Navigation – Plan du site

Pour que la recherche ait un avenir

Comité de rédaction de ReS Futurae

Texte intégral

« A good science fiction story is a story with a human problem, and a human solution, which would not have happened at all without its science content. » (Theodore Sturgeon)

  • 1 https://journals.openedition.org/strenae/4231
  • 2 https://journals.openedition.org/danse/2887
  • 3 https://journals.openedition.org/pa/831
  • 4 https://journals.openedition.org/anthropologiesante/5472
  • 5 https://journals.openedition.org/e-migrinter/2107
  • 6 https://journals.openedition.org/tvseries/3802
  • 7 https://universiteouverte.org/2020/01/19/revues-en-lutte/
  • 8 Les invisibles de l’USR, « Une nouvelle place de Grève ? - Retour sur un blocage numérique », Blog (...)
  • 9 Dans les premiers jours de la « continuité pédagogique » proclamée par le Ministère de l’Éducation (...)

1Le numéro 15 de Res Futurae, programmé pour le printemps 2020, était en bonne voie de bouclage quand la pandémie s’est déclarée. Habitué à travailler à distance, le comité éditorial de la revue a poursuivi ses activités en suivant les événements, mais aussi en prenant du recul sur la signification et les enjeux de ce travail au sein de l’Université française. En conséquence, tout comme des revues comme Strenae1, Recherches en danses2, Parcours anthropologiques3, Anthropologie et santé4, Mingrinter5, TV Séries6, ReS Futurae a décidé de se faire entendre à l’occasion d’un numéro blanc marquant nettement sa position. C’est notre manière de dire haut et fort que nous ne voulons pas de la continuité pédagogique, universitaire et académique telle que Mme Vidal, M. Blanquer et les gouvernants de l’ESR l’ont popularisée depuis la mi-mars. Déjà mobilisée dans le collectif Revues en lutte7 depuis décembre 2019, Res Futurae refuse a fortiori d’être comptabilisée au titre de ces organes de diffusion qui se seraient adaptés sans rechigner face à une crise dont le sens dépasse de simples questions logistiques et renvoie à des choix de société. L’« agilité » dont notre revue saurait faire preuve dans le travail à distance pourrait la transmuer en alliée objective de la numérisation forcée (aux buts économiques à peine dissimulés) que le MESR veut imposer à la communauté académique. Une crise, ici, en a caché une autre pendant plusieurs mois : la crise sanitaire a pris, pour le pire, la suite de la crise sociale et institutionnelle en en accentuant toutes les mauvaises orientations. Revues en lutte8 disait, par exemple (dans notre cas précis), que les travailleurs du numérique étaient essentiels à l’ESR, que leurs contrats précaires (issus d’une déplorable négligence institutionnelle à investir dans les TIC) allaient à contre-sens des besoins d’un système de recherche public robuste, dynamique et capable de suivre la marche du monde actuel. Que voit-on avec la crise du Covid-19 ? Le recours systématique, sans réserve, aux outils et plate-formes des GAFAM, aux start-ups et aux logiciels privés, pour pallier les pénuries consternantes d’infrastructures de l’ESR et plus globalement du MEN. (La réaction du 16 mars de l’association Framasoft, qui milite en faveur du logiciel libre, a été très instructive à cet égard9.)

2Constitutivement liés à la numérosphère publique depuis nos choix stratégiques de fondation en 2012, nous avons rejoint, dès l’hiver 2019, les travailleurs du numérique en lutte. Nous avons rejoint Revues en lutte. Nous avons rejoint Facs et labos en lutte. En ce printemps 2020, dans la (première ?) pente descendante d’une parabole de crise, nous ne baissons pas la garde : nous affirmons avec ce numéro blanc que les revues académiques formulent le savoir dans sa constante et patiente constitution structurelle, mais aussi les dangers conjoncturels qui peuvent le menacer. Le numéro blanc le manifeste dans cette temporalité complexe : continuité, prise de position, événement ; et, en cette vingtaine de juin, dans un paradoxe assumé : ajournement symbolique des contenus de la publication et, pourtant, reprise.

3Reprise de la lutte, d’abord, que nous avions tous collectivement entamée, au début de l’hiver, contre la réforme des retraites, la LPPR et l’ensemble du dispositif politique et idéologique qui les porte et les explique. En tant que retour de la lutte et réinstallation du conflit, le numéro blanc nous amène donc à rendre raison des motifs pour lesquels il nous semble nécessaire d’imposer à nouveau l’actualité de ce conflit-là. La crise sanitaire a pu passer pour une suspension des conflits en cours : le discours tenu par le pouvoir exécutif et abondamment relayé par les médias d’information en continu a présenté la pandémie à la fois comme une imprévisible tragédie et comme l’occasion d’une union sacrée de tous dans la guerre contre la maladie : la crise serait ainsi avant tout une crispation du temps, dont la ponctualité vient briser toutes les causalités sociales, abolir toutes les durées, suspendre tous les mouvements. C’est contre le fantasme de cet événement, qui déterminerait une coupure définitive entre le monde d’avant et celui d’après, que nous voulons avant tout une reprise.

4Reprendre, pour Res Futurae qui s’occupe si souvent des conditions de l’anticipation, c’est ainsi d’abord mettre à plat ce « récit du temps » qui nous est proposé. Un récit du futur, ou l’invention d’un état alternatif du monde, ne se conçoivent jamais sans ancrer solidement leurs racines dans le présent : raconter l’avenir, c’est encore être réaliste. Même l’imaginaire apocalyptique qui s’y déploie parfois ne se présente pas comme pure tabula rasa : aux mêmes causes, les mêmes effets, en l’homme comme en la société. Nous l’affirmons : non, la crise n’est pas une coupure radicale qui séparerait définitivement un avant et un après, et qui interdirait d’importer dans le « monde d’après » les rapports de forces qui organisaient le « monde d’avant ». Tout se survit : la destruction du système de santé public, la dématérialisation de l’école et de l’université au profit des consortiums numériques industriels à but lucratif, la réduction du pouvoir politique au pouvoir policier : rien de neuf, que des accélérations. Que ressurgissent en plein mois de juin ces projets délétères, LPPR ou réforme des retraites, que l’on avait un peu vite cru enterrés, c’est en soi le signe qu’une lecture « non événementielle » de cet événement qui nous a collectivement affectés est nécessaire. Nous ne rompons donc le fil de nos publications savantes que pour nous inscrire dans la continuité de leurs conditions de possibilité et de ce qui les menace.

5Une revue en ligne comme ReS Futurae représente une action scientifique structurante et une charge de travail considérable. Programmer les numéros des années à l’avance, c’est-à-dire structurer les coopérations qui les rendront possibles ; entretenir le réseau de chercheurs et de chercheuses qui sont susceptibles d’en alimenter les analyses, d’en assurer la coordination scientifique, d’en prendre en charge les indispensables expertises en double anonymat et, avec les auteurs, le patient dialogue scientifique qui en découle ; consacrer des heures à discuter minutieusement une question d’épistémologie, à identifier la source d’un document, à orchestrer un débat historiographique ; relire jusqu’à la nuit ligne à ligne en traquant les coquilles : lourdes, exigeantes et toujours recommencées sont les tâches du métier qui consiste à éditer et publier périodiquement des travaux qui viendront servir le débat scientifique, en faisant vivre un support qui, s’agissant de la science-fiction, est à peu près seul dans son genre en français.

6Ces heures sans nombre sont aussi sans tarif : nous ne sommes pas payés lorsque nous consacrons nos nuits à relire un numéro avant sa mise en ligne, les auteurs et les autrices des articles que nous publions ne le sont pas non plus, pas plus que les experts qui se sont plongés dans leurs pages pour en évaluer la solidité, la pertinence et le sérieux. Bien sûr, pour beaucoup d’entre nous, cette gratuité est relative : nous sommes enseignants-chercheurs, et le traitement que nous recevons chaque mois comprend les missions de recherche et de diffusion de la recherche que nous remplissons en faisant vivre ReS Futurae. Mais soyons précis :

7— nous ne sommes pas tous payés. Nombre d’entre nous, jeunes chercheurs et chercheuses encore sans poste, précaires passionnés, accompagnent la revue, qui ne pourrait exister sans eux. Il y a derrière chaque titre de la constellation des revues savantes qui ont participé au mouvement auquel notre revue s’associe ici une masse invisible de travailleurs et de travailleuses acharnées, précarisées, sous-payées ou pas payées du tout ; on ne rappelle jamais assez que l’édition scientifique, tout particulièrement dans les arts, lettres, langues et sciences humaines, vit essentiellement de ce travail dissimulé. Pour celles et ceux qui accomplissent ce travail, et qui naviguent de contrat en contrat, de précarité de type X en précarité de type Y, cela signifie prendre un risque, travailler bénévolement en espérant un jour être reconnu pour ce travail. Nous voulons, pour eux et pour la collectivité qu’ils servent, la reconnaissance de ce travail. Cela signifie s’associer pleinement aux revendications des précaires de la recherche, des collectifs d’opposition aux réformes en cours, et en particulier celles de « Revues en lutte », dont le texte d’orientation republié et disséminé un peu partout inspire largement les arguments de notre éditorial particulier10.

8— ceux d’entre nous qui sont payés le sont-ils vraiment ? Certes, mais à condition de le prendre ainsi : pour faire tourner la machinerie d’une revue savante en ligne, il faut d’abord accepter de sortir de toute comptabilité des heures et de toute assignation précise des tâches. Nous sommes payés, quand nous le sommes, dans un sens qui est radicalement incompatible avec l’idée de salaire, et qui rend toute son importance au fait que nous percevons un traitement. Salaire, le revenu accordé par un employeur à un travailleur en contrepartie de son travail, et dans lequel, par contrat, une certaine quantité de richesse monétaire est considérée comme la contrepartie d’une certaine quantité de travail. Traitement, le revenu accordé par la collectivité à un agent en contrepartie des services qu’il fournit, et dont la quantité, incommensurable par définition, ne correspond pas à celle de ces services, mais à une grille déterminée par un statut. C’est là une tout autre manière, et un tout autre principe, de rémunération : sans profit, et fondé sur une relation de confiance réciproque entre l’État et ses agents. Dès lors, quand un gouvernement de managers, par le biais de la LLPR ou de la réforme des retraites, entend nous appliquer collectivement des règles de comptage, il brise le principe même sur lequel repose la manière même dont nous travaillons, nous, fonctionnaires agents du service public : il détruit l’outil même qu’il a forgé (naguère) pour servir l’intérêt collectif, en dehors des intérêts mesurés à l’aune de raisonnements comptables.

9Que signifie, dès lors, faire vivre une revue comme Res Futurae, la seule dans son domaine ?

10Pour ceux qui sont titulaires, cela signifie choisir d’y consacrer un temps conséquent de leur charge de recherche. Quelle EA, quelle unité dûment répertoriée, quel programme patenté, quel centre de recherche le prévoit ? En France, à l’heure actuelle, presque aucun. Cela signifie donc de pouvoir le décider librement, dans le dialogue avec les équipes qui nous recrutent sur la base de cette expertise. Les champs émergents de la recherche ne se structurent pas autrement, en littérature comme en mécanique des fluides ou en spectrographie des fossiles calcaires : il faut laisser les chercheurs se confronter les uns aux autres et soutenir leur confrontation, dans la longue durée de leur controverse. En littérature, pour parler du domaine où agit Res Futurae, l’évolution du canon ne se décrétera jamais dans les tableaux Excel des ANR, mais dans le lent cumul de ces discussions argumentées. Pour cela, il faut de la liberté, les moyens du dialogue, et du temps.

11Le numéro 15 de Res Futurae, blanc dans ses rubriques, ne l’est donc nullement dans ses intentions : il veut affirmer que les collectifs de la recherche publique rejettent l’idéologie délétère de l’excellence et de la compétition, et revendiquent avant tout du temps, de la confiance, et de la solidarité publique. Cela s’entend à tous les niveaux, de la relation humaine généreuse à la fondation financière pérenne, en passant par la rigueur bienveillante du débat intellectuel.

12Le carnet de la revue sera mis à profit pour faire exister cette position autrement que dans un silence qui pourrait suivre notre texte de revendication. Dans l’intervalle de notre ferme opposition aux réformes en cours, il fera entendre comment nous travaillons : en faisant vivre les discussions d’équipe, les tâches collectives, les échanges d’idées, les dialogues scientifiques, et les revendications. On y croisera des figures et des situations plus ou moins familières, du stress de la rédactrice en chef au moment du pointage des rétro-plannings, jusqu’à la perplexité de l’historien des sciences confronté à un débat quantique, en passant par la solitude de la traductrice sommée de retrouver la bonne citation ou encore par l’excitation du styliste au point d’orgue de la mise en ligne : récits d’êtres humains, avec des problèmes humains et des solutions humaines, qui n’auraient pu se produire sans leur contenu scientifique… Ce sera notre manière de faire écho à la définition de la science-fiction attribuée à Theodore Sturgeon que ce texte porte en épigraphe : « A good science fiction story is a story with a human problem, and a human solution, which would not have happened at all without its science content. »

Haut de page

Notes

1 https://journals.openedition.org/strenae/4231

2 https://journals.openedition.org/danse/2887

3 https://journals.openedition.org/pa/831

4 https://journals.openedition.org/anthropologiesante/5472

5 https://journals.openedition.org/e-migrinter/2107

6 https://journals.openedition.org/tvseries/3802

7 https://universiteouverte.org/2020/01/19/revues-en-lutte/

8 Les invisibles de l’USR, « Une nouvelle place de Grève ? - Retour sur un blocage numérique », Blog de Mediapart, 10 janvier 2020, URL : https://blogs.mediapart.fr/les-invisibles-de-lusr-2004/blog/100120/une-nouvelle-place-de-greve-retour-sur-un-blocage-numerique

9 Dans les premiers jours de la « continuité pédagogique » proclamée par le Ministère de l’Éducation Nationale, les services gratuitement fournis par Framasoft sont pris d’assaut par la communauté enseignante, à laquelle son ministère ne fournit pas les instruments dont elle a besoin. Devant la saturation de ses services, Framasoft publie le 16 mars sur la page d’accueil de Framatalk.org un billet qui demande aux personnels de l’éducation nationale (profs comme élèves ou agents) de ne pas utiliser les services Framasoft pendant le confinement. Et l’équipe de bénévoles précise : « Nous savons que le ministère de l’éducation nationale a les moyens, les compétences et la visibilité pour créer les services en ligne nécessaires à son bon fonctionnement durant un confinement. Notre association loi 1901 ne peut pas compenser le manque de préparation et de volonté du ministère. Merci de réserver nos services aux personnes qui n’ont pas les moyens informatiques d’une institution nationale ». Le billet a depuis été supprimé de Framatalk, mais on peut encore le lire republié sur certains comptes Twitter (par exemple celui de Cédric Foll, DSI de l’université de Lille : https://twitter.com/follc/status/1240005083556872196).

10 Voir les publications de https://precairesesr.fr ; http://www.sauvonsluniversite.com ; https://universiteouverte.org, et notamment l’éditorial commun « Sciences en danger, revues en lutte » : https://universiteouverte.org/2020/03/05/edito-commun/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de ReS Futurae, « Pour que la recherche ait un avenir », ReS Futurae [En ligne], 15 | 2020, mis en ligne le 22 juin 2020, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/resf/8608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.8608

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction de ReS Futurae

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Université de Limoges
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals