion, qui est l’appartenance à un ordre social, dominant souvent. Le dogme crée une violence entre ce que l’on voudrait être et ce que l’on est vraiment. Or, il faut, je crois, essayer de comprendre ce que l’on est, un être humain, et l’accepter. » (Bordage in Cornillon, 2011)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Cornillon et Natacha Vas-Deyres, « Introduction au dossier Bordage », ReS Futurae [En ligne], 13 | 2019, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/resf/2699 ; DOI : 10.4000/resf.2699

Haut de page

Auteurs

Claire Cornillon

Claire Cornillon est maîtresse de conférences en littérature comparée à l’Université de Nîmes et membre du laboratoire RIRRA 21 (Université Paul-Valéry Montpellier 3). Elle a récemment publié Sérialité et Transmédialité. Infinis des fictions contemporaines, Paris : Honoré Champion, 2018.

Natacha Vas-Deyres

Natacha Vas-Deyres est agrégée de lettres modernes, docteur qualifié en littérature française et membre du laboratoire CLARE/Lapril (Université Bordeaux Montaigne). Elle a publié Ces Français qui ont écrit demain. Utopie, anticipation et science-fiction au XXe siècle, Paris : Honoré Champion, 2013 et C’était demain : anticiper la science-fiction en France et au Québec (dir. avec Patrick Bergeron et Patrick Guay, Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2018, coll. » Eidôlon »).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals