Navigation – Plan du site
Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française

L’archéologue dans la bande dessinée de science-fiction francophone

The archaeologist in French speaking science fiction bande dessinée
Rémi Auvertin

Résumés

Les archéologues constituent un motif récurrent et apprécié de la science-fiction, notamment en littérature ou au cinéma : ils participent pleinement à la veine de l’exploration spatiale et temporelle ou de la découverte de civilisations perdues. L’article offre une synthèse sur le traitement de l’archéologie et de ses praticiens par la bande dessinée de science-fiction franco-belge, au sein d’un corpus souhaité le plus large possible (Yoko Tsuno, le Scrameustache, Blake et Mortimer, Infinity 8, Aquablue, Cyrrus, Terres lointaines, etc.). Il s’agit d’analyser dans la diachronie l’identité et le profil de ces archéologues, la nature de leurs activités scientifiques et exploratoires, mais aussi le rôle accordé à la pratique archéologique ou à ses objets dans la structure du récit et dans la création d’un environnement d’exotisme ou de mystère. L’archéologue apparaît principalement sous une forme archétypale, seulement remise en cause par les œuvres les plus récentes. De manière paradoxale, cette synthèse fait également le constat d’une absence : si l’archéologie est un moteur efficace pour introduire une dimension science-fictionnelle ou merveilleuse dans le quotidien, la production science-fictionnelle francophone fait un usage parcimonieux de la thématique et préfère souvent une « ambiance » archéologique à une citation directe (Druillet, Mœbius, ou les Cités obscures de Schuiten et Peeters).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il ne s’agit pas d’en proposer un panorama exhaustif, l’analyse du thème restant à faire. L’état de (...)
  • 2 Par exemple dans La Planète des Singes (Boulle, 1963), Expertise (Wul, 1958) ou Kid Jésus (Pelot, 1 (...)

1Les archéologues, ainsi que leurs contreparties aventurières, les pilleurs de trésors anciens, constituent un motif récurrent et apprécié de la science-fiction, tous media confondus1. Considérons la seule production littéraire de langue anglaise, qui exploite le thème depuis les années 1940. Dans Seeker, l’exploration spatiale produit son lot de déchets, qu’il faut explorer, fouiller, cataloguer et vendre (McDevitt, 2005). La découverte de nouvelles civilisations, éventuellement disparues, entraîne la naissance d’une exo-archéologie dans Hypérion (Simmons, 1990) ou dans Chroniques martiennes (Bradbury, 1950). L’érudition d’un lointain futur tente de donner sens aux xxe et xxie siècles terrestres par la confrontation des vestiges et d’une philologie classicisante dans Demain les chiens (Simak, 1952), L’objet (Oliver, 1955) ou Le Grand Dieu Awto (Smith, 1940). Aussi, la mise en scène de l’archéologue, voire parfois d’un véritable récit archéologique, dérive d’une série de thèmes fondamentaux de la science-fiction allant de l’exploration à la rencontre ethnographique ou à la recherche du mystère et de l’exotisme. L’archéologie n’est pas uniquement une affaire d’anglophones: la science-fiction française fait également sienne ce motif, en littérature2, mais aussi en bande dessinée.

  • 3 Le corpus primaire comprend trente-quatre œuvres, dont la distribution chronologique rend compte de (...)
  • 4 « Yoko Tsuno » (depuis 1970) ou « Le Scrameustache » s’adressent au jeune public ; Cyrrus (Andreas, (...)

2Nous souhaitons proposer ici une synthèse sur le traitement de l’archéologie et de ses praticiens par la bande dessinée de science-fiction franco-belge. Nous retenons pour ce faire un corpus le plus varié possible, dispersé dans le temps (de 1950 à 2018)3 et hétérogène quant au public visé4 et aux thématiques choisies: nous adoptons ainsi une définition large de la science-fiction, incluant des œuvres marquées par l’irruption du merveilleux dans le quotidien. Les allers-retours entre fantastique, merveilleux et science-fiction pure que proposent certaines séries comme « Blake et Mortimer », « Bob Morane » ou même « Jeannette Pointu », comme le caractère touche-à-tout des auteurs des magazines Pilote et Métal hurlant semblent justifier ce choix.

3Au-delà de la constitution de ce corpus de référence, il s’agira d’observer l’appropriation ou l’interprétation du motif de l’archéologue par la bande dessinée et par le milieu francophone. L’objectif est double. Du point de vue de la critique de la science-fiction, il s’agit d’identifier les sources et les transformations d’un motif au passage de la littérature à la bande dessinée. Du point de vue de l’archéologue, on pourra évaluer les modalités de la réception de l’activité archéologique et les contraintes du médium lorsqu’il s’agit de construire l’image publique de la discipline et de ses professionnels.

4L’analyse de la figure même de l’archéologue d’une part, et de son activité d’autre part, permettra de discuter le caractère conventionnel des représentations, mais également leur nécessité dans l’économie du récit en bande dessinée. Le constat de l’absence du motif dans certaines formes de la bande dessinée de science-fiction, pourtant marquées par un véritable intérêt pour la discipline, nous conduit à observer d’autres modalités pour la création d’un récit archéologique.

  • 5 Il faut noter le caractère spécifique de cette recherche qui, assez souvent, reste associée aux mil (...)

5Cette étude peut s’appuyer sur un pan assez récent de la critique de la réception de la discipline dans la culture populaire, qui oscille généralement entre deux pôles, la réception des périodes anciennes (Martin, 1999 ; Bulles d’antiquité, 2012 ; Aziza, 2017 ; Clavel-Lévêque et Lévêque, 2017), et la réception de l’archéologie même (Silence on fouille, 2012 ; Douard et Martinez, 2018 ; Coudière, 2017). Les démarches existantes reposent assez naturellement sur des approches transversales, situées à la frontière de l’archéologie (sous l’axe de l’autoréflexion disciplinaire ou du vecteur de vulgarisation auprès du grand public), de l’histoire des arts (en prenant acte du caractère « exposable » de la bande dessinée et en traitant l’archéologie et l’Antiquité comme des motifs iconographiques), de la critique littéraire et de la sociologie5. Nous souhaitons nous placer dans cette même démarche interdisciplinaire.

L’archéologue, entre archétype et renouvellement thématique

6La bande dessinée de science-fiction fait de l’archéologue un modèle d’individualisme. L’archéologie est une aventure personnelle, touchant aux passions et aux ambitions les plus profondes de son praticien. C’est donc l’archéologue seul qui est mis en avant, parfois accompagné d’un assistant qui lui est subordonné, ou placé au sein d’une équipe d’anonymes. Cette dernière, agissant comme décor plutôt que comme la somme d’individus, ne peut toutefois pas tromper le lecteur: l’archéologie fictive est avant tout une affaire de personnalité forte. Il convient de ce fait de débuter l’analyse par la figure du professionnel.

7D. Alexandre-Bidon (1986 et 2009) et P. Semonsut (2012) ont déjà pu démontrer le caractère stéréotypé des archéologues de fiction. Le constat est tout à fait vrai dans la bande dessinée de science-fiction. Les personnages rencontrés sont très majoritairement des hommes blancs quarantenaires à soixantenaires tandis que les femmes sont peu présentes ou reléguées au poste d’assistante. Au-delà de l’archétype, un regard sur les bandes dessinées de science-fiction rend pourtant compte d’une plus grande diversité de personnages que ce que l’on pourrait attendre. L’apparence, la personnalité et l’activité sont partiellement définies par les conceptions de l’auteur, mais également par la place accordée au personnage dans le récit. Ainsi l’archéologue peut-il être sérieux, parodique, voire constituer un anti-modèle dans le cas exceptionnel de la série « Requiem » (Mills et Ledroit, 2002 et 2003).

Ill. 1

Ill. 1

Leloup, Roger, La Jonque céleste, planche 1, cases 2 à 4. Copyright Dupuis, 2019

8L’archétype masculin repose en premier lieu sur deux classes d’âge associées à deux portraits physiques, l’homme mûr et l’homme âgé. Le distinguo tient finalement à peu d’éléments. L’homme mûr porte les cheveux courts, la barbe épaisse ou la moustache. L’Oncle George, personnage récurrent de la série du « Scrameustache », les deux archéologues anonymes mis en scène au début de La Jonque céleste (série « Yoko Tsuno », Leloup, 1998), le Yves Coppain de Yeren (Wasterlain, 1987) ou le Marc Mathieu de la série éponyme (Hé, 1980 et 1981) sont autant d’exemples de ce premier physique. Les personnages de la deuxième catégorie, plus âgés et supposément plus sages, se démarquent par leur calvitie et par le port d’une barbichette blanche ou d’une moustache et de lunettes (ill. 1). C’est le cas d’Alexander Kandel (Ante Genesem, Dorison et Lauffray, 2000, pl. 2-3), de Wallace de Wolf (Le Cimetière de cathédrales, Andreas, 1988), du professeur Clairembart de « Bob Morane » (Les Tours de cristal, Vernes et Attanasio, 2010) ou des professeurs Hébert et Nelson de « Marc Mathieu » (Le Faucon de Mû, vol. 1, pl. 2-4, 7 et 17-19). On pourrait multiplier les exemples similaires dans la bande dessinée fantastique ou comique, tels que le professeur Ménard d’« Adèle Blanc-Sec » (Momies en folie, Tardi, 1978, p. 18-20) ou le professeur Canulard de « Jérôme Bluff » (Martial, 1963).

9Rares sont les personnages qui se détachent de ces deux classes d’âge. Se démarquent Cyrrus, interrogé par un journaliste sur son succès vis-à-vis de ses « confrères plus âgés » (Cyrrus, pl. 3, c. 3) ou Jack Stanton, héros de la série « Prophet » (2000-2014) qui acquiert une indépendance scientifique avec le décès du professeur Alexander Kandel, son « mentor et collègue » (Ante Genesem, pl. 1). L’âge constitue visiblement un problème, les deux jeunes archéologues étant mesurés à l’aune de leurs collègues plus âgés.

  • 6 On peut citer, sans doute de manière non exhaustive, l’Oncle Georges du « Scrameustache », les arch (...)
  • 7 C’est notamment le cas des inventeurs de l’australopithèque Lucy, D. Johanson ou Y. Coppens. Ainsi (...)

10Le même archétype s’étend jusqu’au vêtement, distinct en fonction de l’âge et de l’occupation du protagoniste. Alors que le vieil universitaire préfère porter le costume (Les Tours de cristal) ou la robe de chambre dans ses moments de détente (Le Faucon de Mû, vol. 1, pl. 2-4), l’archéologue de terrain, beaucoup plus souvent, est vêtu d’une éternelle chemise aux tons blanc cassé, bruns et verts, rentrée dans un pantalon brun à ceinture, ainsi que d’un éventuel chapeau6 (ill. 1). Le t-shirt, pourtant plus confortable à porter sur un chantier, est l’attribut du seul Marc Mathieu (Le Faucon de Mû, vol. 1, pl. 5-9). L’ensemble de l’homme de terrain mime ainsi l’imagerie des praticiens anglais des débuts du xxe siècle, mais également les pratiques vestimentaires des archéologues des années 1970-19807, et s’ancre profondément dans le cinéma (Hall, 2004). Il peut être également, transformé en uniforme, le vecteur d’un discours postcolonial, associant dans un même personnage l’explorateur, l’archéologue et le colonisateur, de manière plus ou moins explicite. Aventure chez les Grecs (Pertuzé, 1976) affiche un archéologue équipé d’un casque colonial, également porté dans « La Crainte du Sloane aux yeux bleus » (Tardi, 1980) par un professeur Foissard qui, de manière beaucoup plus directe, est désigné comme « suppôt du colonialisme français ». Le vêtement est tellement important dans la caractérisation visuelle de l’archéologue qu’il devient un symbole même de l’activité, adopté par l’amateur. Ainsi, l’inspecteur Briggs du Tueur à gages (Moebius, 1978), face à une mystérieuse idole « latino-américaine » abritée par une mine, revêt la traditionnelle panoplie chapeau-chemise-pantalon, également partagée par son assistant. La tenue est exploitée ici comme un symbole parodique de la discipline archéologique.

11L’archéologue déroge éventuellement à son uniforme dans des conditions environnementales extrêmes, à l’exemple de « Kheropis » (Valp, 2015) où la fouille sur un satellite de Jupiter nécessite le port de scaphandres, ou lorsque le vêtement doit manifester la réussite sociale et scientifique. Cyrrus, qualifié de « sir » par son majordome, porte en toute circonstance, y compris archéologique, son long manteau noir, une chemise blanche ainsi qu’une longue écharpe jaune (Andreas, 1998). La même écharpe accompagne Jack Stanton, qui porte le costume de gala lorsqu’il est reçu dans une émission télévisée (« Ante Genesem », pl. 9-10).

Ill. 2

Ill. 2

Gos, Le Géant d’Imenoca, planche 9, cases 1 à 3. Copyright Glénat, 2019

  • 8 On notera que la désignation par le seul prénom, contrairement aux appellations traditionnelles adj (...)

12Il existe peu d’exceptions à ce recrutement d’âge, de condition sociale et de genre. Les femmes archéologues doivent être trouvées dans quelques œuvres récentes, dans « Marc Mathieu » (Élodie, adjuvant dans Le Faucon de Mû, vol. 2, Hé, 1981), dans « Les Fantômes de Neptune » (Marie Curie, cheffe d’opération et personnage secondaire de l’intrigue confinée au prologue de Kheropis, 2015, p. 3-11), mais surtout dans le « Scrameustache » : Bérengère (Le Géant d’Imonica, Gos, 2014), Déborah (Casse-tête olmèque, Gos et Walt, 2006), Ulla (une étudiante en géologie à la recherche d’inscriptions runiques dans La Saga de Thorgull, Gos et Walt, 1983), Torny (Les Caprices de Cupidon, Gos et Walt, 2016) viennent successivement s’ajouter à l’Oncle George, acteur archéologique des premiers volumes de la série8 (ill. 2). Ces figures, jeunes pour quatre d’entre elles, sont des femmes de terrain, occupent des postes à responsabilité, revêtent le vêtement de travail, et sont représentées en chantier ou en laboratoire. On pourrait également ajouter à ce maigre échantillon Lin-Po, inventeur (dans l’acception archéologique du terme) d’une sépulture royale et personnage central d’une aventure de « Yoko Tsuno », mais médecin de profession (La Jonque céleste, Leloup, 1998, notamment pl. 12-15). La virilité archéologique reste néanmoins un motif tenace, puisqu’il est perpétué par les bandes dessinées les plus récentes (la série « Prophet », depuis 2000 ; Le Bal des vampires en 2003 ; la série « Terres lointaines » entre 2009 et 2012 ; Connaissance ultime en 2018). « Aquablue », s’il propose un personnage féminin dans Le Baiser d’Arakh (2004), en fait l’assistante de l’archéologue et la confine dans un rôle passif et stéréotypé. Le même rôle est accordé à la fille de l’archéologue d’« Aventure chez les Grecs » (Pertuzé, 1976), réduite à une nouvelle Hélène, ou au personnage de Fay McKee, assistante de l’archéologue dans Le Cimetière de cathédrales (Andreas, 1988).

  • 9 On trouvera les statistiques établies pour l’Inrap en 2011 dans le Livre blanc de l’archéologie pré (...)

13Le constat est intéressant pour une discipline scientifique qui s’est progressivement féminisée depuis la deuxième moitié des années 19809, mais également suggestif si l’on considère la place plus grande accordée aux héroïnes féminines dans la bande dessinée de science-fiction actuelle. On peut notamment s’interroger sur les cas de « Yoko Tsuno », de « Jeannette Pointu » (1987) et d’« Infinity 8 » (Connaissance ultime, Trondheim, Guibert et Biancarelli, 2018), auxquels on pourrait ajouter « Adèle Blanc-Sec » (depuis 1978) qui figure également des hommes érudits et mûrs. Cette caractéristique existe aussi dans la littérature qui confine parfois la femme au rôle d’assistante comme dans « Aquablue ». C’est le cas dans Seeker, bien que d’autres romans développent au contraire des personnalités valorisantes : on peut penser à Hadi Benotto, dans L’Empereur-Dieu de Dune, ou à Rachel Weintraub, responsable des relevés des tombeaux d’Hypérion. Ces figures de bande dessinée et de roman diffèrent considérablement de celles construites par le cinéma et le jeu vidéo depuis les années 1990 (Lara Croft, Sydney Fox, River Song), plutôt calquées sur des archétypes masculins et sur le modèle de l’aventurier.

  • 10 Résurrection, n.p., p. 33. Le processus d’inversion est identique à celui affiché par les pompiers (...)

14On pourrait croire que la science-fiction, avec ses possibilités infinies de savants fous, de voyages dans le temps ou d’immensités spatiales, accorde des alternatives pour s’affranchir de ces archétypes. De fait, seuls deux axes minoritaires peuvent être identifiés dans la bande dessinée francophone : le recrutement extra-terrestre et la subversion. L’archéologue extra-terrestre, que l’on pouvait rencontrer en littérature dans Seven Views of Olduvai Gorge par exemple (Resnick, 1994), est uniquement mis en scène dans Connaissance ultime et s’inscrit dans le même modèle que les archéologues humains. Le personnage, que l’on imagine masculin, est âgé, lettré et verbeux. On peut passer rapidement sur les anti-modèles proposés par « Requiem », les « archéologistes » (Résurrection, Le Bal des vampires). La subversion du modèle archéologique repose ici sur les actes, le réenfouissement du savoir10, plutôt que sur l’apparence des personnages qui répond à d’autres codes, ceux de l’univers gothique et flamboyant de la série. C’est ici la déchéance physique qui prime sur le vêtement. Au-delà de ce constat, l’homogénéité physique d’« archéologistes » monstrueux, gouvernés par un hiérophante autocratique et organisés en caste (Le Bal des vampires), fait un parfait contrepoint à l’idée plus généralement partagée de l’archéologue individualiste. La coloration scientifique de ce groupe, revendiquée par l’architecture comme par l’équipement individuel des « archéologistes », ainsi que le déguisement égyptianisant adopté par l’hiérophante et sa cour apparaissent comme autant de résurgences et de citations de l’image publique de l’archéologie. Ce type de renversement ne connaît pas, semble-t-il, de comparaison dans la bande dessinée ni dans la littérature science-fictionnelle.

  • 11 On peut penser, en littérature, au céramologue héros du Guérisseur de cathédrale (Philip K. Dick, 1 (...)
  • 12 À nouveau, le « Mystère de la grande pyramide » offre une rare exception, sous la personne du « pro (...)

15Homme, femme ou extra-terrestre, la figure repose également sur un statut social et professionnel qui doit être exposé et reconnu de tous. L’archéologue est avant tout caractérisé par son appartenance universitaire, manifestée sur Terre comme sur d’autres planètes par le titre unique de « professeur ». Il caractérise des personnages anciens (le Clairembart de « Bob Morane », notamment dans Les Tours de cristal), mais également des plus récents (Foissard, dans « La Crainte du Sloane aux yeux bleus » ; Jack Stanton et Alexander Kandel dans Ante Genesem, pl. 1 ; Marelian dans Le Baiser d’Arakh, pl. 18 ; Marie Curie dans Kheropis, p. 8). Le titre même est sans véritable obligation académique puisque l’archéologue n’est jamais à l’Université, ne publie pas (à l’exception, il est vrai, du professeur Grossgrabenstein du Mystère de la grande pyramide (vol. 1, p. 28, c. 12-15) et n’encadre pas ses équipes. Par ailleurs, aucune spécialité disciplinaire11 ni aucune autre appartenance scientifique ou institutionnelle n’est jamais mentionnée12.

16Les conventions sollicitées par la bande dessinée francophone sont directement empruntées à la littérature fantastique et d’aventure, dans laquelle on les retrouve stabilisées dès la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. D’abord moqué, l’archéologue fictif devient au milieu du xixe siècle un vieillard érudit, doté de lunettes, chauve ou au contraire très chevelu (T. Gauthier, Le Roman de la momie, 1857). Le physique est identique à celui des vieux archéologues de bande dessinée de science-fiction. Il renvoie, dans la littérature fantastique, à la démesure de l’individu, tant dans l’érudition que dans l’enthousiasme intellectuel et esthétique (Pety, 2007). Quant à l’archéologue quarantenaire des bandes dessinées de science-fiction, il faut probablement le chercher dans les héros touche-à-tout des romans d’aventures de la même période, friands de civilisations perdues (Zamaron, 2012). Horace Holly, explorateur et héros de She (H. Rider Haggard, 1887) en donne l’exemple parfait : l’histoire transposée en comic en 1936 et 1937 illustre le même homme mûr et barbu auquel nous habitue la bande dessinée de science-fiction francophone. Ces ensembles de conventions, réinvestis par une partie des véritables archéologues, n’en ressortent que renforcés.

17Ainsi, le personnage de l’archéologue masculin dominant la bande dessinée de science-fiction francophone se construit majoritairement autour d’une image restée très stable de la fin du xixe siècle à nos jours et ancrée dans la culture populaire. Néanmoins, l’archétype de bande dessinée repose sur deux pôles d’âge, deux pôles vestimentaires et deux pôles d’activité (la fouille et l’étude), dont la combinaison offre une palette de personnages suffisamment diversifiée pour brouiller le modèle. Certes le professeur Grottendiche (« La Conspiration des Poissonniers », Savard, 1992) porte la barbe et les cheveux courts, un vêtement d’universitaire, et aime travailler dans son étude, mais le personnage se distingue nettement d’un Oncle Georges (Scrameustache). De même, les traits du professeur Foissard (« La Crainte du Sloane aux yeux bleus »), modèle de l’archéologue colonial antipathique et méprisable, procèdent du même modèle mais relèvent également du portrait physiognomonique. Malgré le succès toujours actuel de l’archétype masculin, la bande dessinée de science-fiction offre un timide renouvellement de la figure, en proposant dans les années 1980 puis dans les années 2000 et 2010 des personnages féminins, plus jeunes ou extra-terrestres.

La pratique archéologique au filtre de la bande dessinée : la nécessité de la simplification thématique

  • 13 Ainsi Coudière, 2017, p. 197-202, retient les deux héros comme archétypes masculin et féminin du «  (...)

18Alors que les deux licences qui ont le plus fortement façonné l’image publique de l’archéologie ces dernières années, Indiana Jones et Tomb Raider13, ont ancré l’idée du héros aventurier, seul au cœur de l’action, l’archéologue des bandes dessinées de science-fiction et fantastiques joue généralement un rôle secondaire, celui de l’adjuvant ou du conseiller. Seules quelques œuvres humoristiques, assez courtes (« La Crainte du Sloane aux yeux bleus » notamment), ainsi que deux bandes dessinées d’Andreas (Cyrrus, Le Cimetière de cathédrales) donnent au personnage une place centrale.

19Il faut ainsi constater que l’archéologue des bandes dessinées francophones est un scientifique avant tout, défini par son activité professionnelle. L’Indiana Jones n’existe pas réellement : l’archéologue n’est pas combattant, ne mène pas d’activité d’espionnage, ne recherche pas le bien, mais la connaissance. L’action est laissée à d’autres personnages, héros réels de la narration. L’aventure existe bel et bien, mais elle est celle de la découverte scientifique ou de la résolution du mystère. Cette activité studieuse de l’archéologue s’effectue en deux temps, celui de la fouille, à laquelle les vrais héros sont parfois conviés à assister, mais jamais à participer, ainsi que celui de l’étude au laboratoire ou à la maison.

20La fouille, comme c’était le cas avec le personnage de l’archéologue, relève parfois d’un imaginaire propre à l’archéologie coloniale, qu’elle soit menée en Égypte (Le Faucon de Mû, vol. 1 ; Le Mystère de la grande pyramide, vol. 1, p. 51-54) ou sur une planète lointaine (Le Baiser d’Arakh). La pratique consiste à dégager de grands monuments sans aucune notion de stratigraphie, à l’aide d’une masse anonyme d’ouvriers locaux (une « main d’œuvre indigène en quantité suffisante », Cailleteau et Siro, 2004, pl. 19, c. 2), absente de l’image ou occupée à charrier les blocs. Des outils de haute technologie sont mentionnés, mais ne sont pas ou peu utilisés dans les faits, si ce n’est, dans Le Baiser d’Arakh, une variante propre de la dynamite permettant de se débarrasser de la porte d’une pyramide. L’exploration des édifices dégagés et l’interprétation du matériel sont réservées aux membres de l’équipe archéologique, blancs. Elles ne requièrent pas une scientificité ou une technicité précise, mais la seule connaissance intuitive du contexte historique.

21Face à ce regard stéréotypé, il faut remarquer la spécificité de Cyrrus, du « Scrameustache » ou, un peu périphérique dans notre corpus, de « Jeannette Pointu » (Yeren, une œuvre plus fantastique que science-fictionnelle) : l’activité archéologique est placée au centre de l’action et son traitement trahit un souci documentaire, informatif et iconographique, à un degré variable de précision. La fouille préhistorique de Yeren (pl. 5-6), point de départ d’une quête du Yéti, est dépeinte dans les règles de l’art : en deux pages, M. Wasterlain illustre les systèmes de bornage, de carroyage, l’interprétation archéologique et la séparation du lieu de fouille et du lieu d’analyse. « Le Scrameustache » décrit une archéologie plus fantasmée, marquée par le caractère science-fictionnel de l’œuvre : ressort notamment l’usage de hautes technologies d’analyse. La série met néanmoins en scène les principaux temps de l’activité archéologique, évoqués de manière schématique : la fouille même d’un site antique ou médiéval dans Le Retour de Falzar (pl. 5, c. 5-6) ou d’une sépulture extra-terrestre dans Le Géant d’Imenoca (pl. 9, c. 2 ; ill. 2) ; le laboratoire (Casse-tête olmèque, pl. 3-5) ; l’analyse épigraphique (Le Géant d’Imenoca, pl. 7, c. 5). Kheropis illustre un chantier d’exoarchéologie, caractérisé par une équipe de spécialistes dotés de scaphandres, de pelles et de sceaux, mais également par un outillage de haute technologie relevant de la science-fiction. Cyrrus, enfin, fait figurer un chantier de fouille ainsi qu’un chantier de reconstitution clos au public ; l’archéologue repère le temple au centre de ses préoccupations au cours de prospections aériennes, développées sur trois pages. Néanmoins, la fouille de ce même temple, par tranchées, est vide d’ouvriers, mais également vide de matériel. La bande dessinée figure, sur le chantier de remontage d’un temple, une poignée d’ouvriers non individualisés, estompés par la vue plongeante et par l’échelle du plan (Cyrrus, pl. 3, c. 1). Ces personnages ne sont qu’esquissés et coloriés en gris, et disparaissent à la planche suivante (pl. 4, c. 5).

Ill. 3

Ill. 3

Léo et Icar, Terres lointaines, épisode 1, planche 37, case 6. Copyright Dargaud, 2019

22Ce temps de la fouille, même s’il n’est que suggéré, reste la condition sine qua non de la découverte scientifique. La découverte fortuite, quant à elle, est le fait de non-archéologues tels que Lin Po, femme médecin et inventeur de La Jonque céleste. Seule l’exploration en milieu hostile ou isolé apparaît comme une alternative viable à la fouille, nourrie par l’imaginaire colonial (« La Crainte du Sloane aux yeux bleus » ; Les Tours de cristal ; Le Cimetière de cathédrales ; Leo et Icar, 2009a et b) et par celui des expéditions polaires (Ante Genesem, dont le prologue rappelle les Montagnes hallucinées de H. P. Lovecraft, 1936). Ici, les héros archéologues rejoignent un nouvel imaginaire, mêlant les personnages et les thèmes des grandes explorations du xixe ou du début du xxe siècle, et plus fortement influencé par la notion d’aventure. L’expédition du professeur Stanford, au cœur de Terres lointaines en donne une illustration exemplaire : l’archéologue doit « traverser des régions sauvages et dangereuses » (Leo et Icar, 2009a, pl. 20, c. 7) pour que son équipe et lui puissent aboutir aux « ruines d’un petit village » (pl. 37, c. 6 ; ill. 3). Le site réunit les attributs d’une cité d’aventures : des traces de civilisation (une route, un urbanisme concentrique, une barrière délimitant l’urbain de l’extérieur, ici formée de tours), portant les marques de l’ancienneté (des ruines, des vases complets émaillant le chemin de l’expédition), au sein d’un environnement vide et sauvage (un cercle de savane autour de la cité, l’absence d’une activité humaine, ou plutôt civilisationnelle, récente). Le danger reste présent, sous la forme d’une faune hostile qui a repris sa place (pl. 38-39).

  • 14 Parmi les trois, c’est probablement la chasse au trésor qui a connu la plus grande attention scient (...)

23Au-delà de la diversité des œuvres évoquées et quel que soit le niveau de simplification ou l’imaginaire retenu par les auteurs, les scènes décrites peuvent être réduites à quelques motifs fondamentaux, éventuellement associés dans une même scène (Ante Genesem, pl. 1-3 ; Casse-tête olmèque, pl. 22-27) : l’invention du monument, l’ouverture et l’exploration, la découverte du trésor. Ces trois thèmes, étroitement liés, dérivent autant de motifs folkloriques anciens14 que d’un imaginaire de l’archéologie, progressivement construit entre le xviiie siècle et la première moitié du xxe siècle (Hall, 2012).

24Face à cette place prédominante de la découverte, l’interprétation du site n’est le plus souvent qu’incidente, restreinte à quelques phrases verbeuses ou jargonnantes (Le Faucon de Mû, vol. 2, pl. 54, c. 1 : « regardez, le fameux cintre architectonique. Wooley avait raison, cette forme architecturale est de beaucoup antérieure à la Grèce antique ») ou à l’évocation d’une légende (Le Baiser d’Arakh, pl. 24, c. 6 : « Les légendes locales disent que la reine […] a été emmurée ici avec ses gardes »). L’analyse est instinctive et ne nécessite jamais le recours à une documentation de référence. Elle constitue rarement un véritable processus intellectuel, sauf lorsqu’il s’agit du moteur de la narration (Cyrrus, Casse-tête olmèque, Connaissance ultime). Pour sommaire qu’elle soit, l’interprétation reste néanmoins un incontournable, permettant d’attester le sérieux scientifique du personnage.

  • 15 L’idée du danger de l’archéologie est de fait un motif récurrent : Hiscock, 2012.

25Enfin, les causes de l’opération ou de l’étude archéologique restent tributaires d’une conception livresque ou aventurière de la discipline. Le danger immédiat (« Connaissance ultime »), les ambitions scientifiques et personnelles ou la recherche de la découverte exceptionnelle en sont les moteurs principaux, tandis que les préoccupations économiques ou administratives sont passées sous silence ou évacuées par l’arrière-plan colonial. La série « Aquablue », dans Le Baiser d’Arakh et La Forteresse de sable, illustre parfaitement la question : la fouille du sanctuaire d’Arakh repose sur la volonté et le financement d’un potentat local, lequel fournit une main-d’œuvre locale. Quelques exceptions existent toutefois, nées de la jonction réalisée par des auteurs entre l’imaginaire traditionnel de l’archéologie et l’image de la pratique véhiculée par la médiation et les grands médias. Cyrrus, interrogé par un collègue sur les retards de son chantier, s’inquiète du fait que le maire puisse lui retirer les moyens financiers (Cyrrus, pl. 24, c. 4). La pression immobilière et les risques pour le patrimoine historique sont également mis en scène dans Le Vaisseau de pierre (Christin et Bilal, 1976), sans que l’activité archéologique elle-même soit figurée. Aux impératifs professionnels, la bande dessinée substitue un double leitmotiv : celui de la soif de connaissance et son pendant négatif, celui de la quête du trésor et de la célébrité. Cette dernière met l’archéologue en danger (Kheropis, Le Baiser d’Arakh) et le conduit à sa propre perte (physique ou spirituelle) ou à entraîner la chute de l’humanité dans un motif très lovecraftien ; c’est notamment la thématique centrale d’Ante Genesem15.

  • 16 D. Alexandre-Bidon constate néanmoins la simplification généralisée de l’activité. On pourrait aisé (...)

26Le caractère esquissé et superficiel de la représentation de l’activité archéologique contraste nettement avec la diversité des situations dépeintes par la littérature de fiction et de science-fiction, relevées de manière systématique par D. Alexandre-Bidon (1986). Cette dernière reconnaît dans le roman policier ou dans le roman de science-fiction une bien plus grande variété d’outillage et de pratiques de fouille (tranchées, aires ouvertes), de spécialistes, de motivations, relevant ainsi une palette de situations plus large et, au final, plus proche de la réalité de l’activité archéologique contemporaine à la période des auteurs16.

  • 17 On peut penser à la recherche de la Terre dans Fondation foudroyée et Terre et fondation d’I. Asimo (...)

27De même, la restriction de l’activité archéologique à la seule pratique professionnelle conduit à exclure le personnage des préoccupations philosophiques et sociales qui lui sont confiées par la littérature de science-fiction. Le rôle de l’archéologue, chez I. Asimov (1982 et 1986) ou A. E. van Vogt (1950), n’est pas tant de fouiller que d’analyser l’être humain et les sociétés et, partant, d’interpréter le monde actuel. Cette dimension intellectualisante se trouve évacuée de la bande dessinée, comme le motif classique de la quête des origines que l’on retrouve abondamment dans la littérature17.

28Dans la bande dessinée de science-fiction, les scènes de fouille, d’analyse et d’exploration, malgré leur traitement hétérogène, ont pour point commun de participer à la construction d’un décor permettant de soutenir et de rendre crédible la narration, voire, dans le « Scrameustache » et dans « Jeannette Pointu », de porter un regard pédagogique ou de refléter l’intérêt personnel des auteurs pour la discipline. La concision et la simplification des opérations archéologiques représentées s’expliquent parfaitement par les limitations spécifiques au medium de la bande dessinée, synthétique à l’échelle de la case (représenter le plus grand nombre d’informations dans un espace restreint), mais également à l’échelle de l’œuvre complète. L’auteur ne peut pas se permettre de développer trop longuement une activité périphérique à son histoire. Parallèlement, le lecteur a besoin d’indices explicites lui permettant de reconnaître en une seule case le contexte archéologique du récit.

29Ce constat nous permet de revenir sur l’archétype masculin de l’archéologue précédemment décrit. La stabilité de ces conventions est certainement regrettable et dommageable du point de vue de la réception de la discipline et de la place de la femme dans les métiers scientifiques. Toutefois, et au contraire du roman, l’archétype est nécessaire à la compréhension immédiate de la bande dessinée, qui répond à la fois à des pratiques de lecture rapide et à des contraintes d’espace : le rôle secondaire attribué à l’archéologue ne laisse pas de place à une individualisation ou à l’explicitation des motivations, qui peuvent être traitées plus en détail dans un roman. L’archéologue et l’archéologie de bande dessinée atteignent dès lors un niveau de stylisation extrême, coïncidant avec les attentes et l’imaginaire du public. Ceci explique à la fois la stagnation du motif et une évolution différente de celle de l’archéologue littéraire (plus diversifié et plus consistant) ou de l’archéologue de film et de jeu vidéo (qui se superpose au modèle de l’aventurier). À partir d’une même origine (l’archéologie d’avant-guerre), le motif de l’archéologue connaît donc un développement distinct selon les contraintes propres à chaque médium ; l’archéologue de la culture populaire se situe quelque part à mi-chemin de ces différents modèles, entre aventurier et scientifique (Holtorf, 2008).

Archéologue, un métier disparu dans le futur ? D’autres moyens de construire le récit archéologique

30Malgré son hétérogénéité, un regard sur notre corpus suggère immédiatement que le thème de l’archéologie est bien plus associé à l’idée du mystère qu’à celle de la science-fiction même. Les œuvres retenues situent principalement leur action au xxe siècle, et l’aspect science-fictionnel ou merveilleux (la rencontre avec le monstre, le voyage dans le temps, la découverte de la cité perdue) se présente comme une conséquence de l’enquête archéologique. Le Mystère de la grande pyramide (en 1950) puis les aventures de Bob Morane (Les Tours de cristal, en 1962) apparaissent ici en précurseurs, suivis entre les années 1970 et 2000 par « Adèle Blanc-Sec », « Marc Mathieu », « Jeannette Pointu » ou « Yoko Tsuno ». La série du « Scrameustache », bien qu’à part puisqu’elle figure un extra-terrestre pour personnage principal, se rattache au même schéma: l’action des aventures archéologiques se situe sur Terre et les éléments science-fictionnels découlent de la découverte archéologique, qu’il s’agisse de la sépulture d’un extra-terrestre (Le Géant d’Imenoca, ill. 2) ou d’une sculpture (Casse-tête olmèque).

  • 18 L’absence directe de l’archéologie dans la série ne signifie pas le désintérêt des auteurs pour la (...)

31On peut ainsi identifier les manques : au contraire des romans de science-fiction, l’archéologie est pratiquement inexistante dans les univers post-apocalyptiques comme dans l’espace. Le constat est assez surprenant : dans les séries « Jeremiah » (depuis 1979), « Neige » (1987-1999) ou dans « Chats » (1992-2001), on farfouille, on récupère tout ce qui peut être sauvé de l’avant cataclysme, mais sans réelle méthode ; les fouilleurs organisés, que l’on peut suivre dans le roman Kid Jésus (Pelot, 1980), n’existent pas. Il s’agit de questions de survie, qui excluent la démarche scientifique ou systématique de l’activité de collecte. Seule La Mort vivante (Vatine et Veranda, 2018), adaptée d’un roman de S. Wul, dépeint le processus de fouille raisonnée mis en place par une riche châtelaine résidant dans une Terre en ruine. Éventuellement, la réorganisation de classes sociales aisées peut également induire une approche antiquaire et esthétisante restreinte à la récupération des seules œuvres d’art : c’est ce que décrit Neige dans Intermezzo et Il Diavolo (Gine et Convard, 1991 et 1992), dans un cadre largement inspiré de la Renaissance italienne et de la redécouverte de l’Antiquité18.

  • 19 Il faut également citer « La Crainte du Sloane aux yeux bleus », récit paru en 1980 (c’est-à-dire b (...)

32D’autres thématiques, appréciées par la littérature et le cinéma de science-fiction, sont tout aussi absentes. Ainsi l’exoarchéologie, l’archéologie portant sur les civilisations extra-terrestres, qui a pu constituer un thème de réflexion fécond dans la deuxième moitié du xxe siècle, est pratiquement inexistante dans les bandes dessinées jusqu’ici présentées. Des exceptions ressortent, Le Baiser d’Arakh (2004), « Terres lointaines » (2009-2012), Kheropis (2015) et Connaissance ultime (2018), qui font partie des œuvres les plus récentes de notre corpus19. La rareté du thème s’explique sans doute par le fait que le space opera ou le planet opera de bande dessinée reposent principalement sur la coexistence de civilisations ou d’une faune encore bien vivantes, dont la dimension historique est évacuée. C’est notamment le cas de Valérian (Christin et Mézières, 1967-2013) mais surtout des « Mondes d’Aldébaran » (Leo, depuis 1994) et des premiers cycles d’« Aquablue » (1988-2004), où le récit adopte une tournure ethnographique et écologique.

33Au-delà de ce constat thématique, l’absence ou quasi-absence de l’archéologue de fiction a de quoi surprendre chez des auteurs parmi les plus prolifiques de la science-fiction francophone tels que Mézières, Druillet, Bilal ou Mœbius, pourtant mis en avant par l’exposition L’archéologie en bulles tenue au Musée du Louvre en 2018 et 2019 pour le caractère « archéologique » de leur production. Ainsi l’exposition illustre-t-elle tour à tour le goût des auteurs pour l’Égypte, l’invention par l’inspiration de l’Antiquité et le développement d’une « Antiquité imaginaire » (Douard et Martinez, 2018, p. 138-157 ; voir aussi Groensteen, 1998).

34De fait, l’un des ressorts typiques de la bande dessinée de science-fiction francophone implique la construction d’un environnement héritier de l’imaginaire archéologique, le paysage de ruines. Il ne s’agit pas des mêmes mécanismes que ceux de la réception de l’Antiquité, telle qu’on peut la retrouver dans des séries comme « Astérix », « Alix » ou « Murena ». Les auteurs de science-fiction, plutôt que de reproduire un paysage ou une architecture préexistante, se réapproprient les codes de l’illustration et de l’imaginaire archéologique. L’invention et l’abstraction de la ruine à un motif extraient les édifices représentés de leur environnement historique initial, devenu secondaire dans un cadre futuriste ou dans une Terre elle-même ruinée. L’architecture est réduite à une essence esthétique, à un mythe, et éventuellement à un objet de mystère, d’horreur et/ou de mysticisme.

35Cette « ambiance archéologique » (nous reviendrons sur l’expression) repose sur quatre thèmes principaux :

  • La ruine : les édifices sont inoccupés, non entretenus, conservés sur une élévation plus ou moins importante en fonction de l’effet recherché. L’intégration de la ruine dans la narration induit des édifices plus imposants. Il peut ailleurs s’agir d’un simple décor au rôle secondaire (Kar War, Voss, 1981). Par contraste, l’édifice ancien mais parfaitement conservé est un lieu surnaturel ou science-fictionnel, tel le temple souterrain de Cyrrus.

  • L’Antiquité : la ruine est essentiellement antique, tandis que le Moyen-Âge ou la Renaissance restent peu présents. De fait, ces périodes sont plutôt directement vécues au cours de voyages temporels, par exemple par Valérian (Mézières et Christin, 2000) ou Yoko Tsuno (Leloup, 1994), ou reproduites et transposées dans un futur post-apocalyptique (Chats ; Intermezzo et Il Diavolo dans la série « Neige »).

  • La préférence pour l’urbain et le monumental : elle s’explique tant par la perception qu’a le public de l’archéologie et de l’Antiquité, véhiculée par la pratique du xixe et du début du xxe siècle, que par une nécessité visuelle et scénaristique : on préfère une architecture monumentale de pierre, employant le grand appareil, plus impressionnante visuellement que l’architecture de bois.

  • Le désert : cette dernière caractéristique procède du goût pour le Proche-Orient ou l’Égypte, se retrouve tout particulièrement chez Mœbius dans 40 jours dans le désert B (2001) ou dans « Le Monde d’Edena » (La Planète encore, 1990, pl. 5, c. 5 ; Sur l’étoile, 1990, pl. 22, c. 3).

36Les auteurs de Pilote et de Métal hurlant multiplient donc, à partir des années 1970, des ruines gréco-romaines (Les Signes du destin, 1978) ou proche-orientales (La Planète encore, pl. 5, c. 5) mais surtout méso-américaines. L’imaginaire précolombien vient un temps se substituer à l’égyptomanie, et se trouve au cœur de dizaines de récits science-fictionnels dès la fin des années 1960, dans L’Empire des mille planètes (Mézières et Christin, 1969), puis dans Jean Cyriaque (Dionnet et Solé, 1975), Champakou (Jéronaton, 1979), etc. Ces mêmes caractéristiques sont présentes dans les bandes dessinées plaçant l’archéologue au centre de la narration (Ante Genesem et ses ruines cyclopéennes, couvertes de reliefs et d’inscriptions ; Le Baiser d’Arakh et ses pyramides extra-terrestres ; la vallée architecturale du Cimetière de cathédrales).

  • 20 L’utilisation de l’objet archéologique pour sa valeur esthétique, son ancienneté ou son exotisme, é (...)

37Ce type de citation, finalement proche des évocations architecturales de la période moderne (Ferri, 2015), se restreint principalement à l’architecture et au paysage, ainsi qu’à l’épigraphie (à l’exemple des planches de titre de La Tour, Peeters et Schuiten, 1987) et à la sculpture20. Il concerne autant la science-fiction que le merveilleux ou la fantasy. Gal, dans les Épopées fantastiques (1995), en fournit l’une des illustrations les plus probantes, tant dans la mise en scène d’envahisseurs romains que dans la représentation de cités ruinées inspirées par l’architecture précolombienne. Le même procédé est caractéristique des « Cités obscures » de Peeters et Schuiten, qui développent des architectures grandioses où se mêlent les époques : dans La Tour, les ruines arpentées par Giovanni Battista s’assimilent principalement à une architecture publique romaine mais intègre ponctuellement des éléments médiévaux (arcs-boutants, certains chapiteaux).

38Nous évoquions précédemment une « ambiance archéologique » plutôt qu’une réception de l’Antiquité. En effet, cette approche de la ruine, si elle rejoint certains leitmotivs de la science-fiction (les civilisations disparues, la découverte de l’autre), s’ancre dans un imaginaire plus ancien issu des xviiie et xixe siècles. La fascination pour les architectures romaines et égyptiennes, nourrie par l’antiquarisme, par la redécouverte de Pompéi ou par les campagnes d’Égypte de Bonaparte, diffuse un goût romantique de la ruine qui trouve une abondante traduction dans l’illustration comme dans la littérature (Ferri, 2015 ; Basch, 2004). C’est ce « culte moderne des monuments » (Riegl, 1903), jamais tout à fait abandonné dans l’Europe contemporaine (Habib, 2011), qui trouve une nouvelle réactivation chez les auteurs de bandes dessinées de science-fiction à la fin des années 1960. L’imaginaire véhiculé auprès de ces auteurs peut être issu autant des publications de fouilles, de l’illustration des grands sites d’Égypte ou du Proche-Orient accessible au grand public, que des paysages évoqués par les romans d’aventures des xixe-xxe siècles (la série « Tarzan » de E. R. Burroughs, 1912-1965 ; H. R. Haggard, King Solomon’s Mines, 1885) ou les romans gothiques. Sans que l’on puisse en retracer l’origine au cas par cas, cet imaginaire est partagé par la production américaine, principalement chez des auteurs liés au style de l’histoire horrifique (par exemple Boyette et Mastroserio, 1968 et Mastroserio et Goodwin, 1969, publiées dans Eerie) ou au magazine Heavy Metal (R. Corben, qui développe une architecture précolombienne dans « Den », initialement publié en 1977-1978, ou arabe médiévale dans Last Voyage of Sinbad, 1978-1979).

  • 21 On peut renvoyer, pour une démarche similaire en science-fiction, à Macaulay, 1979, un livre d’illu (...)

39Cette formule dominante dans la science-fiction des années 1970-1980 éclipse donc le personnage de l’archéologue, qui reste toutefois présent sous forme de rappel, dans des histoires courtes ou des gags (comme « Aventure chez les Grecs » ou « La Crainte du Sloane aux yeux bleus », précédemment évoqués). D’autres formes de citation archéologique coexistent, bien qu’elles restent minoritaires. L’archéologie sous-marine apparaît parfois au cours de rêveries fantasmagoriques (Épaves, Caza, 1977) ou dans des constructions narratives plus solides telles qu’« Intermezzo », dans la série Neige. L’interprétation des objets du passé, dans un monde post-apocalyptique, renvoie de la même manière à une forme de démarche archéologique. Niourk, face à un fusil, tente de comprendre un objet dont le contexte de production est si éloigné de lui qu’aucune signification pertinente ne lui apparaît (L’Enfant noir, Vatine, 2012, pl. 22) : l’interprétation instinctive de l’objet comme arme contondante, de même que la fascination pour son exotisme, font appel aux mêmes mécanismes d’interprétation que ceux qui ont eu cours auprès des archéologues de la période moderne à la première moitié du xxe siècle21.

40L’archéologue fictif, l’ambiance archéologique ou l’interprétation de l’objet ancien apparaissent ainsi comme autant de facettes d’une même fascination pour l’archéologie certes, mais surtout pour un passé mystérieux à redécouvrir.

Conclusion

41Nous avons pu observer la présence récurrente de l’archéologue, de la pratique archéologique et du modèle archéologique dans la bande dessinée francophone de science-fiction. Le traitement du motif paraît toutefois paradoxal: bien qu’elle appartienne à proprement parler aux thèmes de la science-fiction, l’archéologie mise en scène n’est pas science-fictionnelle par elle-même. Majoritairement restreinte à la Terre, elle n’implique que peu d’extra-terrestres, peu de haute technologie, aucun robot. Tout donne à penser que l’archéologie de science-fiction n’est que la transposition dans l’espace ou dans des situations merveilleuses d’un motif de la pop culture, dérivé d’un imaginaire d’avant-guerre et diversement interprété par le cinéma, la littérature et la bande dessinée.

42L’approche conservatrice, mais également simplificatrice de l’archéologie de bande dessinée ne saurait être le seul résultat de stéréotypes largement partagés par le public : elle est également liée aux contraintes de la bande dessinée, qui imposent aux auteurs de faire appel à cet imaginaire commun de manière à faciliter la lisibilité de leur œuvre. Bien loin de correspondre aux attentes actuelles d’une médiation de l’archéologie par la bande dessinée, l’archéologue de science-fiction se présente avant tout comme un artifice efficace pour nourrir d’exotisme et d’ésotérisme un récit d’aventures.

Haut de page

Bibliographie

Bandes dessinées

Andreas, Cyrrus ; Mil (1984 et 1987), Paris : Delcourt, 1993, coll. « Conquistador ».

Andreas, Le Cimetière de cathédrales (« Rork », tome 3), Bruxelles : Éd. du Lombard, 1988, coll. « Histoires et légendes ».

Boyette, Pat et Mastroserio, Rocke, « The Graves of Ocanoco », Eerie, 15, 1968, p. 5-11.

Cailleteau, Thierry et Siro, Le Baiser d’Arakh (« Aquablue », 10), Paris : Delcourt, 2004, coll. « Conquistador ».

Cailleteau, Thierry et Siro, La Forteresse du sable (« Aquablue », 11), Paris : Delcourt, 2006, coll. « Conquistador ».

Caza, « Épaves », Pilote, 37bis, 1974, p. 43-48.

Christin et Bilal, Le Vaisseau de pierre, Paris : Dargaud, 1976.

Convard, Didier et Gine, Christian, Les Carnets de « Neige » : mille ans après, Paris : Ifrane éd., 1996.

Corben, Neverwhere (« Den », tome 1) (1977-1978), Kansas City : Fantagor Press, 1991.

Corben, « Last Voyage of Sindbad », Heavy Metal, 16-28, 1978-1979.

Dionnet, Jean-Pierre et Solé, Jean, « Jean Cyriaque », Pilote, 13bis, 1975, p. 14-21.

Dorison, Xavier et Lauffray, Mathieu, Ante Genesem (« Prophet », tome 1), Paris : Les Humanoïdes associés, 2000.

Gal, Jean-Claude et Dionnet, Jean-Pierre et al., Épopées fantastiques (1977-1988), Paris : Les Humanoïdes associés, 1995.

Gine, Christian et Convard, Didier, Intermezzo (« Neige », t 4), Grenoble : Glénat, 1991.

Gine, Christian et Convard, Didier, Il Diavolo (« Neige », t. 5), Grenoble : Glénat, 1992.

Gos, Le Géant d’Imenoca (« Scrameustache », t. 42), Grenoble : Glénat, 2014.

Gos et Walt, La Saga de Thorgull (« Scrameustache », t. 12), Marcinelle : Dupuis, 1983.

Gos et Walt, Le Retour de Falzar (« Scrameustache », t. 34), Marcinelle : Dupuis, 2003.

Gos et Walt, Casse-tête olmèque (« Scrameustache », t. 36), Grenoble : Glénat, 2006.

Gos et Walt, Les Caprices de Cupidon (« Scrameustache », t. 43), Grenoble : Glénat, 2016.

Hé, Dominique, Le Faucon de Mû, 2 vol. (« Une aventure de Marc Mathieu », t. 1 & 2), Paris : Les Humanoïdes Associés, 1980-1981.

Jacobs, Edgar P., Le Mystère de la Grande Pyramide, t. 1 : Le papyrus de Manethon (Les Aventures de Blake et Mortimer, t. 4), Bruxelles : les éd. Blake et Mortimer, 1993 [1954].

Jacobs, Edgar P., Le Mystère de la Grande Pyramide, t. 2 : La chambre d’Horus (Les Aventures de Blake et Mortimer, t. 5), Bruxelles : les éd. Blake et Mortimer, 1993 [1955].

Jéronaton, Champakou, Paris : Les Humanoïdes associés, 1979, coll. » Métal hurlant ».

Leo et Icar, « Terres lointaines », t, 1, Paris : Dargaud, 2009.

Leo et Icar, « Terres lointaines », t. 2, Paris : Dargaud, 2009.

Leloup, Roger, L’Astrologue de Bruges (« Yoko Tsuno », t. 20), Marcinelle : Dupuis, 1994.

Leloup, Roger, La Jonque céleste (« Yoko Tsuno », t. 22), Marcinelle : Dupuis, 1998.

Martial, « Jérôme Bluff », Pilote, 179, 1963, p. 11-16.

Mastroserio, Rocco et Goodwin, Archie, « Terror in the Tomb », Eerie, 21, 1969, p. 19-25.

Mézières, Jean-Claude et Christin, Pierre, L’Empire des mille planètes (« Valérian, agent spatio-temporel », t. 2), Paris : Dargaud, 1971.

Mézières, Jean-Claude et Christin, Pierre, Les Mauvais rêves (« Valérian, agent spatio-temporel, t. 0) (1967-1968), Paris : Dargaud, 2000.

Mills, Pat et Ledroit, Olivier, Requiem, chevalier vampire (« Requiem, chevalier vampire », t. 1), Viry-Châtillon : Nickel, 2002.

Mills, Pat et Ledroit, Olivier, Le Bal des vampires (« Requiem, chevalier vampire », t. 4), Viry-Châtillon : Nickel, 2003.

Mœbius, La Planète encore (« Le Monde d’Edena », t. 1), Paris : Casterman, 1990.

Mœbius, Sur l’étoile (« Le Monde d’Edena », t. 1), Paris : Casterman, 1990.

Mœbius, « Tueur à gages », Métal Hurlant, 29, 1978, p. 7-18.

Mœbius, 40 jours dans le désert B ou La stratégie de la démence, Paris : Éd. Stardom, 2001.

Morales, Paolo, Cardinale, Roberto et Orlandi, Alfredo, « Il Tesoro di Didone », Martin Mystère, 308, 2010.

Peeters et Schuiten, La Tour (« Les Cités obscures »), Paris : Casterman, 1987, coll. » Les Romans “À suivre” ».

Pertuzé, « Aventure chez les Grecs », Métal Hurlant, 46bis, 1976, p. 22-25.

Pertuzé, « Les Signes du destin », Métal Hurlant, 36bis, 1978, p. 7-11.

Savard, Didier, La Conspiration des poissonniers (« Une Aventure de Dick Hérisson », tome 5), Paris : Dargaud, 1992.

Tardi, Momies en folie (« Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 4), Paris : Casterman, 1978.

Tardi, Jacques, « La Crainte du Sloane aux yeux bleus », Métal Hurlant, 57bis, 1980, p. 75-82.

Trondheim, Lewis, Guibert, Emmanuel et Biancarelli, Franck, Connaissance ultime (« Infinity 8 », tome 6), Paris : Rue de Sèvres, 2018.

Valpe, Kheropis (Les fantômes de Neptune, tome 1), Paris : Delcourt, 2015.

Vatine, Olivier, L’Enfant noir (Niourk, tome 1), Roubaix : Ankama, 2012.

Vatine, Olivier et Varanda, Alberto, La Mort vivante, Montpellier : Comix buro / Grenoble : Glénat, 2018.

Vernes, Henri et Attanasio, Dino, Les Tours de cristal (« Bob Morane », tome 4) (1962), Bruxelles : Ananké-Lefrancq, 2010.

Voss, Alain, Kar War, Paris : les Humanoïdes associés, 1981, coll. » Pied Jaloux ».

Wasterlain, Yeren : le singe qui marchait debout (« Jeannette Pointu », tome 4), Marcinelle : Dupuis / Paris : Hachette, 1987.

Romans et nouvelles

Asimov, Isaac, Foundation’s Edge, New York: Doubleday, 1982.

Asimov, Isaac, Foundation and Earth, New York : Doubleday, 1986.

Boulle, Pierre, La Planète des singes, Paris : R. Julliard, 1963.

Bradbury, Ray, The Martian chronicles, New York : Doubleday, 1950.

Dick, Philip K., Galactic pot-healer, New York : Berkley, 1969.

Gauthier, Théophile, Le Roman de la momie, Paris : L. Hachette, 1858.

Haggard, H. Rider, King Solomon’s mines, London : Cassell, 1885.

Haggard, H. Rider, She : a history of adventure, New York : Harper, 1886.

Herbert, Frank, God Emperor of Dune (Dune, tome 4), London : Gollancz, 1981.

Lovecraft, Howard Phillips, At the Mountains of Madness : the Definitive Edition (1936), New York : The Modern Library, 2005.

McDevitt, Jack, Seeker, New York : Ace Books, 2005.

Oliver, Chad, « Artifact », The Magazine of Fantasy & Science Fiction, 8 (6), 1955, p. 108-126.

Pelot, Pierre, Kid Jésus, Paris : Éd. J’ai lu, 1980.

Resnick, Mike, « Seven views of Olduvai Gorge », The Magazine of Fantasy & Science Fiction, 87 (4-5), 1994, p. 190-241.

Simak, Clifford D., City, New York : Gnome Press, 1952.

Simmons, Dan, Hyperion (Hyperion Cantos, tome 1), New York : Doubleday, 1989.

Simmons, Dan, Fall of Hyperion (Hyperion Cantos, tome 2), New York : Doubleday, 1990.

Smith, Clark Ashton, « The Great God Awto », Thrilling Wonder Stories, 15 (2), 1940, p. 111-114.

Van Vogt, A. E., The Voyage of the Space Beagle, New York : Simon & Schuster, 1950.

Wul, Stefan, « Expertise », Fiction, 54, 1958, p. 57-60.

Littérature scientifique

Garcia, Dominique (dir.), Livre blanc de l’archéologie préventive : commission d’évaluation scientifique, économique et sociale de l’archéologie préventive, Ministère de la culture et de la communication, 2013.

Alexandre-Bidon, Danièle, « L’archéologie à l’épreuve des media: méthodes, techniques et problématiques dans la fiction et la science-fiction », Ramage, 4, 1986, p. 191-248.

Alexandre-Bidon, Danièle, « Une machine à remonter le temps : l’archéologie entre science et fiction », dans Lemaitre, Serge et Schall, Céline, How do the media represent archaeology, what is at stake ?, Proceedings of the Symposium held in the Musées royaux d’Art et d’Histoire, Bruxelles, 5th november 2009, Bruxelles : Kineon, 2009, p. 123-140.

Aziza, Claude, « L’image de Rome dans la BD », Revue des Études Anciennes, 119 (1), 2017, p. 181-195.

Basch, Sophie (éd.), La métamorphose des ruines : l’influence des découvertes archéologiques sur les arts et les lettres (1870-1914) : actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes, 27-28 avril 2001, Athènes : École française d’Athènes ; Paris : de Boccard, 2004, coll. » Champs helléniques modernes et contemporains », 4.

Bozzetto, Roger, « L’archéologie, le fantastique et la science-fiction : fantastique et science-fiction : deux regards sur un thème », Cahiers du CERLI, 19, 1990, p. 119-127.

Bulles d’Antiquité : le monde romain dans la BD : exposition, Forum antique de Bavay, Musée archéologique du Département du Nord, 2 février-28 août 2012, Bavay : Musée archéologique du département du Nord, 2012, coll. » Id’antique ».

Clavel-Lévêque, Monique et Lévêque, Laure, Rome et l’histoire : quand le mythe fait écran, Paris : L’Harmattan, 2017, coll. « Histoire, textes, sociétés ».

Coudière, Bénédicte, La truelle & le phylactère : la proximité des images, Talence : Fedora, 2017, coll. « Détourages ».

Dillinger, Johannes et Feld, Petra, « Treasure-hunting : a magical motif in law, folklore, and mentality, Württemberg, 1606-1770 », German History, 20 (2), p. 161–184.

Douard, Fabrice et Martinez, Jean-Luc (dirs), L’archéologie en bulles : exposition, Paris, Musée du Louvre, Petite galerie, 26 septembre 2018-1er juillet 2019, Paris : Louvre éditions : Seuil, 2018, coll. « Le Grand livre de la Petite galerie du Louvre ».

Ferri, Sabrina, Ruins past modernity in Italy, 1744-1836, Oxford : Voltaire Foundation, 2015, coll. » Oxford University studies in the Enlightenment », 12.

Flutsch, Laurent, Futur antérieur : trésors archéologiques du 21e siècle après J.-C., Gollion : Infolio, 2002.

Groensteen, Thierry, « Humour et fantastique : les deux rives du Nil » dans Groensteen, Thierry (dir.), L’Égypte dans la bande dessinée, Angoulême : Centre national de la bande dessinée et de l’image / Poitiers : Centre régional de documentation pédagogique de Poitou-Charentes, 1998, p. 6-14.

Habib, André, L’attrait de la ruine, Crisnée : Yellow now, 2011.

Hall, Mark A., « Romancing the stones : archaeology in popular cinema », European Journal of Archaeology, 7 (2), 2004, p. 159-176.

Hall, Mark A., « L’archéologie ou la tentation de l’aventure » dans Silence on fouille : l’archéologie entre science et fiction, Roissy : Archea, 2012, p. 64-81.

Hiscock, Peter, « L’archéologue dangereux ou comment le cinéma présente l’archéologie comme une menace pour le monde » dans Silence on fouille : l’archéologie entre science et fiction, Roissy : Archea, 2012, p. 112-127.

Holtorf, Cornelius, « Entre culture populaire et science, la “marque archéologique” », Les Nouvelles de l’Archéologie, 113, 2008, p. 26-30.

Laury-Nuria, André, Game of Rome : ou l’antiquité vidéoludique, Caen : Passage(s), 2016, coll. « Essais ».

Macaulay, David, Motel of the mysteries, Boston : Houghton Mifflin, 1979.

Martin, Jean-Philippe (dir.), Comics park : préhistoires de bande dessinée : exposition Comics park, présentée au Musée de la bande dessinée d’Angoulême, du 22 mai 1999 au 19 septembre 1999 et au Muséum d’histoire naturelle, Galerie de paléontalogie, du 15 octobre 1999 au 15 mai 2000, Paris : Muséum d’histoire naturelle ; Centre national de la bande dessinée et de l’image, 1999.

Pety, Dominique, « Archéologie et collection » dans Lavaud, Martine (dir.), La plume et la pierre : l’écrivain et le modèle archéologique au xixe siècle, Nîmes : Lucie éd., 2007, coll. » Essai littérature », p. 205-224.

Ramage, Nancy H., « Goods, graves, and scholars : 18th-century archaeologists in Britain and Italy », American Journal of Archaeology, 96 (4), p. 653-661.

Riegl, Alois, Der moderne Denkmalkultus : sein Wesen und seine Entstehung, Wien, Leipzig : Braumüller, 1903.

Semonsut, Pascal, « Préhistoriens réels, préhistoriens rêvés : doit-on faire la différence ? » dans Silence on fouille : l’archéologie entre science et fiction, Roissy : Archea, 2012, p. 30-45.

Silence on fouille : l’archéologie entre science et fiction, Roissy : Archea, 2012.

Haut de page

Notes

1 Il ne s’agit pas d’en proposer un panorama exhaustif, l’analyse du thème restant à faire. L’état des lieux très complet proposé par D. Alexandre-Bidon (1986), adoptant le point de vue de l’archéologue professionnel, n’a pas été actualisé, si ce n’est par la même auteure (2009). On peut également renvoyer, en complément, à Bozzetto, 1990.

2 Par exemple dans La Planète des Singes (Boulle, 1963), Expertise (Wul, 1958) ou Kid Jésus (Pelot, 1980).

3 Le corpus primaire comprend trente-quatre œuvres, dont la distribution chronologique rend compte de deux périodes-clés : l’une débutée à la fin des années 1970 (trois œuvres) et poursuivie dans les années 1980 (sept bandes dessinées) ; la seconde entamée dans les années 2000 et continuée dans les années 2010 (respectivement neuf et six bandes dessinées). Il est à noter que certaines séries, notamment « Le Scrameustache » (depuis 1972), traversent toute la période appréhendée.

4 « Yoko Tsuno » (depuis 1970) ou « Le Scrameustache » s’adressent au jeune public ; Cyrrus (Andreas, 1984) ou « Requiem » (Mills et Ledroit, depuis 2000) aux adultes ; Kheropis (Valp, 2015), Connaissance ultime (Trondheim, Guibert et Biancarelli, 2018) ou La Mort vivante (Vatine et Varanda, 2018) à un public mixte.

5 Il faut noter le caractère spécifique de cette recherche qui, assez souvent, reste associée aux milieux muséaux et à la pratique de l’exposition temporaire. On a ainsi pu assister, depuis la fin des années 1990, à la multiplication d’expositions à thématiques plus ou moins resserrées : aux côtés de celle du Louvre, probablement la mieux médiatisée, on peut penser par exemple à l’exposition « Comics Park » tenue au Musée de la bande dessinée d’Angoulême en 1999 (Martin, 1999) ou à « Rahan, la préhistoire revisitée », tenue au musée Arkéos à Douai en 2017.

6 On peut citer, sans doute de manière non exhaustive, l’Oncle Georges du « Scrameustache », les archéologues de La Jonque céleste, Wallace de Wolf (Le Cimetière des cathédrales), Yves Coppain (Yeren) ou le professeur Stanford (Terres lointaines, Leo et Icar, 2009).

7 C’est notamment le cas des inventeurs de l’australopithèque Lucy, D. Johanson ou Y. Coppens. Ainsi l’accoutrement du Y. Coppain de « Yéren », calqué sur ce dernier, semble directement influencé par les photographies prises sur divers chantiers.

8 On notera que la désignation par le seul prénom, contrairement aux appellations traditionnelles adjoignant le titre « professeur » au nom de famille, n’est pas ici un critère hiérarchique : il s’agit du mode de désignation normal des personnages dans le Scrameustache.

9 On trouvera les statistiques établies pour l’Inrap en 2011 dans le Livre blanc de l’archéologie préventive (Garcia, 2013, p. 145).

10 Résurrection, n.p., p. 33. Le processus d’inversion est identique à celui affiché par les pompiers de Farenheit 451.

11 On peut penser, en littérature, au céramologue héros du Guérisseur de cathédrale (Philip K. Dick, 1969).

12 À nouveau, le « Mystère de la grande pyramide » offre une rare exception, sous la personne du « professeur Ahmed Bey, conservateur du Musée des Antiquités égyptiennes » (vol. 1, p. 5, c. 2). Il s’agit de l’unique conservateur en archéologie mentionné comme tel dans le corpus étudié, les musées d’Antiquité se révélant par ailleurs relativement rares dans la bande dessinée de science-fiction (on peut penser au Musée d’Histoire naturelle dans Adèle et la Bête).

13 Ainsi Coudière, 2017, p. 197-202, retient les deux héros comme archétypes masculin et féminin du « personnage-archéologue ».

14 Parmi les trois, c’est probablement la chasse au trésor qui a connu la plus grande attention scientifique ; le thème s’insère autant dans les croyances populaires médiévales, modernes et contemporaines et dans le discours religieux et lettré (Dillinger et Feld, 2002) que dans la pratique des antiquaires (Ramage, 1992).

15 L’idée du danger de l’archéologie est de fait un motif récurrent : Hiscock, 2012.

16 D. Alexandre-Bidon constate néanmoins la simplification généralisée de l’activité. On pourrait aisément comparer la concision de la bande dessinée à celle manifestée par La Chute d’Hypérion, qui décrit de manière incidente le matériel scientifique laissé par l’équipe universitaire en charge des fouilles des Tombeaux du Temps, le long d’un unique paragraphe, sans développer plus longuement une thématique pourtant évoquée de manière filée dans tout le cycle d’Hypérion.

17 On peut penser à la recherche de la Terre dans Fondation foudroyée et Terre et fondation d’I. Asimov, de la première colonie dans Seeker de J. McDevitt, ou du monde ancien dans La Planète des singes et dans Demain les chiens ; ces cinq romans font de l’archéologue l’acteur principal de la quête.

18 L’absence directe de l’archéologie dans la série ne signifie pas le désintérêt des auteurs pour la discipline. Ainsi ces derniers mettent-ils en scène dans un ouvrage hors série (Convard et Gine, 1995, p. 5-26) leur carnet de dessins, esquisses et travaux de recherche, sous la forme d’enregistrements d’une mission de fouille. Ceux-ci font succéder journaux personnels et « photographies » d’archéologues du futur, alliant les démarches scientifique et interprétative à un récit d’aventures. Les auteurs manifestent ici un véritable enthousiasme pour l’archéologie, qui apparaît également de manière sourde dans la série « Neige » à travers la place des paysages ruinés.

19 Il faut également citer « La Crainte du Sloane aux yeux bleus », récit paru en 1980 (c’est-à-dire bien antérieurement à ces quatre œuvres), dont le propos est parodique : il s’agit de transposer la réalité coloniale du début de xxe siècle à l’exploration spatiale.

20 L’utilisation de l’objet archéologique pour sa valeur esthétique, son ancienneté ou son exotisme, évoquée en 2017 et 2018 par les expositions de Douai et du Louvre, ne paraît pas vraiment concerner la bande dessinée de science-fiction francophone bien qu’elle trouve une place à part entière dans d’autres productions science-fictionnelles ou horrifiques. L’un des meilleurs exemples en est probablement « Martin Mystère » (Morales, Cardinale et Orlandi, 2010 par exemple).

21 On peut renvoyer, pour une démarche similaire en science-fiction, à Macaulay, 1979, un livre d’illustration proposant l’interprétation d’un motel par des archéologues du futur, ou à l’exposition « Futur antérieur », tenue à Lausanne en 2002-2003 (Flutsch, 2002).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1
Légende Leloup, Roger, La Jonque céleste, planche 1, cases 2 à 4. Copyright Dupuis, 2019
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/3600/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Ill. 2
Légende Gos, Le Géant d’Imenoca, planche 9, cases 1 à 3. Copyright Glénat, 2019
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/3600/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Ill. 3
Légende Léo et Icar, Terres lointaines, épisode 1, planche 37, case 6. Copyright Dargaud, 2019
URL http://journals.openedition.org/resf/docannexe/image/3600/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Auvertin, « L’archéologue dans la bande dessinée de science-fiction francophone », ReS Futurae [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le , consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/resf/3600 ; DOI : 10.4000/resf.3600

Haut de page

Auteur

Rémi Auvertin

Rémi Auvertin est docteur en archéologie, membre du laboratoire Halma-UMR8164 à l’Université de Lille. Il travaille plus habituellement sur l’urbanisme et sur l’habitat romain en Gaule septentrionale.

Rémi Auvertin is a doctor in archeology, member of the Halma-UMR8164 laboratory at the University of Lille. He usually works on town planning and Roman housing in northern Gaul.

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals