Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Fictions de mondes possibles : le...L’altérité au prisme de la polyte...

Fictions de mondes possibles : les formes brèves et la science-fiction

L’altérité au prisme de la polytextualité : les artefacts science-fictionnels de Points chauds (Laurent Genefort)

The Other as seen through polytextuality : science fiction artifacts in Points Chauds (Laurent Genefort)
Simon Bréan

Résumés

Points chauds, de Laurent Genefort (2012), présente des témoignages fictionnels où se mêlent reconnaissance et mise à distance, pour faire comprendre, mais aussi ressentir, ce que l’altérité extraterrestre impliquerait pour les êtres humains. La polytextualité se présente ici non seulement comme un choix esthétique, mais surtout comme une modalité d’accès cognitif à ce qui établit l’altérité, c’est-à-dire essentiellement le point de vue adopté. Il s’agira dans cet article de mieux cerner les stratégies textuelles employées par Laurent Genefort pour engager une dynamique spécifique mettant en jeu la compréhension de l’altérité extraterrestre, par une polytextualité impliquant des artefacts science-fictionnels au statut et à la nature très variables.

Haut de page

Texte intégral

Perspectives sur l’altérité extraterrestre

1La figure de l’extraterrestre est aisément associée à la notion d’altérité en science-fiction, mais il n’est pas si facile d’en faire le point de départ d’une symbolisation significative. Une première perspective joue de l’apparence d’étrangeté pour transposer des situations réelles, passées ou fantasmées : les extraterrestres sont alors des doubles, victimes, résistants ou parfois responsables d’une nouvelle colonisation, aborigènes ayant établi un rapport précieux à une nature que nous avons oubliée, ou encore civilisations fondées sur une extrême violence ou une inaccessible rationalité, renvoyant en miroir nos espoirs ou culpabilités. Une seconde orientation consiste à poser une altérité irréductible, pour marquer les limites du savoir humain ou pour renvoyer la tentation humaine de se prendre pour universelle à un point de vue relatif, ancré non seulement dans une histoire et une culture, mais aussi dans une biologie et un écosystème. Ces deux aspects semblent difficilement conciliables, dans la mesure où la logique d’identification à l’œuvre dans le premier type de récit tend à atténuer le sentiment d’altérité, que le second type exacerbe au contraire. Une voie moyenne suppose en effet de concilier métaphorisation de l’extraterrestre et matérialité signifiante – qu’il y ait dans les figures d’altérité quelque chose qui résiste à la simple transposition. Dans Points chauds, de Laurent Genefort (2014 [2012]), cette résistance provient de la nature même des textes, des témoignages où se mêlent reconnaissance et mise à distance, pour faire comprendre, mais aussi ressentir, ce que l’altérité extraterrestre impliquerait pour les êtres humains.

2Au sein de l’œuvre de science-fiction de son auteur, Points chauds occupe une position singulière. Non seulement il se compose d’un ensemble de récits courts, forme peu pratiquée par l’écrivain, mais ce roman est l’un des rares à ne pas être situés dans son histoire du futur. Celle-ci lui sert de cadre pour des récits d’aventure et d’exploration de planètes extraterrestres. Un sous-ensemble de cette histoire du futur est l’univers d’Omale, une sphère de Dyson à l’écart des routes spatiales où il représente le développement d’une civilisation humaine en contact avec deux espèces extraterrestres pendant des siècles d’affrontement et de cohabitation (Genefort, 2012). Un élément unifiant toute cette histoire du futur est l’influence d’une race extraterrestre mythique, les Vangk, qui ont mis en place un réseau de gigantesques portails spatiaux permettant de se rendre d’un point à un autre de la galaxie1. Points chauds reprend, mais inverse radicalement, les mêmes éléments thématiques. Au lieu de représenter l’expansion humaine dans des milieux extraterrestres, ce récit met en scène l’irruption inattendue d’une multitude d’aliens sur la Terre. L’auteur adapte l’image du portail de téléportation : au lieu des immenses « Portes de Vangk », qui nécessitent une maîtrise du voyage spatial, il propose de simples « Bouches » s’ouvrant la plupart du temps au niveau du sol et permettant un passage libre d’une biosphère à une autre, avec quelques contraintes techniques qui empêchent toute invasion d’une planète par une espèce belliqueuse. Ces aliens sont des voyageurs, des vagabonds, des réfugiés, des artistes, des travailleurs en quête de perspectives économiques. Laurent Genefort suit donc une entrée originale de l’humanité dans l’ère spatiale, une période d’adaptation aux contacts extraterrestres et d’évolution conceptuelle et politique.

  • 2 Concernant les artefacts fictionnels, voir notamment Saint-Gelais (1999), Langlet (2006) et Bréan ( (...)
  • 3 Le nom de cette force internationale n’est pas autrement justifié dans le récit. Au sein de la diég (...)
  • 4 Laurent Genefort emploie le terme d’alien de préférence à celui d’extraterrestre dans son roman. Ou (...)
  • 5 Le fix-up, pratique consistant à reprendre des textes déjà écrits pour en faire un roman complet, p (...)
  • 6 Dans « Le travail épique de la science-fiction : les histoires du futur de Laurent Genefort » (2017 (...)

3À cette configuration singulière de la thématique du Premier Contact s’ajoute une singularité formelle, à savoir la reconfiguration du fil narratif en un réseau de récits fournis par fragments, dont la plupart sont des artefacts science-fictionnels, c’est-à-dire des textes censés venir concrètement du monde de la fiction représentée, et dont le statut pseudo-documentaire sert à instaurer un rapport tour à tour intime et distancié à ce qui est un changement de paradigme scientifique et géopolitique, mais aussi philosophique et individuel2. La dimension de témoignage est accentuée par la focalisation qui enferme très strictement les informations dans le point de vue d’un personnage ordinaire, même pour les textes qui se présentent comme des récits fictionnels standards. Colorée par le cadrage énonciatif pseudo-réaliste propre aux artefacts science-fictionnels, la polytextualité se présente ici non seulement comme un choix esthétique, mais surtout comme une modalité d’accès cognitif à ce qui établit l’altérité, c’est-à-dire essentiellement le point de vue adopté : elle sert à marquer la progression de la compréhension réciproque entre des espèces dont les échanges sont plus ou moins impossibles. La première version de ce récit a pris la forme d’une nouvelle, « Rempart », parue dans Bifrost en 2010 (Genefort, 2010). Cette nouvelle adopte le point de vue de Léo, un jeune homme s’engageant dans la force d’interposition Rempart3, destinée à gérer les situations difficiles entre migrants « aliens4 » et populations locales. Le récit se présente comme une sorte de journal intime livrant par fragments des impressions sur l’évolution du monde au contact d’un changement paradigmatique inexorable. De courts épisodes, datés de 2019 à 2036, donnent des aperçus de plusieurs zones de conflits, les « points chauds » donnant leur titre au roman. Le roman reprend et étend le procédé, en mettant en place une structure narrative spécifique, raffinant délibérément la pratique du fix-up, technique traditionnelle de la littérature de science-fiction5. La nouvelle initiale est divisée en fonction des fragments de journal intime, avec quelques modifications et ajouts. Elle sert à structurer une lecture éclatée, entrecoupée d’autres fragments de récits et d’extraits d’articles donnant des informations sur l’impact de la présence alien sur les relations diplomatiques, les recherches scientifiques et les expérimentations artistiques. Le point de vue de Léo, le soldat de « Rempart », est ainsi complété par celui de plusieurs autres personnages, livrés eux aussi par épisodes, selon un feuilletage permettant de mener de front plusieurs intrigues indépendantes : Prokopyé, un ouvrier nénètse en Sibérie assistant la transhumance d’aliens ressemblant à des rennes (témoignage oral recueilli par un journaliste anonyme) ; Camila, une travailleuse humanitaire aidant des aliens en Somalie (lettres à son frère) ; Raji, un chercheur indien étudiant les conceptions scientifiques des aliens (récit sans cadrage artefactuel) ; ainsi que Darius, spécialiste en sécurité anti-alien (interview), et Ariadne, une jeune fille dont le départ dans une Bouche ouvre le récit, tandis que son retour par une autre le ferme (récit sans cadrage artefactuel). La tonalité d’ensemble se modifie : le discours du soldat désabusé, incapable de tirer de son expérience un sens global, se trouve complété par les autres sources d’information. Mais la perspective reste la même : fournir par petites touches, par fragments, des éléments convergents qui permettent de se représenter le monde possible où se joue l’intégration de l’humanité dans une communauté interplanétaire6.

4Outre les différents niveaux d’interprétation qu’il engage du fait du dispositif polytextuel englobant les différents types de texte, Points chauds s’appuie sur la double lecture impliquée par l’artefactualisation des textes fictionnels pour renforcer la matérialité de ses extraterrestres. Le dispositif pseudo-documentaire impliqué par les artefacts invite à s’interroger sur les conditions d’écriture et de constitution du point de vue, et par conséquent sur les conditions d’interaction avec les aliens, dont les paramètres biologiques et culturels varient considérablement. Il s’agira donc dans cet article de mieux cerner les stratégies textuelles employées par Laurent Genefort pour engager une dynamique spécifique mettant en jeu la compréhension de l’altérité extraterrestre, par une polytextualité engageant en particulier des artefacts science-fictionnels au statut et à la nature très variables.

L’ouverture à l’autre, une morale explicite des artefacts non-narratifs

5Le titre du roman, Points chauds, semblerait renvoyer à un vaste champ de bataille, dont les différents récits seraient autant de fronts. Pourtant, il faut le comprendre comme désignant des « points de contact significatifs ». Même si l’action n’en est pas absente, les récits se révèlent plutôt des espaces de discours, où se font entendre les voix de différents témoins, tous humains, les extraterrestres n’ayant que très rarement la parole. Il s’agit de rendre compte d’un ensemble d’expériences de contact, dont le faisceau construit peu à peu un lecteur modèle, citoyen de cet avenir alternatif, préoccupé par la compréhension d’un monde en cours de transformation : un alter ego du lecteur réel, pris dans une démarche de reconstitution du monde fictionnel à partir des bribes fournies par les textes. La dynamique de la polytextualité, à forte coloration artefactuelle, est ainsi destinée à alimenter cette double lecture, en lui donnant un horizon plus large que la simple résolution d’une série d’intrigues, tant les stratégies polytextuelles dessinent des lignes de fuite plutôt qu’elles ne cimentent un arrière-plan bien réglé (Langlet, 2006, p. 93-105).

6Points chauds n’est pas un fix-up dans la définition la plus stricte du terme : une seule nouvelle a servi de substrat au développement d’un récit de plus grande envergure. Toutefois, Laurent Genefort n’a pas simplement réajusté aux proportions d’un roman une idée et une intrigue conçues pour une nouvelle. Il ne s’agit pas d’une réécriture, mais d’une reconfiguration. La structure feuilletée n’était pas une intention première de l’auteur, qui a rédigé séparément plusieurs nouvelles situées dans le même univers, avant de s’apercevoir qu’il pouvait les fragmenter et les faire alterner, selon une logique de puzzle qui n’est pas sans rappeler un roman comme La Vie mode d’emploi : l’ensemble qui peut être induit à partir de ces fragments doit tout au dispositif de lecture, et presque rien à des effets d’écho ou de convergence narrative. Le dispositif textuel adopté permet à l’évidence d’établir une tension narrative globale pour ce qui n’est pas tant un recueil de nouvelles qu’un roman polyphonique : le tempo des récits est à peu près le même, si bien que les nœuds d’intrigue adviennent et se résolvent peu ou prou en même temps ; cela contrebalance d’ailleurs la faible tension narrative générale établie dans « Rempart », qui présentait de courtes scènes autosuffisantes. Néanmoins, cette tension procure un sentiment d’unité à un ensemble qui pourrait sinon paraître disparate, et elle contribue de ce fait à la mise en perspective globale de l’altérité extraterrestre proposée par le roman. Ces solos entrelacés produisent un effet de roman choral, dans la mesure où chaque point de vue permet de renforcer l’impression d’une réalité commune, qui plus est d’une réalité qui résiste, à la fois en raison de l’adversité qu’affrontent les personnages, mais aussi du fait de leur incapacité à en saisir toutes les implications. Cette structure dialogique optimise encore l’impression d’exploration d’un avenir cohérent que peuvent produire les nouvelles/épisodes des romans fix-up traditionnels.

7Déjà déterminante pour fonder un effet de lecture en termes de matérialité du monde représenté, la logique du fix-up se trouve encore renforcée par le choix de Laurent Genefort de faire de la majorité de ses récits des artefacts science-fictionnels. L’une des logiques communes entre la structuration du fix-up et la stratégie consistant à introduire des artefacts science-fictionnels est la force de suggestion de l’ellipse ontologique : le lecteur s’efforce d’établir des liens entre des objets textuels disparates, trouve effectivement des points de contact, et dans le processus participe activement à la construction du monde fictionnel. C’est à l’échelle du récit le même type de mécanisme que celui qu’évoque Marc Angenot avec l’expression de « paradigme absent » (1978) : de même que l’introduction d’un mot nouveau suggère au lecteur toute une classe d’objets associés, qui donnent au lecteur l’impression qu’un monde entier se dissimule sous des signifiants en réalité arbitraires, la présentation d’articles de journaux, d’encyclopédie, de témoignages, suggère l’existence d’un ensemble de relations concrètes permettant l’existence de ces extraits. La multiplication des fragments suggère le potentiel de la totalité.

  • 7 Ce type de pseudo-manuel n’est pas isolé dans le domaine de la science-fiction, et de la fantasy. I (...)

8À cet égard, l’exemple le plus massif de ces artefacts se trouve en quelque sorte dedans/dehors dans l’édition utilisée (au Livre de poche, 2014), qui fait suivre le roman lui-même d’un « guide de survie en situation de contact extraterrestre », publié initialement en parallèle du roman, et réintégré dans l’édition de poche, ajoutant dans les faits un degré supplémentaire, une sorte de fix-up éditorial. Ce « guide », surtitré Aliens, mode d’emploi, est construit de manière très différente, tout en étant placé dans le même monde fictionnel. Situé quelque temps après la fin du roman, sans doute vers la fin des années 2030, l’ancrage énonciatif ne vise pas à activer les procédés de dramatisation destinés à configurer des intrigues captivantes dans le roman. Adoptant la posture d’un guide de voyage, didactique, descriptif et rarement narrativisé, le propos adopte une modalité déontique – dictant les normes de bonne conduite à l’égard des aliens – assortie d’une prétention épistémique : il s’agit de renseigner les lecteurs sur les faits connus à propos d’aliens effectivement présents, et d’orienter leur comportement7. Il mime également la forme du guide, agrémentant son discours d’illustrations et de schémas, ainsi que d’encadrés, qui sont autant de cas particuliers, preuves ou realia extraterrestres. Ce faisant, il tend à construire et à réduire d’un même élan l’altérité extraterrestre qu’il postule. Se donnant comme purement factuel, cet artefact s’appuie sur un savoir prétendument partagé : « comme chacun sait... » (Genefort, 2014, p. 245), qui produit la connivence même qu’il suppose. Il active de façon évidente l’ellipse, la suggestion et la logique du paradigme absent : le rédacteur du guide renvoie à des réalités connues, dont certaines ne demandent pas d’explicitation. Le point d’aboutissement de cette logique de catalogue est la posture casuistique. Le but est d’explorer de manière théorique une gamme de situations virtuelles, autant de scénarios-types : « tout ceci peut donc fort bien vous arriver » (p. 247), affirme le texte, à destination d’un lecteur modèle de ce monde ouvert aux extraterrestres, auquel se superpose aisément le lecteur réel, pour peu qu’il se prête au jeu de simulation engagé par le dispositif.

9Cet artefact interne/externe par rapport au roman explicite aussi bien la portée éthique – éloge de la diversité, de la tolérance et de la compréhension réciproque – que la stratégie énonciative de Points chauds : non point tant faire croire le lecteur à la réalité d’un monde dont il saisit à chaque ligne le caractère contrefactuel, mais activer en lui un mode de réception décalé par rapport à celui qui est usuellement adopté pour les fictions. Le lecteur ne reçoit pas exactement une histoire, mais du savoir, des informations, des faits, qu’il organise comme tels dans son esprit. Néanmoins, il faut souligner que Aliens, mode d’emploi radicalise et systématise un décalage vers le pseudo-factuel qui reste tempéré dans Points chauds par le fait que la quasi-totalité des artefacts du roman sont narratifs, et qu’ils présentent un large éventail de situations d’énonciation, engageant plusieurs situations de réception, contrairement à la posture uniforme postulée par le guide.

  • 8 Les sources en sont parfois reconnaissables, parfois « extrapolées », indices d’une évolution futur (...)

10La dynamique polytextuelle est rendue particulièrement évidente par la présence de courts textes factuels, souvent des rubriques de presse attribuées à une diversité de sources, pour des inserts chaque fois très courts, autour d’une page8. Elles adoptent un style neutre, parfois un peu pince-sans-rire, et se présentent comme des fragments de discours contemporains permettant de mesurer l’impact de l’existence des aliens sur la vie courante. L’un de ces documents, sans être vraiment narratif, joue d’un potentiel de narrativité : il est d’ailleurs associé à un prénom. Il s’agit d’une petite annonce d’un site de rencontre comprenant un discours destiné à un alien.

Emily, avril 2026

JF cherche Alien.

Date.dat Réf. fil : E21856553

Brune yeux bleus, 41 ans, 60 kilos. Très bonne éduca­tion, divorcée.

Lassée de la gent humaine, j’aspire à la compagnie d’un alien, de sexe indéterminé si existant, habitant entre Sydney et Melbourne (Tasmanie acceptée). Les hommes m’ont déçue, les femmes ne m’intéressent pas. Mais l’univers est aussi vaste que mon cœur, c’est pourquoi je recherche une relation suivie avec un alien qui soit :

- capable d’offrir attention et affection

- cultivé et curieux des cultures étrangères

- compatible avec notre biosphère (important).

Indépendante, je veux vivre pleinement ma vie avec quelqu’un pour qui la confiance n’est pas un vain mot. Si la solitude vous pèse loin de votre monde natal, je suis prête à partager des moments d’authenticité, de rire, d’intérêt réciproque.

N’hésitez pas à vous manifester. Votre aspect m’importe peu.

Humains s’abstenir. (Genefort, 2014, p. 163)

Ce pastiche de petite annonce joue avec évidence du registre de la parodie, mais la reformulation de clichés et de phrases conventionnelles leur donne un sens plus profond : « l’univers est aussi vaste que mon cœur », « les hommes m’ont déçue, les femmes ne m’intéressent pas », « Humains s’abstenir », dans leur naïveté, ces expressions suggèrent aussi un être humain réel, adaptant ses codes à un nouvel état du monde. De plus, ce passage donne à lire, d’une manière facétieusement maladroite, ce qui se rapproche le plus d’une thèse de l’auteur : l’affirmation que l’ouverture à l’altérité, y compris extraterrestre, est source de renouveau affectif et culturel. C’est cette morale, peu à peu dégagée des artefacts non-narratifs et des récits feuilletés, qui sert d’ancrage conceptuel au dispositif polytextuel du roman.

Faire saisir le regard porté sur les extraterrestres : dynamique des artefacts narratifs

11L’essentiel du dispositif de Points chauds est constitué par six lignes narratives d’ampleur inégale, segmentées de manière à faire varier les discours et les points de vue. Hormis la nouvelle initiale, elles sont situées à des époques déterminées, réparties entre 2019 et 2036, et en des lieux fixés. Deux rapports à la temporalité sont ainsi suggérés. L’un, diachronique, suit la progression de l’état d’esprit de Léo, témoin privilégié de nombreux « points chauds ». L’autre, synchronique, embrasse d’un récit à l’autre ce qui constitue un « moment » historique homogène : les documents fournissent en quelque sorte les fondements d’une histoire culturelle des difficultés à accepter la réalité de l’altérité extraterrestre. Dans cette perspective, le dispositif polytextuel permet de faire saisir que la trajectoire d’un individu n’est qu’un brin isolé au sein d’une tresse d’événements ; que les vies des personnages, mises en rapport les unes avec les autres, prennent une importance bien plus grande ; que leurs manières de comprendre les extraterrestres, à travers toutes les différences apparentes de situation et de nature des aliens, suivent un même processus de compréhension, qui pointe vers la prise de conscience de l’humanité, et vers celle du lecteur.

12Pour autant, ce roman est loin de se présenter comme une totalité. Il n’existe pas de récit cadre, ou de conclusion permettant d’en récapituler ou d’en orienter le sens : quoique bornés très nettement, les récits sont autant de tranches de vie, qui suggèrent l’horizon d’une multitude d’autres expériences analogues. En dépit donc de son cadre général, de l’orientation linéaire de la lecture, le caractère épisodique et fragmentaire de chaque texte reste incontestable. La polytextualité est de plus fortement infléchie par la dimension d’expérience personnelle que reflètent les éléments de cadrage artefactuels : plutôt que de simples trajectoires, il s’agit de rendre compte de situations vécues, ressenties, susceptibles de traumatiser et de transformer des individus, qui en témoignent pour des interlocuteurs dont nous prenons évidemment la place de confidents. La même posture interprétative est suggérée par les deux lignes narratives qui ne sont manifestement pas des artefacts, dans la mesure où la proximité avec les autres pseudo-documents tend à en colorer l’interprétation. Ainsi, ce que nous percevons du personnage d’Ariadne prend un caractère de témoignage direct, même si la technique du flux de conscience qui est employée par Genefort interdit d’en faire un artefact à proprement parler. Elle n’apparaît que dans deux textes du roman, le deuxième (après une brève mise en place dans le journal intime de Léo) et le dernier, ses interventions prenant dès lors valeur d’incipit et d’excipit. Le premier de ces discours la voit prendre la décision de franchir d’emblée une Bouche, et sortir du même coup de l’espace du livre, pour ne revenir qu’à la toute fin du roman : le second récit la présente revenant sur la Terre, mûrie et transformée par ses voyages ; son vocabulaire même, émaillé de xénolectes et d’incertitudes sur les termes humains, manifeste concrètement cette évolution intellectuelle et physique. Sans être un document au sens strict du terme, ce texte, qui clôt le roman, documente la transformation d’un être humain ayant voyagé au-delà d’une Bouche et il constitue une sorte de confirmation paradoxale quant à la morale générale du récit, à savoir qu’est viciée en son principe la perspective adoptée par les sociétés humaines, qui voient dans les Bouches des frontières à garder, au lieu de les prendre pour ce qu’elles sont, des invitations au voyage, à devenir soi-même autre, au lieu de repousser l’altérité. Toutefois, entre ces deux échappées, qui suggèrent une façon radicale de faire disparaître les problèmes en s’arrachant soi-même à la Terre, ceux-ci occupent tout le roman.

  • 9 De façon surprenante, Laurent Genefort a recours à une prolepse à l’excipit d’une lettre de Camila  (...)

13Parmi les cinq récits principaux composant l’ossature du roman, un autre ne peut guère être considéré comme un artefact, puisqu’il est narré en focalisation interne, au passé simple, sans destinataire spécifique. Il reste néanmoins possible de voir, par contagion dans le dispositif général du roman, un témoignage ou un fragment autobiographique mettant en scène un scientifique indien, Raji, qui s’intègre à une équipe scientifique chargée d’étudier un couple de Corcovados, sortes de tortues faisant de leurs carapaces des œuvres d’art. Les quatre autres engagent à des degrés divers la double lecture interprétative propre aux artefacts. La nouvelle mettant en scène Léo, le soldat de Rempart, se présente comme un journal d’impressions du narrateur, relatant des moments frappants de son expérience dans la force d’interposition servant à accompagner et protéger les extraterrestres en migration. Les textes impliquant Camila, Prokopyé et Darius activent plus nettement les possibilités liées aux artefacts, en construisant des figures de destinataires plus ou moins explicites, et en donnant des éléments à même de justifier leur existence matérielle. À l’intérieur même des différentes diégèses, la construction d’une modalité concrète d’énonciation va de pair avec la mise en place d’un dévoilement des tenants et aboutissants cruciaux : d’une découverte de ce que signifie vraiment le contact avec l’altérité extraterrestre. Camila écrit des lettres destinées à son frère et donne des détails sur une mission humanitaire destinée à protéger de petites créatures inoffensives, les Shaytans, contre les raids de shebabs superstitieux les prenant pour des démons : la modalité épistolaire sert à exprimer l’intensité de la sympathie éprouvée par la narratrice envers les victimes dont elle s’occupe, mais aussi à justifier la livraison progressive d’information, sans prolepse ou presque9. Le chasseur nénètse Prokopyé livre un témoignage oral, recueilli par un interlocuteur implicite – ethnologue ou journaliste – de la transhumance des héhé-ty, aliens ressemblant d’assez loin à des rennes, qu’il a accompagnés et protégés de soldats russes. Ici, la narration linéaire trouve sa justification dans un jeu avec cet interlocuteur, qui paie à boire et que Prokopyé régale avec complaisance de détails sur une histoire qu’il s’agit de raconter par le menu, l’objectif avoué étant de transmettre l’épiphanie ayant permis au Nénètse à la fois de renouer le contact avec la Sibérie de ses ancêtres et d’établir un lien avec des aliens énigmatiques. Darius, enfin, livre un récit quelque peu vantard, une sorte d’autobiographie de son succès commercial dans la vente d’habitats anti-intrusion extraterrestre – les écrins –, par le biais d’une interview donnée à un « padzine » économique. En l’occurrence, c’est la forme même de l’entretien qui suscite les rebondissements, puisque les contestations du journaliste finissent par révéler un double discours : le pragmatique Darius, quoiqu’exploitant la peur des extraterrestres, finance en secret des projets de coopération avec les aliens, dont il a vraisemblablement bénéficié pour obtenir des soins de pointe.

  • 10 Outre la prolepse mentionnée plus haut, qui est l’exemple le plus prononcé de tension narrative, on (...)

14Pour le tressage de ces récits courts, Laurent Genefort a fait le choix de limiter les effets de suspens10, en leur préférant la force d’accroches initiales. Ainsi, cette lettre de Camila commençant in medias res : « Le Shaytan sur lequel je fixe la prothèse se laisse faire sans broncher. Accroupie dans l’atmosphère surchauffée du hangar, je transpire d’abondance. » (p. 62) De cette manière, le lecteur quitte un récit sans trop de regret, pour s’engager avec intérêt dans un autre. Appuyant encore sur cet effet de fermeture des chapitres, presque conçus comme des mini-nouvelles, plusieurs excipit produisent un effet de chute. Cela peut être sur le ton de la plaisanterie, comme lorsque l’un des collègues de Raji présente aux Corcovados un objet mystérieux, abandonné par une autre espèce d’aliens, les « Uggers » :

Dos retourna l’artefact. Deux de ses doigts en bras d’étoile de mer s’introduisirent dans une cavité et poussèrent. D’un seul coup, l’artefact se désagrégea. Instinctivement, je mis mes mains en coupe pour éviter que les pièces minuscules ne se répandent sur le sol.

« Les Uggers adorent s’amuser, dit-il. Tout le monde le sait. » (Genefort, 2014, p. 182)

15Cela peut correspondre à une invitation à la prise de conscience, laissant au hors-texte le soin de laisser mûrir la leçon de morale. Ainsi, de cet échange final entre un soldat, camarade de Léo, et un policier chargé comme eux d’escorter les Porcs-épics, dont les facultés à produire un poison hallucinogène avaient suscité un intérêt excessif de la part d’humains malintentionnés :

« Et voilà. C’est plus qu’un mauvais souvenir.

— Pour eux aussi, probablement », répond le policier d’un ton pincé avant de remonter en voiture. (Genefort, 2014, p. 123)

16En même temps que des faits et des expériences, chacun de ces textes propose une variante de récit d’apprentissage, dont les fins de chapitre sont des étapes décisives. Ce que le récit perd en tension narrative, il le récupère en épaisseur phénoménologique : les chapitres, très autonomes, deviennent comme autant de pièces d’un dossier sur « la vie en période de cohabitation avec les extraterrestres ». La circulation entre les éléments de ce dossier n’est que faiblement orientée, jusqu’à la fin du roman, lorsque se concluent en parallèle ces apprentissages. C’est d’ailleurs le seul moment où, contrairement à la logique de juxtaposition étanche pratiquée dans tout le roman, se produit un glissement d’un récit à un autre. La rencontre entre Léo, ayant rendu les armes et se désolant de manifestations xénophobes, et Ariadne, revenue de ses explorations, se fait en deux temps (p. 231-232) : elle lui apparaît à la fin de son récit, et immédiatement le discours de la jeune fille reprend en charge la narration, lui renvoyant en quelque sorte son regard. Manière sans doute de marquer que, pour qu’un regard extraterrestre soit acceptable à ce stade du développement humain, il faudrait qu’il soit porté par l’intermédiaire d’un humain en partie « aliéné ».

Renouveler le regard sur l’altérité extraterrestre ?

17Avec Points chauds, Laurent Genefort parvient à poser sur nouveaux frais une question ancienne, celle du devenir de l’humanité face à la certitude d’une vie extraterrestre, voire même, d’un contact immédiat avec cette réalité nouvelle. À l’échelle du roman, des échos et des rappels déploient une trame de représentations qui sont, classiquement, autant de reflets de situations réelles, depuis la situation d’aliens comme victimes (migrants, persécutés, exploités), comme équivalents (savants, criminels, travailleurs), et comme recours (alliance avec des forces rebelles humaines). Chaque ligne d’intrigue tend à invalider toute stratégie xénophobe d’isolation et d’affrontement, au profit d’un dialogue et d’un échange, en situant du côté des aliens et de leurs soutiens une forme de supériorité morale. La polytextualité à forte dominante artefactuelle sert ici à répondre à l’éternelle gageure de la science-fiction, à savoir mettre en place un monde en même temps qu’une intrigue, ou plutôt en concurrence avec celle-ci : les informations sur la situation de la Terre se cumulent, les comportements représentés dans un récit induisent des paradigmes qui servent à étoffer ceux d’un autre, les enjeux de chaque intrigue se diluent dans un questionnement d’ensemble, qui porte sur le devenir de l’humanité face à des étrangetés assimilables.

18D’une manière notable, cela entraîne une certaine déconnexion entre deux niveaux de « novum ». Ce terme est employé par Darko Suvin pour désigner l’effet de nouveauté radicale associé à la science-fiction, l’irruption d’un objet, d’un concept, d’une situation, qui modifient profondément le monde et le regard que nous jetons sur lui (Suvin, 1979) ; mais il est aussi couramment employé pour désigner tout ajout à la xéno-encyclopédie (voir Langlet, 2006, p. 24-29), en ce sens que chaque variation par rapport à notre monde fait « novum », même s’il s’agit d’un énième extraterrestre. Laurent Genefort introduit à l’échelle de chaque récit court un novum d’ampleur réduite : une espèce alien, un comportement nouveau, une innovation biotech, et fait fonctionner ce novum dans le cadre du fragment. Mais l’accumulation de ces novum de premier niveau s’articule à un deuxième niveau de novum, celui qui est mis en jeu par le roman tout entier, la vision qu’il offre du contact humain-aliens, et de la résolution de leurs altérités réciproques.

19L’une des caractéristiques les plus frappantes de ce fonctionnement à deux niveaux est la forte limitation narrative imposée aux aliens. Leurs facultés spéciales, même fascinantes, n’ont jamais de valeur de résolution d’une intrigue : il ne s’agit pas de régler un problème, dans la mesure où c’est leur présence même qui interroge. Néanmoins, c’est bien par l’induction menée depuis les caractéristiques concrètes prêtées aux aliens que Laurent Genefort déploie une gamme de comportements et de réactions humaines. Des extraterrestres capables de fabriquer naturellement des tissus sont ainsi « logiquement » réduits en esclavage, tandis que d’autres ressemblant à des démons, comme les Shaytans, sont la cible de persécutions, ou que les Corcovados, merveilles naturelles absorbant sans peine les radiations, font l’objet d’une expérimentation scientifique. Mais ce qui détermine des comportements génériques a un impact distinct sur la trajectoire individuelle des personnages principaux. Ces derniers sont en fait les intermédiaires d’une appropriation symbolique des caractéristiques extraterrestres, en fonction du sens humain qu’ils leur confèrent. Cela n’est pas nécessairement positif : les entreprises de Darius sont fondées sur l’exploitation des caractères agressifs, invasifs, parmi les aliens ; pour lui, c’est ce que l’ouverture des Bouches recèle de chaos qui devient source de profit, en rendant notamment manifestes dans ses « écrins », appartements sécurisés, la tendance au repli xénophobe. Mais même Darius identifie dans la relation aux extraterrestres un avenir proprement humain, en finançant secrètement l’utopie cosmopolite d’Espoo, où coexistent Finlandais et aliens. Ce qui est surtout pour ce personnage un transfert d’expertise médicale prend pour les autres une dimension individuelle et intime qui résonne potentiellement dans toute expérience humaine. Ainsi de Raji qui voit la possibilité d’une rédemption des erreurs scientifiques de l’humanité dans la faculté des Corcovados d’absorber les radiations de Tchernobyl pour produire des enfants, qui sont aussi des œuvres d’art. De Camila, qui atteint le sommet de son engagement humanitaire personnel en adoptant une vaste portée de Shaytans, qui n’auraient jamais dû naître sur Terre, mais qu’elle est déterminée à faire achever leur migration. Ou encore de Prokopyé, qui se retrouve lui-même en effectuant pour les héhé-ty les gestes ancestraux de la transhumance sibérienne.

20Regarder les aliens revient à regarder en soi-même : la polytextualité sert à faire percevoir le caractère intime de ce face-à-face, en particulier en faisant surgir des questionnements liés spécifiquement au journal de bord, à la correspondance ou à l’entretien. Il s’agit de faire partager au lecteur des expériences personnelles éprouvées par des personnages, plus encore que de lui transmettre des données encyclopédiques sur les extraterrestres. Voilà sans doute ce qu’accomplit le plus nettement Points chauds, grâce à sa structure feuilletée et décentrée : amener le lecteur à abandonner en partie un point de vue anthropocentrique, pour se projeter dans une variété de situations dont il ne maîtrise jamais tout à fait les tenants et aboutissants, mais dont l’orientation axiologique est toujours claire. Les fragments du récit ne sont que des vecteurs transitoires d’une expérience simulée, l’enjeu étant toujours de concevoir au mieux la rencontre possible avec d’autres formes de vie et d’autres intelligences. Laurent Genefort se montre en cela l’héritier d’une science-fiction ethnologique telle qu’Ursula Le Guin ou Christian Léourier ont pu la mettre en pratique, mais aussi d’une aspiration idéologique ayant structuré la science-fiction française pendant les années 1990, à savoir affirmer la nécessité d’une pluralité et d’une ouverture culturelles (Bréan, 2013). Sous la forme d’un fix-up très maîtrisé, ce roman concentre et cristallise les thématiques essentielles d’un écrivain acharné à représenter ce que pourrait signifier un espace interplanétaire, voire intersidéral, vraiment humain : un moment de transformation intime, où l’humanité, au risque de se perdre, se retrouverait dans ses meilleures valeurs, faite de coopération, d’échange et d’empathie.

Haut de page

Bibliographie

Angenot Marc, « Le paradigme absent. Éléments pour une sémiotique de la science-fiction », Poétique, n° 33, février 1978, p. 74-89.

Bréan Simon, « Histoires du futur et fin de l’Histoire dans la science-fiction française des années 1990 », ReS Futurae [En ligne], n° 3, 2013, [consulté le 15 novembre 2019], URL : http://journals.openedition.org/resf/452

Bréan Simon, « Des états fictionnels superposés ? Virtualités des artefacts narratifs de la science-fiction », Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 9, janvier 2014, p. 87-99. Disponible [en ligne], [consulté le 24 avril 2018], URL : http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx09.08

Bréan Simon, « Le travail épique de la science-fiction : les histoires du futur de Laurent Genefort », Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 14, juin 2017, p. 82-94. Disponible [en ligne], [consulté le 24 avril 2018], URL : http://www.revue-critique-de-fixxion-francaise-contemporaine.org/rcffc/article/view/fx14.09

Brooks Max, Guide de survie en territoire zombie, traduit de l’anglais par Patrick Imbert, Paris : Calmann-Lévy, coll. « Interstices », 2009.

Genefort Laurent, « Rempart », Bifrost, n° 58, avril 2010, p. 58-77.

Genefort Laurent, Omale. Tome 1, Paris : Denoël, coll. « Lunes d’encre », 2012.

Genefort Laurent, Points chauds (2012), Paris : Librairie générale française, coll. « Le Livre de poche. Science-fiction », 2014.

Langlet Irène, La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire, Paris : Armand Colin, coll. « U », 2006.

Saint-Gelais Richard, L’Empire du pseudo. Modernités de la science-fiction, Québec : Nota bene, coll. « Littératures », 1999.

Suvin Darko, Metamorphoses of science fiction. On the poetics and history of a literary genre, New Haven : Yale University Press, 1979.

Haut de page

Notes

1 Laurent Genefort a mis en place un site présentant son œuvre et son univers : http://www.omale.fr/index.php.

2 Concernant les artefacts fictionnels, voir notamment Saint-Gelais (1999), Langlet (2006) et Bréan (2014).

3 Le nom de cette force internationale n’est pas autrement justifié dans le récit. Au sein de la diégèse, il semble être conçu comme la traduction française d’un nom en anglais (« Rampart »), qui est peut-être un sigle, si l’on se fonde sur un indice isolé : « Les gros transports blindés 8 x 8 estampillés RAMPART sur fond d’étoiles onusiennes… » (Genefort, 2014 [2012], p. 149), et sur la couverture de l’édition du Livre de Poche (de Philippe Gady).

4 Laurent Genefort emploie le terme d’alien de préférence à celui d’extraterrestre dans son roman. Outre la relative transparence dont jouit ce terme popularisé par le cinéma américain, il y a à cela plusieurs bénéfices : estomper la distinction intérieur/extérieur que le réseau des Bouches a fictivement aboli ; manifester la familière étrangeté de ces commensaux, dont l’altérité est en cours de résolution ; puiser lointainement dans la polysémie révélatrice du terme anglais, qui désigne aussi bien les étrangers (y compris des résidents légaux) que les extraterrestres, activant ainsi la charge métaphorique de ces figures étrangères.

5 Le fix-up, pratique consistant à reprendre des textes déjà écrits pour en faire un roman complet, pourrait être considéré comme un simple recyclage. Des critères économiques ont joué un rôle important dans l’introduction de cette pratique, qui intervient pendant les années 1940 et 1950. Plusieurs écrivains y trouvent l’occasion de consolider leurs revenus, notamment A. E. Van Vogt, Robert Heinlein et Isaac Asimov. Néanmoins, la perspective du fix-up est vite devenue un cadre esthétique établi, une manière de concevoir un récit par épisodes ou par fragment, dont les nouvelles sont en quelque sorte des prépublications en revue. Un exemple symbolique en est les Chroniques martiennes, de Ray Bradbury. Les nouvelles valent par elle-même, mais aussi comme indice d’un ensemble plus vaste, un mega-text d’auteur. Tant Heinlein que Asimov passent ainsi du récit isolé au récit long par le biais d’une réorganisation progressive d’un réseau de nouvelles, jusqu’à concevoir des cycles de très grande ampleur. Laurent Genefort hérite de cette conception d’un univers-cadre lorsqu’il entreprend Points chauds. Il s’inscrit aussi dans la continuité d’une tradition française, qui n’a pas pratiqué le fix-up en fonction de ses déterminations économiques, mais en valorisant sa visée esthétique (par exemple Les Galaxiales, de Michel Demuth, ou plus récemment L. L. Kloetzer). Voir aussi Langlet, 2006, p. 116-117.

6 Dans « Le travail épique de la science-fiction : les histoires du futur de Laurent Genefort » (2017), j’ai défendu l’hypothèse selon laquelle ce roman/recueil fait partie des œuvres de Genefort mettant en jeu le plus nettement une pensée de la société contemporaine.

7 Ce type de pseudo-manuel n’est pas isolé dans le domaine de la science-fiction, et de la fantasy. Il s’agit ici d’une parodie semi-sérieuse d’un livre de Max Brooks, Guide de survie en territoire zombie, traduit par Patrick Imbert, Paris : Calmann-Lévy, coll. « Interstices », 2009.

8 Les sources en sont parfois reconnaissables, parfois « extrapolées », indices d’une évolution future possible. On y trouve : l’AFP ; Google Business Wire ; United Press Online ; API-Venezuela ; art.gov/fil ; Times ; l’agence Kyodo NN ; sci.gov/fil ; l’agence Reuters.

9 De façon surprenante, Laurent Genefort a recours à une prolepse à l’excipit d’une lettre de Camila : « c’est deux jours plus tard qu’a eu lieu l’attaque » (Genefort, 2014, p. 162), sans que rien justifie cette rupture énonciative.

10 Outre la prolepse mentionnée plus haut, qui est l’exemple le plus prononcé de tension narrative, on ne trouve que deux passages vraiment suspendus : « Et Dieu sait si ça a marché » (Genefort, 2014, p. 94, Darius laissant en suspens la question des écrins) ; « L’un des soldats se détache du groupe et marche lentement vers nous » (p. 141, Prokopyé). Même ces deux passages ne sont pas très chargés en intensité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Bréan, « L’altérité au prisme de la polytextualité : les artefacts science-fictionnels de Points chauds (Laurent Genefort) »ReS Futurae [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/resf/8399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.8399

Haut de page

Auteur

Simon Bréan

Maître de conférences en littérature française à Sorbonne Université. Auteur de La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012). Membre du comité de rédaction de ReS Futurae.

Assistant Professor in French Literature at Sorbonne Université. Published La Science-fiction en France, Théorie et histoire d’une littérature (Presses Universitaires Paris-Sorbonne, 2012) [Science Fiction in France. A Theory and A History of a Literature). Member of the editorial Board of ReS Futurae.

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search