Navigation – Plan du site

AccueilNuméros16Éditorial

Texte intégral

1La mise en ligne de ce numéro de ReS Futurae était programmée pour le printemps 2020. Les textes qui le composent étaient donc en préparation active lorsque l’événement du confinement national est venu se superposer aux actions de lutte sociale qui occupaient le milieu universitaire depuis l’automne précédent. Le numéro 15 blanc a rendu compte de nos raisons et de nos réflexions en ces occasions. Comme nous l’y annoncions, le carnet de la revue a été un relais partiel des travaux qui se poursuivaient pendant ce temps (resf.hypothèses.org) : certains déterminés par la pandémie, d’autres au plus long cours. Un billet aurait ainsi pu témoigner de l’approfondissement des textes qu’on va lire dans ce numéro : prêts pour le printemps, ils ont été remis peu ou prou sur le métier pour cette fin d’automne 2020.

2Le dossier « Fictions de mondes possibles : les formes brèves et la science-fiction » publie sept articles issus des travaux d’un séminaire qui s’est tenu avec constance, cinq années durant, à l’université Toulouse Jean-Jaurès dans le cadre de l’équipe IRPALL. Son propos consistait à scruter, dans ces corpus multiculturels,

comment le récit bref de science-fiction ou d’anticipation peut, à certaines périodes bien précises, refléter les visions, les problèmes et les conflits d’un monde en crise, notamment à partir des épisodes saillants de tension et de crispation qui ont marqué le xxe siècle et le début du xxie siècle. (IRPALL, séminaire « Fictions de mondes possibles », université Toulouse Jean-Jaurès, cadrage 2015-2016)

3Chaque année a coloré plus précisément les séances : en 2015-2016, les « “lignes de crête” historiques » ; en 2016-2017, « “Voisins d’ailleurs” : altérité(s) », où les aliens furent loin d’être les seuls à endosser ce rôle ; en 2017-2018, les « Anniversaires du monde », pour reprendre un beau titre d’Ursula Le Guin, poursuivaient l’exploration d’une possible stylistique de la distanciation (« étrangéification », « estrangement », « straniamento », « ostranienie » et autres termes spécifiques aux diverses aires linguistiques) qu’offrent les récits en question (… et des) diverses facettes de l’altérité que présentent ces récits (espaces et temporalités inédites, figures de l’autre, ou innovations technologiques), en envisageant comment celles-ci interrogent le présent ou le passé ou des avenirs possibles de notre monde. (IRPALL, séminaire « Fictions de mondes possibles », université Toulouse Jean-Jaurès, cadrage 2017-2018)

4Enfin, dans sa dernière année 2018-2019, le séminaire a travaillé « La forme brève de science-fiction comme exploration du réel ». Les participants du séminaire ont parfois été des auteurs d’articles de la revue, comme Yann Quéro, Claire Cornillon, et a fortiori Simon Bréan ou Irène Langlet qui en animent le comité éditorial. Le choix de textes soumis à la revue est revenu aux directeurs du séminaire, et le processus de peer-review a été l’occasion d’un dialogue d’édition scientifique. Parmi les corpus des conférences, très variés en termes d’aires culturelles, de médias ou d’époques historiques, se sont côtoyés entre autres – pour en donner une simple idée, en les rangeant par ordre chronologique – Verne, Protanazov, Aldiss, Boulle, Klein, Banks, Eschbach, Tsutsui, Iwoleit, les séries Marvel Civil War ou Fringe, Queyssi, Villeneuve. Les sujets des articles publiés ici sont donc loin d’épuiser la matière de ces rencontres toulousaines, que leurs responsables Yves Iehl et Jean Nimis ont su rendre chaleureuses plus de quatre années de rang. L’introduction qu’ils signent présente tout à la fois les résultats de la lente enquête menée collectivement sur le récit bref de SF et les sept articles du dossier.

5Ce sont plutôt les hasards de la publication qui ont amené les thèmes, autrices et auteurs de ces derniers à croiser ceux des autres articles de ce numéro 16, mais pourquoi bouder le plaisir de se plonger dans les Nouvelles astrales de Paul Scheerbart, dont les Cosmicomics de Calvino auraient bien pu s’inspirer, avant de rendre compte de deux ouvrages de vulgarisation astronomique majeurs parus en 2018, dont l’un est consacré aux Exoplanètes ? Ouvrages donnant par ailleurs l’occasion de raviver les souvenirs d’émerveillements visuels ouverts dans d’autres numéros : les recherches d’Elsa de Smet sur l’astronomie populaire avaient donné lieu à un article de fond sur le paysage spatial dans notre numéro 5 ; les illustrations offertes par Manchu aux textes de David Fossé renvoient aux vertiges spatiaux rencontrés à l’occasion d’articles sur les jeux vidéo (numéro 12) et sur la bande dessinée (numéro 14). La figure tutélaire de Le Guin apparaît dans ce dossier en éveillant des échos avec le dossier du numéro 13 : chez Jean Nimis, ou chez Michèle Soriano, l’œuvre de l’autrice américaine se confirme inépuisable, dans son parcours à la fois littéraire et réflexif, tant sur la SF que sur le féminisme. Plus monstrueuse, et pas moins monstreuse, pour reprendre le métaplasme de Soriano, la créature de Frankenstein – présentée comme un paradigme de la SF écrite par des femmes – peut inviter la lectrice ou le lecteur à tester l’hypothèse de Sean McQueen, que nous avons traduite en 2014, à propos des effets du biocapitalisme sur cette « frontière Frankenstein ». En sens inverse, si un prochain numéro s’intéresse aux robots poètes ou aux machines à générer des littératures (tels ceux de Vian ou d’Asimov), on sera heureux de les faire pointer vers la lecture sensible que propose Sylvia Chassaing de La Cybériade de Lem.

6La revue fait en effet son ambition essentielle du tissage de liens entre les œuvres, les théories critiques, les dossiers qu’elle publie et les diverses actions scientifiques qui font vivre à échelle humaine et en « temps réel » les science fiction studies dans l’espace académique francophone. Dans ce numéro 16, nous sommes particulièrement satisfaits de publier, pour la première fois depuis la fondation de la revue, une réponse à l’un des articles précédemment publiés : Yannick Rumpala, dont le livre Hors des décombres du monde a fait l’objet d’un compte-rendu dans le numéro 14 (deuxième semestre 2019), a souhaité faire entendre ses arguments pour un « usage pluriel » du genre que constitue la science-fiction. Dans cette pluralité, il y aurait l’étude littéraire, à laquelle il n’y aurait pas lieu de prêter plus d’importance qu’à celles de l’éthique, des sciences politiques, de la prospective ou encore de diverses approches thérapeutiques actuellement mises en avant. Il y a fort à parier que, malgré le patronage d’un mot de Martha Nussbaum, cette réponse ne close pas le débat : les chercheurs en littérature y verront plutôt la nécessité de rendre d’autant plus rigoureuse la critique des sources littéraires ainsi convoquées. Si les usages pluriels de la littérature sont absolument nécessaires, on continuera ici d’affirmer que la SF, comme toute autre source de réflexion, mérite une méthode qui convient à sa nature, ses fonctions sociales et son système de signification : voilà tout le fond de ce débat, et toute l’ambition de la revue ReS Futurae.

7L’article de Paul Graham Raven que nous traduisons poursuit à l’évidence le même objectif, en proposant aux prospectivistes, philosophes, politistes et autres « usagers de la futurité » un modèle théorique qui s’affirme sans ambages comme tel. L’article de Conor Pitetti s’attache, quant à lui, à distinguer apocalypse et post-apocalypse, à partir de distinguos rigoureux destinés à réduire quelque peu les flous artistiques des « usages de l’apocalypse ». Mieux situer les perspectives de la science-fiction, en s’appuyant avec constance sur des protocoles d’études et des méthodologies rigoureuses, cela demeure l’ambition du comité éditorial de ReSF, afin de fonder, depuis le socle des études littéraires, un dialogue avec toutes les disciplines susceptibles d’y chercher des horizons de réflexion et des exemples pertinents. Les usages politiques en particulier sont en augmentation, et deux spécialistes littéraires publient cet automne 2020 des ouvrages qui se nourrissent ou prolongent les discussions conduites ici. Celui d’Irène Langlet, Le Temps rapaillé. Science-fiction et présentisme (Presses universitaires de Limoges), reprend et recontextualise les enjeux des usages non-littéraires de la SF ; celui d’Anne Besson, membre du comité scientifique de la revue, s’intitule Les Pouvoirs de l’enchantement. Usages politiques de la fantasy et de la science-fiction (Vendémiaire), et aborde la question par l’angle de la fiction, et de la « bonne distance » que promettent le recul critique et l’expertise sur ces fictions. ReS Futurae reconnaît pleinement son projet dans cette formule.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Comité de rédaction de Res Futurae, « Éditorial »ReS Futurae [En ligne], 16 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/resf/8841 ; DOI : https://doi.org/10.4000/resf.8841

Haut de page

Auteur

Comité de rédaction de Res Futurae

Articles du même auteur

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search