Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Depuis sept ans, la revue Res Futurae a eu maintes fois l’occasion de réaffirmer son engagement pour une étude de la science-fiction comme fait culturel global et intermédiatique. Les jeux vidéo, le cinéma, les séries télévisées ou l’illustration y ont été, et seront abordés comme autant de supports contribuant chacun pleinement, selon ce que Philippe Marion appelle leur médiagénie, à la dynamique de la SF. Il nous importe d’insister sur le fait qu’on ne saurait se contenter de voir l’image et l’audiovisuel comme des déclinaisons ou des variantes de la littérature : si l’adaptation du récit littéraire se vérifie bien dans la SF (on répète à loisir que Philip K. Dick est l’écrivain le plus adapté à Hollywood), avec ses problématiques et enjeux propres, la dimension intermédiatique du genre est loin de s’y réduire. Née véritablement avec la société industrielle et la presse de grande diffusion, la SF dès le xixe siècle doit son développement à un entrelacement de médias où l’image, le texte et le son (trop rarement étudié encore) se sont enrichis mutuellement.

2La bande dessinée et ses logiques iconotextuelles ont bien entendu reçu de l’attention dans les précédents numéros, par exemple pour étude du Transperceneige de Lob et Rochette (Suk Hee Joo, n° 9), de Ghost in the Shell de Shirow (Bountavy Suvilay, n° 10) ou des Technopères de Jorodowsky, Beltran et Janjetov (Eric Villagordo, n° 10). Avec ce quatorzième numéro, c’est un dossier complet qui lui estconsacré, sous la houlette d’un spécialiste de l’image au cinéma et dans la bande dessinée, Alain Boillat. Son introduction à elle seule vaut pour une synthèse d’histoire des rapports entre SF et BD : cet attelage n’a rien d’évident, et le fait qu’il structure la BD franco-belge n’est pas le moindre des arguments de ce dossier, dans ses choix de périmètre et de problématique. En effet, ce dossier ne fait qu’effleurer les domaines du manga et des comics, qui dessinent ainsi les horizons d’une problématisation plus large et encore à construire.

3Le choix des traductions a d’une certaine manière été l’occasion de confirmer la relative nouveauté de ces perspectives : en effet, il y a peu d’études spécifiquement consacrées à la fiction dessinée en général dans la bibliothèque critique de nos deux revues aînées et partenaires, Science Fiction Studies (U.S.A.) et Foundation (U.K.). Deux études récentes se sont cependant détachées avec évidence : la première, initialement publiée dans Foundation en 2017, analyse la manière dont la mise en crise de la cosmologie et la déréalisation de l’idée même de monde dans les comics de super-héros pouvait être examinée à la lumière de l’usage méthodique du doute chez Descartes, investissant ainsi dans le discours de la science-fiction dessinée la puissance problématique de thèses logiques et ontologiques structurées. La seconde étude, initialement publiée dans Science Fiction Studies la même année, étudie la formation d’une culture science-fictionnelle dans les pulps de science-fiction américains des années 30 et 40, en montrant le rôle qu’ont joué dans ce processus les représentations du cinéma de science-fiction, dont la présence sourde est constante, des couvertures de ces pulps au courrier des lecteurs en passant par les éditoriaux ou les réclames.

4La traduction de ces articles nous a confrontés, comme nous en avons pris l’habitude, à des cas d’intraduisibilité irréductible, comme ce calembour sur Marvel dans le titre de l’article de Gavaler et Goldberg, ainsi qu’à des traces de la circulation médiatique des œuvres de science-fiction : ainsi de la série longtemps connue sous le titre des « Vengeurs », dont le cinéma récent a relancé l’intérêt sous un titre cette fois directement importé de l’américain, « Avengers ». Il y a là, selon nous, beaucoup plus qu’un détail de traductologie ou d’histoire de l’édition de comics : ces variations de titres engagent la reconnaissance des fictions industrielles par les différentes générations de leurs publics, et, partant, l’histoire de leurs cultures contrastées ou compilées, l’érudition nécessaire à leur consommation éclairée (telle que Simon Bréan l’a décrite dans un article du n°1 de ReS Futurae), la concurrence des versions et, globalement, la compétence générique de ces cultures sérielles, dont la SF est l’une des plus actives représentantes actuelles. C’est l’occasion de réaffirmer notre attachement à une précision bibliographique que certains auteurs et autrices ressentiront peut-être parfois comme maniaque : oui, nous leur demandons de suivre des normes de rédaction où les italiques, les parenthèses, les crochets, les dates successives, les noms de traducteurs et les titres de collections doivent permettre d’identifier toutes ces étapes de la circulation des supports et des fictions. Nous avons d’ailleurs refondu la présentation de ces normes, que nous espérons ainsi plus lisibles, sur la page de « Consignes aux auteurs ».

5La complexité problématique de ces deux articles que nous avons choisi de traduire appelle une autre remarque, dont la portée est plus générale. On le voit en effet, une approche culturelle globale telle que nous la défendons est un défi constant aux spécificités disciplinaires. Issus de la littérature générale et comparée, de la théorie et de l’histoire littéraire, les membres fondateurs du comité éditorial n’ont pas la prétention de dominer l’ensemble des savoirs nécessaires à des approches intermédiales, sociologiques, philosophiques, d’histoire et de théorie des sciences, etc. La dynamique des comités est donc indispensable au sérieux de la revue : consultation systématique du comité scientifique, étoffement du comité éditorial (CE). Celui-ci compte depuis longtemps un spécialiste d’histoire des sciences, Hugues Chabot ; pour superviser la rubrique traductions, une traductologue, Alice Ray, doctorante active et docteure de l’université d’Orléans depuis l’automne 2019. En accueillant Laurent Gerbier (université de Tours), historien de la philosophie et spécialiste de la bande dessinée, le CE s’est doté d’un regard précis et instruit sur la question qui occupait la préparation de ce n°14, et c’est lui qui a endossé le rôle de référent du dossier, dialoguant avec Alain Boillat. Ce fonctionnement par délégation du dialogue scientifique à un référent identifié permet à des membres du comité éditorial de contribuer à la revue en respectant la sincérité de son processus d’évaluation anonyme ; pour ce dossier « BD » (tout comme pour le dossier « Le Guin » du n° 13), Irène Langlet s’est ainsi mise en retrait de la conduite des évaluations et relectures. De même qu’à la parution du numéro 13, la conséquence la plus visible de ces menus faits en est une signature collective pour cet éditorial, signe réjouissant d’un travail mené toujours plus étroitement en commun.

6Res Futurae veut, en effet, depuis son dossier de candidature au groupement Open Edition, mettre son effort de réflexion, d’écriture et de publication au service d’une recherche collective et d’une valorisation ouverte de ses résultats, y compris dans la dimension du débat. Dans cet esprit, un compte-rendu / essai est au sommaire de ce numéro 14. Il tente de suivre l’exemple des reviews-essays de Science Fiction Studies, où le compte-rendu de plusieurs ouvrages ouvre la possiblité d’une discussion plus large que leurs sujets de départ. Ce type d’article formule bien l’idée que la lecture et le commentaire des travaux d’autrui compose une part au moins aussi importante, dans ce travail collectif, que la production d’idées, d’analyses et de points de vue individuels. Les auteurs des ouvrages critiqués ont reçu ce review-essay avant la mise en ligne, pour échange et discussion ; la revue publiera volontiers leur réponse écrite, ainsi qu’à toute autre revue-essai dont nous encourageons la publication, afin de nourrir un dialogue que nous ne concevons que comme continu.

7La vie de la revue épouse ce dialogue en tâchant de rester à la hauteur de son exigence de méthode ; ainsi la sortie de ce numéro 14 coïncide-t-elle avec une reprise globale des mots-clés de l’index, du premier au dernier numéro, ce qui a permis d’en clarifier (typographiquement, conceptuellement) les entrées. Le comité éditorial espère offrir ainsi aux lecteurs, qu’il soient humains ou robotisés, une recherche plus aisée et un parcours plus lisible dans le fonds d’articles de ReS Futurae. Nécessaire à la bonne indexation numérique mais surtout à la rigueur académique, ce travail d’harmonisation s’est bâti collectivement et a donné matière à réflexion quant aux présupposés de certains mots-clés. En particulier, les indications géographiques, lorsqu’elles précisaient certaines aires culturelles de l’écriture de science-fiction, ciblaient surtout des réalités non occidentales (« science-fiction chinoise », « science-fiction japonaise »). Bien que ces mots-clés témoignent initialement du désir louable de mener des distinguos fins entre des cultures de science-fiction contrastées, y compris au sein d’un même ensemble linguistique (science-fiction des États-Unis, du Canada, d’Australie…), il nous a semblé que le résultat effectif, en 2019, construisait un travers exotisant de mauvaise méthode, faute de développements suffisants de la recherche actuelle. La simplification et l’harmonisation se sont ainsi faites dans le sens de l’effacement des mots-clés géographiques (et historiques, d’ailleurs) – à l’exception des indications renvoyant à la caractérisation thématique des diégèses – jusqu’à de nouveaux développements de la recherche, que nous souhaitons bien sûr vivement.

8On nous permettra, pour finir, de remercier ici très chaleureusement les auteurs et les éditeurs de bandes dessinées qui nous ont gracieusement autorisé à reproduire leurs images, et qui ont pour certains accepté de nous fournir eux-mêmes les fichiers de ces images en haute définition. En l’absence d’une législation qui offrirait un cadre juridique explicite au droit de citation visuelle à des fins pédagogiques ou scientifiques, la bienveillance de ces auteurs et de ces éditeurs est indispensable à la poursuite de recherches collectives sur les arts visuels contemporains. Que, dans certains cas, nous ayons dû renoncer à des illustrations dont les éditeurs nous imposaient des conditions financières ou éditoriales que nous ne pouvions satisfaire ne fait qu’augmenter notre reconnaissance à l’égard de ceux, bien plus nombreux, qui ont bien voulu accompagner notre travail.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de Res Futurae, « Éditorial », ReS Futurae [En ligne], 14 | 2019, mis en ligne le 21 décembre 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/resf/8274

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction de Res Futurae

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals